CCIS: Haro sur les foires anarchiques

  • Foire clandestine au quartier El Massira, vendeurs ambulants…
  • Les professionnels crient à la concurrence déloyale

Combattre les foires et expositions anarchiques. La problématique est encore une fois soulevée. Lors de la session ordinaire de la Chambre de Commerce, d’Industrie et des Services d’Agadir (CCIS) au titre de l’année 2012, les professionnels ont exprimé leur exaspération quant à la tenue d’une nouvelle foire «clandestine» au quartier Al Massira. A l’issue de la session ordinaire et à travers un communiqué, ils ont protesté en précisant que l’exposition proprement dite est loin d’être conforme au cahier des charges et ne remplit pas les conditions nécessaires pour l’organisation d’une manifestation commerciale. Les plaignants remettent donc en question l’autorisation accordée et avancent comme principal argument la préservation des droits des commerçants en situation réglementaire et qui, précise le communiqué, se trouvent lésés par la profusion de ces foires. Les professionnels appellent ainsi les autorités compétentes à intervenir d’urgence pour contenir ce genre de situation en attendant la promulgation d’un cadre juridique régissant la tenue de ces foires commerciales et préservant l’ordre général de même que les droits des commerçants en situation régulière. A ce propos, une source à la Commune Urbaine d’Agadir a précisé à L’Economiste que la foire du quartier Al Massira n’a reçu de la part de la commission concernée que l’accord de principe et ne dispose pas de l’autorisation d’exposer. «Elle est donc en situation illégale bien que les stands soient déjà dressés», explique-t-il. Par ailleurs, les membres de la chambre de commerce ont soulevé d’autres problématiques telles que le phénomène des vendeurs ambulants qui représente aussi une concurrence déloyale pour les commerçants et ont rappelé les efforts déjà entrepris dans ce sens par les responsables. Pour rappel, le Souss Massa Drâa constitue l’une des régions les plus dynamiques en matière de commerce, grâce à sa situation stratégique et la diversification des secteurs industriels (pêche, tourisme, agroalimentaire, artisanat et autres..) et enfin la disponibilité des équipements et infrastructures. Les commerçants grossistes exercent en majorité dans le domaine agroalimentaire avec un pourcentage de 80% puis en matériaux de construction avec un pourcentage de 15%. La préfecture d’Inezgane Ait Melloul reste un pôle important dans la dynamique commerciale de la région puisqu’elle assure aussi bien l’approvisionnement de la région du sud que celui des autres régions du pays en agrumes et primeurs.

F. N. – leconomiste.com

Publicités

Publié 30 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Commerce

%d blogueurs aiment cette page :