Archives de 19 novembre 2013

Coupe du monde des clubs Maroc 2013, plein feux sur Marrakech et Agadir

espace-maroc.com

20131119155753Une fois n’est pas coutume, parlons du ballon rond, ce phénomène de société qui n’épargne personne mais qui a une qualité indéniable, fédérer, par delà les frontières et les cultures. C’est une première en Afrique, cette coupe du monde des clubs et cela ce passe au Maroc. Du 11 au 21 décembre 2013 il ne sera plus question d’essayer de parler d’autre chose au Maroc, du moins avec les hommes…

Le football est une passion profonde dans ce pays, un dérivatif qui fait rêver, un mythe que chaque enfant veut toucher du doigt. Les ruelles de la médina de Marrakech et la corniche d’Agadir vont raisonner encore plus fort des voix de ces enfants qui, tout en tapant dans un ballon de fortune, égrènent le nom de leurs idoles. C’est avec fierté que ces bambins choisissent comme cadeau un maillot au nom de leur joueur préféré et tape le ballon comme lui, avec beaucoup de sérieux et l’espoir dans les yeux. Cet eldorado est celui du monde des VIP, des stras et de ce qui brille, illuminant tout sur son passage. Il est bon de rêver, pas trop, mais un peu. Cet évènement va relancer, si c’était nécessaire, cet engouement qui entraine derrière lui des générations de garçons qui se voient déjà en haut de l’affiche. Dans la réalité, ce sport, qui véhicule des sommes phénoménales, sur toute la planète, est au centre des discussions radiophoniques et télévisuelles au Maroc depuis une semaine. En marchant vers demain, en se modernisant, le pays s’échappe plus à cette folie où l’argent coule à flot et dans tous les sens pour entretenir une équipe, la faire évoluer, lui donner une image et la nourrir ! Le Raja Casablanca, champion du Maroc 2012-2013 commence à faire parler de lui. On se demande si tout cela n’est pas un peu trop, on s’interroge sur les millions de dirhams dont on entend parler, sur les notes somptuaires d’hôtels ou de restaurants, où sur le coût du transport d’un endroit à un autre…

Il faut cesser de s’interroger, c’est le jeu, le grand spectacle, et il est un point de passage obligé dans le grand raout mondial du petit ballon rond. On en dépense beaucoup d’argent mais on en rentre aussi beaucoup. Le Maroc aura pendant cet évènement l’œil et l’oreille du monde entier. Les projecteurs seront braqués sur Agadir et Marrakech, les télévisions du monde entier feront des reportages sur le football, oui, mais aussi sur les villes concernées et leur environnement immédiat. On en profitera pour parler de la culture, de la tradition, de la cuisine, des paysages, bref du pays. Le bénéfice est évident. Publicité à grande échelle, vitrine qui donne envie, informations qui déclinent sur tous les tons que le pays est stable, calme, agréable et convivial. Et tout cela est vrai, mais l’entendre aussi fortement aide grandement. Le Maroc mérite largement cette publicité qui aidera certainement le tourisme et si en plus le Raja fait des étincelles et gagne… !!!

Publicités

Publié 19 novembre 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Sport

Tag(s) associé(s) : , ,

SIFEL Maroc prend ses nouveaux quartiers

Hafsa Sakhi – lematin.ma

SIFEL-MAROCLe Salon International de la Filière Fruits & Légumes, «SIFEL Maroc» tiendra sa 11ème édition dans la zone industrielle d’Ait Melloul.

Ce n’est pas Agadir qui accueillera cette année la 11ème édition du Salon International de la Filière Fruits & Légumes, «Sifel Maroc». Le comité d’organisation a aménagé un site spécial au cœur même de la zone industrielle d’Ait Melloul, et ce au plus près des opérateurs et des producteurs de la région Souss Massa Draâ.

«Grâce à ce choix stratégique d’Ait Melloul, sont attendus en cette 11ème édition, plus de 50.000 visiteurs et 250 exposants de plusieurs pays dont: la France, l’Espagne, l’Italie, le Portugal, la Chine, l’Arabie Saoudite, l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, les Pays Bas, la Tunisie, l’Égypte, le Sénégal, le Congo, le Bénin, le Liban, le Soudan, La Russie, la Croatie…», indique le comité.

Rappelons que, le SIFEL Maroc est comme le lieu de rencontre idéal pour les acteurs de la filière conjuguant espaces d’exposition et conférences où producteurs, agro fournisseurs, machinistes, chercheurs, formateurs et institutionnels font un état des lieux, un point sur les campagnes et surtout mettent en place leurs stratégies futures aussi bien en termes d’investissement et de commercialisation qu’en choix de production.

Publié 19 novembre 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Agriculture, Expositions

Agriculture bio : les opérateurs livrent entre 30 et 100 paniers de légumes par semaine

Vendredi 29 novembre, nous retournons au Domaine Mimounia ( la ferme spécialisée dans la culture de tomates et de poivrons sous serre ), à l’invitation du responsable.

Quelques places (en nombre très limité) sont proposées pour venir à cette visite.

D’autre part, le Domaine Mimounia va mettre en place un service de distribution de paniers bio.
Sa mise en place débutera en début de l’année 2014 et vous serez tenus au courant par le blog.

L’agriculture bio au Maroc

Six distributeurs structurés se partagent le marché. Un panier varié de 12 à 15 kg est vendu entre 150 et 200 DH. Les prix sont 15 à 20% plus élevés que pour les produits de l’agriculture conventionnelle.

culture bio

Les paniers bio, effet de mode ou phénomène de société ?
Les opérateurs répondent unanimement que le concept intéresse de plus en plus de ménages, mais il reste beaucoup de choses à faire pour élargir le marché. Au lancement de la distribution des paniers de légumes et fruits bio en 2005, la demande provenait principalement de familles étrangères, plus sensibles à l’agriculture biologique, installées au Maroc. A présent, les nationaux, principalement ceux de la classe moyenne, avertis et sensibilisés à la consommation de ce type de produits, s’y sont mis. Preuve en est l’augmentation notoire du nombre de distributeurs. On en comptait trois (deux implantés à Rabat et un à Dar Bouazza) en 2005, aujourd’hui, il sont six qui s’activent dans les environs de Casablanca et Rabat.

Selon Abdellah Madrani, président de Bio Assil, groupement de plusieurs fermes Bio certifiées, le nombre de paniers distribués, 30 par semaine, est en hausse constante. Slim Kabbaj, patron de la Vie Claire et vice-président de l’Association marocaine de la filière des productions biologiques (Amabio) région Centre, annonce 40 à 50 paniers par semaine pour son enseigne, tandis qu’Essouhoul, opérateur installé à Salé, en livre une centaine sur la même période, essentiellement à des ménages étrangers. Une petite baisse est cependant constatée durant les périodes de vacances par tous ces opérateurs.

D’un poids de 12 à 15 kilogrammes de légumes et fruits, le panier est vendu entre 150 et 200 DH en fonction de son contenu, sans parler des 50 DH de caution pour la cagette ou le panier. Tous les fruits et légumes ne sont pas pour l’instant l’objet d’une production biologique. Sont aujourd’hui disponibles la pomme de terre, la tomate, les salades, l’aubergine, la menthe, le cardon, le brocolis, le concombre, le chou, la cerise, la pastèque, le melon, la fraise, les oranges et les mûres. La coriandre, le persil ainsi que les plantes aromatiques et médicinales (thym, romarin et armoise) sont aussi cultivés.

Et l’offre va en se développant puisque plusieurs produits nouveaux sont en cours de développement afin, explique M. Madrani, de répondre aux besoins des clients qui deviennent de plus en plus exigeants. Ainsi, son groupement compte lancer la volaille bio. «Ce qui nous permettra d’enrichir le panier en proposant des œufs et de la viande blanche», indique M. Madrani dont les fermes, créées en 2009 à Benslimane sur une superficie de 30 hectares certifiés bio, sont dédiées au maraîchage et à l’arboriculture. Outre la distribution de paniers, Bio Assil est en négociation avec le groupe Label’Vie pour référencer ses produits.

Publié 19 novembre 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Agriculture, Ecologie

Maroc-UE : Le nouveau protocole de pêche signé hier

infomediaire.ma

Accord de peche MAroc UE_1Le nouveau protocole de pêche entre le Maroc et l’Union Européenne (UE) a été signé, hier à Bruxelles, par Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, et Vinciunas Arunas, président du comité des représentants permanents des Etats membres de l’UE et ambassadeur représentant permanent adjoint de la Lituanie, qui assure actuellement la présidence du Conseil de l’UE. Paraphé en juillet dernier, ce protocole entrera en vigueur dès l’accomplissement des procédures internes respectives nécessaires, notamment son approbation par les parlements marocain et européen. Il sera ainsi soumis au vote le 27 novembre courant à la commission de la pêche du parlement européen à Bruxelles, puis en séance plénière en décembre prochain à Strasbourg. Pour rappel, la semaine dernière, la présidence lituanienne du Conseil de l’UE avait annoncé que le comité des représentants permanents des Etats membres de l’UE à Bruxelles (COREPER I) avait décidé de recommander au parlement européen d’approuver le nouveau protocole de pêche Maroc-UE. Lors d’une réunion à Bruxelles, les ambassadeurs des Etats membres auprès de l’UE avaient aussi décidé d’adresser une correspondance au parlement européen dans laquelle ils recommandent l’adoption du nouveau protocole de pêche. En attendant le vote final à Strasbourg, le protocole de pêche a fait du chemin. Jeudi dernier, la commission des budgets du parlement européen à Bruxelles a voté en faveur de la conclusion de l’accord. A suivre !

%d blogueurs aiment cette page :