Archives de 20 mars 2014

Awaln’art : L’art à la rencontre du public

lnt.ma

awalnart

Le Collectif Eclats de Lune, organisateur des Rencontres Artistiques Internationales en Places Publiques Awaln’art a choisi pour cette 8ème édition de circuler dans plusieurs villes du Royaume et de multiplier ainsi les rencontres avec les publics. Du 27 mars au 20 avril les spectacles sont en « circulation » à Marrakech, Meknès, Agadir et Casablanca.

En partenariat et avec le soutien du Ministère de la Culture, des Directions Régionales de Marrakech et de Meknès, de la Ville de Marrakech, de l’Ambassade de France, de l’institut Français Paris et des Instituts Français du Maroc, de l’Organisation Internationale de la Francophonie, de la Biennale de Marrakech et Al Maqam.

La 8ème édition des Rencontres Artistiques Internationales en Places Publiques Awaln’art se fait « circulations », tel un chemin vers une saison des arts en espaces publics au Maroc. A Marrakech, Meknès, Casablanca et Agadir, Awaln’art circule à l’appui du réseau des Instituts Français et des Directions régionales du Ministère de la Culture, mais aussi en partenariat avec deux événements.
L’un, Zank’art jeune festival d’arts de rue à Casablanca, illustre la volonté d’Awaln’art de soutenir les acteurs émergents des arts en espaces publics au Maroc. L’autre, la Biennale de Marrakech montre l’intérêt grandissant au Maroc pour les arts en espaces publics. Les deux partenariats à l’image de cette circulation visent à ouvrir des axes forts, reconnus et visibles pour le développement des arts en espaces publics au Maroc. C’est ainsi qu’en avant première du festival, le 26 février, la compagnie française « Système K études et mesures éphémères » a installé ses sculptures lumineuses au coeur du Marrakech des arts contemporains.
Awaln’art s’ouvre officiellement le 27 mars à Marrakech et annonce la circulation : Agadir puis Casablanca, Meknès et enfin Marrakech.
Chemin faisant, des artistes français, canadiens et marocains accueillis en résidence dans le cadre de notre espace de création « La Fabrique des Arts en Places Publiques » se rencontrent pour faire émerger des installations urbaines et des créations in situ. Au premier rang desquels Sandrine Dole, Philippe Allard et M’Barek Bouhchichi invités à présenter leurs installations dans le cadre de la 5ème.

Biennale de Marrakech. Installations qu’Awaln’art habitera de performances le 27 mars.
Et dans ce voyage nous emportons dans nos bagages, des figures emblématiques. Des artistes rompus à l’occupation de l’espace public. Occupation massive, sonore, déambulatoire, lumineuse ou tonitruante de Système K études et mesures éphémères et de Overboys. Ou tout au contraire, occupation fragile, légère et poétique en symbiose avec l’espace public des compagnies Yi Fan, Julot, Fullstop. Ou encore, occupation construction et installation participative ou jeux et dérisions ; sorte d’invitation à partager un regard nouveau sur les éléments qui constituent notre quotidien : le football, les bancs publics, le travail… avec la jeune compagnie marocaine Terminus et les compagnies françaises 1 Watt et Les apostrophés.

Le PROGRAMME :

Ouverture à Marrakech du 27 au 30 mars
Du 27 au 30 mars :
– Forêt III – installation urbaine – Philippe Allard et M’Barek Bouhchichi – parvis de la gare
ONCF – en partenariat avec la Biennale de Marrakech – performance inaugurale le 27 mars à
partir de 11h
– L’Oasis Urbaine – installation urbaine – Sandrine Dole – place Abdelmoumen Bel Ali (face au
café Boule de neige) – en partenariat avec la Biennale de Marrakech – performance
inaugurale le 27 mars à 17h
Le 28 mars : Hula Hoopla !!! – Julot – parvis de la Banque Al Maghreb à 17h et 18h
Le 29 et 30 mars : Les Délicieuses Curiosités au Maroc – Cie La Mirelaridaine – parvis de la Banque Al
Maghreb de 14h à 16h et de 17h à 19h
Agadir : le 29 mars
Hula Hoopla !!! par la Cie Julot

Casablanca dans le cadre de la deuxième édition du festival Zank’art : du 11 au 13 avril
11 et 12 avril Beau Travail par 1 Watt,
13 avril Passages désemboités par Les Apostrophés,
12 avril En criant sans faire trop de bruit par Yi Fan

Meknès dans le cadre des journées du patrimoine et en partenariat avec l’institut Français de
Meknès : les 11 et 12 avril
11 et 12 avril Hula Hoopla !!! par la Cie Julot
11 au 13 avril Les scotcheurs éclairés par Systèmes K études et mesures éphémères ,
11 et 12 avril Overboys Original

Marrakech : du 16 au 20 avril
16 avril En criant sans faire trop de bruit – Cie Yi Fan
16 avril Spirale – production Awaln’art (création 2014)
17 avril Beau Travail- Cie 1 Watt
17 avril Spirale – production Awaln’art (création 2014)
17 avril Is It Me ? – Fullstop Acrobatic Theatre
18 avril Beau Travail- Cie 1 Watt
18 avril Is It Me ? – Fullstop Acrobatic Theatre
18 avril Les victimes de l’équipe nationale – Cie Terminus
19 avril Passages désemboîtés – Cie Les apostrophés
19 avril Spirale – production Awaln’art (création 2014)

+ du 16 au 20 avril L’oasis urbaine, installation urbaine de Sandrine Dole
+ du 17 au 18 avril Séminaire « les arts en espaces publics au Maroc ; enjeux esthétiques et
partenariats

INFOS :
www.facebook.com/awalnart
www.awalnart.com

Publié 20 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Art

Fleurance : Jean Pallas, un patriote nous a quittés

La Dépêche du Midi
 Jean PallasLe décès de Jean Pallas a jeté la consternation à Fleurance où il était né en 1921.C’est à 93 ans qu’il nous a quittés après une brillante carrière professionnelle et un parcours exceptionnel qu’il a fait dans la Résistance, dès l’appel du Général de Gaulle du 18 juin 1940, et qu’il a relaté en 2004 dans le mémoire qu’il a écrit, «Honneur-Patrie».

Jean Pallas s’était investi dans notre cité, d’abord au club de rugby où il a été président de 1969-1970, 1970-1972 et 1973-1974, mais aussi conseiller municipal du 18 mars 1983 au 17 mars 1989.Sur le plan sportif, il a été champion du Gers du 800 m, finaliste de la Coupe de France et du championnat du monde de pêche et vainqueur du tournoi international de billard d’Agadir (Maroc).

Il était encore, ces derniers temps, un fidèle supporter du SU Agen et membre d’honneur de ce club.

Après avoir été commis du Trésor, Jean Pallas a été agent général d’assurances, éleveur de bétail sélectionné de race charolaise, président-directeur général de Fleurance-Café et producteur-exportateur d’agrumes, de 1953 à 1960, à Agadir (Maroc).

De nombreuses distinctions

Ce Fleurantin, qui fut ancien délégué départemental du Général de Gaulle, a reçu l’insigne d’officier de la Légion d’honneur, de chevalier de l’Ordre national du mérite, la Croix de combattant volontaire de la guerre 1939-1945, de la Résistance, des Anciens Combattants, le diplôme des Forces françaises combattantes et de la Reconnaissance de la nation ainsi que de porte-drapeau des Chantiers de jeunesse de Midi-Pyrénées. Il était membre à vie des Anciens des Services spéciaux de la Défense nationale, ancien du Réseau Morhange et Gallia, membre de l’Association des anciens combattants volontaires de la Résistance et président de l’Amicale des anciens du Bataillon Prosper.

Nombreux ont été les Fleurantins à l’accompagner, vendredi, à sa dernière demeure. Ses obsèques ont été célébrées à l’église Saint-Laurent, suivies de l’inhumation au cimetière de Fleurance où un dernier hommage lui a été rendu.

A son épouse, à ses enfants, à toute sa famille dans la peine, nous adressons nos sincères condoléances.

Publié 20 mars 2014 par Michel Terrier dans Agadir, Souvenir

Et un autre article, un peu contradictoire : Le tourisme version Haddad a le vent en poupe !

Par Laila Zerrour – aujourdhui.ma

Les nuitées dans les établissements touristiques classés ont enregistré une hausse de 9,3% par rapport à 2012. Le taux d’occupation national des établissements classés s’est amélioré de 4 points.

Haddad

Le tourisme se porte bien. Le bilan d’activité au titre de l’année 2013 présenté mardi par Lahcen Haddad, ministre du tourisme, est plutôt positif. Malgré une conjoncture difficile, le secteur a réussi à drainer 10,04 millions de touristes (+7%) et à générer 60 milliards DH de recettes en devises. Les nuitées  dans les établissements touristiques classés  ont enregistré une hausse de 9,3% par rapport à 2012.

De même, le taux d’occupation national des établissements classés s’est amélioré de 4 points passant à 43% en 2013. Il faut aussi relever que ces bonnes performances s’expliquent, entre autres, par les différents accords qui ont été conclus avec les compagnies aériennes. Ce qui a permis d’augmenter le nombre de passagers de 9,2% par rapport à 2012, avec des pics dans les aéroports de Marrakech, Agadir, Dakhla et Essaouira. Le ministre du tourisme a fait remarquer que  près de  19 milliards de dirhams d’investissements   ont été conventionnés et près de 20.000 emplois créés avec la formation de 13.000 jeunes, dont environ  2.200 par les établissements de formation relevant du ministère.

Parmi les faits saillants de l’année 2013 figure la formalisation de la contractualisation avec la signature de 15 contrats-programmes régionaux, ce qui  a permis  la déclinaison avec les partenaires locaux de la Vision 2020 en feuilles de routes régionales  (CPR). Lors de cette rencontre, M.Haddad a souligné l’importance de la compétitivité des entreprises touristiques pour assurer un positionnement de qualité de la destination Maroc. Durant l’année 2013, le ministère de tutelle  a oeuvré pour le renforcement du paysage touristique en boostant l’activité des PME touristiques et en encourageant la dynamique de création d’emploi.

Le ministère a également lancé le chantier de la réforme du système de classement avec le concours et l’expertise de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). Il sera ainsi procédé à l’amélioration des grilles de classement cibles et leur mise en harmonie avec les pratiques internationales. Il est également prévu   la formation d’un «corps d’auditeurs» spécialisé qui sera assigné à l’audit des normes dans le cadre des commissions régionales de classement. Aussi, des mécanismes d’appui ont été mis en place,   notamment les fonds «Moussanada Siyaha» et «Renovotel 3», afin d’accompagner les besoins de mise à niveau du secteur.

Par ailleurs, le ministre a tenu à préciser que la dynamique des entreprises touristiques a été renforcée par l’ouverture de 70 nouvelles agences de voyages. Pour sa part, la politique de promotion a permis durant l’année 2013 de cibler les différents segments de clientèle visés, tout en développant l’image de la destination et en améliorant la perception des voyageurs potentiels par rapport au séjour au Maroc. Une attention particulière a été accordée à la diversification des marchés en direction des relais de croissance que sont les marchés émergents, notamment les pays de l’Europe de l’Est, la Russie.

En matière de tourisme interne, l’objectif fixé dans le cadre de la Vision 2020 est de tripler la taille de ce segment, qui représente actuellement 28% de l’ensemble de la clientèle des établissements touristiques.

Pour relever ce défi, un plan d’action en partenariat avec les professionnels a été conçu dans le cadre d’une véritable stratégie intégrée avec une composante nationale déclinée en offres régionales. Ce plan permettra de pérenniser les actions de Kounouz Biladi sur toute l’année, et de se doter  d’une véritable offre visible et audible auprès du marché national.

téléchargement

 

Développement des partenariats à l’international

Plusieurs actions ont été menées en 2013  pour assurer le rayonnement du Maroc sur la scène économique et politique mondiale. En matière de développement des partenariats à l’international, le ministère du tourisme a procédé à la signature d’un accord de partenariat avec l’île de Tenerife pour le développement  du tourisme dans les deux pays.

Un autre accord de coopération a été signé   entre le Maroc et le Sénégal pour l’échange d’expertise dans les domaines de la gestion du secteur, la stratégie de développement, la formation, la législation et l’investissement. De même, le ministre  a procédé à la signature d’un accord de coopération touristique entre le Maroc et la Tchéquie, en marge d’une visite officielle à Prague.

Le Maroc a également réussi à développer sa coopération en matière de promotion touristique avec plusieurs pays dont l’Azerbaidjan, l’Irak, la Tunisie, l’Espagne, le Brésil, le Soudan, l’Islande, l’Indonésie et le Pérou.

Publié 20 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Tourisme

AGADIR / TOURISME EMBELLIE TOUJOURS EN TROMPE-L’ŒIL

par Malika Alami – leconomiste.com

  • DES HÔTELS EN DIFFICULTÉ AVEC DES TAUX D’OCCUPATION DE MOINS DE 20%

Tourisme-Agadir-2784-(2012-10-11)

La reprise de l’activité touristique se confirme à Agadir. C’est du moins ce que laissent entrevoir les statistiques communiquées par le Conseil régional du tourisme du Souss-Massa-Draâ (CRT). A en croire les chiffres, le secteur a enregistré en février dernier une hausse de plus de 11,09% en arrivées et 12,72% en nuitées dans les établissements hôteliers classés d’Agadir par rapport à la même période en 2013. Le taux d’occupation pour sa part était de 52,91% contre 50,51% en février 2013. Ces augmentations sont cependant toutes relatives. Sinon, comment expliquer que des établissements hôteliers sont en difficulté et ont des taux d’occupation qui ne dépassent pas les 20%, voire 12%. La ville continue à faire moins bien qu’en 2007, une année de référence. Avec plus de 3.000 nouveaux lits, la station a enregistré à peine 329.025 nuitées en mars dernier contre 325.173 en 2007. En termes de recettes, il y a cependant une grande différence. Selon les professionnels, la baisse serait de 20 à 30% par rapport à 2007. En effet, la ville résiste à la conjoncture difficile mais en paie le prix. «La crise économique induit une pression accrue des tour-opérateurs et du marché en général, qui pousse les hôteliers à faire des promotions à outrance», souligne un hôtelier. Aujourd’hui, selon des professionnels, seuls moins de dix hôtels dans la station balnéaire, parce qu’ils sont adossés à un tour-opérateur, font véritablement du remplissage et tirent la ville vers le haut. Cette situation se reflète sur les activités annexes. Les restaurants de la ville qui devraient normalement profiter de la croissance en termes de nuitées et d’arrivées font de la peine à voir. Intérieurs comme en terrasses ils sont très souvent vides. Au niveau de l’emploi dans le secteur comme des recettes des taxes touristiques de séjour collectées, on retient aussi une baisse, selon les élus. Difficile de maintenir la confiance des investisseurs dans une telle conjoncture. Le grand nombre des chantiers inachevés et en rade depuis des années, sans parler des établissements fermés, donne à la destination une mauvaise image et renseigne réellement sur sa véritable activité touristique.

Il est certain que les restaurants souffrent énormément du « All Inclusive » qui est imposé par des tour-opérateurs qui ne se soucient que de leurs rentrées financières.

Publié 20 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Hôtellerie, Tourisme

1ère étape Rallye Aïcha des Gazelles

Etape 1, Parcours D :

1er arrivé : le 4×4 N° 219 de Naïma Kabbage et Carolyne Garrigue 

1973823_753078461399399_1896699110_o

Bravo les gadiries !      GazGazGaz…

Publié 20 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Sport automobile

Agadir : Le patronat vise le marché africain

Yassine Saber – leseco.ma

Agadir abritera, fin 2013, le forum SMD-Afrique Développement. Le lancement d’un observatoire est également prévu pour renforcer la coopération Sud-Sud.

CGEM_30

Le président de la CGEM-union régionale Souss-Massa-Drâa, Yassine Rahnmouni, vient d’annoncer, lors de l’Assemblée générale ordinaire de sa section, que la ville d’Agadir abritera le forum SMD Afrique-Développement. Cette annonce intervient en effet après deux missions menées récemment en Côte d’Ivoire et au Gabon par la section patronale d’Agadir. Prévu en fin de cette année, le forum sera marqué par la participation de délégations d’hommes d’affaires de pays africains voisins pour renforcer la coopération Sud-Sud. C’est justement le secteur de l’agroalimentaire, le BTP et les services qui seront retenus comme parties prenantes de cette initiative, en raison de leur masse critique dans le Souss. Un observatoire est également prévu selon le président de la CGEM-SMD, pour consolider les relations à l’issue de ce forum, mais aussi garantir le suivi permanent de ce partenariat. Dans le même sens, l’Université internationale d’Agadir vient de donner une impulsion à son activité d’enseignement supérieur privé, via le renforcement de son positionnement en Afrique. Parmi les 24 accords signés récemment au Gabon, figure celui conclu entre Universiapolis et l’Institut Berthe et Jean. Signé par le président fondateur de ladite université et le membre du conseil de surveillance de l’Institut Berthe et Jean, cet accord a pour objectif d’initier la création d’une université privée «Université internationale de Libreville», basée sur le modèle d’Universiapolis, en vue de contribuer au développement de l’enseignement supérieur gabonais. Les domaines de collaboration s’étendent aux aspects liés à la création de l’Université internationale de Libreville, la structuration de filières de formation supérieure , la mise en œuvre et le développement du système pédagogiques nord-américain dans les filières de formation dispensées. Ce partenariat s’inscrit en effet dans la volonté commune des deux parties de mettre en synergie leurs compétences et leurs moyens en vue d’ériger des filières de formation qui répondent aux besoins du plan Gabon-Émergence. Cet accord s’inscrit également dans la suite logique du positionnement d’Universiapolis, puisque les étudiants subsahariens représentent 25% de l’effectif global de l’université.


Yassine Rhanmouni,
Président de la CGEM, Union régionale du Souss-Massa-Drâa

«Le tissu entrepreneurial ne se mobilise pas encore comme on le souhaiterait»

Les ÉCO : Vous aviez annoncé précédemment la tenue du forum SMD Afrique-Développement. Comment est née cette idée ?        
Yassine Rhanmouni :  Comme vous le savez, l’Afrique affiche un taux de croissance moyen à deux chiffres et, depuis quelques années, plusieurs entreprises marocaines se sont positionnées sur ce marché, dont des entreprises de notre région. Actuellement, près de 450 à 500 conteneurs de marchandises, soit 20.000 tonnes de produits agricoles et alimentaires transitent chaque jour par la Mauritanie au départ de notre région, ce qui dénote de l’existence d’un potentiel économique qu’il faut développer durant les années à venir.

Déjà une année s’est écoulée depuis votre élection.Quel bilan dressez-vous de celle-ci ?
Cette année a été celle de découverte pour notre bureau, mais aussi celle de plusieurs défis auxquels nous étions confrontés à l’issue de notre élection. Il s’agit essentiellement des conflits sociaux qui ont éclaté à la zone industrielle d’Aït Melloul, mais aussi du retard de paiement du côté de l’Académie régionale de l’enseignement et de la formation (AREF) pour les entreprises du bâtiment et travaux publics. Notre bureau s’est mobilisé pour activer la procédure de paiement. Une enveloppe de 117 MDH a été débloquée. À travers la commission climat des affaires et médiations sociales, la CGEM SMD est également intervenue pour atténuer les tensions et ressortir avec des compromis avec les deux parties. En plus de la facilitation des services consulaires, notamment l’octroi des visas d’affaires, le paiement des vignettes auto des membres et le traitement des dossiers avec la direction des impôts et la CNSS, notre union préside également le premier cluster marocain de logistique et transport.

L’une de vos priorités était l’intégration des entreprises à la structure de la CGEM puisque les cotisations posent toujours problème. De quelle manière ce volet a-t-il été amélioré ?
L’amélioration est très sensible puisque l’on a recensé 29 nouvelles adhésions en 2013 et 5 en 2014. Toutefois, et en dépit de l’ensemble des réalisations, les entreprises soussies ne font appel à l’union régionale Souss-Massa-Drâa qu’en cas de besoin. À cet égard, le tissu entrepreneurial ne se mobilise pas encore comme on le souhaiterait. On communiquera davantage autour de nos réalisations pour pouvoir être rejoints par un maximum de nouveaux adhérents.

Publié 20 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement

Cairn et Genel abandonnent les prospections pétrolières au large de Tarfaya

Adam Sfali – lemag.ma

Plate forme de prospection en Offshore visible depuis la côte marocaine. Ph. J.J. Lecreux

Plate forme de prospection en Offshore visible depuis la côte marocaine. Ph. J.J. Lecreux

 

Las Palmas : Cairn Energy, prospecteur pétrolier britannique et l’anglo-turque Genel Energy, ont annoncé avoir abandonné les prospections pétrolières sur la zone Juby Maritime-1 au large de Tarfaya.

Via des communiqués cités par l’agence espagnole EFE, les deux compagnies indiquent que le forage dans ce point a confirmé, certes, l’existence de pétrole lourd sur une bande d’une épaisseur de quelque 110 mètres correspondant aux dépôts du Jurassique Supérieur, sauf que l’ONHYM avait qualifié ce pétrole découvert, de trop lourd et d’inexploitable.

Ce constat, poursuit la même source, a poussé les deux opérateurs à orienter leurs investissements vers la côte sénégalaise, à Sangomar, où des prospections en Offshore sont en installation.

Le puits Juby Maritime 1 (JM-1) a été bouché et abandonné. Déterminer la qualité du brut découvert nécessite la réalisation de nouveaux examens, selon les deux compagnies, poursuit l’agence.

Cairn Energy et Genel Energy vont recouper leurs données avec celles obtenues dans d’autres puits proches de Tarfaya pour déterminer l’orientation de leurs futures recherches, ajoute EFE.

A rappeler que Cairn Energy, a réalisé ses deux dernières prospections sur la côte marocaine, d’abord dans la zone de Foum Draa au Sud d’Agadir et maintenant à Juby Maritime à l’Ouest de Tarfaya.

Publié 20 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Technique

17 % de hausse du trafic aérien en février selon l’ONDA

lnt.ma

avion

Les aéroports du Maroc ont enregistré, en février 2014, une hausse de 17,12 % du nombre de passagers par rapport à la même période de l’année précédente, selon l’Office national des aéroports (ONDA).

Ainsi, les dits aéroports ont enregistré, durant ce mois, un volume de trafic commercial de 1.176.203 passagers contre 1.004.268 passagers en février 2013, indique l’ONDA, précisant que l’aéroport Mohammed V a enregistré 533.946 passagers (+11,56 %), celui de Marrakech-Menara 293.090 passagers (+13,83 %) et d’Agadir 109. 839 passagers (+10,93 %).

Avec 1.061.338 passagers, le trafic aérien commercial international a affiché une progression de 16,45 % par rapport à la même période de l’année précédente, alors que le trafic domestique commercial a augmenté de 23,72 %, fait savoir l’Office dans un communiqué.

Le nombre total des passagers depuis le début de l’année en cours a atteint 2.447.791 passagers, contre 2.103.550 passagers, affichant une nette progression de 16,36 % par rapport aux deux premiers mois de l’année écoulée.

Les mouvements d’avions ont aussi augmenté, durant le mois en considération, de 14,81 % par rapport au mois de février 2013, totalisant un mouvement de 10.781 avions. La part de l’aéroport Mohammed V est de 48,37 % de ce trafic, Marrakech-Menara représente 20,57 % et Agadir Al Massira 7,87 %.

Par contre, le trafic fret a accusé une diminution de 4,94 % par rapport à la même période de l’année précédente avec un volume de 4.148,18 tonnes contre 4.363,98 tonnes en 2013.

Publié 20 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Transports

Les femmes berbères marocaines à l’honneur à Paris à l’occasion d’une exposition qui sera organisée du 21 mars au 20 juillet prochain à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent

lavieeco.com

Les femmes berbères du Maroc seront à l’honneur à Paris, à l’occasion d’une exposition qui sera organisée du 21 mars au 20 juillet prochain en vue de mettre en lumière la richesse du patrimoine amazigh marocain.

femme-berbere-(2014-03-19)

L’exposition, ouverte mercredi à la presse, s’articule autour de trois thématiques et espaces distincts à savoir: portrait de la femme berbère du Maroc, savoir-faire et artisanat, parures et costumes.

La première thématique propose ainsi à travers des textes, cartes et projections, une découverte historique, géographique, sociétale et tribale des femmes berbères d’hier et d’aujourd’hui.

La femme berbère est connue aussi pour son savoir-faire dans plusieurs domaines : le tissage, la poterie, la vannerie, la fabrication de l’huile d’argan, la danse, les fêtes. Ces pratiques sont illustrées au travers d’objets qui reflètent les techniques propres à ces femmes. Dans les objets domestiques du quotidien ou de fête, comme dans les objets rituels, les décors géométriques dominants sont parfois associés à des représentations anthropomorphiques.

L’exposition, organisée par la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, présente aussi les parures et les éléments constituant les costumes de la femme berbère dont les bustes de bijoux, les robes haïks et ceintures, ainsi que les objets liés à l’apparat.

En effet, du Rif au Sahara, les groupes berbères, sédentaires et nomades, manifestent un goût très affirmé pour l’apparat. Vêtements, parures et accessoires attestent de leur identité.

A travers l’histoire, ce sont les femmes berbères, garantes de la pérennité des traditions et de la langue, qui ont assuré la sauvegarde de l’héritage culturel des tribus.

Cette transmission passe notamment par le tatouage, le henné, le maquillage, les bijoux, la vannerie, la poterie et la tapisserie.

Dans une déclaration à la MAP, le commissaire de l’exposition, Bj?rn Dahlstr?m a indiqué que l’objectif de cette exposition est de mieux faire connaître le patrimoine berbère marocain et transmettre l’amour que vouent Pierre Bergé et Yves Saint Laurent au Maroc à travers ce patrimoine produit et porté par les femmes dont le textile et les bijoux.

4.2.1_DSC_2192

Les bijoux exposés sont issues de différentes régions du Royaume, a-t-il dit, faisant savoir qu’une part importante de ces pièces provient du musée berbère de Marrakech.

Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent
3 rue Léonce Reynaud, 75116 Paris
Tél. : +33 (0) 1 44 31 64 31

Publié 20 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Culture, Expositions, Patrimoine

Maroc, région de Taliouine : Deux touristes français survivent au crash de leur avion !

afriquinfos.com

TAROUDANT – Un avion s’est crashé lundi après avoir percuté une montagne dans la région de Taroudant au Maroc. Les passagers, deux ressortissants français, ont survécu à cet accident.

Avion montagne

Un avion avec à son bord deux touristes français s’est écrasé lundi dans la région de Taroudant. Parti le matin même de l’aéroport de Taroudant, les deux hommes se dirigeaient vers la ville de Ouarzazate avec leur appareil. Alors qu’ils traversaient une rivière, les deux français ont été surpris par une montagne et se sont écrasés sur elle. Un berger, témoin de toute la scène a prévenu directement les secours.

Après trois heures de route afin de rejoindre les lieux du drame, les éléments du commandement régional de la gendarmerie royale ont trouvé les français vivants.

Le journal Akhbar Al Yaoum nous indique que l’un des touristes souffrirait de multiples fractures au bassin et au niveau du pied, tandis que l’autre n’aurait été touché que par de légères blessures. Les deux hommes ont été transportés à l’hôpital de Taroudant.

Publié 20 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Région, Tourisme

Festival étrange de slam & musique : Slam et poésie : les mots claquent dans 12 villes

aufaimaroc.com

.

.

Le Festival étrange de slam & musique est l’aboutissement d’un projet de l’Institut français du Maroc, qui organise depuis plusieurs années des ateliers d’écriture et de déclamation de poésie, ainsi que des scènes ouvertes sur le slam.

Un magnifique projet artistique et éducatif qui s’est déroulé dans tous les Instituts français du pays, en lien avec les établissements scolaires locaux.

La consécration de long processus vient en 2014 avec l’organisation du Festival étrange de slam & musique dans 12 villes. Depuis quelques semaines, et plus particulièrement depuis le début du festival le 15 mars, ces villes bruissent de mots, de phrases, de poèmes, avec une emphase mise sur le slam et la musique.

Kénitra, Safi, El jadida, Marrakech, Tanger, Casablanca, Fès, Tétouan, Essaouira, Agadir, Rabat, et Meknès (15 mars) vont ainsi avoir droit à différents concerts de musiciens et slameurs, qui vont donner une vraie visibilité à la parole poétique. Des concerts pendant lesquels, invités internationaux et locaux partageront la scène en concert ou en déclamation. Ils se termineront en apothéose avec les prestations à Rabat et Casablanca du slameur Grand Corps Malade himself, devenu le chef de file de ce mouvement de poésie urbaine.

Les “slameurs” en herbe sélectionnés se produiront en première partie de Grand Corps Malade lors de ses deux dates marocaines. Ils seront aussi présents lors des prestations de groupes invités parmi les internationaux : Le Projet Parenthèse, Ami Karim, Apkass, Camille Case, Mister Il Slam et Caroline Mouton de Ponthieu.

Les slameurs et musiciens issus de la scène locale réunissent pour leur part Al Nasser, Sara Touiger (Real Blood), Mohamed Hilal, Mohamed Ajakka, Da Legend, Mehdi Abdou, Didier Botte, Saad El Himani, Ayoub el Machatt et Léo Fabre-Cartier.

Agadir: Institut français le 22 mars à 19h00 

Publié 20 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Musique

%d blogueurs aiment cette page :