Archives de 22 mars 2014

BUDGET EXCEPTIONNEL POUR AGADIR

par Malika Alami – leconomiste.com

  • UN EXCÉDENT BUDGÉTAIRE DE 228 MILLIONS DE DH EN 2013
  • UN RECORD PAR TÊTE D’HABITANT À L’ÉCHELLE DU ROYAUME
  • CELA PERMETTRA DE POURSUIVRE LES CHANTIERS DE LA VILLE QUI NÉCESSITENT 600 MILLIONS DE DH
L’excédent dégagé par la commune servira à financer une partie des chantiers de la ville, notamment la mise à niveau des voiries, le renforcement des équipements éducatifs et sanitaires et infrastructures de proximité

L’excédent dégagé par la commune servira à financer une partie des chantiers de la ville, notamment la mise à niveau des voiries, le renforcement des équipements éducatifs et sanitaires et infrastructures de proximité

 
La ville d’Agadir affiche une bonne santé financière. La commune urbaine a dégagé un excédent budgétaire de 228 millions de DH en 2013, «un véritable record par tête d’habitant à l’échelle nationale», se rejouit Tarik Kabbage, maire d’Agadir. Un gain que la commune a pu réaliser grâce au renforcement de la collecte de la taxe sur les terrains non bâtis et autres taxes communales. Des résultats qui ne font pas que des heureux. Les acteurs économiques dénoncent la pression des élus sur les contribuables alors que la conjoncture est difficile.
Le maire, lui, lorgne plutôt du côté des projets d’investissement pour la période 2013-2015. Un vaste chantier pour lequel l’excédent dégagé tombe à pic. Le plan communal de développement arrêté pour cette période nécessitera au total une enveloppe de 600 millions de DH. La priorité est donnée bien sûr aux quartiers sous-équipés. Dans ce programme d’envergure la contribution de la commune s’élève à 160 millions de DH sur toute la durée du chantier. Les départements de l’Habitat, l’Education, la Santé, Al Omrane, le conseil préfectoral d’Agadir Ida Outanane et l’INDH sont les autres partenaires du programme. Outre la mise à niveau des voiries, il est ainsi prévu également de renforcer les équipements éducatifs et sanitaires et les infrastructures de proximité. Et ce, en raison de la pression démographique qu’engendre l’évolution que la cité a enregistré ces dernières années. Aussi il est question de transformer les nouveaux quartiers, tels que Hay Mohammadi ou encore Taddart à Anza Oulya, en lieu de vie équipé d’infrastructures de proximité mais aussi d’activités. Pour le moment, les nouveaux quartiers à travers la commune urbaine sont des lieux-dortoirs bétonnés avec trop peu de verdure. Pour l’embellissement et la mise à niveau du quartier Talborjt, il est prévu d’investir globalement 80 millions de DH. Sur les lieux, comme annoncé dans nos colonnes, le chantier est installé mais les travaux n’ont toujours pas commencé. La première tranche devrait durer 8 mois environ. L’objectif est de redonner du souffle à ce quartier qui, avec l’extension d’Agadir et l’implantation de nouvelles zones commerciales, est quelque peu tombé dans la crise depuis plus de dix ans.
Publicités

Publié 22 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Aménagement, Urbanisme

Boulangers : Vers une pénurie de pain la semaine prochaine

aufaitmaroc.com

La Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie du Maroc (FNBPM) a annoncé vendredi une grève nationale des boulangers prévue mercredi et jeudi prochains, dans tout le Royaume. /DR

La Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie du Maroc (FNBPM) a annoncé vendredi une grève nationale des boulangers prévue mercredi et jeudi prochains, dans tout le Royaume. /DR

Chose promise, chose due. La Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie du Maroc (FNBPM) a annoncé vendredi une grève nationale des boulangers prévue mercredi et jeudi prochains, dans tout le Royaume. Une décision qui fait suite à la rencontre organisée par ce regroupement de professionnels jeudi à Casablanca.

La Fédération a estimé que cette grève intervient en réponse à plusieurs réactions de la part du gouvernement, citant à cet égard le non respect du contrat-programme conclu avec l’Exécutif.

“La décision de mener une grève nationale intervient suite à l’absence d’engagement du gouvernement pour combattre les vendeurs du secteur informel, et pour soutenir et améliorer les services municipaux”, lit-on sur le communiqué de la FNBPM.

La même source pointe du doigt le gouvernement, qui a refusé, selon elle, de mettre à jour le prix du pain qui stagne depuis 10 ans, malgré la hausse du coût des matières premières, ce qui menace de faillite plusieurs boulangeries, ajoute le communiqué.

Les représentants des boulangers restent tout de même prêts à toute forme de négociations, conclut la même source.

Publié 22 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Consommation, Société

Rallye des Gazelles Classement après la 2ème étape

Nos Gazelles d’Agadir passent, de la 41ème place à la 23ème place au général :

Classement de la 2ème étape :Cl etape 2

et classement général après la 2ème étape :
Class Gen après etp2

 

Allez les Gazelles, on est avec vous !  GazGAZGaz…

Publié 22 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Sport automobile

Débat public sur les fouilles d’Agadir Oufella

Hier soir avait lieu un débat public, initié par le Forum Izorane en concertation avec l’Association Agadir Ighir, sur les fouilles et le devenir de Agadir Oufella.

IMG_1640

Photo M. Raissi

Photo M. Raissi

M. Bajalat, Président du Forum Izorane a ouvert ce débat en remerciant les personnes présentes et les institutions qui ont répondu à l’invitation et en a défini l’objectif : en faire une tentative pour débloquer ce dossier qui traîne depuis des décennies…
l’accent a été mis sur la symbolique d’Agadir Oufella, comme patrimoine naturel, humain et culturel, ainsi que sur les transgressions qui y sont constatées (matérielles et immatérielles).

– Les 2 associations directement concernées ( Forum Izorane et Association Agadir Ighir ) rejettent dorénavant TOUT statu-quo…
– Jusqu’à ce soir toutes les requêtes effectuées sont restées sans suite à cause d’un amer constat : les parties concernées se rejettent la responsabilité de l’état d’Agadir Oufella.
– Le but donc de cette rencontre est de mettre terme à cette  » situation d’accusations échangées » stériles…et d’initier un dialogue entre TOUS les secteurs pour une Démarche Participative propre à solutionner ce complexe dossier en réunissant les différents partenaires :

  • C. U. d’Agadir
  • Ministère de la Culture
  • Ministère des Affaires Islamiques
  • Ministère de l’Intérieur
  • Agence Urbaine et Ordre des Architectes
  • Université Ibn Zohr
  • Faculté des Lettres : Docteur Oumlil, archéologue coordinateur des fouilles actuelles

ceci, afin de lancer une dynamique de valorisation de cet espace qui tienne compte des lois et règlements en vigueur.

M. Bajalat

M. Bajalat

 Charte d’Entente
Les associations des anciens d’Agadir seront engagées à signer officiellement une «Charte d’Entente» relative à la concertation et l’harmonisation mutuelles des démarches face au «Patrimoine Collectif» de la Ville, et, dans un premier temps, le Forum Izorane et l’Association Agadir Ighir ont signé cette charte. Son but est de sauvegarder à tout prix ce qui a été légué après le séisme de 1960 et, d’empêcher que ne se reproduisent des dégâts irréparables comme celui de la jetée « portugaise » qui a été « effacée » par la construction de la marina.

Signature de la "Charte d'Enente" par M. mohamed Bajalat Président du Forum Izorane et M. Charfeddine Ahmed Président de l'Association des anciens d'Agadir Ighir

Signature de la « Charte d’Enente » par M. Mohamed Bajalat, Président du Forum Izorane et M. Charfeddine Ahmed, Président de l’Association des anciens d’Agadir Ighir

M Charfeddine Ahmed ( Président des Anciens d’Agadir Ighir  »  » est intervenu en rappelant l’historique de la Kasbah et a surtout insisté sur les dérives constatées sur place…en les énumérant…et en concluant avec un Cri de détresse face à l’impossibilité incompressible des autorités…

M Charfeddine Ahmed

M Charfeddine Ahmed

Dr Ismail CHOUKRI ( vice-prsd de la C.U.Ag) :
Il se félicite de la signature de la convention signée ce soir entre le Forum Izorane et l’Ass.des anciens Agadir Ighir dans le but de  » Concertation et de Solidarité mutuelles  » sur les questions relatives à Agadir Oufella , il adhère aussi aux requêtes des 2 associations concernant l’urgence de mettre terme aux infractions commises sur le site en déplorant que le conseil municipal ne dispose pas des moyens juridiques pour l’application de ses décisions , puisque sujettes à l’approbation des autorités de tutelle. Enfin, il remercie le Forum pour cette initiative de rassembler les intervenants afin qu’on puisse dès cette réunion parler d’un lendemain porteur de solution pour cette affaire complexe.

Dr Ismail CHOUKRI (vice-président de la C.U.Agadir)

Dr Ismail CHOUKRI (vice-président de la C.U.Agadir)

Dr Abdelouahid Oumlil :
Il a rappelé le cadre d’intervention de son équipe qui est la convention tri-partite (son labo : Recherche archéologique et développement + Fac.L.S.H + C.U.Agadir) et que les prospections ont débuté depuis 2007 non pas pour les fouilles sur la cité d’Agadir Oufella , mais pour prospecter sur l’origine humaine de ce site dont certains indices prouvent des traces humaines qui remontent à 10.000 ans et non pas au 16ème siècle.
Il a rappelé que son équipe a organisé récemment 2 journées de communication au grand public sur le site.
Il déplore le manque de moyens de travail en rassurant le public (son intervention se fait en concertation avec l’Institut National de l’Archéologie et le Cercas…) à propos des fouilles actuelles sur la partie sud-ouest de la Kasbah où le risque de tomber sur les ossements des Chouhadas est très minimal.

Dr Abdelouahid Oumlil

Dr Abdelouahid Oumlil

Mme GHAILAN , conservateur , représentante du ministère de la Culture.
Elle annonce que le site Ag.O’fella est un site classé selon le dahir du 23 Mars 1944 et que son ministère, via sa représentation locale n’a cessé de dresser des rapports condamnant les irrégularités enregistrées dont les 2 plus flagrantes sont les murailles rénovées en 2000 et les antennes des opérateurs téléphoniques en plus d’autres aspects d’anarchie constatée quotidiennement (par exemple les chameliers et vendeurs ambulants…).
Elle a remis une copie du rapport dressé récemment par leur staff à propos des infractions sur le site et celui-cii a été remis aujourd’hui même par leur direction au ministre de tutelle.

Mme GHAILAN , conservateur , représentante du ministère de la Culture

Mme GHAILAN , conservateur , représentante du ministère de la Culture

Tous les Services officiels locaux (Willaya et Mairie) ont été contactés et il s’avère qu’aucune autorisation n’a été donnée pour la construction des antennes, mais il est clair que les installateurs ont bénéficié de complicités passives pendant la construction. Les campagnes de presse que les associations voulaient lancer ou les articles qu’elles voulaient faire paraître dans la presse se seraient heurtées aux médias qui auraient refusé de s’y associer par peur de perdre des annonceurs tels que Meditel, Maroc Telecom…

Dahir du 20 juillet 1932

Dahir du 20 juillet 1932

Enquête en vue du classement de la "Casbah d'Agadir-Irir"

Enquête en vue du classement de la « Casbah d’Agadir-Irir »

Classement du site de la "casba d'Agadir-Irir"

Classement du site de la « casba d’Agadir-Irir »

——————————————————————————–

Après ces interventions des représentants des parties présentes concernées, M BAJALAT , en tant que président de la séance de débats a donné la parole au public :

M Youssef GHARIB :
* il a rappelé qu’il se souvient du temps ou son père l’emmenait se recueillir sur les leurs sur place, et qu’il ne peut plus faire aujourd’hui à cause des diverses nuisances et incommodités sur place.
* il s’est interrogé sur la « fonction exacte de cet espace : est ce un cimetière ? Une réserve foncière ?
une attraction touristique ?
* Qu’est ce qui empêche la C.U.Agadir à gérer cet espace qui est dans son périmètre urbain et sous son autorité ?

M Lahsen GAHMOU :
* Quels sont les moyens efficaces pour faire pression sur les parties concernées ?
* A quand une compilation des études faites sur ce site pour éclairer les intervenants et le grand public.
* Une doléance : exiger une  » Journée nationale pour Agadir Oufella  » en tant que symbole de Résistance face aux assauts des ibériques conquérants…

M. LALAOUI :
* En tant que membre d’ass.de spéléologie locale , il attire attention sur d’autres sites menacés de détérioration voire de destruction dans les environs.
* Il remet en cause les précautions précises sur Agadir Oufella qui ne répondent pas aux normes exigées… Il conforte ses propos par son expérience personnelle en travaillant sur le site des anciennes sucreries de Taroudant avec une équipe d’archéologie de Nancy…
* l’équipe des fouilles aurait dû se concentrer sur des endroits plus important en archéologie que l’intérieur de la Kasbah….fameux tunnel d’approvisionnement des Saadiens au 15ème.

M RAISSI :
* il relève les aspects de contradictions des ministères de tutelle sur ce site :
Une note ministérielle de la culture qui abroge le dahir de 23 Mars 1944… Quel enseignement en tirer ?
Il faudrait d’abord actualiser et harmoniser les textes concernant ce site, autrement même les fouilles entamées seraient illégales…!
* Un constat terriblement choquant : toutes les parties concernées ont tendance à se dérober face à cette problématique de la Kasbah ; pourquoi une telle attitude qui perdure indéfiniment ?

M Lahoucine JOUHADI ( militant et auteur amazighe)
* Reproche adressée à IZORANE de ne pas s’exprimer en tamazighte / berbère en de telles circonstances …
* exigence de cimetières collectifs derrière Agadir Oufella de la période de résistance face aux incursions portugaises….
* il mentionne qu’il a écrit des poèmes depuis 1983 en hommage et patrimoine immatériel aux victimes de 1960…donc s’intéresser aussi à cette autre forme de Patrimoine.

M OURRAHTE Mohamed (membre du bureau IZORANE)
* Quel est le sort des objets retrouvés sur le site ?
* Quelle est la procédure suivie pour répertorier ces objets ? Qui s’en charge t-il ?
* Nous avions des canons la haut ? Ou sont – ils aujourd’hui ? Quelle est la garantie de sécurité des ré trouvailles ? Nous manqons à cette date de visibilité et de transparence.

M Michel TERRIER :
* Cette présence provocatrice des antennes est un vrai choc sur un tel site dont je garde des souvenirs en tant q’ancien gadiri.
* Ces antennes ont étés dressés pendant des jours…Comment se fait-il qu’aucune autorité ne s’en soit aperçu ?
* les fouilles sont un travail colossal et de longue haleine, mais des panneaux d’information en plusieurs langues doivent être réalisé là-haut pour informer et inviter à respecter les lieux.
* Suggestion d’un musée au sein de la Kasbah.

M Hassan ELKRONI ( ancien gadiri ) intervient pour signaler que la partie concernée par les fouilles comprend un ancien musée d’avant le séisme qu’il faudrait déblayer, et utiliser ses objets.

M Lahoucine JAFRALI ( vice prsd ass.Agadir Ighir)
* Nous avons déjà eu une réunion publique avec les responsables du ministère de la culture depuis 4 ou 5 ans, sans effets, et je crains que cette rencontre connaisse le même sort. On a marre du blablabla…
* Quel est le sort des propriétés des sinistrés à Agadir Ofella : ça a été une confiscation imposée (et non une expropriation) sans que les ayant droit ne soient dédommagé correctement.
C’est un aspect qui doit etre aussi traité au vu des cas d’appauvrissement subis par les sinistrés.

Les réponses des intervenants ont été un réconfort pour les diverses questions et doléances exprimées par l’assistance : elles appuient la majorité des exigences soulevées…

M BAJALAT a clos la séance à 21h par proposition des recommandations suivantes :
1) Mise en oeuvre urgente des lois ( dahirs et decrets municipaux ) en vigueur par les autorités locales.
2) Validation par les services de la Wilaya de la dernière décision municipale de fermer l’enceinte de la Kasbah.
3) Application urgente et efficiente de la loi concernant les comportements portant atteinte aux moeurs, au charlatanisme, aux guides clandestins, aux pollutions par les chameliers, aux fouilles clandestines et aux constructions illicites à Agadir O’Fella.
4) Déplacement immédiat des antennes et constructions des opérateurs téléphoniques et télévisuels sans aucune autorisation.
5) Mise en place d’une logistique professionnelle selon les normes appliquées dans les sites et chantiers de fouilles archéologiques.
6) Mise en place des panneaux d’informations sur les fouilles en 6 langues ( amazigh, arabe, français, anglais, espagnol et allemand).
7) Programmation d’une rencontre imminente ( dans un mois ) avec les députés de la région pour appuyer la mise en application des lois et trouver les moyens de valorisation du site.
8) Création d’un comité intersectoriel de suivi du dossier Agadir Ofella.

Photos M. Terrier (sauf la seconde de M. Raissi)

Publié 22 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Aménagement, Patrimoine, Souvenir

Rallye Aïcha des Gazelles : l’étape du jour

1146657_749408601766385_145976472_n

ETAPE 3 – Samedi 22 mars 2014

NEJACK / MECH IRDANE – kilométrage idéal 80 à 110 km – temps estimé 9h30
Etape en ligne

Les récits à son sujet alimentaient les soirées bien avant l’arrivée au bivouac.
Il toisait et surveillait les Gazelles depuis 3 jours.
Il est temps de l’affronter. Il est temps de gravir l’ERG CHEBBI.

Aujourd’hui c’est le grand jour. Celui de l’étape tant attendue et pourtant si redoutée. Il faudra passer. Aucune échappatoire possible malgré que les équipages puissent choisir leur route entre 3 trajectoires.
Un parcours Z qui serpentera aux pieds des dunes pour les moins aguerries. Attention ce ne sera pas une partie de plaisir pour autant. Si les pentes sont moins raides et les creux moins profonds, du sable il y en aura et que vous soyez tout en haut ou tout en bas, il faudra batailler contre lui.

Une autre trace, le parcours Y. Là, on tutoie les plus hauts sommets de sable. La navigation n’est pas dure certes, mais le relief est plus accidenté et les difficultés croissantes tout du long de la progression.
Enfin le parcours X qui verra les plus audacieuses en découdre. Cette fois c’est des murs de sable qui se dresseront devant les Gazelles. Il faudra les contourner, les amadouer pour qu’ils leur offrent leur passage. Elles s’approcheront des sommets, verront ces drapeaux à quelques centaines de mètres … et pourtant qu’il sera dure de s’en approcher.

Mais enfin quel que soit le parcours choisi, l’arrivée au bivouac sera source de fierté pour chacune, celle d’avoir vaincu ce géant de sable.

Publié 22 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Sport automobile

%d blogueurs aiment cette page :