Archives de octobre 2014

De la Belle Epoque aux Années Folles : le concert de l’ensemble Mouvance au Sofitel Thalassa Sea & Spa

Le Sofitel nous a encore gâtés ce soir, dans le cadre des « Musicales d’Automne » avec ce concert de l’Ensemble Mouvance.

L’ensemble Mouvance, créé par Michel Barré, est composé de 4 musiciens lauréats des plus grands conservatoires de France. Au violon, à la trompette, au trombone, et au piano, les musiciens proposent de la musique de chambre réinterprétée à la façon Belle Epoque ( fin 19ème) et Années Folles (début 20ème)

Quelques photos de ce concert :

IMG_6552

IMG_6553

IMG_6560

IMG_6561

IMG_6568

IMG_6571

IMG_6572

IMG_6574

IMG_6577

IMG_6580

IMG_6581

IMG_6587

 

L’ensemble Mouvance a été longuement applaudi à l’issue de ce concert par le public qui a manifesté son souhait de le revoir dès que possible à Agadir.

D’autre part, l’assistance qui est de plus en plus nombreuse à chaque concert manifeste clairement son engouement pour ces « Musicales d’Automne ». Merci au Sofitel !

Publicités

Publié 31 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Culture, Musique

Agadir disposera d’un CHU en 2018

aujourdhui.ma

Une réalisation qui devrait nécessiter une enveloppe de 1,828 milliard de dirhams, a expliqué le ministre lors d’une réunion au siège de la wilaya d’Agadir avec les députés, élus, représentants des autorités locales et des chefs des services extérieurs.

CHU

 

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Agadir sera ouvert début 2018. C’est ce qu’a annoncé El Hossein El Ouardi, ministre de la Santé, vendredi 31 octobre à Agadir, précisant que la construction est en phase d’étude sur une superficie de 30 ha avec une capacité d’accueil de 841 lits.
Une réalisation qui devrait nécessiter une enveloppe de 1,828 milliard de dirhams, a expliqué le ministre lors d’une réunion au siège de la wilaya d’Agadir avec les députés, élus, représentants des autorités locales et des chefs des services extérieurs.

Les composantes de ce projet comportent la chirurgie cardiovasculaire, les urgences et l’aide médicale urgente, les maladies mentales, l’oncologie et les hémopathies, la médecine à distance et la formation.

En termes de capacité d’accueil, ces composantes se répartissent entre le service d’oncologie (26 lits), les urgences et soins intensifs (68), les spécialités chirurgicales (210), les spécialités médicales (210), la psychiatrie (120), la pédiatrie (78), la gynécologie obstétrique (90 lits et 16 salles d’opération) et un hôpital de jour (30 lits).

Ce projet jouit d’un emplacement idéal au nord d’Agadir sur l’autoroute menant vers Marrakech et des facilités d’accès aux moyens de transport, ainsi que de sa proximité de la Faculté de médecine en cours de réalisation sur une superficie de 10 ha et du Grand Stade d’Agadir.

La région Souss-Massa-Drâa, qui couvre 10 pc du territoire national et compte 10 pc de la population du pays, dispose de 12 hôpitaux (dont un seul hôpital régional) avec une capacité d’accueil de 2241 lits, soit un taux en deçà de la moyenne nationale. Zone à forte attractivité touristique aux plan national et international, la région ne dispose pas, non plus, d’établissements d’enseignement supérieurs ou de recherche scientifique dans le domaine de la santé.

Publié 31 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Santé

Un très beau spectacle à ne pas manquer dans la salle du Zénith au Riu Tikida Beach d’Agadir

Nous avons eu le privilège d’assister hier soir à la Première de ce dîner-spectacle proposé dès maintenant au Riu Tikida Beach, dans la salle du Zénith.

C’est un spectacle de danses orientales de très grande qualité qui est proposé, sur le thème des quatre éléments : l’air, la terre, l’eau et le feu.

Quelques photos de chacun des tableaux :

L’Air

IMG_6293

IMG_6296

IMG_6300

IMG_6307

IMG_6330

 

La Terre :

IMG_6369

IMG_6375

IMG_6381

IMG_6387

IMG_6389

 

L’Eau :

IMG_6430

IMG_6438

IMG_6441

IMG_6452

IMG_6455

 

et Le Feu :

IMG_6490

IMG_6491

IMG_6500

IMG_6505

IMG_6522
Ce spectacle est proposé tous les jours sauf le dimanche :
Ouverture à 20 h 00 et début du spectacle à 20 H 30

Prix du dîner-spectacle : 500 dirhams par personne (justifié par la qualité du spectacle).
IMG_6547

 

Photos M. Terrier

Publié 31 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Danse, Spectacle

Ebola / CAN-2015 : Une délégation marocaine rencontre la CAF

leconomiste.com – AFP

can2015

Une délégation marocaine va expliquer mercredi à Yaoundé, « les raisons » motivant la demande de report de la CAN-2015 à la Confédération africaine (CAF), a indiqué un responsable de la Fédération marocaine de football.

D’après cette source, cette délégation, composée du « ministre des Sports, du président de la fédération de football et du directeur du service d’épidémiologie » au ministère de la Santé, va exposer au président de la CAF, Issa Hayatou, les raisons qui ont poussé le Maroc à demander le report de la plus importante compétition continentale, face à la propagation de l’épidémie d’Ebola, qui a causé la mort de plus de 4.500 personnes.

La visite de responsables marocains à Yaoundé intervient avant un « débat » sur la demande de report de la CAN, programmé en marge d’une réunion du comité exécutif de la Confédération africaine le 2 novembre à Alger. Une rencontre « avec la partie marocaine » devrait se tenir le lendemain, avait indiqué la CAF.

M.Ouzzine avait assuré dans une déclaration à l’AFP qu’aucune « décision définitive » n’avait encore été prise par le Maroc en cas de refus de sa demande de report de la CAN-2015.

La CAF a, de son côté, sollicité les fédérations nationales de plusieurs pays, qui s’étaient proposés pour l’organisation de la CAN-2017, afin de remplacer, le cas échéant, le Maroc pour l’organisation de l’édition prévue l’année prochaine. L’Afrique du Sud, l’Algérie, le Soudan et l’Egypte ont décliné, à cause des menaces de propagation d’Ebola.

La CAN-2015, la deuxième dont l’organisation a été confiée au Maroc, doit se dérouler du 17 janvier au 8 février à Tanger, Rabat, Marrakech et Agadir.

Le tirage au sort de la phase finale est prévu le 26 novembre à Rabat.

Publié 29 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Environnement, Sport

MAROC – USA : UNE SIGNATURE ET UNE EXPO POUR L’ENVIRONNEMENT

Par Asmaa El Kezit – le360.ma

Hakima El Haite, ministre de l'Environnement.

Hakima El Haite, ministre de l’Environnement.

Le nouveau plan de coopération environnementale entre le Maroc et les Etats-Unis a été signé mardi. Dans ce cadre, une exposition sur la pollution des mers circulera dans le royaume ces prochains mois.

En présence de l’ambassadeur des Etats-Unis, Dwight L. Bush, et du sous-secrétaire d’État adjoint chargé de l’environnement, Dan Reifsnyder, Hakima El Haite, ministre déléguée chargée de l’environnement, a procédé, mardi 28 octobre, à la signature du nouveau plan d’action de coopération environnementale, qui concerne la période 2014-2017. Il s’agit du troisième plan d’action depuis la déclaration conjointe de coopération dans le domaine de l’environnement afférente aux accords de libre échange signés entre les deux pays en 2004.

Depuis, divers projets relatifs à l’amélioration de l’état de l’environnement dans le royaume ont bénéficié de l’expertise et du concours de l’Agence américaine pour le développement international. Ce travail coopératif a permis l’amélioration de la gestion des ressources naturelles de plus de 46 000 hectares à travers le pays, et la mise en oeuvre de 260 lois, accords et réglementations visant à la préservation de l’environnement. L’ambassadeur des États-Unis a tenu, lors de ce forum, à féliciter le Maroc pour son engagement relatif aux questions environnementales et la promotion d’une économie verte.

Dans la même perspective, Hakima Haite présidera l’inauguration, le 31 octobre, à l’annexe de l’Académie régionale de l’Éducation à Casablanca, d’une exposition qui traite de la pollution des mers, intitulée « La mer… Destination finale? Projets des déchets plastiques ». Objectif, la sensibilisation et la mobilisation de la société civile pour la diminution de la pollution causée par le plastique dans les zones côtières. Après Casablanca du 31 octobre au 31 janvier, l’exposition rejoindra Tétouan du 20 février au 20 avril, puis Agadir du 5 mai au 5 juillet.

Publié 29 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Coopération, Environnement

Hassad rassure : « Pas de menaces terroristes directes à l’heure actuelle »

aufait.ma – MAP
Les forces de défense et de sécurité déployées à l’aéroport Mohammed V de Casablanca dans le cadre du dispositif « Hadar ». /K. AlaouiHassad rassure : « Pas de menaces terroristes directes à l’heure actuelle »
Dernière mise à jour le 29/10/2014 à 17:40

La mise en place du dispositif sécuritaire « Hadar », notamment mardi à l’aéroport Mohammed V de Casablanca, avec des militaires armés en patrouille, a fait naître beaucoup d’interrogations sur les menaces qui pèsent sur le Maroc. Le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, a tenu à rassurer.

Mohamed Hassad, a affirmé, mercredi à Rabat, que « le Maroc n’est pas confronté, à l’heure actuelle, à des menaces terroristes directes », faisant état de « menaces générales » qui guettent plusieurs pays dont « il faut tenir compte dans notre approche sécuritaire ».

La politique du Maroc en matière de lutte contre le terrorisme est toujours proactive, basée sur les informations disponibles, en témoigne le démantèlement par les services de sécurité de plusieurs réseaux terroristes, a souligné le ministre de l’Intérieur, lors d’une conférence de presse conjointe avec les ministres des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, et le ministre de la Communication, Mustapha El Khalfi.

Mohamed Hassad a noté que c’est dans ce cadre que s’inscrit le lancement du nouveau dispositif sécuritaire « Hadar », destiné à renforcer le plan national en vigueur pour lutter contre les différentes menaces qui pèsent sur le Maroc. Ce dispositif sera déployé dans les villes de Rabat, Fès, Casablanca, Marrakech, Agadir et Tanger.

Pour le ministre de l’Intérieur, le déploiement de ces unités revêt un « caractère proactif et préventif » en vue de rassurer les citoyens et les étrangers.

Tout en mettant l’accent sur la pertinence de l’expérience sécuritaire marocaine reconnue sur le plan international, Mohamed Hassad a indiqué que le Royaume a réussi à démanteler plusieurs cellules terroristes. La dernière a été neutralisée récemment à Kenitra. Elle comprenait un Français, un Marocain naturalisé français et un Algérien, qui s’apprêtaient à rallier les rangs de l’entité terroriste « Daech ».

aufait avec MAP

Publié 29 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité

Tsunami : Le Maroc est-il menacé ?

Par Hayat Kamal Idrissi – lobservateurdumaroc.info,  le 29 octobre 2014

tsu-3

 

Loin de tout sensationnalisme, la menace serait bien réelle ! Des scientifiques sont catégoriques: un méga tsunami provenant des îles Canaries frappera non seulement les côtes atlantiques marocaines, mais également l’Espagne, le Portugal, la Grande Bretagne et atteindra même les côtes américaines. Certains spécialistes prévoient le pire et imaginent déjà des scénarios désastreux. D’après eux, un léger tremblement de terre ou une éventuelle éruption volcanique peuvent déclencher l’une des plus violentes catastrophes naturelles de l’histoire… Seul le timing de ce tsunami reste inconnu, au grand désarroi d’un public mal informé, et encore pire mal préparé à ce genre de catastrophes. Le point.

tsu-2

 

Sismicité marocaine

Ce n’est pas une nouveauté. Le Maroc est situé dans une zone géographique à risques. Les recherches scientifiques et l’histoire le confirment. «Le Maroc, par sa position charnière à l’angle nordouest du continent africain, est le siège d’interactions entre des plaques lithosphériques: Afrique-Amérique, d’une part, et Afrique- Eurasie, d’autre part. Ces interactions se manifestent par une activité sismique non négligeable», affirme le chercheur Driss Bensari dans son livre « Prévision et prévention des catastrophes naturelles et environnementales. Le cas du Maroc». Fort de plusieurs années de recherches et de travaux pour la promotion des programmes internationaux voués à la réduction des risques naturels, le scientifique va plus loin en confirmant que « sur le plan continental, le Maroc se trouve dans la zone d’Afrique la plus active du point de vue sismique. Sur le plan régional et sous-régional, notre pays s’insère également dans la zone méditerranéenne ibéro-maghrébine ; une région bien connue pour son instabilité sismique et comprenant des zones à haut risque», rajoute le chercheur. Des propos qui sont confirmés par le sismologue Taj- Eddine Cherkaoui qui modère cependant en signifiant que le Maroc est loin d’être le Japon en termes de sismicité. «La probabilité d’avoir un séisme de magnitude supérieure à 7 reste faible. Sur une centaine d’observations sismologiques instrumentales, seul le séisme d’Al Hoceima avait une magnitude supérieure à 6 », argumente auparavant le scientifique. Si le Maroc se situe dans une zone géographique modérément « agitée», il est loin de se trouver dans une zone de subduction (une plaque qui s’enfonce sous une autre en causant de fortes secousses) comme c’est le cas au Japon. Autre élément qui diminue l’ampleur des éventuels séismes marocains : la vitesse de rapprochement entre les deux plaques Afrique-Eurasie qui reste faible (0,5 cm/an) en comparaison avec celle enregistrée au Japon (8,5 cm/an) soit 17 fois plus qu’au Maroc. Des chiffres rassurants mais qui n’annulent pas pour autant un historique sismique significatif. Surtout si l’on considère qu’un «séisme qui s’est produit par le passé dans une région précise se reproduira prochainement sans aucun doute dans cette même zone», comme l’attestent les sismologues. L’histoire du Maroc et des pays voisins regorgent de récits de séismes violents et d’autres moins virulents. Les esprits gardent encore vivant le souvenir d’un Agadir dévasté en 1960 et d’une Hoceima meurtrie en 2004. Mais ce ne sont là que les plus récentes catastrophes vécues par les Marocains. Les manuscrits historiques rapportent cependant les récits de séismes encore plus violents survenus des siècles auparavant, que ça soit en terre ferme ou en pleine mer.

tsu-1

 

1755 et les autres

En regardant les images apocalyptiques des tsunamis du Japon survenu en 2011 et celui de Phuket (Indonésie) en 2004, beaucoup de Marocains ont été loin d’imaginer que ça peut survenir au Maroc. Mais, il va falloir réviser ses certitudes car même si beaucoup l’ignorent, le Maroc a bel et bien été frappé dans le passé par un violent tsunami… C’était suite au fameux tremblement de Lisbonne en 1755. Plus connu sous l’appellation du tremblement de terre de «Méknassa Azaytouna», ce séisme est pourtant le plus dévastateur de l’histoire du Maroc. Liée au terrible tremblement de terre de Lisbonne, cette secousse tellurique d’une magnitude de neuf sur l’échelle de Richter a causé plus de 60.000 morts en détruisant la capitale portugaise. Le Maroc ne s’en est pas sorti indemne malgré la distance: ce qui a été épargné par les secousses a été ravagé par le tsunami qui s’en est suivi. D’après les récits des historiens, la totalité de la côte ouest marocaine de Tanger à Agadir a été inondée par de gigantesques vagues ayant atteint jusqu’à 15 m de hauteur et causant d’importants dégâts humains et matériels. «En 1169 de l’hégire, se produisit le grand tremblement de terre au Maghreb, qui détruisit presque complètement Méknassa Azaytouna et fit un nombre incalculable de morts. Parmi les esclaves seulement, il mourut près de 5.000 personnes », rapporte Ahmad Ibn Khalid Al Nasiri dans «Kitab el Istiqsa». Fès et Meknès furent complètement démolies et 3000 personnes trouvèrent la mort sous les décombres. Plus loin sur les côtes atlantiques, le bilan n’est pas moins tragique. Les villes côtières sont surprises par un tsunami ravageur. Dans les courriers de l’Atlas, on cite Ahmad ibn Khalid Al Nasiri décrivant la catastrophe : «A Salé, Il y a eut de grands dégâts, plusieurs maisons étant tombées ; la mer inonda toutes les rues et magasins. La mer se retira sur une grande étendue et des gens étaient allés voir ce phénomène quand tout à coup la mer revint brutalement vers le rivage. Elle dépassa de loin sa limite habituelle et tous ceux qui étaient en dehors de la ville de ce coté là furent engloutis». El Jadida n’est pas épargnée, l’océan s’éleva au dessus de la muraille de la cité et se déversa comme une calamité sur ses artères. Des poissons orphelins de leur mer restèrent dans la ville lorsque cette dernière s’est retirée en rasant sur son passage«terrains de pâture et de culture, bateaux et canots», liton dans «Kitab el Istiqsa». D’autres récits évoquent les dégâts causés par le tsunami à Tanger, Nador, Badis, Larache, Salé, Rabat et même à Marrakech ! Une catastrophe nationale qui malgré son ampleur est rarement évoquée si ce n’est inconnue pour le grand public. Pourtant, c’est là une leçon à tirer d’un phénomène « chronique » qui a tendance à se répéter dans les mêmes lieux à intervalles variables. Deux siècles plus tard, la nature frappe encore au Royaume. Cette fois, c’est Agadir seule qui en fait les frais. Même si le Maroc est sujet à de fréquents tremblements de terre de faibles magnitudes dans les différentes régions, celui d’Agadir survenu en 1960 fut particulièrement meurtrier. Ne dépassant pas 5,7 de magnitude sur l’échelle de Richter, il emporte pourtant 12.000 victimes. La ville a été presque rasée malgré la relative faiblesse du séisme. Les spécialistes dénoncent l’inadéquation des constructions et le non respect des normes. 40 ans plus tard, un séisme de magnitude 6,3 frappe à nouveau, plus au nord, à Al Hoceima. Les dégâts sont moins importants mais il fait tout de même 629 morts.

Sans-titre5

 

Méga tsunami, la menace

Provoqué par des séismes en milieu marin, les tsunamis sont souvent d’une violence particulière. Ravageurs, leurs dégâts dépassent de loin ceux provoqués par les séismes en terre ferme. Au Maroc, les capteurs sismiques du réseau national détectent souvent des secousses telluriques en milieu marin. Cependant, les spécialistes minimisent leur menace vu la particularité de la zone océanique marocaine. Cette dernière se caractérise par l’importance de la longueur des failles. Un autre facteur minimisant les risques est également évoqué par les sismologues : la profondeur du foyer du séisme. Décryptage : ce sont les séismes superficiels qui provoquent les tsunamis et non pas ceux intermédiaires et profonds. Ceci dit le risque d’un tsunami provoqué par un tremblement de terre en haute mer n’est pas tout à fait omis. Toutefois d’après certains scientifiques, le véritable danger réside ailleurs. Il guette du côté de l’île de Palma dans l’archipel des Canaries. Depuis plusieurs années, les études se multiplient et s’accordent sur l’ampleur de la menace qui plane sur les côtes atlantiques du Maroc. En 2001, un premier article signé par l’Américain Steven Ward et le Britannique Simon Day et publié par la très sérieuse revue scientifique Geophysical Research Letters, évoque l’éventuel effondrement du volcan Cumbre Vieja, situé sur l’île de Palma aux Canaries. D’après les chercheurs, une faille s’est creusée au niveau du mont, dans les années 1950 suite à l’éruption horizontale (et contre nature) du volcan sommeillant. Au fil des ans, cette faille n’a cessé de grandir en augmentant le risque d’un effondrement apocalyptique du mont. D’après les scénarios les plus pessimistes, ce dernier générera un mega tsunami à la puis- sance illimitée vu le volume représenté par la montagne détachée : une énorme entité longue de 25 km, large de 15 km et épaisse de 1.400 mètres soit un total de 500 kilomètres cubes de rocher. Colossal ! «La première vague aurait des conséquences catastrophiques sur les Canaries. Le cataclysme est d’une infinie puissance. On n’y peut rien, il faut juste fuir !», explique auparavant Charles Watson, responsable recherche et développement au Kenetic Analysis Corporation (voir entretien), dans un reportage sur le méga tsunami, ayant fait dernièrement le buzz sur le net. D’après les chercheurs interviewés dans ce documentaire alarmant, la vague qui atteindra les côtes marocaines sera d’une hauteur de 150 m, soit trois fois la tour Effel ! L’Espagne et le Portugal verront déferler une vague de 40 m tandis qu’en Angleterre, elle ne dépassera pas les 8 m. Les côtes Est américaines, ne seront pas épargnées non plus et seront touchées par les vagues dévastatrices. «Les Caraïbes et Bermudes seront complètement rasés» prédisent les scientifiques. Un méga tsunami qui prend de plus en plus les allures d’une catastrophe internationale. Mais au-delà des scénarios apocalyptiques décrits par les scientifiques, peut-on prévoir l’heure ou la date du méga tsunami ? Les chercheurs répondent en choeur : rien n’est plus incertain ! Il suffit d’une légère secousse pour provoquer l’indéniable. Pour Pedro Hernandèz, responsable prévision à l’Institut volcanique des Canaries, «une cellule de veille a été montée dans l’objectif de guetter les signes précurseurs d’une irruption volcanique vu que cette dernière peut provoquer un tremblement de terre ». D’après le scientifique, chaque irruption est accompagnée d’une augmentation de la sismicité. Aux Canaries, un séisme volcano-tectonique est pratiquement probable et prévisible. « Mais ça ne laissera que quelques heures pour une éventuelle évacuation des habitants loin du danger », note-t-il dans le même documentaire . Un point crucial, vu qu’au Maroc, il a fallu attendre la diffusion d’un documentaire scientifique étranger sur les réseaux sociaux, pour que l’on apprenne enfin l’existence d’une telle menace. Pire, en essayant durant deux semaines de contacter le responsable du service prévision de l’Institut de géophysique, pour de plus amples explications, nous avons été refoulés à chaque tentative de communication. Peut-on s’attendre à un véritable travail de prévision de telles catastrophes lorsque le chef de la cellule de veille est toujours absent de son poste ? Grande question qui se rajoute aux autres doutes par rapport à la gestion des situations de crises en cas de catastrophes naturelles. Sachant qu’aucune formation ou préparation à l’affrontement de telles situations n’est proposées que ça soit dans le milieu éducatif, associatif ou professionnel. Dans un pays où les scientifiques s’accordent sur sa prévalence en termes sismiques, on gagnerait à renforcer le système de prévision, à s’ouvrir sur les expériences d’autres pays tout en se préparant et en préparant les populations…au pire.

Publié 29 octobre 2014 par Michel Terrier dans Agadir, Environnement

INAUGURATION D’UNE ÉCOLE BIOCLIMATIQUE AU MAROC

carenews.com

Mercredi 15 octobre, les enfants du village d’Aknaibich, près d’Agadir au Maroc, se sont installés dans leur toute nouvelle salle de classe.
.

.

Avec leur institutrice, ces jeunes écoliers de 3 à 6 ans ont découvert leur nouvelle école maternelle dont la construction a été rendue possible grâce au soutien du programme Action Carbone Solidaire de la fondation GoodPlanet. Cette école maternelle n’est pas tout à fait comme les autres puisqu’elle est dite bioclimatique : elle est construite en matériaux naturels et locaux (galets de l’oued, terre crue, bois, paille et roseaux), selon des techniques traditionnelles, mais également avec des inspirations plus modernes (techniques solaires passives et parasismiques).

Ce projet a initié la synergie de tous les acteurs locaux, de la mise à disposition du terrain à l’achat de mobiliers et d’équipement scolaire pour les petits élèves, en passant par l’aide logistique fournie par les jeunes du village pour l’accueil des architectes sur place.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, puisque la Fondation GoodPlanet accompagnera cette école pendant les 2 ans à venir au travers de la création d’un club environnement, de la mise en place d’un potager  biologique et d’une correspondance scolaire avec de jeunes français.

Pour en savoir plus sur les activités de la Fondation GoodPlanet.

Publié 29 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Ecologie, Scolarité

Art de vivre : Agadir la Blanche exposée à Londres

infomediaire.ma

Agadir-vue-generale

Autour de Abderrafie Zouiten, Directeur général de l’Office National Marocain du Tourisme, et de Mr Benhamanne, President du CRT d’Agadir, de nombreuses personnalités viendront fêter « Agadir La Blanche » et son art de vivre au « Il Botaccio » de Londres !

La Princesse Lalla Joumala, Ambassadrice du Maroc au Royaume-Uni, sera également présente à cette soirée en hommage à cette ville balnéaire aux mille et une facettes.

Publié 29 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir

Pourquoi la capitale du Souss boude la gestion déléguée

par Noureddine EL AISSI – leconomiste.com

  • Elle coûte chère avec une qualité de service contestée
  • La gestion directe a permis de dégager un excédent de 230 millions de DH en 2013
  • Les SDL constituent un outil pour améliorer la gouvernance locale
Pour Tarik Kabbage, maire de la ville d’Agadir, il est très difficile d'attirer des compétences dans les communes en raison de salaires peu motivants, et souvent les compétences manquent pour le pilotage efficace des grands projet (Ph. L'Economiste)

Pour Tarik Kabbage, maire de la ville d’Agadir, il est très difficile d’attirer des compétences dans les communes en raison de salaires peu motivants, et souvent les compétences manquent pour le pilotage efficace des grands projet (Ph. L’Economiste)

– L’Economiste: On constate ces derniers temps, notamment dans les grandes villes, la création de sociétés, SDL ou SA, pour prendre en charge une partie des tâches relevant des communes. Comment appréciez-vous cette mesure?
– Tarik Kabbage, maire d’Agadir: Sur ce point, il convient de rappeler que la Charte communale de 2009 avait introduit la notion de Société de développement local (SDL), un modèle qui existe dans de nombreux pays pour une meilleure gestion des services aux citoyens dans des domaines comme la collecte des déchets, le transport urbain, la distribution de l’eau et de l’énergie et l’assainissement liquide. C’est donc une gestion déléguée à une société dont le capital peut être détenu en totalité ou partiellement (partenaire institutionnel ou privé) par la commune. L’avantage réside dans une plus grande efficacité avec allégement des procédures tout en maintenant l’esprit du service public. La ville d’Agadir a prouvé qu’il est possible de mieux se gérer avec une meilleure qualité de service que dans bien des villes qui ont confié au privé la gestion déléguée de certains services.
– Mais on reproche aux élus un manque de compétence ainsi que leur indifférence à la chose locale. Les cas de Casablanca et Rabat constituent un exemple dans ce sens. Qu’en pensez-vous?
– S’ils sont incompétents, la responsabilité revient, en principe, à leurs partis politiques qui les ont choisis et aux citoyens qui les ont élus. Il y a aussi le boycott des élections par une partie de la population, ce qui ouvre la porte à l’incompétence. Le mode de scrutin ne permet pas de dégager des majorités fortes, et par conséquent un président avec une équipe homogène. Une telle situation rend difficile le pilotage par les élus des projets de développement et de gestion de leurs communes dans de bonnes conditions. Il faut aussi signaler que les communes ne peuvent pas drainer des cadres compétents, car les salaires ne sont pas très motivants par rapport à d’autres administrations et sociétés.
– Comment procédez-vous au pilotage des projets pour la ville d’Agadir?
– Avec quelques vice-présidents,  nous en sommes à notre deuxième mandat. Le pilotage des projets se fait correctement, mais il dépend aussi des compétences dans l’administration communale. Au cours du premier mandat, nous avons réalisé un programme que nous avons intitulé « projets structurants » sur un montant, de 1,2 milliard de DH sur la période 2006-2010. Nous avons réalisé la promenade maritime sur 5 km, la réhabilitation ou la réalisation de nombreuses voies, l’éclairage public, des projets de loisirs et de sport dans les quartiers.
Forts de cette expérience, nous avons voté le Plan communal de développement qui est la traduction des aspirations des citoyens et de notre programme politique. Ce programme est réalisé avec les moyens de la commune pour une enveloppe de 1,1 milliard de DH. Il intègre les projets des différents ministères concernés en particulier l’Education et la Santé. Il est la continuité de l’action menée au cours du premier mandat. A la fin de notre deuxième mandat, tous les quartiers de la ville auront bénéficié de  projets dans les domaines des infrastructures (voiries, éclairage) et d’équipements de proximité dans les domaines du sport, du social et de la culture dont nous venons d’aménager le conservatoire de musique.
– Et pour le financement?
– Nous essayons d’assurer une gestion rationnelle de nos ressources pour dégager des moyens permettant le financement d’une partie de nos projets. L’année dernière, nous avons réussi à dégager un excédent budgétaire exceptionnel d’environ 230 millions de DH dont 85 millions provenaient de la taxe sur les terrains non bâtis. Il faut aussi signaler que notre ville est parmi les rares qui ne recourent pas à la gestion déléguée. Ce qui nous a permis de maîtriser la qualité de la gestion de nos services, y compris leur coût. C’est le cas notamment de la collecte des déchets dont la tonne nous revient à 230 DH contre plus du double dans certaines villes. Il faut signaler que dans le cadre du PCD, nous avions envisagé la mise en place des SDL, notamment dans les domaines  des déchets, de l’énergie et des infrastructures. Mais ces projets n’ont pas abouti suite au refus du ministère de tutelle.  Aujourd’hui, les choses changent et une SDL intercommunale devrait voir le jour pour la réalisation de voies dans le Grand Agadir et en particulier dans le transport urbain avec la première voie de Bus Way (bus à haut niveau de service), un projet de 800 millions de DH.

Publié 29 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Environnement, Urbanisme

Aéroport Agadir Al Massira : Arrivée du premier vol charter en provenance d’Islande

lematin.ma – MAP

C’est une première pour la destination. Le premier charter back to back à partir de l’Islande et à destination d’Agadir Ph : MAP

C’est une première pour la destination. Le premier charter back to back à partir de l’Islande et à destination d’Agadir Ph : MAP

Un premier vol charter back to back, à bord d’un Boeing 737-800 avec 187 passagers en provenance de la capitale d’Islande Reykjavik, a atterri, lundi à l’aéroport Agadir Al Massira, dans le cadre d’un programme assuré par le tour-opérateur «Heimferdir».

Ce vol inaugural, assuré par la compagnie aérienne «Primera Air», s’inscrit dans le cadre d’un programme de 9 nuitées tous les dix jours à passer dans les établissements touristiques d’Agadir.

A leur arrivée à l’aéroport, les passagers ont été reçus par l’offre de roses, thé et gâteaux marocains, au rythme d’une animation folklorique amazighe.

Cette opération d’accueil a été organisée par l’Office national marocain du tourisme (ONMT) et le Conseil régional du tourisme, en collaboration avec l’administration de l’Aéroport d’Agadir Al Massira.

Publié 29 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme, Transports

Agadir Morocco Triathlon : 4ème édition Samedi 1er Novembre 2014

Images intégrées 1 Images intégrées 2Images intégrées 3Images intégrées 8Images intégrées 9 

Agadir Morocco Triathlon

4ème édition

Samedi 1er Novembre 2014

Photos de la précédente édition :

15

7

11

La Fédération Royale Marocaine du Sports pour Tous organise en partenariat avec le Conseil Régional du Tourisme d’Agadir Souss Massa Draâ, l’ONMT avec l’appui de la Wilaya d’Agadir, Préfecture d’Agadir Ida-Outanane, la Ville d’Agadir et le soutien des Fédérations Française et Africaine de Triathlon, la 4ème édition de « Agadir Morocco Triathlon » Samedi 1er novembre 2014 sous un format de course olympique : 1 500m natation, 40km vélo et 10km course à pied.

AGADIR présente en effet tous les atouts pour accueillir un triathlon de niveau International grâce à sa capacité d’accompagnement technique et logistique, au dynamisme et à l’efficacité de ses associations bénévoles et aussi à son climat exceptionnel.

Le label Coupe d’Afrique

Le Triathlon International d’Agadir fera partie du circuit Coupe d’Afrique où les meilleurs triathlètes africains seront au rendez-vous pour participer à l’une des étapes du circuit continental et marquer des points au classement africain mondial.

Des triathlètes de tous les horizons

Pour 2014, plus de 400 triathlètes élites et amateurs venus de tous les coins du monde vont pouvoir vivre une belle épreuve dans une destination de rêve.

Aux côtés des Elites, de nombreux amateurs seront également au rendez-vous dont des nationaux et étrangers du monde entier.

L’épreuve bénéficiera d’un Price Money de 10 000 € réparti équitablement entre les femmes et les hommes (Elites et groupe d’âges).

Les inscriptions des élites s’ajoutent de jour en jour, voir ci-joint ainsi que le parcours sur la plage d’Agadir.

Pour toute information, rendez-vous sur le site web de l’évènement : www.agadirtriathlon.ma

Presse-papiers-1

 

Pour toute info complémentaire, contactez M. Said  BELALLAM Directeur Triathlon
Email : contact@reso-events.comTEL : 06 61 62 17 72
sbelallam@gmail.com

N’hésitez pas à venir voir et encourager les athlètes participants !

Publié 29 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Sport

Fashion Show Autumn Collection (défilé de caftans Haute Couture Marocaine) au Sofitel Royal Bay Resort d’Agadir le 1er novembre 2014

Sofitel organise ce samedi un dîner suivi d’un défilé de mode du célèbre styliste Nabil DAHANI.

En première partie avec l’entrée et le plat, animation musicale Live avec notre groupe du So Lounge

Et au moment du dessert le défilé commence !

7099_798966706812076_2558501476767239328_n

 

Au Menu :

Pastilla à la Langouste Mesclun d’herbe à l’Argan

Souris d’agneau au miel d’Acacia et pistaches, petits pois et artichauts

Vacherin aux fruits rouges

à 450 MAD par personne hors boisson

Publié 29 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Spectacle

Remise des trophées « Coups de Coeur » du « Livre de Prestige » hier à Universiapolis

C’est dans la salle de conférence Henri Tudor – Universiapolis d’Agadir que se tenait la cérémonie de remise des Trophées du Livre de Prestige « Entreprendre dans le Royaume du Maroc »

IMG_6197

C’est une manifestation professionnelle organisée par l’Agence MBK Média spécialisée dans l’édition des livres de prestige des villes et régions. en partenariat avec le Blog d’Agadir et l’Universiapolis d’Agadir.

L’objectif du comité d’organisation est de mettre en lumière ses Coups de Coeur, parmi les meilleures initiatives associatives régionales qui ont marqué l’année 2014, en favorisant les échanges et la citoyenneté entre associations et acteurs du développement.

L’assistance était nombreuse pour cet événement :

IMG_6206

IMG_6207

 

La présentation de cette manifestation a été faite par Messieurs Jamal Elachmit, Directeur du CNDA et Nasrallah Belkhayate Directeur Général de MBK Média

IMG_6215

IMG_6201

Chaque association choisie a eu ensuite quelques minutes pour se présenter et donner les grandes lignes de son action dans la région :

Madame Saloua Benkirane, Chef de Division de l’action sociale à la Willaya d’Agadir, Présidente Fondatrice de l’Association TIGMINOU d’aide aux enfants en difficulté Tilila d’Agadir et Membre Fondatrice de l’Association TAZZANINE des enfants abandonnés.

IMG_6203

Madame Saadia El Bahi, Directrice du Centre ANNAJDA pour les femmes victimes de violence, Secrétaire Générale de l’Union d’Action Féminine Nationale, Vice-Présidente à la Commune Urbaine d’Agadir, Parlementaire

IMG_6204

 

Madame Fatima Amhri, Présidente de l’Union des Coopératives Féminines d’Argan UCFA – TISSALIWINE

IMG_6209

 

Madame Michèle Augsburger Fondatrice de l’Association « Le Coeur sur la Patte » de protection des animaux

IMG_6212

Monsieur Khalid Alayoud, Président de l’Association TIWIZI de Chtouka Aït Baha

IMG_6214

Monsieur Jamal Elachmit, Directeur du CNDA

IMG_62291

Trois autres distinctions ont été remises :

Pour leur action dans le domaine du sport 2 récompenses :

Monsieur Saïd El Hiad, Président de l’Association OUIDER SALAM Fitness sur la plage d’Agadir

Said El Hiad2

 

 

et Kaoutar Houkman, Championne du Maroc et des Pays Arabes de Full-contact, Kick-boxing

IMG_6231

Le dernier distingué était Mohamed Ayez, au titre du Jeune Média de l’année (16 ans) pour ses vidéos « Le Charme du Maroc » (à voir sur Youtube)

IMG_6235

A la suite de ces présentations, a eu lieu la remise des trophées si mérités par tous :

M. Nasrallah Belkhayate a recompensé Mme Saloua Benkirane

DSC_0053

Mme Souad Bennani, Directrice Financière d’Universapolis a remis son trophée à Mme Saadia El Bahi

Mme Bahi

M. Jean-Claude Rozier, Président de l’UFE Agadir a félicité Mme Fatima Amhri

IMG_6219

M. Haj Larbi Wifaq, Acteur politique et entrepreneur a remis sa récompense à Mme Michèle Augsburger

IMG_6220

J’ai eu le plaisir de remettre son trophée à M. Khalid Alayoud

IMG_6226

M. Mohamed El Moudene, Vice Président du Conseil Régional a récompensé M. Jamal Elachmit

IMG_6229

Mme Khadija Ibnou Elkadi Chargée de Projet de la Fondation Mohamed V a remis son trophée à M. Saïd El Hiad

DSC_0074

M. Khalil Nazih Directeur du Centre Régional d’Investissement a remis sa récompense à Kaoutar Houkman

IMG_6230

M. Nasrallah Belkhayate et moi avons remis sa distinction à Mohamed Ayez

IMG_6236

 

Cette agréable cérémonie a permis de récompenser ceux qui travaillent le plus souvent dans l’ombre au service d’Associations si utiles actuellement en particulier pour la jeunesse abandonnée ou en difficulté, pour les femmes maltraitées et celles qui ont besoin d’améliorer leur statut social, les Associations sportives, sans oublier bien sûr, celle qui s’occupe de la protection des animaux et de la réduction de leur prolifération.

Un délicieux cocktail a ensuite été offert par Universiapolis pour conclure cette belle journée.

 

Elimination des chiens errants : Agadir en avance sur Casablanca !

par Mouna Izddine, Journaliste-reporter – L’Observateur du Maroc

 

Presse-papiers-1
Presse-papiers-2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . .  Presse-papiers-4Presse-papiers-3

Presse-papiers-5

 

 

 

Publié 28 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Environnement

CONFERENCE : Le roman amazigh traduit en français (Tawargit d’Imik – Le rêve et un peu plus) à l’Institut français d’Agadir le 29 octobre à 19h30

 

CONFERENCE

Le roman amazigh traduit en français :

le cas de Tawargit d’imik (rêve et un peu plus)

 

Mercredi 29 octobre à 19h30

Institut français d’Agadir

 

L’IFA fait honneur à la littérature amazighe traduite en français

Un youyou dans la mosquée est le titre – d’apparence provocateur mais combien révélateur- qu’a choisi Lahcen Nachef au récit en amazighe qu’il a traduit en français. Le texte original est l’œuvre de M. Mohamed Akounad qui, lui, avait donné comme titre à son récit Tawarguit d imik (Le rêve et un peu plus).

couv_4ffc496f9e43a1ea86168489487bc7ee

Résumé du livre

« Le rêve et un peu plus » retrace l’histoire d’un lettré engagé par les habitants amazighophones d’un village marocain. Soucieux de bien remplir les fonctions religieuses d’un lettré villageois, Si Brahim Tacenyart décide de prêcher dans la langue de la population. Ayant transgressé la norme imposée, il est confronté à la fois aux réticences de ses collègues et aux réactions violentes des autorités. Ce roman de Mohammed Akunad expose, au-delà du paysage romanesque, la complexité du marché hiérarchisé des langues au Maroc et en Afrique du nord en général. Il nous révèle aussi le talent de romancier de cet observateur attentif de la société et de ses dysfonctionnements. En partant de la position cléricale de son personnage principal, Mohammed Akunad tente de comprendre comment la hiérarchisation des positions linguistiques participe, par imposition ou par exclusion, à maîtriser le champ social. Mohammed Akunad est né en 1950 à Ihahan,

 

Il s’agit, probablement, du premier « roman » écrit en amazighe et par conséquent aussi de la première traduction en français de ce genre.

 

La table ronde se propose de favoriser la rencontre avec l’auteur et le traducteur. Elle sera animée par :

Mohamed AKOUNAD, auteur de la version amazighe ;

Lahcen NACHEF, auteur de la traduction en français ;

Mohamed SGUENFEL, professeur chercheur à l’université Ibn Zhor.

 

Des lectures d’extraits sont prévues dans les deux langues. La rencontre se clôturera par une cérémonie de signature du roman Un youyou dans une mosquée.

 

Pour plus d’informations, suivez-nous sur les réseaux sociaux :

 

Facebook: Institut français d’Agadir / https://www.facebook.com/institutfrancaisagadir

Publié 28 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Conférence, Culture, Littérature

Agadir : Escale de la campagne dédiée à la très petite entreprise

par Abdelfattah Aberbri – lematin.ma

La rencontre a été dédiée aux entreprises soucieuses de l'émergence socio-économique de leur région.Ph. Aberbri

La rencontre a été dédiée aux entreprises soucieuses de l’émergence socio-économique de leur région.Ph. Aberbri

 

L’accompagnement et le financement, les outils et les mécanismes de garantie et le cofinancement, les programmes de compétitivité des entreprises et la gestion des flux, le cash management et les systèmes de paiements ont constitué les axes autour desquels se sont articulés les travaux de la troisième édition de la campagne régionale dédiée à la TPME (très petite et moyenne entreprise).
Organisée à Agadir le 21 octobre par une commission mixte regroupant Bank Al-Maghrib, le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), la Caisse centrale de garantie (CCG) et l’Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise (ANPME), cette rencontre avait pour thème «Ensemble pour le développement de la TPME dans votre région».
Cet événement, qui s’inscrit dans une démarche participative et novatrice, s’assigne comme objectif l’élaboration d’une carte des besoins sur la base des réponses des TPME à un questionnaire qui leur a été adressé par la CGEM et les institutions bancaires.

La rencontre a été dédiée aux entreprises soucieuses de la croissance de leur activité et de l’émergence socio-économique de leur région. Elle visait la consolidation des relations de la TPME avec ses partenaires et la transparence en termes de rapports banques/entreprises.
Cette compagne est considérée comme étant une démarche pour instaurer une philosophie de proximité et de partage, via la sensibilisation de la TPME quant à l’importance que revêtent les mesures d’appui et d’accompagnement qui leur sont dédiées, s’opérant à travers la mobilisation de l’ensemble des acteurs publics et privés et les entreprises évoluant au niveau de la région Souss-Massa-Draâ.

La rencontre a été une occasion pour définir les attentes des TPME à l’égard des institutions bancaires. Il était question d’informer les TPME à propos de l’offre bancaire, dont l’offre spécifique qualifiée de flexible, d’innovatrice et de compétitive et répondant, d’une manière pertinente et adéquate, aux besoins des TPME, tout en assurant une qualité des prestations en termes de conseil et de traitement des dossiers. Parallèlement, les participants aux travaux de cette rencontre se sont aussi penchés sur les attentes des banques à l’égard des TPME, dont la transparence, la visibilité, la gouvernance et le respect des engagements envers les différents partenaires.
Rappelons que cette édition s’inscrivait également dans la série des campagnes régionales à aspect communicatif et cognitif, organisée par la commission mixte au niveau de plusieurs régions du Royaume, en 2007 et en 2011.

 

Publié 27 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Entreprises

Environnement durable : La caravane de l’ONEE s’arrête à Agadir

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com

  • L’Office sillonne à longueur d’année les villes concernées
  • 4e escale à Agadir puis cap sur Tiznit et Dakhla
  • Un village pédagogique sur la place Bijaouane
Les petits soussis d’Agadir et des villes avoisinantes ont pris d’assaut le village pour participer aux ateliers thématiques,  axés autour de l’économie de l’eau et de l’électricité, du traitement des déchets...

Les petits soussis d’Agadir et des villes avoisinantes ont pris d’assaut le village pour participer aux ateliers thématiques, axés autour de l’économie de l’eau et de l’électricité, du traitement des déchets…

Pour l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), la sensibilisation à la protection de l’environnement ne se limite pas à une période particulière. L’Office continue ainsi de sillonner à longueur d’année les villes aux plages parrainées pour mener sa campagne d’éducation au respect et à la protection d’un environnement durable. Après Bouznika, Casablanca et Sidi Bennour, la caravane a jeté l’ancre à Agadir pour une 4e escale. La place Bijaouane, a accueilli pendant une semaine un village pédagogique itinérant de 2.500 m2. «Ce projet éducatif cible notamment les écoliers dont l’atout est d’assurer la relève», explique un organisateur. Les petits soussis d’Agadir, et des villes avoisinantes ont pris d’assaut le village pour participer aux ateliers thématiques, axés autour de l’économie de l’eau et de l’électricité, ou du traitement des déchets. Dans ces stands, les écoliers sont avisés des menaces qui pèsent sur l’environnement comme la dégradation des terres, la perte de la biodiversité, la pollution et les nuisances diverses. Des jeux électroniques interactifs et des films écologiques viennent en complément pour que l’enfant soit bien informé sur le sujet et sache quelle attitude adopter pour contrecarrer ces risques. Bien sûr, il s’agit de mettre en pratique les enseignements appris. Il faut noter, que l’implication des jeunes dans la protection de l’environnement en général, et du littoral en particulier est importante, vu qu’ils sont les meilleurs relayeurs de  l’information dans leurs milieux scolaire et familial. Les conséquences de la dégradation de la biodiversité sur la faune et la flore constituant une menace pour le bien être des générations futures.
Pour rappel, l’ONEE parraine dix zones sur le littoral. Pour l’année 2014, un programme ambitieux a été élaboré sous l’appellation «Tous pour un littoral durable». Une action qui s’inscrit dans les nouvelles orientations du programme «Plages propres» de la Fondation Mohammed VI. Un programme sponsorisé par des entreprises citoyennes. Après Agadir, la caravane mettra le cap sur Tiznit, puis sur Dakhla du 31 octobre au 6 novembre, date qui coïncide avec l’anniversaire de commémoration de la Marche verte.

Publié 27 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Ecologie, Environnement

Le Maroc Vice-champion du Monde à ENACTUS World Cup !

par Nourddine Harmouche – 9rayti.com

532924_822849267766450_3891214839857452414_n

 

Aujourd’hui, le Maroc a pu décrocher le prix de « vice-champion » à l’ENACTUS World Cup qui s’est déroulée les derniers jours en Chine. Ceci est grâce aux efforts énormes fournis par l’équipe ENACTUS EMI (Ecole Mohammedia des Ingénieurs), ayant été précédemment champions du Maroc ce qui leur a permis de participer à la compétition mondiale.

L’ENACTUS World Cup est d’une importance immense, vu qu’elle regroupe des pays très avancés dans beaucoup de domaines, la concurrence est accrue. Parmi les pays participants : Chine, Irlande, Canada, Pologne, Sud Afrique, Australie, Angleterre, Corée, Allemagne…et bien d’autres pays !

C’est clair donc que détenir le prix de vice-champion est un énorme exploit, qui a pu marquer la présence du Maroc dans une compétition de grandeur mondiale.

En effet, ENACTUS est un réseau de clubs dans les universités à travers le monde, qui appartiennent tous à l’organisation mère ENACTUS, dont l’objectif est d’utiliser l’entrepreneuriat pour améliorer les conditions de vie des populations en difficulté.

Félicitations au Maroc, aux étudiants marocains et à l’EMI, c’est une preuve que l’étudiant marocain peut aller au-delà des frontières et faire preuve d’originalité et de compétence.

1016871_822617754456268_5358354763409117260_n

1510743_822846311100079_2057608770042604524_n

Publié 27 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Société, Université

Hadar, un nouveau dispositif sécuritaire dans les aéroports

tourismapost.com

 

Aéroport Mohammed V de Casablanca

Aéroport Mohammed V de Casablanca

 

Le Ministre de l’Intérieur, le Ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique et le Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Intérieur, ont tenu, le 25 octobre 2014, à l’Aéroport International Mohammed V de Casablanca, une réunion consacrée à l’examen des mesures de sécurité déployées au niveau de cette plate forme aéroportuaire et des autres aéroports du Royaume.

Au cours de cette réunion, il a été passé en revue les plans d’action des différents intervenants au niveau de l’aéroport Mohammed V, visant à parer à tout acte illicite, et faire face à toute menace qui peut cibler cet aéroport ou la navigation aérienne en général.

A cette occasion, le Ministre de l’Intérieur a annoncé la Très Haute Décision Royale pour le renforcement du plan national actuellement en vigueur pour lutter contre les différentes menaces qui guettent le Royaume.

Ainsi, il sera procédé à la mise en œuvre d’un nouveau dispositif de sécurité, baptisé « حذر » «Hadar», intégrant les Forces Armées Royales, la Gendarmerie Royale, la Police et les Forces Auxiliaires.

Ce dispositif sera mis en place progressivement pour appuyer l’action des services de l’Etat dans la protection des citoyens et des visiteurs étrangers. Il couvrira les différents sites sensibles du Royaume.

Le D.G de la «Royal Air Maroc» et le D.G de l’ONDA ont également participé à cette réunion.

Publié 27 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Tourisme, Transports

%d blogueurs aiment cette page :