Archives de mai 2014

Maroc : Une française escroquait ses clients marocains

afriquinfos.com

Agent immobilier, une française d’une cinquantaine d’années vient d’être emprisonnée. Elle écope d’une peine de prison de quatre mois ferme pour « détournement de fonds ».

La française qui exerçait dans une agence immobilière d’Agadir avait en charge de louer les appartements des locaux aux étrangers en visite au Maroc. Selon elle, les marocains avaient plus confiance en une française qu’en des agents marocains.

Elle gérait ainsi de nombreux biens immobiliers et empochait les loyers versés par les locataires. Au total, la femme aurait détourné environ 7 millions de DH, soit 700 000 euros.

Ce problème n’est pas nouveau puisqu’un reportage avait déjà été réalisé par TF1 en 2010 à propos d’un autre français qui arnaquait également par le biais des biens immobiliers. Le principal problème du Maroc réside dans la quasi absence de recours possible pour les personnes qui se sont fait arnaquer.  Les escrocs profitent de ces défaillances du système judiciaire marocain pour agir à leur guise sans être inquiétés.

Ainsi les plaintes pour spoliations de biens immobiliers, escroqueries, etc… se multiplient sans obtenir réparation. De nombreuses associations de victimes se développent pour lutter contre ce fléau qui génère des pertes de millions d’euros pour les victimes.

Malheureusement, ces « aventuriers escrocs » donnent une image déplorable des français qui vivent ici ! Qu’ils croupissent dans les prisons marocaines !

 

Publié 30 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Immobilier

Départ demain matin à l’aube

Nous partons, Nicole et moi en France demain matin : trajet en voiture :

samedi : Agadir – Tanger

dimanche : traversée du détroit de Gibraltar et le soir, étape en Espagne. Où ? on ne sait pas, ça dépendra de l’heure.

lundi : arrivée à Bayonne.

Le blog continuera à fonctionner pendant notre absence.

Retour prévu pour les derniers jours d’août !

Et on reste par la pensée près d’Agadir !

Agadir - Bayonne

Publié 30 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité

Elever les oasis au rang de patrimoine mondial

libe.ma

.

.

L’adaptation au changement climatique des oasis du Maroc : entre défis et opportunités” est l’intitulé d’une conférence dont les travaux ont eu lieu, récemment à Agadir, en prélude à un voyage de presse devant se poursuivre jusqu’au 31 mai dans plusieurs zones oasiennes du Sud marocain.
A l’ouverture de cette rencontre, qui s’est déroulée en présence de représentants de communes, de chercheurs, agronomes et d’acteurs associatifs, Mohamed Nbou, directeur des études, de la planification et de la prospective au département de l’environnement, a mis l’accent sur l’importance d’associer les médias aux efforts déployés et aux projets réalisés dans les zones oasiennes, notamment ceux liés à la gestion de la rareté de l’eau et de la réutilisation des eaux usées.
Espace vulnérable qui subit de plein fouet l’impact des changements climatiques, le milieu oasien a plus que jamais besoin d’actions concrètes qui, appuyées par les autorités, les instances élues et les populations locales dans le cadre de réseaux, devraient faire valoir les oasis comme un patrimoine mondial tant les défis que cela implique dépassent largement les frontières nationales et régionales, a-t-il signalé.
De son côté, Bruno Pouezat, représentant résident du PNUD à Rabat, a fait observer que le Maroc, de par sa position géographique, fournit un cas d’étude où le changement climatique est un phénomène visible et tangible au quotidien, particulièrement dans les oasis, relevant l’importance de valoriser les actions qui sont menées dans ces espaces, creuset d’une culture et d’une civilisation ancestrales dans le sillage de l’adaptation de l’homme et de la nature aux changements climatiques par d’ingénieux mécanismes de survie.
Il a, à ce propos, indiqué que les projections futures du climat au Maroc, réalisées dans le cadre de la seconde communication nationale sur le changement climatique, prévoient une tendance à des augmentations moyennes de température de +0,6 C, +1,8 C et +3,2 C, respectivement pour les horizons 2015, 2045 et 2075, alors que les baisses moyennes des précipitations, qui seront de l’ordre de -6%, -13% et -19% respectivement pour les mêmes horizons, témoignant d’une situation critique et alarmante dans le futur.
Les travaux de cette conférence se sont articulés autour de quatre séances portant sur “Le défi du changement climatique”, “Les résultats phares du projet d’adaptation au changement climatique : vers des oasis résilientes”, “Les programmes de développement territorial durable des oasis du Tafilalet et du Sud” et “Les technologies agro-climatiques au service de l’adaptation au changement climatique : cas de l’agriculture dans la région d’Agadir (Agrotech)”.
Cette conférence marque le coup d’envoi d’un voyage de presse comportant des visites de terrain à Agrotech-Agadir, des réunions avec les acteurs locaux et la société civile et des visites de plusieurs projets réalisés dans le cadre de la lutte contre le changement climatique dans des oasis à Guelmim, Foum Lahsen, Tata, Foum Zguid, Dadès, Ouarzazate et Skoura.

Jeux de plage

libe.ma

6678474-10207279

L’Université Ibn Zohr d’Agadir organise en collaboration avec la Fédération Royale marocaine du sport universitaire, du 6 au 8 juin prochain, le deuxième festival national universitaire des jeux de plage sous le signe « Ensemble, faisons de notre université un espace de tolérance ».
Un communiqué des organisateurs indique que cette compétition, qui sera marquée par la participation de la majorité des universités du Royaume, aura lieu sur la plage d’Agadir dans les disciplines du beach-volley, beach-rugby et beach-soccer.

Publié 29 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Sport, Université

Résultats à Agadir des élections européennes

elections_1

UMP 245 voix
Bleu Marine 96
UDI Modem 60
Choisir notre Europe PS 55
Europe-Ecologie 51
Front de gauche 36
Debout la France 26
Nous citoyens 19
Nouvelle Donne 17
Europe Citoyenne 15
Force Vie 4
Lutte Ouvrière 3
UPR-IDF 3
Esperanto 2
Pour une Europe des travailleurs et des peuples 2
Citoyens pour le vote blanc 1
Pour une Europe libre 1

Publié 29 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Consulat de France

Rallye du Maroc Historique : le bouquet final !

unnamedunnamed (1)

Publié 28 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Sport automobile

La pêche au Maroc en 1948 part 2 Taghazout et Agadir (le Maroc que j’aime)

La seconde partie est le relevage du filet de « la Madrague »

Publié 28 mai 2014 par Michel Terrier dans Agadir, Pêche, Souvenir

Recherche de pétrole au Maroc : oui, mais non !

biladi.fr

Y a-t-il du pétrole dans le sous-sol marocain ?
Certainement à en croire les promesses faites avant les explorations. Maintenant des forages sont en cours, les résultats sont nettement plus mitigés. Est-ce que le Maroc deviendra un jour un état pétrolier grâce à la découverte de pétrole dans son sous-sol ? Oui à en croire toutes les promesses faites avant le lancement de l’actuelle campagne de forages sur de nombreux sites. -

Alors que tout le monde attendait une explosion de joie synonyme de découverte de pétrole, ou de gaz, les jours, les semaines et les mois défilent sans qu’aucune réelle bonne nouvelles ne soit annoncée, juste des promesses, toujours des promesses. Pourtant, ces promesses semblent réellement reposer sur un élément de réalité : il y a bel et bien du pétrole dans le sous-sol marocain, le groupe irlandais d’exploration pétrolière et gazière, Fastnet Oil & Gas, vient officiellement de l’annoncer. C’est dans son puits d’exploration FA- 1, à Foum Assaka dans l’Offshore Marocain atlantique, au bassin d’Agadir, que du pétrole et du gaz ont été découverts. Si cette nouvelle pourrait être la grande nouvelle attendue, la douche glaciale arrive immédiatement lorsque Paul Griffiths, directeur général de Fastnet, explique que ce puits a été refermé en raison des quantités estimées insuffisantes pour être commercialement exploités. De fait, si le Maroc de dispose pas encore d’un site exploitable, le Royaume sait au moins que son sous-sol contient bel et bien du gaz et du pétrole, ce qui confirme toutes les hypothèses émises précédemment. Il ne reste donc plus qu’à trouver le bon gisement, ce qui ne saurait être qu’une question de temps.

Publié 28 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Technique

Rallye Du Maroc 2014 : Paroles de Corses

  – corse-sport;com

Aujourd’hui Yoann Raffaelli nous raconte son périple depuis Bastia pour le rallye du Maroc 2014.

VANDROME-RAFFAELLI [MAROC 2014]

Bonjour à tous, me voilà redescendu sur terre après une semaine de rallye au Maroc, pour la 4ème édition de ce rallye historique .

Cette année mon pilote Antoine Vandromme et moi-même avions changé de voiture , bye bye la Porsche Gr 3 , coucou Ford Escort RS mk2 Gr 4 une vrai voiture de course qui se conduit tout par les portières .

Donc voilà 1 jour de course nous sommes un peu intimidés vu le plateau, des noms qui ne laissent pas indifférent pour tout passionné. Les frères Panizzi ,Vaison avec une Lancia 037 , Deveza , Munster , Chatriaux , Gâche , de Mevius …  Et puis le départ arrive , on y va tranquille avec le numéro 3 sur les portières. Et puis d’un coup on claque le 2 eme temps identique avec de Vaison , on est trop content mais ça va être de courte durée … Une bobine tombe en panne et la voiture cale et refuse de démarrer , on s’arrête en pleine ville d’Agadir et bien sûr pas les bons outils pour faire le changement. Heureusement nos mécanos arrivent et font le nécessaire et on peut repartir .

Les spéciales arrivent et ne se ressemblent pas, lors de la 2ème étape nous arrivons à faire des temps dans le top 10 ce qui pour nous est vraiment super

Lors de la 3eme étape le sort s’acharne : on casse la boîte de vitesse dès la première spéciale du matin , le souci c’est que nous n’avons plus le pignon de 2ème et faire 1 – 3 avec une voiture avec un moteur très pointu c’est pas facile et c’est surtout le rapport que l’on utilise le plus en rallye … Mais le souci c’est qu’on devait faire 2 spéciales avec cette boîte de vitesse qui ne faisait pas un bruit très net … On fait la 2 ème ES en serrant le c.. , on franchit la ligne d’arrivée, et là les anglais de rallyextrem changent la boîte en 18 minutes ! De vrai pros et on repart

Et bien sûr la guigne nous poursuit on part dans l’ES 8, finit une spéciale de 34 km et là bien sûr la 2 ème bobine lâche au kilomètre 15, la voiture cale. Antoine me dit « c’est sûr c’est ça » , je lui dit : « bouge pas je m’en occupe » , je saute du baquet et là, aïe : la combi le casque , 45 degrés dans la vallée une chaleur de dingue , enfin j’arrive a réparer et on perd 3 mn le rallye a pris là un mauvais tournant pour nous de la 4 ème place on dégringole a la 14 ème … Mais on ne lâche rien, le rallye est long !

Les étapes suivantes on fait les 2ème et 3ème temps, 1 scratch , 4 quatrième temps , et plusieurs 5èmes temps. Le lendemain on repart avec l’esprit d’attaquer : en 2 spéciales on repasse 10 ème et continue notre chemin .RAFFAELLI [MAROC 2014]

Le rallye n’est jamais fini tant que l’on ne franchit pas la ligne d’arrivée …. Et cela va se vérifier dans la  spéciale 20 Bir El Nadir : pas moins de 3 voitures y sont restées devant nous et pas des moindres : Lethier : sortie de route , Barrille avec mon ami Patrick Chiappe : problème mécanique et Munster : moteur cassé , donc là on se calme et on finit la journée. Le lendemain on se retrouve 6 ème avec, derrière nous, Mr Alain Oreille. Une personne extraordinaire et surtout ancien champion du monde Gr N, la classe quand même. Notre objectif est d’attaquer Hansen devant nous à  1minute 27 , on lui reprend environ 15 secondes par spéciale mais ça sera pas assez il gardera l’avantage de 47 secondes d’avance pour la 4 ème place … On finira donc 5 ème et ça sera pour nous déjà un excellent résultat vue la qualité du plateau …

Voilà un rallye du Maroc 2014 purement extraordinaire, c’est une aventure avant tout humaine avant d’être sportive. Et pour moi j’en ai encore plein les yeux et les oreilles du rupteur de la Ford … J’espère à l’année prochaine

vandrome raffaelli podium maroc 2014

Publié 28 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Sport automobile

Maroc : un nouveau record pour les arrivées touristiques

MAP – h24info.maPresse-papiers-1Presse-papiers-3

Publié 28 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme

Lignes maritimes : Deuxième appel de la tutelle

Ali ABJIOU – leconomiste.com

  • Un nouvel appel à manifestation d’intérêt lancé, le premier jugé trop inaccessible
  • Les autorités adoptent l’approche par ligne, plus flexible pour les opérateurs nationaux
  • L’ouverture des plis prévue le 23 juin
Ce 2e appel intervient après le peu d’intérêt montré auparavant par les opérateurs nationaux. Lors du précédent appel, seule la ligne Tanger-ville-Tarifa-Gibraltar avait été attribuée à la société Intershipping.

Ce 2e appel intervient après le peu d’intérêt montré auparavant par les opérateurs nationaux. Lors du précédent appel, seule la ligne Tanger-ville-Tarifa-Gibraltar avait été attribuée à la société Intershipping.

Après l’échec du premier appel à manifestation d’intérêt, le département du Transport vient de lancer un deuxième appel dédié aux opérateurs nationaux. Il s’agit de relier divers ports européens dont celui d’Algésiras à partir des ports marocains. L’appel comme celui qui l’a précédé vise en priorité les lignes en partance des différents ports marocains comme celui de Tanger Med, de Nador, d’Al Hoceima et même d’Agadir, Laâyoune ou Tarfaya. Cette fois, l’appel à manifestation joue la flexibilité et tout opérateur intéressé pourra soumissionner à une ou plusieurs lignes et même proposer d’autres, le cas échéant. La date d’ouverture des plis est prévue pour le 23 juin. Ce deuxième appel intervient après le peu d’intérêt montré auparavant par les opérateurs nationaux. Lors du précédent appel, seule la ligne Tanger-ville-Tarifa-Gibraltar avait été attribuée à la société Intershipping.
Dans le cadre des autres lignes, aucune compagnie maritime n’avait été retenue. C’est le cas des lignes connectant Tanger-Med-Algésiras-Gibraltar et Nador-Alméria, Nador-Motril ou Malaga, Al Hoceima-Motril ou Malaga. Il semble que les offres déposées n’ont pas attiré l’attention des responsables chargés de la sélection.
A noter d’autre part qu’aucune offre n’avait été déposée pour le lot 2 qui comprend les lignes Tanger-Med-Sète, Tanger Med-Barcelone-Gênes ou Livourne, Nador-Sète et le lot 5 avec les lignes Agadir-Îles Canaries, Tarfaya- Îles Canaries et Laâyoune-Îles Canaries. Ce qui montre le peu d’intérêt des professionnels pour les lignes maritimes de longue distance, fortement frappées par la concurrence de l’aérien. D’où la flexibilité de l’appel à manifestation lancé la semaine dernière pour la suggestion de nouvelles lignes. A rappeler que le département du Transport avait lancé en septembre 2013 un appel à manifestation d’intérêt pour l’exploitation de nouvelles lignes entre le Maroc et le sud de l’Europe. Cinq prétendants avaient répondu à l’époque favorablement. Il s’agit d’IMTC, Intershipping et Frs Maroc, Satram et Safina.
A noter que sur ce dossier, le ministère avait fait preuve de sagesse en prêtant une oreille attentive à la demande des professionnels du secteur. Pour les opérateurs, le choix de l’organisation de l’appel en lots incluant lignes rentables et d’autres à lancer n’était pas très attractif. D’autre part, les nouvelles lignes prévues ne faisaient pas bondir de joie les opérateurs dont certains sont gravement touchés par la crise. C’est le cas de la ligne devant relier le Maroc au Portugal. Mais le ministère a révisé sa copie et revu les termes de l’appel à manifestation d’intérêt en octobre dernier. Ce dernier a écarté diverses lignes dont celle du Portugal pour se concentrer sur les lignes qui relient le Maroc à l’Espagne, la France et l’Italie. Une révision qui n’a pas suffi à séduire les opérateurs.

Publié 28 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme, Transports

Cinéma Le film documentaire sous la loupe

A.R.- lematin.ma

Le public fassi a rendez-vous, à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 31 mai, avec la huitième édition des Rencontres internationales du film documentaire. Organisée par l’Institut français, cette manifestation cinématographique connaîtra la projection de plusieurs productions récentes dans le genre documentaire. La priorité est donnée cette année à des documentaires réalisés par de jeunes cinéastes marocains. «Fidèles à leur ligne directrice, les Rencontres internationales du film documentaire de Fès proposent des productions récentes à travers une fenêtre grande ouverte sur ce genre cinématographique. Cette année, l’événement est axé sur le nouveau souffle du film documentaire au Maroc, avec en perspective des productions signées par de jeunes réalisateurs marocains», précisent les organisateurs. Alors que ces derniers proposent une belle découverte des œuvres récentes de réalisateurs marocains en herbe, des documentaristes issus de France, du Sénégal et de Tunisie sont également de la partie, afin de permettre un regard croisé et de faire découvrir au public le fruit de plusieurs années d’efforts, de recherche et de travail soutenu. Et ce sont onze films variés en termes d’écriture et de réalisation, qui seront projetés cette année lors des Rencontres internationales du film documentaire de Fès. Cette diversité se reflète également au niveau des thèmes traités qui concernent, entre autres, l’amour de la patrie, la mémoire collective, la condition de la femme marocaine, l’art et le patrimoine, etc. Les cinéphiles fassis auront ainsi l’occasion de découvrir des films comme «Senghor, le poète président» de Rachid Kasmi, «La Danseuse» de Abdelilah Jouahri, «Métiers du feu» de Ibrahim Idrissi, «Agadir 1960 : Rêves en couleurs» de Brahim Amzil

agadir-1960-rc3a8ve-en-couleur«Ya Oulidi ! Le prix de la douleur», de Joseph El Aouadi-Marando, «Film iranien» de Yassine El Idrissi, «Les murmures des cimes» de Ameur Cherqui, «Femmes hors-la-loi» de Mohamed El Aboudi, «Petits bonheurs» de Mohamed Chérif Tribak, «Joyaux de la tristesse» de Mohamed Nabil ou encore «Ceux du M’sallah» de François-Olivier Louail. À noter qu’une table ronde sur le film documentaire est également au menu de l’événement. Prévue le 30 mai, cette conférence permettra de se pencher sur les alternatives possibles afin d’offrir plus de perspectives au film documentaire, de s’interroger sur les limites imposées à ce genre de productions confiné dans les festivals et quelques chaînes télé et d’aborder les blocages découlant de leur processus de production, de distribution et d’exploitation.

Publié 28 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Cinéma, Festival

Institut Français d’Agadir : Exposition « De Tanger à Tanger » de Mohammed Melehi, du jeudi 5 au jeudi 19 juin à la Galerie du Sofitel Thalassa Sea and Spa

Du jeudi 5 au jeudi 19 juin, l’Institut français d’Agadir accueille l’exposition De Tanger à Tanger de l’artiste Mohammed Melehi. Cette exposition a déjà été proposée à Tanger et à Oujda où elle a été très bien reçue par le public. Par chance, elle se pose quelques semaines à Agadir. Un vernissage en présence de l’artiste aura lieu jeudi 5 juin à 19 heure 30.

Print

EXPOSITION Mohamed MELEHI  

DE TANGER À TANGER…                                       

En présence de Mohamed MELEHI – Artiste peintre

Galerie du Sofitel Thalassa Sea and Spa

Du jeudi 5 au jeudi 19 juin 2014

Vernissage – Jeudi 5 juin à 19h30

Mohammed Melehi, né en 1936 à Asilah, fait partie des premiers artistes marocains ayant travaillé sur l’identité en lien avec les problématiques de l’art contemporain international. Entre Afrique et Europe, il ne cesse d’interroger les origines à travers des symboles qu’il a créés à partir d’archétypes de cultures archaïques, tout en les dynamisant, les renouvelant par la couleur et l’organisation de l’espace. Ainsi la vague que l’on retrouve dans l’ensemble de son œuvre, si elle fait aussi référence à l’environnement maritime dans lequel le peintre a grandi, mer et ciel étoilé, agit comme une vibration colorée qui perturbe et modifie l’espace sur lequel elle se déplace. L’artiste touche à tout. En effet, il a déjà participé à des travaux sur l’architecture, à de l’action painting et à des collages.

Maître de la couleur Mohammed Melehi crée des paysages poétiques grâce à une architecture de formes colorées, toujours allusives où l’abstraction n’évacue pas la référence forte à la nature. Jouant sur les nuances d’une palette où le bleu règne sans s’imposer, il crée, de toile en toile, à travers une répétition de motifs, un rythme accordé aux mouvements même de la lumière se modifiant entre le jour et la nuit. Ainsi, dans l’exposition, une suite de ciels où le gris, le jaune, le vert et le rouge élaborent, dans le silence, une mélodie perceptible au visiteur attentif.

L’Institut français d’Agadir est honoré d’accueillir l’exposition de Tanger à Tanger de Mohammed Melehi à la Galerie du Sofitel Thalassa. Le vernissage aura lieu jeudi 5 juin à 19 heures 30 en présence de l’artiste. C’est pour vous l’occasion de rencontrer l’artiste et de l’interroger sur son parcours, son inspiration.

Entrée libre

 

Publié 28 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Art, Expositions, Peinture

Election des conseillers Consulaires d’Agadir

Source : Consulat Général de France à Agadir.

Proclamation_resultats_AGADIR_

 

 

Publié 27 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Consulat de France

Le Souss tient son salon des produits du terroir

par Fatiha NAKHLI – leconomiste.com

  • La 2e édition se déroule du 5 au 8 juin 2014
  • Une source de revenus à optimiser

 

Le développement de la filière des produits du terroir est un moyen fiable de sortir les zones enclavées, telles les montagnes, forêts et oasis, de la précarité et ce, par la création de richesses et d'emplois.

Le développement de la filière des produits du terroir est un moyen fiable de sortir les zones enclavées, telles les montagnes, forêts et oasis, de la précarité et ce, par la création de richesses et d’emplois.

C’est un rendez-vous très attendu, même s’il n’en est qu’à sa seconde édition. Le Salon national des produits du terroir (Snapt) concerne en effet un secteur porteur qui représente un potentiel de richessese et des leviers économiques qui permettent d’asseoir une agriculture solidaire viable et durable. Le développement de la filière des produits du terroir est un moyen fiable de sortir les zones enclavées, telles les montagnes, forêts et oasis, de la précarité et ce, par la création de richesses et d’emplois. «Notre souci est de valoriser ces produits issus de savoir-faire spécifiques et de multiplier les activités en milieu rural défavorisé », a déclaré Haj Ali Kayouh, président de la Chambre d’agriculture d’Agadir. Pour cela, il est impératif de réduire la chaîne des intermédiaires, du moins de l’organiser, afin de rendre possible une augmentation des revenus des agriculteurs. En effet, le secteur souffre de la problématique de la commercialisation car il est monopolisé par les intermédiaires qui profitent bien plus que les producteurs eux-mêmes. 
Safran, roses, arganier, figue de barbarie, palmier dattier, olivier… Pour tous ces produits du terroir, les conditions d’exploitation restent difficiles. Leur niveau de valorisation est très faible et leurs prix, instables. Ce qui accentue la difficulté d’un développement durable et équitable de ces filières.
Le Snapt, qui aura lieu du 5 au 8 juin 2014 à Agadir à la place Bijaouane, va s’étendre sur près de 12.000 m2 et connaîtra la participation d’une centaine d’exposants venus des différentes régions du pays. Durant les quatre jours de la manifestation et parallèlement aux expositions de produits, matériels et services, des conférences et séminaires seront animés par des professionnels. Fantasias et soirées artistiques sont aussi prévues.
Pour rappel, la deuxième édition du Salon national des produits du terroir (Snapt) est organisée par la Chambre d’agriculture de la région SMD et l’Association nationale des produits du terroir. Les seize régions du Maroc seront représentées. Une occasion pour les unes et les autres de rencontrer les partenaires et d’échanger le savoir-faire et les expériences. Le thème retenu pour cette année est «Nos produits du terroir, un patrimoine culturel pour un développement durable». Vu le choix de l’emplacement du salon en pleine zone balnéaire et de la période choisie, les organisateurs tablent sur un nombre de visiteurs de pas moins de 20.000 personnes.

Publié 27 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Agriculture, Expositions, Salons

Conférence d’Agadir sur les changements climatiques Au secours des oasis

Samir Benmalek – lematin;ma

Les oasis fortement menacées par la hausse des températures.

Les oasis fortement menacées par la hausse des températures.

Les augmentations moyennes de la température de +0,6°C, +1,8°C ou de +3,3°C auront des conséquences inévitables sur les disponibilités en eau dans des zones où le stress hydrique est déjà important. Mais les oasis, fruits de l’adaptation des populations locales durant des siècles à un climat en continuel changement, sont soumises à des pressions de plus en plus fortes, d’où «la nécessité de mettre en place des mécanismes d’adaptation accélérée dans un environnement toujours plus rude», comme l’a souligné Bruno Pouëzat, représentant résident du programme des Nations unies pour le développement (Pnud) au Maroc, lors de l’ouverture de la conférence sur «l’adaptation au changement climatique, entre défis et opportunités», qui s’est déroulée hier lundi à Agadir. Même si les populations oasiennes «n’ont pas attendu nos débats», selon la formule de Mohamed Nbou, directeur des études et de la planification au ministère chargé de l’Environnement, il fallait également mettre en place un cadre qui regroupe les populations concernées, les pouvoirs publics et les institutions internationales. Ce partenariat a pris forme durant la période 2010-2012, qui a connu la naissance du projet spécifique d’adaptation au changement climatique pour des oasis résilientes. Ce programme, financé par le Japon en partenariat avec le Pnud, a été prolongé jusqu’en 2014 et doté de 3 millions de dollars, selon Rachid Tahiri, du ministère chargé de l’Environnement. «Le donateur, qui a vu ses investissements apporter des résultats positifs, a donc décidé d’une deuxième phase avec une intervention du gouvernement marocain», a précisé Bruno Pouëzat qui croit savoir que l’exode rural dans ces régions a diminué et «on a même constaté un retour des populations. C’est un renversement de tendance».

Faire émerger l’économie verte
La première phase de programme est d’abord passée par l’implication des agriculteurs dans différents aspects : gestion des ressources hydriques afin de «décorréler la production agricole et la ressource en eau», renforcement du système d’alerte avec l’entrée en fonction de dix nouvelles stations météo intégrée dans le réseau national, l’éclairage public à partir de l’énergie solaire comme c’est le cas dans la commune rurale de Fezna sur une longueur de 8 kilomètres, nouvelles techniques culturales… Ces réalisations et «le choc du changement climatique qui impose une décision immédiate» offrent également l’opportunité de favoriser l’émergence d’une économie verte. «Si le système économique reste fragile en l’absence d’approche territoriale, la résilience des oasis face aux changements climatiques est un levier vers l’éclosion d’une économie verte», a souhaité Rachid Tahiri. Lors des débats qui ont succédé aux conférences, une intervention d’un élu local a pointé un doigt accusateur sur certains choix de cultures, ce qui explique peut-être cette absence d’approche territoriale : «Cultiver de la pastèque dans une commune comme Tata est un crime», faisant allusion à la grande quantité d’eau, jusqu’à 800 litres, nécessaires pour la production d’une pastèque.

Maroc StartUp : une cinquantaine d’idées présentées à l’escale Agadir

lavieeco.com

La 2e escale de la tournée nationale Startup Weekend Maroc, organisée par StartUp Maroc et Universiapolis en partenariat avec OCP Entrepreneurship Network, a pris fin.

Maroc StartUp

La 2e escale de la tournée nationale Startup Weekend Maroc, organisée par StartUp Maroc et Universiapolis en partenariat avec OCP Entrepreneurship Network, a pris fin. Au total, 220 participants, 47 idées présentées et 16 équipes formées qui ont travaillé avec 12 mentors durant 54 heures pour concrétiser leur projet de start-up ont été enregistrés. Pour cette manifestation, 77% des porteurs de projets sont venus d’Agadir et régions, 11% de Marrakech, 10% de Casablanca. D’autres participants sont venus de Safi, Khouribga, Benslimane, El Jadida, Settat mais aussi de Fès, Meknès et d’Oujda.

80% des participants sont des étudiants âgés de 20 à 25 ans avec plus de 30% de femmes dont 5 ont été porteurs de projets. Cette édition a connu également la participation du plus jeune start-upeur, un collégien de 14 ans qui a travaillé tout au long du week-end à la concrétisation de son projet.

Par ailleurs, une cartographie des acteurs de l’écosystème entrepreneurial marocain a été présentée. Ce document est accessible  à l’adresse http://map.startupmaroc.org/. Déjà 180 intervenants et événements ont été répertoriés, les données sont en cours de qualification et de classement.

Mise en place d’une cartographie des acteurs de l’écosystème entrepreneurial

«Cette plateforme se veut  une source d’information générale qui permettra de centraliser et d’exposer les différents intervenants et événements en relation avec l’entreprenariat au Maroc et nous profiterons de chaque escale dans le cadre de la tournée Startup Week-end Maroc pour renseigner les acteurs de la ville d’accueil», a précisé Naoufal Chama, président de Start-Up Maroc.

Publié 27 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Entreprises

Agadir : Remise des diplômes aux bénéficiaires du programme « UPInnova »

lemag.ma

Les diplômes ont été remis, mardi au siège de l’Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG) d’Agadir, aux bénéficiaires du programme de coopération transfrontalier Unité de promotion de l’innovation « UPInnova », initié dans le cadre de la coopération universitaire des régions de Las Palmas et de Souss-Massa-Drâa (SMD),

6672882-10199097

Cette cérémonie, qui marque la clôture de ce projet de deux ans, a été ponctuée par la présence du président de l’Université Ibn Zohr (UIZ) Omar Halli, du Consul général d’Espagne à Agadir Aleix Garau Montané, de représentants des universités de Las Palmas et de l’UIZ, ainsi que de nombre de lauréats.
D’un montant de 900 mille euros, financé à hauteur de 75 PC par l’UE dans le cadre du programme POCTEFEX, ce projet a bénéficié au niveau de la région SMD à 7 formateurs, 4 administratifs, 60 étudiants et cadres d’entreprises, 10 laboratoires et équipes de recherche et 5 entreprises.

Publié 27 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Coopération, Université

« Session de rattrapage » Samedi 31 mai, à l’Institut français d’Agadir

session de rattrapage  - programme-

Samedi 31 mai, l’Institut français d’Agadir organise la soirée « Session de rattrapage ». Cette soirée est pensée pour les étudiants gadiri. Bien qu’en période d’examens, l’Institut français leur propose de lâcher prise et de décompresser autour de la musique et de la danse. C’est aussi l’occasion pour les jeunes talents d’Agadir et de la région Souss Massa Drâa de présenter leur création. En effet, l’Institut français leur laisse carte blanche : jeunes danseurs, musiciens et Djs vont avoir la chance de faire danser les étudiants.

La soirée « Session de rattrapage » s’organise en trois temps. D’abord, est proposé un karaoké avec des chansons de tout horizon : des chansons en français, en darija et en anglais. L’idée est de se retrouver, dès le début de soirée, entre amis autour de la chanson, de la musique pour un moment de convivialité. Dans un second temps, Omar El Gossairi et MC HKH, deux jeunes rappeurs gadiri porteurs d’un rap créatif et audacieux, monteront sur scène. Et, en fin de soirée, place aux DJs ! Entre autres, DJ Agaboy qui va électriser les étudiants et le Théâtre Plein Air de l’Institut français.

Bien d’autres surprises vous attendent encore !

La soirée « Session de rattrapage » a pour but de favoriser les rencontres entre jeunes talents. L’idée est aussi de profiter de cette soirée pour croiser les genres de musiques, les étudiants, les disciplines, les styles. C’est donc une soirée joyeuse et festive qui est proposée à l’ensemble des étudiants d’Agadir samedi 31 mai à 19 heure 30 à l’Institut français.

Publié 27 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Musique, Spectacle

Le port d’Agadir restera polyvalent

Yassine SABER – lesecos.ma

Le positionnement multifonctionnel figurant déjà dans la nouvelle stratégie portuaire a été soutenu par le Comité de coordination des parlementaires de la région du Souss-Massa-Drâa et par les chambres professionnelles. L’ANP mobilisera à l’horizon 2030 plus de 3,9 MMDH pour l’extension de l’enceinte portuaire d’Agadir.

33%37927_eco_23-05-2014_p10.qxp

Finies les tergiversations concernant le redéploiement des fonctions du port d’Agadir. L’enceinte restera polyvalente avec une forte composante de conteneurisation et une vocation à la fois maritime et touristique confirmée par le renforcement de l’activité des croisières. Si ce positionnement multifonctionnel figure déjà dans la nouvelle stratégie portuaire, il a été soutenu par le Comité de coordination des parlementaires de la région du Souss-Massa-Drâa, mais aussi par une notice de doléances rédigée par les chambres professionnelles. Cette dernière a été adressée en début de semaine à Aziz Rabbah, ministre de l’Équipement, du transport et de la logistique, lors de sa présidence à Agadir de la réunion de concertation sur les perspectives de développement des activités portuaires du Souss. Le trafic global du complexe portuaire d’Agadir a atteint en 2013 près de 4 millions de tonnes, soit 65% de sa capacité théorique (6 MT/an) et 91% de sa capacité opérationnelle (4,3 MT/an), d’où la nécessité de renforcer ses infrastructures pour accompagner l’ensemble de ses activités, qui augmentent annuellement de 7%, contre 4% au niveau national. À cet égard, l’Agence nationale des ports (ANP) prévoit la mobilisation, à l’horizon 2030, d’un investissement global d’environ 3,9 MMDH pour l’extension de l’enceinte portuaire afin d’accompagner le trafic global annuel, qui passera de 4 MT enregistrés actuellement à 16 MT à l’horizon 2030. Pour rappel, le montant d’investissement pour la période 2007-2013 a atteint 194 MDH dont 125 MDH consacrés au commerce tandis que 49 MDH ont été dédiés à la pêche et 20 MDH aux chantiers navals. Cette enveloppe a été orientée vers le renforcement du réseau d’électricité, d’eau et d’assainissement, en plus d’infrastructures portuaires dans le port de pêche et celui de commerce, en l’occurrence l’extension du quai nord, dont les travaux ont atteint 42% avec une 1re capacité de 300.000 conteneurs.

S’agissant du programme d’investissement étalé sur la période 2014-2018 avec un montant égal à 546 MDH, celui-ci prévoit la réalisation d’une station de produits divers, en particulier les minerais, dont l’étude est en cours d’élaboration par l’ANP. Ledit projet consiste en l’aménagement d’un quai de 300 mètres avec une profondeur de 19 m et avec 4,5 ha de terrains plats. En ce qui concerne l’activité des croisières, il est prévu la création d’un nouveau terminal dédié à la croisière au sud-ouest du port. En effet, le nombre de croisiéristes transitant par le port d’Agadir a régressé depuis l’année 2010, passant de 100.000 sur un total de 453.000 touristes au niveau national, pour se situer actuellement à 60.0000 en 2013, soit 55 bateaux par an. Pour améliorer les conditions de transit, le terminal serait mitoyen au quai de la marine royale vers l’extérieur de l’actuel bassin, ce qui permettra son ouverture à la marina et à la zone touristique. L’étude de marché pour explorer les perspectives de développement de cette activité a été lancée. Par contre, la situation actuelle des paquebots transitant par le port de commerce est toujours en deçà des espérances. En plus du déplacement du chantier naval, la feuille de route a programmé également la délocalisation du Centre des hydrocarbures. D’une profondeur de 14 m, cet espace permettra de recevoir la catégorie des bateaux de 60.000 tonnes avec une capacité prévue dudit centre égale à 3 millions de tonnes. Par ailleurs, signalons que deux scénarios ouverts ont été présentés dans le cadre de la stratégie portuaire pour le développement du port d’Agadir. Il s’agit de l’extension de l’enceinte portuaire ou la réalisation d’un autre port à Cap Ghir avec le redéploiement des fonctions de l’actuel port d’Agadir.

Publié 27 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Transports

%d blogueurs aiment cette page :