Archives de 6 juin 2014

La CCI de Montpellier et la CCIS d’Agadir signent une convention pour développer les opportunités d’affaires et les liens commerciaux entre les entreprises des deux territoires.

montpellier.cci.fr

ccisADans le cadre du développement des échanges entre les entreprises de notre territoire avec les pays du Maghreb, la CCI de Montpellier dans sa volonté de développer son action à l’international et dans le cadre du partenariat avec le Conseil Général de l’Hérault, signent une convention de jumelage avec la Chambre de Commerce d’Industrie et des Services d’Agadir au Maroc.

L’objectif de cette convention, entre André Deljarry, Président de la CCI de Montpellier et Mohamed El Moudène, Vice-Président de la CCIS d’Agadir, est d’ouvrir des opportunités d’affaires et développer les liens commerciaux entre les entreprises des deux territoires.

Cette convention sera signée le mardi 10 juin 2014 à 11h, à l’Hôtel du Département, à l’occasion de l’accueil par André Vezinhet, Président du conseil général de l’Hérault, d’une délégation institutionnelle de la région du Souss Massa Drâa.

Une réunion de travail entre des élus et collaborateurs de la CCI de Montpellier et les membres de la délégation de la CCIS d’Agadir se tiendra le mercredi 11 juin, et aura pour but de fixer les objectifs et actions concrètes à mener d’ici la fin de l’année 2014.

Les 2 chambres consulaires se proposent de conjuguer leurs efforts, en incitant les entreprises à nouer alliances et partenariats axés sur l’innovation et la compétitivité et de promouvoir une coopération aux multiples volets, faite d’échanges, de renforcements de capacités, d’investissements et de croissance sur des bases mutuellement profitables.

Elles se proposent également de coopérer en matière de formation en particulier dans le domaine du management. Les 2 chambres souhaitent ainsi contribuer dans la mesure de leurs moyens et des moyens supplémentaires qu’elles pourront mobiliser au développement des relations économiques entre leurs deux pays.

Publié 6 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Commerce, Coopération, Industrie

Près de 10.000 travailleurs agricoles de Souss-Massa-Draâ risquent d’être mis au chômage Victimes collatérales du nouveau système des prix d’entrée des fruits et légumes sur le marché européen

Naïma Cherii – libe.ma

6698330-10237930

La situation des travailleurs agricoles est de plus en plus difficile. Et la dernière décision du Parlement européen d’imposer un nouveau système des prix d’entrée des fruits et légumes n’arrange pas vraiment les choses. A en croire des syndicalistes de la région de Souss-Massa-Draâ, les ouvriers agricoles sont loin d‘avoir le moral au beau fixe. En cause, les nombreux licenciements qu’il y a eu récemment dans certaines unités de la région, en raison des nouvelles restrictions imposées à l’entrée du marché européen, selon ces mêmes sources.

La Fédération nationale du secteur agricole s’inquiète pour les travailleurs des exploitations agricoles de Souss-Massa-Draâ et a décidé de tenir un point de presse, ce jeudi 5 juin, à Agadir afin de demander aux différents opérateurs du secteur des fruits et légumes de ne pas exploiter la crise pour bafouer les droits de leurs ouvriers.
Les propriétaires des 800 unités agricoles que compte la région de Souss-Massa-Draâ sont tenus de respecter les règles de la concertation sociale et ne doivent en aucun cas profiter de la crise actuelle du secteur des fruits et légumes pour licencier leurs travailleurs, Lahoucine Boulbarj, syndicaliste de l’UMT et membre de ladite Fédération.
Ce dernier nous a déclaré que si rien n’était fait pour protéger les ouvriers, de 8.000 à 10.000 d’entre eux perdront leurs emplois, ce qui aura des effets très négatifs sur le plan social.
«Ces derniers temps, on parle beaucoup de la crise qui menace aujourd’hui le secteur agricole. Cette crise est liée à la problématique de l’eau. Car, pour la deuxième année consécutive, la région connaît une sécheresse aiguë. Mais elle est surtout liée au problème des nouvelles restrictions que les exportations marocaines devront subir sur le marché européen, lors de la prochaine  campagne agricole», explique Lahoucine Boulbarj.
Ce dernier indique qu’«en raison de la nouvelle décision du Parlement européen d’imposer un nouveau système des prix d’entrée des fruits et légumes à partir de la prochaine saison, une douzaine de grandes pépinières (courgette et tomates) ont déjà arrêté leur production, depuis quelques semaines. Quelque 2.000 ouvriers sont aujourd’hui sans emploi et ont perdu tous leurs droits sociaux à cause de cette mise au chômage technique ».
Et le même syndicaliste d’ajouter, non sans inquiétude que «vu la crise et les nouvelles restrictions, il y a eu également un retard en matière de préparation de la prochaine campagne agricole». En cette période de l’année, poursuit-il, «on devait déjà commencer la préparation des terrains. Mais, on a appris qu’il y aura un retard à ce niveau». Car, dit-il, «les investisseurs ont décidé de ne pas emblaver  la totalité des terrains pour la prochaine campagne».  D’après le même syndicaliste de l’UMT, «près de 80% des travailleurs ont déjà été contraints de partir en congé forcé, à cause de la décision de ces investisseurs». Notre interlocuteur craint que cette crise ne soit exploitée par certains propriétaires de la région de Souss-Massa-Draâ. «Les licenciements ont nettement augmenté cette année. Notamment dans certaines unités de la région», déplore la même voix syndicaliste, laquelle accuse certains investisseurs étrangers de ne pas respecter le Code du travail. Avant de conclure, non sans colère : «Ces gens n’hésitent pas à se débarrasser de leurs anciens ouvriers. De plus, rien qu’en avril 2014, six syndicalistes ont été licenciés par ces mêmes investisseurs sans respect de la loi ni justification plausible. Et si les responsables ne font rien pour appliquer la loi et imposer le respect des libertés syndicales, la situation risque de se dégrader dangereusement».

Publié 6 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Agriculture, Emploi

Maroc : Généralisation des bourses d’études à tous les demandeurs l’année prochaine

MAP – lavieeco.com

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi, a annoncé, mardi, la généralisation des bourses universitaires à tous les demandeurs déposant un dossier au cours de l’année académique 2014-2015.

Lahcen Daoudi

Lahcen Daoudi

S’exprimant à la séance des questions orales à la chambre des représentants, M. Daoudi a indiqué que l’enveloppe financière qui sera allouée à cette opération avoisinera les 2 MMDH, faisant savoir que son département a augmenté l’enveloppe accordée aux bourses universitaires au cours des dernières années, la portant de 700 MDH il y a deux ans à 1.4 MMDH durant l’année universitaire en cours.

Il s’agit d’un grand effort qui a pour objectif d’investir dans les jeunes, la science et la création d’une société de connaissance, a relevé M. Daoudi, soulignant la nécessité pour l’université d’assumer son rôle dans l’éducation des Marocains et la formation des cadres pour le tissu économique et social.

Le ministre a, par ailleurs, indiqué qu’une partie des fonds économisés par le gouvernement dans le cadre de la décompensation des prix des carburants sert à apporter le soutien aux étudiants, notamment les démunis, afin de poursuivre leurs études.

Publié 6 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Environnement, Université

Ramadan : Retour à l’heure GMT le 28 juin

aufaitmaroc.com

Le retour à l'heure légale au Maroc (GMT) aura lieu du 28 juin au 02 août prochain, à cause du ramadan. /DR

Le retour à l’heure légale au Maroc (GMT) aura lieu du 28 juin au 02 août prochain, à cause du ramadan. /DR

Le retour à l’heure légale au Maroc (GMT) aura lieu du 28 juin au 02 août prochain, a annoncé jeudi le ministère chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l’Administration.

L’heure devra, ainsi, être retardée de 60 minutes le samedi 28 juin à 03H00, a indiqué le ministère dans un communiqué, précisant que l’heure sera à nouveau avancée de 60 minutes le samedi 02 août à 02H00.

Ce changement a été fait à cause du ramadan prévu en juillet prochain. Le premier jour de ce mois sacré sera soit le 28 juin, soit le 29.

L’heure légale au Maroc sera encore avancée de 60 minutes (GMT+1) le samedi 02 août à 02H00, alors que le retour à l’heure d’hiver est prévu le 31 octobre, soit le dernier dimanche de ce mois.

Publié 6 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Tradition

%d blogueurs aiment cette page :