Archives de 30 mai 2012

Rallye du Maroc Historique : Classement après la 3ème journée.

La carte de l’étape (cliquez sur la carte pour l’agrandir) :

Plus que 45 classés sur 62 équipages qui ont pris le départ : déjà 17 hors course !

Notre Gadiri Khalid Kabbage avec sa copilote Solène Szys figurent toujours au classement, mais, en plus, ils améliorent de jour en jour leur classement : 47 ème puis
41 ème et 35 ème aujourd’hui !

Classement :

Publicités

Publié 30 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Sport automobile

Agadir : 1ères Assises régionales des énergies renouvelables

  • Elles se tiendront les 13 et 14 juin 2012
  • Prix Energia et Maroc-Eco et création d’un syndicat pour le secteur
  • Batexpo du 13 au 17 juin 2012

“Ensemble, construisons un monde durable”. C’est sur ce thème que vont se dérouler les premières Assises régionales des énergies renouvelables et du développement durable (Energia) à Agadir les 13 et 14 juin prochain. “Cette première édition de ces Assises constituera une opportunité d’échange et de partage d’informations entre les différents participants, acteurs et chercheurs nationaux et internationaux dans les domaines de l’énergie, de l’environnement, du bâtiment et de l’habitat, de l’économie et de la société civile”, précise Bouchra Grana de l’agence GRACOM. Ce sera aussi l’occasion, à travers cette manifestation, de concrétiser une réflexion scientifique et responsable autour de l’application de l’efficacité énergétique dans les chantiers de demain et dans l’essor des régions du Maroc, a-t-elle ajouté. Ces Assises s’inscrivent ainsi dans le cadre de la stratégie énergétique du Maroc visant à assurer la sécurité de l’approvisionnement et la disponibilité de l’énergie, d’apporter un accès généralisé à l’énergie, de maîtriser la demande et  de préserver l’environnement. Elles verront la naissance d’un syndicat des énergies renouvelables regroupant les professionnels des énergies renouvelables et de l’habitat. Les premières Assises régionales des énergies renouvelables et du développement durable (Energia) seront aussi l’occasion de remettre le Prix Energia et des trophées Maroc-Eco aux projets les plus engagés dans le développement durable de la région. Pour rappel, la première édition des Assises régionales des énergies renouvelables et du développement durable (Energia) sont organisées par l’Agence GRACOM en partenariat avec le Conseil régional de Souss Massa Draâ et le Gouvernement des Iles Canaries. Parallèlement aux premières Assises régionales des énergies renouvelables et du développement durable, démarrera la 7ème édition du Salon du Bâtiment et de l’Habitat qui se déroulera du 13 au 17 juin 2012. Le thème retenu pour BATEXPO 2012 est «Le développement durable et l’efficacité énergétique dans le secteur du BTP». Des délégations de pays tels que la France, l’Espagne, La Turquie, Les Iles Canaries et l’Allemagne seront présentes.

Fatiha Nakhli – leconomiste.com

Publié 30 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Ecologie, Environnement

Souss/Economie d’eau : Des pistes pour sensibiliser les petits agriculteurs

  • Les informer de tous les moyens à leur disposition par le Plan Maroc vert
  • Rencontre sur la gestion durable des agro-systèmes à la CCIS d’Agadir

«Le développement agricole au Maroc entre stratégies et contraintes d’application». C’est sous ce thème que l’association Les Economicos pour l’intégration des jeunes dans la vie active a organisé un séminaire dédié à l’agriculture. La manifestation a eu lieu en fin de semaine dernière à la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Service d’Agadir. «Notre principal objectif est de faire le point sur l’apport du Plan Maroc vert à la gouvernance des ressources hydriques à l’épreuve des changements climatiques et de la sécheresse qui a considérablement touché le Maroc cette année», explique Abdelah Jacour, président de l’association Les Economicos. La rencontre a donc tenté de proposer des pistes d’action pour une gestion durable des agro-systèmes des zones sèches de la région. L’objectif étant de sensibiliser les agriculteurs et de les informer des diverses stratégies mises à leur disposition par l’Etat pour «avancer» quelles que soient les conditions. Il faut rappeler que la région Souss-Massa-Drâa, dans sa globalité, est une zone à prédominance rurale et où l’agriculture joue un rôle primordial dans la formation du tissu économique. La superficie agricole utile (SAU) couvre près de 560.700 ha dont 475.500 ha cultivables. La superficie irriguée, quant à elle, dépasse les 190.000 ha concentrés dans deux zones: le Souss-Massa et le Drâa. L’analyse de la structure générale de la gestion des ressources en eau dans le Bassin du Souss Massa fait ressortir l’irrégularité des pluies et la rareté des apports en eau. Les ressources en eau de surface sont limitées. L’apport moyen annuel étant  évalué à 652 mm3. Pour ce qui est des eaux souterraines, le Souss comptabilise 4.150 km2 et le Chtouka 1.250 km2. La surexploitation des eaux souterraines est une autre contrainte. En effet, le déséquilibre entre l’offre et la demande en eau s’est traduit, ces dernières années, par un déstockage des ressources en eau souterraines au-delà des volumes renouvelables. Il est donc impératif d’assurer une bonne gestion des ressources hydriques d’autant plus que le secteur agricole en consomme plus de 70%. Il s’agit de rationaliser l’usage de l’eau notamment par l’introduction de technique efficiente de l’irrigation, goutte-à-goutte (GAG), système d’irrigation de précision grâce à la mise en place de stations météo, choix des cultures résistantes à la sécheresse. Il faut aussi introduire le système GAG adapté aux zones démunies, notamment en montagne. Des actions donc en faveur de l’économie de l’eau vu la rareté de la ressource hydrique. La recherche doit aussi contribuer à la gestion intégrée des ressources en eau à l’échelle du Bassin de Souss Massa en développant un modèle d’optimisation de l’allocation des ressources. Il s’agit de même de gérer le climat sous serre et de maîtriser la fertigation.

Economicos kézako?
Créée en 2008, l’association Les Economicos pour l’intégration des jeunes dans la vie active est une plateforme d’activisme. Elle se positionne comme un espace de consolidation des efforts, d’opérationnalisation des idées et de concrétisation des actions citoyennes engagées pour l’amélioration de l’environnement socio-économique. L’ambition de l’association est d’apporter sa participation au débat public tant sur le volet économique, social, culturel et humain en faisant participer la jeunesse citoyenne.

Fatiha Nakhli – leconomiste.com

Publié 30 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Agriculture, Eau

CCIS: Haro sur les foires anarchiques

  • Foire clandestine au quartier El Massira, vendeurs ambulants…
  • Les professionnels crient à la concurrence déloyale

Combattre les foires et expositions anarchiques. La problématique est encore une fois soulevée. Lors de la session ordinaire de la Chambre de Commerce, d’Industrie et des Services d’Agadir (CCIS) au titre de l’année 2012, les professionnels ont exprimé leur exaspération quant à la tenue d’une nouvelle foire «clandestine» au quartier Al Massira. A l’issue de la session ordinaire et à travers un communiqué, ils ont protesté en précisant que l’exposition proprement dite est loin d’être conforme au cahier des charges et ne remplit pas les conditions nécessaires pour l’organisation d’une manifestation commerciale. Les plaignants remettent donc en question l’autorisation accordée et avancent comme principal argument la préservation des droits des commerçants en situation réglementaire et qui, précise le communiqué, se trouvent lésés par la profusion de ces foires. Les professionnels appellent ainsi les autorités compétentes à intervenir d’urgence pour contenir ce genre de situation en attendant la promulgation d’un cadre juridique régissant la tenue de ces foires commerciales et préservant l’ordre général de même que les droits des commerçants en situation régulière. A ce propos, une source à la Commune Urbaine d’Agadir a précisé à L’Economiste que la foire du quartier Al Massira n’a reçu de la part de la commission concernée que l’accord de principe et ne dispose pas de l’autorisation d’exposer. «Elle est donc en situation illégale bien que les stands soient déjà dressés», explique-t-il. Par ailleurs, les membres de la chambre de commerce ont soulevé d’autres problématiques telles que le phénomène des vendeurs ambulants qui représente aussi une concurrence déloyale pour les commerçants et ont rappelé les efforts déjà entrepris dans ce sens par les responsables. Pour rappel, le Souss Massa Drâa constitue l’une des régions les plus dynamiques en matière de commerce, grâce à sa situation stratégique et la diversification des secteurs industriels (pêche, tourisme, agroalimentaire, artisanat et autres..) et enfin la disponibilité des équipements et infrastructures. Les commerçants grossistes exercent en majorité dans le domaine agroalimentaire avec un pourcentage de 80% puis en matériaux de construction avec un pourcentage de 15%. La préfecture d’Inezgane Ait Melloul reste un pôle important dans la dynamique commerciale de la région puisqu’elle assure aussi bien l’approvisionnement de la région du sud que celui des autres régions du pays en agrumes et primeurs.

F. N. – leconomiste.com

Publié 30 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Commerce

Tourisme : Les investissements reprennent, malgré tout

  • 6 milliards de DH pour le 1er semestre contre 8,2 milliards pour toute l’année 2011
  • Réforme du cadre réglementaire, incitations, diversification des projets… les leviers


Le Maroc n’a pas l’intention de revenir sur l’investissement touristique. Bien au contraire. Le gouvernement compte maintenir les investissements prévus dans la Vision 2020. L’assurance en a été donnée, lundi 28 mai, par Lahcen Haddad, ministre de tutelle, lors d’un débat sur la thématique. «En 2011, malgré la crise, les investissements touristiques relatifs aux seuls projets conventionnés auront atteint 8,2 milliards de DH. Si l’on intègre les projets non conventionnés ainsi que l’immobilier, ces investissements ont atteint quelque 23 milliards de DH», explique le ministre. Dans la même journée, le ministre avait assisté à la réunion de la Commission des investissements, présidée par Abdelilah Benkirane, chef de gouvernement. Une rencontre au cours de laquelle ont été examinés et validés les grands projets d’investissements. La part qui revient au tourisme s’élève à 6 milliards de DH. «Si l’on compte également la part de l’immobilier dans les projets touristiques, les investissements s’élèveront à environ 10 milliards de DH pour le seul premier semestre 2012», annonce le ministre, qui se veut plutôt rassurant.
Au cours de ces dernières années, l’axe Casablanca-El Jadida-Marrakech-Essaouira s’est adjugé la part du lion en matière d’investissements touristiques. Une anomalie que la Vision 2020 se propose de réctifier. La nouvelle vision touristique prévoit la réalisation d’investissements territorialisés et équilibrés.
La Vision 2020 prévoit également la diversification des projets touristiques. En effet, jusque-là, la majeure partie des investissements se sont concentrés dans la construction de grands complexes touristiques, d’hôtels et de resorts. Or, la destination Maroc gagnerait à se diversifier via des projets dans le domaine de l’animation, des loisirs, dans les niches au niveau des différents territoires touristiques. D’ailleurs, la plupart des destinations actuellement opérationnelles souffrent de l’absence d’animation et de loisirs. Ce qui renseigne sur les opportunités d’investissement à prendre.
Autre créneau porteur dans la Vision 2020, le tourisme interne. Actuellement, il représente 26% de l’ensemble de la clientèle des établissements touristiques. L’objectif pour la tutelle est de le porter à 40% à l’horizon 2020. Du coup, des projets dimensionnés par rapport aux besoins des familles marocaines devraient être réalisés. Pour l’heure, une seule station dédiée est opérationnelle à Ifrane dans le cadre du dispositif Biladi. Une autre destination sera mise en service en 2013 à Imi Ouaddar, dans la région d’Agadir. Les travaux de construction de la station Mehdia seront bientôt lancés. Quant à Sidi Abed, dans la région d’El Jadida, elle sera construite à partir de 2013. Elle sera suivie par celle de Ras El Ma, non loin de Nador.
Quid du nerf de la guerre ? Le gouvernement a signé récemment une convention avec le secteur bancaire. Il s’agit d’une ligne de crédit de 24 milliards de DH à l’horizon 2016 destinée à accompagner la Vision 2020. «L’encours des crédits bancaires dans le tourisme reste faible par rapport à celui de l’immobilier par exemple, lequel s’élève à 30%», explique Karim Belmaachi, président de l’ANIT. A cause du retard pris par certains projets financés par crédits bancaires, les banques ne peuvent pas s’engager dans de nouveaux investissements. Même si l’encours reste faible, Marc Thépot, vice-président de Risma, affirme que «les banques sont surexposées». Sur ce point précis, le ministre propose de lancer une réflexion sur un mécanisme de protection des banques exposées à certains secteurs à risque.
Doté de 15 milliards de DH, le Fonds Marocain de Développement Touristique (FMDT) continuera de prospecter les investissements souverains à l’image de Wissal. Après le Qatar, le Koweït et les Emirats arabes unis, les fonds souverains du Sud-Est asiatique, d’Amérique et d’Australie sont d’ailleurs dans la ligne de mire de la tutelle.

Des projets conventionnés à partir de 100 millions de DH
La charte de l’investissement n’est pas en reste. La tutelle est en train d’examiner la possibilité d’attribuer une prime allant jusqu’à 20% du montant de l’investissement pour certains projets prévus dans la Vision 2020. L’approche devrait être modulable, mais les destinations non matures et les projets à TRI réduit seront privilégiés. Les critères d’éligibilité aux avantages des projets conventionnés seront également revus. Actuellement, pour en bénéficier, un investissement touristique doit atteindre la barre des 200 millions de DH. Les opérateurs, notamment membres de l’Association National des Investissements Touristiques (ANIT), avaient proposé que ce montant soit ramené à 150 millions de DH. La tutelle pourrait aller jusqu’à 100 millions de DH au lieu de 200 millions actuellement.

Hassan EL ARIF – leconomiste.com

Publié 30 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme

Région Souss-Mass-Draa : Enveloppe de 58 millions de dirhams pour la réalisation de 44 projets

Le Comité régional du développement humain du Souss-Massa-Draa a approuvé, lundi à Agadir, 44 projets de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale destinés aux couches les plus démunies, pour un investissement de près de 58 millions de Dh.

L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) contribue à hauteur de 31,5 millions de Dh au financement de ces projets portant, entre autres, sur l’amélioration des prestations de santé, la scolarisation et le soutien aux personnes à besoins spécifiques et aux enfants abandonnés.

Le wali de la région Souss-Massa-Draa, Mohamed El Yazid Zelou, a souligné, à cette occasion, l’importance de garantir les conditions de réussite et de pérennité aux projets de l’INDH, à travers l’adoption d’une approche exhaustive qui tient compte notamment des aspects liés au foncier, au mode de gestion et aux ressources humaines.

Il a, en outre, rappelé la nécessité de mettre à jour les données relatives aux indicateurs de pauvreté et de précarité établis durant la première phase de l’INDH.

Les données actualisées doivent servir, selon lui, de références dans l’élaboration des futures actions dans le but d’élargir le nombre de bénéficiaires de ce grand chantier de développement humain.

aufaitmaroc.com

Publié 30 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Société, Solidarité

Festival International de Cinéma d’Animation au Maroc (FICAM) – Agadir 11.06.2012 – 13.06.2012

11 ans, 11 Films. Devenu un rendez-vous essentiel du Cinéma au Maroc, FICAM, Festival International de Cinéma d’Animation au Maroc revient sur ce parcours au travers de 11 longs-métrages qui ont marqué l’histoire de cette manifestation.

Co-organisé par l’Institut Français du Maroc et les Conserves de Meknès-Aïcha, FICAM souhaite rayonner encore plus fort dans les cœurs des jeunes marocains désormais curieux et exigeants. Rassemblant des œuvres poétiques et radicales de réalisateurs qui fondent le cinéma d’animation d’aujourd’hui et de demain, et dont les témoignages chaleureux honorent FICAM, cette rétrospective généreuse souhaite vous faire voyager.

De l’Afrique de Kirikou (qui bien que «pas grand» reste très vaillant) à l’Ile de Black Mor et ses pirates, en passant par l’Orient d’Azur et Asmar, Paris et le Japon, FICAM vous offre votre «Planète chérie» sur grand écran.

Car c’est bien cela FICAM : la grandeur. Celle des songes ; celle des contes dans lesquels il vous faut plonger pour retrouver votre âme d’enfant, cette petite flamme qui veille dans le cœur de tout adulte pour maintenir cette capacité au rêve et à l’émerveillement, garante de survie et de joie de vivre.

FICAM c’est aussi l’écoute et le partage car, au contraire d’une séance de projection d’un DVD à la maison, nous vous proposons d’entrer ensemble dans l’œuvre, d’en partager, d’en multiplier la puissance métaphorique, d’en décupler le plaisir et de construire modestement des bribes de mémoire collective.

marocagenda.com

Publié 30 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Cinéma

Rallye du Maroc Historique : après la seconde journée

Classement à l’issue de la seconde journée :


Publié 30 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Sport automobile

%d blogueurs aiment cette page :