Archives de 25 février 2014

Tourisme : Un début d’année prometteur à Agadir

Par Majda Saber – aujourdhui.ma

Un début d’année prospère pour Agadir. En effet, les statistiques du conseil régional du tourisme font ressortir une nette augmentation en arrivées et nuitées.

timthumb

Un début d’année prospère pour Agadir. En effet, les statistiques du conseil régional du tourisme font ressortir une nette augmentation en arrivées et nuitées, avec un accroissement du côté des marchés nordiques. En effet, les arrivées pour le mois de janvier ont connu une augmentation de +3,37%, soit 58.862 par rapport à 56.944 en 2013, alors que les nuitées sont passées à 338.348 (305.185 en 2013). Par ailleurs, les statistiques de ce mois affichent une montée en nuitées et arrivées dans certains marchés émetteurs.

De ce fait, le marché français a connu une augmentation de +5.916 nuitées par rapport à la même période 2013, soit +6,32%, alors que le marché allemand a enregistré une augmentation de +876 arrivées, soit 19,21% et +11.497 nuitées, soit 31,92%. Le marché anglais, qui vient en troisième position des marchés en hausse, a affiché une hausse de +801 arrivées, soit 17,64% et +3.064 nuitées, soit 9,29%. Cet accroissement concerne plusieurs autres marchés dont on note le marché polonais, qui affiche une amélioration avec 1.716 arrivées, soit 130,10% et +6.148 nuitées, soit 134,68%, la Hollande avec +295 arrivées, soit 41,90% et +1.675 nuitées, soit 35,46%; la Suède avec +692 arrivées, soit 241,11%, et +5.663 nuitées, soit 314,96%, l’Italie avec +52 arrivées, soit 5,99% et +561 nuitées, soit 10,02%; la Finlande avec +826 arrivées, soit 4.347,37% et +4.891 nuitées, soit 2.672%.

D’autres marchés émetteurs ont connu la même hausse. Notons dans ce sens la Suisse (avec +56 arrivées, soit 15,86%, et +277 nuitées, soit 11,47%), le Danemark (avec +108 arrivées, soit 52,94% et +1.041 nuitées, soit 81,07%), la Norvège (avec +151 arrivées, soit 119,84%, et +1.205 nuitées, soit 200,50%) et la Libye (avec 152 arrivées, soit 89,94% et 671 nuitées, soit 174,29%).
Néanmoins, d’autres marchés ont affiché une dégringolade pendant le mois de janvier. Le marché national a ainsi affiché une baisse de l’ordre de -4.448 arrivées, soit -23% et -10.006 nuitées, soit -2,43%. Deux autres marchés ont affiché la même baisse avec -191 arrivées, soit -8,46% et -1.619 nuitées, soit -14,60% pour le marché de l’Arabie Saoudite, et 563 arrivées, soit -51,09% et -4.421 nuitées, soit -48,95% pour le marché russe.

La durée moyenne de séjour a affiché une légère augmentation avec 5,75% en 2014 par rapport à 5,36% en 2013. Pour rappel, le taux d’occupation moyen dans les hôtels classés de la ville d’Agadir durant le mois de janvier 2014 a également enregistré une augmentation de +12,02, soit 51,35% en 2014 par rapport à 45,82% en 2013.

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme

Le tourisme responsable primé à Agadir

lnt.ma

tourisme

Les Trophées Maroc du tourisme responsable (5ème édition) ont été remis, lundi soir à Agadir, aux lauréats méritants en marge de la clôture du 4ème Symposium international du tourisme durable, dont les travaux ont été ouverts dans la matinée en présence de plus de 300 participants venus de divers pays de par le monde.

Au total, six projets ont été primés dans les différentes thématiques de ce concours, initié par le ministère du Tourisme et l’ONMT dans l’objectif d’encourager les acteurs les plus engagés en matière de durabilité et de valorisation des meilleures initiatives.

Ainsi, le trophée “Développement économique et social” (catégorie nationale) a été remporté ex aequo par “Terres Nomades”, une agence de voyage spécialisée dans l’écotourisme, et “Kasbah de Timidarte”, située dans la vallée de Drâa.

La catégorie internationale du même prix est revenue à Club Med pour sa contribution à la création dans la région de Marrakech d’une coopérative agricole de 18 petites exploitations sous le nom de “Tifaouine”.

Le prix “Environnement” a été décerné à la “Ferme d’hôtes Sawadi”, située à Skoura (province d’Ouarzazate), pour sa politique environnementale affichée et communiquée au personnel et aux clients.

Le prix “Valeurs, traditions et cultures” est revenu au projet “Création de randonnées chamelières pour la découverte du Maroc”, mis en place par Jean-Pierre Datcharry, entre 1990 et 2010. Ce projet vise à faire découvrir aux touristes les sites naturels du Maroc, ainsi que les traditions des tribus nomades à travers des randonnées chamelières dans l’Atlas, le désert et les rivages de la côte atlantique.

Le trophée “Coup de cœur” a été attribué à l’ONG “Native” pour son action en faveur des touristes ayant des besoins spécifiques, à travers la mise en place d’un site internet avec commandes spéciales leur rendant l’information accessible sur les établissements d’hébergement. A travers son action au Maroc, cette ONG (basée en Espagne) à mis à disposition des hôtels de son réseau, des installations, ainsi que des packs de signalisation adaptés pour les touristes à besoins spécifiques.

Ont été en lice pour ces 5èmes Trophées Maroc du tourisme responsable, 25 candidats, dont 8 internationaux, émanant de 11 établissements d’hébergement, 3 associations, 7 tour-opérateurs et agences de voyage et 4 autres acteurs du tourisme responsables.

La cérémonie de remise des trophées s’est déroulée en présence notamment de la ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, chargée de l’Environnement Mme Hakima El Haite, de la SG du ministère du Tourisme et présidente du Partenariat mondial pour le tourisme durable Mme Nada Roudies, du Wali de la région Souss-Massa-Drâa, gouverneur de la préfecture Agadir Ida Outanane, Mohamed El Yazid Zellou, du président du Conseil régional Brahim Hafidi, du président de la commune urbaine d’Agadir Tarik Kabbaj et d’autres personnalités.

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Ecologie, Environnement, Tourisme

L’Université Ibn Zohr récompense les chercheurs

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com

  • Les meilleurs primés
.

.

Le 30e anniversaire de l’Université Ibn Zohr coïncide avec la tenue des premières Assises de la recherche scientifique et d’innovation (ARSI). Elles ont eu lieu en marge de la cérémonie de la 10e édition du Prix Ibn Zohr pour la recherche scientifique organisée récemment à Agadir. Les travaux de ces assises ont pour objectif d’élaborer une vision stratégique en matière de recherche scientifique à l’UIZ, d’en redéfinir les axes prioritaires tout en en améliorant la gouvernance.
Et aussi de renforcer le partenariat avec le milieu socio-économique. «Il est important de mettre en place des stratégies de travail abordant des thèmes en relation avec le développement local, régional et national», explique Dr Omar Halli, président de l’UIZ, qui insiste sur l’émulation des chercheurs grâce à cet évènement.
A noter que l’université a beaucoup de réalisations à son actif aussi bien dans le volet recherches que publications à l’échelle nationale et internationale. Le nombre de projets scientifiques est passé de 5 à 15  et le nombre de doctorats qui était de 35 est désormais de 80 par an. Les thèses soutenues à l’UIZ sont, elles, passées de 300 à 600 actuellement.
Par ailleurs, la cérémonie de remise de prix a consacré de nombreux talents. Dans la catégorie «Sciences et techniques», le prix de la recherche scientifique a été attribué au professeur Rachid Latif, de l’ENSA. Le prix des lettres et sciences humaines a été remis au professeur Abderrahmane Amssider, de la Faculté des lettres et sciences humaines.
Concernant le prix de la meilleure thèse de doctorat, il été remporté ex-aequo par Laila Oulhna et Najat Ettayfi, de la Faculté des sciences.
Enfin, le prix de la structure de recherche la plus productive est attribué à Abdelhamid Mossadek, responsable du Laboratoire de biotechnologies et valorisation des ressources naturelles (LBVRN). Un hommage a aussi été rendu à Mostafa Dkhissi, ancien président de l’UIZ et à Mohamed Bouayad, président de «Haliopôle», pôle de compétitivité de Souss Massa Draâ pour la pêche, l’industrie de transformation des produits de la mer.

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Recherche, Université

Agadir / Urbanisme Un patrimoine architectural à protéger

par Malika Alami – leconomiste.com

  • La ville fête ce mois de février les 54 ans de sa reconstruction
  • Les édifices de la première étape de la reconstruction toujours pas classés
Le Cinéma Salam, qui compte parmi les édifices marquants de la ville, est aujourd’hui à l’abandon. Un promoteur immobilier l’a acquis ces dernières années et le bâtiment risque la destruction pour être remplacé par un projet immobilier. La société civile ne cesse d’interpeller les élus à son sujet

Le Cinéma Salam, qui compte parmi les édifices marquants de la ville, est aujourd’hui à l’abandon. Un promoteur immobilier l’a acquis ces dernières années et le bâtiment risque la destruction pour être remplacé par un projet immobilier. La société civile ne cesse d’interpeller les élus à son sujet

Plus d’un demi-siècle déjà ! La ville d’Agadir fête ce mois-ci ses cinquante-quatre ans. C’est à la fois un anniversaire qui consacre le défi relevé de sa reconstruction, mais c’est aussi une date empreinte de tristesse pour les anciens habitants de la ville. En effet, chaque mois de février réveille en eux l’amer souvenir du violent séisme de 1960. Un tremblement de terre qui a rasé la cité et causé la mort de près de 15.000 personnes.
Très vite après ce terrible drame, sous l’impulsion de Feu Mohammed V et la direction de Feu Hassan II, la reconstruction de la ville fut lancée. La cité fut rebâtie selon un urbanisme fonctionnaliste, une maîtrise du foncier et une rupture avec le style architectural arabo-islamique. Agadir fut en effet conçue sous l’influence de l’époque, le mouvement architectural moderniste. Le résultat fut une ville caractérisée par une unicité du décor à travers une architecture qui se distingue par la pureté et la simplicité de ses formes. Un aspect que renforce le béton de décoffrage fortement utilisé lors de la première étape de la reconstruction. Résultat: plusieurs édifices constituent aujourd’hui la mémoire collective d’Agadir. De grandes signatures internationales, tels Zevaco, Ben Embarek, Ecochard, Azagury, Rioux, Faraoui, De Mazières, ont laissé leur empreinte dans la ville.
Aussi certains bâtiments sont même connus mondialement et ont reçu il y a fort longtemps un prix pour leur singularité. Paradoxalement, beaucoup d’habitants d’Agadir méconnaissent la valeur de ce patrimoine. Le manque d’entretien des bâtiments et parfois l’abandon de certains d’entre eux sont également à déplorer. Depuis dix ans, les élus de la ville parlent de classement des bâtiments de la première étape de la reconstruction et de préparation de dossiers pour une reconnaissance de ces monuments par l’Unesco comme patrimoine de l’humanité.
Mais les années passent et rien n’est fait pour protéger la mémoire collective d’Agadir. Certes, un zoning de protection a été établi. Les bâtiments qui se trouvent dans la zone en question sont en passe, selon les élus, d’être classés et aucune modification ne peut être apportée aux édifices concernés et surtout à leur façade. Mais depuis plus rien à ce sujet. Le cas du cinéma Salam, aujourd’hui à l’abandon, qui risque d’être détruit par un promoteur immobilier suite à son acquisition est inquiétant. Cette situation rappelle encore une fois qu’il y a urgence dans la réactivation du dossier de préservation du patrimoine architectural de la ville.

 

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Immobilier, Patrimoine, Souvenir

Bulletin consulaire de février 2014 du consulat général de France à Agadir

 

Chers compatriotes,

 

Veuillez trouver en pièce-jointe le bulletin consulaire de février 2014 du consulat général de France à Agadir.

De nombreux changements sont intervenus depuis quelques mois au Consulat général de France à Agadir afin de mieux vous servir et de vous apporter un meilleur service de proximité.

Ce message électronique circulaire a pour objet de vous en présenter les principaux éléments. Le message est un peu long, mais tous les points évoqués sont importants.
Prenez le temps de le lire jusqu’au bout

 Merci de votre attention.

Marc PELTOT
Consul général de France à Agadir

Presse-papiers-1 Presse-papiers-2 Presse-papiers-3

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Consulat de France

Lettre d’information de la Médiathèque Michel Vieuchange mars 2014 – Institut français d’Agadir

 

.

unnamed

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Art, Cinéma, Littérature

Parution : “Lyautey, le Résident”, pour briser le mythe du Maréchal

lnt.ma

Lyautey

Les éditions Casa Express/Magellan publient depuis le 31 janvier un ouvrage intitulé « Lyautey, Le Résident », de Guillaume Jobin. Ce livre affiche d’emblée son intention de casser les idées reçues sur Hubert Lyautey, aussi bien celles de ces admirateurs qui lui accordent la paternité du Makhzen, de l’architecture des mosquées, de l’interdiction d’entrer dans les mosquées pour les non-musulmans, que les opinions de ses détracteurs qui lui reprochent d’avoir empêché la modernisation du Maroc.

M. Jobin, au contraire, explique la vision qu’avait le Maréchal pour le Maroc, ses grands chantiers de modernisation (transport, télécommunications, armée), ses échecs aussi, notamment pendant les guerres, ainsi que sa farouche rivalité avec le Maréchal Pétain.

« Ce livre va à l’encontre de toutes les idées reçues au sujet du maréchal-résident. Avec un regard neuf, l’auteur présente des faits encore méconnus ou jusqu’ici mal interprétés à propos d’Hubert Lyautey et des trente ans de son rêve marocain, apportant ainsi une vision inédite des relations franco-marocaines. Résident général au Maroc pendant douze ans, Lyautey façonna le pays qu’il a dirigé comme jamais aucun dirigeant n’a pu le faire ; « rien n’est trop beau pour le Maroc », disait-il. Il a certes restauré les fastes de la monarchie chérifienne, mais il a surtout su habilement circonvenir en douceur l’Islam marocain et ainsi gagner la paix au Maroc pour plus d’un siècle ; ce fut là son vrai succès ».

A propos de l’auteur :

Guillaume Jobin est président de l’Ecole supérieur de journalisme de Paris. Il a créé les établissements de Rabat, Alger et Tunis, villes où il partage son temps avec Paris.

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Histoire, Littérature, Souvenir

4ème édition du festival international du court métrage de Tiznit

lnt.ma

festival-tiznit

La quatrième édition du Festival international du court métrage de Tiznit se déroulera du 1er au 4 mars. 56 films  de 20 pays différents seront en compétition pour remporter quatre prix. La compétition officielle sera présidée par Maria SADEK, actrice marocaine. Le jury est constitué de professionnels du cinéma à l’étranger. Parmis eux Jacques CURTIL (France), Nawzad SHEKHANY (Kurdistan, Allemagne), Abderrahman HANAFI (Algérie) et Mbayang DIAW (Sénégal). Le film d’ouverture sera « MOUL LPIKALA » de Said BELLI (Maroc).

Le festival international du court métrage défend la diversité culturelle, souhaite diffuser des œuvres de fiction et permettre à des centaines de réalisateurs participants à la sélection, d’exprimer en toute liberté leur créativité. Depuis sa création, le festival favorise la rencontre, l’échange, le dialogue dans le public. La gratuité de cet événement permet l’accès au plus grand nombre à la création cinématographique internationale.

En collaboration avec l’ambassade des État Unis, cette quatrième édition met à l’honneur le cinéma américain.

Pour en savoir plus : https://www.facebook.com/festivaldetiznit

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Animation, Cinéma, Festival, Région

Les paysages autour de Tafraout

Avec l’association ASAN (Association Sud des Amateurs de la Nature) nous avons fait, en compagnie de 19 autres participants, un magnifique périple sur 3 jours, avec des paysages magnifiques tout le long de cette promenade.

Le premier jour, départ d’Agadir et arrivée à Tafraout en passant par les Aït Baha.

La très belle kasbah de Tizourgane

La très belle kasbah de Tizourgane

Les amandiers en fleurs

Les amandiers en fleurs

Le deuxième jour, départ de Tafraout en direction des Gorges d’Aït Mansour et une marche aller-retour de 15 km dans les gorges puis retour à l’hôtel le soir.

IMG_1121

IMG_1122

IMG_1134

IMG_1140

IMG_1141

IMG_1142

IMG_1146

IMG_1148

Les Gorges d’Aït Mansour

IMG_1149

IMG_1152

IMG_1153

IMG_1155

IMG_1158

IMG_1159

IMG_1160

IMG_1163

IMG_1169

IMG_1170

IMG_1188

IMG_1191

IMG_1193

IMG_1199

IMG_1206

IMG_1215

IMG_1219

Et le village de Gdourt à la sortie des gorges :

IMG_1220

IMG_1222

IMG_1224

IMG_1225

IMG_1227

IMG_1230

IMG_1241

IMG_1243

IMG_1246

IMG_1248

Retour sur Tafraout :

IMG_1246

IMG_1248

IMG_1249

IMG_1252

IMG_1259

IMG_1266

IMG_1267

L'hôtel Tifawine où nous étions hébergés :

L’hôtel Tifawine où nous étions hébergés :

Le costume traditionnel des femmes de la région :IMG_1271

IMG_1270

Les broderies qui bordent le haïk

Les broderies qui bordent le haïk

et les babouches BTT (babouches Tout-Terrain !)

et les babouches BTT (babouches Tout-Terrain !)

Le troisième jour, visite de la vallée d’Ameln et des rochers peints :

IMG_1275

IMG_1277

IMG_1279

IMG_1280

 

On aime ou on n’aime pas !  Mais ils sont là !IMG_1300

IMG_1302

IMG_1309

IMG_1313

IMG_1315

IMG_1316E.T. !

IMG_1319

 

Personnellement, je préfère les rochers « au naturel ! :IMG_1320

IMG_1321

Retour sur Agadir par le col du Kerdous et Tiznit.

IMG_1326

IMG_1327

IMG_1328

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Agadir, Bons moments, Découverte, Tourisme

Salon International de femmes artistes 2014

Salon-famart

Fam’Art
Rue 485 N° 13 cité des fonctionnaires, 80000 Agadir
Afficher le plan · Itinéraire
.

Salon International de femmes artistes 2014

Pour cette quatrième édition intitulée « Couleurs sans frontières » la fondation FAM’ART met l’accent sur l’engagement de la femme artiste marocaine dans le développement socio-culturel et l’ouverture des frontières culturelles entre les pays du grand Maghreb.

Fondation Fam’Art

La fondation FAM’ART organise régulièrement des ateliers de peinture pour enfants et jeunes amateurs, que ce soit dans un cadre événementiel ou associatif,

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Art, Culture, Peinture

Agadir / Talborjt : Démarrage imminent des travaux

par Malika Alami – leconomiste.com

  • Le chantier de la première tranche de réaménagement du quartier est en cours d’installation
  • Un plan de communication pour les riverains avant les premiers coups de pioche dans quelques jours
  • Coût de la première phase: 13 millions de DH

Dans quelques jours, les premiers coups de pioche du projet de réaménagement du quartier Talborjt démarreront à Agadir. L’ordre de service a déjà été donné à l’entreprise adjudicataire du marché. Pour rappel, c’est la société Zerkdi, un établissement local, qui a été retenue suite à un appel d’offres pour réaliser cette première phase. Avant le démarrage des travaux, les élus ont prévu un plan de communication à travers plusieurs panneaux pour informer la population des détails du projet. Globalement, le chantier nécessitera une enveloppe de 80 millions de DH financée par la Commune urbaine, est-il indiqué. La première tranche qui devrait être finalisée dans un délai de huit mois après le démarrage des ouvrages nécessitera un budget de 13 millions de DH.

Sur cette maquette, il s’agit de la première tranche du réaménagement du projet Talborjt qui devrait être finalisée dans un délai de huit mois après le démarrage des ouvrages

Sur cette maquette, il s’agit de la première tranche du réaménagement du projet Talborjt qui devrait être finalisée dans un délai de huit mois après le démarrage des ouvrages

Il est question avec ce montant d’investir dans le revêtement de la voirie, le jardinage, l’irrigation, l’éclairage et le mobilier urbain de l’axe avenue Moulay Abdellah/Président Kennedy. Le tout devrait redonner du souffle à cette zone commerciale qui, avec l’extension d’Agadir et l’implantation de nouvelles zones commerciales, est tombée dans l’oubli depuis plus de dix ans causant la fermeture de plusieurs commerces. Plus qu’une mise à niveau d’un des premiers quartiers de la reconstruction d’Agadir après le tremblement de terre, ce projet est aussi une opportunité pour redynamiser la localité. Il s’inscrit dans le cadre d’Adecot (Actions de dynamisation des entreprises appartenant aux secteurs du commerce, des loisirs et du tourisme, du littoral de Souss-Massa-Draâ), une opération du Programme de coopération transfrontalière Espagne-Frontières extérieures (POCTEFEX). Outre Talborjt, il concerne également les zones commerciales de Taroudant et d’Inezgane. Des zones pour lesquelles il s’agit, à travers ce projet, de concevoir, d’élaborer et de mettre en oeuvre un plan intégral de dynamisation socioéconomique. Après Agadir, Inezgane et Taroudant, d’autres villes de la région profiteront de ce programme. Pour l’heure, un diagnostic a été réalisé par l’expertise canarienne pour les villes de Tiznit, Tafraout, Sidi Bibi et Sidi Ifni. Il reste maintenant à trouver les financements pour réaliser les concepts retenus et à faire adhérer les collectivités et les professionnels. Auparavant, l’expérience engagée sur Talborjt permettra de tirer des conclusions sur ce programme.

 

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Aménagement, Urbanisme

Le golf marocain fête ses 100 ans à Agadir

par Malika Alami – leconomiste.com

  • Ce sera à l’occasion de la 41e édition du trophée Hassan II et la 20e édition de la coupe Lalla Meryem
  • 500 heures de direct et 1.500 heures de diffusion sur plus de 100 chaînes internationales
En un siècle de développement, l’histoire du golf au Maroc a été marquée de nouvelles infrastructures mais aussi de champions qui constituent des vecteurs d’image. Maha Haddioui est aujourd’hui l’étoile montante du golf marocain

En un siècle de développement, l’histoire du golf au Maroc a été marquée de nouvelles infrastructures mais aussi de champions qui constituent des vecteurs d’image. Maha Haddioui est aujourd’hui l’étoile montante du golf marocain

La capitale du Souss se prépare à abriter dans quelques jours la 41e édition du trophée Hassan II et la 20e édition de la coupe Lalla Meryem. Les deux évènements, inscrits au calendrier de l’European Tour et du Ladies European Tour, se tiendront du 10 au 16 mars prochain à Agadir respectivement au golf du Palais royal et au golf de l’Océan. Sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, ces deux rencontres sont organisées par l’Association du trophée Hassan II de golf, présidée par SAR le Prince Moulay Rachid. Faits marquants cette année, la célébration du 20e anniversaire de la coupe Lalla Meryem, mais aussi les 100 ans du golf au Maroc. Pour le moment, l’heure est aux préparatifs pour la mise en place de la logistique et les infrastructures nécessaires pour les deux compétitions. L’opération nécessite chaque année près de 200 jours de travail pour sa réalisation.
Pour Agadir qui compte plus de trente ans de golf, avec pour le moment quatre grands parcours ouverts au public, les deux évènements sont bien plus que des compétitions. Ce sont une opportunité pour promouvoir la destination à travers les retombées médiatiques qui génèrent 500 heures de direct environ et près de 1.500 heures de diffusion sur plus de 100 chaînes internationales présentes sur les cinq continents avec plus de 392 millions de foyers touchés, est-il indiqué. Le trophée Hassan II et la coupe Lalla Meryem deviennent alors une formidable vitrine du Maroc et plus particulièrement de la station balnéaire qui trouve là l’occasion de doper son activité touristique. A ce niveau, ce sont plus de 3.400 nuitées et 20.000 repas servis qui sont générés chaque année. En termes de participation, on retient, outre celle de près de 500 joueurs professionnels et amateurs, la présence de près de 100 journalistes et la contribution de 100 artisans sans compter celle des sponsors. Le tout permet indéniablement au Maroc et plus particulièrement à Agadir de se positionner en tant que destination golfique de premier rang. En un siècle, cette discipline sportive s’est beaucoup développée dans le Royaume qui compte actuellement une vingtaine de golfs en termes d’infrastructures et d’autres sont au programme. L’évolution de cette discipline sportive a aussi généré des champions nationaux qui sont des vecteurs d’image. Reste aujourd’hui à renforcer la stratégie marketing du produit golfique marocain. Le sujet devrait être au cœur du débat à l’occasion de la 4e édition des journées professionnelles du tourisme qui se tiendront le 14 mars à Agadir en marge des deux compétitions.

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Golf, Sport

Juste une petite mise au point.

J’ai reçu quelques commentaires, quelquefois insultants, quelquefois menaçants sur ce blog de la part de personnes (peu nombreuses, heureusement).

Ces commentaires n’ont pas été publiés, je rappelle ce qui est écrit au début de la rubrique des commentaires :

Les commentaires ci-dessous sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs. Les attaques personnelles, dénigrements et règlements de compte n’ont rien à faire ici et ne seront donc pas publiés.

Je voudrais rappeler que ce blog est totalement personnel, indépendant, bénévole, j’y publie ce que je souhaite et il ne me rapporte que le plaisir de partager.

Si le contenu ou la forme ne convient pas à certains, qu’ils sachent qu’ils ne sont pas obligés de venir le voir ou de s’inscrire pour recevoir les news. la désinscription est facile sur la page d’accueil du blog !

Publié 25 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité

%d blogueurs aiment cette page :