Archives de 25 mai 2012

Maroc : l’attachement de François Hollande

Jeudi, le nouveau président de la République a réaffirmé l’attachement de la France au Maroc au Roi Mohammed VI.

Le président François Hollande a réaffirmé au roi du Maroc Mohammed VI, « son attachement à l’amitié entre la France et le Maroc », à l’occasion de leur première rencontre officielle de jeudi.

« Le président de la République a réaffirmé son attachement à l’amitié entre la France et le Maroc et souligné son caractère exceptionnel grâce aux nombreux liens entre nos deux pays et nos deux sociétés et la volonté commune de construire un espace euro-méditerranéen », a affirmé jeudi l’Élysée dans un communiqué.

Par ailleurs, le chef de l’Etat qui a pris ses fonctions le 15 mai, « a salué le processus de réforme démocratique, économique et sociale en cours dans le royaume à l’initiative », poursuit encore la présidence qui souligne que « la France se tient au côté du Maroc dans la voie qu’il a choisi pour la modernisation économique et d’approfondissement de l’État de droit ».

Le monarque chérifien a été reçu par François Hollande à l’Élysée à l’occasion d’une visite privée qu’il effectue en France.

biladi.ma

Publicités

Publié 25 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité

Elections législatives françaises 2012 – 9ème circonscription ( celle d’Agadir )

Modalités :

Cliquez sur le nom des candidats ci-dessous pour voir leur programme :

1. Bertrand VITU

2. Yves PAUMIER

3. Laetitia SUCHECKI – Pas d’information

4. Yannick URRIEN

5. Karim DENDENE

6. Alexandre FOULON

7. Frédérique RUGGIERI

8. Alexandra PIEL

9. Sihame ARBIB-verso

10. Aicha GUENDOUZE

11. Alain LE MOULLEC

12. Khadija DOUKALI

13. Pouria AMIRSHAHI

14. Zine-Eddine M’JATI – verso

Documents émanant du site du Consulat Général de France à Agadir

Publié 25 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité

Le festival Timitar du 27 au 30 juin 2012 à Agadir 9éme édition

Autour de la musique et des chants, c’est la fraternité des peuples du monde qui est fêtée à Agadir pendant le festival Timitar qui cette année encore offrira la qualité et la diversité pour le plus grand bonheur de tous.
Sur la place Al Amal, la place Bijaouane et au sein du Théâtre de Verdure, ce sont 400 artistes qui laisseront s’envoler les sonorités les plus étonnantes vers le ciel d’Agadir. Ce rendez vous de la musique du monde est devenu en Afrique un incontournable, une référence en matière d’ouverture et de compréhension, un pont tendu entre les cultures du monde entier.
Mory Kanté, Earth Wind and Fire, Kacem Al Sahir, Bomba Estero, pour ne citer qu’eux entoureront le groupe Izenzaren, figure emblématique, au rythme des troupes Ahwach de l’Atlas et les Rayssates du Souss. Tous les styles seront représentés, du lyrique avec Samira Kadiri à la guitare touareg avec Abdellah Oumbagoudou.
Le festival Timitar, dont l’essence est la culture amazighe, reste fidèle à sa philosophie mondialiste d’origine. La mondialisation de Timitar est l’antithèse de la mondialisation économique que nous vivons aujourd’hui. Il s’agit, non pas d’annihiler les traditions et les cultures en ramenant l’homme à une seule donnée économique mais on contraire de redonner à l’homme sa dimension humaniste. En prouvant que la tradition n’est pas un obstacle à la fraternité des hommes, ne les sépare pas mais les réunis, Timitar donne un exemple à suivre.
Les accents lancinants du guembri et du bendir, de la guitare et de la flûte, les chants et les danses dessinent le canevas étonnant sur lequel les hommes se rejoignent. La musique est une langue universelle qui par delà les différences instaure une fraternité bénéfique à l’évolution spirituelle des peuples. Les mystères Gnaouas, la richesse poétique et ésotérique des Soufies et des chants littéraires berbères vont s’enrichir comme chaque année de l’apport venu de Colombie ou de Corée, de France ou d’Angola.
La musique est aussi une vague sur laquelle vogue le mot. Toutes les civilisations depuis que l’homme est homme ont lié la musique et le mot. Pour exprimer l’espoir, la tristesse ou la joie, pour glorifier Dieu ou plus prosaïquement pour faire pleuvoir. La danse, qui accompagne invariablement la musique et le mot, permet de transformer l’homme lui aussi en instrument et de décupler l’intensité du message. C’est ce lien, cette communauté de ressenti, ce terreau originel que le festival Timitar met en exergue chaque année depuis neuf ans avec un succès grandissant.

soussannonces.net

Publié 25 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Festival, Musique

Agadir/Tourisme rural : Une alternative pressante

Le balnéaire n’est pas seul créneau sur lequel peut compter le tourisme dans la région Souss Massa Drâa au potentiel économique de qualité. Le tourisme alternatif sous toutes ses formes et dont le rural occupe une place de choix demeure une activité d’une importance capitale dans un environnement écologique aussi attrayant que porteur. L’apport décisif de ce secteur vital en termes de capitalisation de ces produits naturels vise à valoriser ces alternatives intégrées dans la vision 2020 au niveau des pôles Souss Sahara Atlantique et Atlas Vallées. L’accompagnement que mène cette stratégie au niveau des projets micro-entreprises, de la protection juridique des produits du terroir, en particulier l’arganier, le safran, la figue de barbarie, la rose… Cette démarche fort ambitieuse nécessite beaucoup de volontarisme, de méthodologie et de technologie. Cet effort qui devrait être déployé de concert par tous les intervenants dans le domaine, notamment le réseau associatif qui s’organise en associations fédératrices pour affronter dans la synergie les contraintes et les entraves rencontrées. Cet aspect touristique d’envergure draine, de plus en plus, une clientèle croissante. La mobilisation autour du site d’Immouzer Ida Outanane ne fait que valoriser les potentialités dont regorgent ces zones attractives. Nul doute que ces efforts tendent à la diversification des produits touristiques de l’une des destinations prisées du royaume où se côtoient mer, montagne, oasis, désert, verdure, neige…C’est dire que tous les goûts peuvent y trouver leurs comptes. Il va sans dire également que le balnéaire a constitué, depuis des lustres, le levier incontestable de l’industrie touristique de la capitale du Souss. Pour ce faire, on avait misé, dès les années 80, à mener une course folle pour l’édification des unités hôtelières de haut standing, avec l’entrée en lice des Tours opérateurs, au côté des investisseurs et des opérateurs économiques marocains. Cependant, au fil du temps, on s’est bien rendu compte que ces TO pratiquaient une véritable mainmise sur la destination et exigeaient une capacité d’accueil encore plus grossissante. Or, l’on constatera que les complexes hôteliers connaissent de plus en plus des fléchissements de plus en plus déconcertants. Nombre d’hôtels mettent les clefs sous le paillasson, d’autres trouvent beaucoup de mal à vivoter et tombent éperdument dans le délabrement. L’option balnéaire de luxe s’avère, en conséquence, mise à rude épreuve, au détriment du tourisme destiné aux classes moyennes et petites, de grandes masses. C’est ainsi que le tourisme intérieur n’a jamais pu se hisser aux honneurs, quoique les compatriotes marquent constamment sur leur carnet de vacances le nom d’Agadir comme destination de prédilection. Cet échec a occasionné, à coup sûr, des retombées de taille dans la vision et l’ambition globales tablées sur Agadir, en tant que pièce maitresse de l’économie nationale, avec plus de 25.000 lits qui seraient renforcés par la fondation de la station balnéaire de Taghazout. Toutes ces prévisions broient aujourd’hui du noir, avec l’effritement de la capacité litière d’Agadir qui connait des régressions ahurissantes et le chaos que traverse son alter égo par des échecs répétitifs cuisants. Devrait-on se rabattre maintenant sur le tourisme rural, avec ce que présente l’arrière pays, tel Imouzzer, comme potentiel naturel de qualité ? Evidemment oui.. Toutefois, il va falloir concilier les deux volets indissociables, en mettant en place une refonte de l’action touristique dans la région, avec l’implication de tous les intervenants du secteur, toutes catégories confondues.

Saoudi El Amalki – albayane.press.ma

Publié 25 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Région

Maroc : l’avion solaire « Solar Impulse » est parti pour son premier voyage intercontinental

« Solar Impulse » s’est envolé jeudi matin pour son premier vol intercontinental qui, après une escale technique en Espagne, doit le mener à Rabat.

Profitant d’une météo enfin favorable, « Solar Impulse » a décollé à 8h25 de l’aéroport militaire de Payerne, en Suisse. L’envol, initialement prévu pour 6h45, a été reporté en raison d’un léger brouillard.

Ce premier voyage intercontinental représente au total une distance de 2 500 km sans une goutte de carburant. Le prototype dont les ailes sont recouvertes de 12.000 cellules photovoltaïques alimentant quatre moteurs électriques d’une puissance de 10 chevaux chacun devrait passer la frontière française en survolant le Jura en direction de Pontarlier. Il survolera ensuite le Massif central, mettant le cap sur Toulouse avant de franchir les Pyrénées et de gagner l’Espagne.

« Solar Impulse » devrait arriver à l’aéroport de Madrid-Barajas tôt vendredi, dans la nuit. Pour cette première étape, c’est André Borschberg qui est aux commandes. Bertrand Piccard prendra ensuite le relais pour emmener l’appareil par-dessus le détroit de Gibraltar vers sa destination finale, Rabat. Ce vol aura lieu quelques jours plus tard, même si  les organisateurs se réservent la possibilité d’annuler le vol en fonction des conditions météorologiques

Présent sur le tarmac, le conseiller fédéral Didier Burkhalter a déclaré voir dans le projet « Solar Impulse » un symbole pour l’avenir, nourri par de nouvelles technologies et de nouvelles idées.

biladi.ma

Publié 25 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Technique

Maroc : Barid Al Maghrib lance un timbre-poste audio

A l’occasion de la célébration du centenaire de l’émission du premier timbre-poste, Barid Al Maghrib annonce l’émission un timbre-poste audio. Après la Chine et la Hollande, le Maroc sera le troisième pays au monde à lancer ce genre de timbre.

Jamal Chaârani , directeur-général adjoint du Groupe Barid Al Maghrib, a annoncé l’émission du premier timbre-poste audio à l’occasion de la célébration du centenaire de l’émission du premier timbre-poste.

Le premier timbre-poste a été émis le jour le 22 mai 1912, sous le règne du Sultan Moulay Abdelhafid. Il représentait la Zaouia Issaouia de Tanger. A cette époque, une série de six timbres avait été émise avec des couleurs et des valeurs faciales différentes, dont celle de la pièce monétaire Mozola, (Al mawzouna), l’équivalent du dirham actuel.

Depuis 2012, le Maroc et Barid Al Maghrib comptent à leur actif 2 000 timbres et un musée du timbre-poste ouvert en 1970. Barid El Maghrib dispose d’un autre projet de musée du timbre, récapitulant l’histoire postale du Maroc depuis le premier timbre jusqu’au timbre audio, a indiqué M. Chaârani.

La commémoration du centenaire du timbre-poste a démarré mardi à 19h00. Elle sera marquée par la présentation d’une série limitée de timbres-poste, l’intervention de philatélistes de renom et le lancement d’une caravane qui sillonnera de juin jusqu’à novembre les principales villes du Royaume.

Le Maroc s’est déjà illustré dans le passé en étant le deuxième pays à avoir émis un timbre graine, à l’occasion de la Journée de la Terre. Ce timbre pouvait être ensemencé, après son utilisation, et au bout de 3 à 4 semaines, émerge une pousse de luzerne. Il est le troisième à avoir émis un timbre lenticulaire et le quatrième pour un timbre avec un gaufrage et une dorure, a indiqué M. Chaârani qui a par ailleurs rappelé le timbre parfumé a également été émis avec des micros capsules qui permettent d’exhaler le parfum de l’oranger ou de la rose.

Ce concept audio consiste à intégrer des micro-puces au niveau du timbre qui, une fois passé dans un lecteur optique ou un smart phone, reprend soit l’hymne national, soit la Tbourida (Fantasia), a expliqué M. Chaârani.

biladi.ma

Publié 25 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Technique

%d blogueurs aiment cette page :