Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans : les festivals berbères

jeuneafrique.com

Cliquez sur le lien suivant :

Amazigh Power | Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique.

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d’Agadir, il y a l’ethnologue, celui qui a sillonné toute l’Afrique, allant à la rencontre des
populations autochtones et de leurs cultures ancestrales.
Pour lui, les festivals font partie de la culture berbère. Depuis la nuit des temps, les populations font la fête à la fin des récoltes dans une mixité totale. Hommes et femmes dansent Ahouach (une danse collective binaire). Au village d’Imilchil, à 2 200 mètres d’altitude, au coeur du Haut Atlas, les couples scellent leurs fiançailles, commémorant la belle légende d’Isli et Tislit, les Roméo et Juliette des Berbères.
« Ce mode de vie, il faut le défendre à travers les festivals. C’est notre palliatif à l’obscurantisme », dit El Mazned. Même si leur nombre n’est pas connu, les festivals amazighs au Maroc se sont multipliés ces dix dernières années : Tifawine à Tafraout, le festival de la culture amazigh à El Hoceima, Twiza à Tanger… Tout un mode de vie est en train de renaître.

 

 

Publicités

Publié 19 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Animation, Festival, Spectacle, Tradition

%d blogueurs aiment cette page :