Archives de 12 août 2012

La 7ème édition du Festival Tifaouine du 23 au 26 août à Tafraout

MAP  -soussannonces.net

La septième édition du Festival Tifaouine (Lumières) aura lieu, du 23 au 26 août dans la ville de Tafraout (province de Tiznit), avec la participation de plusieurs troupes populaires et des groupes de jeunes locaux et nationaux.
Le programme de cette édition, placée sous le signe « Plaider pour une ruralité plus attractive », prévoit la participation de groupes d’Ahwach d’El Guedra et d’Aoulouz, outre des troupes féminines de Tata, Kelaât M’gouna, Zagoura ou Imii Ntanoute.

Des groupes de jeunes, dont la troupe Archach, Oudaden ou le groupe Hamid Inzraf, sont également attendus. Ils devront donner la réplique à l’artiste Bouchaîb Abaâmrane ou à l’artiste populaire Abdelaâziz Stati ou encore à DJ Serhane.
En plus d’une soirée artistique animée par la troupe Rebab Vision et le groupe Tyour Gnaoua avec le maâllem Abdessalam Alikane, cette édition devra rendre un hommage appuyé à la femme rurale et à son costume traditionnel, à travers une soirée dédiée à un Méga-amelhaf, un show destiné à mettre en lumière les particularités du mariage amazighe.
Cette édition sera égayée par un grand carnaval, parallèlement à la cérémonie d’un mariage collectif qui, pour la cinquième année consécutive, sera marquée par des dons en argent offerts par des parrains du festival aux jeunes couples désirant convoler en justes noces.
Figurent au menu également une présentation de la pièce théâtrale Awal Oufella, en hommage au dramaturge originaire de Tafraout Ahmed Amal et l’organisation des Olympiades Tifinagh, un concours désormais à vocation nationale, compte tenu de la présence d’étudiants venant de plusieurs académies régionales d’éducation-formation.
Cette édition, initiée par l’Association Tifaouine Festival en collaboration avec la commune Ammelne et la municipalité de Tafraout, sera ponctuée par un colloque sur « le village dans le cinéma marocain », organisé dans le cadre de la 3ème édition de l’Université rurale Mohamed Khair-Eddine avec la participation d’une pléiade de chercheurs, ainsi que par une conférence sur l’information locale dans les régions d’Adrar: Réalité et défis.
L’espace enfant ne sera pas en reste avec au programme une journée d’information sur les jeux des échecs en collaboration avec l’Association des jeunes de Tafraout, des ateliers d’arts plastiques, de travaux manuels, de danse et de cinéma, en plus d’une compétition de tir en collaboration avec l’Association des amis de la chasse et de l’environnement.
Les organisateurs prévoient également, en collaboration avec la direction provinciale de l’agriculture, un salon de produits locaux avec la participation d’exposants venus de différentes régions du Souss, en plus de spectacles de fantasia dans le cercle de Tafraout.

Publicités

Publié 12 août 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Festival, Patrimoine, Région

Agadir / Habitat social : Les propositions de Tariq Kabbage

par Malika Alami – soussannonces.net

  • Des mesures d’urgence pour les bénéficiaires des terrains dans le programme ville sans bidonvilles
  • Modification des art. 45 et 54 de la loi sur les impôts locaux des collectivités locales
  • Forfait de 500 DH en matière de taxe des permis de construire

Le phénomène de l’habitat insalubre a commencé suite à la difficulté d’obtention des crédits et la pression des spéculateurs. On a ainsi rasé d’un côté les bidonvilles en tôle pour se retrouver avec d’autres bidonvilles en dur

Tarik Kabbage, le maire d’Agadir, continue à se préoccuper du dossier de l’habitat social. En sa qualité de député USFP de la préfecture Agadir Ida ou Tanane, il fait actuellement du lobbying au Parlement. Et ce en faveur notamment des citoyens d’Agadir qui ont bénéficié de lots de terrains dans le cadre du programme ville sans bidonvilles. Il est question de mesures relatives aux taxes sur les permis de construire et la taxe sur les terrains non bâtis. «Les pauvres payent à Agadir et dans toutes les villes, mais les grandes entreprises sont exemptées, avance l’élu. Aussi il milite pour une justice sociale. «Nous demandons une modification de la loi 47-06 sur les impôts locaux des collectivités locales dans ses articles 45 et 54 en faveur des citoyens qui ont bénéficié de lots de terrains dans le cadre du programme ville sans bidonvilles ou dans le cadre de la restructuration des quartiers et des logements insalubres», souligne-t-il. Avec précisions, il préconise pour l’article 45 correspondant à la taxe des terrains non bâtis d\’ajouter un article pour une taxe de 2 DH par mètre carré. Quand à l’article 54 correspondant à la taxe des permis de construire il propose un forfait de 500 DH. C’est une mesure d’urgence à mettre en œuvre rapidement, souligne Kabbage. Les concernés ont besoin d’autorisation de construire. «Pour la plupart, ils ont passé plus de 4 ans dans des logements de location après que leurs maisons aient été détruites en 2007 et 2008. Les citoyens se sont trouvés loin de leur lieu de vie, de leurs emplois et des écoles», poursuit l’élu. En effet, les concernés se sont, pour beaucoup d’entre eux, déplacés en périphérie engendrant dans plusieurs localités l’habitat insalubre. Un phénomène qui a augmenté ces dernières années de 25%. A noter que celui-ci a commencé à Agadir en 2004, suite à la difficulté d’obtenir des crédits et la pression des spéculateurs, indique Kabbage. Ainsi on a rasé d’un côté les bidonvilles en tôle pour se retrouver avec d’autres bidonvilles en dur. Et les villes périphériques du Souss sont particulièrement touchées. Les localités de Ait Amira et de Biougra sont notamment des exemples en matière d’habitats anarchiques et nécessitent des mesures d’urgence. Aujourd’hui l’élu réclame un bilan politique de ce dossier et lance un appel au gouvernement à ce sujet.

Jet4You ne quitte pas le Maroc

Par Ihssane ANDALOUSSI – lesechos.ma

Jet4You reste au Maroc. C’est ce que confirme le management de la compagnie aérienne. Cette confirmation intervient après la publication d’informations faisant état de la disparition de la compagnie. Des informations dont la source n’est autre que le Bulletin officiel. En réaction à cela, le management de la compagnie, rappelle que «Jet4you a été intégré dans Jetairfly dans le cadre d’une alliance stratégique, approuvée par le groupe TUI Belgium, actionnaire et partenaire opérationnel de Jet4you depuis sa création». Dans la mesure où la compagnie mère est Belge, les avions de Jet4you ont été radiés du registre marocain et ont été ré-immatriculés en Belgique. «C’est en mai dernier que les avions de la compagnie marocaine ont rejoint la flotte de la compagnie belge et ont été repeints aux couleurs de Jetairfly. Il n’y a pas eu de retrait de licence», souligne le management de Jet4You. Ce dernier ajoute que «c’est à la demande expresse de Jet4you, qui a toujours respecté les conditions exigées par le ministère marocain de l’Équipement et du transport, que la licence marocaine a été retirée». Au vu de ces affirmations, Jet4you qui continue d’opérer sur le marché marocain au départ de 3 aéroports (Agadir, Marrakech et Casablanca), s’appuie sur la synergie avec Jetairfly. Ce qui devrait lui permettre d’augmenter le nombre de dessertes et les fréquences de vols au Maroc. D’ailleurs la compagnie annonce l’ouverture, à partir du 30 octobre, de la ligne Marrakech-Nice (à raison de 2 vols par semaine) et la réouverture le 28 du même mois, de la ligne Casablanca-Paris Orly.

Réaction personnelle :
Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle de voir que Jet4you reste au Maroc, quand on voit la désinvolture avec laquelle cette compagnie escroque ses clients. Je m’en suis déjà fait l’écho et je continuerai à le faire tant que cette compagnie de voyous persistera à faire la sourde oreille et traiter ses clients par le mépris après les avoir escroqués.
D’un autre côté, il n’aurait pas été illogique que sa licence soit supprimée, vue la mauvaise publicité que Jet4you fait au Maroc au travers de son rôle de transporteur touristique sur la destination Maroc.

Michel Terrier

Publié 12 août 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme, Transports

Jet4you réagit !

Par LesEchos.ma

Suite à l’article publié aujourd’hui sur Les Echos quotidien et Lesechos.ma (lien de l’article), le management Jet4you tient à préciser que la compagnie aérienne low-cost «continue d’exister, plus que jamais, sur le marché marocain». Et de rappeler que Jet4you a été intégrée dans Jetairfly «dans le cadre d’une alliance stratégique approuvée par le groupe TUI Belgium, actionnaire et partenaire opérationnel de Jet4you depuis sa création». La compagnie mère étant belge, les avions de Jet4you ont été radiés du registre marocain et ont été ré-immatriculés en Belgique, poursuit le management de Jet4you. Selon la compagnie, «il n’y a pas eu de retrait de licence. C’est à la demande expresse de Jet4you que la licence marocaine a été radiée». Le transporteur aérien affirme donc rester actif au Maroc au départ des 3 aéroports principaux marocains : Agadir, Marrakech et Casablanca. La synergie avec Jetairfly lui permet même de renforcer sa position au Maroc, en augmentant le nombre de dessertes, les fréquences de vols, ainsi que la qualité de son service, puisque le belge Jetairfly dessert au total 10 aéroports au Maroc.

Commentaire personnel sur Jet4you :
Cette compagnie ne mérite que de disparaître des transporteurs touristiques au Maroc, vue son mépris de ses clients et le tort qu’elle engendre au tourisme marocain : un exemple vécu par 5 personnes de ma famille :
Afin de venir à Agadir, ces 5 personnes ont réservé 5 allers-retours Bordeaux-Agadir le 23 février pour un voyage le 8 août 2012.
Dans les semaines qui ont précédé le voyage, plusieurs confirmations leur ont été adressées par mail ; mais, deux jours exactement avant la date prévue, Jet4you annule leur billet et lors d’une conversation téléphonique, leur propose soit un billet Bordeaux-Casablanca soit le remboursement des billets. Etant mis au pied du mur, et devant l’urgence, afin de ne pas perdre le montant versé pour leur réservation hôtelière, faute aussi de pouvoir trouver en moins de 48 heures un transporteur aérien susceptible de les amener à destination dans les mêmes délais, ces personnes ont accepté le remplacement des billets Bordeaux-Agadir par des billets Bordeaux-Casablanca sans se douter que ce trajet plus court serait facturé au même prix et qu’elles devraient se débrouiller par elles-même pour la fin du trajet, sans prise en charge ni même aucune assistance de Jet4you pour ce trajet Casablanca-Agadir, dans un pays que ces personnes ne connaissaient pas du tout.
Comme dédommagement, Jet4you a proposé un billet aller simple pour ces personnes sur la destination Bordeaux-Agadir, billet à prendre et utiliser avant le 31 décembre 2012 ! comme si des salariés en France pouvaient reprendre à leur convenance, des congés moins de 3 mois après leur congé annuel, et, de plus payer un billet retour et une nouvelle réservation hôtelière sur Agadir, moins de 3 mois après la première : c’est véritablement une provocation !
Jet4you a provoqué chez ces personnes un rejet d’abord de la compagnie de transport, mais, également du Maroc, pour cette première expérience plus que décevante avec cette destination !
De nombreuses personnes m’ont fait part, depuis cette mésaventure, des déboires et des problèmes qu’elles ont eus avec cette compagnie : déroutement, annulations de voyage, pertes de bagages, bagages endommagés etc…
Vue l’accumulation de problèmes, il s’avère que cette compagnie Jet4you est une compagnie d’escrocs et de voyous qui ne mérite pas que le Tourisme marocain lui fasse confiance pour transporter des touristes ici !

Michel Terrier

Publié 12 août 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme, Transports

Distinction au Sofitel Agadir

par leconomiste.com

Samir Boukhaled

Samy Boukhaled, DG des Sofitel Agadir, vient de décrocher la plus haute distinction du groupe Accor. Il s’agit de la Bernache d’or catégorie performance pour l’année 2011. L’expérience acquise par le manager depuis son entrée dans le groupe en 1989 a été déterminante pour lui permettre de gérer avec succès son hôtel en 2011. Ainsi, Le Sofitel Agadir Royal Bay Resort a obtenu le taux de satisfaction client le plus haut du réseau Sofitel Europe Moyen-Orient Afrique (EMOA) en 2011 et le meilleur du réseau Sofitel Maroc. A noter que Samy Boukhaled est de formation commerciale. Nommé DG du Sofitel Agadir Royal Bay Resort en septembre 2009, il est depuis mars 2012, avec l’ouverture du Sofitel Agadir Thalassa Sea & Spa, à la tête de la direction générale.

Publié 12 août 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Hôtellerie, Tourisme

Agadir: Saïd Dor revient à la tête de la CCIS

par Malika Alami – leconomiste.com

Il a été élu avec une majorité écrasante Saïd Dor revient à la tête de la CCIS d’Agadir. Il était président de la chambre de 1995 à 2000. Mercredi dernier, lors de l’élection du bureau de l’institution, pas de surprise, les pronostics donnant Dor président de la chambre ont été confirmés. Candidat sans appartenance politique pour ces élections, il a élu avec une majorité écrasante. Dix voix contre deux pour son adversaire Mohamed Oudmine, également candidat à la présidence, sous l’étiquette MP. Hormis les dernières minutes plutôt difficiles pour les deux candidats avant l’entrée dans la salle de réunion pour le vote, l’élection du bureau s’est déroulée dans une ambiance bon enfant. Le nouveau président de la chambre, qui succède à Lahoucine Achengli, président sortant, a été vivement applaudi. Opérateur économique de la région, Saïd Dor est à la tête des Assurances Marrache et Dor, et agent général d’Axa. Membre de l’Union Constitutionnelle et de la CGEM, il est également très actif dans le milieu associatif. Selon lui, les résultats de ces élections sont dus à une coalition de toutes les sensibilités politiques et économiques de la ville. Dans son plan d’action, la mise à niveau de la Chambre de commerce, pour faire face aux grands enjeux économiques de la région, est l’un des chantiers prioritaires auxquels il envisage de s’attaquer avec son équipe. La mise en place d’une synergie entre la Chambre de commerce et l’Union régionale de la CGEM fait partie également de son programme. Pour le réaliser, il aura à ses côtés aux postes de vice-présidents: Mohamed Oudmine (MP), Mohamed Annachad (RNI) et M’hamed Iraâ Sebaï (RNI). Mohamed Mouden (UC) a été désigné secrétaire de la chambre. Son adjoint est Habib El Messaoudi (USFP). Aniss Lakhsassi (USFP) occupera le poste de trésorier. Son adjoint est Lahoucine Bouhajra (SAP). Brahim Harraquat (PI), Mustapha Jellouni (SAP), Abdelaziz Iguezarne (SAP) et Ahmed Moukhliss sont les assesseurs. La majorité de ces membres sont nouveaux à la Chambre de commerce.

Report à la Chambre d’agriculture
Le bureau de la Chambre d’agriculture n’a pu être constitué. Le nombre des élus présents lors de l’assemblée générale était insuffisant pour atteindre le quorum. Selon un représentant du MP, «des élus ont été empêchés d’entrer dans la Chambre d’agriculture par un membre du RNI«. Le président sortant et élu, Ali Kayouh, envisage de déposer une plainte pour dénoncer ces agissements. Contactés par L’Economiste, les autorités locales ne confirment pas ces incidents. Sur les PV, seul figure le fait que le quorum n’avait pas été atteint, indique un représentant de la préfecture Agadir-Ida Outananne. En attendant, les élections du bureau sont reportées à la semaine prochaine.

Publié 12 août 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Industrie

Plus de 90 MDH pour l’eau potable dans les régions montagneuses de Chtouka Aït Baha

par MH—BR. JC. – menara.ma

Agadir, 09 août 2012 (MAP)- L’Office national de l’eau potable (Onep) a consacré un investissement de plus de 90 millions de dirhams (MDH) pour approvisionner en eau potable le centre d’Aït Baha et quelque 137 douars des régions montagneuses avoisinantes.

Ces projets, qui devront bénéficier à une population de 16 mille personnes, portent sur la réalisation d’une station de traitement sur le barrage Ahl Souss (28 MDH), le renforcement du réseau d’adduction en eau potable du centre d’Aït Baha (7 MDH) et l’approvisionnement de 137 douars du cercle d’Aït Baha (58 MDH), indique jeudi un communiqué de la province Chtouka Aït Baha.

Barrage Ahl Souss

Les données relatives à ces projets, présentées récemment devant la commission provinciale chargée de l’eau, font ressortir que l’ensemble des quartiers du centre d’Aït Baha sont approvisionnés en eau en quantité et en qualité requises, permettant ainsi de dépasser le problème des coupures récurrentes et d’assurer l’accès des collectivités avoisinantes à cette denrée vitale.

En cette période de sécheresse, les autorités provinciales ont également lancé un programme d’urgence visant à assurer l’accès à l’eau potable à quelque 18 mille habitants, répartis sur 13 communes rurales, à travers l’aménagement de points d’eau de proximité et la mobilisation de camions-citernes.

Cette opération, ajoute le communiqué, a permis de parer au stress hydrique que connaissent nombre de communes en raison, à la fois, de la sécheresse et de l’absence de ressources en eau souterraines ou superficielles.

Les participants à la réunion de la commission provinciale de l’eau ont mis l’accent sur l’impératif de réfléchir à des solutions pérennes à la problématique de l’eau potable dans nombre de communes, à travers le lancement de grands projets devant assurer le raccordement des centres urbains et ruraux aux barrages de Youssef Ibn Tachfine et Ahl Souss.

Ils ont aussi plaidé pour la mise en place de grands réservoirs et de lacs artificiels dans certaines zones montagneuses et le dessalement de l’eau de mer, tout en appelant l’Onep à accélérer la réalisation des projets en suspens et la mise en service des projets déjà terminés.

Publié 12 août 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Aménagement, Eau

%d blogueurs aiment cette page :