Hausse du coût de la vie au Maroc : les Français découragés ?

h24info.ma

La hausse du coût de la vie, notamment de l’immobilier et de l’éducation, dissuaderait des Français de s’installer au Maroc.

Les retraités et les Français aux revenus modestes « vont peut­être devoir réfléchir à deux fois avant de s’exiler dans le royaume chérifien. Sachez en effet que le coût de la vie à Casablanca est plus élevé qu’à Boston, Kuala Lumpur, Montréal et Dallas… Detroit Budapest et Le Cap sont aussi meilleur marché. »
C’est ce que rapporte un article du Point, au titre plus qu’explicite: « La vie de pacha au Maroc n’est plus à la portée de toutes les bourses ». Et pour cause, l’article se base sur le dernier classement des villes les plus chères de la planète, établi par le cabinet de consulting Mercer.

Rabat plus chère que Cleveland
L’enquête de Mercer est conçue pour aider les entreprises multinationales et les gouvernements à établir les allocations qu’ils versent aux salariés expatriés. New York est utilisée comme ville de référence, et l’étude couvre 211 villes sur les 5 continents, comparant les coûts de plus de 200 articles dans chaque ville, y compris le logement, le transport, la nourriture, les vêtements, les articles ménagers, le divertissement et les loisirs.
Casablanca figure à la 107e place du classement en 2014, enregistrant un bond de 18 rangs par rapport à l’année dernière. Quant à Rabat, elle progresse de 7 places et arrive à la 163e marche devant Cleveland (aux Etats­Unis), Tunis (202e) ou Johannesburg.

« Le royaume n’est plus l’eldorado immobilier qu’il a été »
Car, explique l’étude, si les locaux vivent souvent avec peu, les expatriés dépensent beaucoup pour maintenir leur style de vie, « puisque la plupart des biens de consommation est importée En outre, trouver un hébergement sûr qui réponde aux normes occidentales peut être difficile et très coûteux aussi. C’est généralement pourquoi certaines villes africaines ont un classement élevé dans notre enquête ».
Au Maroc, plus précisément, ce sont les prix de l’immobilier qui rebutent les Français. « Le royaume n’est plus l’eldorado immobilier qu’il a été » note Le Point avant de donner les prix moyens des locations à Casablanca.
Et de noter que les loyers sont comparables dans les grandes villes touristiques comme Marrakech ou Agadir, mais qu’il est difficile d’y trouver un appart vide à louer  » car les propriétaires préfèrent la location meublée de courte durée aux touristes de passage ».

Autres points noirs: l’administration, la Santé, etc…
L’article avertit ses lecteurs: construire n’est pas forcément une bonne alternative, mais plutôt « un véritable parcours du combattant », notamment en raison de l’administration.
Autres dépenses incontournables: une assurance ­santé complémentaire pour pallier aux déficiences du système de santé marocain, et les frais de scolarité élevés des écoles françaises, même celles qui appartiennent à l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE).

En bonus: des avantages fiscaux
Cependant, tempère l’article, les abattements fiscaux « non négligeables » proposés par le Maroc aux expatriés, de 40% sur l’impôt sur le revenu à 80% pour les retraités, expliquent que « 80 000 Français, dont 25 % de retraités », s’y soient installés. On imagine que le soleil n’y est pas pour rien non plus.

 

 

Publicités

Publié 12 décembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Société

%d blogueurs aiment cette page :