Visite du pôle social Attakafoul des Aït Melloul

Nous avons visité le pôle social Attakafoul des Aït Melloul le 12 juillet dernier.
C’est une structure qui gère un ensemble de services sociaux et médicaux et que nous avons trouvé extrêmement bien tenu, et d’une propreté irréprochable.

Les besoins élémentaires pour le développement humain sont très divers, complexes et en constante mutation. Ils concernent tous les âges et incluent toutes les compétences de valeurs et d’expériences qu’il est nécessaire de continuer à développer.

Les besoins et les demandes ne pouvant être satisfaits par un seul type d’institution ou d’organisation, il est par conséquent essentiel que tout le monde se mobilise, pour la réduction de la pauvreté, l’amélioration a la solidarité sociale. C’est dans ce contexte qu’a été conçu le pôle social Attakafoul d’Ait Melloul.

Ce complexe unique en son genre dans toute la région offre un ensemble de services sociaux et médicaux à la population de toute la région, a travers ses diverses composantes constituées d’un centre pour enfants en situation difficile (65 enfants), un espace d’écoute pour femme (70 femmes), un complexe socio-sanitaire qui dispose d’un centre d’hémodialyse (70 malades), une crèche (70 enfants), un espace associatif -santé, un centre d’hébergement des personnes âgées.

Le Centre d’hémodialyse

Le Centre d’hémodialyse

Le Pole Social Attakafoul

Membres du groupe d’administration du pôle Attakafoul

Le pôle social ATTAKAFOUL est mobilisé pour lutter contre la pauvreté, la misère, la maladie, l’exclusion et la marginalisation. Il englobe différentes structures allant de la crèche pour enfants des mères ouvrières, au centre d’hébergement des enfants en situation difficile, en passant par le centre socio-éducatif pour enfants aux besoins spécifiques (handicapés physiques et mentaux, et sourds –muets), le centre d’accueil des personnes âgées, 
et enfin le centre d’hémodialyse qui prend en charge les patients atteints d’insuffisance rénale chronique souvent très jeunes et socialement démunis.

Ce document se veut un témoignage de reconnaissance et de gratitude envers ceux qui ont cru en leur mission, les ont soutenus et ont décidé de s’impliquer pour l’enfant marginalisé et livré à lui-même dans un monde où il suit l’adulte pervers comme un chiot aveugle ; pour le vieillard sénile qui traine sa misère sur les gares routières condamné à mendier pour survivre ; pour la femme violentée répudiée victime de mentalités médiévales livrée poings liés aux proxénètes ; pour l’enfant handicapé qui traine à travers son existence douloureuse, son handicap comme un boulet pénible ; pour tous ceux qui plient leurs épaules fragiles, atrophiés, courageusement, sous le poids de nos échecs et de nos indifférences.

Aujourd’hui, ceux qui sont pris en charge par l’association vivent dans une oasis de paix et de sécurité. Ils ont peut-être perdu leurs biens, leurs foyers, leurs repères et leurs appuis mais grâce à vous, l’Association a pu leur offrir la chance de retrouver leur dignité et la possibilité de se reconstruire.

C’est dans un bâtiment attenant au pôle social Attakafoul que se trouve le Riad des Enfants qui abrite l’Association humanitaire Un Regard, un Enfant dont la marraine est Corinne Touzet

Publié 20 juillet 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Santé, Solidarité

%d blogueurs aiment cette page :