Archives de 1 décembre 2014

Maroc : 7 morts dans les dernières intempéries

lefigaro.fr – AFP

Jusqu’à sept personnes sont décédées dans les intempéries des derniers jours au Maroc, une semaine après une précédente tempête qui avait fait au moins 36 morts, ont rapporté aujourd’hui des quotidiens marocains, qui relèvent toutefois l’absence de bilan officiel.

De vendredi à dimanche, le sud du royaume a de nouveau enregistré des précipitations record: il est tombé dans certains secteurs l’équivalent d’une année de pluie voire plus, comme à Agadir, la grande station balnéaire du pays (plus de 250 mm de précipitations).

Ces intempéries, qui ont pris fin dans la nuit de dimanche à lundi, ont entraîné de nouvelles crues impressionnantes d’oueds et des dégâts considérables, en particulier à Guelmim (200 km au sud d’Agadir), déclarée « zone sinistrée ».

« Une autre catastrophe: les inondations font sept décès », titre le quotidien arabophone Al Massae. Aucun bilan humain n’a été publié à l’échelle nationale, mais les autorités de Zagora (sud) et Azilal, dans le Moyen-Atlas, évoquent chacune deux victimes. Dans le second cas, Al Massae, tout comme le journal At-Tajdid, explique qu’il s’agit de deux collégiennes mortes par noyade vendredi. Un adolescent est par ailleurs décédé, emporté par l’oued Imintanout, au sud-ouest de Marrakech, tandis que vers Figuig (sud-est) une femme et son enfant sont morts dans l’effondrement de leur maison, ajoute Al Massae. Akhbar al Yaoum fait, pour sa part, état d’un bilan d’au moins cinq morts.

Les dégâts matériels se chiffrent à « des milliards » de dirhams (des centaines de millions d’euros), note Al-Ittihad Al Ichtiraki. Plusieurs centaines de maisons ont été détruites, de multiples routes coupées et le réseau électrique endommagé, selon les autorités. Au moins 250 villages sont « enclavés » et font l’objet de « ravitaillements ».

A Guelmim, ville aux portes du Sahara déjà éprouvée le week-end précédent avec près d’une trentaine de morts, des quartiers entiers ont été submergés après la rupture de digues. A la demande du roi Mohammed VI, le ministre de l’Intérieur Mohammed Hassad s’est rendu sur place. « La priorité sera donnée à la réouverture des routes, au rétablissement du courant électrique, à l’approvisionnement en eau potable et à la continuité des services de santé », a déclaré la préfecture de Guelmim, d’après laquelle plusieurs centaines de personnes sont temporairement sans domicile et ont été pris en charge.

Critiquées à l’issue du précédent épisode pluvieux, les autorités avaient placé certaines zones en « alerte maximale » dès vendredi.

Publicités

Publié 1 décembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Météo

Tourisme au Maroc : Pour les fêtes de fin d’année, les Anglais préfèrent Agadir et Tanger

huffpostmaghreb.com

VACANCES – Pour leurs « winter breaks », les touristes british pensent de plus en plus à Agadir et Tanger. C’est ce qu’a révélé le quotidien britannique The Mirror, citant les chiffres de l’agence de voyage TravelSupermarket, qui explique que les recherches sur la Toile concernant Agadir ont plus que doublé par rapport à la même période l’an dernier, et que celles sur Tanger ont augmenté de 50 %.

La majorité de ces recherches ont été faites par les internautes sur Twitter.

La capitale du Souss et la ville du détroit devancent dans ce classement Abu Dahbi, Colombo et Kuala Lumpur.

Publié 1 décembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme

Maroc : Le maire d’Agadir pointe la responsabilité des autorités suite aux dégâts provoqués par les intempéries dans la région

par Ristel Tchounand – yabiladi.com

Les intempéries qui se sont abattues ces derniers jours sur le Maroc laissent d’importantes séquelles. A Agadir, même si le bilan ne fait état d’aucune perte en vie humaine, les dégâts matériels sont considérables. Selon le maire de la ville, le changement climatique n’est pas le seul coupable. Explications.

En l’espace de 36 heures seulement, samedi dernier en fin d’après-midi, la direction régionale de la météorologie enregistrait plus de 150 mm de pluies tombées dans la région d’Agadir, selon L’Economiste. Mais au terme de ce week-end, les compteurs affichaient près de 300 mm de pluies dans la région, soit l’équivalent d’une année de précipitations en seulement 48 heures.

Il est vrai que contrairement à d’autres régions, les intempéries à Agadir n’ont pour l’heure fait aucune victime, mais les dégâts sont assez importants, avec notamment l’effondrement du pont de Tamraght, dans la commune rurale d’Aourir, l’endommagement de plusieurs routes, dont la nationale Agadir-Essaouira ainsi que la destruction des habitations. A cela, il faut ajouter les coupures d’électricité et du réseau d’eau potable.

La situation est telle qu’une délégation ministérielle conduite par le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, s’est rendue, sur instruction royale, dans la station touristique du Sud-Ouest, afin d’y déployer un dispositif de remise en état. « La priorité pour le moment est de réparer les routes endommagées et fermées à la circulation », a déclaré le ministre.

« Il y a aussi des fautes que nous aurions pu éviter »

Même si le maire d’Agadir, Tarik Kabbage, estime que la mobilisation actuelle en vue de gérer au mieux les dégâts causés par les intempéries « s’est faite en bonne intelligence », il estime qu’il « faille encore corriger un certain nombre d’erreurs ».

Il est d’avis que le changement climatique reste la principale cause de la situation actuelle. D’autant plus que le Maroc n’est pas le seul pays concerné. Selon le site spécialisé Météo Consult, la Méditerranée – plus précisément le royaume chérifien, son voisin algérien ainsi que l’Espagne et le Sud de la France – est actuellement soumise à une profonde dépression provoquant de forts orages.

D’après lui, le changement climatique reste la principale cause de la situation actuelle, mais ce n’est pas tout. « Il y a aussi des fautes que nous aurions pu éviter », remarque-t-il dans un entretien avec L’Economiste. « L’Etat des routes et des ponts effondrés est la preuve que certaines entreprises qui arrivent à décrocher des marchés publics n’ont pas les qualités requises », poursuit M. Kabbage. Il juge impérative la mise en place d’un système de contrôles des conditions d’octroi et en appelle à la responsabilité de la délégation de l’équipement et du transport.

Toute une région sinistrée

Par ailleurs, le maire d’Agadir pointe le mode de construction de promoteurs immobiliers dans la région qui « n’hésitent pas à construire sur le lit des rivières et à vendre des lots ». Il estime qu’il faille maîtriser « l’impact direct et la situation géographique » avant d’attribuer les autorisations de lotissement.

Sur l’ensemble du territoire national, les régions du Sud sont les plus touchées avec Guelmim (à 200 Km au sud d’Agadir) déjà déclarée « zone sinistrée ». A ce jour, le bilan fait état de 36 victimes toutes régions confondues. Pour l’instant, aucune information ne filtre quant à l’état d’avancement de la mise en place du plan annoncé par le ministre de l’Intérieur. En, attendant que tout soit au point, les populations doivent se préparer aux pluies qui devraient encore s’abattre dans la région cette semaine, selon les prévisions météorologiques.

Publié 1 décembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Environnement, Météo, Région, Urbanisme

Inondations à Guelmim : La priorité au désenclavement et à la réparation des infrastructures

par Akram Guendouli – lavieeco.com

La priorité, dans les circonstances actuelles, sera accordée aux équipements et infrastructures afin de désenclaver la province de Guelmim, durement touchée par des précipitations exceptionnelles.

Dans le cadre de la mobilisation générale des pouvoirs publics pour venir en aide aux populations touchés par les intempéries que connait actuellement certaines régions du Royaume, notamment la région Guelmim-Esmara, la priorité a été donnée à la réouverture des routes, au rétablissement du courant électrique, à l’approvisionnement en eau potable et à la continuité des services de santé dans l’ensemble de la province.

Un communiqué de la wilaya, considère que « les aides en nature ne sont pas prioritaires dans l’immédiat », appelant l’ensemble des citoyens à faire montre de patience, d’engagement et de responsabilité en pareilles circonstances.

 

Publié 1 décembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Météo

Intempéries catastrophiques dans le sud du Maroc (Photos)

      

  

 

Publié 1 décembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Météo

Un cobra découvert sur la plage d’Agadir

bladi.net

Un cobra vivant a été découvert hier, samedi, en pleine plage d’Agadir. Le reptile a été trouvé en début d’après-midi et plusieurs photos font depuis le tour du web marocain.

Sur l’une des photos publiées par un internaute marocain, on voit une foule autour du reptile en compagnie des forces de l’ordre munies de… leur téléphone pour immortaliser ce moment.

Normalement les cobras ne devraient pas se trouver dans ce genre d’endroits. Si certains serpents aiment l’eau et vont même y nager, d’autres, comme le cobra, sont connus pour l’éviter. Il se pourrait donc que ce soit les fortes crues de ces derniers jours dans la région qui ont amené le reptile jusqu’à la plage d’Agadir. A moins qu’il ne s’agisse d’un compagnon devenu trop encombrant…

Publié 1 décembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Insolite, Météo

Un an de pluie s’abat sur le sud du Maroc en 48h

rfi.fr

Aït Melloul, dans la région d’Agadir, a été touchée par des crues subites

Au Maroc, des pluies torrentielles continuent à s’abattre sur le sud du pays. Le pays a déjà été frappé par des inondations meurtrières le week-end dernier. La région d’Agadir est à son tour touchée par des intempéries exceptionnelles. Aucune victime n’est pour l’heure à déplorer.

En l’espace de 48 heures, l’équivalent d’un an de pluie s’est abattu sur le grand Sud du pays. De Marrakech à Agadir, le débordement des Oueds, les rivières, a occasionné la fermeture de plusieurs routes nationales et l’évacuation de centaines d’habitants.

Déjà en alerte depuis la semaine dernière où les crues ont provoqué la mort de 36 personnes, les autorités multiplient les appels à la prudence. Les opérations de sauvetage visent principalement les automobilistes qui, bravant le danger, tentent de traverser coûte que coûte les routes inondées. Les autorités tentent d’accélérer comme elles peuvent la réouverture du réseau routier déjà largement éprouvé par les intempéries du week-end dernier.

Mais les dégâts sont d’ores et déjà considérables. Plusieurs ponts se sont effondrés, et des villages sont toujours privés d’approvisionnement. Le secteur touristique a également été touché par les pluies, une soixantaine d’étrangers ont été évacués par avion depuis Ouarzazate. La ville de Guelmin, située au sud d’Agadir, a elle été déclarée « zone sinistrée ». Dans cette seule région, 24 personnes ont perdu la vie, emportées par les eaux le week-end dernier.

Publié 1 décembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Evènements, Météo

%d blogueurs aiment cette page :