Archives de mai 2011

Des journalistes européens à la découverte de l’offre golfique d’Agadir

Agadir, 31/05/11

Une trentaine de journalistes européens effectue cette semaine une visite à Agadir à la découverte du potentiel golfique qu’offre la première station balnéaire nationale.

Initiée par l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) en partenariat avec le Conseil régional du tourisme du Souss Massa Draa, cette opération de la convention de l’European golf Travel and Media Association s’inscrit dans le cadre des compétitions golfiques programmées tout au long de 2011, baptisée « année du golf » à Agadir.

Des représentants d’importants médias provenant de 13 pays (France, Royaume Uni, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Autriche, Tchéquie, Slovénie, Espagne, Portugal, Danemark, Russie et Canada) ont répondu à l’invitation de l’ONMT et des professionnels locaux pour découvrir, du 30 mai au 2 juin, les infrastructures golfiques de la ville et ses atouts naturels et touristiques.L’objectif recherché est de « faire découvrir à ces relais d’opinion l’offre golfique de la ville d’Agadir tout en assurant une immersion dans l’authenticité et la richesse de la culture qu’offre la plus importante station balnéaire du Royaume », indique le président du CRT d’Agadir, Abderrahim Oumani.

Cette année, la ville d’Agadir a accueilli deux tournois golfiques majeurs à savoir la 38ème édition du Trophée Hassan II et la 17ème édition de la Coupe Lalla Meryem.

Ces compétitions prestigieuses, qui font partie du circuit européen, ont été disputées pour la première fois en dehors de Rabat. Elles ont permis à la station d’être mondialement médiatisée et contribué à promouvoir l’image du Maroc en tant que destination golfique, grâce à des parcours de qualité et un climat ensoleillé toute l’année.

Publié 31 mai 2011 par Michel Terrier dans Sport, Tourisme

Hindi Zahra : « C’est un plaisir et une fierté de chanter en berbère »

« C’est un plaisir de pouvoir chanter en berbère » et faire connaître cette langue, a confié l’artiste marocaine Hindi Zahra.

« Cette langue a été souvent catégorisée dans la musique traditionnelle, alors  que « je l’entendais ailleurs en d’autres styles », a-t-elle souligné dans un entretien, en marge du 10ème festival Mawazine, Rythmes du monde (20/28 mai), où elle s’est produite mercredi.

Pour l’artiste marocaine native de Khouribga, d’origine berbère, c’est une fierté de pouvoir chanter en berbère dans d’autres pays que le Maroc et faire connaître cette langue.

Hindi Zahra, qui vit actuellement en France, a exprimé sa joie de participer au festival Mawazine, rappelant qu’elle s’est déjà produite au festival Timitar d’Agadir, à Dakhla et à Casablanca.

« Chaque fois que je reviens au Maroc, je suis très heureuse parce que je rencontre énormément de public », a dit l’artiste qui voue une grande passion pour le jazz. « Parce que ça m’inspire », a-t-elle argumenté.

ARTISTE UNIVERSELLE

Hindi Zahra préfère rester « un électron libre » et non définie par un style musical déterminé.

« Si on se définit dans un style musical, on sera limité, donc je laisse libre  cours à mon existence et je m’inspire de mes expériences et mes rencontres », a-t-elle tenu à préciser.

Autodidacte, musicienne, auteur et compositeur, Hindi Zahra se retrouve dans la pluralité et l’universalité.

« J’ai choisi ce chemin là, j’essaie d’être à la hauteur de ce que ça me demande : d’efforts, d’amour, de passion et de concentration », a conclu Hindi Zahra.

La chanteuse marocaine a remporté le prix Constantin 2010 dédié aux jeunes talents ayant marqué l’année musicale en France et également la « Victoire de l’album de musique du monde de l’année » en France pour son premier album « Handmade » (janvier 2010).Née à Khouribga en 1979 d’une famille d’artistes amazighs qui comptent parmi les plus célèbres d’entre eux le groupe Oudaden, Hindi Zahra est initiée par sa  mère et ses oncles à la musique Gnaoua, à la folk de Bob Dylan, au reggae de Bob Marley, avant de partir en France, à l’âge de 13 ans.

Chantant en anglais, amazigh et français, avec une voix douce aux rythmes blues, folk, reggae et rock, la jeune artiste invite au voyage dans ses chansons tirées de son premier album « Handmade » qui en a fait la révélation de l’année.

« Beautiful Tango », premier extrait de son album, a été salué jusqu’en Grande-Bretagne. Il a été encensé par la critique française qui y a vu « quelque  chose de terriblement original » et « un grain de soul, autrement épicé ».

Ecoutez son succès « Beautiful Tango »

Un mois après sa sortie, « Handmade », paru sur un label de référence dans le jazz, s’est vendu à 20 mille exemplaires en France.

Son prochain concert au Maroc est prévu le 23 juin à Agadir, pour le Festival  Timitar.

Publié 30 mai 2011 par Michel Terrier dans Culture

Souss / tourisme rural : La filière se structure

. Les professionnels de l’activité se mettent en réseau
. L’opérationnalisation des PAT (Pays d’accueil Touristique) difficile
Au départ d’Agadir, plusieurs Igoudars sont accessibles après seulement moins d’une heure de trajet en voiture. Les édifices sont une véritable curiosité architecturale et sont le produit phare du PAT de Chtouka Aït Baha.

Les professionnels du tourisme rural ont désormais leur réseau. Ils ont créé tout récemment leur association dénommée «Réseau de développement du tourisme rural» (RDTR). «C’est le premier du genre au Maroc et en Afrique du Nord dédié au développement touristique rural et durable», est-il indiqué. Parmi ses objectifs, figurent l’échange de bonnes pratiques et d’expériences entre les adhérents et une promotion de l’ensemble des structures via des outils promotionnels communs. Il s’agit aussi d’assurer entre autres la formation de ressources humaines qualifiées. Le tout de manière à obtenir un positionnement concurrentiel sur le marché mondial du tourisme durable.
La constitution de cette association a coïncidé avec un séminaire de la Délégation régionale du tourisme. Au cœur de la rencontre, le chantier du Pays d’accueil touristique (PAT) de l’arganier. Les zones concernées dans la région dans le cadre de ce programme sont les PAT d’Immouzzer, de Chtouka, de Tiznit et de Taroudant. Le plus avancé d’entre
eux c’est le PAT d’Immouzzer. Pour ce chantier, il s’agit pour l’heure de la validation de l’étude concernant le mode de gestion en PAT. Au programme aussi, le lancement du marché de signalisation et la valorisation de la grotte de Wintimdiouine. Du côté de Chtouka Aït Baha, l’étude de diagnostic a été réalisée et il est question entre autres de l’équipement de la maison du pays. Le projet de PAT de Tiznit pour sa part est en attente de la validation du plan d’action et de la signature de la convention entre les différents partenaires et sa mise en œuvre. Quant au projet de PAT de Taroudant, il est toujours au stade de diagnostic. Il accuse donc un retard dans le calendrier d’exécution puisque sa programmation a été fixée pour 2011.
Tous les projets sont donc activés. Mais il ressort de la rencontre sur la question que l’opérationnalisation des PAT reste, jusqu’à présent, problématique pour plusieurs raisons. De l’avis d’un proche du dossier, le trekking, produit phare du territoire, n’arrive toujours pas à émerger. De fait, la randonnée au PAT devrait être commercialisée et
médiatisée en tant qu’activité principale et ce auprès d’un marché potentiel existant en Europe et au Maroc. Or, il s’avère que l’action promotionnelle de l’ONMT et des instances régionales chargées de la promotion est insuffisante, pour ne pas dire quasi inexistante. En effet, le tourisme rural reste le parent pauvre des stratégies de promotion.

Malika ALAMI ; Photos Michel TERRIER

Publié 30 mai 2011 par Michel Terrier dans Tourisme

Des avocats plaident à Agadir en faveur de l’adhésion au processus de moralisation de la justice

Des avocats plaident à Agadir en faveur de l’adhésion au processus de moralisation de la justice

 Dans les recommandations sanctionnant les travaux de ce congrès, les participants ont également appelé à la mise en place par les conseils des barreaux de mesures de gestion financière consacrant la transparence et l’efficience, tout en préservant la dignité de l’avocat.

Les participants ont également souligné la nécessité de renforcer le rôle de l’Association, en respectant les lois régissant la profession, de permettre aux jeunes avocats d’intégrer les conseils des Barreaux et d’adopter des critères objectifs de candidature en vue de répondre aux exigences de moralisation de la profession, ainsi que de promouvoir le rôle de la femme avocat.

Ils ont aussi insisté sur la nécessité d’adopter un régime fiscal qui prend en considération les spécificités de la profession, en exonérant les avocats de la TVA et de la taxe professionnelle.

Les congressistes ont, par ailleurs, appelé le ministère de la Justice et les départements concernés à satisfaire les revendications des greffiers.

Concernant la situation sociale des avocats, les recommandations ont porté sur la promotion du rôle de la Mutuelle générale des Barreaux du Maroc (MGBM).

Les participants se sont, en outre, prononcés en faveur de la mise en place d’une commission permanente, désignée par le président de l’Association des Barreaux du Maroc, chargée d’assurer le suivi des dossiers de retraite des avocats et d’organiser un séminaire national sur la retraite.

SŒagissant des questions du logement et du transport, les avocats ont insisté sur l’importance de mener des contacts, dans un cadre contractuel, avec tous les départements chargés de l’Habitat, du transport et du tourisme et d’oeuvrer à la création de coopératives d’habitation pour les avocats.

Par ailleurs, une cérémonie a été organisée en marge de ce congrès en hommage à une pléiade d’avocats qui se sont illustrés dans le domaine de création littéraire dont Abderrafie Jouahri, Hicham Fathallah, Laarbi Janan, Najat El Gass et Nabil Abou Moslim.

Publié 30 mai 2011 par Michel Terrier dans Société

Programme Festival Gnaoua 2011 à Essaouira

Programme Festival Gnaoua 2011 à Essaouira

PROGRAMME 2011 – DU 23 AU 26 JUIN 2011

Rendez-vous à Essaouira du 23 au 26 juin 2011 pour la 14ème édition du Festival Gnaoua et musiques du Monde.Ce festival sera, quatre jours durant, un moment de  »la passion et du coeur », du partage et de la fusion et devra drainer quelque 400. 000 festivaliers.

Jeudi 23 juin
Place Moulay Hassan Zaouia Sidna Bilal Dar Souiri
20h00 : Concert d’ouverture : RésidenceMaâlem Abdelkebir Benseloum Kbiber avec Baba Sissoko & Mali Tamani Revolution
 
21h15: Maâlem Mohamed Kouyou 
 
22h45 : Trilok Gurtu
23h30 : Maâlem Allal Soudani
 
00h30 : Maâlem Abdelmajid Domnati
00h30 : Maâlem  Abdellatif El Makhzoumi
Vendredi 24 juin
Place Moulay Hassan Scène Meditel (Plage) Zaouia Sidna Bilal Dar Souiri
20h00 : Between Worlds
 
21h00 : Maâlem Abdenbi El Gadari
 
22h15: Jazz-Racines Haïti 
 
23h00 : Maâlem Hassan Boussou
 
23h45 : Résidence : Maâlem Hassan Boussou avec Jazz-Racines Haïti
21h00 : Résidence Danse : Maâlem Omar Hayatavec La Halla KingZoo 
 
22h30 : Baba Sissoko  & Mali Tamani Revolution
 
Minuit : Maâlem Hamid El Kasri
23h30 :  Maâlem Abdellah Guinea
 
00h30: Maâlem Ahmed Dkaki
00h30 : Maâlem Abdelkader Amlil
Samedi 25 juin
Place Moulay Hassan Scène Meditel (Plage) Bastion de Bab Marrakech Zaouia Sidna Bilal Dar Souiri
20h00: Tigran Hamasyan 
 
20h45 : Maâlem Mustapha Bakbou
 
21h30 : Fusion : Maâlem Mustapha Bakbou avec Tigran Hamasyan
 
22h50 : Salif Keita
21h00: Fusion : Maâlem Abdelkebir Merchane avec Darga
 
23h10 : K’naan
 
00h20 : Maâlem Mahmoud Guinea
20h30 : Maâlem Ahmed Bakbou
 
Minuit: Fusion : Maâlem Hamid El Kasri avec Between Worlds
23h30 : Maâlem Seddik Laarch
 
00h30 : Maâlem Rachid El Hamzaoui
Minuit : Issaoua de Fès
 
01h00: Maâlem Saïd Ouressan
Dimanche 26 juin
Place Moulay Hassan
17h30 : Ribab Fusion
 
18h40 : Gnaoua All Stars : Maâlems Mahmoud Guinea,
Abdelkebir Merchane, Mohamed Kouyou
et Hassan Boussou

Publié 28 mai 2011 par Michel Terrier dans Animation

Programmation du festival Timitar Agadir 2011


Mercredi 22 Juin 2011 – Soirée d’ouverture :

Place Al Amal – à partir de 20h00
• Agadir Gnaouas et Bagad St Nazaire (Maroc-France)
• Laryach (Souss-Maroc)
• Shenaji (Maroc)
– Dj Nadbil (Algérie)
– Vj Italovideo (France)

Théâtre de verdure – à partir de 20h00
• Hommage aux répertoires des Rayssates :
* Rayssa Naïma Demsiriya (Souss-Maroc)
* Rayssa Kabira Tabaamrant (Souss-Maroc)
• Registan (Ouzbékistan)
• Abderrahim Souiri (Maroc)

Jeudi 23 Juin 2011
 
Place Al Amal – à partir de 20h00
• Awade Adrare (Maroc)
• Rays Hassan Arsmouk (Souss-Maroc)
• Goran Bregovic et l’Orchestre des Mariages et des Enterrements (Serbie)
• Archach (Souss-Maroc)
– Dj Prez (France)
– Vj Italovideo (France)

Théâtre de verdure – à partir de 20h00
• Amadou et Mariam
• Hindi Zahra (France/Maroc)
• Kayah

Scène Bijaouane – à partir de 21h00
• Rass Derb (Maroc)
• Bart Peeters & Les Belges (Belgique)
• Barry (Maroc)
– Dj Serhane (Maroc)
– Vj Kalamour (Maroc)

Vendredi 24 Juin 2011
 
Place Al Amal – à partir de 20h00
• Daqqa Roudania & Macadam Pan Groove (Maroc-France)
• Inerzaf Lahcen Bizenkad (Souss-Maroc)
• Kool and the Gang (Etats Unis)
• Oudaden (Souss-Maroc)
-Dj Prez (France)
-Vj Italovideo (France)

Théâtre de verdure – à partir de 20h00
• Calipso Rose (Tobago)
• Sophia Charai (France)
• Ihsan Rmiki et le Groupe Zaman Al Wasl (Maroc)

Scène Bijaouane – à partir de 21h00
• Imazzalen (Souss-Maroc)
• Dick et Hnatr (Nouvelle Calédonie)
• Mayara Band (Maroc)
• Funk Atlas (Maroc)
-Vj Kalamour (Maroc)

Samedi 25 Juin 2011 – Soirée de clôture.

Place Al Amal – à partir de 20h00
• Ahwach Foum Lahcen (Maroc)
• Daoudia (Maroc)
• Najwa Karam (Liban)
• Rayssa Fatima Tabaamrant (Souss-Maroc)
– Selecta Pacha (France)
– Vj Italovideo (France)

Publié 27 mai 2011 par Michel Terrier dans Animation

Canaries: Forum sur les opportunités d’investissement dans la région du Souss-Massa-Drâa du 6 au 9 juin

Las Palmas – Un Forum sur le thème « clés pour l’investissement dans la région du Souss-Massa-Drâa sera organisé, du 6 au 9 juin prochain, aux Canaries, apprend-on auprès de la société canarienne de développement économique   (Proexca).

 
Armoiries de Las Palmas de Gran Canaria 

Cette rencontre, qui se tiendra à la Grande Canarie (6 juin), à Tenerife (7 juin) et à Lanzarote (9 juin), vise « à faire connaître les opportunités de marché pour l’investissement productif dans la région d’Agadir », notamment en ce qui concerne le cadre légal, fiscal, économique et financier, précise la même source.

Le forum s’inscrit dans le cadre du « Programme de soutien à l’intégration régionale et à la dynamisation de la coopération économique et entrepreneuriale Canaries-Souss Massa Drâa, +Moubadara Canarias+ », ajoute Proexca, rappelant que ledit Programme est une initiative du ministère canarien de l’Economie et des Finances qui entre dans le cadre du programme de coopération transfrontalière Espagne-Frontières extérieures (POCTEFEX), cofinancé par le Fond Européen de Développement régional (FEDER).

27/05/2011 11:57.
(MAP) Maghreb Arabe Presse 

Publié 27 mai 2011 par Michel Terrier dans Economie

Le 27ème congrès de l’association des barreaux du Maroc poursuit ses travaux à Agadir

Les travaux du 27ème congrès de l’association des barreaux du Maroc se tiennent actuellement à Agadir sous le signe « réforme du secteur de la justice: volonté politique et réforme constitutionnelle ».

Ce congrès (26-28 mai), qui connaît la participation d’une centaine de bâtonniers et d’avocats de plusieurs juridictions du Royaume, propose un débat sur différentes questions ayant trait, en particulier, à l’exercice de la profession d’avocat .

Les participants discuteront également de plusieurs problématiques, traitées  au sein de commissions thématiques autour de « la réforme de la justice », « droits et libertés », « questions nationales et internationales », « questions judiciaires et juridiques » et « questions sociales ».

La séance d’ouverture du congrès a été marquée, jeudi, par la présence de hauts responsable du secteur de la justice exerçant au niveau central et au sein du barreau relevant de la compétence territoriale des cours d’appel d’Agadir et de Laâyoune.

Prennent part également à la séance d’ouverture plusieurs personnalités étrangères représentant l’Union des avocats arabes, l’Union internationale des avocats (UIA) et le barreau de Mauritanie outre le secrétaire général du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH).

Le ministre de la Justice, M. Mohamed Taieb Naciri a souligné que la réforme du système judiciaire restera toujours une question d’actualité qui se base sur diverses références, en premier chef le consensus national.

M. Naciri, qui s’exprimait lors de la séance d’ouverture, jeudi à Agadir, du 27ème Congrès de l’Association des barreaux du Maroc, a mis l’accent sur le consensus des acteurs politiques et de la société civile autour de la réforme de la justice, et ce, en harmonie totale avec la volonté exprimée par SM le Roi Mohammed VI dans les discours du Souverain, notamment ceux du 20 août 2009, du 8 octobre 2010 et 9 mars 2011.

Le discours du 9 mars 2011, a-t-il dit, constitue un tournant décisif dans le processus de réforme du système judiciaire et une expression claire, au plus haut niveau, d’une véritable volonté politique de réforme à travers une approche constitutionnelle moderne de la chose judiciaire qui permettra de hisser la justice au rang des pouvoirs législatif et exécutif et la consacrer, sur le plan constitutionnel, en tant que pouvoir judiciaire indépendant.

La révision constitutionnelle concernant le volet judiciaire sera suivie d’une étape très importante marquée par la définition des principes et des règles constitutionnelles générales liées à la justice, à travers l’élaboration de textes de loi, notamment en ce qui concerne le statut des magistrats, le Conseil supérieur de la magistrature, l’organisation judiciaire, les critères d’accès au cycle de la magistrature, la formation à l’Institut supérieur de la magistrature et la révision du cadre juridique régissant les différentes professions judiciaires, a-t-il noté.

Après avoir rappelé que la réforme de la justice relève d’une action qui s’inscrit dans la continuité, d’un cycle de programmes et de réalisations successives, M. Naciri a indiqué que son département à mis en place des plans intégrés et bien définis qui reflètent la profondeur stratégique de la réforme conformément à une approche globale aux niveaux institutionnel, organisationnel et législatif.

La volonté politique constitue un facteur déterminant de toute réforme, a relevé le ministre, rappelant qu’elle existe bel et bien et qu’elle a été exprimée avec force et clarté par le Souverain dans Son discours du 9 mars dernier.

La réussite de ce chantier exige, en outre, une mobilisation générale qui ne se limite pas seulement à la famille de la magistrature, mais concerne tous les acteurs, institutions et citoyens, a estimé M. Naciri, affirmant que les avocats sont investis d’un rôle capital dans la réussite de ce chantier stratégique.

MAP

Publié 27 mai 2011 par Michel Terrier dans Société

Le G8 et son argent en soutien des révolutions arabes

Caricature Aufait Maroc

Publié 27 mai 2011 par Michel Terrier dans Humour

Agadir: Souk Al Had réaménagé

  • L’opération a coûté près de 87 millions de DH
  • Quelque 400 boutiques  de plus

Pour les habitants d’Agadir et les touristes, aussi bien nationaux qu’internationaux, Souk El Had est un passage obligé. Avec ses quelque 3.000 boutiques, le client est sûr d’y trouver sa quête d’autant plus que ce grand marché est organisé en différentes ailes: fruits et légumes, boucherie, épices, meubles, artisanat d’art local, vêtements…Protégé par un mur crénelé de 6 mètres de haut avec bastions, cet édifice commercial qui compte 14 entrées, est le plus grand du pays et d’Afrique. De fait, il est construit sur 11 hectares dont deux en extension actuellement. Cette opération a été possible grâce au transfert du terrain Abdallah Didi, mitoyen au souk, vers le quartier Mohammadi. Cette zone comprendra plus de 400 nouvelles boutiques, un bloc d’abattage de volailles, un centre de logistique, un parking de livraison et un centre de transfert des déchets du souk. Cette troisième tranche de travaux relatifs à la requalification du souk englobe aussi des travaux à l’intérieur même de l’édifice. Il s’agit du revêtement et de la couverture des allées, de la construction de charpentes et travaux d’assainissement et de démolition dans un but de dédensification. Les axes principaux et secondaires ainsi libérés représentent 430 boutiques selon le directeur du souk. Ils permettront plus de fluidité pour la circulation et faciliteront éventuellement l’intervention des pompiers ou autres en cas de besoin.
«Ce projet de réhabilitation mené par la commune urbaine d’Agadir, s’inscrit dans le cadre de mise à niveau des infrastructures commerciales de la ville et de l’amélioration du potentiel touristique», explique Lahoucine Oukessou, vice-président du Conseil municipal d’Agadir. «Il vise aussi à faire de Souk El Had un édifice attractif et un pôle commercial de premier rang», ajoute-t-il.  L’enveloppe budgétaire allouée à cette troisième tranche est de près de 87 millions de DH. En principe, la fin des travaux est prévue pour l’été 2011, mais elle reste tributaire des 6 entreprises engagées et de leur respect des délais. Pour le moment, les travaux, en cours de finition, avancent bien. Il faut toutefois signaler que travailler dans un chantier où les commerces sont ouverts, présente des contraintes aussi bien pour les entreprises que pour les commerçants qui sont parfois obligés de fermer pendant plusieurs jours. «Les travaux perturbent notre commerce mais c’est pour la bonne cause», dit ce commerçant. Certains ont d’ailleurs profité de cette effervescence pour faire refaire leurs locaux. D’autres espèrent des jours meilleurs dans un cadre agréable avec leur transfert dans les nouvelles boutiques du terrain Didi.
Pour rappel, les travaux de mise en valeur de Souk El Had ont commencé en 2009 et ont nécessité près de 32 millions de DH pour la première et deuxième tranche. Ces travaux, réalisés à cent pour cent, concernent la construction d’un hall ouest légumes, sur une superficie de 3.000 m2 et d’un hall central sur 7.000 m2. Il s’agit aussi de la construction d’une charpente métallique de 8.000 m2 avec un revêtement du sol en dallage industriel et dallage imprimé sur une surface de 10.200 m2, avec un réseau d’assainissement pluvial.

Restauration

La mise à niveau du grand souk comprend de même, la restauration de la muraille, haute de six mètres, et son éclairage par 210 projecteurs au sol de 150 watts. 6 autres projecteurs de 2000 Watts chacun ont été déployés pour éclairer la charpente métallique. Pour ce qui est des blocs sanitaires, six ont été réaménagés et un a été nouvellement construit sur une surface de 10 m2.
Ouvert six jours sur sept, le grand souk d’Agadir accueille plus de 1.500 visiteurs par jour. Il génère près de 10.000 emplois et permet des transactions évaluées à plus de 10 millions de DH par semaine, soit plus de 520 millions de DH annuellement.

Fatiha NAKHLI

Publié 26 mai 2011 par Michel Terrier dans Aménagement

Un nouveau bateau sur la ligne TangerMed-Algésiras

Nautas Almaghreb va mettre en service, dès le 1er juin, un nouveau bateau sur la ligne TangerMed-Algésiras. Il s’agit de l’Alhucemas, un ferry nouvelle génération qui a été présenté l’an dernier à Tanger avant d’entrer en service sur la ligne Valence-Iles Baléares.

L’Alhucemas.
 

Il dispose d’une capacité pour transporter plus de 1.000 passagers et 650 voitures, ou 80 camions. Avec ses 154 mètres de long et 24 de large, il est plus compact que la plupart des ferries conventionnels et affiche des pointes en croisière à plus de 23 nœuds. Il pourrait couvrir la distance TangerMed-Algésiras en moins de 45 minutes.

Publié 26 mai 2011 par Michel Terrier dans Tourisme

L’expérience d’aménagement de la baie d’Agadir exposée au Sénégal

Des élus du Conseil de la région Souss-Massa-Drâa ont exposé, mercredi à Siné Saloum (150 km de Dakar), l’expérience d’aménagement de la baie d’Agadir lors des travaux du 7ème Congrès mondial du « Club des plus belles baies du monde », organisé cette année par le Sénégal.

« Lors d’un colloque scientifique sur les changements climatiques, nous avons exposé les grandes lignes de la stratégie de la région Souss-Massa-Draa en matière de préservation des ressources hydriques, halieutiques et naturelles, dont le patrimoine marin », explique le vice-président du Conseil régional Souss-Massa-Drâa, M. Mohamed Oudmine.

« Nous avons insisté sur le fait que la pérennité des baies passe nécessairement par la protection de l’environnement et que l’on ne peut envisager d’aménagement ni de développement économique viable et durable sur les littoraux, en particulier les baies, sans protection de la nature », a-t-il expliqué.

Les élus de la région ont présenté, à cette occasion, la stratégie du Conseil Souss-Massa-Daraa axée sur un développement urbanistique harmonieux qui tient compte de l’impératif de protéger les zones fragiles comme les baies.

« L’expérience marocaine a été particulièrement appréciée à cette rencontre internationale, et grâce à cette approche soucieuse de l’environnement, la ville d’Agadir dispose actuellement d’une belle promenade et d’une marina réalisées dans le respect du littoral et la valorisation de la baie », souligne M. Oudmine qui est aussi membre fondateur du Club des plus belles baies du monde.

La ville d’Agadir a reçu le label des plus belles baies du monde en décembre 2002 et avait accueilli l’Assemblée générale du Club deux ans plus tard.

La protection des baies face aux différentes sources de dégradation et aux nuisances urbanistiques a été à la base de la naissance même de ce Club en 1997 à Berlin, à l’initiative d’un groupe d’acteurs du tourisme de différents pays européens soucieux de préserver la beauté des baies face à l’impact de la multiplication des projets d’aménagement dans ces zones fragiles.

Ce réseau se voulait être un espace d’échange, d’actions et de réflexion sur les moyens de sensibiliser les différents partenaires locaux au développement durable et à la nécessité de concilier aménagement et préservation des littoraux.

A l’occasion de ce Congrès qui se tient dans la région sénégalaise de Fatick, liée par un accord de coopération avec la région de Souss-Massa-Daraa depuis 2005, les élus marocains ont mené des contacts avec leurs homologues sénégalais pour booster les échanges et prospecter de nouvelles initiatives.

Selon M. Oudmine, le partenariat entre les deux régions ouvre de réelles perspectives et illustre parfaitement le rôle que doivent jouer les collectivités locales dans la coopération sud-sud dans le cadre d’initiatives décentralisées mettant en contact direct des acteurs locaux du développement.

Les domaines de partenariat englobent, outre le transfert des technologies dans le secteur de l’agriculture avec la création à Fatick d’une ferme pilote, plusieurs autres volets comme la pêche, le tourisme, la formation et les échanges culturels, explique-t-il.

La coopération des deux régions est susceptible de trouver un nouveau créneau sur le volet environnement. En effet, la région sénégalaise de Fatick abrite le delta du Sine Saloum, l’un des plus beaux sites naturels du Sénégal.

Sa réserve naturelle fluvio-maritime vaste, constituée de mangrove, de terres salées et de paysages alternant forêts claires, savanes arbustives et zones de cultures, est confrontée à différents problèmes, dont l’exploitation des arbres et feux de brousse, sécheresse et salinisation des eaux, braconnage des espèces maritimes protégées et érosion des côtes.

Lors du congrès du Sénégal, le Club des plus belles baies du monde a tenu son assemblée générale et entériné l’adhésion de nouveaux membres, dont la baie du Cambodge et la baie de Grikos dans l’ile de Patmos en Grèce.

De la baie de Bahia au Brésil à celle d’Along au Vietnam en passant par les bouches de Kotor au Monténégro, la rencontre de Dakar a été aussi l’occasion pour le Club des plus belles baies du Monde de réaffirmer sa volonté à multiplier les initiatives visant à fédérer les acteurs de ces régions afin de défendre ces merveilles de la nature et veiller à ce que l’aménagement des littoraux ne se fasse pas au détriment de l’environnement.

MAP, photo M. Terrier 

Publié 26 mai 2011 par Michel Terrier dans Aménagement

Agadir – 6ème édition du salon international BATEXPO

À travers les éditions précédentes, BATEXPO a su séduire et dynamiser de nombreuses entreprises et professionnelles du domaine du Bâtiment et des Travaux publics, devenant ainsi un événement incontournable au Maroc et en Afrique du Nord.

BATEXPO 2011 vient renforcer sa présence par sa  6ème édition qui aura lieu du 16 au 19 Juin à la ville d’Agadir sous le thème habituel de (L’innovation au service du développement du secteur du BTP). Ce carrefour immense a pour objectif de consolider sa mission et permettre aux professionnels d’atteindre leurs objectifs, ceci en favorisant  les échanges, rencontres, en intégrant aussi un programme riche et varié de formations, d’expositions et surtout de préparer le terrain aux futurs collaborations.

L’événement sera organisé sous l’égide du Ministère des travaux publics et le Ministère de l’habitat de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace et ne partenariat avec la chambre de commerce et de l’industrie et de services d’Agadir.

La 6ème édition connaîtra plusieurs débats sur des sujets ciblés à travers un bon nombre de conférences et de tables rondes. La France, l’Italie, l’Espagne, Turquie, Belgique et d’autres délégations étrangères, seront au rendez vous au côté de plusieurs acteurs internationaux, tous ensemble dans un cadre professionnel, une organisation d’excellence et une animation de qualité.

Agadirnet.com

Publié 26 mai 2011 par Michel Terrier dans Economie

Animation touristique pour Agadir

Du côté de l’animation touristique, deux grands projets sont dans le pipe. Il s’agit du «Park accrobranche» dans la commune de Bensergao. L’investissement réalisé par la société Park Eventpour est estimé à 6,5 millions de DH et permettra la création de 45 emplois. L’aménagement d’un parc aquatique par la société «Marocco égyptienne d’investissement touristique sarl» est un autre projet envisagé à Agadir. L’investissement est de 132 millions de DH et le nombre d’emplois devrait atteindre à terme 250.

leconomiste.com

Publié 25 mai 2011 par Michel Terrier dans Tourisme

Les investissements dans les régions : Le projet Haliopolis, chef de file à Agadir

  • La première tranche commercialisée
  • Agropole, Agadir Offshore… les autres grands chantiers

La région d’Agadir continue de séduire les investisseurs. De nombreux projets sont au programme dans la zone. En raison du grand chantier d’implantation d’Haliopolis, la future zone intégrée dédiée au traitement des produits de la mer, c’est ce secteur qui draine le plus d’investisseurs actuellement. De source bien informée, parmi les grosses entreprises qui vont s’installer sur la future zone d’activité, figure la conserverie de poissons La Gironde sur un terrain de 60.000 m². L’investissement envisagé est de 150 millions de DH et le nombre d’emplois devrait atteindre 780.
Un autre investissement d’une valeur de 50 millions de DH de la part d’un promoteur italien générera plus de 750 emplois à travers une unité de production de semi-conserves de poissons. L’établissement sera aménagé sur un terrain de 20.000 m² et devrait être opérationnel début 2012. En outre, selon des proches du dossier, la première tranche du projet est presque entièrement commercialisée et les travaux de viabilisation du site vont bon train.
Pour rappel, le projet réunit plusieurs partenaires. D’un côté, la région Souss- Massa-Draâ, de l’autre, le fonds Igrane et le Crédit Agricole ainsi que MedZ en tant que maître d’ouvrage délégué. Le programme sera réalisé en deux tranches. La première devrait être achevée d’ici la fin de l’année. Ce mégaprojet est prévu sur 150 ha dans la commune de Drarga (périphérie d’Agadir). Le parc halieutique de la région du Souss sera enfin une zone d’activité ouverte à l’industrie de la transformation des produits de la mer. Mais aussi aux activités de logistique. Le montant d’investissement pour les aménagements in site est estimé à 265 millions de DH. Le développement du projet nécessitera une enveloppe de 6 milliards de DH. Outre la modernisation du secteur de la pêche, il permettra la création de plus de 20.000 emplois dans divers secteurs tels que la transformation, la logistique, le support et les services. Autre gros projet dans la région, à Oulad Teima, à 44 km d’Agadir, il est question de la réalisation d’une unité industrielle de fabrication des composants de structure en béton précontraint par la société Sadet, pour un investissement de 2,41 milliards de DH et la création de 250 emplois.
Toujours dans la périphérie d’Agadir, c’est un autre gros projet qui est en gestation en faveur du développement agricole. Il s’agit de la mise en place d’un agropole à travers deux sites différents. L’un à Chtouka Aït Baha pour l’implantation d’une plateforme de recherche-développement et d’innovation, l’autre à Taroudant pour l’aménagement d’un pôle de transformation intégré des produits agricoles. Comme pour le chantier Haliopolis, MedZ est le chef de file de ce projet. La filiale de la CDG est aussi impliquée dans le projet d’Agadir Offshore.

Malika ALAMI

leconomiste.com

Publié 25 mai 2011 par Michel Terrier dans Economie

Jet4you chez RAM, c’est fini !

Jet4you ne volera pas sous le pavillon de Royal Air Maroc.

Les discussions pour la reprise par RAM des participations du groupe allemand TUI dans la compagnie low-cost ont échoué. Les deux parties avaient signé une lettre d’intention l’année dernière pour l’ouverture des négociations, mais il semble que les positions étaient devenues inconciliables des deux côtés.

leconomiste.com

Publié 25 mai 2011 par Michel Terrier dans Economie

Campagne régionale de sensibilisation sur le financement des PME, vendredi à Agadir

Rabat, 25/05/11

Une campagne régionale de sensibilisation sur le financement des PME sera organisée, vendredi à Agadir, par Bank Al-Maghrib, sous le signe « Pour un meilleur accompagnement de la PME au service du développement régional et de l’investissement ».

Publié 25 mai 2011 par Michel Terrier dans Economie

Agadir / Industrie : Ahmed Réda Chami présente ses plans aux opérateurs

. Recours aux programmes d’appui à l’entreprise
. Mise à niveau des zones industrielles
. Pour Ahmed Réda Chami, les entreprises de la région du Souss doivent profiter des avantages qu’offrent les différents programmes de soutien aux entreprises.

IMTIAZ, Moussanada, Rawaj… les programmes d’appui à l’entreprise étaient au cœur du débat en fin de semaine dernière à Agadir. C’était lors d’une rencontre de Ahmed Réda Chami, ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies avec les opérateurs du Souss. Dans la région peu d’entreprises sont au courant de tels programmes et ceux qui le sont ont du mal à s’y retrouver. Résultat, très peu y ont adhéré et les utilisent. Ainsi, sur les 320 entreprises bénéficiaires aujourd’hui à l’échelle nationale du programme Moussanada, seules 12 se trouvent à Agadir. Rappelons qu’il s’agit d’un programme d’accompagnement pour la mise à niveau de la PME à travers l’achat d’expertise et la mise en place de systèmes d’information.
Pour ce qui est du programme Imtiaz, ce sont jusqu’à présent à l’échelle nationale, 33 contrats de croissance qui ont été signés, d’un montant d’investissement total de 666,4 millions de DH, la prime Imtiaz s’élevant à 113,15 millions. Ces contrats ont concerné le secteur du textile/habillement, imprimerie, chimie, IMME, offshoring, agro-industrie,
cuir, artisanat mais aucun ne relève de la région d’Agadir. De l’avis d’un proche du dossier, il y a un véritable manque de réactivité voire même une certaine hostilité à ce programme de la part des entreprises. De fait les opérateurs réclament une amélioration des procédures au niveau notamment du rating bancaire. Les acteurs économiques considèrent que le délai d’évaluation au niveau de la banque est trop long. Le meeting des opérateurs du Souss avec Chami était aussi l’occasion d’aborder les questions de disponibilité du foncier et la situation des zones industrielles de la région. Le ministre a rappelé à ce sujet les efforts réalisés par son département pour la mise à niveau de ces
zones. Pour Ait Melloul, ce sont 18 millions de DH qui ont été alloués pour le réaménagement de la ZI. Du côté de Tassila, celle-ci a reçu une enveloppe de 52 millions de DH. Mais, on constate encore dans la zone, l’absence de transport en commun, de la gestion des déchets, entre autres. Tariq Kabbage, président de la commune d’Agadir, a décrié pour sa part la récurrente problématique du foncier dans la ville. Il est vrai que bien qu’entièrement octroyés, les terrains de plusieurs zones industrielles ne sont pas valorisés car ils font l’objet de spéculations. L’élu souligne aussi la difficulté de trouver des terrains
adéquats pour implanter des zones d’activités. Il y a tout de même des projets dans la ville qui avancent bien, tel le chantier d’haliopolis, la future zone intégrée dédiée aux produits de la mer, menée par MedZ. Et aussi le projet d’implantation d’une zone offshore. Pour l’heure, le dossier est au stade de l’étude de positionnement.

Malika ALAMI

Publié 25 mai 2011 par Michel Terrier dans Economie

Baisse de l’activité touristique en mars 2011 : Après l’amalgame, l’effet Argana

La baisse des arrivées touristiques, suite à l’amalgame fait par les touristes européens entre le vent de révolte qui souffle sur certains pays arabes et le Maroc, vient d’être mesurée par l’Observatoire du tourisme. Les résultats de mars 2011 montrent une baisse de 4% des arrivées, régression qui concerne l’ensemble des destinations du pays. Cette désertion a été aggravée par l’attentat terroriste de Marrakech.

L’Observatoire du tourisme vient de rendre publique, sur son site Internet, l’évolution des indicateurs (arrivées, nuitées, taux d’occupation) réalisée, en mars de cette année, dans les établissements d’hébergement touristique classés.

Ces indicateurs montrent clairement que l’activité touristique nationale traverse une zone de turbulences en raison du vent de révolte qui secoue certains pays arabes.
“Au cours du mois de mars 2011, les nuitées réalisées dans les établissements classés ont enregistré une baisse de -5% par rapport à mars 2010”, peut-on lire dans ce rapport.

Cette baisse, selon l’Observatoire du tourisme, relevant du ministère du Tourisme et de l’Artisanat, est imputée aux “événements récents que connaît le monde arabe mais aussi au fait que les vacances de Pâques tombaient en avril cette année, au lieu de mars en 2010”.

Toutes les destinations concernées sauf Agadir

Durant ce même mois, écrit l’Observatoire, le volume des arrivées des touristes aux postes frontière a baissé de -4%. Cette chute des arrivées s’est évidemment traduite par un baisse généralisée des nuitées réalisées dans les  établissements d’hébergement des principales destinations. Avec un recul de -16%, c’est la capitale spirituelle qui a souffert le plus de l’aspiration démocratique exprimée dans certains pays arabes. Seule la station balnéaire d’Agadir semble épargnée par ces évènements et a enregistré une augmentation de +8% des nuitées.

Des recettes en hausse… malgré tout

En dépit de ces résultats négatifs, l’Observatoire du tourisme affiche une progression des recettes réalisée en mars de cette année comparativement au même mois de l’année écoulée. “Les recettes voyages ont enregistré une hausse de 7% comparativement avec le même mois de l’année précédente”. L’observatoire n’avance aucune explication sur ces recettes qui semblent pour le moins contradictoires.

Car cela voudrait dire que les touristes sont moins nombreux à venir au Maroc mais dépensent plus d’argent. Or, depuis la crise financière qu’a connue l’Europe (premier marché émetteur du Maroc) entre 2008 et 2009, plusieurs études ont montré que les touristes écourtent leur séjour et réduisent leur budget loisirs.

Après l’amalgame, l’Argana

L’amalgame, que l’on doit aux médias, a été suivi de l’attentat de Marrakech du 28 avril qui a soufflé le café Argana. Comme attendu, cet acte barbare a eu pour effet collatéral de réduire le nombre de réservations adressées au Maroc. Yassir Znagui, le ministre de tutelle, après s’être dit “agréablement surpris par le comportement des Tours Opérateurs, a dû se rendre à l’évidence: “15.000 vacanciers, soit 3% du total, ont déjà annulé leur séjour au Maroc”, avait-il confié à Reuters.

Malgré ce constat, le ministre demeure optimiste et a confié à l’Express le 06 courant: “Les données dont nous disposons jusqu’ici et la réponse que nous  avons élaborée nous rendent confiants quant aux perspectives du secteur  (…). Une croissance de 8% des recettes est possible en 2011 sur la base  de ce que nous observons aujourd’hui”.

Rappelons que la vision 2020 a pour objectif d’attirer, à terme, 20 millions de touristes.

Samir Benmalek

Publié 24 mai 2011 par Michel Terrier dans Tourisme

Tourisme : plan de crise à Marrakech et Agadir

La ville ocre a enregistré 22 000 annulations pour mai, juin et juillet. Agadir a arrêté un plan d’action pour rassurer la clientèle étrangère. Trois semaines après  l’attentat terroriste de Marrakech, et tenant compte des événements politiques au Maghreb et de leurs effets négatifs sur le secteur dans toute  la région, la saison estivale semble menacée. La cellule de veille, formée suite à l’attentat, indique qu’il n’y a pas d’annulations massives : 22 000 pour mai, juin et juillet. C’est relativement faible quand on rapporte ces annulations aux arrivées des quatre premiers mois qui totalisent plus de 553 000 et représentant près de deux 2 millions de nuitées (+ 3%). Donc, pour le moment, il n’y a pas de quoi s’alarmer. Mais il y a des éléments exogènes qui interviennent dans le choix des touristes, le budget vacances, entre autres. En France, les vacances d’été s’annoncent sous le signe de la rigueur. En effet, une récente étude réalisée pour le compte d’un TO sur internet confirme la tendance à la baisse du budget et de la durée des vacances. 48 % des Français prévoient un budget inférieur à 500 euros. Le budget moyen est de l’ordre de 561 euros au lieu de 585 euros en 2010.
Les professionnels restent optimistes malgré tout. A l’instar de Fouzi Zemrani de Z Tours qui voit quelques signes d’espoir. En effet, les destinations sur lesquelles ont lieu les reports (Iles Canaries, Baléares, Espagne, Portugal, etc.) risquent d’être saturées, ce qui pourrait profiter à terme à la destination Maroc. Autre signe d’espoir, le flux des nouvelles réservations n’est pas totalement arrêté et des groupes continuent d’arriver à Marrakech. Exemple : entre mai et juillet 2011, le TO italien,  Dimensione Turismo, a programmé un charter de clients incentives toutes les semaines, soit au total 3 000 personnes. Le cas n’est pas  isolé et, surtout, tous les événements culturels et sportifs importants de la ville ocre sont maintenus

Attention à la braderie

Jean Jacques Bouchet, DG de Fram, confirme la baisse des réservations qui avait été constatée bien avant l’attentat de Marrakech. Mais au lieu de se focaliser sur ce fait, il préfère attirer l’attention sur le bradage qui peut s’avérer très néfaste à moyen terme. Car, souligne le DG de FRAM, «quand on baisse trop les prix, il est très difficile après de revenir à des prix normaux».
Agadir, l’autre destination importante, vient aussi de former une cellule de crise. Le Conseil régional du tourisme a arrêté un plan d’action centré sur une campagne de communication à l’échelle internationale à travers la presse écrite et audiovisuelle. Il est aussi question de lobbying auprès des grands marchés émetteurs (France, Allemagne, Royaume-Uni et les marchés de l’Est). Une soirée baptisée «Get together» est programmée sous le thème de la sécurité et à laquelle seront conviés tous les professionnels, notamment les tour-opérateurs, les agences de voyages, les réceptifs et les hôteliers.

Mohamed Moujahid. La Vie éco
www.lavieeco.com

Publié 24 mai 2011 par Michel Terrier dans Tourisme

%d blogueurs aiment cette page :