Archives de 21 mai 2013

Sport d’endurance : «Agadir Morocco Triathlon» samedi prochain

Sources : lematin.ma et agadirtriathlon.com

La Fédération royale marocaine du sport pour tous organise le samedi 25 mai, la troisième édition d’Agadir Morocco Triathlon sous forme d’une course olympique (1500 m natation, 40 km vélo et 10 km course à pied).

TriathlonCette édition 2013 sera un support d’Africain Triathlon Union, ce qui renforce incontestablement la participation des athlètes internationaux. En effet, plus de 400 triathloniens amateurs et élites venus des quatre coins du monde prendront part à cet événement. L’épreuve bénéficiera d’un Price Money de 10 000 euros répartis équitablement entre les hommes et les dames (élites et groupe d’âge). Les frais d’inscription sont fixés à 50 euros pour les licenciés et 54 euros pour les non-licenciés.

Cette compétition sera organisée avec l’appui de la wilaya d’Agadir, la préfecture, la ville, le conseil régional du tourisme, l’ONMT et le soutien de la fédération française et africaine de triathlon. La belle cité du Sud présente tous les atouts pour accueillir un triathlon de niveau international grâce à sa capacité d’accompagnement technique et logistique, au savoir-faire et au dynamisme de ses associations et également grâce à son climat exceptionnel. Une présence massive des médias dont Télévision Sport et TV5 Monde couvrira cette épreuve ce qui ne manquera pas d’avoir des retombées touristiques bénéfiques pour notre pays en général et Agadir en particulier. La compétition débutera à partir de 8h par les catégories des jeunes (garçons et filles âgés de 15 ans). Les juniors âgés de -19 ans prendront ensuite la relève avant que les seniors n’entrent en lice.

Publicités

Publié 21 mai 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Sport

Le 10è Timitar se tiendra du 26 au 29 juin à Agadir

lnt.ma

timitar2La 10ème édition du festival Timitar Signes et cultures aura lieu du 26 au 29 juin à Agadir avec au programme une constellation d’artistes de divers horizons et de différentes sensibilités, ayant en partage la passion de chanter l’amour, la joie et la fraternité.

De Najwa Karam à Kadem Essaher, en passant par Samira Saïd, ou encore Jimmy Cliff, Gilberto Gil, Kool & The Gang, Carlinhos Brown et The Earth Wind & Fire Experience, le Festival Timitar se positionne comme étant un haut lieu d’échanges culturels entre les artistes nationaux et les ambassadeurs artistiques de renommée internationale”, indique lundi un communiqué des organisateurs.

Pour son 10ème anniversaire, Timitar promet une programmation d’exception avec des noms comme Majda El Roumi, Cheb Khaled, Marcel Marcel Khalifé & l’Ensemble Al Mayadine, Kenny Rogers, Hanggai et Idir.

Par ailleurs, Latifa Raafat, Nass El Ghiwan, Fnaïre, Fatima Tabaamrant, Hoba Hoba, Oudaden, Ahmed Soultane et bien d’autres viendront, une fois de plus, prouver que l’artiste national est au coeur de la réussite du festival Timitar avec un million de spectateurs.

Pour ce faire, les organisateurs prévoient trois scènes placées au coeur de la ville d’Agadir, plus de soixante spectacles, des plateaux artistiques judicieusement agencés, des voix marocaines et amazighes incontournables aux côtés d’une vingtaine de groupes internationaux présentant la riche diversité des cultures du monde.

Publié 21 mai 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Festival, Musique

Le CNDH épingle les dysfonctionnements des centres de sauvegarde de l’enfance : Rapport sur la situation des enfants placés sur décision judiciaire

Larbi Bouhamida – libe.ma

CNDHLe Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) vient de rendre public  un rapport sur la situation  et la protection des droits des enfants placés sur décision judiciaire  dans les centres de sauvegarde de l’enfance.  Présenté hier en conférence de presse à Rabat, ce rapport souligne que malgré les efforts déployés par les départements concernés  et les  progrès significatifs enregistrés, des dysfonctionnements  entravent la protection des enfants et de leurs droits, notamment celle des enfants placés en institution.  En effet, à l’issue de ses visites réalisées du 15 au 29 novembre 2012 dans les différents  centres de  sauvegarde de l’enfance, le CNDH  indique que le placement des enfants en situation difficile et/ou en conflit avec la loi dans ces centres  est non conforme aux  standards et normes de la Convention relative aux droits des enfants (CDE).  En guise d’introduction, Driss El Yazami, président du CNDH, a fait savoir que ce rapport s’inscrit dans le contexte du suivi de la mise en œuvre des recommandations des rapports et des études se rapportant à la protection des droits de l’enfant. Il  a tenu à rappeler également que ce rapport  s’inscrit dans le cadre des nombreuses réformes visant à consacrer la promotion et la protection des droits de l’enfant  et à harmoniser les législations avec les instruments internationaux ratifiés par le Maroc (notamment la CDE et les Conventions de l’OIT). Devant un large parterre, Saadia Ouaddah, membre du Conseil national des droits de l’Homme, a présenté les grandes lignes de ce rapport riche en informations sur la situation des enfants  placés dans ces établissements.  Des informations portant notamment sur le nombre  total d’enfants, la répartition par âge et par sexe, les motifs de placement, la durée du placement, l’hébergement, l’hygiène et l’alimentation.  Globalement, les conditions de vie ne garantissent  pas  les droits  fondamentaux des enfants placés,  constituent une atteinte à leur dignité et compromettent leur développement physique et psychique et leur droit à la santé n’est pas pleinement garanti, peut-on lire dans ledit rapport. 
S’agissant de l’encadrement et des moyens, ce rapport indique que ces centres souffrent d’un sous-effectif chronique  et que malgré l’augmentation de l’allocation budgétaire et l’appui apporté par le secteur associatif et la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, les insuffisances restent notables. Un grand nombre d’enfants placés  sont victimes de châtiments corporels, de brimades et d’insultes et leur droit d’accès à des mécanismes de recours garantissant leur protection, n’est pas respecté. 
Selon le rapport, les fugues et les tentatives de fugues reflètent le mal-être des enfants et l’inadéquation de la prise en charge de certains  enfants, notamment les  enfants présentant des troubles comportementaux et des addictions, qui devraient bénéficier d’une prise en charge spécifique. 
Par ailleurs, et afin  de mettre en conformité le placement des enfants avec les standards et normes de la CDE, le  CNDH  recommande, au niveau politique, la mise en œuvre d’une stratégie nationale de protection intégrée des enfants en contact avec la loi  conforme aux standards internationaux. Une stratégie globale,  dotée de moyens humains et matériels nécessaires et assujettie de mécanismes de suivi et d’évaluation. 
Au niveau législatif, le CNDH recommande la mise en  œuvre effective des lois à travers, entre autres, la mise à disposition des moyens matériels et des ressources humaines qualifiées nécessaires, la mise en place des alternatives à la privation de liberté, garantir le  droit de l’enfant  d’être entendu et informé de la procédure judiciaire, l’assistance juridique appropriée, privilégier la conciliation lors de délits mineurs. 
Enfin,  pour protéger les enfants contre toutes formes de violence, maltraitance, abus ou exploitation, le CNDH  souligne  qu’il est nécessaire de mettre en œuvre des mécanismes de recours pour les enfants.

Publié 21 mai 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Société, Solidarité

U. F. E. Agadir : communiqué n°51

communiqué51UFE

Publié 21 mai 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, UFE

%d blogueurs aiment cette page :