Archives de 15 mai 2012

Une baleine s’échoue sur une plage de sidi R’bate dans la province de Chtouka Ait-baha.

Une baleine s’est échouée dimanche sur une plage de sidi R’bate dans la province de Chtouka Ait-baha.
Les habitants du village ont été surpris par le mammifère de près de 16 tonnes qui est venu s’échouer sur la plage. Il respirait et remuait la queue, indique-t-on auprès de témoins.
Malgré les tentatives de bénévoles pour le remettre à l’eau, le mammifère de type rorqual, d’environ 17 m de longueur, n’a pu être sauvé.
Des représentants de la délégation de la pêche maritime et de l’Institut national de recherche halieutique se sont déplacés sur place pour tenter de déterminer les causes ayant entraîné l’échouement de la baleine.  

soussannonces.net

Publicités

Publié 15 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Insolite, Région

Monuments historiques : La Kasbah d’Agadir Oufella doit être débarrassée de ses antennes !

Autrefois, la ville d’Agadir s’enorgueillissait de posséder quelques rares monuments et sites historiques, témoins de son passé lointain, qui ont résisté au tremblement de terre qui l’a anéantie le 29 février 1960. Il s’agit des vestiges du fortin portugais,   de la kasbah d’Agadir Oufella et du  môle du vieux port  qui existait bien avant la construction de  l’ancien port de la ville.   Mais un beau jour, on a rayé de la carte ce débarcadère qui se trouvait juste en face de l’endroit où se tenait l’ancien souk hebdomadaire de Lâarba n’Ougadir pour qu’il cède la place à la réalisation d’un projet commercial. Ce môle donc a disparu à jamais dans l’indifférence la plus totale.     Il en a été de même des canons de la kasbah dont une bonne partie était enfouie dans l’enceinte de l’ancien fortin portugais, et qui disparurent un jour comme par enchantement.  Séparés de leurs tourelles que l’on a abandonnées sur les lieux, les deux grands canons, qui servaient à défendre la ville  contre toute invasion étrangère, furent déplacés et ornent aujourd’hui le perron de la wilaya de la région-Souss-Massa Drâa. D’autres,  de petit calibre, furent sauvés in extremis, et sont actuellement exposés à l’entrée du musée du souvenir au jardin Olhão. Et l’on se pose toujours la question suivante : mais où sont donc passés les autres canons de la kasbah ?   La kasbah, qui abritait un beau quartier très animé avant le séisme, est devenue après la catastrophe de 1960 un cimetière collectif. Seul, le mausolée de Sidi Boujemâa Aguenaou veille sur les lieux que sont venues polluer visuellement une dizaine d’antennes ou paraboles. Et encore une fois, rien n’a été fait pour faire respecter les textes protégeant ce site historique classé en vertu du Dahir du 13 février 1914 portant conservation des monuments historiques et du Dahir du 23 mars 1944 portant classement de la kasbah d’Agadir Ighir  ainsi que la circulaire ministérielle n°73/d du 30 décembre 1992 relative à l’application de la législation en matière de sauvegarde des monuments et sites historiques.
Il est donc à espérer que ces antennes et paraboles seront enfin déplacées vers un autre endroit et que la kasbah d’Agadir Oufella, que la commune urbaine a commencé à réhabiliter, en soit débarrassée une fois pour toutes.  

libe.ma

Publié 15 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Aménagement, Souvenir, Tourisme

L’APP fait le point

Cinq années après son lancement, l’heure est au bilan pour le programme MCA-Maroc (Millenium Challenge Account). C’est à partir d’aujourd’hui que l’Agence de partenariat pour le progrès (APP), entité chargée de l’exécution de ce programme organise un tour de presse vers ses projets réalisés dans le Sud. Le directeur général de l’APP et les autres directeurs exécutifs ont accompagné cette visite entamée à partir de Marrakech, devant également faire escale à Agadir. En effet, ce tour constitue une occasion pour évaluer les chantiers mis en place par l’Agence depuis sa création en août 2007 et précédera ainsi la réunion du Comité de conseil stratégique du Millenium «Account Challenge», présidé le 16 mai prochain par le chef de gouvernement marocain, mais aussi la visite de l’ambassadeur MCC Américain prévue pour le 10 juin de cette année. Outre la visite de l’Institut des arts traditionnels de Marrakech (formation professionnelle assurée aux artisanats et octroi des fours à Gaz), deux projets à haute valeur ajoutée feront aussi l’objet de visite. Il s’agit des aménagements hydro-agricoles et de plantations d’oliviers inscrits dans le cadre du projet «arboriculture fruitière». D’une superficie totale de l’ordre de 25.700 ha, en grande partie des oliviers, le projet a permis l’année dernière la plantation de 15.000 ha d’arbres fruitiers. À noter que le secteur génère près de 25 millions de journées de travail par an, soit l’équivalent de 165.000 emplois permanents. Les deux autres projets appartiennent à la pêche artisanale. Un appui de 116,2 millions de dollars a été en effet octroyé au secteur dans le cadre de l’accord signé entre le Maroc et la Millenium Challenge Corporation. Et ce, pour financer trois grandes activités (la construction des points de débarquement aménagés, l’aménagement des infrastructures au profit de la pêche artisanale au niveau des ports de pêche et la reconstruction/ construction des marchés de gros au poisson. Celui de Marrakech (reconstruction) fait partie de ce réseau national composé en total de 9 autres points de vente.
Pour ce qui est du point de débarquement de Tifnit dont les travaux de construction ont été inaugurés le 15 janvier 2011, une visite royale est programmée pour son inauguration. Le coût total du projet est de 42,5 millions de dirhams et il profitera à plus de 500 marins pêcheurs artisans exploitant 169 barques. La superficie globale du PDA de Tifnit est de 14.900 m2 et il se compose de trois principales zones. Un espace administratif et socio collectif décliné autour de bâtiment administratif, cafétéria et dispensaire en plus d’un local pour la coopérative et une salle de formation. S’agissant de la zone des marins pêcheurs, elle se compose de 170 locaux pour pêcheurs avec blocs sanitaires et des bornes fontaine, un atelier mécanique et un autre de réparation des barques, un local de distribution de carburant, 170 boxes de jerricanes et un local de vente du matériel de pêche. La zone commercialisation abrite pour sa part une halle au poisson, une chambre isotherme, une fabrique de glace, un local de stockage des caisses, 10 locaux pour mareyeurs et 2 Parkings pour les vendeurs et les acheteurs.

Yassine SABER – lesechos.ma

La plaisance reste à quai

La plaisance est en mauvaise passe. Elle a fortement chuté en 2011. «Rien qu’au niveau de la marina d’Agadir, le taux d’occupation a chuté de 70%», affirme son maître de port, Samir Benjelloun. En cause : l’instabilité macroéconomique. En effet, les touristes étrangers, principaux clients des ports de plaisance au Maroc, se font rares au lendemain du Printemps arabe. En contrepartie, on ne peut visiblement pas beaucoup compter sur le marché local «qui est encore une niche de 5 MDH», selon Abdeljalil Ouahdi, sous-directeur et chef de la Souscription et de la gestion du transport à Wafa Assurance. Mais les professionnels ne comptent pas baisser les bras. Ils s’attendent d’ailleurs à une reprise cet été même s’ils restent convaincus que les arrivées touristiques n’atteindront pas les taux de progression enregistrész  entre 2009 et 2010 (22%). Ces constats ont été relevés lors du 1er Yachting Business Meeting, organisé par Maroc Nautisme au siège de la CGEM, vendredi dernier.  Cet événement avait pour but de créer des synergies et des opportunités d’affaires dans le secteur nautique marocain. Ainsi, acteurs du nautisme et de la plaisance, fédérations sportives et clubs nautiques, institutions financières et assurances ont répondu présent à une séance de rencontres express, où des synergies ont été envisagées. Ces professionnels se sont accordés à dire qu’il y a du retard à rattraper. Aujourd’hui, sur ses 3.500 kilomètres de côtes, le Maroc ne dispose que de six marinas, réunissant environ 3.000 anneaux (Rabat, Casablanca, Saïdia, Marina Smir, Kabila et Agadir). Ces sites sont les seuls à disposer véritablement d’infrastructures spécifiques pour l’accueil du nautisme de plaisance. Ce n’et pas tout, puisque la réglementation jugée «archaïque» par les professionnels du secteur entrave le développement des ports de plaisance. «Il n’existe pas d’instance pour délivrer un permis d’embarcation de plaisance», indique Samir Benjelloun. D’autant plus que les marinas existantes manquent d’assistance. En clair, «lors des appels d’offres relatifs aux concessions des ports de plaisance, l’Administration doit établir deux cahiers des charges séparés», indique Malek Mghazli, président de l’Association marocaine des professionnels du nautisme et des marinas (AMPNM). L’un concernerait la construction immobilière et touristique et l’autre, l’entretien de la marina. «Ceci obligera les investisseurs de la marina d’avoir des équipements, des heures de carénage, des matériaux de levage, des stations d’essence, des réseaux pour pouvoir utiliser des bateaux et des quais équipés». Le département des Sports nautiques au ministère des Sports était présent lors de cette réunion d’affaires, pour constituer un comité mixte avec les professionnels du nautisme, et ce, «pour développer les sports nautiques au Maroc, conjointement avec le tourisme de plaisance», comme l’indique Khalid Abbi, responsable du département.

Athar HOUSNI – lesechos.ma

Publié 15 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme

Maroc : les juifs marocains se réunissent près d’Essaouira

 Simon Levy.

Vendredi dernier, la communauté juive marocaine a célébré de la hilloula du Rabbi Nassim Ben Nessim près d’Essaouira.

Plusieurs pèlerins juifs venus, du monde entier et du Maroc, pour se sont retrouvés dans le village d’Aît Bayyoud de la province d’Essaouira pour célébrer la hilloula du Rabbi Nessim Ben Nessim. Les participants à ce moussem annuel au sanctuaire du Saint Rabbi Nessim Ben Nessim situé à environ 60 km de la ville d’Essaouira ont vécu, dans la joie et la quiétude la plus totale, des moments forts de recueillement et de piété.

Une réception a été organisée à laquelle ont pris part, outre les pèlerins juifs venus de plusieurs pays, le président du Conseil provincial des oulémas, Mohamed Menguitte
le président de la communauté juive d’Agadir et président des lieux saints du Sud Simon Lévy, et les représentants des autorités locales.

L’assistance a élevé des prières pour le repos de l’âme des regrettés Souverains feu S.M. Hassan II et feu S.M. Mohammed V, implorant le Très-Haut de préserver S.M. le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, et de combler le Souverain en la personne de S.A.R. le Prince Héritier Moulay El Hassan et de l’ensemble des membres de l’illustre Famille royale.

Elle a par ailleurs rappelé le très fort attachement de la communauté juive marocaine à leur mère patrie, le Maroc.

biladi.ma

Publié 15 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Région

Maroc : il fait chaud, très chaud !

Une vague de chaleur exceptionnelle pour cette période de l’année sévit sur le Maroc.

Depuis jeudi dernier, les températures au Maroc sont proches des records, largement supérieurs aux moyennes saisonnières. Si des coups de chaud peuvent se produire dès la fin mai, un tel niveau de température sur une si longue durée est beaucoup plus exceptionnel, notamment à Agadir où la proximité de littoral limite ordinairement les excès de chaleur.

Ces températures exceptionnelles s’expliquent par de l’air très chaud et sec en altitude, 30°C à 200 mètres. A la manière du Foehn sur les reliefs alpins, le Chergui souffle de l’est du Maroc vers la côte, en passant par les reliefs du Haut et du Moyen-Atlas, et accentue encore plus la chaleur sur les plaines littorales, d’où les températures exceptionnellement hautes élevées enregistrées depuis jeudi dernier.

Si le Maroc est touché, le Sud de l’Espagne également. La barre des 30°C était dépassée sur toutes les régions situées au sud de Madrid, plus de 38°C à Séville, tandis que le vent de nord-est a ramené un peu plus de fraîcheur hier des Asturies à la Catalogne.

Cette vague de chaleur devrait se maintenir jusqu’en milieu de semaine, avec vraisemblablement de nouveaux records…

biladi.ma

Publié 15 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Météo

%d blogueurs aiment cette page :