Archives de 20 juin 2014

CONCERT CLAUDIA DE SIMONE A L’INSTITUT FRANÇAIS d’AGADIR le 24 juin à 19 H 30

CLAUDIA DE SIMONE A L’INSTITUT FRANÇAIS

Claudia de Simone, accompagné de son pianiste, Angelo Gazzaneo, présentera son programme « Du belcanto à l’opérette » mardi 24 juin à 19 heure 30 à l’Institut français d’Agadir. Elle interprètera, à cette occasion, quelques œuvres des plus grands compositeurs d’opéra, de Mozart à Rossini en passant par Puccini.

Claudia de Simone est italienne, a fait ses études de chant lyrique au Conservatoire de Naples et a travaillé plusieurs années auprès du grand professeur Emma Innacoli. Elle a par ailleurs remporté plusieurs compétitions dont le prestigieux prix « Flegreo » en 2012. Son pianiste, Angelo Gazzaneo, est aussi italien.

263-COVER_25-Claudia-tv-wf

Claudia de Simone, en plus de son concert, se rendra au Conservatoire de musique de Tiznit pour rencontrer les élèves et donner un Master Class. En effet, Claudia de Simone, qui est une pointure de la musique lyrique, est ravie d’échanger et de partager avec les élèves du Conservatoire sa passion.

 

Le concert de Claudia de Simone, cantatrice d’exception, aura lieu mardi 24 juin à 19 heure 30 à l’IFA. Venez vous émerveiller de sa voix, vous laisser porter par les émotions que suscite son chant délicat.

 

Mardi 24 juin à 19h30

Institut français d’Agadir

Sur invitation à retirer à l’IFA

 

et le 25 juin, à Tiznit :

claudia_de_simone-01

Publié 20 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Culture, Musique, Spectacle

La première Newsletter de Dar Si Hmad

La première Newsletter de Dar Si Hmad

Dar Si Hmad est ravie de vous accueillir dans un environnement regorgeant de volonté et de passion forte pour contribuer à la création de meilleures conditions de vie. Dar Si Hmad pour le développement, l’éducation et la culture est une organisation indépendante, à but non-lucratif fondée en Mars 2010.
Nous opérons à Sidi Ifni, la région des ‘Aït Baarmrane et Agadir au sud-ouest du Maroc.

Notre travail est dédié à la création de conditions propices pour l’émergence de situations de vie meilleures et une gestion environnementale durable pour les communautés des Ait Baamrane. Notre partenariat avec ces communautés se traduit par la mise en place de projets de développement qui répondent aux besoins et aux aspirations des femmes, des hommes, et des enfants qui souhaitent améliorer leur qualité de vie de manière générale.

Veuillez cliquer ici pour plus amples informations sur Dar Si Hmad.

Notre Vision & Mission

– Vision: Assurer des moyens de subsistance durables et créer des opportunités auprès des  communautés à faibles revenus afin de les aider à apprendre, à développer des compétences et à prospérer.
– Mission: Dar Si Hmad  permet de promouvoir  la culture  locale  et créer des initiatives durables  à  travers  l’éducation,  l’intégration et l’utilisation de l’ingéniosité scientifique avec les communautés du sud-ouest du Maroc.

Projet de collecte de brouillard

Le manque d’eau est un problème qui affecte profondément la vie quotidienne des villageois dans la région de Aït Baarmrane, en particulier les femmes qui consacrent en moyenne 3 heures et demi par jour à la corvée de collecte de l’eau.

Dar Si Hmad, en collaboration avec plusieurs partenaires nationaux et internationaux, a développé un système de collecte de l’eau de brouillard.

La perte des opportunités associées avec la corvée de l’eau notamment pour les femmes est à présent du temps investi dans des activités génératrices de revenu et dans l’éducation. Ce projet a contribué à l’émergence de meilleures conditions de vie pour la population locale.
Pour plus amples informations sur le projet de collecte de brouillard ou sur les autres projets, veuillez consulter notre site web.

Projet de l’école de l’eau

Dar Si Hmad organise un camp de trois semaines abordant la thématique de l’eau dans des villages des Ait-Baarmrane. À travers des ateliers pratiques, Dar Si Hmad aspire à éveiller la curiosité des enfants autour de l’eau, une ressource rare dans la région. Nous envisageons d’éduquer 50 enfants autour des axes relatifs à l’eau en déployant une approche scientifique permettant une découverte nouvelle de leur monde naturel.

Veuillez consulter notre page Facebook pour plus d’informations sur le projet.

Agadir : Une caravane pour la promotion de l’artisanat

par Abdelfattah Aberbri – lematin.ma

plus de 300 artisans et artisanes, évoluant dans la filière des babouches locales, ont bénéficié de ce programme.

plus de 300 artisans et artisanes, évoluant dans la filière des babouches locales, ont bénéficié de ce programme.

Lancée la semaine dernière, la Caravane de la qualité et de la formation, organisée sur le thème «Ensemble pour l’édification de la génération de la qualité», se poursuivra jusqu’au 27 juin. L’événement est dédié à plus de 2.000 artisans et artisanes relevant des différentes provinces et préfectures, et ce, selon un programme précis et conformément aux besoins et aux particularités de chaque région.

«Le choix porté sur les artisans et les artisanes participant aux travaux de cette caravane a été effectué selon les règles de transparence requises, en accordant une importance particulière à la participation des femmes, notamment celles issues du monde rural et les jeunes porteuses de projets», souligne Hassan Marzouqi, président de la Commission de l’artisanat au Conseil de la région.

La manifestation se décline par une série de conférences académiques et techniques, ainsi que plusieurs ateliers autour de thématiques liées, entre autres, à l’art du modélisme, à la sécurité sanitaire et professionnelle, ainsi qu’à la qualité et la promotion. L’ensemble des activités est animé par des cadres et des spécialistes.
Samir Yazidi, gouverneur de la préfecture de Tiznit, a quant à lui souligné l’importance que revêt cette manifestation dont l’ambition, en particulier, est d’organiser un cycle de formation et de mise à niveau au profit des artisans, ainsi que d’estampiller les produits artisanaux de la province, notamment l’orfèvrerie et la poterie, du sceau de la qualité.

«Cette caravane s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan national élaboré par le ministère de tutelle et dont l’ensemble des axes devrait être concrétisé à l’horizon 2015. Ce plan vise la réhabilitation du secteur et son organisation, le soutien aux artisans à travers le développement de leurs techniques de commercialisation et de promotion, ainsi que leur accès à la formation continue. Valeur d’aujourd’hui, plus de 300 artisans et artisanes, évoluant dans la filière des babouches locales, ont bénéficié de ce programme», a-t-il indiqué.
Étant un levier de développement local et un secteur générateur d’emploi, il est tout naturel que l’artisanat fasse l’objet d’un intérêt particulier. Lequel devrait se manifester par des initiatives similaires, débouchant sur l’accompagnement et le soutien aux artisans. De même, il est impératif de garantir la pérennité de l’artisanat, la formation de nouvelles générations d’artisans, la promotion des produits artisanaux et l’investissement dans la qualité. Les ateliers programmés visent à déceler les particularités esthétiques de création chez les différents participants. Il s’agit notamment de la fonction usuelle des articles et de leur fonction esthétique. Au fil du temps, le produit artisanal a hérité de modes et de genres artistiques, de traditions et d’expressions incarnant les efforts déployés par les artisans en vue de préserver ce patrimoine exceptionnel.


Valorisation de l’arganier

Des ateliers de communication ont été organisés, la semaine dernière, par l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA) dans les provinces de Guelmim, Assa Zag et Tata. Les travaux se sont articulés autour de la stratégie de développement desdites zones, ainsi que des modalités de sa mise en œuvre. Au total, 100 MDH ont été mobilisés pour la réalisation d’une série de projets de développement socio-économiques, faisant l’objet de plusieurs conventions ayant été parafées par les communes relevant des trois provinces. Cette enveloppe budgétaire a été injectée dans la mise en œuvre des programmes prioritaires relatifs à l’accès à l’infrastructure de base, à l’adduction en eau potable, à l’électrification, aux aménagements hydro-agricoles, à la réhabilitation des établissements scolaires et à la réalisation de projets à aspect social et culturel. Cette stratégie vise la valorisation et la préservation des ressources naturelles. L’ANDZOA, a-t-on souligné lors de ces ateliers, ambitionne de fédérer l’ensemble des acteurs pour l’instauration d’un développement durable et équitable au niveau des zones oasiennes et de l’arganier.

Publié 20 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Artisanat, Tradition

Parade cycliste à Agadir le dimanche 22 juin

logo

N’oubliez pas que la commune urbaine d’Agadir organise le dimanche 22 Juin 2014 une parade cycliste, festive et conviviale, à la découverte de la ville. C’est une ballade, libérée des voitures et transformée en laboratoire d’appropriation de l’espace urbain.
Une grande parade de citoyens à vélo qui parcourent la cité et manifestent ainsi leur bonheur de circuler à vélo en ville !

Le départ de cette parade aura lieu de la place devant la mairie. Soyez sur place dimanche matin à 8 H 30 !

24 et 25 juin – L’ADEREE forme au pompage solaire à Agadir

aderee.ma

Pompageours

Dans le cadre de la convention de partenariat signée avec la Région Souss Massa Daraa, l’ADEREE organise le 24 et 25 juin à Agadir une formation sur les systèmes de pompage solaire dans le secteur de l’agriculture, au profit d’un groupe de cadres de la Région et de professionnels du secteur de l’agriculture et de l’énergie. Pour rappel, le module de formation FORMAPOMPSOL forme sur des sujets pointus relatifs au montage et étude technique de projets, au dimensionnement des installations de pompage solaire et aux opérations d’entretien et de maintenance des systèmes.

FORMAPOMPSOL est assuré par des experts Aderee expérimentés dans le domaine de l’énergie solaire photovoltaïque et du pompage, et formés sur la pédagogie de formation selon les standards internationaux.FORMAPOMPSOL comprend des études de cas, ainsi que des exercices de simulations de projets, qui viennent compléter le volet théorique et technique, garantissant une compréhension de la thématique sous tous ses aspects.

Découvrez ici l’offre de formation continue de l’ADEREE, et téléchargez ici la brochure Green Training, le plan de formation de l’ADEREE

Publié 20 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Eau, Ecologie, Environnement, Technique

Quel Agadir en 2030 ?

600_1403196951

Le Mouvement Clarté Ambition Courage Section Agadir vous invite à une rencontre sous le thème : Quel Agadir en 2030 ? Le débat sera encadré par Monsieur Mohammed Lahmine membre du bureau national du mouvement et Monsieur Tariq Kabbage Président du Conseil Communal d’Agadir. La rencontre se tiendra le Samedi 21 Juin 2014 à 15 heures à l’ENCG d’Agadir ( Quartier Salam )

Les producteurs marocains de fruits et légumes vont saisir la Cour de justice de l’UE

par Fatiha Nakhli – media24.com

FruitsandVegetables

A l’heure où nous publions cet article, les producteurs des fruits et légumes étaient en conclave à Agadir pour s’enquérir des derniers rebondissements au sujet du régime d’accès de leurs produits au marché communautaire européen.
La dernière décision de la Commission de l’agriculture et du développement durable du Parlement européen, prise courant avril dernier, avait apporté des modifications aux conséquences désastreuses sur la filière marocaine.
Le vice-président de la Fédération interprofessionnelle des fruits et légumes (Fifel), Omar Mounir, est catégorique. Le meilleur discours à tenir dans pareilles circonstances est celui de la vérité. «Il ne s’agit pas de se voiler la face, la situation est dramatique, mais nous ne comptons pas baisser les bras. La loi est de notre côté », lance-t-il tout de go, quelques minutes avant le démarrage de la réunion. Et d’ajouter, «je ne suis pas un juriste, je ne maîtrise pas le jargon juridique. Mais je suis un agriculteur convaincu du bien-fondé de notre cause».
Pour se faire entendre auprès de la Cour de justice de l’UE, juridiction habilitée à statuer sur ce genre d’affaires, un cabinet d’avocats ayant ses bureaux à Paris et à Bruxelles a été sollicité. «Il est spécialisé en la matière», affirme M. Mounir.
Plusieurs failles ont été décelées par ce cabinet, sur lesquelles il construira son dossier.
Selon Omar Mounir, le premier point porte sur l’obligation des deux parties signataires de l’accord initial de se concerter avant toute rupture ou changement dans les dispositions de l’accord et de trouver un compromis concernant sur les modalités de dédommagement. Chose qui n’a pas été respecté par la partie européenne.
Le deuxième point concerne l’engagement pris par les parlementaires européens d’aller à terme au-delà des acquis apportés par le contrat. « Or, il y a eu recul et non avancement par rapport au contrat initial », commente-t-il.
Le Maroc a jusqu’au 15 juillet pour déposer sa plainte auprès de la Cour de justice européenne. Une fois passé ce délai, il perd toute possibilité de contester les clauses du nouvel acte délégué.
En plus de cette action, la Fifel espère que le Maroc sollicitera l’OMC pour un arbitrage. « En tant que fédération, nous ne sommes pas habilité à le faire. C’est le rôle de l’Etat marocain. D’ailleurs, ce n’est ni le ministère de l’Agriculture, ni la Fifel qui ont signé l’accord avec l’UE, mais le royaume du Maroc »,

Publié 20 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agriculture, Economie, Région

Tenerife et Agadir devoilent 3 projets de coopération d’une valeur de 600 000 euros

Pauline Bussy – yabiladi.com

La délégation espagnole de Tenerife à Agadir pour la mise en place des trois projets de coopération.

La délégation espagnole de Tenerife à Agadir pour la mise en place des trois projets de coopération.

Le conseiller municipal de Tenerife a présenté à Agadir trois projets de coopération avec le Maroc. La délégation de l’ile canarienne conduit par Delia Herrera comprenait des experts dans le secteur maritime et des membres de l’Organisme indépendant des Musées et du Tourisme à Tenerife. Le but de cette rencontre transfrontalière était de renforcer la coopération entre Agadir et Tenerife dans les secteurs du tourisme, du transport et de la culture.

Pour ce faire, trois projets ont été dévoilés, en présence du Wali et du président de la région Souss-Massa-Draa. La mise en place de ce plan coutera en tout 600 000 euros (6,6 millions de dirhams), entièrement financé par le programme de coopération transfrontalière entre l’Espagne et ses voisins.

Parmi les projets, on retrouve « connectport », qui vise à renforcer le trafic maritime entre les ports d’Agadir et de Tenerife pour intensifier les échanges de marchandises et de personnes. Autre mesure : le projet « Drago » qui a pour objectif de promouvoir le patrimoine culturel des deux territoires. Ce dernier va donner des moyens supplémentaires pour développer le secteur de l’écotourisme, et promouvoir les deux destinations. Le dernier projet, « Musa-Gadir », veut développer un partenariat entre les musées d’Agadir et de Tenerife.

Publié 20 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Coopération, Développement

Agadir: Un programme pour réhabiliter la forêt de Mesguina

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com

  • 1.200 ha à reconquérir
  • Une enveloppe budgétaire de 20 millions de DH
Parmi les mesures qui seront mises en place et afin de lutter contre les incendies de forêts, des tranchées pare-feu seront créées sur trois kilomètres, avec aménagement de points d’eau afin de parer à toute éventualité

Parmi les mesures qui seront mises en place et afin de lutter contre les incendies de forêts, des tranchées pare-feu seront créées sur trois kilomètres, avec aménagement de points d’eau afin de parer à toute éventualité

Nouvelle vie pour la forêt de Mesguina. Située dans la commune rurale d’Amskroud, cette  forêt qui a été incendiée en août 2013, s’étend également au niveau de la commune d’Idmine et Ameskroud. En tout, près de 1.200 ha partis en fumée en seulement quelques jours. Beaucoup d’espèces forestières naturelles ont ainsi été affectées, notamment l’arganier, l’olivier sauvage, le caroubier et aussi le thuya. L’abondance de cette espèce a d’ailleurs favorisé la propagation rapide de l’incendie vu qu’il contient beaucoup de résine. La réhabilitation de l’écosystème de cette zone forestière d’Amskroud est une des priorités du Haut commissariat aux eaux et forêts et de lutte contre la désertification (HCEFLCD). Et ceci, à travers l’adoption d’un plan d’opération relatif à la prévention et la lutte contre les feux de forêts au niveau de toutes zones forestières à risque d’incendies, l’élaboration et la mise en œuvre d’un programme spécifique de réhabilitation et de développement local concernant  la parcelle incendiée d’Ameskroud. Bien sûr, avec  la mise en place d’un cadre de coopération et de consultation. Une enveloppe budgétaire d’environ 20 millions de DH a été allouée à ce projet qui s’étale sur trois ans, jusqu’à l’horizon 2016. De fait, il s’agit d’une convention de partenariat entre le HCEFLCD, l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (Andzoa), l’Office régional de mise en valeur agricole Souss Massa (ORMVASM) et le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime.
Dans le détail, il s’agira de procéder à des travaux de sylviculture notamment avec l’installation de clôtures pour une mise en défens. Des coupes de régénération et des coupes de nettoiement seront effectuées d’un autre côté sur la partie ravagée par le feu. Afin de lutter contre les incendies de forêts, des tranchées pare-feu seront créées sur trois kilomètres, avec aménagement de points d’eau afin de parer à toute éventualité. Pour ce qui est des pistes, une nouvelle sera ouverte sur 25 km et une autre réhabilitée sur 15 km. Afin d’encourager les actions génératrices de revenus, l’Ormvasm va procéder à la distribution de ruchers et de caprins de race améliorée productrices de lait pour un montant d’investissement de 3 millions DH. Enfin, il sera procédé au renforcement des capacités à travers un encadrement des associations locales et des coopératives. Et de même, des campagnes de sensibilisation aux risques d’incendies seront menées.  L’élément humain étant la première cause des incendies de forêts.

Publié 20 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Agriculture, Environnement

Agadir : Timitar mixe les genres

par Malika Alami – leconomiste.com

  • Alpha Blondy, Imagination, Orchestre national de Barbès, Saâd Lamjarred… stars du festival
  • L’évènement se poursuit jusqu’au 21 juin
  • Rush des sociétés de production étrangères

12

Onze ans déjà! Le festival Timitar a démarré hier, mercredi 18 juin, avec en ouverture Ahwach d’Aït Baamrane, l’artiste Ali Faiq, l’Orchestre national de Barbès et Rays Outaleb Lamzoudi, sur la scène de la place Al Amal. Sia Tolno de la Guinée Conakry, Jennifer Grout et Nidal Ibourk avec l’ensemble Rachid Zeroual et Lahoucine Aït Baamrane, eux, se sont produits sur la scène du théâtre de verdure. Dès son coup d’envoi, l’événement, fidèle à son concept, donne le ton et offre un festival ouvert sur le monde à travers la programmation d’artistes venus d’un peu partout à travers le globe. C’est cette mixité des genres musicaux et la mise en avant de la culture amazighe dans une ambiance festive qui font depuis onze ans la notoriété de ce festival. La fraternité, l’échange, l’égalité et l’amour de l’autre que renvoie la manifestation depuis plus d’une décennie sont également autant de valeurs universelles qui ont fait sa renommée à travers le monde. Classé parmi les 25 meilleurs festivals internationaux en 2014 par le prestigieux magazine anglais Songlines, il n’attire pas seulement le public local aujourd’hui. Sa diversité culturelle dans une ambiance de cohésion sociale et de paix à l’instar de celle du Royaume qui l’abrite retient aujourd’hui l’attention de beaucoup d’observateurs à travers le monde. Cette année, cela se traduit par la présence au festival de trois sociétés de production dont deux américaines et une française, venues filmer à travers l’évènement les aspects de la culture amazighe au Maroc. Le festival sera aussi marqué par la présence du ministre Aziz Akhannouch qui, malgré un emploi du temps très chargé, y assiste jusqu’à sa clôture. Initiateur de l’évènement depuis 2003, le ministre se mobilise chaque année depuis plus d’une décennie et se bat à travers cette manifestation pour la promotion de la culture dans le Souss. Comme chaque édition, le festival Timitar accueillera d’autres figures VIP. Les ministres Mohamed Boussaid, Lahcen Haddad, Mohamed Ouzzine et Mbarka Bouaïda sont parmi les personnalités annoncées. En provenance de l’étranger, une délégation d’institutionnels canariens est parmi les invités.
Au-delà de ce côté festif, le festival c’est aussi une mobilisation générale dans la ville. Ce sont plus de 5.000 personnes qui s’impliquent pour la réussite de la rencontre. Les plus nombreux sont indéniablement les agents des forces de l’ordre et de sécurité qui sont sur pied du début jusqu’à la fin de la rencontre. Ils seraient près de 3.000 au total à veiller au bon déroulement de l’événement. Normal, ce sont des milliers de personnes qui descendent dans la rue pour vivre pleinement le festival. Comme chaque année, ce sont de fortes retombées économiques pour les commerces en tout genre dans la cité. Les plus prisés bien sûr sont les lieux de restauration et les épiceries.

Les spectacles qu’il ne fallait pas manquer

L’ambiance a été chaude. Jeudi 19 juin, le prometteur Saad Lamjarred a fait danser le public de la place Al Amal. Au théâtre de verdure le même soir, c’est la diva Karima Skalli qui a envoûté le public. Vendredi 20 juin, c’est le groupe Babylone dont le titre Zina a dépassé tous les records et Alpha Blondy, la plus grande star du reggae en Afrique qui animeront la place Al Amal. Au niveau du théâtre de verdure, on retient notamment la programmation du célèbre groupe Imagination. Le festival se clôturera en apothéose samedi avec Hany Shaker et Najat Aatabou sur la scène de la place Al Amal.

Publié 20 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Festival, Musique

Bien-être et remise en forme Agadir accueille le premier Salon international du Spa

MAP – lematin.ma

Le Maroc a tous les atouts pour se classer dans le top 10 des premières destinations mondiales dans le tourisme du bien-être à l'horizon 2017. Ph : MAP

Le Maroc a tous les atouts pour se classer dans le top 10 des premières destinations mondiales dans le tourisme du bien-être à l’horizon 2017. Ph : MAP

«Le choix d’Agadir s’est imposé de lui-même en tant que première station balnéaire du Royaume et chef-lieu de la région Souss-Massa-Drâa», souligne Khalid Daffar, commissaire du Salon.

Le premier Salon international du SPA et du bien-être a ouvert ses portes, jeudi à Agadir, aux visiteurs et exposants de divers produits et services avec, en prime, une série d’ateliers, séminaires, conférences et de démonstrations.

«Le choix d’Agadir s’est imposé de lui-même en tant que première station balnéaire du Royaume et chef-lieu de la région Souss-Massa-Drâa, vivier d’une riche palette de saveurs, de couleurs et de produits de terroir», a souligné dans une déclaration à la MAP, Khalid Daffar, commissaire de ce Salon qui se poursuivra jusqu’à demain vendredi.

Selon lui, le Maroc a tous les atouts pour se classer dans le top 10 des premières destinations mondiales dans le tourisme du bien-être à l’horizon 2017, une niche appelée à s’accroître d’ici là d’environ 14.7% par an, soit un niveau 60% plus élevé que la moyenne mondiale, sachant qu’un touriste de bien-être dépense 130% de plus que le touriste classique tous segments confondus.

Outre le lancement d’un label SPA Maroc avec SPA France, la cérémonie d’ouverture a été ponctuée par des hommages à des supports médiatiques nationaux (radio, TV, revues et magazines) concernés par les questions du bien-être et de la beauté, ainsi qu’à des acteurs et professionnels locaux et régionaux qui s’investissent dans le domaine du bien-être.

Conçue comme une vitrine de la région à l’international, ce Salon se veut, selon ses initiateurs, un espace de rencontre des acteurs du secteur du bien-être dédié à développer et à structurer les segments qui y sont liés, l’objectif étant à terme de mettre en place un Maroc Cluster tourisme et bien-être, surtout que le secteur de la beauté connaît une croissance régulière à deux chiffres depuis une dizaine d’années.

Cette manifestation promet de réunir, deux jours durant, managers, hôteliers et professionnels du secteur avec divers exposants et opérateurs dans le cadre de tables rondes et de séminaires destinés à jeter la lumière sur les nouvelles tendances du tourisme de SPA et bien-être et les technologies mises au point pour répondre aux nouveaux enjeux.

L’importance de cette niche s’explique par le fait que le tourisme de bien-être représente déjà un marché de près de 500 milliards de dollars, soit 14% du marché du tourisme global, a expliqué Khalid Daffar, faisant observer que ce marché atteindra 678.5 milliards de dollars en 2017 avec une croissance d’environ 10% par an, un taux de près de 50% supérieur à celui du tourisme global.

Niche à la confluence du tourisme de santé et du tourisme médical, ce secteur revêt une importance particulière pour Agadir et région au vu de l’évolution du marché mondial des cosmétiques bio qui atteindra 13.2 milliards de dollars en 2018, a-t-il noté, relevant que les produits de soins de la peau représentaient plus de 32% en termes de chiffres d’affaires tous segments confondus en 2011.

Le stand Paradis-Plage

Le stand Paradis-Plage

Publié 20 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Santé

%d blogueurs aiment cette page :