Agadir : Une caravane pour la promotion de l’artisanat

par Abdelfattah Aberbri – lematin.ma

plus de 300 artisans et artisanes, évoluant dans la filière des babouches locales, ont bénéficié de ce programme.

plus de 300 artisans et artisanes, évoluant dans la filière des babouches locales, ont bénéficié de ce programme.

Lancée la semaine dernière, la Caravane de la qualité et de la formation, organisée sur le thème «Ensemble pour l’édification de la génération de la qualité», se poursuivra jusqu’au 27 juin. L’événement est dédié à plus de 2.000 artisans et artisanes relevant des différentes provinces et préfectures, et ce, selon un programme précis et conformément aux besoins et aux particularités de chaque région.

«Le choix porté sur les artisans et les artisanes participant aux travaux de cette caravane a été effectué selon les règles de transparence requises, en accordant une importance particulière à la participation des femmes, notamment celles issues du monde rural et les jeunes porteuses de projets», souligne Hassan Marzouqi, président de la Commission de l’artisanat au Conseil de la région.

La manifestation se décline par une série de conférences académiques et techniques, ainsi que plusieurs ateliers autour de thématiques liées, entre autres, à l’art du modélisme, à la sécurité sanitaire et professionnelle, ainsi qu’à la qualité et la promotion. L’ensemble des activités est animé par des cadres et des spécialistes.
Samir Yazidi, gouverneur de la préfecture de Tiznit, a quant à lui souligné l’importance que revêt cette manifestation dont l’ambition, en particulier, est d’organiser un cycle de formation et de mise à niveau au profit des artisans, ainsi que d’estampiller les produits artisanaux de la province, notamment l’orfèvrerie et la poterie, du sceau de la qualité.

«Cette caravane s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan national élaboré par le ministère de tutelle et dont l’ensemble des axes devrait être concrétisé à l’horizon 2015. Ce plan vise la réhabilitation du secteur et son organisation, le soutien aux artisans à travers le développement de leurs techniques de commercialisation et de promotion, ainsi que leur accès à la formation continue. Valeur d’aujourd’hui, plus de 300 artisans et artisanes, évoluant dans la filière des babouches locales, ont bénéficié de ce programme», a-t-il indiqué.
Étant un levier de développement local et un secteur générateur d’emploi, il est tout naturel que l’artisanat fasse l’objet d’un intérêt particulier. Lequel devrait se manifester par des initiatives similaires, débouchant sur l’accompagnement et le soutien aux artisans. De même, il est impératif de garantir la pérennité de l’artisanat, la formation de nouvelles générations d’artisans, la promotion des produits artisanaux et l’investissement dans la qualité. Les ateliers programmés visent à déceler les particularités esthétiques de création chez les différents participants. Il s’agit notamment de la fonction usuelle des articles et de leur fonction esthétique. Au fil du temps, le produit artisanal a hérité de modes et de genres artistiques, de traditions et d’expressions incarnant les efforts déployés par les artisans en vue de préserver ce patrimoine exceptionnel.


Valorisation de l’arganier

Des ateliers de communication ont été organisés, la semaine dernière, par l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA) dans les provinces de Guelmim, Assa Zag et Tata. Les travaux se sont articulés autour de la stratégie de développement desdites zones, ainsi que des modalités de sa mise en œuvre. Au total, 100 MDH ont été mobilisés pour la réalisation d’une série de projets de développement socio-économiques, faisant l’objet de plusieurs conventions ayant été parafées par les communes relevant des trois provinces. Cette enveloppe budgétaire a été injectée dans la mise en œuvre des programmes prioritaires relatifs à l’accès à l’infrastructure de base, à l’adduction en eau potable, à l’électrification, aux aménagements hydro-agricoles, à la réhabilitation des établissements scolaires et à la réalisation de projets à aspect social et culturel. Cette stratégie vise la valorisation et la préservation des ressources naturelles. L’ANDZOA, a-t-on souligné lors de ces ateliers, ambitionne de fédérer l’ensemble des acteurs pour l’instauration d’un développement durable et équitable au niveau des zones oasiennes et de l’arganier.

Publicités

Publié 20 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Artisanat, Tradition

%d blogueurs aiment cette page :