Archives de 23 novembre 2014

Le cycle du cinéma marocain à l’Institut Français d’Agadir

IFA

 

L’Institut Français d’Agadir a le plaisir de vous inviter à la soirée d’ouverture du Cycle du cinéma Marocain :

Projection du film « C’est eux les chiens »

 

Mercredi 26 novembre à 19 heures 30

Salle Brahim Radi (municipalité d’Agadir, Baladiya)

 

Soirée d’ouverture en présence du réalisateur marocain Hicham Lasri, sur invitation à retirer à l’IFA

 

 

Le cycle du cinéma marocain

Du mercredi 26 au vendredi 28 novembre Novembre

Institut français d’Agadir, Salle Brahim Radi, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Salle 46

 

En partenariat avec le cinéclub Tikiwine, l’Institut français d’Agadir organise un cycle du cinéma Marocain afin de présenter le meilleur de la création cinématographique contemporaine au Maroc. Une sélection de longs métrages récents qui permettra de découvrir ou de revoir des films qui ont marqué ces dernières années.

 

3 jours, 3 films  récents qui traitent de sujets de sociétés et qui sont à l’image d’un Maroc en mutation.

 

 

–          The end

Mercredi 26 novembre à 16 heures

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Espace culturel, salle 46

 

Drame de Hicham Lasri – Maroc, 2011 – 105′

Avec Sam Kanater, Saleh Ben Saleh, Hanane Zohdi

 

Casablanca, juillet 1999. Mikhi, poseur de sabot, tombe amoureux de Rita, la sœur fragile d’une fratrie de voleurs de voitures. Il va tout faire pour que Rita et lui puissent vivre leur histoire d’amour.Mais en même temps, Daoud, un policier de la vieille école aux méthodes violentes, se lance aux trousses des voleurs…

 

En présence du réalisateur

 

–          C’est eux les chiens

Mercredi 26 novembre à 19 heures 30

Salle Brahim Radi (municipalité d’Agadir)

 

Comédie dramatique de Hicham Lasri – Maroc, 2013 – 85′

Avec Hassan Badida, Yahya El Fouandi, Imad Fijjaj

 

Majhoul vient de passer 30 ans dans les geôles marocaines pour avoir manifesté en 1981 durant les « émeutes du pain ». Il retrouve la liberté en plein Printemps arabe. Une équipe de télévision en quête de sensationnel décide de le suivre dans la recherche de son passé. Ulysse moderne, Majhoul les entraîne dans une folle traversée de Casablanca, au coeur d’une société marocaine en ébullition. Ou comment un perdant magnifique se fraie un chemin pour regagner sa place dans une société arabe moderne tiraillée entre un conservatisme puissant et une soif de liberté.

 

En présence du réalisateur

 

–          Rock the kasbah

Jeudi 27 novembre à 19 heures 30

Institut français d’Agadir

 

Comédie dramatique de Laïla Marrakchi – Maroc, 2013 – 100’

Avec Morjana Alaoui, Nadine Labaki et Lubna Azabal

C’est l’été à Tanger. Une famille se réunit sur 3 jours dans la maison familiale suite au décès du père, pour se remémorer les souvenirs et partager sa perte, comme le veut la tradition musulmane. Il faut quitter les plages, les maillots de bain pour se vêtir de djellabas, réunir tout le monde et donner à la maison des allures d’enterrement. L’agitation est à son comble d’autant plus que cet homme n’a laissé derrière lui que des femmes. Tout va basculer avec l’arrivée de Sofia, la dernière des filles, celle qui a fait sa vie ailleurs. Actrice n’interprétant que des rôles de terroristes dans des séries américaines, elle arrive de New York après plusieurs années d’absence. Son retour va être le moyen de régler ses comptes avec ses sœurs et bouleverser l’ordre établi depuis toujours par ce patriarche. Entre rire et larmes, une hystérie collective va mener chacune de ces femmes à se révéler à elle-même…

 

–          Les chevaux de Dieu

Vendredi 28 novembre à 19 heures 30

Salle Brahim Radi (municipalité d’Agadir)

 

Film dramatique de Nabil Ayouch – Maroc, France, Belgique, 2013 – 115’

Avec Rachid Abdelhakim, Rachid Abdelilah et Hamza Souidek

Yachine, 10 ans, vit avec sa famille dans le bidonville de Sidi Moumen à Casablanca. Sa mère, Yemma,  irige comme elle peut toute la famille. Un père dépressif, un frère à l’armée, un autre presque autiste et un troisième, Hamid, 13 ans, petit caïd du quartier et protecteur de Yachine.

Puis Hamid se retrouve en prison, Yachine enchaîne alors les petits boulots pour sortir de ce marasme où règnent violence, misère et drogue. A sa sortie de prison, Hamid a changé. Devenu islamiste radical pendant son incarcération il persuade Yachine et ses amis de rejoindre leurs « frères ». L’Imam Abou Zoubeir, chef spirituel, entame alors avec eux une longue préparation physique et mentale. Un jour, il leur annonce qu’ils ont été choisis pour devenir des martyrs.

Ce film est librement inspiré des attentats terroristes du 16 mai 2003 à Casablanca.

 

 

Pour plus d’informations, suivez l’IFA sur les réseaux sociaux :

Facebook: Institut français d’Agadir / https://www.facebook.com/institutfrancaisagadir

Publicités

Publié 23 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Cinéma

Festival international du cinéma amazigh Des films algériens primés à Agadir

Hafid Azzouzi – elwatan.com

Arezki Oulhadj et Ahmed Mebani lauréats du 8e Festival international du film amazigh d'Agadir (Maroc)

Arezki Oulhadj et Ahmed Mebani lauréats du 8e Festival international du film amazigh d’Agadir (Maroc)

La huitième édition du Festival international du film amazigh (FIFA), clôturée, vendredi, dans la ville d’Agadir au Maroc, a vu des artistes algériens entre acteurs et réalisateurs primés, dont le 1er  prix de la meilleure réalisation cinématographique est revenu à Ahmed Mebani.

Des réalisateurs et des acteurs algériens se sont distingués, de fort belle manière, lors de la huitième édition du Festival international Issni n’Ourgh du film amazigh (FIFA), qui a été clôturée en apothéose, vendredi, dans la ville d’Agadir, au Maroc. Ainsi, le premier prix de la meilleure réalisation cinématographique de cette édition a été décerné à Ahmed Mebani pour son film Iseflan (Sacrifices), produit par l’agence d’audiovisuel Gofilm de Tizi Ouzou.

Pour ce qui est des premières places dans l’interprétation masculine et féminine, elles sont revenues à Arezki Oulhadj, dans le film Iseflan et Lamia Mahiout pour le rôle prépondérant assuré dans le long métrage La Toile d’araignée d’Idir Saoudi.

«Nous dédions nos trophées à la mémoire de Abderrahmane Bouguermouh, pionnier du cinéma amazigh, aux membres de nos familles et à toute l’équipe de Gofilm, qui travaille sous la coupe de Youcef Goucem», a déclaré Arezki Oulhadj, qui exprime également ses vifs remerciements aux organisateurs du festival, à leur tête Rachid Bouksim, qui n’a, a-t-il dit, ménagé aucun effort pour le très bon déroulement de cette manifestation mettant en compétition 60 films.

Placé sous le thème des droits de l’homme, le rendez-vous cinématographique d’Agadir a aussi rendu hommage, cette année, au réalisateur algérien Abderrahmane Bouguermouh, décédé le 3 février 2013. La Tunisie a été également mise à l’honneur lors de ce festival avec, notamment, un documentaire sur l’histoire des Amazighs dans ce pays.

Publié 23 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Cinéma, Festival

Souss-Massa-Drâa Distribution d’équipements aux artisan

par Abdelfattah Aberbri – lematin.ma

Les nouveaux équipements sont de nature à optimiser la qualité des produits.

Les nouveaux équipements sont de nature à optimiser la qualité des produits.

Le Conseil de la région de Souss Massa Darâa a procédé, récemment, à la distribution de fours à gaz dont ont bénéficié les associations d’artisans de la filière de la poterie évoluant au niveau des communes Drarga (préfecture d’Agadir-Idaoutanane), Lemnizla (province de Taroudant), Sidi Bibi (province de Chtouka Ait Baha) et Tighmi (province de Tiznit). Pilotée par Hassan Merzouqi, délégué de la commission de l’artisanat au Conseil de la région, cette opération vise essentiellement l’optimisation de la qualité des produits de la filière, l’amélioration des conditions sociales des artisans et la préservation de l’environnement. Il convient de souligner que cette initiative s’inscrit dans la philosophie volontariste de proximité instaurée par le ministère de tutelle et le Conseil de la région, à travers un programme dont la 2e tranche a pour finalité la dotation de ces artisans d’outils nécessaires à la modernisation de leurs activités. À souligner que la première tranche du programme s’est déroulée le 11 septembre. Cette opération s’inscrit dans la mise en œuvre de la convention signée par le ministère de l’Artisanat et de l’économie sociale et solidaire et le Conseil de la région qui vise, selon l’article 8 du Plan régional de l’artisanat, l’amélioration des matières premières et celle des techniques de production dans les filières de la couture, la tapisserie, la bijouterie, le cuir, la menuiserie et la poterie. Au total, 20 associations évoluant dans les filières de la couture, de la broderie et du cuir ont bénéficié d’un ensemble d’équipements, dont des machines de broderies, de surgi, des tours électriques, des pigments et des piqueuses. Rappelons dans ce contexte que le ministère de tutelle, le Conseil de la région et leurs partenaires ont procédé à l’organisation, en juin dernier, de la caravane de la qualité et de la formation. Celle-ci a sillonné toutes les provinces et préfectures de la région et a permis à plus de 2.000 artisans et artisanes, dans les différentes filières, de bénéficier de séminaires et de formations de mise à niveau leur permettant d’améliorer leurs rendements et d’optimiser la qualité de leurs produits.

Publié 23 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Artisanat, Solidarité

%d blogueurs aiment cette page :