Archives de 1 novembre 2014

Agrumes : la production du pourtour méditerranéen baisserait de 7% en 2014-2015

par Aziza Belouas – lavieeco.com

L’Italie s’attend à une très mauvaise récolte. Au Maroc, la baisse attendue atteindra 10%. La Turquie est le seul pays de la sous-région dont la production sera en hausse.

agrumes maroc

 

Après une production méditerranéenne d’agrumes record de 22,5 millions tonnes en 2013-2014, le Comité de liaison de l’agrumiculture méditerranéenne (CLAM) prévoit une baisse pour la campagne 2014-2015. Cette annonce a été faite lors de l’assemblée générale de cette organisation professionnelle internationale qui regroupe la majorité des pays méditerranéens producteurs et exportateurs d’agrumes dont l’Espagne, le Maroc, la Turquie, l’Italie, l’Egypte, la Grèce, la Tunisie, etc. Pour 2014/2015, on s’attend à un recul d’environ 7% imputé à des pays comme l’Italie (-24%), l’Espagne, le Maroc et la Grèce (de -10 à -15%). La Turquie serait le seul pays épargné; sa production devrait s’apprécier de 3 à 5%. Première variété touchée, les oranges dont la production reculerait en moyenne de 10% tandis que celle des petits agrumes (en particulier la clémentine et la Nour) se déprécierait de 2%. Pour le pomelo et le citron, des baisses respectives de 7% et 4% sont attendues.

Deux facteurs expliquent cette situation : l’alternance végétative, phénomène propre à la production agricole, qui impacte, d’une année à l’autre, le rendement des superficies cultivées et plantées, et les conditions climatiques défavorables, notamment les excès de température et l’absence de pluies, dont souffriraient certains pays.

Les pays méditerranéens exporteront 8 millions de tonnes

En dépit du repli, l’export restera stable à environ 8 millions de tonnes dont plus de 40% réalisés par l’Espagne. Pour 2014/2015, ce pays prévoit une production de 6,5 Mt, en baisse de 2% par rapport à la campagne précédente. Ces prévisions s’inscrivent dans le cadre des échanges d’informations entre les pays membres. Le commerce étant libre, l’organisation ne peut émettre que des suggestions permettant aux pays de prendre les décisions adaptées pour éviter des perturbations du marché et des prix.

Notons par ailleurs que Bouamar Bouamar, PDG des Domaines agricoles (Agadir), est élu à l’unanimité président du CLAM pour un mandat de deux ans. Dans son plan d’action, il prévoit notamment de réactiver l’association et de renforcer la collaboration et la coopération entre les différents pays membres notamment sur le plan de l’amélioration de la qualité et de l’échange d’informations sur la situation et les évolutions des différents marchés importateurs d’agrumes. Les propositions seront discutées lors d’une réunion prévue courant 2015 à Bruxelles. Les pays méditerranéens produisent les agrumes d’hiver (octobre à juin) et exploitent presque les mêmes variétés avec les mêmes calendriers et sur presque les mêmes marchés. C’est pourquoi le CLAM a pour objectif de développer la concertation, la coordination et l’échange d’informations entre les pays membres dans le domaine des techniques de production, du management de l’exportation et de la commercialisation des agrumes.

Publicités

Publié 1 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agriculture, Région

Souss-Massa-Drâa et l’Isère : Nouvelles perspectives de coopération économique

par Mohamed Laabid – aujourdhui.ma

Les points de partenariat retenus renvoient à la mise en place d’un programme d’accompagnement à la création de l’entreprise innovante, culturelle, touristique et agricole.

timthumb

 

Une nouvelle convention de coopération décentralisée, reliant le Conseil régional du Souss-Massa-Drâa et le Conseil général de l’Isère est en phase de préparation, pour une signature effective le mois de janvier 2015. Les projets de coopération initiés en partenariat entre les deux régions, pour la période 2012-2014, ont fait l’objet d’un bilan lors d’une visite d’une délégation de la région du SMD en Isère.

Les réunions de travail regroupant les deux partenaires ont permis de faire le point sur plusieurs projets inscrits dans le protocole de coopération 2012-2014 et de définir de nouvelles perspectives.

De ce fait, deux points essentiels ont été retenus lors de cette mission. Notons dans ce cadre la poursuite des actions de coopération engagées dans le cadre du développement du tourisme rural et durable, l’appui à la mise en place d’une politique culturelle régionale ainsi que la conservation et la valorisation du patrimoine et l’échange dans le domaine culturel.

Le point retenu, lors de ces réunions de travail, est relatif aux nouvelles actions de partenariat dans les domaines du développement économique et dans le domaine de l’agriculture. Une première initiative de rapprochement a déjà été effectuée par la signature d’une convention de jumelage entre l’Association Souss-Massa-Drâa Initiative, représentée par son président Mohamed El Moudene, et Isère Sud Initiative, représentée par sa présidente Janat Massaoudi, et ce le jeudi 18 septembre 2014.

Ce jumelage permettra de définir les domaines afférents à ce partenariat entre les deux régions. Dans ce sens, les points de partenariat retenus renvoient à la mise en place d’un programme d’accompagnement à la création de l’entreprise innovante, culturelle, touristique et agricole. Un autre segment de cette convention se penchera sur le renforcement du potentiel de l’entreprise par un programme de formation. Le financement croisé en faveur des TPE gérées par les Marocains résidant en Isère ou Français dans la région est désormais à l’ordre du jour.

Il est à signaler que cette coopération décentralisée entre les deux régions a permis, sur le plan touristique, de doter la région d’un réseau régional de développement du tourisme durable (RDTR). Plusieurs actions ont été menées dans ce sens. Notons la création de quatre circuits touristiques, la réalisation d’une trame du guide sur l’écotourisme au niveau de la région SMD qui est, actuellement en instance, en attente de la confirmation de la part des partenaires déjà engagés dans cette action, notamment le CRI Agadir ainsi que l’ébauche d’un carnet de route des circuits touristiques.

Ce document a été élaboré et communiqué auprès d’une agence de communication qui s’occupe de la conception. Les perspectives de coopération dans ce cadre, et pour l’année 2015, entre le RDTR et l’Association Tétraktys (en Isère) se pencheraient sur la réalisation des séjours tests, soit en janvier 2015 ou en mai 2015. Reste à valider avec la Tétraktys la date dès la mission du RDTR en Grenoble.

Les deux partenaires veulent ainsi se focaliser sur une action liée à la commercialisation. Les éléments antérieurs nécessaires à une telle stratégie de commercialisation ont déjà été réalisés, notamment la mise en place des circuits et les hébergements labellisés grâce au projet de la charte qualité RDTR.

Publié 1 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Coopération, Solidarité

Agadir : L’ONG « Touche pas à mon enfant » et le ministère de la Santé signent une convention sur la protection de l’enfance

lemag.ma – MAP

Le ministre de la Santé El Houssaine Louardi et la présidente de l’ONG « Touche pas à mon enfant » Mme Najat Anwar ont signé, vendredi à Agadir, une convention de partenariat ayant pour objectif le renforcement de la protection de l’enfant à travers la consolidation des actions de prise en charge des enfants victimes de violence.

7132307-10932298

Aux termes de cet accord, d’une durée de trois ans, ladite association s’engage notamment à orienter tous les cas d’enfants victimes de violence aux hôpitaux et centres hospitaliers pour une prise en charge psycho-médico-légale, accompagner les enfants victimes de viol ou d’agressions sexuelles pour une prise en charge complète sur orientation de professionnels de la santé et à organiser en collaboration avec le ministère de la Santé des campagnes de sensibilisation sur le phénomène de la maltraitance et d’abus sexuels à l’égard des enfants.

Elle préconise aussi de mener des études avec le services du ministère sur toute les formes de maltraitance et d’abus sexuels sur les enfants et de transmettre au ministère des rapports annuels des activités réalisées et le projet du programme annuel des actions qu’elle compte mener à travers le territoire national.

De son côté, le ministère de la Santé s’engage à valider et autoriser le programme annuel des actions de prise en charge des enfants maltraités et victimes d’abus suivis par l’ONG, faciliter son action au niveau des structures relevant du ministère, assurer l’encadrement, l’accompagnement et la coordination nécessaire pour la réalisation des actions programmées et fournir le suivi médical des enfants orientés aux services de santé.

Auparavant, M. Louardi avait indiqué que la conclusion de cet accord s’inscrit dans le cadre de l’approche participative et la démarche d’ouverture que prône son département vis-à-vis des acteurs de la société civile, assurant que le Maroc accorde un intérêt particulier aux phénomènes de la maltraitance, des abus et des violences faites aux enfants.

Il a fait état de la mise en place au sein des structures hospitalières de 96 unités chargées de ce phénomène ayant assuré le suivi d’un total de 1067 cas depuis le début de l’année en cours, soutenant que malgré les efforts fournis, beaucoup de choses restent à faire, d’où l’intérêt de l’implication et de l’adhésion de la société civile.

De son côté, Mme Anwar s’est félicitée de la conclusion de cet accord, le premier du genre signé par cette ONG basée à Agadir avec un département ministériel, réitérant l’engagement de son association à travailler de concert avec tous les intervenants pour lutter contre la violence à l’égard des femmes et des enfants et pour élaborer une vision stratégique commune en vue de faire face au phénomène des abus sur les mineurs.

« Sans vouloir noircir le tableau, la réalité est bien plus sombre, avec le taux des crimes d’abus sexuels sur les mineurs qui s’élève de jour en jour », a-t-elle soutenu, rappelant dans ce cadre le cas d’une petite fille mortellement violée récemment par son oncle ou encore le cas d’un autre enfant qui a choisi de se jeter du 3ème ou 4ème étage d’un immeuble pour fuir les affres du viol.

Créée en 2004 avec comme pour principal objectif la protection de l’enfant, la préservation de ses droits et la lutte contre toute forme d’abus ou d’exploitation sexuels à son encontre, « Touche pas à mon enfant » dispose d’antennes provinciales gérées par des bénévoles dans les villes de Tanger, Tétouan, Oujda, Jérada, Fès, Meknès, Kénitra, Rabat, Casablanca, Marrakech, Ouarzazate, Lâayoune et Dakhla.

Cette ONG œuvre pour la création d’un centre d’écoute national, avec toute l’infrastructure nécessaire, pour lutter de manière efficiente contre le phénomène des abus sexuels à l’égard des enfants.

Publié 1 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Associations, Société, Solidarité

%d blogueurs aiment cette page :