Archives de février 2014

Commémoration du 54ème anniversaire du séisme du 29 février 1960

A l’initiative de l’Association Izoranes avait lieu aujourd’hui à Yachech où se trouvent les cimetières des trois communautés religieuses, des prières en commun en souvenir des victimes du tremblement de terre de 1960.

.
IMG_1347

Nombreux étaient les anciens venus partager ce moment de recueillement.

IMG_1336

IMG_1337

IMG_1339

Prière du culte judaïque
IMG_1341

IMG_1342

Prière du culte chrétien
IMG_1343

IMG_1346
et prière du culte islamique :
IMG_1348

IMG_1350

.IMG_1352Ces anciens d’Agadir, autour de Mohamed Bajalat constituent et connaissent une bonne partie de la mémoire d’Agadir.

En marge de cette commémoration, était présenté un projet pour Yachech appelé « Promenade dans la mémoire » avec aménagement d’une piste piétonne et cyclable, aménagement d’un espace de recueillement et d’une stèle de mémoire, reconstruction à l’identique de l’espace Igui Elboud, y compris le petit pont, réhabilitation et reconversion de l’ancien hôpital en une maison de la photographie de l’ancien Agadir et réhabilitation de l’ensemble des cimetières.

.
IMG_1335

IMG_1333

Un projet également, pour le cimetière et la fosse commune de Ben Sergao :
IMG_1335-001

Cette commémoration est un beau reflet de la tolérance et de la coexistence qui ont toujours été de merveilleuses caractéristiques de la vie d’Agadir.

Photos M. Terrier

Publié 28 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Histoire, Souvenir

En mémoire d’Agadir 1960

C’était il y a 54 ans…

Publié 28 février 2014 par Michel Terrier dans Agadir, Histoire, Souvenir

A l’occasion du 54ème anniversaire du séisme d’Agadir, Visite guidée de la Kasbah d’Agadir Oufella par les étudiants du Master Patrimoine et Développement, les 1er et 2 mars 2014

.Presse-papiers-1

Publié 28 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Patrimoine, Souvenir

12ème édition de la Convention France Maghreb en mars

A. L. – lnt.ma

convention-france-maghreb

La 12ème édition de la Convention France Maghreb se tiendra le 15 mars 2014 à Paris sous le thème «Quels réseaux d’affaires investir pour booster le commerce France Maghreb?».

Cet événement connaîtra la participation des six pays de l’espace France Maghreb, et des responsables politiques et économiques dans le but de faciliter les rencontres d’affaires, les projets de coopérations, et la création de partenariats élargis à l’ensemble de l’espace franco-maghrébin.

«Notre objectif est que les régions du Maghreb puissent avoir des relations directes entre elles pour aller de l’avant. Ce n’est pas un salon comme les autres, c’est un lieu où l’on mixe les publics et de là viennent les opportunités d’affaires», a déclaré Mohamed El Ouahdoudi, président de la Convention.

L’invité spécial de la 12ème édition est la région d’Agadir Souss Massa Drâa. Le Centre Régional d’Investissement de la région est partenaire de la Convention France Maghreb depuis plusieurs années. En effet, le CRI réussit à attirer des investissements dans des domaines réputés difficiles.

Ainsi, la ville d’Agadir compte désormais l’un des leaders des centres d’appels français, qui emploie plusieurs centaines de jeunes lauréats, et annonce d’autres projets d’extension.

«Nous sommes honorés d’inviter cette région d’Agadir Souss Massa Drâa parce que l’on veut montrer un exemple, à l’échelle du Maghreb, d’une région dynamique qui réussit tout ce qu’elle entreprend. En mettant la région d’Agadir à l’honneur, c’est tout le Maghreb que l’on aide à avancer», explique M. El Ouahdoudi.

Des dizaines d’entreprises mobilisées dans la région viendront à la rencontre de leurs homologues, couvrant l’ensemble des domaines d’activité d’une région fortement diversifiée.

La 12ème édition de la Convention France Maghreb mettra à l’honneur des réseaux d’affaires puissants, en mesure d’apporter aux entrepreneurs les solutions et les meilleures conditions pour réussir leurs projets France Maghreb en 2014.

En marge de cette journée, une table ronde sera organisée, avec l’appui du cabinet Elyksir, sous le thème «Femmes et Entreprises».  Les intervenants débattront avec les participants de la situation des femmes en entreprises dans l’espace France-Maghreb, des programmes d’aide et de promotion des femmes ainsi que des initiatives futures pour accroître le rôle des femmes dans la création d’entreprises.

Publié 27 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Coopération

4e journées professionnelles du tourisme : Le tourisme golfique passé à la loupe à Agadir

aufaitmaroc.com

Agadir est devenue la capitale marocaine du golf, ces dernières années. /DR

Agadir est devenue la capitale marocaine du golf, ces dernières années. /DR

L’Office National Marocain du Tourisme organise, en partenariat avec la Confédération Nationale du Tourisme, la Fédération Royale Marocaine de Golf et l’Association du Trophée Hassan II de Golf, la 4e édition des Journées Professionnelles du Tourisme le 14 mars à Agadir.

Cette édition, organisée en marge du Trophée Hassan II de Golf, aura pour thème “100 ans de golf au Maroc : parcours et vision” et aura pour objectif de mettre en relation, pour la première fois au Maroc, tous les acteurs de la profession golfique, aussi bien marocains qu’étrangers.

Plateforme idéale pour débattre et échanger de thématiques spécifiques, les Journées Professionnelles du Tourisme vont réunir environ 300 participants. Elles porteront sur une analyse de la qualité de l’offre golfique au Maroc et sur l’identification des axes d’amélioration pour les trois prochaines années.

Cette 4e édition sera également ponctuée par la signature de plusieurs contrats de commercialisation de la destination et de conventions de partenariat touchant au développement de la filière.

Plusieurs intervenants étrangers partageront leur expérience en termes de tourisme golfique, notamment l’association internationale des tour-opérateurs spécialisés dans le golf “IAGTO1”, les organisateurs de l’“European Tour” ainsi que des experts du domaine du golf.

Certains intervenants institutionnels marocains seront également présents comme le ministère du Tourisme, le ministère de la Jeunesse et des sports, la Confédération Nationale du Tourisme, les Conseils Régionaux du Tourisme, la Fédération Royale Marocaine de Golf, l’Association du Trophée Hassan II de Golf, l’Office National des Aéroports, l’Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail…

Publié 27 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Golf, Tourisme

Projection du film de Brahim Amzil « Agadir 1960, un rêve en couleur » à l’Association Dar Si Hmad

Ce soir a eu lieu à l’Association Dar Si Hmad la projection du film documentaire de Brahim Amzil « Agadir 1960, un rêve en couleur »

. Agadir 1960 rève en couleurA cette projection assistaient, en particulier, Lahcen Roussafi, Larbi Babahadi et Marie-France Dartois qui interviennent tous trois dans cet émouvant film de 52 minutes qui a demandé un travail énorme au réalisateur Brahim Amzil.

de gauche à droite : Lahcen Roussafi, Larbi Babahadi et Brahim Amzil, le réalisateur

de gauche à droite : Lahcen Roussafi, Larbi Babahadi et Brahim Amzil, le réalisateur

Lahcen Roussafi et Larbi Babahadi

Lahcen Roussafi et Larbi Babahadi

 

Larbi Babahadi, Brahim Amzil et Marie-France Dartois, auteure de "Agadir et le Sud Marocain"

Larbi Babahadi, Brahim Amzil et Marie-France Dartois, auteure de « Agadir et le Sud Marocain »

Une partie de l'assistance

Une partie de l’assistance

Publié 27 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Cinéma, Souvenir

Connect Institute

par Aziza El Affas – leconomiste.com/entreprises
Presse-papiers-1

Publié 27 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Associations, Rencontres

Le Maroc relance la machine du tourisme durable

par Malika Alami – leconomiste.com

  • Développement d’outils de suivi de la durabilité
  • La qualité de service au cœur de la réforme du classement des hôtels
Tourisme durable et équitable

Tourisme durable et équitable

Pas de croissance durable sans gestion responsable des ressources naturelles. Le secteur du tourisme dont la matière première est l’environnement est au plus haut point concerné. Mais comment concilier compétitivité et durabilité dans le domaine? C’est tout l’intérêt du 4e symposium international sur le tourisme durable qui s’est tenu lundi dernier à Agadir avec pour objectifs de créer une dynamique progressive d’actions en la matière. Ces dernières années, une batterie de mesure a été élaborée pour garantir l’intégration de la durabilité à tous les niveaux du produit touristique. Cela s’est traduit d’abord par un renforcement du volet réglementaire. C’est dans ce contexte que se sont inscrites les restrictions environnementales au niveau des cahiers des charges des projets touristiques, mais aussi dans la charte nationale de l’investissement. Après avoir posé ces jalons, il est question aujourd’hui de poursuivre la mise en œuvre du dispositif de suivi de la durabilité dans le domaine, souligne Nada Roudies, secrétaire générale du ministère du Tourisme. La responsable rappelle sur ce plan la réforme du classement des hôtels. Nouveauté à ce niveau dans un souci de durabilité, la qualité de service qui devient un critère de choix dans la démarche de classification d’une unité hôtelière. Pour l’heure, ce projet de loi est dans le circuit de l’approbation gouvernementale, est-il indiqué. En attendant, le département du Tourisme s’attelle à mettre en œuvre sur le terrain d’autres outils de suivi de la durabilité. Il s’agit d’un set d’indicateurs prenant en considération le respect des seuils de densité touristique, l’impact du développement de l’activité sur l’environnement mais aussi ses retombées socio-économiques. Il est question aussi de mesurer la perception du touriste de la durabilité tout au long de son expérience. Ce dispositif sera développé en partenariat avec les observatoires national et régionaux de l’environnement, souligne Nada Roudies. ‘’Il se veut comme un outil de veille et de pilotage mais également de promotion de l’engagement du Maroc pour la durabilité’’, poursuit la responsable. Toutes ces actions seraient probablement vaines sans une implication effective de tous les professionnels du tourisme dans cette belle dynamique. La présence de peu d’hôteliers d’Agadir au symposium montre qu’il y a encore du travail en matière de sensibilisation et de communication à faire auprès des concernés. Il est vrai que la profession est plus préoccupée aujourd’hui par le maintien des flux de touristes. La destination continue à avoir une activité à deux vitesses. Un nombre de plus de 5.000 lits nécessite une mise à niveau urgente. Le mécanisme d’appui aux entreprises touristiques dans le cadre de Moussanada Siyaha, qui s’inscrit dans le programme national pour l’innovation et la compétitivité touristique, pourrait être une solution à cette situation. Mais encore faut-il faire revenir la confiance tout d’abord dans le milieu des hôteliers et des investisseurs.

Organisation

Du logo, en passant par l’affiche de la rencontre et le kit documents, sans oublier le lieu, le symposium du tourisme durable, organisé par l’agence Avant-scène pour le compte du ministère du Tourisme, était vraiment placé sous le signe de la protection de l’environnement. Au-delà de s’inscrire dans la thématique du meeting, il est question d’offrir, à travers cette manifestation, une visibilité pour le Maroc en matière de développement durable face aux nombreux participants étrangers présents. Mais aussi conforter le rôle du Maroc en tant que président du partenariat mondial pour le tourisme durable sur la période 2013-2015.

Publié 26 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Environnement, Tourisme

Tag(s) associé(s) :

41e Trophée Hassan II de Golf : Les golfs du Palais royal et de l’Océan n’attendent qu’à être foulés

K.N. – aujourdhui.ma

La 41e édition du Trophée Hassan II de Golf est prévue du 10 au 16 mars prochain à Agadir, de même que la 20e édition de la Coupe Lalla Meryem. Ces deux tournois, épreuves de l’European Tour et de la Ladies European Tour, vont se tenir cette année sous le signe de 100 ans de golf au Maroc.

L'Allemand Marcel Siem, vainqueur du 40e Trophée Hassan II. /DR

L’Allemand Marcel Siem, vainqueur du 40e Trophée Hassan II. /DR

Depuis leur inscription au calendrier de l’European Tour et de la Ladies European Tour en 2010, le Trophée Hassan II de Golf et la Coupe Lalla Meryem ne cessent d’attirer de plus en plus de grands golfeurs.

Cette année aussi, des têtes d’affiche sont attendues à Agadir du 10 au 16 mars au golf du Palais Royal pour la 41e édition du Trophée Hassan II et au golf de l’Océan pour la 20e Coupe Lalla Meryem.

Chez les hommes, l’Allemand Marcel Siem, vainqueur de la 40e édition, reviendra défendre son titre. Il aura fort à faire face à d’autres vainqueurs sur l’European Tour comme l’Anglais David Howell (5 fois), le Français Raphaël Jacquelin (4 fois) ou l’Écossais Stephen Gallacher (3 fois vainqueur du DubaÏ Desert Classic et 3 fois vainqueur sur l’European Tour).

Joudar, Serghini et El Hassani

Les golfeurs marocains ne seront pas en reste dans cette 41e édition, Amine Joudar, Fayçal Serghini et Younes El Hassani vont se mesurer aux joueurs du Tour européen. Ils ont été choisis en fonction de leur classement à l’Atlas Pro Tour, qui donne accès aux nationaux au Trophée Hassan II de Golf.

Le jeune amateur Ayoub Lguirati (16 ans) sera aussi de la partie.

Maha Haddioui va défendre les couleurs marocaines à la 20e Coupe Lalla Meryem. /DR

Maha Haddioui va défendre les couleurs marocaines à la 20e Coupe Lalla Meryem. /DR

Pour la 20e édition de la Coupe Lalla Meryem, la tenante du titre sera à nouveau présente à Agadir. Il s’agit de la Thaïlandaise Ariya Jutanugarn. Elle aura en face de farouches prétendantes au titre comme l’Anglaise Laura Davies, qui a gagné 45 tournois dont 4 majeurs. Il y aura également une autre Anglaise, Holly Clyburn, n°7 européen, et la Française Gwladys Nocera, 3e fois vainqueur sur la Ladies European Tour.

Comme d’habitude, Maha Haddioui sera la seule représentante marocaine chez les dames. Elle a été élue meilleure sportive de l’année 2013 au Maroc et a fini 41e de la dernière Lalla Aïcha School Tour.

Publié 26 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Golf, Sport

Tourisme : Réflexion pou une Nouvelle appellation : Agadir -Taghazout : Pourquoi pas ?

Mohamed Rial – thrmagazine.info

Une réflexion profonde et légitime avait commencé dès l’annonce de la concrétisation de la nouvelle station balnéaire Taghazout, il y a déjà des années. Avec les travaux qui viennent de voir le jour, avec plus ou moins de ferveur, récemment, l’appellation de la nouvelle station « Agadir-Taghazout », fait surface sérieusement. Le sujet avait été évoqué lors du dernier Conseil d ‘administration du CRT Agadir SMD.

6357563-9588475

La discussion en public de ce sujet, par les membres du Conseil d’administration , en présence du Wali de la Région et Gouverneur de la préfecture d’Agadir Ida Outanane, est la preuve que le choix du nom Taghazout accordé à la nouvelle station ne fait nullement l’unanimité des professionnels. L’appellation a été imposée par le ministère de tutelle sans aucune concertation préalable.
IL est à savoir que militer pour le changement de nom de la station Taghazout par celui de  «  Agadir-Taghazout », part d’une logique de terrain qui veut que la nouvelle station profite de l’image et de la renommée d’Agadir en tant que destination balnéaire d’hiver bien connu, mais aussi en tant que capitale du tourisme balnéaire du pays. Ce capital d’une station dont les activités touristiques continuent depuis des années sera d’un bon apport pour la commercialisation de la nouvelle station «  Agadir-Taghazout ».

Il est à savoir que c’est la première fois, qu’une nouvelle station balnéaire voit le jour au Maroc, juste à une dizaine de kms d’une grande station balnéaire déjà opérationnelle. Bref, en s’adossant à Agadir, la nouvelle station profite de toutes les infrastructures existantes, lui permettant une valeur ajoutée pour sa commercialisation et sa promotion : aéroport international, marina, sièges de représentants des TO émetteurs, parcours de golf, centres de thalasso et spa, restaurants, loisirs nocturnes, souk El Had, commerce divers etc…
Bref, s’il y a bien une station qui va profiter de cette situation, c’est bien Taghazout. La plus value pour Agadir, est de s’associer, en image, à une nouvelle station, avec de nouveaux établissements hôteliers de dernière génération. Donc avec une capacité litière nouvelle qui va servir la cause du tourisme à Agadir. Il est ainsi opportun dès maintenant d’entamer, dans le cadre d’une bonne synergie entre CRT, donc professionnels, élus , autorités et ONMT et ministère de tutelle, l’élaboration d’une stratégie marketing qui va bien servir les deux stations balnéaires.

L’erreur à éviter indiscutablement est de « dresser » au point de vue marketing , commercial ou promotionnel Agadir contre Taghazout ou inversement. La commercialisation doit se faire sur la base d’un nouveau produit touristique jumelé, qui doit s’appeler « Agadir-Taghazout ». Produit s’il est conçu ainsi, sera plus attractif, plus défendable, plus vendable aussi. IL est certains que malgré toute la bonne volonté des investisseurs, il faut attendre une bonne dizaine d’années pour que Taghazout soit construite et opérationnelle à 100% pour un  nombre de lits cibles : 12 376 lits ; capacité touristique cible : 7450 lits ; 8 unités hôtelières et 1 village de vacances…

Or d’ici là, c’est une bonne occasion offerte à Taghazout d’être jumelée à une station balnéaire bien rodée, ayant une image positive chez les TO qui cherchent à y envoyer du monde, mais ne peuvent le faire à cause de la capacité litière d’Agadir, en partie, à la fois vétuste et non commercialisable. Evidement il faut y voir là une chance de complémentarité entre les deux stations et surtout pas de concurrence, sinon on ne sert ni la cause d’Agadir ni celle de Taghazout.

D’ailleurs dans les prospections et autres moyens pour la promotion de Taghazout, on est obligé de mentionner que la nouvelle station se trouve à 10 km d’Agadir. Alors autant le faire dans les honneurs, dans un esprit responsable et dans la perspective intelligente d’assurer une bonne commercialisation de la nouvelle station, qui en aura bien besoin pour son lancement et durant les années qui vont suivre. Une renommée d’une station balnéaire ne se fait pas du jour au lendemain.
Moralité vivement donc l’appellation « Agadir-Taghazout » pour le développement touristique serein et pratique, profitable aux deux stations balnéaires. Car en fait pour l’une et l’autre, c’est le développement touristique qui recherché. Avec deux produits distinctes, des moyens appropriés et des campagnes promotionnelles bien ciblés, cela va profiter aux deux stations balnéaires.

6357563-9588476

Et pourquoi pas Taghazout tout court ?   Taghazout est déjà très connue, en particulier chez les surfers !

Publié 26 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Aménagement, Tourisme

ASAN, une Association pour vous faire découvrir et explorer la Nature

wp4a912afc_05_06

Nous avons découvert cette association le week-end dernier pour notre sortie à Tafraout. Nous avons adoré l’ambiance dans laquelle cette promenade s’est effectuée : deux jours de bonne détente, de sport et de découverte !

.

L’Association Sud des Amateurs de la Nature ( A.S.A.N ) est une association à but non lucratif créée en février 2005 par des passionnés de randonnées qui souhaitaient partager leur passion avec d’autres. Ils y introduisirent également toutes les activités sportives se pratiquant en plein air comme la plongée sous marine, natation, le VTT ,  la spéléologie et en projet : l’escalade.

Voici les objectifs  fixés par les statuts de l’association :

  • La découverte de la nature.
  • Faire aimer et protéger la nature.
  • Développer et encourager l’écotourisme….
  • Découvrir les régions en pratiquant sa discipline sportive préférée.
  • Sensibiliser les participants au respect de la nature.
  • Découvrir et sauvegarder les richesses naturelles.
  • Favoriser la rencontre des milieux urbains et ruraux dans une approche de respect de l’environnement.
  • Faire découvrir en groupe ; des contrées variées accessibles uniquement en randonnées …

Les activités proposées :

Randonnées pédestres

Presse-papiers-1R Pedestre

Randonnées VTT

Presse-papiers-2 copieR VTT

Sports aquatiques

Presse-papiers-3R Aquatique

Spéléologie

Presse-papiers-4Speleo

Vous pouvez accéder au site de l’Association en cliquant sur le lien suivant :

http://www.asan-agadir.org/index.html

Vous y trouverez tous les renseignements pour connaître cette sympathique association !

Publié 26 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Associations, Découverte, Région, Sorties

Rencontres cinéma à l’Institut Français d’Agadir

La semaine prochaine l’IFA va vivre 3 événements importants dans le domaine du cinéma.

cinema

–          Du 1 au 4 mars, nous serons présents au Festival international du court métrage de Tiznit.
–          Le 5 mars nous recevrons Mr Jacques Curtil, délégué du Festival international du court métrage de Clermont Ferrand qui est invité à venir présenter des films courts au public Gadiri.

Une projection de courts métrages est prévue le mercredi 5 mars à 19h30 à l’IFA. A l’issue de la projection, nous invitons les cinéastes du Souss à venir rencontrer Jacques Curtil pour venir lui présenter leur travail et échanger avec lui sur le festival et des thématiques générales sur la distribution des films.

 Le festival de de Clermont Ferrand (http://www.clermont-filmfest.com) est le plus grand rendez vous mondial consacré au court métrage (161 000 entrées en 2014). C’est donc un honneur et une bonne opportunité de recevoir un représentant de ce festival qui vient spécialement à Agadir pour présenter une sélection des films qui ont été primés lors des dernières éditions du festival et rencontrer les cinéastes locaux.

–          Le 6 mars, une projection sera organisée à Taroudant à la faculté poly disciplinaire en présence de Jacques Curtil (heure et lieu en attente de confirmation).
Si vous etes intéressé par une rencontre avec Jacques Curtil, merci de confirmer votre présence en envoyant un e mail à francois.tiger@institutfrancais-maroc.com

N’hésitez pas à transmettre l’information aux personnes intéressées.

En espérant vous retrouver nombreux pour une soirée de découverte et d’échange.

Presse-papiers-1

Publié 26 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Cinéma

Tourisme : Un début d’année prometteur à Agadir

Par Majda Saber – aujourdhui.ma

Un début d’année prospère pour Agadir. En effet, les statistiques du conseil régional du tourisme font ressortir une nette augmentation en arrivées et nuitées.

timthumb

Un début d’année prospère pour Agadir. En effet, les statistiques du conseil régional du tourisme font ressortir une nette augmentation en arrivées et nuitées, avec un accroissement du côté des marchés nordiques. En effet, les arrivées pour le mois de janvier ont connu une augmentation de +3,37%, soit 58.862 par rapport à 56.944 en 2013, alors que les nuitées sont passées à 338.348 (305.185 en 2013). Par ailleurs, les statistiques de ce mois affichent une montée en nuitées et arrivées dans certains marchés émetteurs.

De ce fait, le marché français a connu une augmentation de +5.916 nuitées par rapport à la même période 2013, soit +6,32%, alors que le marché allemand a enregistré une augmentation de +876 arrivées, soit 19,21% et +11.497 nuitées, soit 31,92%. Le marché anglais, qui vient en troisième position des marchés en hausse, a affiché une hausse de +801 arrivées, soit 17,64% et +3.064 nuitées, soit 9,29%. Cet accroissement concerne plusieurs autres marchés dont on note le marché polonais, qui affiche une amélioration avec 1.716 arrivées, soit 130,10% et +6.148 nuitées, soit 134,68%, la Hollande avec +295 arrivées, soit 41,90% et +1.675 nuitées, soit 35,46%; la Suède avec +692 arrivées, soit 241,11%, et +5.663 nuitées, soit 314,96%, l’Italie avec +52 arrivées, soit 5,99% et +561 nuitées, soit 10,02%; la Finlande avec +826 arrivées, soit 4.347,37% et +4.891 nuitées, soit 2.672%.

D’autres marchés émetteurs ont connu la même hausse. Notons dans ce sens la Suisse (avec +56 arrivées, soit 15,86%, et +277 nuitées, soit 11,47%), le Danemark (avec +108 arrivées, soit 52,94% et +1.041 nuitées, soit 81,07%), la Norvège (avec +151 arrivées, soit 119,84%, et +1.205 nuitées, soit 200,50%) et la Libye (avec 152 arrivées, soit 89,94% et 671 nuitées, soit 174,29%).
Néanmoins, d’autres marchés ont affiché une dégringolade pendant le mois de janvier. Le marché national a ainsi affiché une baisse de l’ordre de -4.448 arrivées, soit -23% et -10.006 nuitées, soit -2,43%. Deux autres marchés ont affiché la même baisse avec -191 arrivées, soit -8,46% et -1.619 nuitées, soit -14,60% pour le marché de l’Arabie Saoudite, et 563 arrivées, soit -51,09% et -4.421 nuitées, soit -48,95% pour le marché russe.

La durée moyenne de séjour a affiché une légère augmentation avec 5,75% en 2014 par rapport à 5,36% en 2013. Pour rappel, le taux d’occupation moyen dans les hôtels classés de la ville d’Agadir durant le mois de janvier 2014 a également enregistré une augmentation de +12,02, soit 51,35% en 2014 par rapport à 45,82% en 2013.

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme

Le tourisme responsable primé à Agadir

lnt.ma

tourisme

Les Trophées Maroc du tourisme responsable (5ème édition) ont été remis, lundi soir à Agadir, aux lauréats méritants en marge de la clôture du 4ème Symposium international du tourisme durable, dont les travaux ont été ouverts dans la matinée en présence de plus de 300 participants venus de divers pays de par le monde.

Au total, six projets ont été primés dans les différentes thématiques de ce concours, initié par le ministère du Tourisme et l’ONMT dans l’objectif d’encourager les acteurs les plus engagés en matière de durabilité et de valorisation des meilleures initiatives.

Ainsi, le trophée “Développement économique et social” (catégorie nationale) a été remporté ex aequo par “Terres Nomades”, une agence de voyage spécialisée dans l’écotourisme, et “Kasbah de Timidarte”, située dans la vallée de Drâa.

La catégorie internationale du même prix est revenue à Club Med pour sa contribution à la création dans la région de Marrakech d’une coopérative agricole de 18 petites exploitations sous le nom de “Tifaouine”.

Le prix “Environnement” a été décerné à la “Ferme d’hôtes Sawadi”, située à Skoura (province d’Ouarzazate), pour sa politique environnementale affichée et communiquée au personnel et aux clients.

Le prix “Valeurs, traditions et cultures” est revenu au projet “Création de randonnées chamelières pour la découverte du Maroc”, mis en place par Jean-Pierre Datcharry, entre 1990 et 2010. Ce projet vise à faire découvrir aux touristes les sites naturels du Maroc, ainsi que les traditions des tribus nomades à travers des randonnées chamelières dans l’Atlas, le désert et les rivages de la côte atlantique.

Le trophée “Coup de cœur” a été attribué à l’ONG “Native” pour son action en faveur des touristes ayant des besoins spécifiques, à travers la mise en place d’un site internet avec commandes spéciales leur rendant l’information accessible sur les établissements d’hébergement. A travers son action au Maroc, cette ONG (basée en Espagne) à mis à disposition des hôtels de son réseau, des installations, ainsi que des packs de signalisation adaptés pour les touristes à besoins spécifiques.

Ont été en lice pour ces 5èmes Trophées Maroc du tourisme responsable, 25 candidats, dont 8 internationaux, émanant de 11 établissements d’hébergement, 3 associations, 7 tour-opérateurs et agences de voyage et 4 autres acteurs du tourisme responsables.

La cérémonie de remise des trophées s’est déroulée en présence notamment de la ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, chargée de l’Environnement Mme Hakima El Haite, de la SG du ministère du Tourisme et présidente du Partenariat mondial pour le tourisme durable Mme Nada Roudies, du Wali de la région Souss-Massa-Drâa, gouverneur de la préfecture Agadir Ida Outanane, Mohamed El Yazid Zellou, du président du Conseil régional Brahim Hafidi, du président de la commune urbaine d’Agadir Tarik Kabbaj et d’autres personnalités.

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Ecologie, Environnement, Tourisme

L’Université Ibn Zohr récompense les chercheurs

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com

  • Les meilleurs primés
.

.

Le 30e anniversaire de l’Université Ibn Zohr coïncide avec la tenue des premières Assises de la recherche scientifique et d’innovation (ARSI). Elles ont eu lieu en marge de la cérémonie de la 10e édition du Prix Ibn Zohr pour la recherche scientifique organisée récemment à Agadir. Les travaux de ces assises ont pour objectif d’élaborer une vision stratégique en matière de recherche scientifique à l’UIZ, d’en redéfinir les axes prioritaires tout en en améliorant la gouvernance.
Et aussi de renforcer le partenariat avec le milieu socio-économique. «Il est important de mettre en place des stratégies de travail abordant des thèmes en relation avec le développement local, régional et national», explique Dr Omar Halli, président de l’UIZ, qui insiste sur l’émulation des chercheurs grâce à cet évènement.
A noter que l’université a beaucoup de réalisations à son actif aussi bien dans le volet recherches que publications à l’échelle nationale et internationale. Le nombre de projets scientifiques est passé de 5 à 15  et le nombre de doctorats qui était de 35 est désormais de 80 par an. Les thèses soutenues à l’UIZ sont, elles, passées de 300 à 600 actuellement.
Par ailleurs, la cérémonie de remise de prix a consacré de nombreux talents. Dans la catégorie «Sciences et techniques», le prix de la recherche scientifique a été attribué au professeur Rachid Latif, de l’ENSA. Le prix des lettres et sciences humaines a été remis au professeur Abderrahmane Amssider, de la Faculté des lettres et sciences humaines.
Concernant le prix de la meilleure thèse de doctorat, il été remporté ex-aequo par Laila Oulhna et Najat Ettayfi, de la Faculté des sciences.
Enfin, le prix de la structure de recherche la plus productive est attribué à Abdelhamid Mossadek, responsable du Laboratoire de biotechnologies et valorisation des ressources naturelles (LBVRN). Un hommage a aussi été rendu à Mostafa Dkhissi, ancien président de l’UIZ et à Mohamed Bouayad, président de «Haliopôle», pôle de compétitivité de Souss Massa Draâ pour la pêche, l’industrie de transformation des produits de la mer.

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Recherche, Université

Agadir / Urbanisme Un patrimoine architectural à protéger

par Malika Alami – leconomiste.com

  • La ville fête ce mois de février les 54 ans de sa reconstruction
  • Les édifices de la première étape de la reconstruction toujours pas classés

Le Cinéma Salam, qui compte parmi les édifices marquants de la ville, est aujourd’hui à l’abandon. Un promoteur immobilier l’a acquis ces dernières années et le bâtiment risque la destruction pour être remplacé par un projet immobilier. La société civile ne cesse d’interpeller les élus à son sujet

Le Cinéma Salam, qui compte parmi les édifices marquants de la ville, est aujourd’hui à l’abandon. Un promoteur immobilier l’a acquis ces dernières années et le bâtiment risque la destruction pour être remplacé par un projet immobilier. La société civile ne cesse d’interpeller les élus à son sujet

Plus d’un demi-siècle déjà ! La ville d’Agadir fête ce mois-ci ses cinquante-quatre ans. C’est à la fois un anniversaire qui consacre le défi relevé de sa reconstruction, mais c’est aussi une date empreinte de tristesse pour les anciens habitants de la ville. En effet, chaque mois de février réveille en eux l’amer souvenir du violent séisme de 1960. Un tremblement de terre qui a rasé la cité et causé la mort de près de 15.000 personnes.
Très vite après ce terrible drame, sous l’impulsion de Feu Mohammed V et la direction de Feu Hassan II, la reconstruction de la ville fut lancée. La cité fut rebâtie selon un urbanisme fonctionnaliste, une maîtrise du foncier et une rupture avec le style architectural arabo-islamique. Agadir fut en effet conçue sous l’influence de l’époque, le mouvement architectural moderniste. Le résultat fut une ville caractérisée par une unicité du décor à travers une architecture qui se distingue par la pureté et la simplicité de ses formes. Un aspect que renforce le béton de décoffrage fortement utilisé lors de la première étape de la reconstruction. Résultat: plusieurs édifices constituent aujourd’hui la mémoire collective d’Agadir. De grandes signatures internationales, tels Zevaco, Ben Embarek, Ecochard, Azagury, Rioux, Faraoui, De Mazières, ont laissé leur empreinte dans la ville.
Aussi certains bâtiments sont même connus mondialement et ont reçu il y a fort longtemps un prix pour leur singularité. Paradoxalement, beaucoup d’habitants d’Agadir méconnaissent la valeur de ce patrimoine. Le manque d’entretien des bâtiments et parfois l’abandon de certains d’entre eux sont également à déplorer. Depuis dix ans, les élus de la ville parlent de classement des bâtiments de la première étape de la reconstruction et de préparation de dossiers pour une reconnaissance de ces monuments par l’Unesco comme patrimoine de l’humanité.
Mais les années passent et rien n’est fait pour protéger la mémoire collective d’Agadir. Certes, un zoning de protection a été établi. Les bâtiments qui se trouvent dans la zone en question sont en passe, selon les élus, d’être classés et aucune modification ne peut être apportée aux édifices concernés et surtout à leur façade. Mais depuis plus rien à ce sujet. Le cas du cinéma Salam, aujourd’hui à l’abandon, qui risque d’être détruit par un promoteur immobilier suite à son acquisition est inquiétant. Cette situation rappelle encore une fois qu’il y a urgence dans la réactivation du dossier de préservation du patrimoine architectural de la ville.

 

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Immobilier, Patrimoine, Souvenir

Bulletin consulaire de février 2014 du consulat général de France à Agadir

 

Chers compatriotes,

 

Veuillez trouver en pièce-jointe le bulletin consulaire de février 2014 du consulat général de France à Agadir.

De nombreux changements sont intervenus depuis quelques mois au Consulat général de France à Agadir afin de mieux vous servir et de vous apporter un meilleur service de proximité.

Ce message électronique circulaire a pour objet de vous en présenter les principaux éléments. Le message est un peu long, mais tous les points évoqués sont importants.
Prenez le temps de le lire jusqu’au bout

 Merci de votre attention.

Marc PELTOT
Consul général de France à Agadir

Presse-papiers-1 Presse-papiers-2 Presse-papiers-3

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Consulat de France

Lettre d’information de la Médiathèque Michel Vieuchange mars 2014 – Institut français d’Agadir

 

.

unnamed

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Art, Cinéma, Littérature

Parution : “Lyautey, le Résident”, pour briser le mythe du Maréchal

lnt.ma

Lyautey

Les éditions Casa Express/Magellan publient depuis le 31 janvier un ouvrage intitulé « Lyautey, Le Résident », de Guillaume Jobin. Ce livre affiche d’emblée son intention de casser les idées reçues sur Hubert Lyautey, aussi bien celles de ces admirateurs qui lui accordent la paternité du Makhzen, de l’architecture des mosquées, de l’interdiction d’entrer dans les mosquées pour les non-musulmans, que les opinions de ses détracteurs qui lui reprochent d’avoir empêché la modernisation du Maroc.

M. Jobin, au contraire, explique la vision qu’avait le Maréchal pour le Maroc, ses grands chantiers de modernisation (transport, télécommunications, armée), ses échecs aussi, notamment pendant les guerres, ainsi que sa farouche rivalité avec le Maréchal Pétain.

« Ce livre va à l’encontre de toutes les idées reçues au sujet du maréchal-résident. Avec un regard neuf, l’auteur présente des faits encore méconnus ou jusqu’ici mal interprétés à propos d’Hubert Lyautey et des trente ans de son rêve marocain, apportant ainsi une vision inédite des relations franco-marocaines. Résident général au Maroc pendant douze ans, Lyautey façonna le pays qu’il a dirigé comme jamais aucun dirigeant n’a pu le faire ; « rien n’est trop beau pour le Maroc », disait-il. Il a certes restauré les fastes de la monarchie chérifienne, mais il a surtout su habilement circonvenir en douceur l’Islam marocain et ainsi gagner la paix au Maroc pour plus d’un siècle ; ce fut là son vrai succès ».

A propos de l’auteur :

Guillaume Jobin est président de l’Ecole supérieur de journalisme de Paris. Il a créé les établissements de Rabat, Alger et Tunis, villes où il partage son temps avec Paris.

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Histoire, Littérature, Souvenir

4ème édition du festival international du court métrage de Tiznit

lnt.ma

festival-tiznit

La quatrième édition du Festival international du court métrage de Tiznit se déroulera du 1er au 4 mars. 56 films  de 20 pays différents seront en compétition pour remporter quatre prix. La compétition officielle sera présidée par Maria SADEK, actrice marocaine. Le jury est constitué de professionnels du cinéma à l’étranger. Parmis eux Jacques CURTIL (France), Nawzad SHEKHANY (Kurdistan, Allemagne), Abderrahman HANAFI (Algérie) et Mbayang DIAW (Sénégal). Le film d’ouverture sera « MOUL LPIKALA » de Said BELLI (Maroc).

Le festival international du court métrage défend la diversité culturelle, souhaite diffuser des œuvres de fiction et permettre à des centaines de réalisateurs participants à la sélection, d’exprimer en toute liberté leur créativité. Depuis sa création, le festival favorise la rencontre, l’échange, le dialogue dans le public. La gratuité de cet événement permet l’accès au plus grand nombre à la création cinématographique internationale.

En collaboration avec l’ambassade des État Unis, cette quatrième édition met à l’honneur le cinéma américain.

Pour en savoir plus : https://www.facebook.com/festivaldetiznit

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Animation, Cinéma, Festival, Région

%d blogueurs aiment cette page :