Essaouira : Festival des Andalousies du 27 au 30/10/2011 : Artistes juifs et arabes au diapason

Un vibrant hommage sera rendu à Samy El Maghribi, chanteur et compositeur marocain, à l’occasion de la 8e édition du festival des Andalousies atlantiques, prévue du 27 au 30 octobre à Essaouira. C’est une Musulmane, Sanaa Marahati, qui interprétera le répertoire de l’artiste juif, né à Safi en 1922 et décédé en 2008. Un message fort de paix. Encore une fois, l’art réunit les peuples et les religions.
De son vrai nom Salomon Amzallag, Samy El Maghribi a laissé un répertoire très riche repris et enseigné dans les écoles de musique. C’est un maître incontesté du gharnati, du maoual, du malhoun et du haouzi. Ses chansons ont accompagné tous les évènements importants qui ont marqué l’histoire du Maroc: les années de rationnement pendant la Seconde Guerre mondiale, le retour de SM le Roi Mohammed V, le tremblement de terre d’Agadir, etc.
Un autre hommage sera rendu, dès la soirée d’ouverture, à maître Ahmed Pirou, grand interprète de la tradition gharnatie de Rabat. Il sera accompagné par Amine Debbi et ses musiciens ainsi que la chanteuse Baha Ronda. De jeunes talents à qui Ahmed Pirou s’attache à transmettre les secrets de l’art gharnati. «Effectivement, la particularité de cette 8e édition est la transmission. Une place privilégiée est attribuée aux artistes qui travaillent à assurer la relève», déclare Hanane Ouasini, responsable de l’organisation.
D’autres artistes seront au rendez-vous pour chanter les valeurs de tolérance, véhiculées par ce festival. Ainsi, Naïma Dziria viendra d’Alger, accompagnée de l’orchestre de Fouad Didi (de Tlemçen), et proposera un programme spécialement concocté pour le festival d’Essaouira.
Un programme puisé du répertoire haouzi et chaâbi, écrit et chanté, par des Juifs et des Musulmans de Tunis à Alger, d’Essaouira à Constantine. Naïma Dziria retrouvera pour ce festival hors du commun le pianiste Maurice Medioni, pour une soirée exceptionnelle. Essaouira accueillera aussi le chanteur Maxime Karoutchi, descendant de chanteurs natifs de la région, pour une représentation consacrée au répertoire chaâbi et judéo-marocain.
La danse est au rendez-vous avec pour la première fois au Maroc, les danseurs du ballet royal de Londres pour un spectacle intitulé «Brises de ballet». Un show réalisé en exclusivité pour le festival et qui fait le pari de faire découvrir l’influence du patrimoine arabo-andalou sur la chorégraphie et la danse classique occidentale.
En marge du spectacle, des ateliers de danse seront animés, au profit des «petits rats» de la ville, par Liz et Francesca Filbi, deux grandes danseuses étoiles londoniennes.
Les femmes artistes seront également à l’honneur, représentées notamment par la grande danseuse andalouse Carmen Ledesma qui donnera un spectacle de flamenco très traditionnel. Laila Lamrini, elle, interprétera pour les mélomanes des chansons du malhoun.
Enfin, rappelons que le festival est organisé par l’asssociation Essaouira Mogador avec le soutien de la Fondation des trois cultures, basée à Séville. Son budget est de 2,5 millions de DH.

MAP

Publié 29 septembre 2011 par Michel Terrier dans Actualité, Festival, Musique, Région, Spectacle

%d blogueurs aiment cette page :