Archives de 26 avril 2014

Retour sur le débat public organisé par le Forum IZORANE du 18 avril 2014 – Quelle mission pour le port d’Agadir ? Atouts, Contraintes et Perspectives

1424302_10203067799231434_9011500036429701332_n

Lors de ce « Débat Public » organisé par le Forum IZORANE le 18 Avril 2014, il semble qu’au delà des approches différentes, les protagonistes sont presque unanimes à constater que la Cité et son vaste arrière-pays ont besoin d’une urgente INTERVENTION de l’Etat en projets structurants fondés sur d’autres assises que les classiques Agriculture, Tourisme et Pêche. 
Au Forum IZORANE, nous préconisons d’investir sur les Highs Technologies, les industries Durables comme les technologies du Solaire, de l’Éolien, de l’Eau, de la biotechnologie…
Un Parc Technopole à dimension internationale et de s’inscrire dans les flux mondiaux vers l’Afrique, vers les Amériques, vers le Moyen-Orient et vers l’Europe…
Nous insistons en tant que cadre associatif actif que l’ECHELLE de traitement des problématiques de la ville – région soit respectée en approche et puis en prérogatives. Et, le Devenir du Port d’Agadir est une AFFAIRE d’intelligence, de concertation et d’Anticipation.
Mohamed Bajalat.

Photos de Mohamed Raïssi prises lors de ce forum :

10317781_10203067804191558_1238351644264386948_o

10296461_10203067806951627_1878564563745819055_o

10285734_10203067805391588_6902662325432106820_o

 

Publicités

Publié 26 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Aménagement, Développement

Le Rallye du Maroc historique, une compétition qui ramène la légende sur les routes

MAP – libe.ma

La 5ème édition du Rallye du Maroc historique, prévue le 18 mai prochain à partir d’Agadir, ouvre une nouvelle page en délaissant les espaces désertiques pour s’élever sur les pentes de l’Atlas et ramener ainsi la légende de cette compétition sur les routes, ont souligné, jeudi à Casablanca, les organisateurs.

gal-2149731

« C’est une vraie fête du sport automobile pour les engagés, qui offre un superbe plateau d’équipages dont une vingtaine de pilotes candidats au sacre et de machines d’exception en quête d’exploits passés sur les traces d’antan et des pistes de cette mythique compétition chargée de souvenirs et d’histoire », a déclaré à la MAP, José Andréani, co-organisateur, à l’occasion de la présentation de cette édition.
Organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette épreuve se déroulera sur près de 2.500 km, dont 25 épreuves spéciales (ES), soit quelque 460 km chronométrés, a-t-il indiqué.
Les équipages de dix-sept nationalités s’élanceront, dimanche 18 mai, pour un prologue de 10 km, une sorte de mise en jambe devant aussi établir le premier classement de l’ordre de départ, le lendemain, pour l’étape Agadir-Tafraoute via Tiznit.
Les engagés entreront ainsi dans le vif du sujet avec un parcours long de 513 km et une journée assez dense, avec quatre ES dont une de 25,4 km variés, et un beau relief Sidi Ifni, a décliné, de son côté, Yves Loubet.
Cinq autres étapes suivront avec Tafraout-Taliouine-Ouarzazate (417 km) avec deux ES s’enchaînant au début de la journée aux portes de Tafraout, puis celle le lendemain reliant Ouarzazate à Bin El Ouidane (391 km) en passant par Demnate. Lors de cette épreuve, les participants côtoieront le massif de l’Atlas où vont se jouer toutes les ES de la journée.
Les concurrents continueront, lors de la 5ème journée, à monter vers le nord en direction d’Ifrane via Khénifra (366 km dont 71,3 km d’ES), puis ils prendront la direction dans l’avant-dernière étape du Lac Massira (459 km et 70,3 km chronométrés), en passant par Khatouat, qui figurait déjà dans l’histoire du Rallye du Maroc. Cet événement s’était forgé une grande réputation dès sa création en 1934 et figurait dans le calendrier du championnat du monde des rallyes, a expliqué M. Loubet.
L’édition 2014 sera marquée par une grande nouveauté en apportant « une touche sociale » à cette compétition, puisque des jeunes handicapés vont prendre le rôle de copilote, a expliqué Benoit Voisin, président de l’Association française Handi Rally Passion, initiatrice de cette occasion en partenariat avec l’Association marocaine « La Vie en bleu » qui vient en aide aux enfants autistes marocains et à leurs familles.
Ce rôle de copilote va les aider à développer leur sens de responsabilité et valoriser, par-là, les potentiels des jeunes autistes et leur capacité à s’intégrer et à communiquer, a-t-il expliqué.
Les deux associations partenaires et les organisateurs du rallye ambitionnent aussi d’ouvrir ce projet à d’autres associations marocaines afin de fédérer le monde du handicap (mental, physique, autiste, non-voyant).
Cette édition, la cinquième depuis la relance du Rallye en 2010 après sa suspension en 1988, verra l’engagement des voitures deux roues motrices, des modèles des années d’après-guerre, construits entre 1950 et 1986, dont des modèles qui n’existent plus en tant que marques, tels les Datsun, les Porsche 911, les Ford Escort (20 véhicules), les Peugeot 504 et 505, les Opel, BMW, Lancia, les Ford Escort, les Talbot, Nissan, Citroen, Ferrari 308, Alfa Romeo, Mercedes et Renault.

Publié 26 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Sport automobile

Maroc : la production a débuté sur le futur plus grand parc éolien d’Afrique

AFP – fr.news.yahoo.com

AFP/AFP/Archives - Le parc éolien de la Compagnie Eolienne du Détroit (CED), près de Tetouan (Maroc).

AFP/AFP/Archives – Le parc éolien de la Compagnie Eolienne du Détroit (CED), près de Tetouan (Maroc).

Le parc éolien de Tarfaya, sud-ouest du Maroc, a produit ses premiers kilowatts et sera entièrement opérationnel à l’automne, devenant alors le plus grand d’Afrique avec plus de 130 turbines et une puissance de 300 mégawatts.

Implanté sur près de 10.000 hectares, à proximité de l’Océan, ses 131 éoliennes –80 m de haut– permettront de subvenir aux besoins en électricité de plusieurs centaines de milliers d’habitants, selon ses concepteurs. Ce projet est emblématique de la volonté du Maroc de couvrir, d’ici à 2020, 42% de ses besoins à l’aide des énergies renouvelables.

A cette date, un total de 4.000 MW devra provenir de l’éolien et du solaire. Dépourvu à ce jour d’importantes réserves en hydrocarbures, le royaume a lancé dès l’an dernier les travaux d’un premier parc solaire géant près de Ouarzazate (sud).

S’agissant de Tarfaya, les travaux ont débuté fin 2012 et, à ce jour, « 88 des 131 turbines ont été montées », a affirmé mardi Mohammed Sebti, le directeur du pôle énergie de Nareva, société marocaine en charge du projet en joint-venture avec les Français de GDF-Suez.

Parmi elles, « 44 ont été raccordées au réseau et les premiers kilowatts ont été livrés le 3 avril », a-t-il annoncé, lors d’une visite de terrain.

Selon lui, la production du site va désormais monter en puissance et sa « mise en service totale interviendra vers octobre, comme prévu ».

D’un coût global de 500 millions d’euros, le parc éolien de Tarfaya deviendra alors le plus important du continent, détrônant celui d’Ashegodae, en Ethiopie, qui compte 84 turbines et produit jusqu’à 120 MW.

Une cinquantaine d’emplois –sur les 700 nécessaires à la construction– seront maintenus en phase d’exploitation.

Si d’autres régions du Maroc sont concernées, le sud-ouest du royaume et son bord de mer désertique battu par les vents constitue le principal chantier en matière d’énergie éolienne: un autre champ tourne déjà à plein régime à Akhfennir, à une centaine de km de Tarfaya. Il compte une soixantaine de turbines, pour une production de 100 MW.

La région de Tarfaya est limitrophe du Sahara occidental, un vaste territoire contrôlé par Rabat depuis le départ du colonisateur espagnol dans les années 1970 mais revendiqué par les indépendantistes du Front Polisario.

Un parc éolien existe déjà à Foum el Oued, près de Laâyoune, et d’autres projets pourraient voir le jour, selon le Conseil économique, social et environnemental (CESE). Cet organisme institutionnel a publié fin 2013 un programme de développement sur 10 ans pour le Sahara occidental, qui prévoit de mobiliser quelque 13 milliards d’euros en recourant davantage à l’investissement privé.

Avec 10 millions de lampes à basse consommation : L’ONEE lance la deuxième phase d’Inara

aufaitmaroc.com

Durant ces dix dernières années, la demande nationale d’électricité a connu une croissance soutenue d’environ 6,7% en moyenne annuelle. Conscient de la nécessité de réduire la consommation d’électricité dédiée à l’éclairage domestique, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) lance la deuxième phase du programme “Inara”, avec 10 millions de nouvelles lampes à basse consommation à installer.

zia_lamparas_445_245_9E283CAC_25042014150855

Dans le cadre du programme “Inara”, visant le remplacement des lampes à incandescence par des lampes à basse consommation (LBC), l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) s’apprête à installer 10 millions de LBC supplémentaires, indique un communiqué de l’ONEE parvenu vendredi à notre rédaction.

Le programme “Inara”, qui s’inscrit dans le cadre du contrat-programme signé en juillet 2008 entre l’Etat et l’ONEE, vise la réduction et la maîtrise de la demande d’énergie électrique, à travers notamment le remplacement, à terme, de 15 millions de lampes à incandescence par des LBC dans les zones où l’ONEE assure la distribution de l’électricité.

À travers le lancement d’“Inara”, l’ONEE veut la réduction de la consommation d’électricité dédiée à l’éclairage domestique, particulièrement la période de pointe du soir, assurée généralement par des lampes à incandescence dont la puissance varie entre 75 W et 100 W.

La première phase du programme, financée par un prêt de la Banque Mondiale, a été lancée en 2008 et a permis, grâce à l’installation d’environ 5  millions de LBC, l’écrêtement de la puissance appelée de l’ordre de 180 MW durant la période de pointe. Ceci se traduit par un gain annuel en investissement de l’ordre de 243 millions de dirhams ainsi qu’une économie de Fioul de 72.530 tonnes par an, et des réductions annuelles de 124.000 tonnes d’émissions de CO2.

Les premières LBC en septembre 2014

Quant à cette deuxième phase, financée par la Banque allemande KfW, elle a pour objectif l’installation de 10 millions de LBC. Elle aura pour effet un effacement estimé à 330 MW en pointe, soit un gain annuel en investissement de l’ordre de 445 millions de dirhams, une économie de Fioul de 132.975 tonnes/an et des réductions annuelles de 228.000 tonnes d’émissions de CO2.

Les LBC choisies par l’ONEE présentent, pour le client, plusieurs avantages. Il s’agit notamment d’une économie d’énergie de l’ordre de 80% pour un même niveau d’éclairage, d’une durée de vie de 12.000 heures, ce qui équivaut à 12 fois la durée de vie d’une lampe à incandescence, mais surtout le meilleur rapport qualité/prix sur le marché.

Les premières lampes seront livrées à partir de septembre 2014 et seront mises à la disposition des clients de l’ONEE à travers son large réseau commercial constitué de 230 agences, 914 points d’encaissement et de ventes externes ainsi qu’à travers le réseau des installateurs agréés.

Publié 26 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Développement, Ecologie, Technique

Institut Français d’Agadir – Lettre d’information de la médiathèque Michel Vieuchange – Mai 2014

unnamed

Publié 26 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Culture

Don du sang demain 27 avril à Agadir, journée organisée par les Inner Wheel du Club Agadir Titrit

Les Inner Wheel du club Agadir Titrit organisent une journée « Don de Sang », le dimanche 27 avril 2014 à partir de 9h00 à Agadir sur l’esplanade située au dessous de la Vallée des oiseaux, côté promenade du Tawada.

Pensez à donner votre sang : vous aussi pourriez en avoir besoin !

Don du sang

Publié 26 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Santé, Solidarité

En avant-première, le clip « Chajra » de BinObin

Bonjour à toutes et à tous,
Voici venu le moment de vous présenter en avant-première le clip de « Chajra » (qui signifie « l’Arbre »), le 1er titre issu de notre nouvel album (sortie au mois d’octobre). Nous avons l’immense plaisir de partager avec vous, avant de le faire avec tout le monde, le résultat d’un travail qui a cristallisé beaucoup d’énergies positives.

Badr et Adlane « BinObin »

 

Publié 26 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Musique

Nareva holding : Comment transformer le vent en or massif

Ilham BOUMNADE – leconomiste.com

  • REPORTAGE DANS TROIS PARCS ÉOLIENS DU GROUPE
  • TARFAYA PLUS GRAND SITE D’AFRIQUE
  • DOUBLEMENT DE LA CAPACITÉ D’AKHFENNIR

A 900 km au sud de Casablanca, c’est un véritable no man’s land sans aucun signe de vie à la ronde. Akhfennir, petite commune que seuls les vrais amateurs de pêche connaissent, a vu son destin changer.

Nareva holding: Comment transformer le vent en or massif
.
Créée suite au découpage communal de 1992, elle est située entre Laâyoune et Tan Tan. Akhfennir abrite 1.871 habitants, selon le recensement de 2004. Avec un littoral de 80 km, la commune vit de pêche et de l’extraction de sel marin dans la Sabkha de Tazgha. Depuis, beaucoup de choses ont changé. Comme sorties de nulle part, 61 éoliennes se hissent à quelques kilomètres de la sortie de la commune. C’est là que la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables se transforme en kilowattheures. Flash back. Il y a 6 ans les équipes de Nareva, filiale de SNI, ont décidé d’être partie prenante de l’ambitieuse stratégie marocaine du développement de 2.000 MW en énergie éolienne. Energie éolienne du Maroc (EEM) filiale de Nareva (75%) et CIMR (25%), a vu le jour pour porter 3 parcs éoliens: Akhfennir (100 MW), Foum el Oued (50 MW) et Haouma (50 MW)). En 2013, Nareva a réalisé un chiffre d’affaires de 500 millions de DH.
Au parc d’Akhfennir, le spectacle est impressionnant sans pour autant agresser le regard ou bousculer la quiétude du désert. Aujourd’hui, Eole est généreux. La vitesse du vent est de 8m par seconde. En fait, les éoliennes ne donnent le maximum de leur rendement que dans un intervalle de vitesse du vent bien précis. En dessous de 3m par seconde, les pales ne tournent pas et au-delà de 25 m par seconde, l’opération devient trop dangereuse et entraîne un arrêt immédiat du mécanisme. Le site d’Akhfenir est connecté à deux départs sur le réseau ONEE vers Tan-Tan et Laâyoune. Une bonne partie de la consommation de Tan-Tan est couverte par le parc. Toutefois, l’énergie éolienne est tributaire du bon vouloir du vent. Par moment, la production est faible ou bien elle est excédentaire. Un vrai gâchis en l’absence de technologie de stockage. Les éoliennes ne sont que la partie émergente de l’iceberg. Pour supporter les 200 tonnes de chaque structure, d’importantes fondations sont construites. S’y ajoute un véritable réseau de câbles souterrains qui relie l’éolienne jusqu’à la ligne aérienne puis au poste. Impossible de s’aventurer dans le cœur de l’éolienne. L’opération nécessite un permis spécial accordé par le constructeur français Alstom. Après le succès du projet, le management vient de décider de doubler la capacité d’Akhfennir.
.
Nareva holding: Comment transformer le vent en or massif

Sur le parc d’Akhfennir, Nareva a opté pour 61 éoliennes de marque Alstom.
La mise en service a été opérée entre janvier et juillet 2013 sur plusieurs étapes
.

Plus au sud d’Akhfennir, non loin de Laâyoune, Foum el Oued est le deuxième parc de l’EEM. La production du site est essentiellement dirigée vers l’OCP. Le dernier parc Haouma est près de Tanger. L’ensemble du projet EEM a nécessité un investissement de 3 milliards de DH. «Le projet contribue à hauteur de 10% dans la réalisation de l’objectif national d’installer 2.000 MW éoliens à l’horizon 2020», explique Ahmed Nakkouch, PDG de Nareva Holding. Il dispose d’un productible de 770 GWH/an, soit l’équivalent de la consommation de la ville d’Agadir. Etudes, travaux électriques, travaux de génie civil et tours des éoliennes ont été réalisés par des entreprises marocaines, soit un niveau d’intégration industrielle de plus de 40%. Les tours sont fabriquées dans les unités de Delattre Levivier Maroc.
Dans la même région Sud, Nareva porte un autre projet beaucoup plus important. Tarfaya, la ville qui a accueilli Saint Exupéry, revendique aujourd’hui le plus grand parc éolien d’Afrique.

Nareva holding: Comment transformer le vent en or massif

Ici les pales de la centrale de Tarfaya en attente de montage.
Les travaux des grutiers pour monter les pales relève presque de l’horlogerie de haute précision.
Chaque mouvement est calculé en fonction de la vitesse du vent
.

Avec un statut de province, Tarfaya abrite 5.614 habitants. Le 3 avril dernier, la centrale a produit ses premiers KW. Ici, les travaux sont toujours en cours de réalisation: 88 éoliennes sont déjà montées sur 131. Les éoliennes sont signées Siemens pour une capacité de 300 MW. Nareva voit encore plus grand. La holding vient d’être pré-qualifiée pour le projet éolien de 850 MW en partenariat avec Taqa et Enel Green Power. «Un tel projet peut justifier l’installation d’un turbinier au Maroc grâce à un volume d’affaires important», estime Nakkouch. Ce n’est qu’à ce moment là que le Maroc peut revendiquer une place de choix sur l’échiquier mondial de l’éolien.

Nareva holding: Comment transformer le vent en or massif

Investir dans les éoliennes requiert beaucoup de patience.
Nareva estime le retour sur investissement sur 10 ans

 

Publié 26 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Aménagement, Ecologie, Région, Technique

La vie de Sanady. Janvier – février – mars 2014

La vie de Sanady

Accompagnons nos enfants vers la réussite

Janvier – février – mars  2014

 

 

Le chiffre du mois :

32 225 heures de cours dispensées depuis la rentrée scolaire à 285 groupes d’élèves par semaine soit 4005 élèves

 

  L’Assemblée Générale!cid_image009_jpg@01CF5A27

L’Assemblé Générale Ordinaire de la Fondation Sanady s’est tenue le jeudi 28 mars à Casablanca.

Les partenaires, les chefs d’entreprises et les journalistes ont assisté à la présentation des activités de la Fondation en 2012-2013 ainsi qu’à la présentation du rapport financier.


Rapport d’activité

La Fondation Sanady a édité son rapport d’activité de l’année 2012 – 2013.

 


Evaluations

Les 1ères évaluations des élèves de Sanady ont eu lieu dans toutes les régions du Maroc et pour tous les niveaux la dernière semaine du mois de janvier.

Cette action est essentielle pour mesurer la progression du niveau des élèves et nous permettre de mieux répondre à leurs besoins.

 

Journées portes ouvertes

A l’issue des premières évaluations, des journées portes ouvertes ont été organisées dans tous les centres pour favoriser les échanges entre les parents, les enseignants et les représentants des entreprises adhérentes 

Ces rencontres très riches ont permis de recueillir les besoins et les attentes des différents acteurs  et de créer plus de visibilité pour tous. 

 !cid_image010_jpg@01CF5A27

Accompagnement spécifique des lycéens de la Fondation Sanady

La Fondation Sanady renforce l’accompagnement de ses lycéens afin de répondre au mieux à leurs besoins et les préparer à l’examen du baccalauréat. A cet effet, des séances supplémentaires ont été ajoutées depuis le mois de mars dans les matières littéraires qui feront l’objet de l’examen. Les autres volets de l’accompagnement  à savoir l’orientation, le coaching et le mentoring sont également maintenus et assurés.

 

Inauguration des travaux de réhabilitation de l’école Klalcha dans le Gharb   !cid_image005_jpg@01CF5A26

L’école primaire de la commune de Klalcha a été entièrement réhabilitée grâce au financement de l’entreprise Roy Agri Maroc. Toutes les salles de classes ont été rénovées, des sanitaires ont été construits et une salle de bibliothèque a été aménagée pour accueillir les élèves et les encourager à lire.

 

Partenariat avec Swing Event   !cid_image006_jpg@01CF5A26

Un partenariat a été scellé entre Swing Event et la Fondation Sanady visant à promouvoir les actions de Sanady auprès des entreprises. L’agence Swing Event est spécialisée dans l’organisation d’évènements golfiques destinés aux entreprises. Elle touche aujourd’hui plus de 800 entreprises au Maroc et 1000 décideurs et dirigeants à travers 7 trophées annuels.  Chaque événement est l’occasion pour Sanady de présenter son programme aux participants et aux décideurs. Les joueurs peuvent par ailleurs contribuer directement au financement du programme Amaly à travers l’achat d’un « jocker » leur accordant un coup supplémentaire lors de leur partie de golf.

 

Ils nous ont fait confiance

!cid_image011_jpg@01CF5A27

Visitez notre page facebook et invitez vos amis à l’aimer

https://www.facebook.com/sanadymaroc?fref=ts

Publié 26 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Associations, Solidarité

%d blogueurs aiment cette page :