Archives de 28 mai 2013

LOGEMENT SOCIAL: LES VENTES AU RALENTI

Amin RBOUB avec M. A. & A. K – leconomiste.com

  • PREMIERS SIGNES D’ESSOUFFLEMENT DEPUIS LE DISPOSITIF DE RELANCE
  • FÈS, MEKNÈS, OUJDA, AGADIR… DE GROS STOCKS D’INVENDUS

Logement-social-MAROCLe logement social émet les premiers signes d’essoufflement dans de nombreuses villes. Trois ans après l’euphorie enregistrée au lendemain de l’entrée en application du dispositif de relance du logement social (loi de Finances 2010), le secteur se plaint de grosses méventes, surtout dans les provinces. Excepté l’axe Kénitra/El Jadida qui fait l’exception, les villes dites de province ont de nombreux stocks d’invendus et de chantiers à l’arrêt. En effet, depuis plusieurs mois, des promoteurs se plaignent de grosses méventes, voire de ralentissement de l’activité, principalement à Fès, Meknès, Oujda, Marrakech, Agadir, Béni Mellal, Khouribga… Dans la périphérie d’Agadir par exemple, l’habitat social intéresse moins les acheteurs. C’est ce qui pousse les opérateurs à revoir leur prix à la baisse en dehors d’Agadir. De l’avis d’un institutionnel, «le phénomène n’est pas une mauvaise chose car cela contribue à la stabilisation des prix avec une adéquation à la valeur réelle des biens. Mieux que cela, il y a un effort sur la qualité des produits».  Même constat dans les faubourgs d’Oujda, où le logement social peine à trouver acquéreur. Surtout dans les zones qui ne sont pas bien connectées aux quartiers du centre-ville. L’inadéquation existante entre l’offre et la demande, et la qualité des logements vendus sont aussi pour quelque chose.

Du coup, les stocks d’invendus sont importants que ce soit auprès des grands groupes de promoteurs que des moyens et petits. Depuis, cette situation inquiétante de ralentissement des transactions a eu des incidences sur les chantiers actuels et des agrégats tels que les tonnages écoulés dans le ciment, l’acier, les emplois dans le BTP… Au terme du 1er semestre 2013, le secteur du BTP a perdu plus de 56.000 emplois essentiellement à cause du ralentissement de l’immobilier. Depuis plusieurs mois, de nombreux opérateurs disposent d’importants stocks d’invendus notamment à Kénitra, El Jadida, Meknès, Khouribga, Béni Mellal… Une situation «inquiétante de ralentissement des ventes partout dans les villes» corroborée par de nombreux indicateurs tels que les baisses de vente du ciment, de l’acier ainsi que les retards pris dans de nombreux chantiers. «Globalement il y a un ralentissement de l’activité, tous segments confondus», confirme Youssef Iben Mansour, président de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers. Mais sur le logement social, le problème n’est pas général à l’ensemble des villes, tient à préciser Iben Mansour. Le président de la FNPI en veut pour preuve:  l’axe Kénitra-El Jadida, où tout se qui se produit finit par trouver acquéreur. Ce qui n’est pas le cas pour certaines villes de province. Selon la FNPI, cette situation de ralentissement s’explique par plusieurs facteurs: la conjoncture économique qui n’est pas favorable à l’investissement, le manque de visibilité des opérateurs, l’attentisme des acquéreurs potentiels… Autres arguments qui expliquent les méventes, ceux d’ordre technique liés au non-respect des cahiers des charges par les promoteurs, notamment sur les voiries, les espaces verts, la densité, les servitudes, les services publics… Mais il y a aussi  les banques qui sont plus regardantes sur l’octroi de crédits. Sur ce point précis, les établissements bancaires auraient reçu des instructions fermes pour passer au peigne fin tous les dossiers de crédit. A l’origine de ce resserrement des crédits, les multiples incidents de paiement enregistrés dans le cadre du Fonds de garantie de l’Etat avec la Caisse centrale de garantie (CCG) Fogarim. Selon de nombreux témoignages, depuis le printemps arabe, le Fogarim a enregistré des cessations de paiement. Du coup, les banques verrouillent cette formule de financement, à cause de  l’insolvabilité des ménages. Elles exigent de plus en plus un apport d’au moins 30%. Pour pallier cette situation d’invendus, les promoteurs rivalisent de formules et d’incitations marketing. C’est le cas notamment de remises sur les prix (l’on passe de 250.000 à 240.000, voire 200.000 jusqu’à 180.000 DH), de cuisines équipées, de tombolas, de baisses sur l’apport lesquels passent de 70.000 voire 50.000 jusqu’à 10.000 ou encore 5.000 DH ! Si la situation ne se débloque pas, certains opérateurs n’excluent pas le zéro apport cet été avec l’arrivée des MRE.

Méventes même pour le produit à 140.000 DH
Dans la ville de Fès, la mévente touche les promoteurs de toutes catégories (petits et grands) et tous les standings. Selon l’Inspection régionale de l’habitat, «la difficulté de la commercialisation pour le logement social est liée à la faible capacité de financement des ménages désireux d’acquérir un logement social». En effet, l’accès des  ménages au financement bancaire du logement auprès des banques dans le cadre du Fogarim pose problème notamment à cause de l’apport initial exigé par les banques (30%). Ce qui est en contradiction avec la convention signée par les banques. En outre, le taux d’intérêt moyen pratiqué par les banques en 2012 a été de 6,1% et la durée moyenne de prêt en 2012 est de 15 ans. L’autre contrainte concerne la réalisation des équipements socio-collectifs et l’accompagnement au niveau des projets en cours de réalisation qui se font toujours attendre. Par ailleurs, même pour les épargnants, le foncier n’est plus une valeur d’épargne «sûre» à Fès comme ailleurs dans les autres villes.
Y. S. A.

Publicités

Publié 28 mai 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Habitat, Société

Agadir triathlon : Le triathlète marocain Younes Kouzkouz champion d’Afrique des moins de 19 ans

MAP – aufaitmaroc.com

KouzkouzLe triathlète marocain Younes Kouzkouz a été sacré, samedi, champion d’Afrique dans la catégorie des moins de 19 ans lors de la troisième édition du Morocco Triathlon Agadir 2013.

Le champion gadiri a parcouru les trois distances (natation, course à pied et vélo) avec chrono de 01 :01 :20, devant les deux triathlètes sud-africains Eddie Van Heerden et Gareth Jooste.

Dans une déclaration à la MAP, Younes Kouzkouz s’est félicité de cet exploit qu’il doit, dit-il, +à mes parents et à mon coach+, formant l’espoir de voir le triathlon prendre un véritable essor au Maroc avec la création d’une fédération devant contribuer à l’encadrement des jeunes.

Il a affirmé qu’il pendra part bientôt à une compétition à Bouznika, sachant que ce sacre africain lui permettra de participer au 

championnat du monde Junior dans un mois à Londres.

Dans la même catégorie (côté dames), la première place du podium est revenue à Laurelle Brown (Zimbabwe), suivie des Sud-africaines Charne Prinsloo et Rbin-Leigh Jones.

Côté élite (hommes et dames), l’équipe sud-africaine a raflé les trois premières places dans cette épreuve, qui a également vu la domination de la même équipe dans la catégorie paralympique.

Chez les moins de 15 ans (hommes), le podium est revenu à l’équipe des Iles Maurices, alors que l’équipe du Zimbabwe s’est imposée chez les dames, tandis que l’Egyptien Khaled Mohamed Egy a remporté le titre chez les moins de 23 ans.

Initiée par la Fédération royale marocaine des sports pour tous en collaboration avec la Wilaya d’Agadir, le conseil régional du tourisme, l’office national marocain du tourisme et la Fédération française de triathlon, cette édition a marquée par une évolution qualitative du fait qu’elle comprend, pour la première fois, un African Triathlon Championship.

La 3ème édition d’Agadir Morocco Triathlon 2013, qui a vu la participation de plus de 400 triathlètes professionnels et amateurs, a été ponctuée par des épreuves de natation (1.500m), de vélo (40km) et une course à pied (10 km).

Publié 28 mai 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Sport

« Rêves de femmes » Exposition des oeuvres des femmes de la Coopérative artistique Talayte d’Alma

Coopérative TalayteBeaucoup de monde ce soir à l’Institut Français d’Agadir qui accueille jusqu’au 8 juin l’exposition « Rêves de Femmes »

L’exposition a été présentée par KevinIMG_7625et par Malika Dadsi qui a remercié l’Institut Français d’Agadir d’héberger cette exposition.IMG_7626IMG_7627 IMG_7630 IMG_7631Voici quelques-unes des artistes :IMG_7629et une petite partie de leur production artistique :IMG_7628IMG_7617 IMG_7618 IMG_7619 IMG_7620 IMG_7621 IMG_7622 IMG_7623

L’exposition a lieu à l’Institut français d’Agadir jusqu’au 8 juin : vraiment, il faut aller voir comment ces femmes du douar d’Alma ont trouvé dans la peinture un moyen d’expression surprenant, grâce à l’Association Kane Ya Makane qui leur a donné les moyens de le faire.

Vous pouvez aussi vous rendre au douar d’Alma, tout près d’Agadir sur la route d’Imouzzer où elles vous accueilleront dans leur atelier et vous montreront beaucoup plus de leurs oeuvres.

 

 

Publié 28 mai 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Art, Associations, Région

Pensez à réserver votre soirée du 3 juin

Le spectacle a lieu à l’Institut français d’Agadir. L’entrée est gratuite !

invitation- Délire d'agadir

Publié 28 mai 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Spectacle

%d blogueurs aiment cette page :