Archives de 13 février 2014

Le gouvernement Benkirane prolonge son accord pétrolier avec Fastnet Oil & Gas

Adam Sfali – Lemag.ma

6318529-9528372

Le groupe irlandais d’exploration pétrolière et gazière a annoncé qu’il a obtenu du gouvernement marocain un prolongement de l’accord pétrolier liant les deux parties.

Selon le site spécialisé Your Oil And Gas News, il s’agit d’une approbation de l’entrée à la première période de prolongation de la licence d’exploration Foum Assaka dans l’Offshore Marocain atlantique.

Le gouvernement marocain représenté dans cette conclusion, par la compagnie publique spécialisée, ONHYM, a accepté ainsi, que soit prolongé, l’accord pétrolier sur l’Offshore Foum Assaka, situé au large des côtes d’Essaouira à Agadir, jusqu’au 30 juin 2016, indique la même source.

A ce propos, Paul Griffiths , Directeur Général de Fastnet, a déclaré: ‘‘Nous sommes heureux que le partenariat Foum Assaka a reçu l’autorisation d’entrer dans la prochaine phase de l’accord pétrolier et nous nous réjouissons de poursuivre notre étroite collaboration avec l’ONHYM et nos autres partenaires pour exécuter le programme de forage Foum Assaka’’.

6318529-9528394

Publié 13 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Développement, Région

Baisse de 6 à 10% des ventes de vins dans les grandes surfaces en janvier

Imane Trari – lavieeco.com

La dépréciation de la demande est encore plus conséquente dans le circuit traditionnel. Les spéculateurs ont fortement contribué à cette dégradation. Les recettes fiscales générées par la vente des vins vont en revanche enregistrer une hausse minimum de 10% cette année.

Vins-Maroc-(2014-02-12)

Un mois a suffi pour que la hausse de la taxe intérieure de consommation (TIC) sur les vins, introduite dans la Loi de finances 2014, impacte les ventes dans le secteur. A fin janvier 2014, les volumes de ventes des vins ont accusé une baisse remarquable. L’importance de cette régression varie en fonction des zones, des villes et des circuits de distribution. Les responsables des caves de l’enseigne de grande distribution Carrefour notent un fléchissement des volumes allant de 6 à 10% en comparaison avec  la même période de l’année 2013. Ce pourcentage varie en fonction de l’emplacement des magasins. Ce sont les caves installées dans des quartiers populaires qui ont été les plus touchées par cette dépréciation. Toutefois, on confirme chez Carrefour que les prévisions étaient plus pessimistes. En effet, c’est la fermeture de certaines caves de Marjane qui lui a permis d’amortir le choc. Le chiffre d’affaires s’est légèrement déprécié. «Les volumes perdus ont été compensés par la hausse des prix», explique-t-on du côté de Carrefour.

Si la grande distribution a pu tirer son épingle du jeu, ce n’est pas le cas pour le circuit traditionnel. «Les épiceries ont enregistré des baisses de 20 à 30%», souligne Abdelah Lemlih, importateur, grossiste et propriétaire d’un réseau de distribution traditionnel.

L’impact de la TIC ne pourra être mesuré que d’ici mars

Pour les professionnels, plusieurs raisons expliquent le déclin du volume et du chiffre d’affaires au niveau de ce circuit. D’abord, l’augmentation des prix n’a pas été aussi importante que dans la grande distribution. Ensuite, «les clients des épiceries ont un budget limité. Du coup, ils n’avaient que deux solutions : soit réduire la consommation, soit s’approvisionner auprès des distributeurs du circuit informel, dont les prix de vente sont devenus encore plus compétitifs», commente le professionnel. Et d’ajouter, «d’autres croient que l’augmentation des prix a touché toutes les boissons alcoolisées y compris la bière et les spiritueux».

Malgré tout, certains professionnels gardent l’optimisme. «D’habitude, la consommation n’est pas très importante en janvier. Ainsi, cette année, les opérations de spéculation ont fortement contribué à la baisse des chiffres de ventes», confirme un professionnel. Selon ce dernier, juste après l’annonce d’une possible augmentation de la TIC, il y en a qui ont acheté des stocks très importants afin de les commercialiser après l’application de la hausse des prix. «Nous ne pouvons mesurer l’impact réel de la hausse de la TIC que d’ici mars prochain», ajoute notre source.

Pour rappel, depuis le 1er janvier, les prix des vins, qu’ils soient importés ou fabriqués localement, se sont fortement appréciés suite au relèvement de la TIC. Les vins, toutes catégories confondues, sont désormais taxés à 700 DH l’hectolitre contre 500 DH/hl auparavant. Résultat, aux rayons vins des enseignes de grande distribution, les étiquettes ont enregistré des hausses qui varient de 10 à 20%. A titre d’exemple, une bouteille de 75 cl de la marque «Médaillon», qui coûtait 105 DH, est désormais commercialisée à 114 DH. Cette augmentation de prix a été encore plus importante sur les bouteilles de vin d’entrée de gamme (1 l et 1,5 l). Et pour cause, «la hausse de la TIC touche directement les vins de ‘‘bataille’’ (1l). Ces produits de première catégorie représentent plus de 60% des vins commercialisés sur le marché local», explique un professionnel. Vendus il y a à peine trois ans à des prix variant de 30 à 35 DH, ils ont subi plusieurs relèvements pour s’établir aujourd’hui à 50 DH, voire plus.

En somme, les professionnels estiment que l’année 2014 pourrait se solder dans les pires des cas sur une baisse moyenne de 15%. Bien que la baisse atteigne ce niveau, les recettes fiscales générées par la vente du vin enregistreront au minimum une augmentation de 10% suite au relèvement de la TIC.

Publié 13 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Commerce, Consommation

ANRT : Fin de l’anonymat des abonnés mobiles à partir d’avril 2014

MAP – lavieeco.com

L’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) a défini de nouvelles règles applicables à partir du 1er avril 2014, relatives à l’identification des abonnés mobiles.

Telecoms-ANRT-Maroc-(2014-02-12)

Ces règles, communiquées aux trois opérateurs de télécommunications (Maroc Telecom, Medi Telecom et Wana Corporate), visent la mise en conformité avec la réglementation en vigueur, indique mardi un communiqué de l’ANRT.

Les opérateurs sont tenus de veiller à ce que tout détenteur d’une carte mobile (2G/3G) soit identifié. Ainsi, à compter du 1er avril, l’accès d’un nouvel abonné aux services mobiles (2G/3G) sera soumis à l’identification préalable et complète du client au moment de la souscription. De ce fait, la vente des cartes mobiles prépayées pré-activées par les opérateurs ne sera plus autorisée.

L’activation des cartes mobiles prépayées par les opérateurs ne sera effectuée que lorsque ces derniers disposeront du dossier physique complet à savoir le nom, prénom, numéro CIN ou de toute autre pièce d’identité officielle et le contrat ou le formulaire de souscription dûment signé.

Pour ce qui est des abonnés actifs avant le 1er avril 2014, un numéro d’appel sera mis à leur disposition pour se renseigner auprès de leurs opérateurs sur leur situation et sur les modalités pratiques d’identification. Ce numéro sera mis en service par chacun des opérateurs.

Concernant la régularisation de la situation de ces abonnés, l’ANRT accorde aux opérateurs un délai d’une année, à partir du 1er avril 2014, pour procéder, d’une part, à l’identification complète et totale de leurs abonnés mobiles, et d’autre part, à la fiabilisation de leurs bases de données. Passé ce délai, les abonnés non identifiés pourraient se voir restreindre l’accès à leurs services mobiles.

Les opérateurs ont été appelés à prendre toutes les mesures nécessaires pour faciliter les démarches d’identification notamment à travers des campagnes de communication, indique le communiqué.

Et d’ajouter que conformément aux textes législatifs et réglementaires en vigueur, l’ANRT procédera, auprès des opérateurs concernés, à des enquêtes, investigations et vérifications pour s’assurer de l’application et du respect de ces nouvelles mesures.

Selon l’ANRT, cette démarche, outre son caractère réglementaire, a pour objectif de formaliser les relations contractuelles entre les abonnés mobile et leurs opérateurs respectifs, en garantissant leurs droits et leurs obligations.

Elle s’inscrit aussi dans le cadre du respect de la loi relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel, conclut le communiqué.

Publié 13 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Communication

ADFECette année encore, L’association Français Du Monde / ADFE d’Agadir organise
un Vide-Grenier samedi 15 février 2014 à la Médina Polizzi (Bensergao)

45690-745001162-4-5837 (1)

Ouverture au public : de 10h00 à 18h00 – Entrée libre à la Médina.

Le Café Maure de la Médina sera ouvert à tous pour restauration ou grignotage!

Il s’agit d’une vente symbolique d’objets divers soit usagés, soit ayant peu ou pas servi. La vente de produits neufs ou alimentaires ou encore de destockage de magasins ne correspond pas au projet.

Publié 13 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation

%d blogueurs aiment cette page :