Archives de juin 2013

Bonjour à tous mes amis

Vous êtes plusieurs à me demander si tout va bien car depuis une quinzaine de jours je n’ai pas mis grand chose sur le blog.
Soyez rassurés, tout va bien ! Nous sommes en France, Nicole et moi pour la vente de notre grande maison de la région parisienne qui était devenue beaucoup trop grande pour nous depuis que les enfants volent de leur propres ailes et que nous passons une bonne partie de l’année à Agadir. Nous devons vider la maison pour la laisser libre aux nouveaux acquéreurs et le déménagement aura lieu le 11 juillet.
En attendant, depuis notre retour, nous trions distribuons et éliminons beaucoup de choses car nous avons l’intention d’acheter un appartement de trois pièces sur la côte basque. Nous reviendrons en octobre en France pour conclure cette acquisition.
Mais quel travail ce tri !!!, nous commençons à être fatigués..
Nous reviendrons à Agadir le 16 juillet pour reprendre le rythme que nous avons habituellement là bas.
A bientôt et amitiés à vous tous.
Michel

Publié 30 juin 2013 par Michel Terrier dans Agadir

Timitar : Un hymne à la fête et à l’échange

agadirinou.com – libe.ma

Près d’une quarantaine de groupes d’origines diverses se produiront à Agadir, à l’occasion du 10ème Festival Timitar-Signes et Cultures qui se déroulera du 26 au 29 juin courant dans la capitale de Souss.Timitar2013« Qu’il soit originaire de l’ensemble du territoire marocain, de diverses contrées du monde ou issu de l’émigration amazighe, chaque artiste enrichira le programme » concocté pour les 10 ans d’une manifestation qui «perpétue la rencontre de la culture amazighe avec les musiques du monde», soulignent les organisateurs qui se souviennent encore, comme d’hier, des objectifs de départ de cette manifestation culturelle.

Tout a commencé en 2003. La capitale du Souss aux belles plages décide d’offrir en partage sa culture à travers un show qui se veut ouvert sur le monde. Pour atteindre cet objectif des plus louables, la ville devra compter sur «l’amour inconditionnel du public et la reconnaissance d’artistes d’univers musicaux bien éloignés du ribab», un instrument cher aux chanteurs amazighs.

Dix ans plus tard, le festival est devenu une fête populaire très prisée par le public et l’un des rendez-vous incontournables de la scène culturelle nationale où se retrouvent chaque année de nombreux artistes venus de partout pour chanter l’amour, la joie et la fraternité.
Durant sa première décennie, le festival propose de magnifiques créations musicales, fruit de rencontres inédites entre les arts ancestraux de différentes civilisations et cultures.

Le Festival Timitar devient ainsi «une fête ouverte à tous où les musiques amazighes et du monde se rassemblent dans une même volonté d’échange, de partage», rappellent les organisateurs.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cet anniversaire annonce un défi de taille pour l’équipe organisatrice : offrir au public des moments de bonheur meilleurs que ceux des précédentes éditions. Pour cela, l’équipe du festival a sa petite idée.

Pour souffler avec le public de la région Souss-Massa-Draâ ces 10 ans de communion, le festival déroulera le tapis à des artistes bien connus sur la scène nationale et appréciés des Marocains. En l’occurrence: Majda El Roumi et Marcel Khalifé & Al Mayadine Ensemble (Liban), Cheb Khaled et Idir (Algérie) et Ismaël Lô (Sénégal). Parmi les groupes et artistes étrangers attendus, on cite aussi Kenny Rogers et The Original blues brothers band(USA), Nolwenn Leroy (France) et Hanggai (Chine).

Du Maroc, il a été aussi décidé que les stars nationales à l’instar de Latifa Raafat, Nass El Ghiwan, Fnaïre, Fatima Tabaâmrant, Hoba Hoba, Oudaden ou encore Ahmed Soultane reviennent enflammer la cité et faire vibrer ses belles places.

Ces artistes et «bien d’autres viendront une fois de plus prouver que l’artiste national est au cœur de la réussite du festival», soulignent les organisateurs.
Au total, une quarantaine de groupes dont de nombreuses voix marocaines et amazighes animeront une soixante de spectacles. A la joie de milliers de festivaliers qui pourront se trémousser, quatre jours durant, sous la bannière de la paix et de la tolérance.

Il est à souligner que le festival mettra, à cette occasion, un accent particulier «sur les différents styles des musiques actuelles, notamment, le rock fusion, le hip-hop, le Deejaying et les musiques électroniques qui seront aussi à l’honneur», apprend-on. Seront ainsi de la fête : Jbara et les Djs Farid Momo, Amina, Dubosmium, Sbik, entre autres.

10 ans d’ouverture, de fusion, de création unique et de générosité artistique. Cela mérite bien des festivités exceptionnelles d’autant plus que ce rendez-vous « contribue à l’enchantement de la région Souss-Massa-Draâ».

Publié 17 juin 2013 par Michel Terrier dans Agadir, Animation, Festival, Musique

270 participants au Tournoi du vieux chameau Agadir Beach rugby

libe.ma

5608505-8365224Un total de 270 participants étaient attendus à la 9ème édition du Tournoi du vieux chameau Agadir Beach Rugby, qui a eu lieu les 15 et 16 courant à la plage d’Agadir, indique-t-on mercredi auprès des organisateurs.
Ce tournoi a regroupé des participants étrangers venus de France et d’Allemagne et nationaux représentant les villes de Fès, Ouarzazate, Tinghir, Casablanca, Agadir, Marrakech et Safi, a affirmé Aziz Belghiti, directeur du tournoi, lors d’un point de presse à Agadir.
Cette manifestation, qui comprend quatre équipes féminines, dont une de France, deux d’Agadir et une de Casablanca, se déroulera en quatre plateaux, a-t-il expliqué.
Il s’agit, a-t-il précisé, d’un plateau vétéran de dix équipes dont six étrangères et quatre marocaines, d’un plateau senior de huit équipes, dont trois étrangères et d’un plateau féminin de quatre équipes.
Le match de poule aura lieu samedi et la phase finale et la remise des prix auront lieu le lendemain, a-t-il noté, ajoutant que les deux journées seront marquées par des ateliers d’initiation au rugby au profit des jeunes et des enfants intéressés par cette discipline.
Cette compétition est initiée par l’Association sportive du Souss avec le soutien du Conseil régional du tourisme, le Conseil régional Souss-Massa-Drâa et d’autres partenaires publics et privés.

Publié 17 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Sport

Maroc : Résultats et chiffres bac 2013

agadirnet.com

Les examens du BAC 2013 au Maroc se sont achevés cette semaine, entachés par la polémique de la triche et les fuites des sujets sur les réseaux sociaux.

5600619-8353314L’arrestation des candidats qui auraient usé cette année de moyens très avancés pour tricher sans être repérés par leurs surveillants. En effet, des candidats ont recouru à des micro-oreillettes pour communiquer avec le monde extérieur.
Outre cette polémique, le nombre de candidats en 2013 s’est élevé à 484.000 candidats, plus de 70.000 surveillants et plus de 26.000 salles pour cette première session dont les épreuves se sont déroulés du 11 au 13 juin, la session des rattrapages est prévue les 9, 10 et 11 juillet.
L’examen régional unifié des candidats libres et de la première année du baccalauréat sera organisés les 17 et 18 juin 2013, la session de rattrapage se déroulera les 2 et 3 juillet, indique un communiqué du ministère.
Le nombre total des candidats a connu, à l’instar de ces dernières années, une hausse de 8%, avec une augmentation de 6,73% pour les filles et de 9% pour les garçons par rapport à juin 2012, selon un communiqué du ministère de l’Education nationale. D’après la même source, l’annonce des résultats du bac de la session normale interviendra le 26 juin 2013 après les délibérations prévues les 24 et 25 juin, alors que les résultats de la session de rattrapage seront dévoilés le 19 juillet.
Pour cette année encore, Menara donne la possibilité aux bacheliers de consulter les résultats du baccalauréat sur les sites ci-dessous :
– http://www.bac2013.taalim.ma/
– http://bac.menara.ma/index.jsp

Publié 17 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Enseignement, Scolarité

« Nass Al Ghiwane » présente pour la première fois au festival Timitar une chanson en amazigh

agadirinou.com – MAP

Timitar2013Le groupe légendaire « Nass Al Ghiwane » devrait présenter, pour la première fois, sa première chanson en langue amazighe « Tamaguite » (Identité), dans le cadre du festival »Timitar, signes et cultures », prévu du 26 au 29 courant à Agadir.

« Nass Al Ghiwane » présente pour la première fois au festival Timitar une chanson en amazigh
Le groupe Nass Al Ghiwane présentera, pour la première fois, sa chanson amazighe +Tamaguite+, le 29 juin courant à la Place Al Amal à Agadir dans le cadre du festival Timitar, a affirmé Omar Sayyid dans une déclaration par téléphone à la MAP.

Il a expliqué que cette chanson, écrite par le poète Mohamed Hanafi, le parolier par excellence de la troupe Izenzaren, devrait paraître, durant cet été, dans un album de dix chanson intitulé « Al Baraka ».

Il a précisé que ladite chanson, qui célèbre l’unité et la diversité, ainsi que les questions de l’identité, a été déjà enregistrée grâce au soutien des membres du groupe 3Izenzaren » qui ont aidé à la correction de la prononciation des termes amazighs.

Cet album devrait sortir chez une maison de distribution casablancaise aussitôt terminées les modifications de postproduction, a-t-il indiqué.

Omar Sayyid a également souligné que la chanson « Tamaguite » (6 min environ) vise à réhabiliter la langue et la culture amazighes en tant que composantes essentielles de l’identité marocaine multiple par ses affluents, mais à la fois profondément enracinée et résolument ouverte sur le monde.

 

Publié 17 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Festival, Musique

Maroc Telecom désormais émirati : L’opérateur qatari Ooredoo jette l’éponge

Mmhammed Taleb – libe.ma

5615668-8375842Maroc Telecom est désormais émirati. L’opérateur des télécoms d’Abou Dhabi Etisalat est resté seul candidat en lice pour le rachat de la participation de 53% de Vivendi dans le capital de l’ex-société marocaine. C’est ce qui en ressort, après que le groupe qatari Ooredoo (ex-Qtel) a annoncé, vendredi, avoir retiré son offre pour l’acquisition desdites parts du Groupe français, nous apprend un communiqué de l’opérateur qatari.
Officiellement, le directeur exécutif du groupe, Nacer Marafiyah, a expliqué que cette décision trouve son origine dans le manque d’intérêt des actionnaires de sa firme pour les parts de Vivendi. «Bien que Maroc Telecom représente un bon choix pour notre portefeuille mondial, il n’est plus dans l’intérêt de nos actionnaires de continuer à engager des fonds dans ce qui est devenu un long processus», a-t-il affirmé. C’est pour cette raison que «nous retirons notre offre et que nous allons nous prêter à d’autres opportunités, selon nos stratégies de croissance interne et d’acquisition» a-t-il ajouté.
Néanmoins,   des sources proches du dossier avaient fin mai indiqué qu’Etisalat avait proposé un prix plus élevé qu’Ooredoo pour reprendre la participation de Vivendi dans Maroc Telecom, nous a appris le quotidien français Le Figaro qui était le premier à avoir annoncé cette nouvelle.
Pour rappel, Ooredoo avait fait en décembre dernier une offre indicative pour Maroc Telecom, avant de soumettre une proposition financée le 22 avril, qui remplissait toutes les conditions requises, selon des responsables du groupe qatari.  A l’époque, l’opérateur qatari s’estimait être en bonne position pour reprendre les 53% de Vivendi grâce aux bonnes relations entre le Qatar et le Royaume, mais en réalité c’est l’offre des Emiratis qui a tranché sur le sort de l’entreprise marocaine.
Certains spécialistes ont estimé que l’opérateur qatari, une fois conscient  qu’il n’aura pas les actions de Vivendi dans son portefeuille, a opté pour ce choix afin d’éviter tout effet de sa «défaite» sur l’évolution de ses actions dans les différentes Bourses internationales.
A signaler qu’il y avait plusieurs opérateurs qui avaient manifesté leur intérêt pour les parts de Vivendi, à savoir le géant des télécoms sud-africain  MTN, le groupe de télécommunication sud-coréen KT Corp, en plus des Qataris et des Emirats.
Après le retrait des Sud-africain  et sud-coréen de cette compétition, la course à l’acquisition d’une participation majoritaire s’est intensifiée.  Les prétendants restants avaient cherché tous azimuts à renforcer leurs offres. Pour ce faire, le qatari  Ooredoo avait obtenu le soutien d’un groupe de 10 banques pour couvrir les charges liées au financement de l’éventuelle opération, notamment en mobilisant des lignes de facilité de prêts. Et ce pour un financement allant jusqu’à 12 milliards de dollars (9,1 milliards d’euros).
Pour sa part, l’opérateur émirati Etisalat avait signé avec 16 banques un accord de financement portant sur 8 milliards de dollars en vue de présenter son offre. Rappelons dans ce sens, qu’Etisalat était assisté, dans cette opération, par BNP Paribas et Attijariwafa bank.
Par ailleurs, Maroc Telecom organise aujourd’hui une soirée d’inauguration officielle de son nouveau siège «Tour Maroc Telecom» situé au boulevard Ennakhil à Rabat.

Publié 17 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Communication

Tiznit : Tayri Ouakal célèbre le 2ème anniversaire de l’officialisation de la langue amazighe

par Majda Saber – aujourdhui.ma

Un hommage sera rendu à plusieurs personnalités, notamment au docteur Leïla Mezian Benjelloun, la journaliste Amina Benchikh, le professeur Mohamed Chami et Ahmed Boumzgou ainsi qu’à l’artiste Lhoucine Bouzgarn.

Un hommage sera rendu à plusieurs personnalités, notamment au docteur Leïla Mezian Benjelloun, la journaliste Amina Benchikh, le professeur Mohamed Chami et Ahmed Boumzgou ainsi qu’à l’artiste Lhoucine Bouzgarn.

Pour la deuxième année consécutive, l’association «Tayri Ouakal» célèbre l’anniversaire de l’officialisation de la langue amazighe. Une étape qui démontre l’intérêt accordé à cette langue reconnue désormais comme étant une langue nationale.

Cette commémoration est organisée en partenariat entre ladite association et plusieurs institutions régionales dont le conseil provincial de Tiznit, le conseil régional du Souss-Massa-Drâa, l’IRCAM ainsi que les deux ministères de l’artisanat et de la culture. Au programme de ce deuxième anniversaire, une conférence-débat initiée sous le thème «Réalité des horizons de la langue amazighe après son officialisation».

Notons que plusieurs intervenants prendront part à cette conférence. Deux expositions seront également organisées en parallèle à cet événement. La première exposition est dédiée aux livres alors que la deuxième est consacrée aux toiles inspirées du tifinagh. Une soirée artistique est également programmée.

La ville de Tiznit accueillera, à cette occasion, de grands artistes de la scène amazighe, notamment Fatima Tabaâmrant, le groupe Toudert, Omar Boutmzought, Ahwach de Tiznit ainsi que Bouchaib Abaâmran. Un hommage sera également rendu à plusieurs personnalités, notamment au docteur Leïla Mezian Benjelloun, la journaliste Amina Benchikh, le professeur Mohamed Chami et Ahmed Boumzgou ainsi qu’à l’artiste Lhoucine Bouzgarn.

Ceci étant, l’association «Tayri Ouakal» consacrera la journée du 1er juillet à la remise des prix de mérite et d’encouragement des enfants orphelins de la province de Tiznit. Ce projet est initié en partenariat avec la délégation du ministère de l’éducation nationale de la ville. Il est à noter que l’association est présidée par l’artiste et parlementaire Fatima Tabaâmrant.

Publié 17 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Culture, Tradition

Le Programme du Festival Timitar

Timitar2013

Mercredi 26 juin 2013

Soirée d’ouverture à la Place Al Amal à partir de 20h00

Ahwach Haha (Essaouira)
Nolwenn Leroy (France)
Kenny Rogers (Etats-unis)
Fatima Tabaamrant (Agadir)
Dj Amina
Vj Kalamour

Théâtre de verdure à partir de 21h00

Inouraz and guests (Agadir)
Hind (Maroc/Pays-bas)
Mustafa Oumguil (El Hajeb)

Jeudi 27 juin 2013

Place Al Amal à partir de 20h00

Ahwach Skoura Idelsane (Skoura)
Latifa Raafat (Casablanca)
Idir (Algerie)
Oudaden (Agadir)
DJ Farid Momo
vj kalamour

Théâtre de Verdure à partir de 21h00

Marcel Khalife & l’ensemble Al Mayadine (Liban)

Place Bijaouane à partir de 20h30

Jbara & Jazzawiya Family (Agadir)
Hanggai (Mongolie/Chine)
Fnaire (Marrakech)
Amaynou (Agadir)
DJ Face
VJ Atmost

Vendredi 28 juin 2013

Place Al Amal à partir de 21h00

Magida El Roumi (Liban)
Ismaël Lô (Sénégal)
Ribab Fusion and guests (Agadir)
DJ Dubosmium
vj Kalamour

Théâtre de Verdure à partir de 21h00

The Original Blues Brothers Band (Etats-unis)

Hommage à la parole des rways (Souss)

Orchestre rays Lahcen Idhmou
Rays Lahoucine El Baz
Rays Lhaj Ider

Place Bijaouane à partir de 20h30

Tarragt (Agadir)
Tcheka (Cap-vert)
Hoba Hoba Spirit (Casablanca)
Imghrane (Tiznit)
DJ K-Rim
VJ Atmost

Samedi 29 juin 2013

Place Al Amal à partir de 20h00

Ahwach Ait Baamrane (Sidi Ifni)
Nass El Ghiwane (Casablanca)
Khaled (Algerie)
Aârab Atigui (Casablanca)
DJ Sbik
VJ Kalamour

Théâtre de verdure à partir de 21h00

Ahwach Tissent (Tala)
Ahmed Soultan (Maroc/France)

Hommage à la parole des Rayssates (Souss)

Rayssa Talbensirt
soirée avec Rayssa Fatima Tachtoukt

QUALITÉ DES EAUX DE BAIGNADE

par M. A. M. -leconomiste.com

DES PLAGES DE PLUS EN PLUS PROPRES ?

  • RETOUR À LA NORMALE APRÈS LA DÉGRADATION CONSTATÉE EN 2012
  • PLUS DE 97% DES PLAGES CONFORMES AUX NORMES
  • MAIS DES POINTS NOIRS PERSISTENT
Source: Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement Sur les 360 stations ayant fait l’objet de prélèvements, près de 350 sont de qualité microbiologique conforme à la baignade. Les 10 autres constituent des points noirs, à l’instar de certaines plages comme Zenata et Nahla à Casablanca

Source: Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement
Sur les 360 stations ayant fait l’objet de prélèvements, près de 350 sont de qualité microbiologique conforme à la baignade. Les 10 autres constituent des points noirs, à l’instar de certaines plages comme Zenata et Nahla à Casablanca

Contrairement à l’année dernière, la qualité des eaux de baignade a connu une nette amélioration. Les responsables du ministère de l’Environnement et ceux de l’Equipement n’ont pas caché leur satisfaction concernant l’évolution positive de la qualité hygiénique des plages du Royaume. En effet, «le taux de conformité des plages a connu un retour à la normale, après une nette dégradation l’année dernière, due principalement aux crues», souligne le dernier rapport national, présenté hier à Rabat. Sur les 360 stations ayant fait l’objet de prélèvements, près de 350 sont de qualité microbiologique conforme aux exigences réglementaires pour la baignade. Les 10 autres stations, soit 2,78% du total, sont déclarées non-conformes pour la baignade lors de cette saison. Cela à cause de «l’influence des rejets d’eaux usées, la forte concentration des baigneurs en plus de l’insuffisance des infrastructures d’hygiène». Ces plages sont concentrées principalement dans deux régions, notamment Tanger-Asilah et le Grand Casablanca. Parmi les stations déconseillées à la baignade, on retrouve Tanger ville, Jbila, dans le Nord, ainsi que Petit Zenata, Nahla et Chahdia à Casablanca.

Par région, les résultats des opérations de surveillance sont assez rapprochés. Mais c’est la zone Atlantique sud, qui couvre 23 plages entre Agadir et Dakhla, qui semble la plus propre. Le taux de conformité est de 100% des stations classées dans les catégories A et B. Ce qui permet aux concepteurs du rapport national de la déclarer «zone d’excellence». Néanmoins, pour maintenir ce statut, il est nécessaire «d’éradiquer toutes les sources de pollution acheminées par les crues, de mettre en place un programme de dépollution au niveau de tous les ports de cette région, ainsi que de généraliser la labellisation de ses plages». En deuxième position, on retrouve la zone Atlantique nord, qui compte 81 plages, entre Tanger et Essaouira. Le niveau de conformité des eaux de baignade dans cette partie du littoral a atteint 97,55%. N’empêche qu’elle contient certains points noirs, notamment à Tanger et Casablanca. 5 stations sont déclarées non-conformes aux normes, dont 4 classées dans la catégorie C et une dans la catégorie D. Cette zone a connu également l’amélioration de la qualité de certaines stations notamment dans l’axe Rabat-Salé. En effet, «le programme d’aménagement de la vallée de Bouregreg a permis d’éradiquer définitivement les stations non-conformes au niveau des plages municipales des deux villes». Néanmoins, la préservation de cette évolution passe par «le renforcement des infrastructures d’hygiène». Pour d’autres stations, le rapport recommande de procéder à des opérations de dépollution, notamment pour le port d’El Jadida, et du fleuve Oum Rbia. Par ailleurs, la façade méditerranéenne, qui regroupe 42 plages, entre Saïdia et Marqala, a enregistré un résultat moins satisfaisant, avec un niveau de conformité de 94,68%. Sur les 94 stations de surveillance au niveau de cette zone, 52 sont classées dans la catégorie A, dont Saïdia, 37 dans la catégorie B, et 5 non-conformes relèvent de la catégorie C. Cette zone, qui s’étend également à la plage de Tanger ville, a connu une certaine amélioration, grâce aux «efforts de dépollution de la baie de Tanger, qui commence à donner leurs fruits». Ce qui a permis d’aboutir à des eaux de baignade conformes aux normes pour un tronçon de près de 1 km. Néanmoins, le rapport insiste sur la nécessité de «continuer à résorber toutes les sources clandestines de pollution, surtout au niveau des fleuves Moghogha et Souani». Parallèlement, un effort doit être fait en matière d’épuration des rejets industriels chargés en hydrocarbures, déversés dans la plage Miami à Nador. Cela est également valable pour les rejets d’eaux usées des villas de la partie est de Marina Smir, dirigés vers la plage durant la période estivale.

Recommandations
Après l’amélioration de la qualité des eaux de baignade cette année, en comparaison à 2012, les rédacteurs du rapport national ont dressé une série de mesures à même de garantir le maintien de cette évolution. Cela passe notamment par la maîtrise des sources de pollution acheminées par les crues, ainsi que la collaboration des différents intervenants, comme les agences des bassins hydrauliques, les communes et les gestionnaires du secteur d’assainissement. L’objectif est d’éradiquer les sources de pollution due aux eaux usées.

 

lematin.ma – MAP

Eaux de baignade : Nette amélioration de la qualité hygiénique

Un total de 350 stations de prélèvements analysées pour classification de la qualité microbiologique des eaux de baignade sont déclarées conformes aux exigences réglementaires à la baignade, soit un taux de 97,22% contre 90,26% enregistré l’année dernière, selon le rapport annuel de la saison 2013 relatif à la qualité hygiénique des plages marocaines rendu public mardi à Rabat.

Le rapport souligne à cet effet un retour à la normale du nombre des plages conformes à la baignade, et ce après une nette dégradation l'année dernière due au crues. (Photo : Kartouch)

Le rapport souligne à cet effet un retour à la normale du nombre des plages conformes à la baignade, et ce après une nette dégradation l’année dernière due au crues. (Photo : Kartouch)

Les résultats de l’analyse des prélèvements effectués dans le cadre du programme national de surveillance de la qualité des eaux de baignade, sur la période allant de mai 2012 à mars 2013, ont enregistré une nette amélioration par rapport à l’année dernière avec un taux de conformité des stations de prélèvements analysées qui a passé de 90,26% à 97,22%, indique le rapport national 2012-2013 réalisé conjointement par le ministère de l’Equipement et des Transports et le ministère de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement.
Le rapport souligne à cet effet un retour à la normale du nombre des plages conformes à la baignade, et ce après une nette dégradation l’année dernière due au crues. Ainsi, le nombre des stations non conformes pour la baignade pour cette saison a régressé en passant de 34 à 10 stations soit 2,78%, souligne le rapport, faisant savoir que 25 plages marocaines ont été labellisées «Pavillon bleu», soit 5 plages supplémentaires par rapport à 2012.
Selon le document, un taux de conformité de 100% a été enregistré dans la région atlantique.
S’agissant du contrôle de la qualité des sables des plages, la campagne de cette année a concerné 16 plages avec 32 stations de prélèvement soit 3 plages en plus par rapport à l’année dernière et les résultats des analyses chimiques et mycologiques correspondantes montrent que les déchets rencontrés sur les plages prospectés sont en général à prédominance matières plastiques et bois.
Intervenant à cette occasion, le directeur des ports et du domaine public maritime au ministère de l’Equipement et des transports, Moha El Hamaoui, a indiqué que son département a réalisé une étude de diagnostic foncier et de gestion du domaine public maritime, laquelle étude, a-t-il dit, a permis de lancer un premier plan d’actions visant, entre autres, la protection urgente des zones vulnérables tant au confinement qu’aux empiètements.
El Hamaoui a cité dans ce cadre les différentes actions menées par le ministère en matière de protection de l’environnement lagunaire (Lagune Moulay Bousselham) et de gouvernance des plages (hygiène et sécurité) notamment à travers le lancement de la deuxième partie des plans d’utilisation et de gestion des plages du Royaume (PUGP).
Et dans l’optique d’améliorer davantage la qualité des eaux de baignade, qui constitue un atout important pour le développement du tourisme balnéaire, le directeur de la surveillance et la prévention des risque au ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Mehdi Chalabi, a indiqué, lors de cette rencontre, que le Maroc est en train d’élaborer un projet de norme de gestion proactive qui sera conforme à la nouvelle directive européenne en matière de gestion de la qualité des eaux de baignade (NDE 2006/7/CE) et qui entrera en vigueur au plus tard, le 1er janvier 2015.
Ce projet, en phase d’enquête publique, consiste à instaurer un mécanisme de profil des eaux de baignade permettant une meilleure compréhension des risques en vue de prendre des mesures de gestion, a-t-il expliqué.
Afin d’éradiquer les sources de pollution due aux eaux usées, le rapport recommande une collaboration entre les multi-intervenants regroupant les agences des bassins hydrauliques (ABH), les communes et les gestionnaires du secteur d’assainissement liquide et solide.
Il appelle à doter les collectivités locales littorales d’un plan national d’assainissement, à encourager la réutilisation des eaux usées et à généraliser les programmes de l’éducation environnementale à toutes les plages. Aussi, il est nécessaire de procéder au nettoiement du sable des plages même en dehors des périodes estivales, en collaboration avec les associations à l’instar de ce qui a été fait au niveau d’Ain Diab et Nador et de renforcer les plages en infrastructures d’hygiène.

Publié 12 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Environnement, Tourisme

AGADIR/TOURISME : LA REPRISE SE CONFIRME

par Malika Alami – leconomiste.com

  • LES MARCHÉS FRANÇAIS ET NATIONAL DOPENT LA DESTINATION
  • L’ACTIVITÉ RESTE CEPENDANT À DEUX VITESSES
Ce vent de reprise comparativement à l’an dernier ne profite cependant pas à tous les établissements d’hébergement. Pas un mois ne passe sans que les employés de tel ou tel hôtel ne sortent manifester dans la rue pour réclamer les salaires de plusieurs mois

Ce vent de reprise comparativement à l’an dernier ne profite cependant pas à tous les établissements d’hébergement. Pas un mois ne passe sans que les employés de tel ou tel hôtel ne sortent manifester dans la rue pour réclamer les salaires de plusieurs mois

La reprise de l’activité touristique se confirme à Agadir. C’est du moins ce que laisse entrevoir les statistiques communiquées par le Conseil régional du tourisme du Souss-Massa-Draâ (CRT). A en croire les chiffres, le secteur a enregistré en mai dernier une hausse de plus de 20,65% en arrivées et 22,51% en nuitées dans les établissements hôteliers classés d’Agadir par rapport à la même période en 2012. Les marchés français et marocain sont ceux qui dopent véritablement la station balnéaire. Le marché national se distingue notamment avec une augmentation de 26,40% en arrivées et 30,55% en nuitées. Il y a aussi les nouveaux marchés émergeants qui sont relativement en hausse. Ce vent de reprise comparativement à l’an dernier ne profite cependant pas à tous les hôtels. Pas un mois ne passe sans que les employés de tel ou tel hôtel ne sortent manifester dans la rue pour réclamer les salaires de plusieurs mois. Dans le secteur balnéaire, on ne compte plus les banderoles de protestation. A tel point que plus personne n’y fait attention. Au niveau de l’hôtel Valtur, fermé depuis plus de deux ans, il ne reste plus d’ailleurs que quelques banderoles poussiéreuses pour rappeler la situation aujourd’hui précaire des employés au chômage toujours sans indemnités malgré une décision de justice. Tout cela bien sûr est une mauvaise image pour la destination. Comment faire profiter de la reprise tous les établissements de la station balnéaire? Au cœur de toutes les discussions sur le sujet, la rénovation des établissements encore et encore. Une question urgente  soulevée ces dernières années à toutes les réunions, mais pour laquelle jusqu’à présent aucune véritable solution de fond n’a été apportée. Ceci surtout que les principaux concernés ont même du mal à faire face à leur charge.

Il est peu probable que cela change dans l’avenir même si la reprise continue. L’activité à deux vitesses qui marque la station se poursuivra sans des mesures de fond et une véritable volonté politique pour endiguer ce phénomène. De l’avis d’un hôtelier, il est nécessaire aussi de redonner confiance aux professionnels pour les pousser à prendre des risques en s’impliquant dans de nouveaux investissements. Pour l’heure, les représentants du CRT mise sur l’événementiel pour maintenir la tendance à la hausse. La station balnéaire s’apprête à abriter la 9e édition du tournoi international de beach rugby du «Vieux Chameau», les 15 et 16 juin, à la plage de la Marina d’Agadir. La manifestation est organisée par le CRT en partenariat  avec l’Association sportive du Souss.

Publié 12 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Hôtellerie, Tourisme

Agadir Première n° 39 vous attend.

Le N° 39 d’Agadir première est paru.

Demandez-le aux points de distribution habituels et si vous ne pouvez pas y aller, cliquez sur sa couverture ci-dessous pour le consulter en ligne :

Agadir Première 39

 

En Souvenir : l’affiche originale qui date des années 50 :agadir_3

Publié 11 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir

Deux secousses sismiques ce matin entre Tarfaya et les Iles Canaries

source : .emsc-csem.org

Deux secousses sismiques ont eu lieu la nuit dernière, au même endroit : en mer à 66 km au nord de Tarfaya. La première était de magnitude 3.5 à 1 H 37 et la seconde, de magnitude 3.4 à 6 H 44

321171.regional


321195.regional

Publié 11 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité

Festival : Timitar célèbre une décennie d’existence

lematin.ma

● Prévue du 26 au 29 juin à Agadir, la dixième édition du Festival «Timitar, signes et cultures» promet des moments forts.
● Pour fêter une décennie d’existence dans l’agenda culturel national et international, les organisateurs ont choisi d’inviter les stars des quatre coins du monde qui ont contribué à pérenniser cette aventure.

Timitar2013«Timitar» fête cette année son dixième anniversaire. Voici un évènement qui ne passera pas inaperçu dans la région de Souss, surtout que cela se passe au cœur de sa capitale : Agadir. C’est célébrer une décennie d’existence durant laquelle l’évènement a réussi tout d’abord à se forger une place parmi les rendez-vous annuels les plus importants en matière de festivals de musique au Maroc.

Puis, il a atteint une bonne partie des objectifs escomptés : mettre en lumière la richesse de la culture amazighe et créer un espace de rencontre et de dialogue entre la musique locale et celle du monde entier, tous styles confondus. Pour capitaliser ces acquis, les organisateurs ont choisi de faire de cette édition une rétrospective des moments forts de cette aventure. Pour ainsi faire, les grands noms de la musique world, mais également orientale, maghrébine, marocaine y compris de la diaspora, sans oublier celle des «rwayes», seront au rendez-vous pour se produire dans le cadre de cette édition.

Tout aussi chargé de symboles, ce dixième anniversaire sera porté très haut par l’icône de la musique raï, Cheb Khaled, et le mythique Idir, tous deux d’Algérie. Ils seront épaulés par une pléiade de grosses pointures de la chanson mondiale, notamment le Palestinien Marcel Khalifé bien servi par Al Mayadine Ensemble, la Libanaise Majda Roumi, l’Américain Kenny Rogers, une figure de proue de la country music, mais également de Hollywood, pour ne citer que ceux-là. «Aujourd’hui, le festival a atteint sa maturité après un long chemin parcouru. D’où l’importance de cette édition qui se veut une réflexion sur les dix ans du festival “Timitar, signes et cultures”. Comme son nom l’indique, cet évènement est conçu dès le départ pour mettre en avant la culture amazighe et lui ouvrir grandes ouvertes les portes des cultures du monde à travers la musique et les résidences de création. Je pense que nous avons réussi déjà à instaurer la culture du dialogue et de rencontre entre tous les univers musicaux et artistiques», souligne Brahim El Mezned, directeur artistique de «Timitar, signes et cultures». Cette édition sera aussi celle de tous les beaux souvenirs. Des premiers pas du festival en 2003 avec les grands noms de la musique jusqu’à cette édition, le festival a réussi son pari.

Même avec un budget plus retreint toutefois, l’événement s’est en revanche imposé comme un rendez-vous annuel phare. Et cela figure aussi en bonne place dans l’agenda culturel et artistique du Royaume grâce à une programmation certes modeste si comparée à celle de «Mawazine», mais où toutes les tendances sont également les bienvenues. Du rock au punk en passant par l’électro, le reggae, les musiques marocaines moderne, orientale, populaire sans oublier celle des «rwayes». Cette dernière se donne pour mission d’accueillir les musiques du monde, le temps d’un festival. C’est le concept fondateur de «Timitar». «Ce festival c’est du microlocal à l’universel et vice-versa», explique Brahim El Mazned.

Ici, il s’agit de faire du festival une passerelle entre la culture du terroir et celle des autres régions du Maroc, mais aussi des quatre coins du monde. Pour appuyer cette expérience, en pleine célébration de sa première décennie, le festival accueillera, lors de cette édition, les artistes marocains qui ont participé à la réussite de l’événement au fil des années. Les leaders de «la haïha music» Hoba Hoba Spirit, ceux dudit rap (ta9lidi) traditionnel, le groupe légendaire Nass El Ghiwane, les stars de la musique amazighe Fatima Tabaamrant ou encore Oudaden, la figure emblématique de la musique marocaine moderne Latifa Raafat, la star incontestable du R’n’B et soul marocains, Ahmed Soltane… La programmation de cette année confirme aussi la bonne santé de «Timitar». Et il est difficile de fermer l’œil à Agadir durant les quatre jours du festival. Cette année, ce sera aussi une vingtaine de groupes internationaux, dont Hanggai et des créations musicales inédites. C’est dire que cette dixième édition est celle de toutes les promesses, mais aussi de tous les beaux souvenirs.

Le tourisme culturel au rendez-vous
Au-delà de son apport sur le marché de la musique en termes de production et de diffusion, le festival participe à l’enchantement de la région Souss-Massa-Drâa sur les plans économique et touristique. «Timitar» joue un rôle important dans l’échiquier régional compte tenu de son rôle dans la reconnaissance de la culture amazighe au sein de cette nouvelle dynamique et touristique bien établie», ajoute Brahim El Mezned. À travers ce festival, c’est toute la région qui offre sa culture en partage et reçoit l’amour inconditionnel du public. Ce dernier s’y rend chaque année depuis 2003 pour se divertir, mais également pour apprendre sous la bannière de la paix et de la tolérance.

Publié 11 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Festival, Musique

Le Ksar d’Assa nominé pour le prix Aga Khan d’architecture

par Ahmadou El-Katab – libe.ma

5597958-8349291Les greniers collectifs de la commune d’Amtoudi (province de Guelmim), le ksar d’Assa (province d’Assa-Zag) et celui d’Agadir Ouzrou à Akka (province de Tata) font partie du programme de préservation des architectures sacrées et collectives des oasis de la région de Guelmim-Smara. 
Ce programme mené par  l’architecte marocaine, Salima Naji depuis 2003 et qui jouit du soutien de l’Agence du Sud a été nominé parmi les 20 projets qui pourront prétendre au très convoité Aga Khan Award for Architecture, cycle 2013. En 2006, à la demande du directeur de l’Agence du Sud, l’architecte a débuté un chantier participatif à Assa pour rénover la muraille du ksar. Des maalmines issus de la commune d’Amtoudi, rompus aux techniques constructives en pierre, en terre, en chaux et en troncs  de palmier, ont ainsi encadré plusieurs dizaines d’ouvriers d’Assa. 
Parallèlement, avec les associations locales, l’architecte Salima Naji et l’Agence du Sud ont élaboré un programme d’action communautaire de sauvegarde et de réhabilitation du ksar d’Assa. Le recours massif à la main d’œuvre et aux matériaux locaux a permis au chantier d’avoir un très faible bilan carbone et de s’inscrire de bout en bout dans des logiques de durabilité économique, sociale, environnementale et culturelle. 
Le suspense durera jusqu’au mois de septembre lorsque le précieux Award sera décerné à Lisbonne. 
En plus des parties collectives et des parties sacrées qui ont été restituées, l’Agence du Sud a initié un ambitieux soutien à des porteurs de projets (associations, micro-entreprises) pour développer des activités génératrices de revenu dans le ksar. Aujourd’hui, ce sont deux restaurants et quatre maisons d’hôtes réhabilitées qui assurent l’accueil des visiteurs dans le ksar. 
Par ailleurs, soucieux de préserver la culture immatérielle, extrêmement dynamique dans cette province, le programme a permis la réalisation d’un vaste théâtre en plein air où viennent se produire les troupes de musique locales, régionales mais aussi internationales comme en avril dernier, l’Orchestre national français  de jazz. De même, l’espace sacré de la Zawya où se déroule le grand moussem des Aït Oussa a été intégralement restructuré. Le bâtiment religieux a été réhabilité pour un accueil optimal des jeunes étudiants. L’Agence du Sud, et l’architecte Salima Naji, ont mené, en 2007, une campagne de restauration intégrale des deux greniers collectifs d’Amtoudi. 
Forte de son expérience et du succès de ces actions, Salima Naji  est sollicitée par plusieurs ONG pour dupliquer cette approche participative à d’autres ksours de la région. Les façades face à la palmeraie et les entrées historiques ont été réhabilitées avant d’initier une dynamique plus ambitieuse avec les habitants et les coopératives. 
En sélectionnant ce programme, l’Aga Khan Award for Architecture salue la volonté de multiplier avec la société civile locale les projets intégrés permettant, outre le maintien des compétences constructives, la préservation d’un espace public de qualité support à toutes les pratiques immatérielles. L’Agence du Sud et Salima Naji se sont mis au service des habitants pour élaborer un projet respectueux de leur patrimoine et de leur environnement. 
De plus, si dans le cadre de l’Aga Khan Award seuls les projets achevés avant le 31 décembre 2011 sont retenus, ce qui a séduit le comité de sélection et les experts évaluateurs, c’est la reproductibilité de la méthodologie. L’architecte vient d’achever au premier semestre 2013 deux restaurations de greniers collectifs à Ayt Kine et Isserghine (province de Tata), toujours selon la même approche participative, dans le cadre de l’American Ambassador Fund for Cultural Preservation. 
Instauré par Karim Aga Khan en 1977, le prix Aga Khan d’architecture a été créé pour récompenser l’excellence en architecture dans les sociétés musulmanes. C’est un prix triennal doté de 500.000 dollars, ce qui en fait le prix d’architecture le mieux récompensé. Il a pour ambition de faire reconnaître et favoriser les architectures les plus aptes à satisfaire les besoins des sociétés musulmanes et à répondre à leurs aspirations.

BAC Le jour J : 484.000 candidats sur les starting-blocks

par Nezha Mounir – libe.ma

5600619-8353314484.000 candidats, plus de 70.000 surveillants et plus de 26.000 salles. Ce sont là les chiffres relatifs à la première session du baccalauréat marocain 2013 dont les épreuves commencent à partir d’aujourd’hui, jusqu’au 13 juin. On compte parmi eux 215.083 candidates, soit 44,37% de l’effectif global. Pour la session 2012, ils étaient 451.953 candidats et candidates. Ils sont tous  animés par la volonté de réussir. Mais combien d’entre eux parviendront-ils à décrocher le fameux sésame et du coup améliorer le taux de réussite ? Mais encore faut-il que ce soit une ouverture sur des horizons prometteurs car le fléau du chômage continue à planer.
En attendant,  et afin que l’examen se déroule dans les meilleures conditions possibles, le ministère de l’Education nationale a annoncé plusieurs nouvelles mesures. Il s’est attelé ainsi à instaurer des critères unifiés à tout le territoire national, pour égaliser les chances de réussite et d’intégration aux écoles supérieures. Dans ce sens, le ministère a modifié les cahiers des procédures de l’organisation des examens pour obtenir le diplôme tant espéré, et ce à la lumière des résultats des évaluations totales des expériences des années précédentes.   Il a veillé également à affiner les critères de correction en diminuant le risque d’erreurs ou d’omissions et donner le droit à la commission y afférente de constater le plagiat en comparant des copies similaires. Plus encore, le ministère a décidé de plafonner à 20 le nombre de candidats par salle lors de cette session. Des mesures visant à combattre la tricherie consolidées par le  projet de loi  approuvé par le Conseil du gouvernement et qui sera soumis ultérieurement au Parlement.
Avec toutes ces mesures renforcées, les risques de fraude seront-ils minimisés ? Selon les sources du ministère, 3.112 cas de fraude ont été enregistrés lors de la session de juin 2012. Un chiffre préoccupant  surtout quand on sait que 2.480 cas de fraude ont été recensés pendant les examens et que le reste, soit 632 autres cas, ont été découverts lors de la correction des copies. Cela signifie que l’honnêteté n’est pas le fort de tous les enseignants correcteurs. Dans un souci de dissuasion et de sensibilisation, le  ministère est allé même jusqu’à publier la liste des fraudeurs.  Gare à la tricherie ! Il vaut mieux rater un examen que toute une vie.

Publié 11 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Scolarité

UNE UNITÉ DE FORMATION POUR L’AQUACULTURE EN PROJET

par Malika Alami – leconomiste.com

  • LE DOSSIER À L’ÉTUDE AVEC LA COOPÉRATION JAPONAISE
  • AGADIR, HUB DE FORMATION POUR L’AFRIQUE
Depuis des années, l’Institut supérieur des pêches maritimes d’Agadir est un centre de formation pour bien des pays du continent africain. La dernière session dans le cadre de la coopération tripartite a enregistré la participation de 24 stagiaires de six pays africains

Depuis des années, l’Institut supérieur des pêches maritimes d’Agadir est un centre de formation pour bien des pays du continent africain. La dernière session dans le cadre de la coopération tripartite a enregistré la participation de 24 stagiaires de six pays africains

Le développement de l’aquaculture dans le Royaume passe par le renforcement des compétences. La capitale du Souss en raison de sa vocation halieutique est bien sûr le lieu idoine pour abriter une unité de formation dédiée à cette filière. La structure devrait être mise en place au niveau de l’Institut supérieur des pêches maritimes d’Agadir.

Pour l’heure, le dossier est à l’étude avec la coopération japonaise. C’est ce qu’a indiqué une source bien informée à L’Economiste. C’était en fin de semaine dernière lors d’une cérémonie de remise d’attestations à 24 participants venus de six pays africains. Et ce au terme d’un stage régional de trois semaines sur le thème « techniques de valorisation des produits de la pêche à petite échelle ». Ce séminaire s’inscrit dans le cadre de la coopération tripartite entre le Maroc, le Japon à travers l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et d’autres pays africains.

L’objectif de la démarche est d’initier les bénéficiaires  aux techniques de base de conservation des produits de la pêche. Il s’agit aussi de transfert de savoir-faire en matière de technologies de transformation des produits de la pêche à petite échelle  mais aussi concernant les techniques de valorisation commerciale des produits fabriqués, est-il indiqué. La valorisation à petite échelle se basant encore généralement sur des techniques artisanales qu’il faut mettre à niveau.  Aussi ce qui est recherché précisément c’est bien sûr le renforcement des capacités humaines et organisationnelles en matière de contrôle et d’inspection sanitaire des produits de la pêche. Et ce pour arriver à un produit proposé à la consommation, de qualité. La préservation de la santé du consommateur étant en jeu. A noter que ce n’est pas la première expérience de coopération tripartite en matière de formation mise en œuvre. Plus de 1.300 personnes ont bénéficié de ce programme, entamé en 1998, est-il indiqué. Selon Abdessamad Lamrani, directeur de la formation maritime et de la promotion socioprofessionnelle au département de la Pêche maritime, la 3e session de formation qui vient de s’achever constitue une suite logique par rapport à celles élaborées en 2011 et 2012. Pour rappel, ces dernières étaient focalisées sur les procédures d’accréditation des laboratoires d’inspection des produits de la pêche et sur les systèmes de management de la qualité. Pour le représentant résident de la JICA au Maroc, Shoji Koichi, cette collaboration tripartite n’est plus une option mais un impératif pour les pays en développement afin de relever leurs défis communs.

Publié 11 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Pêche

Mise à jour de l’article : Agadir : Les animations de l’été à Agadir

Je viens de faire une mise à jour de l’article proposé hier, en ajoutant le surf (merci Isabelle, je l’avais oublié) et en ajoutant des renseignements pratiques pour presque toutes les activités qui y figurent. Cliquez sur le lien suivant pour voir la « nouvelle version »

https://terriermichel.wordpress.com/2013/06/10/agadir-les-animations-de-l’ete-a-agadir/

Publié 11 juin 2013 par Michel Terrier dans Agadir, Animation, Sport, Tourisme

Agadir : Les animations de l’été à Agadir

On entend beaucoup dire par ceux qui ne connaissent pas Agadir qu’à part la plage, il n’y a pas grand’chose à faire ici : c’est méconnaître complètement notre belle ville et tout ce qu’elle peut nous proposer comme activités.

On peut déjà faire de superbes promenades dans les environs, en particulier la côte atlantique qui offre des coins paradisiaques jusqu’à Imsouane, il y a, à l’intérieur, Imouzzer des Ida Outanane, Taroudant, Tiznit, Tafraout, l’Anti-Atlas. On peut aller découvrir les anciens ksars, les greniers fortifiés dont certains sont tout proches d’Agadir, le magnifique rucher d’Inzerki et tant d’autres merveilles qui sont à portée immédiate.

Après être monté à la kasbah découvrir le magnifique panorama sur la baie, la ville d’Agadir elle-même, avec les villes qui font partie de l’agglomération urbaine propose aussi beaucoup d’activités dont voici quelques-unes :

Le Tennis :
L’académie de tennis se trouve juste au-dessus de la zone touristique, près du Palais et propose dans ses belles installations au milieu de la verdure des stages et des entraînements :IMG_5523 IMG_5533 IMG_5534

L’Accrobranche
Pas loin de l’embouchure du Souss, une promenade en toute sécurité pour les petits et les grands dans les branches des arbres :P1140635 P1140648 P1140668 P1140674 P1140685 P1140698 P1140702Accrobranche

Le Golf
Agadir est la première destination de golf du Maroc et les mordus de ce sport n’ont que l’embarras du choix pour pratiquer :IMG_4355 IMG_4363 IMG_4372 IMG_4376 IMG_6614 IMG_6616 IMG_6617 IMG_6620exemple de tarif : (golf du Soleil)Tarifs Golf du Soleil

Le Kart
Sur une magnifique piste qui vient d’être mise en service, vous pourrez, sans danger, donner libre cours à vos envies de vitesse :IMG_4968 IMG_5044 IMG_5081 P1150871 P1150923 P1150942 - Copie P1150942 P1150944Centre de Karting Agadir

Visite des musées et jardins :
Le musée municipal :
il abrite une somptueuse collection de tout ce qui concerne l’art berbère du sud marocain : bijoux, tapis, objets usuels, manuscrits…IMG_7550 IMG_7551 IMG_7552 IMG_7554 IMG_7555 IMG_7556 IMG_7557 IMG_7558 IMG_7559 IMG_7560 IMG_7563Musée municipal Agadir

Le musée et le jardin d’Olhao
Don de la ville d’Olhao (Portugal) qui est jumelée à Agadir. Le petit musée du souvenir montre des vues d’Agadir avant, juste après le tremblement de terre et la reconstruction. Juste à côté, un agréable jardin de verdure.IMG_7536 IMG_7539 IMG_7540 IMG_7541 IMG_7542 IMG_7543 IMG_7544 IMG_7545IMG_7537 IMG_7547 IMG_7548 IMG_7549Jardin et musée d'Olhao

La vallée des oiseaux
située en plein centre ville , une belle promenade très fréquentée en fin de semaine où on trouve tyoutes sortes d’oiseaux, mais aussi des mouflons à manchettes, des kangourous, gazelles…dsc02470 p1020005 p1020015 p1020017Vallée des oiseaux

Pratique de la voile
sur le port, une école de voile accueille jeunes et moins jeunes, les plus jeunes sur Optimists, les autres sur Lasers et Catamarans

IMG_7523 IMG_7524 IMG_7526 IMG_7527 IMG_7528 IMG_7529IMG_7530IMG_7531

Promenades en mer :
sur le port de la Marina, plusieurs bateaux vous attendent pour vous emmener promener, bronzer ou pêcher en mer :

IMG_7532 IMG_7533 IMG_7534 IMG_7535

Parapente :
là, c’est un peu plus loin : du côté de Legzira, où vous partirez du « Nid d’aigle » pour voler au-dessus de la très belle plage de Legzira.P1020166P1090772 P1090773 P1090775 P1090776 P1090780

Visite du parc Souss-Massa
pour découvrir, entre l’embouchure du Souss et celle de l’oued Massa toutes sortes d’oiseaux, cigognes, flamants roses, hérons… et des espèces en voie de disparition : ibis chauves

IMG_3356 P1090984 P1120170 P1120179 P1120354 P1120379 P1120383 P1120390 P1120393Parc Naturel Souss-Massa

Quad 
à Tamraght, près du « Rocher du diable », Agadir Adventure Quads dispose d’un très beau matériel pour petits et grandsIMG_4839 IMG_4841 IMG_4842 IMG_4846 IMG_4849Agadir Adventure-Quads

Shopping à Souk el Had
Le plus grand souk fermé d’Afrique, avec un nombre incalculable de boutiques où on trouve tout ! Il vient d’être rénové et beaucoup plus agréable à parcourir qu’auparavant cimg1701 IMG_7569 IMG_7572 IMG_7573 IMG_7574 IMG_7579 IMG_7580 IMG_7581 IMG_7582 IMG_7585Souk el Had

Spéléologie :
la région d’Imouzzer abrite, avec les grottes de Wintimdouine, le plus vaste réseau de galeries souterraines d’Afrique ; mais là, c’est un sport à réserver aux spécialistes !cimg2061 cimg2062

Sports équestres
Deux clubs : l’Etrier d’Agadir et le Royal Club Equestre permettent de pratiquer l’équitation
L’Etrier d’AgadirIMG_7483 IMG_7484 IMG_7485 IMG_7490 IMG_7491 IMG_7492 IMG_7494 IMG_7496 IMG_7500 IMG_7501Etrier d'Agadir

Le Royal Club EquestreIMG_7522IMG_7505 IMG_7506 IMG_7507 IMG_7508 IMG_7509 IMG_7510 IMG_7513 IMG_7514 IMG_7515 IMG_7517RCEARoyal Equestre Club Agadir 1

Promenades à cheval et en « calèche »P1090979IMG_3040 IMG_3041

Le Surf et le Kite-surf
des plages de rêve, comme celle d’Imsouane ci-dessous permettent, avec des tas d’autres spots (Taghazout, Tamraght, Tamri…) de pratiquer ce sport de glisse et d’adresse.P1080610p1070368IMG_3204IMG_3217 IMG_3214 100_0926et les jours de grand vent, vous pourrez toujours essayer le kite-surfIMG_6769 IMG_6760IMG_6761 IMG_6755

Et encore plein d’autres choses à découvrir et à faire à Agadir, mais, là, je vous laisse chercher un peu vous-mêmes et, surtout, sortez de votre hôtel, même si vous êtes dans un « all inclusive » pour découvrir ce qu’il y a autour !

Photos M. Terrier

Publié 10 juin 2013 par Michel Terrier dans Agadir, Animation, Découverte, Tourisme

Activité hôtelière : Les opérateurs d’Agadir se frottent les mains

par  Redouane Chakir – lematin.ma

Arrivées, nuitées, durée moyenne de séjour, taux moyen d’occupation… tous les indicateurs touristiques se sont bien comportés durant les cinq premiers mois de 2013.

Agadir BaieL’activité touristique se porte bien dans la capitale du Souss-Massa-Drâa. Les statistiques pour le seul mois de mai, ou le cumul depuis le début de l’année, parlent d’elles-mêmes. Les arrivées ont augmenté de 20,65% à 78 697 visiteurs en mai dans les établissements hôteliers classés d’Agadir par rapport à la même période de 2012. Les nuitées, elles, ont progressé de 22,51% à 363 917. Le marché russe aura été le plus dynamique avec le triplement de ses arrivées (204,25%) et de ses nuitées (198,70%). La deuxième performance est enregistrée par le marché national, avec des arrivées en augmentation de 26,40% et des nuitées de 30,55%. Suivent les marchés britannique (22,63 et 19,90%), polonais (20,81 et 23,66%) et saoudien (19,52 et 15,58%). Le marché belge affiche également une augmentation au niveau des arrivées (13,82), mais les nuitées ont stagné. Pour sa part, le marché allemand a connu une baisse de ses arrivées (6,34%) contrairement aux nuitées qui sont restées au même niveau de l’année dernière.
La durée moyenne de séjour s’est également améliorée en mai 2013 pour atteindre 4,62 jours, contre 4,55 une année auparavant. Même comportement pour le taux moyen d’occupation dans les hôtels classés de la ville d’Agadir. Il s’est élevé à 53,48% contre 42,54% enregistré lors du même mois de 2012. Toutefois, tous les établissements hôteliers ne sont pas logés à la même enseigne. Seuls 23, d’une capacité de 11 351 lits, ont dépassé la barre symbolique de 50%, en enregistrant un taux d’occupation de 76,18%. Le taux d’occupation moyen, durant les cinq premiers mois de l’année 2013, s’est accru de 15,87% pour atteindre 49,9%.  Sur la même période, les arrivées ont progressé de 12,12% à 338 468 et les nuitées 12,14% à 1 638 202 nuitées. Les Russes sont toujours en tête avec pratiquement le quadruplement de leurs arrivées (294,91%) et nuitées (322,91%). Les autres marchés émetteurs qui ont amélioré leur position au Maroc sont la Pologne (23,97 et 18,68%), la Hollande (23,47 et 9,97%), le national (17,65 et 22,62%), la Suisse (15,11 et 22,85%) et la Grande-Bretagne (13,93 et 13,53%), notamment. Quant au marché français, il a connu une croissance de 2,87% en termes d’arrivées et de 6,76% côté nuitées. Le marché allemand continue de perdre du terrain avec une baisse de 2,61% pour les arrivées et de 6,21% pour les nuitées.

Publié 10 juin 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Tourisme

Essaouira sur France culture le 9/6/2013 à 15h00 (14h00 au Maroc), par Abdelwahad Meddeb avec André Azoulay, Salima Naji… Ode au divers.

Essaouira_Naji_Meddeb_Azoulay_2 (1)Abdelwahab Meddeb s’est arrêté quelques jours dans la ville d’Essaouira pour l’émission Ville Monde de France Culture.

http://www.franceculture.fr/emission-villes-mondes-ville-monde-essaouira-1-2013-06-09

Aujourd’hui à 15H00 pour la première partie.

En arpentant cette ville qu’il connaît dans ses moindres recoins pour y avoir séjourné de longs mois, il y plusieurs décennies déjà, il construit une ode au divers.

Essaouira vue depuis l'ïle de Mogador

Essaouira vue depuis l’ïle de Mogador

Tour à tour s’expriment ceux qui font la ville et notamment André Azoulay qui y mène depuis plus de 20 ans une action remarquable. La ville est devenue désormais un carrefour culturel et un espace de création hors-norme. André Azoulay nous rappelle que tout se fait dans la durée, progressivement pour permettre à un lieu endormi de se réveiller.

Aujourd’hui, le travail accompli est immense.

Désormais reste le plus complexe. La sauvegarde des bâtiments. Des ruines perdurent et des opérations immobilières, certes de petite envergure, menacent toujours le centre historique. Heureusement, la cité portuaire dispose d’un héritage extraordinaire : la pierre de taille qui résiste au poids des années.

Salima Naji interviendra notamment sur les liens avec l’arrière-pays et le commerce transsaharien.

http://www.salimanaji.org

%d blogueurs aiment cette page :