Souss/Economie d’eau : Des pistes pour sensibiliser les petits agriculteurs

  • Les informer de tous les moyens à leur disposition par le Plan Maroc vert
  • Rencontre sur la gestion durable des agro-systèmes à la CCIS d’Agadir

«Le développement agricole au Maroc entre stratégies et contraintes d’application». C’est sous ce thème que l’association Les Economicos pour l’intégration des jeunes dans la vie active a organisé un séminaire dédié à l’agriculture. La manifestation a eu lieu en fin de semaine dernière à la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Service d’Agadir. «Notre principal objectif est de faire le point sur l’apport du Plan Maroc vert à la gouvernance des ressources hydriques à l’épreuve des changements climatiques et de la sécheresse qui a considérablement touché le Maroc cette année», explique Abdelah Jacour, président de l’association Les Economicos. La rencontre a donc tenté de proposer des pistes d’action pour une gestion durable des agro-systèmes des zones sèches de la région. L’objectif étant de sensibiliser les agriculteurs et de les informer des diverses stratégies mises à leur disposition par l’Etat pour «avancer» quelles que soient les conditions. Il faut rappeler que la région Souss-Massa-Drâa, dans sa globalité, est une zone à prédominance rurale et où l’agriculture joue un rôle primordial dans la formation du tissu économique. La superficie agricole utile (SAU) couvre près de 560.700 ha dont 475.500 ha cultivables. La superficie irriguée, quant à elle, dépasse les 190.000 ha concentrés dans deux zones: le Souss-Massa et le Drâa. L’analyse de la structure générale de la gestion des ressources en eau dans le Bassin du Souss Massa fait ressortir l’irrégularité des pluies et la rareté des apports en eau. Les ressources en eau de surface sont limitées. L’apport moyen annuel étant  évalué à 652 mm3. Pour ce qui est des eaux souterraines, le Souss comptabilise 4.150 km2 et le Chtouka 1.250 km2. La surexploitation des eaux souterraines est une autre contrainte. En effet, le déséquilibre entre l’offre et la demande en eau s’est traduit, ces dernières années, par un déstockage des ressources en eau souterraines au-delà des volumes renouvelables. Il est donc impératif d’assurer une bonne gestion des ressources hydriques d’autant plus que le secteur agricole en consomme plus de 70%. Il s’agit de rationaliser l’usage de l’eau notamment par l’introduction de technique efficiente de l’irrigation, goutte-à-goutte (GAG), système d’irrigation de précision grâce à la mise en place de stations météo, choix des cultures résistantes à la sécheresse. Il faut aussi introduire le système GAG adapté aux zones démunies, notamment en montagne. Des actions donc en faveur de l’économie de l’eau vu la rareté de la ressource hydrique. La recherche doit aussi contribuer à la gestion intégrée des ressources en eau à l’échelle du Bassin de Souss Massa en développant un modèle d’optimisation de l’allocation des ressources. Il s’agit de même de gérer le climat sous serre et de maîtriser la fertigation.

Economicos kézako?
Créée en 2008, l’association Les Economicos pour l’intégration des jeunes dans la vie active est une plateforme d’activisme. Elle se positionne comme un espace de consolidation des efforts, d’opérationnalisation des idées et de concrétisation des actions citoyennes engagées pour l’amélioration de l’environnement socio-économique. L’ambition de l’association est d’apporter sa participation au débat public tant sur le volet économique, social, culturel et humain en faisant participer la jeunesse citoyenne.

Fatiha Nakhli – leconomiste.com

Publicités

Publié 30 mai 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Agriculture, Eau

%d blogueurs aiment cette page :