Archives de 14 avril 2014

Exportations agricoles : La Fifel réagit

M. A. – leconomiste.com

fruits

Suite à la décision de la Commission européenne de modifier le système de dédouanement des fruits et légumes provenant de pays tiers, les membres de la Fédération interprofessionnelle de fruits et légumes (Fifel) se mobilisent. Lors d’une réunion samedi dernier à Agadir, la Fédération a réitéré «sa demande du maintien, pour les fruits et légumes exportés sous le Régime de la consignation, la méthode de dédouanement actuellement en vigueur». 

Publicités

Publié 14 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agriculture, Commerce

Transport aérien : 2013, année de reprise

Par Oumar Baldé – leseco.ma

33%36735_eco_14-04-2014_p09.qxp

Après la baisse de 2012, l’année écoulée a marqué une reprise du trafic aérien au Maroc. Ce résultat positif s’inscrit dans la dynamique constatée depuis l’entrée en vigueur de l’open sky. Malgré la rude concurrence des low-cost, la RAM reste seul maître à bord avec près de 40% du trafic.

«La mise en œuvre de l’accord Open Sky en 2006 avec l’Union européenne a engendré pour le Maroc plusieurs impacts positifs». Le constat est de l’Observatoire du transport aérien (OTA), qui le livre dans sa toute première publication sur l’«Évolution et tendance des principaux indicateurs du trafic aérien au Maroc». Le document qui vient de paraître, revient sur le comportement du secteur en 2013, année marquée par une «reprise» du trafic au Maroc de 9,73%, après une baisse en 2012. L’augmentation des dessertes aériennes à partir et à destination du royaume, et par ricochet celle du nombre de passagers est d’ailleurs constatée depuis 2005. Pour l’OTA, cela est la conséquence positive de «l’effet combiné de la libéralisation en 2004 et de l’accord Open Sky en 2013». Ainsi, le marché européen a confirmé sa position de leader dans l’ensemble du trafic aérien commercial de passagers au Maroc avec une part du marché conséquente, qui se situe désormais à 80,81%.

Direction l’Hexagone
La France reste le premier pays de connexion aérienne avec le Maroc. Sur les 16,49 millions de passagers transportés, 5,35 millions l’ont été en provenance ou à destination de l’Hexagone, soit 44% de l’ensemble du trafic commercial international Maroc-Europe. L’Espagne, la Belgique et l’Italie ont la même part du marché européen, soit 10%. Le Royaume Uni occupe la 5e position avec une part de 7% de ce marché. À en croire les statistiques de l’OTA, ce top 5 représente 80,83% de l’ensemble du trafic commercial international Maroc-Europe, enregistrant ainsi une augmentation de 6,31% par rapport à l’année 2012. Autre marché prometteur, celui du Moyen-Orient, qui conserve sa deuxième position. Le trafic avec cette région du monde a connu une légère hausse, en passant de 981.998 passagers en 2012, à plus d’un million l’année dernière, soit une augmentation de près de 2,25%. Cependant, le Moyen-Orient connaît une petite chute de ses parts de marché, passées à 6,68%, contre 7,13% en 2012. Même configuration pour le marché africain, arrivé au troisième rang et dont les parts de marché se chiffrent à 6,17% en 2012 contre 5,72% en 2013. Cette baisse cache toutefois une légère hausse de 1% du nombre de passagers, soit 859.339 personnes transportées. Le Maghreb se bonifie d’un important 20% en 2013 en termes de trafic de passagers, alors que l’Amérique réalise un encouragent 11%.

Concurrence maîtrisée ?
Du côté des compagnies aériennes, il faut noter que la RAM continue de mener la danse. L’année écoulée, la compagnie nationale a réussi à transporter plus de 6,5 millions de passagers, soit très loin devant Ryanair, arrivée en deuxième position avec 2,3 millions. Easy jet avec 1,2 million, ainsi que Jetairfly 1,1 million de passagers, occupent les troisième et quatrième positions. Quant à Arabia Maroc, elle ferme ce top 5 avec 827.676 passagers transportés l’année dernière. Cette poignée de compagnies représente environ 73% du trafic commercial de passagers enregistré en 2013. S’agissant des aéroports, celui de Mohammed V de Casablanca reste le principal point d’entrée et de sortie. En 2013, pas moins de 7,5 millions de passagers sont passés par cette plateforme, soit 45,8% du trafic global et loin devant Marrakech et Agadir.

Publié 14 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Tourisme, Transports

Mövenpick poursuit son développement au Maroc

Par Athar HOUSNI – leseco.ma

33%36739_eco_14-04-2014_p13.qxp

Avec l’ouverture en 2014 de deux hôtels à Casablanca et Marrakech, la chaîne suisse compte optimiser sa présence sur le marché marocain. Rabat et Agadir sont les villes prévues à moyen terme. Le projet de Marrakech, d’une capacité de 374 chambres, représente un des plus importants projets de Mövenpick dans la région MENA, escomptant des taux de remplissage élevés.

Si les ambitions africaines de Mövenpick ne datent pas d’hier, la chaîne hôtelière suisse compte sur le Maroc comme ouverture hautement stratégique. Stephen Banks, directeur commercial de la région Afrique, le confirme: «Avec le Mövenpick de Tanger et les deux nouveaux hôtels de Marrakech et Casablanca, nous cherchons à établir une synergie à même d’accroître notre présence au Maroc comme en Tunisie où nous disposons de trois hôtels aussi. Notre objectif est d’optimiser le marché nord-africain où les taux d’occupation de nos hôtels dépassent les 60%. Ceci est aussi un moyen pour la chaîne de s’ouvrir sur l’Afrique subsaharienne où elle est à la recherche de nouvelles opportunités».

Deux hôtels pour 2014
Deux hôtels sont prévus courant 2014 à Casablanca et à Marrakech. L’enseigne spécialisée dans la gestion pour compte en matière d’hôtellerie reprend le Husa Casablanca Plaza qui deviendra un Mövenpick à partir de juin prochain. Selon Banks, ce nouveau Mövenpick profitera des atouts de cet hôtel de plus de 180 chambres au cœur de la capitale économique. «Nous prévoyons de bons taux d’occupation dès cet été et voués à rester stables à travers les saisons, compte tenu de la particularité de cette destination économique». Fin 2014, c’est le Mövenpick Marrakech, toujours en construction, qui sera enfin opérationnel. Interrogé sur ce qui fera la particularité de cet hôtel dans une ville touristique où l’offre hôtelière est hautement concurrentielle, Stephen Banks reste confiant sur les performances que réalisera ce projet clé de Mövenpick au Maroc, présenté comme un complexe touristique à l’offre haut de gamme. En plus de sa capacité de 374 chambres, le Mövenpick Marrakech reposera sur une offre attrayante en termes de shopping (avec un mall d’une centaine de boutiques), de restauration (plusieurs enseignes seront présentes tels que Hard Rock Café ou Buddha Bar) et de loisirs (un spa, ou encore une piscine qui sera parmi les plus grandes dans la ville ocre).

Rabat et Agadir
Depuis son implantation à Tanger en 2001 à travers la reprise de la gestion de l’hôtel Malabata, propriété du groupe saoudien Malabata International Corporation, le groupe suisse dévoilait déjà ses ambitions de multiplier sa présence dans plusieurs villes dans le royaume. Si l’Égypte et la Tunisie ont été deux pays prioritaires pour l’assise africaine de la chaîne suisse, cette dernière compte mettre le turbo à moyen terme au Maroc. Selon Banks toujours, les deux prochaines villes où Mövenpick est à la recherche de partenariats et de contrats de gestion sont Rabat et Agadir. Pour le choix de la capitale administrative, sa reconnaissance en tant que patrimoine mondial de l’UNESCO confirme l’attrait de Rabat pour les opérateurs touristiques, notamment Mövenpick.

Un plan de développement pour Tanger
Même s’il est jugé très fluctuant et saisonnier, le marché tangérois représente le premier marché marocain pour Mövenpick où l’opérateur réalise de belles performances. «Les taux d’occupation varient entre 35% en saison basse pour afficher complet durant les vacances d’été», affirme Banks. L’activité du casino représente une part importante dans les résultats du Mövenpick de Tanger. «Le casino et l’hôtel semblent deux offres distinctes en apparence, mais qui sont très complémentaires et indissociables pour la performance du Mövenpick de Tanger». En effet, les clients du casino représentent jusqu’à 20% de la clientèle de l’hôtel. D’une capacité de 280 chambres, l’hôtel connaît depuis 2011 des opérations de rénovation en accord avec le propriétaire, le groupe Malabata, afin de restructurer l’offre et pallier les sous-performances des exercices récents «Nous sommes actuellement en discussion avec la société propriétaire en ce qui concerne les investissements à faire pour la mise à niveau du nombre et de la qualité des chambres et des autres composantes de l’hôtel mais, en attendant, l’hôtel fonctionne normalement et nous nous attendons à une haute saison performante cet été», rassure Stephen Banks, à partir de l’Égypte où le groupe gère tous ses projets en Afrique.

Notons que Mövenpick Hotels & Resort gère un portefeuille de 77 hôtels à travers le monde en se concentrant sur l’Europe, l’Amérique du Nord et la région MENA. Le groupe, détenu à 34% par le saoudien Kingdom Holding, est aussi présent dans la restauration ainsi que la distribution exclusive de produits de grande consommation dont les vins, les cafés et les glaces. L’offre de Mövenpick est donc le résultat de la synergie de ces activités à travers les pays où il est présent, y compris le Maroc.

Publié 14 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Hôtellerie, Tourisme

L’Association Souss Génération et l’Institut Français d’Agadir organisent Les 22, 23 et 24 avril 2014, la 1ère édition du Festival du film amateur EXPRIME TUNARUZ

Microsoft Word - DOSSIER DE PRESSE TUNARUZ[1][1].docx Microsoft Word - DOSSIER DE PRESSE TUNARUZ[1][1].docx Microsoft Word - DOSSIER DE PRESSE TUNARUZ[1][1].docx Microsoft Word - DOSSIER DE PRESSE TUNARUZ[1][1].docx Microsoft Word - DOSSIER DE PRESSE TUNARUZ[1][1].docx Microsoft Word - DOSSIER DE PRESSE TUNARUZ[1][1].docx Microsoft Word - DOSSIER DE PRESSE TUNARUZ[1][1].docx Microsoft Word - DOSSIER DE PRESSE TUNARUZ[1][1].docx Microsoft Word - DOSSIER DE PRESSE TUNARUZ[1][1].docx Microsoft Word - DOSSIER DE PRESSE TUNARUZ[1][1].docx

Publié 14 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Cinéma, Festival, Spectacle

Jazz à l’IFA le 17 avril à 19 H 30 : Gauthier Toux Trio

Jazz IFA_0001

 

Créée à l’automne 2012, cette formation réunit trois musiciens issus de conservatoires supérieurs européens.

Gauthier Toux, leader de la formation, a obtenu son Bachelor à la très réputée Haute Ecole de Musique de Lausanne.
Le batteur Maxence Ibille, également diplômé en 2012 de la même institution, poursuit à présent sa carrière en jouant avec les grands noms du jazz actuel.
Enfin, le contrebassiste, Kenneth Dhal Knudsen, est issu du très célèbre Berlin Jazz Institute.


Cette rencontre dévoile la richesse de leurs univers personnels qui, mis ensemble, se muent alors en un creuset extraordinaire de métissage musical.

 Un petit avant-goût (Concert de Gauthier Toux Trio enregistré le 21 février 2012, au théâtre du Briançonnais à Briançon dans le cadre de l’Altitude Jazz Festival …) :

Publié 14 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Musique

%d blogueurs aiment cette page :