Archives de 18 mars 2013

Agadir: coup de pouce à la TPE.

par Malika Alami – leconomiste.com – agadirnet.com

Deuxième pôle économique, Agadir et sa région abritent plus d’un secteur porteur d’emplois. Les jeunes diplômés ont cependant bien du mal à trouver un travail à la fin de leur cursus universitaire. La zone est marquée par un taux de chômage des diplômés élevé. Avoisinant les 20%, il est même le plus important du Royaume. Il faut dire que les activités professionnelles de la région ont toutes les caractéristiques d’être saisonnières. Mais l’origine du problème est l’inadéquation des jeunes au marché de l’emploi. ce qui pousse les entreprises à chercher des compétences au lieu des porteurs de diplômes.

actualite_0514781293fa71C’est bien connu, les Soussis ont la fibre entrepreneuriale. Les jeunes générations ont cependant besoin d’encadrement et d’outils d’aide à la création et à la décision managériale. La culture de ‘’moul chkara’’ qui a fait la réussite de nombreuses entreprises locales n’étant plus aujourd’hui suffisante pour doper le tissu économique de la région et encourager à l’auto-emploi. C’est dans ce contexte qu’ont été mises en œuvre ces dernières années dans le Souss des actions pour accompagner les porteurs de projets dans la création de leur entreprise. Le programme d’aide à la création de la micro-entreprise touristique initiée par le Conseil régional du Souss Massa Draâ. L’opération a donné le jour à plusieurs TPE et PME dans le rural.
De son côté, le programme d’appui à la création d’entreprise initié depuis plus de quatre ans par l’association Souss Massa Draâ Initiative donne ses fruits. Plus d’une centaine de projets ont été validés et plus de 100 prêts d’honneur ont été débloqués. Aujourd’hui l’entité compte octroyer une moyenne de 60 prêts d’honneur par an. C’est dans ce sens que s’inscrit aujourd’hui Réseau Entreprendre à Agadir, la dernière section de cette association, après Casablanca et Marrakech. Selon, Touria Ouchehad présidente de l’antenne d’Agadir, la vocation de Réseau Entreprendre Agadir est d’identifier, de faire émerger et réussir de nouveaux entrepreneurs, créateurs et repreneurs. Pour y parvenir, l’association nationale a déjà fédéré en quelques années une centaine de chefs d’entreprise et des partenaires mobilisés autour de la cause entrepreneuriale. Elle compte élargir ce groupe rapidement afin de mettre ces compétences et cette expérience au service des nouveaux entrepreneurs. Concrètement, ce qui est envisagé c’est un accompagnement de l’entrepreneur à travers une aide à l’élaboration de son projet et une validation par des chefs d’entreprise. Il est prévu également un soutien financier par des prêts d’honneur de 50.000 à 100.000 DH sans intérêt ni caution mais aussi un accompagnement humain de proximité par un chef d’entreprise en activité pendant une durée minimale de 3 ans.
Au programme de même un club d’échanges, d’entraide et de formations avec d’autres nouveaux entrepreneurs. Dans la démarche, la section Agadir du Réseau Entreprendre entend orienter ses actions vers les projets à potentiel en terme de création d’emplois (5 à 10 emplois en 3-4 ans), est-il indiqué. Déjà, la nouvelle association prévoit une montée en puissance progressive de son activité pour atteindre 5 projets accompagnés en 2013 et 10 par an à partir de 2014.

Publié 18 mars 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Entreprises

2ème concours national de robotique : ENSA-Agadir remporte trois prix

MAP – Agadirinou.com

L’Ecole nationale des sciences appliquées (ENSA-Agadir) a remporté trois sur huit prix de la deuxième compétition nationale de robotique, qui s’est déroulée du 15 au 16 courant dans l’enceinte de cette école.

RobotENSA Agadir a ainsi remporté les premier et deuxième prix de l’épreuve « Suiveur de ligne, thème sécurité routière », devant la Faculté des sciences de Rabat, arrivée troisième.

Dans l’épreuve « SUMO », la Faculté des sciences de Rabat a raflé les premier et deuxième prix, le jury ayant décidé de ne pas adjuger la troisième distinction.

Dans la catégorie « Free robotics », la première place est revenue à l’université privée d’Agadir Universiapolis, alors que les deuxième et troisième prix sont revenus respectivement à l’ENSA Agadir et à l’ENSA Khouribga.

Initiée par le club robotique et recherche technologique de l’ENSA Agadir, cette deuxième édition s’est déclinée en deux conférences animées par des spécialistes en la matière portant sur les nouveautés de la robotique, ses applications et ses évolutions, une table-ronde dédiée à l’échange des points de vue et interrogations liés à ce domaine, ainsi qu’un atelier-exposition des robots.

Ont pris part à ce concours des participants des facultés et écoles de Rabat, Tétouan, Khouribga, Kénitra, Fès, Marrakech, Meknès et Agadir.

La compétition se veut, selon ses initiateurs, un espace ouvert à toute personne intéressée par la robotique et ses multiples applications, une occasion pour mettre en évidence les talents des jeunes chercheurs concernés par ce domaine et une plate-forme de rencontre, d’échange et de coopération entre les différentes écoles et universités nationales et étrangères.

Publié 18 mars 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Université

Région d’Agadir : 63 milliards de DH d’investissements validés en 3 ans

par Naoufel Darif – lavieeco.com

L’énergie & mines et le tourisme concentrent 68% des investissements. L’industrie demeure mal représentée avec à peine 9% du montant des investissements. Plus de 4 300 entreprises créées depuis 2010.

Agadir-maroc-(2013-03-18)Décidément, la dynamique d’investissement que connaît la région d’Agadir ne faiblit pas, même par ces temps d’attentisme et de manque de visibilité que traversent plusieurs pans de l’économie. C’est du moins ce qui ressort des derniers chiffres du Centre régional d’investissement de Sous-Massa-Draa (CRI SMD), communiqués en exclusivité à La Vie éco, et se rapportant à l’exercice 2012. Le montant global des investissements validés a atteint 25,5 milliards de DH, en nette progression par rapport à 2011, année pendant laquelle il a atteint 10,7 milliards. Les projets en question sont censés créer 45 852 emplois contre seulement 10 153 en 2011.

D’après les mêmes statistiques, 1 300 entreprises ont été créées en 2012 et 636 autorisations minières délivrées, essentiellement à Ouarzazate et Zagora.

L’année a été principalement marquée par les programmes s’inscrivant dans le Plan national de relance du logement social, qui totalisent un investissement global de 12,5 milliards de DH. En deuxième position vient le projet de la société Acwa Power Ouarzazate (APO SA), portant sur la réalisation d’une centrale électrique thermo-solaire avec une puissance installée de 160 MW et 3 heures de stockage thermique qui drainera un investissement de près de 6,9 milliards de DH. Le secteur industriel, quant à lui, a connu la validation d’un projet structurant au niveau de la zone dédiée aux activités industrielles au nouveau pôle urbain de «Lastah Lamdina» à la Commune urbaine de Taroudant. Initié par la société Earthstone métal and mining, il consiste en la réalisation d’une aciérie, comportant une usine de production de plusieurs produits en acier, avec une capacité annuelle de 150 000 tonnes.

Centrale solaire de Ouarzazate : 20 milliards de DH d’investissement

Pour ce qui est du tourisme, deux projets d’envergure ont été validés au cours de 2012. Il s’agit de la construction d’un complexe hôtelier initié par des bailleurs de fonds saoudiens au niveau de la Commune urbaine d’Agadir, pour un montant de près de 540 MDH. L’autre projet consiste en la construction d’un complexe résidentiel et touristique présenté par la société Vocation Loisirs SA pour une enveloppe de 365 millions de DH.

Toutefois, bien que renseignant sur la tendance ascendante que connaît l’investissement dans la région d’Agadir, les chiffres d’une seule année ne peuvent traduire l’effort d’investissement effectif. L’on parle généralement d’une durée moyenne de 2 ans entre la validation et le démarrage effectif de l’activité, selon des sources au Comité national des investissements (CNI), bien que cela ne constitue aucunement une norme. Il faut donc remonter un peu plus loin, par exemple à 2010, pour apprécier la dynamique d’investissement que connaît la région.

Le cumul des projets d’investissements entre 2010 et 2012 a atteint 692 projets pour un montant global d’environ 63 milliards de DH, tandis que les créations d’entreprises ont dépassé 4 350 sur les trois années. Sur la même période, le CRI a également délivré plus de 1 500 autorisations minières, ce qui confirme que cette activité reste l’un des piliers de croissance de la région de Souss-Massa-Drâa.

En effet, la ventilation sectorielle fait apparaître la suprématie du secteur des énergies et mines, qui accapare 44% du montant global des investissements, notamment avec le projet de la centrale de Ouarzazate d’un investissement de près de 20 milliards de DH.

Au deuxième rang figure naturellement le tourisme qui représente 24% du volume des investissements opérés dans la région, ce qui consacre son positionnement en tant que destination balnéaire par excellence. Le BTP concentre 11 milliards de DH d’investissements sur les trois dernières années, soit 17% du total. Il s’agit des programmes de logements sociaux (3,6 milliards de DH en 2010 et 5,4 milliards en 2011) ainsi que d’autres projets à l’instar de la réalisation d’une cimenterie à Tidssi N’Issandalne (province de Taroudant) qui a requis un investissement de 558 MDH en 2010, et la nouvelle cimenterie du Souss d’un coût de 2,8 milliards initiée par la société «Lafarge Ciments» SA au niveau des communes rurales de Tidssi N’Issandalne et Tasgdelt.

Par ailleurs, le secteur de l’industrie suit la même tendance qu’au niveau national. Depuis 2010, il hérite à peine de 9% du montant des investissements, représenté entre autres par les projets entrant dans le cadre d’Haliopolis (transformation des produits de la mer), la minoterie Fandy Souss, filiale de Fandy Holding et l’aciérie de la société  Earthstone metal and mining.

Les services représentent quant à eux 4% des investissements sur les trois dernières années tandis que le commerce est sous représenté avec des investissements de 68 millions de DH seulement.

 Région d’Agadir : Les dossiers d’investissement concernent 15% des visites au CRI

En plus de l’instruction administrative des dossiers de création et l’institution des autorisations administratives, les différentes divisions du CRI de la région Souss-Massa-Drâa fournissent de l’information et diverses prestations aux créateurs d’entreprises, aux porteurs d’idées de projets, aux étudiants ainsi qu’aux investisseurs nationaux, MRE et étrangers.

En 2012, 87% des visiteurs du CRI étaient des Marocains, 8% étrangers et le reste étant des MRE. Par nature du besoin exprimé, la demande de certificat négatif arrive en tête avec 41% du nombre des visites, suivie de la création d’entreprises (25%), puis des demandes d’investissement (15%).

Alors que les visiteurs qui sollicitent l’information générale représentent 12%, et ceux qui font appel au conseil et à l’assistance du CRI représentent 5%.

Publié 18 mars 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Entreprises

RISMA FAIT MIEUX QUE LE MARCHÉ

par Abdessamad NAIMI – leconomiste.com

  • TAUX D’OCCUPATION SUPÉRIEUR À LA MOYENNE NATIONALE (60%)
  • LE CHIFFRE D’AFFAIRES PORTÉ PAR LE HAUT DE GAMME
  • LES HÔTELS EN CONSTRUCTION, «CONTRIBUTEURS DÈS 2016»
Source: RismaMême si les hôtels en construction continuent de plomber les indicateurs, les prévisions du management restent globalement optimistes

Source: Risma
Même si les hôtels en construction continuent de plomber les indicateurs, les prévisions du management restent globalement optimistes

Premier opérateur touristique du Maroc, Risma continue sur sa lancée. C’est ce qui ressort de la présentation des résultats annuels de l’opérateur vendredi 15 mars. Avec un taux d’occupation de 60% dans les principales villes du Royaume, la société d’investissement fait mieux que la moyenne nationale (40%). Le chiffre d’affaires est en hausse de 10% par rapport à 2011, dopé par les performances de Sofitel (+19%) et du milieu de gamme (+3%). Au 31 décembre 2012, le CA total est près de 1,3 milliard. Les résultats opérationnels sont stables, avec un taux d’occupation à 55% réel et à 62% en comparable.
L’hôtellerie haut de gamme se porte bien, marquée par l’ouverture de deux unités: Sofitel Thalassa Agadir et Sofitel Casablanca Tour Blanche. Dans ce marché, le taux d’occupation est à 55% réel et à 58% en comparable. Le milieu de gamme est, quant à lui, pénalisé par les «hôtels sortis du périmètre, non stratégiques», les établissements restants affichent quant à eux un Gross Operating Profit de +3%. L’hôtellerie économique est en légère baisse avec un chiffre d’affaires en recul de 2%. Une contre-performance expliquée par les deux unités situées à Tanger «dont le chiffre d’affaires a baissé du fait de la forte concurrence sur cette ville», indique Amine Echcherki, président du directoire de Risma. Le portefeuille est complété par le segment «très économique» qui se traduit par l’ouverture de trois Ibis Budget à Tanger, El Jadida et Agadir.
A l’échelle consolidée, le résultat net des hôtels à maturité  (exploités par Risma depuis plus de 2 ans) est de 74 millions de DH et concerne 23 unités. Pénalisés par le poids des frais de pré-ouverture, des amortissements et des frais financiers, les hôtels en ouverture affichent un résultat négatif de 116 millions. Même son de cloche concernant les hôtels sortis du périmètre de Risma (-27 millions de dirhams). Le résultat net provenant des 40% que détient Risma dans la Société d’aménagement d’Essaouira-Mogador (SAEMOG), est de -62 millions. Le passif demeure important, le non-courant s’élevant à 2 millions de DH et le courant à 926.250 DH.
Si les hôtels en construction continuent de plomber les indicateurs de Risma, les prévisions sont clairement optimistes. Le management de la société compte hisser le RN de ceux-ci à -58 millions de DH en 2013, à -42 millions 2014, à -4 millions en 2015. L’on considère même qu’ils deviendront contributeurs dans le RNPG à hauteur de 23 millions en 2016!

Publié 18 mars 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Hôtellerie, Tourisme

Agadir abrite le 3ème  » Eco Tech Expo » du 28 au 30 mars

MAP – aujourdhui.ma

La 3ème édition du Salon du développement durable et des énergies renouvelables « Eco Tech Expo » aura lieu, du 28 au 30 mars à Agadir, sous le signe « l’économie verte, le grand défi environnemental ».

Agadir-2816-(2013-03-18)Initiée par l’agence Souss Graphics, ce Salon se fixe pour objectif de créer une plateforme annuelle regroupant les acteurs oeuvrant dans le domaine des énergies renouvelables et du développement durable, indique un communiqué des organisateurs.

Outre la sensibilisation d’un large public aux enjeux environnementaux et économiques, cette rencontre ambitionne de servir de point de rencontres et d’échanges entre les différents acteurs, tels que les ministères, les organismes institutionnels, les ONG et les collectivités locales, en vue de créer une synergie maximale entre ces derniers et leurs partenaires.

Le communiqué relève que cette rencontre tire son importance du fait que l’enjeu est de taille pour le Maroc, un pays qui dispose d’atouts écologiques indéniables en termes d’ensoleillement, ainsi que d’un potentiel d’énergie éolienne, de biomasse et d’hydraulique important.

Ces énergies renouvelables, qui constituent à long terme la clé de réussite de la politique de développement durable, se trouvent au coeur des stratégies sectorielles, notamment le Plan Maroc vert, le Plan émergence, le Plan Halieutis, le Plan Rawaj et le Plan Azur.

Cette rencontre, qui coïncide avec la Journée mondiale de la terre, vise à offrir aux visiteurs une occasion d’échanges et de rencontre, à la faveur d’un salon professionnel devant permettre de découvrir les solutions concrètes, favoriser un monde plus respectueux de l’environnement, répondre aux questions sur les stratégies nationales adoptées et d’évoquer les expériences des régions en matière de développement, ainsi que leur démarche éco.

Au programme, le Salon prévoit des rencontres scientifiques, des conférences et des ateliers, un espace exposition, outre la remise de trophées pour les jeunes innovants.

Publié 18 mars 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Ecologie, Salons

3ème édition du Triathlon d’Agadir le 25 mai 2013

trimag.fr

67149846bfLa Fédération Royale Marocaine de Sport Pour Tous  (FRMSPT), en collaboration avec la Fédération Française de Triathlon, organise la 3ème édition du Triathlon d’Agadir le 25 mai prochain. Pour 2013, plus de 300 triathlètes élites et amateurs sont attendus. Venus de tous les coins du monde, ils vont pouvoir vivre une belle épreuve dans une destination de rêve. Aux côtés des athlètes Élite de nombreux amateurs seront également au rendez-vous dont un tiers de Marocains, un tiers de Français et tiers de « reste du monde ».

Le Triathlon International d’Agadir fera partie également du circuit Coupe d’Afrique, où les meilleurs triathlètes africains seront au rendez-vous pour participer à l’une des étapes du circuit continental et marquer des points au classement africain mondial. L’épreuve bénéficiera d’un Price Money de 6 000 € réparti équitablement entre les femmes et les hommes.

Publié 18 mars 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Sport

Des nouvelles de la Transmarocaine 2013

TransmarocaineSamedi 16 mars,

01les 84 participants et les organisateurs du raid aventure « la Transmarocaine 2013 » se sont retrouvés à Ouarzazate afin de se préparer au départ de sa 8ème édition.

Ce dimanche,

à 9h00,briefing au soleil au bord de la piscine des 42 équipes de la Transmarocaine.

Les coureurs reçoivent leurs premières informations sur la course qui va se dérouler sur 5 jours, du lundi au vendredi, pour se terminer avec l’épilogue le samedi 23 mars à Marrakech.

Après la présentation par Gilles Gaubert (directeur de la course) de l’équipe d’organisation, tous sont passés aux contrôles obligatoires, tant médicaux que techniques.

Ensuite, quartier libre et détente : prises de contact, piscine, visite de Ouarzazate et des studios de cinéma, footing,… au gré des envies de chacun, le tout sous un soleil de plomb.

Lors du briefing du soir, chacun note les points importants pour ne pas se perdre dès le premier jour de course.

Cette 8ème édition s’annonce exaltante et chacun a déjà hâte de prendre le départ demain matin !!

Lundi 18 mars, départ de la 1ère Étape Ouarzazate – Tamdakht

02Le départ sera donné demain matin à pied, devant la Kasbah de Taourirt au centre de la ville, puis les concurrents se rendront en course à pied jusqu’au bord du lac de Ouarzazate.

Au PC 1 début d’une course en étoile où les équipes partent sur 2 disciplines distinctes…  Certaines continuent par une CO à pied pendant que les autres naviguent en Canoë. A l’issue de cet enchaînement les équipes poursuivent leur parcours en VTT sur des pistes roulantes avec l’Atlas en arrière plan. Elles passent à côté des décors de cinéma puis contournent la superbe cité classée d’Aït Benhaddou. Encore quelques efforts en direction de la vieille Kasbah Tamdakht et l’arrivée ne sera plus très loin mais il faudra rester concentré pour le dernier secteur VTT qui présente certains passages assez techniques.

Suite au jeu concours de endorphinmag (http://www.endorphinmag.fr/evenement/transmarocaine2013.php),

organisé avec Mygeolive, sont dotées de
balises GPS pour la première étape du lundi 18/03/13 les équipes :

9068 OCP 3 équipe 3
9075 the pink bikettes équipe 12
9093 Endorphin’mag équipe 13
9080 Xbionic Aventure équipe 29
9063 Amaz Hom équipe 35
9067 Vibram Lafuma équipe 42

Publié 18 mars 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Découverte, Sport

%d blogueurs aiment cette page :