Agadir : L’hôtel Salam mis aux enchères

par Yassine Saber – leseco.ma

Hôtel Salam - Agadir City Tower

Hôtel Salam – Agadir City Tower. Photo M. Terrier

Le verdict est tombé comme un couperet contre la société «Vocation loisirs SA», propriétaire de l’hôtel Salam (Actuel projet d’Agadir City Tower). Le tribunal de première instance d’Agadir vient d’émettre une annonce afférente à la vente aux enchères du foncier de l’établissement étalée sur une superficie de plus de 2 hectares. La vente de l’hôtel sera lancée en juin prochain à la salle des ventes du tribunal de première instance d’Agadir. Ce verdict fait suite à la saisie-exécution de l’immobilier n°3631/2010 de l’hôtel Salam, fermé il y a plusieurs années, afin que de faire saisir le foncier et récupérer les créances de quelques anciens employés. Le prix initial de vente a été fixé à 35 MDH tandis que les enchères se poursuivront durant 10 jours à l’issue du bouclage de la réception des offres au greffe du tribunal. Toutefois, cette vente aux enchères en première instance intervient au moment où la situation de cet établissement semble aller, malgré le retard accusé en termes d’acquisition d’autorisations de construire, dans le sens du déblocage. La Commission régionale chargée de l’étude et de la prise de décisions relatives aux demandes de dérogations urbanistiques a déjà octroyé son avis favorable à ce projet touristique, notamment la construction d’un hôtel et d’une résidence immobilière pour la promotion touristique (Ript) dans le secteur balnéaire réservé seulement aux hôtels. Argument à l’appui, se débarrasser de l’un des points noirs en matière de chantiers en stand-by depuis des années à Agadir. Le projet sera en effet construit sur les ruines de l’hôtel Salam. Pour rappel, la situation de cet établissement a suscité des questions, tant de la part des professionnels que de la population locale. En effet, depuis sa liquidation judiciaire après l’échec de son plan de redressement, c’est la société «Vocation loisirs SA» qui avait acquis la propriété des lieux et ceci suite à un jugement du tribunal. Dès lors, «Vocations loisirs SA» a consacré un montant d’investissement pour construire une nouvelle unité hôtelière. Toutefois, la société s’est trouvée face à deux obstacles majeurs. Le premier était d’ordre technique et législatif. Conformément au plan d’aménagement homologué d’Agadir, le terrain devant abriter le projet se situe dans un secteur balnéaire. Le second était d’ordre social. Il s’agissait des anciens employés de l’hôtel «Salam», au nombre de 113, (62 restants actuellement), délaissés après la liquidation judiciaire de l’hôtel. C’est ainsi que ledit chantier était resté bloqué durant plusieurs années avant que la société «Vocations loisirs SA» ne décide de le relancer. À suivre…

Publicités

Publié 16 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Aménagement, Tourisme, Urbanisme

%d blogueurs aiment cette page :