Archives de 13 mai 2012

Légère secousse sismique de magnitude 2.5 hier à 9H54 entre Asilah et Larache

emsc-csem.org

Publicités

Publié 13 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité

Le chergui s’abat sur le royaume

Après deux semaines d’alternance entre journées ensoleillées et brumeuses voire pluvieuses, depuis jeudi dernier, une vague de chaleur s’est invitée dans tout le royaume.

La journée du jeudi 10 mai aura été marquée par des degrés oscillants, sur le territoire national, entre 26° à Agadir et 42° à Marrakech en passant par 37° à Casablanca ou encore 38° à Rabat. Et cela ne risque pas de s’arrêter de si tôt. En effet, d’après Mohamed Belouchi, de la direction de Météorologie nationale: « Après actualisation de nos prévisions, cette vague de chaleur risque de perdurer jusqu’à jeudi prochain et non plus 48 heures ».  Remontant depuis le Sud, cette masse d’air continental chaude et sèche, que l’on nomme « Chergui », survenait habituellement plutôt à la fin du mois de mai, voire même durant l’été. Il n’empêche que, par le passé, des vagues identiques sont survenues durant la même période notamment en 1995, 2001 ou encore en 2006 rappelle Belouchi. Une situation des plus normales donc et qui ne confirme en aucun cas l’existence d’un changement climatique, contrairement à ce que certaines analyses simplistes tendent à affirmer.

Prendre ses précautions

Pour Belouchi : « Les prémisses d’un changement climatique sont certes là, notamment l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes extrêmes tels que les vagues de froid, les vagues de chaleur, les pluies torrentielles… Mais pour confirmer avec certitude que c’est bel et bien un changement climatique, il faudrait des études et des analyses sur des cycles longs sur des centaines d’années voire des milliers d’années. En attendant, la population devrait prendre ses précautions ».  Les personnes âgées sont, en effet, les premières touchées par les vagues de chaleur car en raison de leur âge, elles ne sentent plus la soif et risquent donc de se déshydrater. Il ne faut pas non plus oublier de donner régulièrement leur biberon d’eau aux enfants en bas âge et de les protéger du soleil.  Les personnes asthmatiques ou souffrant de maladies respiratoires ne sont pas non plus en marge. Selon Mohamed Bennani Naciri, médecin et président du Syndicat des médecins du secteur libéral: « Les vagues de chaleur ont la conséquence fâcheuse d’augmenter le taux de pollution dans les villes industrielles et en particulier à Casablanca, ce qui n’est pas sans conséquences graves sur ces personnes. Il faudrait qu’ils se protègent avant tout de la pollution. En plus, il ne faut pas oublier de boire de l’eau pour pallier la déshydratation, de faire attention aux fruits de saison qui, mal lavés, peuvent générer des intoxications et diarrhées comme il faut éviter le soleil ou du moins s’en protéger ». L’autre point sur lequel Belouchi attire l’attention concerne relatif le risque d’incendie qui plane sur les forêts. Il appelle à faire attention aux mégots ou tout autre produit inflammable.  De même que du côté de l’agriculture, la vague coïncide avec la saison des moissons, ce qui signifie que seuls les agriculteurs qui ont des cultures maraîchères ou encore les éleveurs, et particulièrement les aviculteurs, courent un risque de perte élevé.

Sara BAR-RHOUT – lesoir-echos.com

Publié 13 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Météo, Région

L’association Issafaren organise une campagne de la chirurgie de la cataracte au village de Tafraout

Du 09 au 12 Mai 2012 la Délégation du Ministère de la Santé – Province de Tiznit et l’Association Issafaren ont organisé une campagne de la chirurgie de la cataracte au village de Tafraout au profit de 100 patients indigents dont 7 patients(2 de Massa, 4 de Inchaden et 1 de Sidi Bibi) déjà suivis par l’Association Lueur d’Espoir Massa pour la même pathologie.
L’Association Lueur d’Espoir Massa a participé à cette campagne en offrant les médicaments nécessaires (ciprofloxacine) pour la prise en charge post-opératoire de 100 patients. Nos remerciements à tous les intervenants dans cette action humanitaire.

Publié 13 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Région, Solidarité

Opération séduction de l’agro’ marocain à Montréal

Les professionnels nord-américains de l’agroalimentaire n’aiment pas perdre leur temps. Ils étaient en effet nombreux à passer les portes aux premières heures de l’ouverture du Salon international de l’agroalimentaire (Sial), qui se tient depuis mercredi et jusqu’à ce vendredi à Montréal. Représenté par une dizaine d’entreprises, et un temps par l’ambassadrice du Maroc au Canada, Nouzha Chekrouni, venue apporter son soutien, le pavillon marocain a connu un incontestable succès. Un tel accueil a de quoi augurer de bonnes opportunités d’affaires pour les exposants ayant fait le déplacement. Câpres, olives en conserves, huile d’olive, semoule de couscous, sauces pour tajines, jus et agrumes… autant de secteurs qui exportent depuis des années, principalement vers la proche Europe, mais qui ne connaissent pas forcément le Canada, et plus particulièrement la province francophone de Québec. Ils espèrent donc tous pouvoir s’introduire dans un marché jugé difficile, car très différent des habitudes européennes qui dominent les exportations alimentaires marocaines, mais néanmoins juteux avec 33 millions de consommateurs – et près de 100.000 Marocains. Voisinage des États-Unis oblige, la junk food règne presque en maître dans le pays. «Les Canadiens ont l’habitude des plats préparés mais moins celle de préparer des plats. Néanmoins, ils sont aujourd’hui nombreux à vouloir découvrir de nouvelles recettes», explique Yassir Bacheikh, à la tête de Fady, importateur et exportateur exclusif de marques marocaines basé à Montréal. Pour lui, l’outil qui fera connaître la cuisine marocaine au Canada est la multiplication des dégustations.

Rude concurrence
5% seulement des câpres exportées par Urcimar le sont vers le Canada. Pour certains, la présence au Canada est même très récente. Les jus Valencia, qui sont apparus sur les rayonnages marocains début 2011, sont distribués au Canada depuis janvier 2012. Mais le potentiel est bien présent pour ces secteurs. En seulement cinq mois, les jus Valencia ont ainsi réussi à tirer jusqu’à 20% de leur chiffre d’affaires du marché canadien. Et la marque ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. A l’occasion de ce Sial, l’équipe présente sur place espère bien tisser des liens avec les marchés hispanophones. «On est là pour faire des affaires. Alors pourquoi ne pas conquérir le marché hispanophone ? Pour cela, nous nous devons d’être compétitif par rapport au marché local», explique Aziz Chirb, responsable Export au sein d’Agro Juice Processing, détenteur de la marque Valencia. D’autres ont même investi en direct, comme l’un des héritiers de la famille directrice du groupe Tria (pâtes et couscous), qui a cocréé, voilà presque une décennie, Zinda, une gamme de semoules de couscous prêtes à cuire fabriquées au Canada. Le comble pour un Marocain : les couscous saveurs (épinards, tomates et basilic, épices méditerranéennes, et couscous aux sept légumes), prêts en cinq minutes. Des innovations qui permettent au Maroc de garder une longueur d’avance sur ses voisins. Néanmoins, la concurrence est rude. Productrice d’agrumes dans la région d’Agadir, Clementina n’exporte vers le Canada que des clémentines, l’approvisionnement en oranges étant assuré par la Californie et la Floride. Pour les produits typiques du bassin méditerranéen, comme l’huile d’olive, les exposants marocains doivent en revanche redoubler d’efforts. La Tunisie est ainsi également venue vanter les mérites de sa production d’huile d’olive. Heureusement, le Maroc dispose d’un atout de taille : des lignes aériennes directes. Un avantage que le pays ne peut avancer à ses éventuels partenaires chinois, à l’occasion du Sial de Shanghai, qui se déroulait également du 9 au 11 mai et où le Maroc participait pour la première fois.

Anne-Sophie MARTIN – lesechos.ma

Publié 13 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Agriculture, Commerce

L’escale gadirie du tandem Bensalah-Kadmiri

«Il ne s’agit pas d’une vision mais d’une plateforme basée sur la régionalisation avancée et la PME», déclarait , mercredi dernier, le binôme Meriem Bensalah Chaqroun – Salaheddine Kadmiri, candidats à la présidence et à la vice-présidence de la CGEM, devant un auditoire composé du tissu économique d’Agadir. «Si Aujourd’hui la PME représente 50% des emplois privés au Maroc, elle ne contribue, en revanche, qu’à environ 10% de la valeur ajoutée nationale», explique Salaheddine Kadmiri. C’est pourquoi la facilitation de l’accès aux financements et aux marchés publics est une réponse aux requêtes des PME et constitue l’un des sept axes fondamentaux de la plateforme. «Nous proposons ainsi la mise en place d’une loi sur la compensation industrielle de façon à ce que les entreprises locales puissent accéder au moins à 30% des marchés publics», annonce toujours Kadmiri. S’agissant de l’amélioration de l’environnement juridique, l’avancement des différents chantiers accuse d’après le binôme un retard par rapport au calendrier initial. D’où la nécessité de revoir les dispositions du Code pénal en vue d’assurer une meilleure protection du chef d’entreprise, adapter le plan d’action de la Commission nationale de l’environnement des affaires (CNEA) aux priorités de l’entreprise et envisager le recours à un «loi de modernisation du droit des affaires», tout en codifiant les textes de loi. Pour ce qui est de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE), l’objectif est d’atteindre, selon Meriem Bensalah Chaqroun, 500 entreprises à l’horizon 2020 à travers l’octroi du Label de la CGEM. Actuellement, le constat est clair. Seulement 40 sociétés sont labellisées au référentiel de la RSE du patronat. Par ailleurs, les participants ont interpellé le binôme sur les contraintes liées à la cherté du foncier, aux zones industrielles et à l’informel. La solution émane, de l’avis de Meriem Bensalah Chaqroun, de l’opérationnalisation du partenariat public-privé, notamment le comité de coordination gouvernementale-CGEM institué dans le mémorandum d’entente signé le 6 mars 2012 à Skhirat, la déclinaison des plans d’actions nationaux, en l’occurrence «le pacte pour l’émergence industrielle » en plans régionaux et l’implication des unions de la CGEM et la mise en place d’une équipe dédiée au suivi des stratégies et à la transformation de stratégies en contrats-programmes/contrat d’application. Sur le volet compétitivité de l’offre, la modernisation du Code du travail s’impose selon les chefs d’entreprises en vue de régler le droit de grève. À cela s’ajoute la mise en place d’un observatoire dédié à la PME et d’une politique fiscale équitable et adaptée au contexte économique actuel, tout réduisant les rigidités afférentes au marché de l’emploi. Dans ce sens, «nombreuses sont les entreprises qui sont limitées dans leur développement par la difficulté d’accéder aux ressources humaines qualifiées», explique la candidate unique au poste de président de la CGEM. Avant d’ajouter qu’une reforme du système éducatif doit être effectuée afin que les entreprises puissent tirer profit de la formation professionnelle». En revanche, la tâche ne sera pas aisée pour le futur binôme dans la mesure où les ressources font défaut. «J’arrive avec très peu d’argent par rapport au dernier mandat, et les cotisations trainent toujours». souligne Bensalah. À cela, il faut ajouter l’absence d’un mode opératoire pour les régions à cause de la situation financière faible de la CGEM.

Yassine SABER -lesechos.ma

Publié 13 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Entreprises

Les nouveaux Walis et Gouverneurs du Maroc

10 Walis et 30 Gouverneurs concernant 23 provinces et 7 préfectures ont  été nommés jeudi à Rabat lors du Conseil des ministres présidé par le  souverain et reçus ce vendredi au Palais royal à Rabat lors d’une audience tenue en présence du ministre de l’Intérieur,   Mohand Laenser, du ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur,   Charki Draiss et du Chambellan du roi, Brahim Frej.
Ces nominations s’inscrivent dans le cadre du mouvement  concernant les responsables de l’Administration territoriale.
Au cours  des travaux de ce Conseil, 10 conventions et accords bilatéraux et  internationaux ont également été adoptés. Tenu au lendemain de la  nomination des membres de la Haute instance du dialogue national sur la  réforme de la Justice, ce conseil a été l’occasion pour le ministre de  tutelle, Mustapha Ramid, de présenter un exposé portant sur la réforme  du système judiciaire.
Notons par ailleurs que le souverain a également  nommé à l’issu de cette réunion ministérielle deux nouveaux membres, et  non des moindre, à la tête de la Haute autorité de la communication  audiovisuelle.

Voici la liste des walis et Gouverneurs nommés par SM le Roi :

Walis de l’administration centrale :

– Mohamed Rherrabi, wali, directeur général des affaires intérieures au ministère de l’Intérieur,
– Ibrahim Boufous, Wali, rattaché à l’administration centrale au ministère de l’Intérieur,
– Mohamed Halab, Wali, rattaché à l’administration centrale au ministère de l’Intérieur

Walis à l’administration territoriale :

– Mohamed Boussaid, wali de la région du Grand Casablanca, Gouverneur de la préfecture de Casablanca,
– Ahmed Moussaoui, Wali de la région de Meknès-Tafilalet, Gouverneur de la préfecture de Meknès
– Mohamed Mhidia, Wali de la région de l’Oriental, Gouverneur de la préfecture Oujda-Angad
– Idriss Khazani, Wali de la région Gharb-Chrarda-BniHssen, Gouverneur de la province de Kenitra
– Mohamed Derdouri, Wali de la région Fès-Boulmane, Gouverneur de la préfecture de Fès – Mohamed El Yazid Zellou, Wali de la région Souss-Massa-Draa, Gouverneur de la préfecture d’Agadir Ida Outanane
– Mohamed Faouzi, Wali de la région Marrakech-Tansift-El Haouz, Gouverneur de la préfecture de Marrakech
– Bouchaib El Moutawakkil, Wali de la région Chaouia-Ourdigha, Gouverneur de la province de Settat
– Abdelfattah Lebjioui, Wali de la région Guelmim-Smara, Gouverneur de la province de Guelmim
– Mohamed Fanid, Wali de la région Tadla-Azilal, Gouverneur de la province de Beni Mellal.

Gouverneurs à l’Administration territoriale :

– Fouzia Imensar, Gouverneur de la préfecture de Mohammedia
– Mohamed Fettal, Gouverneur de la province de Taza
– Ahmed Merghich, Gouverneur de la province d’Errachidia
– Abdesslam Bikrat, Gouverneur de la préfecture de Salé
– Al Mostapha El Attar, Gouverneur de la province de Nador
– Abdelghani Sebbar, Gouverneur de la province de Chichaoua
– Driss Benaddou, Gouverneur de la province de Figuig
– Abdelhak El Haoudi, Gouverneur de la province de Berkane
– Hicham Smahi, Gouverneur de la préfecture des arrondissements Moulay Rachid
– Karim Kassi Lahlou, Gouverneur de la préfecture des arrondissements Casablanca-Anfa
– Abdellatif Cheddali, Gouverneur de la province de Khouribga
– Lahcen Aghoujdame, Gouverneur de la province de Tinghir
– Nabil Kharroubi, Gouverneur de la province de Larache
– Hassan Belhadfa, Gouverneur de la province de Taounate
– Mohamed Kadiri, gouverneur de la préfecture d’arrondissement d’Aîn Chock
– Abdenbi Jaouada, gouverneur de la province de Mediouna
– Saleh Benyettou, gouverneur de la province de Ouarzazate
– Ali Akdim, gouverneur de la province de Boulemane
– Azeddine Halloul, gouverneur de la province de Tan Tan
– Mustapha Draiss, gouverneur de la province de Sidi Bennour
– Mohamed Ali Oukassou, gouverneur de la province de Khénifra
– Abdelghani Samoudi, Gouverneur de la province de Zagora
– Mustapha El Maaza, gouverneur de la province de Benslimane
– Abdellatif Bacheikh, gouverneur de la province d’El Hajeb
– Younes El Bathaoui, gouverneur de la province d’Al Haouz
Abdelhamid Chennouri, gouverneur de la préfecture d’Inzegane-Ait Melloul
– Mohamed M’rabet, gouverneur de la préfecture de M’diq-Fnideq
– Jamal Attari, gouverneur de la province de Ouezzane
Samir Yazidi, gouverneur de la province de Tiznit
– Abdelouahab Jabiri, gouverneur de la province d’Essaouira.

Gouverneurs à l’Administration centrale :

– Mohamed Sabri : gouverneur attaché à l’Administration centrale du ministère de l’Intérieur
– Ahmed Kadiri Boutchich : gouverneur attaché à l’Administration centrale du ministère de l’Intérieur
– Alami Zbadi : gouverneur attaché à l’Administration centrale du ministère de l’Intérieur
– Mohamed Nekhcha : gouverneur attaché à l’Administration centrale du ministère de l’Intérieur
– Abdelmajid Hankari : gouverneur attaché à l’Administration centrale du ministère de l’Intérieur
– Al-Akel Benthami : gouverneur attaché à l’Administration centrale du ministère de l’Intérieur.

lesechos.ma

Publié 13 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Région

Le programme du festival Timitar 2012 à Agadir

Publié 13 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Festival, Musique

%d blogueurs aiment cette page :