Archives de 20 mai 2012

4 000 écoles où on enseigne en amazigh, 14 000 enseignants formés

Le nombre des écoles dans lesquelles l’amazigh est enseigné est passé de 317 pendant l’année scolaire 2003/2004 (date du démarrage de l’enseignement amazigh dans les écoles publiques) à plus de 4 000 établissements primaires actuellement.
Selon des chiffres récents rendus publics par le ministère
de l’éducation nationale, il a été formé environ 14 000 enseignants de langue amazighe. Toujours dans le cadre de la formation, 300 inspecteurs ont également été formés ainsi que 75 formateurs dans les centres de formation de professeurs de l’enseignement primaire. Par ailleurs, des manuels scolaires, «les meilleurs de la région», selon le ministre Mohamed El Ouafa, sont disponibles de la première à la sixième année primaire.
A ce jour ce sont près de 545 000 élèves qui ont suivi des cours d’amazigh, soit 15% de l’ensemble des élèves du pays. Nous sommes certes loin de la généralisation prévue par la convention signée en 2003 entre le ministère et l’Ircam, mais c’est déjà un progrès. C’est donc pour recadrer l’enseignement de la langue que le ministère et l’institut ont signé une nouvelle convention le 16 avril 2012.
La langue amazighe a fait également son entrée dans l’université. La faculté des lettres d’Agadir a déjà lancé un master dédié à cette matière. Entre ce master et une filière spécialisée, la faculté a formé, en 2010, 238 étudiants. L’université d’Oujda s’y est également mise et 193 étudiants y ont été formés, la même année, dans une filière dédiée. C’est le cas également pour l’université de Fès qui compte, la même année, 98 lauréats dans une filière similaire.

lavieeco.com -soussannonces.net

Publicités

Publié 20 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Culture, Enseignement, Région

Le tourisme rural dans le Souss-Massa-Draa primé

Le Réseau de développement touristique rural (RDTR) du Souss Massa Drâa, un collectif crée pour favoriser un tourisme de qualité en milieu rural, s’est vu remettre le trophée 2012 du tourisme responsable dans la catégorie développement socio-économique, en marge d’un forum international organisé à Rabat. Depuis sa création il y a une année, cette association de PME touristique oeuvre pour un tourisme de qualité en milieu rural en appuyant les promoteurs de la région dans leur démarche de commercialisation, de marketing et d’éco-labellisation, a indiqué à la MAP son président, Hassan Aboutayeb en marge de sa participation à la Global conférence Rabat-round, initiée les 16 et 17 mai par les Ateliers de la Terre. M. Aboutayed, qui dirige un ecolodge en pleine forêt d’arganeraie, a précisé que cette démarche de soutien au PME touristiques rurales avait commencé bien avant la création du RDTR grâce à l’appui financier et logistique apporté par le Conseil régional du Souss Massa Drâa dans le cadre notamment de subventions. Le développement du monde rural et la lutte contre la pauvreté à travers le développement d’activités génératrices de revenus, figurent parmi les principaux objectifs du réseau. Les candidats au trophée 2012 du tourisme responsable avaient préalablement soumis un dossier. Les finalistes ont ensuite passé un entretien devant un jury d’une quinzaine de professionnels du secteur du tourisme et de représentants de la Fondation Mohammed VI pour l’environnement et d’ONG actives dans le domaine. La Global Conférence de Rabat, qui a vu la participation de représentants d’une quinzaine de pays, a servi d’opportunités pour débattre des enjeux liés notamment à la préservation des ressources naturelles, la mobilité dans les villes ou encore le tourisme durable.

Publié 20 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Tourisme

La zone du grand Agadir a concentré plus de 68% des investissements de la région Souss Massa Drâa durant la période 2002-2010

La zone du grand Agadir a concentré plus de 68 % des investissements engagés dans la région Souss Massa Drâa (SMD), ce qui correspond à plus de 55,6 milliards de dirhams (MMDH) sur la période 2002-2010, selon le Centre régional d’investissement (CRI).

Le grand Agadir concentre également 83 % des investissements dont le montant est supérieur à 200 millions de dirhams (MDH) enregistrés au niveau de toute la région, a indiqué le CRI dans le dernier numéro de sa revue +CRI-Agadir news+, pour le mois de mars.

La zone du Drâa, quant à elle, est classée en deuxième place avec 11 % des investissements réalisés durant la même période, soit un montant global d’investissement qui dépasse les 9,5 MMDH.

Pour sa part, le PIB est concentré à plus de 60 % sur la zone du grand Agadir et celle du Drâa.

Quant à l’investissement dans le secteur du Bâtiment et travaux publics (BTP), au niveau de la région de SMD, il a enregistré un taux d’accroissement moyen annuel de 28 %, en réalisant plus de 900 projets avec un montant global qui dépasse 36,7 MMDH, précise la même source.

Pour ce qui est du secteur du tourisme, il vient en deuxième position avec plus de 19,5 MMDH d’investissements réalisés sur la période 2002-2010, et ce malgré la conjoncture mondiale et le retard enregistré dans le lancement des grands chantiers du plan Azur au niveau régional. Ainsi, la région SMD affiche une progression du nombre de projets touristiques de l’ordre de 14 %.

Le secteur de l’industrie, quant à lui, a enregistré un taux d’accroissement moyen des investissements industriels engagés de 11 % sur ladite période, soit un montant global de plus de 13,1 MMDH.

Concernant les investissements dans les secteurs du commerce et des services, ils ont affiché un taux d’accroissement annuel de l’ordre de 10 %, a noté la revue qui relève que ces secteurs représentent plus de 16 % des investissements engagés dans la région sur la même période, avec la réalisation de plus de 43.000 projets.

MAP – aufaitmaroc.com

Publié 20 mai 2012 par Michel Terrier dans Agadir, Développement, Economie, Région

%d blogueurs aiment cette page :