Archives de 9 juin 2014

10ème édition du tournoi international de Beach Rugby du « Vieux Chameau » les 14 et 15 juin sur la plage d’Agadir

10427236_707756905932934_899372148125598186_n

 

Tournoi International du Beach Rugby « du Vieux Chameau » 10ème Edition : Samedi 14 et Dimanche 15 Juin 2013 – Plage de la Marina d’Agadir
Les 14 et 15 juin 2014, se déroulera à Agadir, sur la plage de la marina, la 10 ème édition du Tournoi International de Beach Rugby d’Agadir et rassemblera, comme chaque année, des équipes nationales et étrangères pour deux journées de sport et d’amitié. Cette 10ème édition sera une occasion unique pour l’Association Sportive du Souss ‘’ASS’’, de remercier ses partenaires, et de leur soutient lors de ces 10 dernières années, comme les « Enfants de l’ovale » et le Conseil Régional du Tourisme d’Agadir Souss Massa Drâa. Les enfants de l’ovale : Transmettre les valeurs du Rugby à des enfants défavorisés ou en manque de repères pour les aider à mieux s’intégrer dans leur environnement.Tel est le credo de l’association des enfants de l’ovale. Depuis maintenant quelques années, l’association Sportive du Souss et l’Association des enfants de l’Ovale travaillent ensemble dans la volonté d’œuvrer dans les domaines de l’éducation et de la pédagogie pour les jeunes via l’apprentissage du Rugby. Et qui de mieux cette année pour venir fêter ce partenariat, Philippe Sella, grand champion de Rugby Français nous fera l’honneur de sa visite. Le CRT (Conseil Régional du Tourisme D’Agadir Souss Massa Drâa) : Depuis 10 ans, le CRT, a intégré cet évènement dans le cadre du plan d’action annuel des activités d’animation en bord de plage de la ville d’Agadir en partenariat avec l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT), et restent les partenaires privilégiés dans le développement de notre association et du sport. Nous remercions aussi l’ensemble de nos partenaires, qui depuis 10 ans nous permettent de mener des actions au quotidien avec des jeunes de la région d’Agadir, et en espérant vivre de belles et longues années de développement à leurs côtés.

Publicités

Publié 9 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Sport

Agadir : 11ème édition du Festival Timitar du 18 au 21 juin 2014

10344775_10203719148408975_2551008862330409920_n (1)

Publié 9 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Musique

Spectacle de  » Art et Danse  » à Agadir, le vendredi 13 juin à 20 H 30 : Casse Noisette

Valse des flocons de neige, fin de l'Acte I (photo tirée de la mise en scène de Rick Dikeman, 1981)

Valse des flocons de neige, fin de l’Acte I (photo tirée de la mise en scène de Rick Dikeman, 1981)

C’est au Théâtre de verdure d’Agadir que Anne Clairet-Doucet vous présentera son spectacle le vendredi 13 juin 2014 à 20 H 30.

Les jolies danseuses Gadiries sous le charme de la baguette magique de leurs professeurs danseront  le merveilleux ballet-féerie Casse Noisette de Piotr Ilitch Tchaikowsky.

Les billets seront à vendre sur place, le soir du spectacle dès 20 heures.

Renseignements au 06 19 40 12 92
Art et Danse, 13 Avenue Général Kettani Agadir

 

ballet-casse-noisette-theatre-national-munich-L-bsMd4y

Publié 9 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Spectacle

Dessalement d’eau de mer à Agadir : la production augmente, les coûts baissent

medias24.com

Osmose et Osmose inverse

Osmose et Osmose inverse

Le contrat signé entre l’Office national de l’eau potable ONEP et le consortium Abengoa et Inframaroc portant sur le dessalement d’eau de mer à Agadir suscite plusieurs interrogations. Ce procédé, réputé pour être énergivore, sera maîtrisé. C’est  ce que nous explique Khalid Tahri, directeur technique et ingénierie à l’ONEP.

Pour un investissement global d’un milliard de DH, la station de dessalement d’eau de mer d’Agadir couvrira l’ensemble des besoins en eaux potable de la région d’Agadir jusqu’en 2030. Elle sera destinée à renforcer les ressources souterraines et superficielles déjà existantes dans la région.

Le procédé d’extraction de l’eau potable reposera sur l’utilisation de la technique d’osmose inverse. Cette technique est basée sur la mise sous pression de l’eau de mer, et permettra pour une quantité donnée, de transformer la moitié du volume d’eau de mer en eau potable. L’autre moitié, doublement concentrée en sel, sera rejetée dans l’océan.

Vous l’aurez deviné. Pour son fonctionnement, la station de dessalement utilisera une quantité importante d’énergie. Cependant, Khalid Tahri nous éclaire sur l’économie d’énergie que permet ce nouveau procédé: «l’utilisation de la pression contenue dans l’eau concentrée en sel permettra un gain en énergie qui peut aller de 35 à 40%. De plus, l’importante capacité de production de l’unité (1.000 litres/seconde) permettra de réaliser une économie d’échelle.» En d’autres termes, lorsque le niveau d’exploitation augmente, le coût y afférent baisse. «Ce volume d’exploitation permettra de réduire la consommation de 5 à 3 kilowatt/heure par m3» précise notre source.

Autrefois coûteux, ces investissements sont aujourd’hui moins onéreux et plus performants. «Il existe actuellement une dizaine de sociétés au monde qui fabriquent des membranes spécialisées dans le dessalement d’eau de mer. La compétition entre ces compagnies permet à la fois de proposer des investissements à bas prix, et une qualité de service plus élevée, notamment en ce qui concerne les machines tournantes.»

171

Il est à noter que le Maroc a été l’un des premiers pays au monde à avoir fait appel à la technologie de dessalement d’eau de mer. En 1975 déjà, le Maroc a installé la première station à Tarfaya. Depuis, il a organisé la veille technologique dans ce secteur. Plusieurs villes sont actuellement équipées de centrales de dessalement d’eau de mer, parmi lesquelles  Laayoune et Tantan.

La station d’Agadir, qui sera opérationnelle fin 2016, sera la plus importante d’entre elles. Le Maroc qui sera sous stress hydrique dans quelques années, n’a pas d’autre choix que de développer le dessalement pour l’eau potable et le recyclage des eaux usées pour l’agriculture. L’une des options qui se présentent serait un couplage dessalement-énergie renouvelable (solaire ou éolien). Pour le moment, c’est un simple rêve.

Ce que pensent les touristes du Maroc

telquel.ma

L’Observatoire du tourisme a mené une enquête de satisfaction auprès des touristes venus visiter le Maroc en 2013. De quoi avoir une idée des atouts et faiblesses de notre pays sur le plan touristique.


Première question : les touristes venus au Maroc en 2013 sont-ils satisfaits de leur visite ? La réponse est largement positive. 70% de nos visiteurs se disent satisfaits voire très satisfaits de leur expérience du Maroc.

TelQuel.ma-ONMT010

Mais les personnes interrogées ne donnent pas la même réponse en fonction de leur nationalité, loin de là… Les Italiens sont ceux qui apprécient le moins leurs séjours au Maroc. Globalement, les touristes étrangers de séjour (TES) sont à 45 % satisfaits et 25 % très satisfaits de leur visite.

TelQuel.ma-ONMT007

Toujours est-il que globalement, nos visiteurs n’ont aucun mal à recommander la destination Maroc. Moins de 2% de nos touristes refusent d’envisager de recommander cette destination.

TelQuel.ma-ONMT014

La satisfaction des touristes est telle que 87 % d’entre eux envisagent de revenir certainement ou très certainement.

TelQuel.ma-ONMT012

Mieux, la moitié de nos hôtes considère que le Maroc est une destination plus satisfaisante que les pays qu’ils ont visités auparavant.

TelQuel.ma-ONMT013

Mais évidemment, toutes les villes du Maroc ne sont pas au même diapason. Agadir laisse rarement indifférent : c’est elle qui remporte la palme des villes à avoir séduit des touristes « très satisfaits » (30%), tout en ayant 4 % de visiteurs peu satisfaits. Globalement Rabat et Marrakech séduisent le plus grand nombre, tandis que Casablanca et Tétouan peinent à convaincre franchement les touristes.

TelQuel.ma-ONMT006

L’intérêt de l’étude est de se pencher sur ce que les touristes retiennent le plus dans leur expérience du Maroc. Les infrastructures et les transports déçoivent… mais heureusement, la population marocaine est là pour compenser :

TelQuel.ma-ONMT005

La destination Maroc joue principalement la carte du patrimoine immatériel, de la gastronomie à l’hospitalité de la population, devant les paysages, le climat et le patrimoine urbain.

TelQuel.ma-ONMT004

 

Trottoirs défoncés, toilettes sales, routes dangereuses, poubelles rarissimes… En revanche, les points négatifs du Maroc du point de vue des touristes attirent l’attention sur les défaillances côté infrastructures.

Les touristes sont le plus déçus devant nos infrastructures et nos transports.

Source : Observatoire du tourisme, Baromètre 2013 de satisfaction des touristes

Publié 9 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Tourisme

%d blogueurs aiment cette page :