Archives de février 2015

Changement d’horaire pour le Concert exceptionnel du duo Virginie d’Avezac et Zachary Deak le 7 mars au Sofitel Thalassa Sea & Spa au bénéfice de l’Association Hayati pour la Protection de l’Enfance

Ce concert était annoncé initialement à 19 H 30,

La direction du Sofitel vient de prévenir que le cocktail démarrerait à 18h30 et le concert au plus tard à 20h…

concert-7-mars-2015-flyer

Le Cluster solaire lance son 1er appel à projets

medias24.com

cluster0

Le Cluster solaire lance son premier appel à projets Fast track to market (FT2M) au titre de l’année 2015, qui offre une contribution financière et technique aux entreprises nationales pour le déploiement des technologies vertes, notamment les énergies renouvelables.

Lancé en partenariat avec le MCIC (Morocco climate innovation center, initiative de la banque mondiale), cet appel d’offres vise à favoriser l’émergence d’une filière industrielle nationale dans les domaines de la maitrise de l’énergie et des énergies renouvelables, et à permettre aux entreprises marocaines de constituer des références dans le domaine des technologies vertes, indique un communiqué du Cluster solaire.

Le FT2M offre une contribution financière aux projets sélectionnés, pouvant atteindre 500.000 DH à hauteur de 50% du montant d’investissement, en plus d’une assistance technique aux porteurs des projets, depuis la conception jusqu’au démarrage d’exploitation des projets.

La sélection des projets FT2M se déroulera en deux temps : une première phase de présélection sur la base d’une présentation sommaire du projet suivie d’une phase finale de sélection sur la base d’un dossier technique détaillé du projet.

Les dossiers de candidature au FT2M doivent être envoyés par mail au plus tard le 9 mars 2015. Le règlement de cet appel à projets est téléchargeable depuis le site web www.masen.ma.

Pour mémoire, deux projets pilotes ont déjà pu bénéficier de la contribution financière du FT2M et sont actuellement en cours de réalisation dans les régions d’Essaouira et d’Agadir dans le domaine de la production de chaleur industrielle à base d’énergie solaire et celui du développement de solutions d’électrification autonomes pour les zones non connectés au réseau.

Publié 28 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Ecologie, Environnement

LE RALLYE MAROC CLASSIC REPART POUR UN TOUR

Par Mohamed Darouiche et Brahim Taougar – le360.ma

 

C’est devenu une tradition depuis quelques années: le Maroc Classic ouvre la saison des rétrospectives des grands classiques du sport automobile. Laissés au repos pendant l’hiver, les bolides vont pouvoir décrasser leurs mécaniques tandis que leurs propriétaires y voient l’occasion de réveiller de vieilles sensations au volant de machines d’exception. Un périple enchanteur de 2300 kilomètres divisé en sept étapes les attend. Les bolides partitont de Casablanca pour s’arrêter à Marrakech, en passant par Essaouira, Agadir ou encore Ouarzazate. A Casablanca, Ciryl Neveu, organisateur et promoteur de la 22e édition du Rallye Maroc Classic, a donc présenté le nouveau parcours et les spécificités de ce rallye. 60 à 70 équipages y participeront à partir du 14 mars après vérification des automobiles devant un grand hôtel de la capitale économique.

Des décors somptueux

Pour l’organisateur de la course, le motard Cyril Neveu, le rallye se fera  dans un pays au décor dépaysant et somptueux. « Il y a la diversification des paysages avec des conditions météorologiques optimales et sur de très plus belles routes. Chaque soir, les pilotes pourront regarder les images de leur journée, et découvrir à quel point les endroits qu’ils ont traversés sont exceptionnels »: mer, haute montagne -on montera aux alentours des 2.500 mètre – et vallées-oasis jusqu’au désert.

Pour la bonne cause

Enfin, ce 22e Rallye Maroc Classic ne pouvait pas oublier ses traditions de générosité. A Ouazazate, une vente aux enchères ainsi qu’une tombola seront organisées au profit de l’association de Leila Benhima Cherif, L’Heure joyeuse, qui milite pour l’amélioration de la condition infantile. Et cela depuis 22 ans.

Publié 28 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Sport automobile

AGADIR VIT AU RYTHME DU FESTIVAL « ALMOGGAR N IMOUDA »

Par Hicham Alaoui – le360.ma

C’est parti pour la 3ème édition du festival des migrations « Almoggar N Imouda », organisée jusqu’au 1er mars à Agadir sous le signe « Regards croisés sur le concept de l’intégration ».

Agadir

© Copyright : MAP

Initiée par l’Association des chercheurs en migrations et développement, cette manifestation connaît la participation de plusieurs experts et chercheurs nationaux et étrangers, venus de pays ayant accumulé une certaine expérience en matière de migration-intégration, notamment la France, Espagne, les Pays-Bas, la Belgique ou le Canada.

Cette édition intervient, selon ses initiateurs, « à un moment crucial de la politique migratoire marocaine » marquée par la régularisation de la situation de nombre de migrants étrangers au Maroc, une opération qui appelle à la « réflexion sur l’intégration des étrangers dans la société marocaine ».

Le festival est une opportunité pour approcher la migration et l’intégration au féminin, en présence de professeurs spécialistes en la matière, alors que des ateliers seront organisés pour débattre du rôle des associations des MRE et des subsahariens dans le processus de l’intégration, avec la participation de plusieurs associations nationales et internationales.

Il sera aussi question du rôle de la production littéraire et artistique dans le rayonnement de la recherche en matière de migrations avec la projection de films documentaires, l’organisation d’expositions photographiques et la présentation des dernières publications des auteurs et des spécialistes issus de différentes disciplines.

Cette édition sera également rehaussée par la tenue d’une conférence internationale sur la thématique « football et intégration dans le contexte des relations entre le Maghreb et l’Europe », en présence de footballeurs et d’intervenants de divers horizons.

Le festival sera couronné par l’organisation d’une soirée musicale interculturelle animée par des groupes musicaux amazighs et africains et au cours de laquelle des hommages seront rendus à des personnalités ayant contribué aux questions liées à la migration.

 

Publié 28 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Cinéma, Festival

Communiqué 15/010 de l’UFE Agadir

UFE150101 UFE150102

Publié 27 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, UFE

Agadir – Tourisme : Ouakrim Belhacen n’est plus

medias24.com

6109131-9121200

Ouakrim Belhacen, propriétaire de l’Agadir Beach Club s’est éteint jeudi 26 février des suites d’une longue maladie.

Ce grand professionnel du tourisme gadiri a milité toute sa vie pour la promotion de la destination d’Agadir pour consolider à la fois la crédibilité internationale de cette station balnéaire et du Maroc.

Ce pionnier de l’hôtellerie est connu pour avoir dirigé l’Agadir Beach Club et pour avoir fondé le Groupement régional d’intérêt touristique(Grit), l’ancêtre du Centre régional de tourisme (CRT).

Précurseur, M. Belhacen a fait preuve d’initiatives remarquables comme la construction de l’hôtel Sofitel de Marrakech et la création de la première compagnie aérienne privée de charter Mondair, pour développer le tourisme national.

Tous les opérateurs du tourisme national l’accompagneront à sa dernière demeure ce vendredi 27 février à Agadir.

En guise de reconnaissance pour son excellent travail, la rédaction de Médias 24 se joint à eux pour présenter ses condoléances à sa famille et à son personnel hôtelier.

Publié 27 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Hôtellerie, Tourisme

Agadir : Quid du soutien social dans les écoles ?

lematin.ma

Quid-du-soutien-social--dans--les-ecoles.jpg

La commission de soutien social relevant de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) de Souss-Massa-Drâa a tenu, récemment, une réunion consacrée au diagnostic, à l’évaluation et à la diversification de l’offre de soutien social, compte tenu de son importance dans l’amélioration des indicateurs de scolarité et de lutte contre l’abandon scolaire.

Dans un communiqué, l’AREF fait état de l’attribution de près de 133 MDH, soit 41% du budget de fonctionnement, au domaine du soutien social, dont les cantines scolaires, précisant que les besoins de la région en la matière s’élèvent à 79 internats, à 1.065 réfectoires dans le primaire et à 62 au secondaire. La même source indique que cette réunion a été ponctuée par la présentation de deux exposés.

Le premier a porté sur l’élaboration d’une stratégie et d’un plan d’action pour la rationalisation du soutien social, le suivi de la situation des internats et la mise en place d’un dispositif informatique de suivi et de contrôle.
Le second exposé, consacré à l’état des lieux et à l’évaluation des bourses scolaires, des cantines et réfectoires au niveau de la délégation provinciale de Taroudant, a formulé une série de remarques et d’observations à ce sujet.

Publié 27 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Enseignement, Scolarité

Le 3ème festival des migrations à Agadir du 27 février au 1er mars

abidjan.net

La 3ème édition du festival des migrations “Almoggar N Imouda” s’ouvre ce vendredi à Agadir (Maroc), sous le signe “Regards croisés sur le concept de l’intégration”, à l’initiative de l’Association des chercheurs en migrations et développement avec d’autres partenaires.

Organisée en collaboration avec l’Observatoire régional des migrations, espaces et sociétés (ORMES) et avec le soutien du ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, cette manifestation connaîtra la participation de plusieurs experts et chercheurs nationaux et étrangers, venus de pays ayant accumulé une certaine expérience en matière de migration-intégration, notamment de France, Espagne, Belgique et Canada.

Publié 27 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Cinéma, Festival

29 février 1960 : Agadir détruite en 15 secondes

par Sophie Guerrier – lefigaro.fr

Des survivants du tremblement de terre d'Agadir en mars 1960.

D’une magnitude de 5,7 sur l’échelle de Richter, la secousse s’est produite à 23h40 et a duré 15 secondes. Tous les Gadiris ont été touchés: un tiers de la population, soit 15.000 personnes sont mortes, les autres, environ 25.000 ont été blessées. C’est le tremblement de terre le plus meurtier de l’histoire du Maroc. Les quartiers les plus proches de la montagne ont été totalement détruits. A l’inverse, le port et la base navale ont peu souffert et ont servi de refuge aux survivants.

L’épicentre du séisme étant situé juste en dessous de la ville, et la ville sur une faille sismique, il est décidé de reconstruire Agadir plus au sud. La première pierre du chantier est posée par le roi Mohammed V le 30 juin 1960. Et le suivi de la reconstruction est confié au prince héritier Moulay Hassan.

55 ans après, Agadir, ville de 600.000 habitants, est aujourd’hui la deuxième ville touristique du Maroc, renommée pour ses kilomètres de plage ensoleillés.

 

 

 

Publié 27 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Souvenir

Livre de prestige «Souss-Massa-Drâa, terre d’excellence»

par Nadia Ouiddar – lematin.ma

Livre-de-prestige.jpg

Véritable outil d’information à l’adresse des touristes et des investisseurs, le «Livre de prestige Souss-Massa-Drâa», publié récemment, permet aux curieux de découvrir les atouts de cette belle partie du Maroc.
Une région érigée en chantiers ouverts où foisonnent des projets de tout genre : économiques, culturels, sociaux, sportifs, etc. Avec ses hommes et femmes, son patrimoine, ses richesses naturelles et culturelles, Souss-Massa-Drâa (SMD) est aujourd’hui plus belle, plus compétitive et plus attractive. Résolument tournée vers le futur, elle nourrit des ambitions qui sont en train de prendre forme.

«Le Souss-Massa-Drâa, première région du Maroc à se doter d’une stratégie de développement régional, peut se targuer en ce début d’année 2015 d’être un modèle de réussite socio-économique», écrit d’emblée, l’éditeur de cet ouvrage Nasrallah Belkhayate. Et d’ajouter que «le livre de prestige SMD est une initiation à ce voyage de découverte d’une région qui monte et dont les hommes et les femmes sont fiers d’appartenir…», avant de poursuivre : «De toutes les richesses naturelles il est indéniable que le capital humain est le véritable trésor de la région du Souss».

On l’aura compris, le potentiel humain de la région est d’une forte valeur ajoutée pour son développement. Une donne confirmée dans le livre par Mohammed El Yazid Zellou, wali de la région : «Engagé dans un processus de développement durable, la région du Souss a mobilisé toutes ses ressources pour valoriser cet engagement en relevant ses forces et faiblesses, mais aussi ses défis. Pour cela, la région a donné la parole aux habitants, tout en accordant une place privilégiée aux femmes entrepreneures». Cet ouvrage est la récompense des efforts, de la citoyenneté et du patriotisme de tous les acteurs engagés de la région.

Le Livre de prestige SMD s’annonce cette année sous ses plus beaux aspects : carnet de la région, carnet de voyage et carnet des biographies sont autant de mots clés qui s’accompagnent de l’honneur accordé aux femmes entrepreneures de la région.

Publié 27 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme

La page Comarit définitivement tournée

par Ali ABJIOU – leconomiste.com

Comarit

  • Les licences ont commencé à être distribuées aux sociétés sélectionnées
  • Naveline, en train de mettre en place ses équipes, est la première à être servie
  • Redfish et Intershipping devraient suivre
.

.

Mieux vaut tard que jamais. Les premières licences pour l’exploitation du trafic maritime entre l’Espagne et le Maroc ont commencé à être distribuées, selon des sources portuaires. La première à avoir été servie est la société marocaine Naveline. Cette dernière a déjà eu son autorisation le 28 janvier dernier. Elle a reçu le OK pour exploiter deux bateaux sur les lignes Tanger-Med – Algésiras pour une période de dix ans. Actuellement, la société est en train de recruter des matelots et de chercher des bateaux pour démarrer son activité dans les prochaines semaines. D’autres sociétés devraient suivre, c’est le cas de Redfish, une filiale de FRS Maroc, et d’Intershipping. Ces deux sociétés, déjà en activité, devraient profiter chacune d’une licence pour l’exploitation de lignes entre les deux rives du Détroit. L’annonce officielle devrait d’ailleurs intervenir lors des prochains jours, les sociétés sélectionnées ont déjà signé les cahiers de charges respectifs dernièrement à Rabat. Il s’agit là des premières indiscrétions avant l’annonce des résultats du deuxième appel à manifestation d’intérêt dédié aux opérateurs nationaux lancé par le ministère de l’Equipement en mai dernier et dont l’ouverture des plis était prévue pour le 23 juin 2014. Il a été lancé suite à un autre qui avait été déclaré infructueux en 2013.
L’objectif est pourtant simple, remplir le vide laissé par les navires du groupe Comarit-Comanav et ne pas trop dépendre des compagnies du voisin ibérique.
Le premier appel d’offres était divisé en lignes en partance des différents ports marocains comme celui de Tanger-Med, de Nador, d’Al Hoceima et même d’Agadir, Laayoune ou Tarfaya. Cette fois, l’appel à manifestation joue la flexibilité et tout opérateur intéressé pourra soumissionner à une ou plusieurs lignes et même proposer d’autres, le cas échéant.
Lors du précédent appel, seule la ligne Tanger-ville – Tarifa – Gibraltar avait été attribuée à la société Intershipping.

intershipping
Dans le cadre des autres lignes, aucune compagnie maritime n’avait été retenue. C’est le cas des lignes connectant Tanger-Med – Algésiras – Gibraltar et Nador – Alméria, Nador – Motril ou Malaga, Al Hoceima – Mortil ou Malaga.
D’autre part, aucune offre n’avait été déposée pour le lot 2 qui comprend les lignes longues distances Tanger-Med – Sète, Tanger-Med – Barcelone – Gênes ou Livourne, Nador – Sète et le lot 5 avec les lignes Agadir – Îles Canaries, Tarfaya – Îles Canaries et Laayoune – Îles Canaries. Ce qui montre le peu d’intérêt des professionnels pour les lignes maritimes de longue distance, fortement frappées par la concurrence de l’aérien. D’où la flexibilité du deuxième appel à manifestation pour la suggestion de nouvelles lignes.
Selon plusieurs opérateurs, le Ministère avait fait preuve de sagesse sur ce dossier en prêtant une oreille attentive à la demande des professionnels du secteur. Pour les opérateurs, le choix de l’organisation de l’appel en lots incluant lignes rentables et d’autres à lancer n’était pas très attractif. Mais le ministère n’a pas eu de remords à refaire sa copie et à revoir les termes de l’appel à manifestation d’intérêt. Ce dernier a écarté diverses lignes dont celle du Portugal pour se concentrer sur les lignes qui relient le Maroc à l’Espagne, la France et l’Italie. Une révision qui commence à porter ses fruits.

De nouvelles connexions pour Tanger-Med

TANGER-MED voit son réseau «marchandises» s’étoffer de jour en jour. La dernière connexion en date est celle devant relier le complexe portuaire du nord au terminal fluvial de Grand-Couronne dans la ville de Rouen. La ville est traversée par la Seine et est considérée comme l’un des débouchés naturels de la région parisienne vers l’Atlantique. La connexion est assurée par le groupe CMA CGM/Delmas dans le cadre du service Dunkrus Express. Elle est assurée par trois porte-conteneurs, des ‘feeders’ de 1.300 conteneurs de capacité chacun. Elle effectue un départ chaque week-end directement à destination de Tanger-Med. Ce dernier sert en effet de hub au groupe français où il connectera Rouen avec les différentes liaisons régulières de CMA CGM, vers le reste du monde et en particulier vers l’Afrique.

Publié 26 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Tourisme, Transports

Réaction justifiée de M. Brahim Boukayoud qui m’est transmise par M. Jacques Gandini concernant l’article « Musée de Tazouda ou comment les dinosaures sortent de l’anonymat un patelin perdu du Haut Atlas »

Lien vers l’article « Musée de Tazouda ou comment les dinosaures sortent de l’anonymat un patelin perdu du Haut Atlas » de Saïd Afoulous (lopinion.ma) qui a paru dans ce blog :

http://wp.me/p1oWpo-7Tp

Je remercie M. jacques Gandini pour la mise au point que vous pouvez trouver ci-dessous.

Pour rappel, les différentes éditions des guides Gandini « Pistes du Maroc » et « Pistes du Maroc à travers l’histoire » constituent une « bible » pour ceux qui veulent visiter le sud marocain en sortant des sentiers battus.

Voici le texte de son mail :

Bonjour

Dans vos pages : Musée de Tazouda ou comment les dinosaures sortent de l’anonymat un patelin perdu du Haut Atlas

L’article de Saïd Afoulous (lopinion.ma) a attiré l’attention de M. Brahim Boukayoud, tenancier d’un gîte à Imi n’Oulaoune qui reçoit des randonneurs à pied en 4×4. Il m’a demandé d’intervenir auprès de vous pour rétablir la vérité si c’est possible.

Extrait :
« Malgré ses kasbahs, ses gorges, grottes et cascades, la commune rurale d’Imi N’Oulaoune ne figure sur aucun circuit touristique », note-t-on dans le Rapport de diagnostic participatif de la commune en 2009. Les choses ne semblent pas avoir changé d’un iota depuis.

Ce journaliste n’est pas très au fait de ce qui se passe dans l’Atlas marocain. Il reprend des affirmations qui sont fausses, sans se donner la peine de les vérifier.

Mon guide 4×4 Pistes du Maroc à travers l’histoire, dont le tome 1, paru en 2006 (500 pages), fait l’inventaire des possibilités de randonnées en véhicules tout-terrain dans la région, et propose deux parcours qui passent par Imi n’Oulaoun, en citant le gîte d’étape classé de Brahim Boukayoud. 

A noter que s’il y a un gîte depuis 1993, c’est bien que des touristes passent par ce village…

Pour information, voici ci-joint le descriptif de deux de mes parcours dans le guide qui passent par Imi n’Oulaoun.

Merci pour votre attention.

Bien cordialement

Jacques Gandini

www.extrem-sud.com

Q4. Toundoute – Tazouda – Aguerd – Amezri

Feuilles Skoura & Qualat M’Gouna

Km 0. 31°16,37’N – 06°35,17’W. Toundoute. Par la route remontée de la vallée de l’oued Tabia en laissant à droite le village d’Aguerd n’Ouzrou, à ne pas confondre avec le suivant.

Km 3,2. 31°17’N – 06°34,50’W. Tazouda. Musée des dinosaures

Km 5,2. 31°17,79’N – 06°33,59’W. Oued Tabia.

Visite à la mine de sel.

Km 0. 31°17,79’N – 06°33,59’W. Oued Tabia. Prendre la piste sur la rive gauche (lauriers roses) qui contourne la vallée et ses jardins. Garder la piste par la gauche.

Km 1,1. 31°17,21’N – 06°33,47’W. Aguerd n’Ouzrou. Prendre piste qui monte à gauche.

Km 1,8. 31°16,98’N – 06°33,18’W. 1752 mètres. Ifri n’Tissant (la grotte du sel). Premier puits de mine descendant à – 10 mètres et plus. Cristallisation de sel et chauves-souris. Descente possible avec chaussures adéquates. La zone d’exploitation s’étend ensuite le long de la piste sur quelques centaines de mètres. Beaucoup de puits de mines et de salles d’excavation sont effondrés. Attention en bordure des trous. Demi-tour, retour au km 5,2.

Km 10. 31°18,66’N – 06°30,90’W. Petit col (1664 m)

Km 10,5. 31°18,68’N – 06°30,59’W. Aguerd. Départ du parcours Q6.

Continuer cap au Nord en bordure de l’assif Assaka n’Aït Affan.

Km 14,5. 31°20,13’N – 06°29,94’W. Fin de la route.

Km 16. 31°20,58’N – 06°29,53’W. Garder la piste de gauche qui va circuler en surplomb de l’oued. Passer le village d’Ifrane.

Km 20,5. 31°22,49’N – 06°30,22’W. Jonction avec l’arrivée du parcours Q6 par Imi n’Oulaoun, village sur la rive opposée avec un gîte d’étape classé, en surplomb de l’oued. La piste entame son ascension en bordure de l’assif Ghalb, affluent de l’assif Assaka n’Aït Affan, vers les villages d’altitude au pied de l’assif n’Tiferdane en face du jebel Hyiyane.

Km 25,5. 31°23,68’N – 06°31,52’W. Point-panorama.

Km 29,5. 31°24,65’N – 06°32,70’W. Tamzrit.

Km 31. 31°24,75’N – 06°33,23’W. Point-panorama sur la haute vallée et ses Azibs.

Ancien marabout de Sidi Ali en contrebas, à l’architecture particulière.

Km 32,5. 31°24,72’N – 06°33,90’W. Altitude 2320 mètres. Vue sur la piste montant au col.

Km 34,7. 31°24,75’N – 06°35,05’W. Halte bain de pieds dans petit torrent.

Km 37. 31°24,82’N – 06°35,58’W. Altitude 2620 mètres, panorama sur l’aval de la vallée.

Km 38,5. 31°24,90’N – 06°36’W. Dans le jebel Tizoula, tizi n’Oulaoun, 2810 mètres au GPS, 2787 mètres sur les cartes. Début d’une descente d’enfer…

Km 40,5. 31°25,30’N – 06°36,27’W. Panorama sur l’assif n’Idmamene et ses carrés de cultures de céréales, sur fond de terre rouge. Nombreuses sources près de la piste.

Km 41,2. 31°25,68’N – 06°36,15’W. Départ à droite d’une récente et bonne piste de 6 km pour rejoindre directement le village de Tessaout n’Oufella (Tessaout d’en haut) d’où une piste rejoint Amezri.

Km 41,7. 31°25,80’N – 06°36,30’W. Bon endroit de bivouac, gazon à terrain de golf, source.

Km 44,5. 31°26,70’N – 06°36,85’W. Bordure des falaises dominant l’assif n’Bou Ilghmane, façon Grand Canyon à petite échelle (impressionnant). Vue sur la vallée de la haute Tessaout et le village d’Amezri.

Km 45,8. 31°26,95’N – 06°37,50’W. Après avoir traversé le gué de la Tessaout, en haut de la montée, arrivée à Amezri. Jonction avec le parcours F9 (Toufghine – Amezri).

Q5. La boucle des vallées perdues

Feuilles Skoura & Qalaa’t Mgouna

Cette boucle d’une soixantaine de kilomètres, départ et arrivée à Aguerd. (parcours Q4)

Km 0. 31°18,60’N – 06°30,70’W. 1670 m. Aguerd. Prendre la route qui descend dans l’oued Aghouzi, dominé au Sud par la chaîne du jebel Tadaout (1934 m).

Km 11. 31°18,71’N – 06°24,74’W. 1870 m. Suivre par la gauche, cap Nord, pour quitter R2.

Km 13. 31°19,70’N – 06°25,10’W. Jonction avec une piste arrivant de droite, cap Nord.

Km 15,5. 31°20,86’N – 06°25,72’W. 1918 m. Croisement d’une piste Est-Ouest.

Km 18,4. 31°22’N – 06°26’W. 2160 m. Tizi Kantola.

Km 20,2. 31°22,59’N – 06°25,96’W. 2004 m. Jonction avec une piste arrivant de gauche, en descente. Gué de l’assif Imi n’Kamdon.

Km 21,3. 31°22,88’N – 06°25,70’W. 2062 m. Souk Kantola. Fin du goudron. Début d’une ascension.

Km 24,8. 31°23,46’N – 06°25,65’W. 2256 m. Après avoir dépassé Ighil, arrivée à une plate-forme pour un panorama, dominée au Nord-Est par le jebel Aklim (3432 m).

Km 25,4. 31°23,57’N – 06°25,88’W. 2300 m. Dans les jardins de Tighouzzirine. Monter dans le village pour suivre la piste par la gauche.

Km 26,4. 31°23,52’N – 06°26,35’W. Tizi à 2327 mètres.

Km 27,8. 31°23,63’N – 06°26,76’W. 2374 m. Tamsitl, suivre par la droite en montée, puis à environ 100 mètres, tourner à gauche pour contourner l’école par l’Ouest avant de poursuivre l’ascension.

Km 29. 31°23,95’N – 06°26,84’W. Tizi à 2472 mètres.

Km 30. 31°24,44’N – 06°27,44’W. Tizi à 2460 mètres. Début d’une descente DPM.

Km 31,5. 31°24,14’N – 06°28,10’W. 2300 m. Douar Tighermt, dominé au Sud par le jebel Azguigh (2617 m). La descente se poursuit dans les amandiers subissant une invasion de cochenilles.

Km 34,8. 31°24,92’N – 06°29,33’W. 1990 m. Gué dans l’assif Assaka, au pied d’Assaka n’Aït Affan. Suivre par la gauche en montée, cap WSW.

Km 35,3. 31°24,75’N – 06°29,46’W. Suivre par la droite en montée.

Km 36,4. 31°24,89’N – 06°29,68’W. 2075 m. Suivre deux fois par la gauche en montée.

Km 37,2. 31°24,80’N – 06°29,72’W. Jonction avec une piste arrivant de gauche en montée. Plusieurs belles plate-formes à bivouac dans l’ascension.

Km 38,3. 31°24,48’N – 06°30,11’W. Tizi à 2200 m. Ensuite la piste surplombe, presque à pic, un douar avec sa tighermt presque en ruine.

Km 40,1. 31°24,80’N – 06°30,65’W. 2084 m. Jonction par la droite avec une piste arrivant du village d’Amassine. Ascension puis descente à flanc du cirque de l’Astif Tiferdane.

Km 44,3. 31°23,45’N – 06°30,15’W. 2040 m. Belle prairie à bivouac.

Km 46,3. 31°22,74’N – 06°30,03’W. 1865 m. Jonction avec une piste arrivant de gauche par l’oued, cap Sud.

Km 46,9. 31°22,55’N – 06°30,08’W. 1850 m. Imi n’Oulaoun. Gîte d’étape de Brahim Boukayoud, rustique et sympa, existe depuis 1993.

Km 47,7. 31°22,44’N – 06°30,10’W. 1790 m. Arrivée dans l’oued Assaka n’Aït Affan. La piste qui monte à droite rejoint la parcours Q5 pour Amezri et la vallée de la Tessaout. Continuer la piste par le lit de l’oued vers l’aval.

Km 49,3. 31°21,72’N – 06°29,79’W. 1760 m. Sortie par la droite de l’oued Assaka n’Aït Affan.

Km 49,8. 31°21,55’N – 06°29,85’W. 1795 m. Jonction avec la piste Amezri (parcours Q5). Suivre par la gauche.

Km 53,6. 31°20,13’N – 06°29,94’W. 1700 m. Tourner à droite pour rejoindre la route.

Km 57,4. 31°18,60’N – 06°30,70’W. Aguerd, retour au point de départ. 

Publié 26 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Découverte, Région, Tourisme

BRITISH FILM WEEK du 26 février au 1er mars à l’Institut Français d’Agadir

Pour la quatrième année consécutive, le British Council organise en partenariat avec le Centre Cinématographique Marocain, le Cinéma 7ème Art de Rabat, et l’Institut Français d’Agadir, la British Film Week, consacrée au réalisateur Alfred Hitchcock, du 26 février au 1er mars, avec la projection de 4 films :

British Film Week à Agadir : projection de  Pleasure Garden  Pleasure Garden d’Alfred Hitchcock, le jeudi 26 février.
Synopsis : Drame amoureux autour deux jeunes chorus girls dans une troupe du théâtre.
British Film Week à Agadir : projection de  The Lodger  The Lodger d’Alfred Hitchcock, le vendredi 27 février.
Synopsis : Le « Vengeur » sème la terreur à Londres en assassinant des jeunes filles blondes.
British Film Week à Agadir : projection de  Downhill  Downhill d’Alfred Hitchcock, le samedi 28 février.
Synopsis : Un jeune étudiant est injustement accusé du vol commis par un de ses amis.
British Film Week à Agadir : projection de  The Ring  The Ring d’Alfred Hitchcock, le dimanche 1er mars.
Synopsis : Dans une fête foraine, un jeune homme décide de combattre le célèbre boxeur « One-Round » Jack pour séduire la caissière.
Projections sur invitation, à retirer à l’IFA. 

Publié 26 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Art, Cinéma

MAROC-ESPAGNE. DE NOUVELLES LICENCES POUR LE TRAFIC MARITIME

Par Ndiaye Mar Bassine – le360.ma

ferries

De nouvelles lignes de transport maritimes entre Tanger Med et Algésiras vont bientôt être exploitées. Trois sociétés ont déjà été sélectionnées, dont l’une a reçu sa licence et les restantes ont signé le cahier des charges. Les lignes longue distance n’intéressent personne.

C’en est définitivement fini de la Comarit, nous apprend l’Economiste de ce jeudi 26 février. L’octroi de nouvelles licences pour l’exploitation des lignes maritimes de transport de voyageurs entre l’Espagne et le Maroc permet de « tourner définitivement la page Comarit », souligne le quotidien. C’est Naveline, société marocaine, qui est la première à avoir reçu ses autorisations, il y a pratiquement un mois, le 28 janvier dernier. Elle mettra deux bateaux sur la ligne Tanger Med-Algésiras qu’elle exploitera pour une période de 10 ans, selon l’autorisation.

Démarrage en cours

Pour l’heure, Le recrutement de matelots et la recherche de bateaux sont lancés. D’autres sociétés, notamment Intershipping et Redfish, une filiale de FRS Maroc, attendent leurs licences, selon l’Economiste qui cite des sources portuaires. Ces deux dernières sociétés sont déjà en activité et attendent chacune une licence pour le même trajet que Naveline. Elles ont déjà signé leurs cahiers de charges respectifs à Rabat, toujours d’après les indiscrétions faites à l’Economiste en prélude à l’annonce officielle des résultats de l’appel à manifestation d’intérêt.

 

Les lignes longue distance n’ont pas la cote

Ces nouvelles lignes s’ajoutent à celle de Tanger Ville-Tarifa-Gibraltar qui avait été attribuée lors du précédent appel à manifestation d’intérêt. Cependant, les autres lignes qui faisaient également partie dudit appel n’ont pas suscité l’intérêt des transporteurs potentiels. Il s’agit notamment de Tanger Med-Algésiras-Gibraltar, Nador-Alméria, Nador-Motril ou Malaga, Al Holceima-Motril ou Malaga. De même, les lignes longue distance comme Tanger Med-Sète, Tanger Med-Barcelone-Gênes ou Livourne et Nador-Sète n’ont intéressé aucun investisseur. Il en est de même d’Agadir-Iles Canaries, Tarfaya-Iles Canaries et Laayoune-Iles Canaries.

 

Publié 26 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Circulation, Tourisme, Transports

Nadia Roz, originaire d’Agadir, la Cléopâtre de la nouvelle série de M6

Par Sabrina El-Faiz – yabiladi.com

Française d’origine marocaine, Nadia Roz est passée d’un poste de secrétaire à celui de One Woman Show ! Aujourd’hui, elle incarne la plus belle femme d’Egypte dans Peplum sur M6. 

0260e3a6c7be82378aa51b44ea3ea841

Une nouvelle série a débarqué sur la chaîne française, M6 : Peplum. L’histoire se déroule pendant l’époque romaine. Evidemment qui pense à Rome, pense à Jules César et … Cléopâtre. C’est précisément ce rôle qu’incarne Nadia Roz.

Il est important de préciser que cette Cléopâtre ne sera pas comme toutes les autres. A savoir, belle, majestueuse, délicate et maligne. Loin de là, celle-ci est drôle et plutôt gauche. Une adaptation tout à fait logique lorsqu’on sait que c’est Nadia qui a le rôle.

Qui est Nadia Roz ?

Nadia a laissé ses plannings et son bureau de secrétaire pour se lancer corps et âme dans une carrière d’humoriste.
La jeune franco-marocaine d’Agadir a commencé les cours de théâtre à l’âge de 8 ans. Elle a remporté « Paris fait sa comédie » à l’Olympia, un prix du jury de Cavaillon, prix des lectrices du magazine Biba, etc.
En 2007, elle joue son show « Le One Roz Show » et on l’a aussi vu dans certaines scènes de la comédie « scènes de ménage ».

Publié 26 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, People

Sécurité Clôture à Agadir de la caravane pour la prévention routière

par Mohamed Amine Hafidi – lematin.ma

Cloture-de-la-caravane-pour-la-prevention-routiere.jpg

Les messages de sensibilisation à la sécurité routière ont été arborés sur 70 petits taxis à Agadir

 

La troisième édition de la Caravane itinérante de sécurité routière a pris fin mardi à Agadir. Organisée par le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC), la caravane de deux jours a sillonné plusieurs villes notamment Benslimane, Berrechid, Benguerir, Agadir et Tiznit et a connu le lancement de projets. La journée du mardi a connu le coup d’envoi, dans la matinée au sein de la Chambre de commerce et d’industrie d’Agadir, de l’affichage mobile et de proximité sur les petits taxis d’Agadir. «Étant un média à part entière, l’affichage demeure un outil de communication privilégié par le CNPAC. C’est un moyen de mettre en avant les différentes activités du comité et de promouvoir la culture de la prévention et de la sécurité routière», souligne le CNPAC.
Ainsi, en tenant compte de la spécificité de l’affichage mobile sur les supports taxis d’Agadir (70 taxis), le CNPAC pourrait définir une bonne sélection géographique et cibler les diverses catégories d’usagers de la route (plus de 400.000 personnes) dans ses différents lieux de vie. En effet, ce nouveau support de communication permettra au CNPAC d’être visible sur toute la ville d’Agadir (400 km/jour) et d’être omniprésent (24 h/24) par une communication visuelle dont les thématiques sont variables dans le temps et dans l’espace. L’objectif est de généraliser cette opération à d’autres villes.

En parallèle, Le CNPAC a organisé des campagnes de sensibilisation et des sessions de formation au profit des conducteurs de petits taxis, en collaboration avec l’Association professionnelle des propriétaires, exploitants et conducteurs des petits taxis à Agadir.
Enfin, la caravane s’est dirigée vers Tiznit afin de présenter les projets de dédoublement de la route nationale n°1 et du dédoublement du pont sur Oued Massa.

Le ministre délégué chargé du Transport, Mohamed Najib Boulif, a également lancé la construction de deux ouvrages d’art sur la route rurale n° 104, la réalisation d’une intersection formée par cette même route et la route provinciale 1900, et l’aménagement des bas-côtés de la route provinciale 1913.


La caravane promeut le don du sang

Le CNPAC a signé une convention avec le Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie en vue de sensibiliser à l’importance du don de sang et de son rôle dans le sauvetage de blessés victimes d’accidents de la circulation.
La communication se fait au sein de la caravane par l’aménagement de stands, par les supports numériques
et les documents papier, les messages radio avec des personnes ressources du centre national de transfusion. Le comité a également organisé une journée de formation au profit des composantes de la société civile œuvrant dans le domaine du don de sang et des associations intéressées par la prévention et la sécurité routière ainsi que des sessions de sensibilisation pour les enfants dans les établissements scolaires et les espaces dédiés à l’enfance.

Publié 26 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Circulation, Transports

Un plan de 2,1 milliards de DH prochainement lancé

lematin.ma

Charafat-Afailal.jpg

Charafat Afailal, ministre déléguée chargée de l’Eau, s’est rendue, courant février, à Agadir pour présider le conseil d’administration de l’Agence du bassin hydraulique de Souss-Massa-Draâ.
Mme Afailal a évoqué les dernières précipitations qui avaient engendré des crues exceptionnelles et des inondations ayant occasionné des pertes humaines et matérielles.

En novembre 2014, en moins de 48 heures, il est tombé l’équivalent d’une année de précipitations estimé à plus de 250 mm causant l’effondrement d’un pont à Agadir, la fermeture des routes, l’effondrement des digues et des dégâts causés aux réseaux électriques. Ces intempéries avaient eu lieu après celle de Guelmim où les pluies avaient provoqué la mort de 36 personnes et des dégâts matériels.

En décembre dernier, un rapport du ministère délégué chargé du Transport avait estimé à près de 1,4 milliard de DH le montant des dégâts matériels causés par les intempéries à travers le territoire.

À Agadir, Charafat Afailal a annoncé le lancement prochain d’un programme de préventions des crues et de réparation des dégâts doté de 2,10 milliards de DH.

Dans la même journée, Mme Afailal s’est rendue à Laâyoune, où a eu lieu la deuxième session du conseil d’administration de l’Agence du bassin hydraulique de Sakia El Hamra et Oued Eddahab et a donné le coup d’envoi des consultations régionales sur la révision de la loi sur l’eau.

Publié 26 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Eau, Environnement

Décompensation du gaz butane : le démenti maladroit de Benkirane

h24info.ma

Contre toute attente, le chef du gouvernement a indiqué que la fin des subventions sur le gaz butane n’était pas à l’ordre du jour.

Décompensation du gaz butane: le démenti maladroit de Benkirane (vidéo)

« Non. Les Marocains ne paieront pas leur bota (NDLR: bouteille de gaz butane) plus cher », a affirmé ce jeudi Abdelilah Benkirane à la chaîne de télévision 2M, à l’occasion du conseil du gouvernement.

Il a même ajouté que supprimer la « subvention du gaz n’est pas à l’ordre du jour. Il faudra d’abord trouver un moyen pour donner des aides directes aux gens dans le besoin ». Une annonce qui prend tout le monde à contre-pied.

Rappel des faits
Mardi dernier, plusieurs médias, dont h24info, avaient annoncé la fin des subventions de l’État sur le gaz butane, le sucre et le blé notamment. Le quotidien Akhbar Al Yaoum affirmait que le gouvernement annoncerait l’arrêt des subventions du gaz avant le mois de septembre, suivant les recommandations d’une étude nationale qui sera soumise à Benkirane. Les subventions seraient remplacées par une aide directe aux huit millions et demi de Marocains qui vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Notons que dans un rapport présenté fin octobre, l’Agence internationale de l’Énergie (AIE) avait recommandé aux autorités marocaines de poursuivre l’élimination des subventions, notamment du gaz butane, qui « grèvent les finances publiques ».

Annonce quasi officielle
Interrogé par l’AFP, le ministre de l’Énergie, Abdelkader Amara avait d’ailleurs confirmé l’information 24 heures après: « nous travaillons dessus, mais nous n’avons pas encore un échéancier pour la mise en œuvre de cette réforme ».

Le gaz butane coûtera cette année à l’État près de 15 milliards de dirhams. Selon Amara, des scénarios pour supprimer la subvention sur les bouteilles de gaz, vendues au tiers de leurs prix à l’importation, sont « à l’étude pour déterminer un mécanisme de subventions directes à destination des catégories sociales nécessiteuses ».

Alors, qui croire? Benkirane ou son ministre de l’Énergie?

Publié 26 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Consommation, Société

Agadir : Point Presse du Forum Izorane hier soir

20150225_204629

Le président de Forum IZORANE a ouvert la séance par un rappel d’hommage à nos morts de 1960.

Il a indiqué que ce Point Presse est le signe d’une volonté de communiquer davantage sur les activités des commémorations.

Il a remercié tous ceux qui ont répondu à l’appel en étant présents ce soir et a précisé que programme sera communiqué ce soir aux médias.

20150225_204351

Après présentation d’un document sur l’évolution des salles cinéma à Agadir ( 1952 – 2010), il a procédé à la lecture des axes du programme et donné quelques  éclairages sur certaines activités.

Questions :

Abdellatif alKamel ( al-Itihad al ichtiraqui / USFP) :

Pourquoi n’y t – il pas de concertation plus accrue avec autres associations pour supporter/ soutenir le Forum ?

Quelle réponse à la décision du gouverneur s’arrêter les fouilles à Agadir Ofella ?

Réponse :

Primo cette réunion est strictement réservée aux représentants des médias.

Secondo , ces derniers temps, d’autres associations ont été créés et travaillant sur la Mémoire de la ville : nous en sommes ravis car enfin une prise de conscience des jeunes est lancée….le Forum leur est ouvert pour tout aide susceptible de les faire avancer sur un aussi Lourd DOSSIER que le Patrimoine.

Azeddine Fethaoui ( Secrétaire Général de la section  presse locale et représentant MACHAHID a d’abord rappelé que le Forum a déjà mis sur la place publique des sujets sensibles :

1) Agadir Ofella
2) Le port ancien et sa reconversion
3) les aspects architecturaux d’Agadir
4) maintenant le Cinéma SALAM.

Saoudi Almalki ( président du club – presse local)

Il a émis des éloges en faveur des actions de IZORANE,  mais déplore le manque d’espaces culturels. Le choix de préserver la salle SALAM est très judicieux. Comment y arriver ?

Où sont nos députés pour s’ approprier ces problématiques ?

Mohamed Bajalat a répondu en développant la logique suivante :

1) Empêcher demolition de la salle en travaillant sur la procédure de son INSCRIPTION comme bâtiment historique. ( dossier déposé à la direction régionale du ministère de Culture. )

2) Réfléchir et travailler sur les voies d’acquisition de cette propriété privée ( le rôle de la municipalité est primordial)

3) Comment faire vivre cet espace ?

quelles misssions une fois devenu communal ?

Question de al Madkouri (alBayane)

Après avoir prodiqué des encouragements au travail de IZORANE, il développe la diversité des aspects architecturaux à Agadir et insiste sur l’impératif de garder ce mix – identitaire de la ville face à cette expansion rapide et anarchiste. D’ou le rôle important d’IZORANE de sauvegarder et de reconstituer cette identité spécifique d’Agadir.

Mme Mina El-MGHARI ( Dr en Histoire – patrimoine) a insisté sur l’intérêt et la nécessité absolue de la préservation de ces sites et bâtiments qui font partie de l’histoire d’Agadir et en constituent une partie du patrimoine à conserver impérativement.

Le président de l’Association Agadir Ighir a mis l’accent

Sur l’histoire Portugais-époque saadienne.

Sur le problème des antennes d’Agadir Ofella et des charlatans qui s’y trouvent.

Sur les fouilles illégales.

et M. Bajalat a transmis 3 questions cruciales sur le SORT de Agadir Ofella :

1) Est ce véritablement un  » cimetière » ?

2) Peut – on parler  scientifiquement de   » fouilles archéologiques » dans ce cas précis ?

3) Qui a autorisé l’implantation des antennes des opérateurs téléphoniques ?

Toute réponse EXIGE une approche scientifique et sera décisive pour sa mise en réfection et sa valorisation. ..

Une école de Surf de qualité à Agadir : A 12 Surf School

sl_ar
Aurélie Magnen est Gadirie de naissance, elle a suivi sa scolarité à Gauguin puis à l’OSUI. Passionnée par le surf et la pratique du sport en général, elle a suivi un cursus universitaire dans les métiers du sport et de l’entraînement à Bordeaux.
Après avoir entraîné les jeunes compétiteurs du Lacanau Surf Club pendant ces huit dernières années, elle a décidé de voler de ses propres ailes et d’ouvrir son école de surf sur Agadir : A12 Surf School
Elle vous propose différentes formules pour les touristes (du débutant au perfectionnement avec une possibilité d’hébergement sur Aourir), mais aussi des formules spécialement conçues pour les Gadiris,
11004967_10153093005889666_1126280743_n

 

Visitez son site web qui vous donnera des tas de renseignements en plus ! (cliquez sur l’image ci-dessous) :

VAGUEPOINTEFR

 

Publié 26 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Sport

%d blogueurs aiment cette page :