Archives de 4 février 2014

Constructions anarchiques : Toute personne impliquée sera présentée à la justice, dixit Mohamed Hassad

MAP – aufaitmaroc.com

Le ministre de l'Intérieur, Mohamed Hassad. /DR

Le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad. /DR

Le ministre de l’Intérieur Mohamed Hassad a indiqué, mardi à Rabat, que toute personne impliquée dans le phénomène des constructions anarchiques sera présentée à la justice.

Répondant à une question orale du groupe parlementaire du Mouvement populaire à la Chambre des représentants sur “le fléau des constructions anarchiques”, M. Hassad a souligné que rien qu’à Agadir, 70 personnes ont été déférées devant la justice, en rapport avec cette affaire.

Il a fait remarquer que la lutte contre les constructions anarchiques constitue un souci quotidien pour les agents de l’autorité. Et d’ajouter qu’en plus des opérations de démolition qui ont un grand impact médiatique, certaines villes connaissent entre 10 et 20 opérations de démolition d’habitats anarchiques par jour.

Concernant une autre question relative à “l’aggravation du problème du transport urbain dans certaines villes”, le ministre de l’Intérieur a fait savoir que la gestion déléguée du secteur a donné de bons résultats dans des villes comme Agadir, Marrakech, Tanger, Kénitra et Meknès. Mohamed Hassad d’ajouter que l’Etat doit intervenir au niveau des grandes villes comme Rabat et Casablanca pour acquérir les équipements et les intégrer dans le réseau des conseils communaux.

Dans ce cadre, il a précisé que des ressources nécessaires ont été allouées pour l’acquisition de 200 bus afin de renforcer le parc de transport urbain à Casablanca, précisant que les allocations arrêtées dans la loi de Finances destinées à cette fin sont très importantes et ont atteint 2 milliards de dirhams.

Publié 4 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Construction, Justice, Urbanisme

Le tourisme d’Agadir table sur une évolution à deux chiffres en 2014 – Plus d’un milliard de dirhams de projets d’investissement validés dans le Souss-Massa-Drâa

libe.ma

6291612-9487941
Fort d’une nette embellie en 2013 à la faveur de la reprise de nombre de destinations malgré une conjoncture économique difficile, le Conseil régional du tourisme Souss-Massa-Drâa table sur une évolution à deux chiffres pour l’année à venir, a affirmé, vendredi à Agadir, le président de cette instance, Salah Eddine Benhammane.
Les perspectives pour le premier semestre de l’année 2014 s’annoncent encourageantes pour une évolution à deux chiffres et nous espérons continuer sur ce trend haussier, a souligné M. Benhammane, lors de la réunion du Conseil d’administration du CRT au siège de la wilaya de la région à Agadir.
Pour ce faire, il a appelé à la recherche de nouvelles alternatives au problème de l’aérien, la consolidation de nouveaux marchés (Slovénie, Scandinavie, Tchéquie, etc.), le développement du tourisme de niche (Spa, golfe), le renforcement de la présence du CRT dans les divers salons et foires touristiques et la fédération des efforts des professionnels pour la Vision 2020. Pour un secteur sensible dans une conjoncture difficile, notre destination doit faire face à une rude concurrence, a-t-il noté, mettant l’accent sur l’impératif pour les professionnels d’affiner les démarches de prospection, rénover les hôtels et d’améliorer les produits et les services, notamment l’animation.
Dans cette perspective, le secteur tertiaire de la région Souss-Massa Drâa, a maintenu, en 2013, sa 2ème position, juste après l’immobilier, en termes de projets validés dans le cadre des commissions gérées par le Centre régional d’investissement de la région, selon un rapport de cette institution.

Publié 4 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Développement, Tourisme

Réflexion de Mohamed Bajalat concernant le Développement Durable dans la région Souss-Massa-Drâa

923095_700212653342380_980497137_n

J’ai assisté aujourd’hui à une séance de travail avec une délégation du ministère de Tourisme et certains partenaires locaux sur les préparatifs d’un Symposium sur  » le tourisme et le développement durable  » qui va se dérouler à Agadir les 24,25 et 26 Février 2014. C’est une rencontre internationale habituelle entre les membres du réseau pour entériner leur programme…
Mais , tout le temps de cette réunion ; je n’ai cessé d’observer et de m’interroger sur :
1) Pourquoi cette manie – tare typique des ministères – de rester inactifs sur des Événements internationaux…jusqu’au dernier moment pour « lancer la machine »?
2) Y’a t-il une stratégie de développement durable au niveau du pays ? Comment est – elle déclinée au niveau sectoriel de chaque ministère ?
3) Dans la région SMD caractérisée par
l’extrême fragilité de ses écosystèmes
(rareté de l’eau , désertification , déforestation, urbanisation , pauvreté et chômage endémiques…), en théorie , les « recettes du D.D. » semblent être la panacée
MAIS, la transversalité et l’interaction des 3 piliers du D.D. ( Economie, Société et Environnement ) ne risqueraient-ils pas de bouleverser ( à moyen terme ) ces magnifiques contrées et leurs paysages..?
Un vrai PARADOXE !
Je m’explique plus simplement :
Développer les infrastructures nécessaires pour l’activité touristique va induire inéluctablement un afflux de MASSE…forcément l’équilibre(déjà fragile) de ses biotopes va se rompre… 
J’ose espérer que je me goure !!?

Publié 4 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Environnement, Région

Les trésors cosmétiques de l’huile d’Argan

Arganier

Un article paru dans France Magazine il y a quelques années, mais toujours d’actualité :

Répartition de l'arganier au Maroc

Répartition de l’arganier au Maroc

– Par Michel de Sarrieu, Docteur en pharmacie et Directeur Scientifique de Fleurance Nature 

– Jean Jacques Descamps, membre du Comité Scientifique de Fleurance Nature, est phytothérapeute. Il dirige notamment le centre de remise en forme d’Ovronnaz en Suisse. Passionné du Maroc, il y a mis en place des cultures de plantes médicinales et nous a aidé à trouver les meilleurs producteurs d’huile d’Argan pour nous permettre de vous proposer une huile 100% Bio de grande qualité.

.

.

 

« Dans le sud du Maroc pousse un arbre millénaire qu’on ne rencontre que là : l’arganier. Les chèvres font le bonheur des photographes et l’escaladent avec aisance, en s’accrochant à ses branches et en s’y installant afin d’en manger le fruit qui ressemble à une olive.

.

.

.

 

L’HUILE D’ARGAN AUX MILLE VERTUS

Cet arbre est providentiel, parce que son enracinement profond permet de lutter contre l’avancée du désert, parce que l’huile que l’on tire de ses fruits possède des propriétés reconnues et parce qu’il fait vivre toute une population, essentiellement féminine.

Arganier-maroc-(2012-02-17)Une fabrication artisanale :

.

.

Les femmes et les enfants battent les arbres avec des gaules pour faire tomber les fruits. Ensuite, la pulpe est détachée manuellement puis séchée pour nourrir les chèvres pendant l’hiver. L’autre façon très originale pour la récolte se fait par le biais des troupeaux de chèvres qui montent sur les arbres pour y dévorer les fruits. Les bêtes sont aussitôt emmenées à l’étable pour ruminer et ainsi recracher le noyau. Les noyaux sont cassés à l’aide de pierres afin d’obtenir l’amandon qui sera ensuite torréfié à feu doux et broyé dans un moulin à bras tradit La pâte ainsi obtenue est malaxée manuellement avec de l’eau tiède, puis pressée entre les mains pour en extraire l’huile au goût de noisette. 120 kg de fruits donnent 7 kg d’amandes dont il est extrait 3,5 litres d’huile d’Argan. Il faut donc ramasser 35 kg de fruits pour obtenir 1 litre d’huile d’Argan. 20 heures de travail sont nécessaires pour obtenir un litre d’huile d’Argan.

Très riche en acides gras insaturés et en vitamine E, l’huile d’Argan est reconnue aujourd’hui pour ses vertus. Selon des études récentes, elle réduirait le taux de cholestérol et l’hypertension et préviendrait l’athérosclérose. Son action antioxydante, très efficace pour lutter contre les radicaux libres, a été démontrée scientifiquement.

.

.

L’huile d’Argan, l’amie de votre coeur, le turbo de vos neurones…

Impliqués dans le développement des fonctions de différents organes tels que le système nerveux central, le coeur, la peau, les acides gras son nécessaires au maintien de la santé et à la lutte contre différentes maladies. L’organisme ne sait pas fabriquer les acides gras essentiels. Ils doivent être donc impérativement apportés par l’alimentation ou par des compléments alimentaires. On sait que le cerveau consomme beaucoup d’énergie et que les neurones contiennent plus de 30 % d’acides gras essentiels. Autrement dit, le cerveau consomme énormément d’acides gras.

Ces acides gras sons les constituants indispensables des cellules nerveuses et de la rétine. La carence de ces « composants » pour nos cellules nerveuses va entraîner peu à peu une diminution inexorable de nos facultés intellectuelles (mémoire, concentration, créativité, etc.) et de nos capacités physique et métaboliques (douleurs articulaires, diminution de notre masse musculaire, augmentation du cholestérol, etc.). A titre d’exemple, la consommation d’acides gras essentiels a démontré une réduction de 30 % de la mortalité sur 2033 hommes (56 ans en moyenne) ayant survécu à un infarctus.

L’huile d’Argan, l’amie de vos intestins

Peut-on s’imaginer que le simple fait de boire le matin à jeun une cuillère à café avec une moitié d’huile d’Argan et l’autre de citron vient à bout des constipations les plus tenaces?
L’huile d’Argan, l’amie de votre peau

Mais les qualités de l’arbre ne s’arrêtent pas là. Depuis toujours, les Berbères se transmettent les secrets de cette huile pour les soins du corps, du visage et des cheveux. Elle rend, dit-on, la peau douce et les cheveux soyeux.

 
Que du bonheur avec l’huile d’Argan

massage argan

 

« Pousser la porte et se laisser surprendre. Succomber de plaisir et rêver que ça ne s’arrête plus. Telle a été mon expérience ».

« Sans à priori ni attente particulière par rapport à ce soin local, c’est la curiosité qui m’a poussée à essayer ce massage qui s’insérait parfaitement dans la découverte du pays lors de mon séjour au Maroc. La séance commence par un bain de pieds tiède dans le salon où les masseuses servent aux clients, déjà détendus par le contexte chaleureux, une tisane aux plantes.

Leurs mains s’activent sur nos pieds dans cette immersion de tiédeur aquatique où se mélangent plantes odorantes et pétales de roses. Puis, chacun est mené dans sa cabine, et lorsque je m’allonge sur le lit, il ne me reste plus qu’à laisser la magie du lieu et la douceur de la masseuse opérer.

Tous les éléments sont combinés pour assurer l’harmonie de nos sens : la chaleur de l’huile sur la peau associée à l’odeur de la fleur d’oranger et l’amande douce sur fond de musique traditionnelle. Chaque cm2 de mon corps est effleuré, caressé, massé, malaxé, ave une dextérité professionnelle. Les doigts de la masseuse envoient des décharges de bien-être irradiant dans tout mon corps.

Elle ne ménage pas mes pieds et je suis surprise de voir mon habituelle pédi-sensibilité chatouilleuse se muer comme par magie en pédi-sensibilité jouissive ! La détente est totale, le toucher est enveloppant, je ne me rappelle pas avoir vécu une expérience de massage aussi agréable. Comment a-t-elle fait pour que, entre ses doigts, je me sente aussi belle ? C’est la question qui m’interpelle au milieu des vapeurs délicieuses qui m’embrument au sortir de ces deux heures. Avec une reconnaissance infinie envers cette jeune femme adorable et la conviction que l’huile d’Argan a su transformer ma peau en récepteur de plaisir. »

(Témoignage d’une jeune femme qui a découvert tous les délices et les bienfaits d’un massage à l’huile d’Argan)*.

* Témoignage tiré du livre« Défatiguez-moi »de Jean-Jacques Descamps

COMMENT L’HUILE D’ARGAN COMBAT LE VIEILLISSEMENT CUTANE NATUREL ?

L’huile d’Argan est particulièrement riche en acides gras monoinsaturés (45% d’acide oléique) et polyinsaturés (35% d’ « acide linoléique » ou « oméga 6 »).
L’acide linoléique est un acide gras essentiel, ce qui signifie qu’il n’est pas produit naturellement par l’organisme et qu’il doit être apporté par l’alimentation. Il joue un rôle très important sur la structure des membranes cellulaires et permet à la peau de contrôler sa perméabilité (C’est à dire à gérer les échanges d’eau entre le corps et l’extérieur) et son hydratation en conservant la structure lipidique intacte.
L’huile d’Argan est également riche en vitamine E : cette vitamine liposoluble est facilement absorbée au niveau de la peau et va se fixer dans les membranes cellulaires. Sa structure moléculaire lui confère une activité antioxydante qui lui permet de protéger les constituants membranaires des effets nocifs des radicaux libres. La vitamine E permet également de mieux retenir l’eau dans la peau et donc de maintenir une bonne hydratation.
Ainsi, grâce à sa richesse particulière en actifs hydratants et antioxydants, l’huile d’Argan combat le vieillissement cutané, revitalise les zones desséchées et redonne à la peau tout son éclat !

Publié 4 février 2014 par Michel Terrier dans Agadir, Argane, Artisanat, Tradition

%d blogueurs aiment cette page :