Archives de 13 décembre 2011

Promotions Transavia

La compagnie aérienne lowcost française transavia.com propose à ses passagers quatre jours de promotion au départ de Paris (13 destinations), Nantes (à destination de Marrakech), et Lyon (à destination de Monastir).

Les réservations sont ouvertes du 13 au 16 décembre 2011 minuit, pour des voyages effectués du 10 janvier 2012 au 24 mars 2012 inclus.

Au départ de Paris Orly-Sud

Destinations Tarifs aller simple TTC
Grenade (Espagne) 49€
Palerme (Italie) 49€
Séville (Espagne) 49€
Porto (Portugal) 49€
Marrakech (Maroc) 59€
Agadir (Maroc) 59€
Oujda  (Maroc) 59€
Kittila (Finlande) 79€
Funchal (Portugal) 79€
Djerba (Tunisie) 79€
Monastir (Tunisie) 79€
Tozeur (Tunisie) 79€
Hurghada (Egypte) 89€

Au départ de Nantes:

Destinations Tarifs aller simple TTC
Marrakech (Maroc) 59€

Au départ de Lyon :

Destinations Tarifs aller simple TTC
Monastir (Tunisie) 69€

Les passagers peuvent effectuer leur réservation sur le site internet de la compagnie www.transavia.com ou auprès du centre d’appel au 0892 058 888 (0,34€/min).

promo-billets-avion.com

Publicités

Publié 13 décembre 2011 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme, Transports

Le Souss rafle le «prix» du chômage des jeunes

  • La région concentre près de 20% des diplômés chômeurs
  • Création d’une commission emploi et relations sociales à la CGEM régionale
  • Adéquation entre le tissu économique et la formation, incontournable

L’emploi et les relations sociales sont au centre des préoccupations de l’Union régionale Souss-Massa-Draâ de la CGEM. Le sujet était ces derniers jours au cœur d’une rencontre de l’entité à Agadir, animée par Jamal Belahrach. L’intérêt porté à la question s’inscrit dans le cadre de la stratégie 2020 de la confédération, mais s’explique aussi par la situation critique de l’emploi dans la région.
Le taux de chômeurs diplômés dans le Souss serait en effet le plus important du Royaume. Il avoisinerait les 20%, précise Abdelfattah Zine, président de l’Union régionale de la CGEM. Chose curieuse quand on sait qu’Agadir et sa région abritent quatre secteurs clés de l’économie nationale. Dans ces secteurs que sont l’agriculture, l’agroalimentaire, le tourisme et la pêche, tous tournés vers l’export, Agadir se classe au premier rang à l’échelle nationale. Mais le rendement des facultés et des écoles de l’université Ibn Zohr, qui ne dépasse pas 4.000 diplômés par an, ne trouve pas toujours preneur. Il faut dire que les activités précitées ont toutes les caractéristiques d’être saisonnières, souligne Zine. De son avis, cette spécificité régionale doit être prise en compte dans le cadre de la refonte du code du travail. Pour les membres de la CGEM Souss-Massa-Draâ, une adéquation entre l’université et les activités économiques de la ville s’avère nécessaire. Ces dernières années, des efforts en la matière ont été réalisés. Des masters professionnalisants dans diverses disciplines ont été mis en place. Mais il semble que cela n’est pas suffisant et qu’il faut en faire plus sur ce plan. Il reste cependant à trouver des moyens de financement. Il s’avère également qu’il faut endiguer les lacunes dont souffrent les jeunes diplômés de l’université. De l’avis des professionnels, il semble qu’ils ne sont pas assez outillés. Surtout que, les entreprises recherchent aujourd’hui plus de compétences que de porteurs de diplômes. Pour les opérateurs économiques, des efforts sont également à faire au niveau des relations sociales au sein des entreprises. Dans tous les secteurs, on recense des mouvements sociaux et le secteur de l’agriculture est particulièrement concerné. Aussi, la conclusion d’une convention collective entre syndicats et profession s’avère indispensable. Mais ce dossier n’avance pas. Pour l’heure, la CGEM Souss-Massa-Draâ a mis en place une commission emploi et relations sociales. A sa tête, Mustapha El Omari, DRH du groupe Kabbage et ancien directeur régional de l’Ofppt.

Malika ALAMI – leconomiste.com

Publié 13 décembre 2011 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Emploi, Région, Société

Kenzi Hotels Group ambitionne de s’installer dans d’autres villes du Royaume dont Agadir

Kenzi Hotels Group ambitionne de s’installer dans d’autres villes du Royaume afin de montrer à ses clients d’autres horizons et faire rayonner l’hospitalité marocaine.

L’hôtel Kenzi Farah à Marrakech vient de s’offrir un grand luxe. Une somptuosité dont la stratégie a été expliquée, samedi 10 décembre, dans les locaux de cet établissement relooké. Cette rénovation s’est faite, selon Abdellatif Kabbaj, président-directeur général de Kenzi Hôtels, «grâce au courage de notre groupe, aux efforts de nos équipes et après plus de 50 millions de dirhams d’investissements directs». En effet, ce ne sont pas moins de 600 personnes issues de corps de métiers confondus qui ont contribué à la rénovation de cet hôtel de 5 étoiles disposant de 384 chambres. Le groupe a vraiment pensé à tout ! Outre O Spa By Kenzi, il a, entre autres, doté l’hôtel Kenzi Farah d’une suite royale et de 10 chambres équipées pour les personnes à mobilité réduite. Aussi, une équipe de 360 personnes veille à satisfaire les besoins de la clientèle. De même, le groupe, disposant d’un réseau de 9 hôtels implantés de par le Royaume, emploie 2004 personnes dont 15% de cadres. A ce propos, Fahd Kabbaj, directeur d’exploitation de Kenzi Hôtels, a précisé : «Nous avons instauré une véritable gestion du capital humain. Notre personnel doit se sentir bien avec nous». Même son de cloche du côté du président-directeur-général du groupe qui a indiqué: «Nous avons une paix sociale et nous n’avons jamais touché à un cheveu de nos employés, même en ces temps de crise». Par ailleurs, le groupe avait ouvert le 1er avril 2010 Kenzi Club Agdal Medina, un hôtel club 1ère catégorie à Marrakech. Parallèlement, le groupe est en instance d’étude ou de réalisation de projets. C’est le cas du projet touristique immobilier de grande envergue à Saïdia, de celui de construction d’un hôtel à Agadir ou encore celui de gestion d’un «Grand Hôtel» de la place à Tanger. Ceci étant, le Groupe Kenzi Hôtels œuvre, entre autres, à la finalisation de la mise en place d’une nouvelle charte graphique. Kenzi Hôtels est également sur le point de finaliser sa charte environnementale. Comme il est en train de développer un concept novateur. Il s’agit du projet «Umami Desert Ecohotel», un futur établissement hôtelier de luxe composé de 20 suites. Tous ces atouts ne peuvent que faire valoir l’image du groupe à l’échelle internationale. «D’ailleurs nous sommes sollicités par les pays du Maghreb», a confié Abdellatif Kabbaj, également président de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière. La rénovation n’a pas seulement touché Kenzi Farah Hôtel Marrakech mais aussi celui de Ouarzazate.

Salima Guisser – aujourdhui.ma

Publié 13 décembre 2011 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Tourisme

Un guide du Maroc très bien fait par expat-blog.com

Un guide pour expatriés avec des tas de renseignements utiles :

Cliquez sur la couverture pour y accéder :

Publié 13 décembre 2011 par Michel Terrier dans Actualité, Solidarité

Les Gorges du Todgha

De très belles gorges, comme celles du Dadès, avec des parois abruptes, mais moins profondes et moins impressionnantes.
L’entrée des gorges :

On se sent vite tout petit !Il fait très sombre au fond :On approche de la sortie :Un marabout inhabituel à la sortie :C’est l’heure pourles moutons et les chèvres de rentrer à la bergerie, en empruntant un sentier sur lequel on n’oserait pas s’aventurer :

Pour nous aussi, c’est le moment de rentrer après cette escapade dans le sud, avec un beau coucher de soleil dans la montagne :

Cliquez sur les photos pour les agrandir. 

Publié 13 décembre 2011 par Michel Terrier dans Tourisme

%d blogueurs aiment cette page :