Archives de 25 novembre 2014

« C’est un ghetto » , la salve du maire d’Agadir contre la station Taghazout

h24info.ma

Tariq Kabbage, maire d’Agadir, est connu pour son franc parler. Il livre le fond de sa pensée sur la conception de la station Taghazout.

taghazout

Tariq Kabbage ne mâche pas ses mots sur la conception de la station touristiques de Taghazout :
«Les responsables du projet ne veulent pas le comprendre. Ils sont ailleurs, sur une autre planète. Ils ont sans doute trop étudié le modèle des villes touristiques égyptiennes qui sont implantées dans le désert, au milieu de nulle part. Les seuls Égyptiens présents sont ceux qui travaillent dans les hôtels. Les «indigènes» ont été oubliés. Et on veut reproduire le modèle à Taghazout, au mépris des citoyens», s’indigne-­t-­il. Les raisons de son désaccord avec la conception de ce projet sont multiples.

Le golf en question
Dans une interview accordée au mensuel Clin d’œil magazine, Kabbage affirme : «Taghazout, c’est un projet ghetto. Pourquoi n’impose­-t-­on pas la construction des hôtels avec 30 mètres d’espace libre et des aménagements du front de mer permettant de se ménager une belle promenade ? Il faut respecter le retrait de 100m pour protéger le littoral», s’indigne-t-­il.

Le député­-maire d’Agadir dit avoir milité pour un front de mer dégagé et large sur 20 à 30 mètres, l’intégration de l’offre de Taghazout sur celle d’Agadir, la priorisation de la capacité litière sur le résidentiel, l’accessibilité au parking et la protection des structures existantes pour la pratique du surf. Ses propositions n’ont pas été prises en compte, il en garde un souvenir amer : «À l’évidence, on fait des projets sans réfléchir. Qui plus est, Taghazout et Tamraght devaient être restructurées au niveau de l’assainissement et des infrastructures. Mais rien n’est prévu, rien n’est fait. J’ai posé des questions orales au parlement, j’ai imposé des réunions avec des députés et le ministre du Tourisme, mais autant parler dans le vide», a-­t-­il déploré.

Parmi les inquiétudes de Kabbage, l’irrigation du golf du projet: «La récupération de l’ensemble des eaux usées du projet avait été évoquée. Mais, depuis, il n’y a eu aucune communication sur le sujet».

Après de multiples reports, l’ouverture des premières structures d’hébergement et de loisirs est ainsi prévue pour fin 2014, avec la finalisation de l’ensemble de la composante touristique en 2017. La station Taghazout Bay s’étale sur une superficie de 615 ha en front d’une bande côtière de 4,5 km de plages.

Publicités

Publié 25 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Aménagement, Région, Tourisme

Une nouvelle espèce de mollusques découverte par des chercheurs de Cadix et d’Agadir

L’information qui vous était donnée le 18 novembre 2014 sur ce blog fait l’objet d’un nouvel article sur yabiladi.com

Des chercheurs des universités de Cadix (Espagne) et d’Agadir (Maroc) ont récemment découvert une nouvelle espèce de mollusques, rapporte Grenadaenlared.com (voir ci-dessous).
Les premières caractéristiques de cette espèce marine sont entre autres sa forte coloration, sa toxicité et le fait de ne pas disposer de coquille.

Surnomée « Piseinotecus soussi », cette espèce a été capturée après des opérations menées par les chercheurs sur la côte atlantique du Maroc et la plage de Santa Maria del Mar à Cadix.

Le « Piseinotecus soussi » a été d’abord découvert sur les côtes marocaines, bien que plus tard « en réalisant des travaux sur la plage de Cadix, nous en avons trouvé par surprise deux types », explique le chercheur de l’UCA, J. Lucas Cervera.

Après quelques recherches, l’espèce a été retrouvée « dans le sud de la péninsule ibérique, sur la côte catalane et le sud de l’Italie ». Le « Piseinotecus soussi » ressemble fortement aux mollusques Flabellina, mais il présente certaines différences, notamment au niveau de la couleur et des dents.

3fce7752d8a49ce34876adf8055a8bb4Photo Cataldo Licchelli
 

L’article de granadaenlared.com : 

Investigadores de la Universidad de Cádiz descubren una nueva especie de molusco que habita en la playa gaditana de Santa María del Mar

Investigadores del departamento de Biología de la Universidad de Cádiz, en colaboración con la Unversidad de Ibn Zohr d’Agadir (Marruecos), han descubierto una nueva especie de molusco. En esta ocasión se trata un nudibranquio, animal invertebrado marino caracterizado, entre otras cosas, por no tener concha y poseer una llamativa coloración, lo que alerta a sus depredadores de su toxicidad.

Esta nueva especie, denominada Piseinotecus soussi, ha sido descrita tras los trabajos de recolecta que se llevaron a cabo a manos de estos investigadores en las costas atlánticas de Marruecos y en la playa gaditana de Santa María del Mar. Y es que no se debe pasar por alto que se descubrió en un primer momento en las costas marroquíes, aunque más tarde “realizando trabajos de recolecta en esta playa de Cádiz nos encontramos por sorpresa dos ejemplares de esta nueva especie”, como explica el investigador de la UCA, J. Lucas Cervera. Así, si bien inicialmente se pensó “que nos encontrábamos ante una especie con una distribución aparentemente restringida, con posterioridad y poco a poco, hemos visto que tiene una distribución más amplia. Tras estudiar este caso en profundidad, hemos detectado que también se han localizado en el sur de la Península Ibérica, en las costas catalanas y en el sur de Italia”.

La Piseinotecus soussi se parece externamente a otras especies de moluscos del género Flabellina, muy comunes en nuestras costas (tales como la Flabellina affinis, laFlabellina ischitana o la Flabellina pedata) ya que también posee un color violeta muy llamativo, por lo que es posible que durante años se haya confundido con alguna de estas especies pensando que eran la misma. Sin embargo, “esta nueva especie que hemos descrito tiene diminutas manchas blancas opacas sobre las ceras que no están presentes en las especies de Flabellina mencionadas. Además, otra característica muy importante, es que un órgano interno que tienen estas especies, que se llama rádula (que es como una lengua con una serie de dientes), en la Flabellina posee filas de tres dientes, pero en la especie nueva sólo son filas de un diente”, como explica el profesor Cervera. De igual forma, “hemos secuenciado esta especie nueva y en los análisis filogenéticos realizados su posición en los árboles filogenéticos obtenidos es muy distante respecto a las especies antes mencionadas, lo que nos muestra que el parentesco real es muy lejano”, matiza el investigador de la UCA.

El descubrimiento de esta nueva especie de invertebrado es un ejemplo más que refuerza la línea de investigación en la que estos expertos de la Universidad de Cádiz llevan trabajando desde hace años: la detección de lo que se denomina especies crípticas, animales que se encuentran bajo el mismo nombre pero que en realidad son diferentes. “Existen muchas especies desconocidas aún y no sólo en el Amazonas, en Indonesia o en Australia. Aquí, en Europa, en nuestras costas, existen todavía muchas por descubrir, sobre todo en el ámbito marino y en el terreno de los invertebrados, que son los que constituyen la inmensa mayoría de la biodiversidad animal”.

Los autores de este trabajo, publicado en la revista norteamericana ‘Bulletin of Marine Science‘, son los investigadores Naoufal Tamsouri y Abdellatif Moukrim, de la Universidad de Ibn Zohr d’Agadir (Marruecos), y Leila Carmona y Juan Lucas Cervera, de la Universidad de Cádiz. Es interesante señalar que tan sólo Juan Lucas Cervera posee una trayectoria investigadora en la que figura la descripción de unas 50 especies nuevas y dos géneros de invertebrados marinos.

Publié 25 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Découverte

Théâtre Nomade au Festival du cirque d’Agadir

Fidèle à lui même, Théâtre nomade partage de nouveau des moments de joie avec ses amis d’Agadir en animant la place BIJAWANE avec sa nouvelle création « Rêve des Cimes » le vendredi 28 novembre de 16h00 à 18h00, et le dimanche 30 novembre de 10h00 à 12h00.

newsletter finale

Publié 25 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Art, Spectacle

Agadir : Le Week End du Cirque d’aujourd’hui et de demain du Vendredi 28 au Dimanche 30 Novembre 2014

A l’initiative du Conseil Régional du Tourisme d’Agadir Souss Massa Drâa (CRT) et l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT), Agadir accueille du 28 au 30 novembre le 1erWeek End International du Cirque d’aujourd’hui et de demain.

A cette occasion Trois Troupes seront les hôtes de la vile d’Agadir :

  • Le Cirque Nomade (du Maroc), Vendredi 28 et Dimanche 30 après-midi.
  • Le Cirque Baroque (de France), Cirque Théâtral : Vendredi 28 Soir à 21h30 au Riad de l’hôtel Sofitel Royal Bay Agadir.
  • Et pour la première fois au Maroc la troupe des Etoiles du Cirque de Moscou, le Samedi Soir à 21h30 au Riad de l’hôtel Sofitel Royal Bay Agadir.

 

PROGRAMME

Le vendredi 28 Novembre :

 

Le Cirque Baroque :

15h00-17h00 : répétitions ouvertes aux enfants d’Orphelinats d’Agadir au Riad de l’hôtel Sofitel Royal Bay.

 

Le Cirque Nomade :

16h00-18h00 : Spectacle Déambulatoire, départ de Place Bijaouane vers
Boulevard 20 août et retour à Place Bijaouane.

 

Cirque Baroque :

21h30-23h00 : Spectacle assis au Riad de l’hôtel Sofitel Royal Bay.

 

Le Samedi 29 Novembre :

Le Cirque de Moscou :

15h00-17h00 : Répétitions ouvertes aux enfants d’Orphelinats d’Agadir au Riad de l’hôtel Sofitel Royal Bay.

 

21h30-23h00 : Spectacle assis au Riad de l’hôtel Sofitel Royal Bay.

 

Le Dimanche 30 Novembre :

Le Cirque Nomade :

10h00-12h00 : Spectacle Déambulatoire, départ de Place Bijaouane vers
Boulevard 20 août et retour à Place Bijaouane.

 

Avec le cirque, l’émotion est toujours au rendez-vous.

Agadir…Faites vibrer vos Sens !

 

unnamed

Publié 25 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Spectacle

%d blogueurs aiment cette page :