Agadir : l’Association IZORANES n’Agadir salue la mémoire des victimes du séisme de 1960

par Abdallah Halimi – lemag.ma

La nuit du 29 février 1960 alors que les habitants de la ville d’Agadir (Sud du Maroc) dormaient, une violente secousse de 15 secondes les a réveillés : la ville a été détruite faisant des milliers de victimes.

.

.

Dans la nuit du 29 février au 1er mars 1960 (2 Ramadan 1380), à 23h40, un violent séisme d’une durée de 15 secondes et d’une magnitude de 5,7 de l’échelle de Richter, a frappé la ville d’Agadir. La catastrophe a entrainé la mort de 20 mille habitants et de milliers de blessés ; 90% de la ville détruite surtout le quartier Founty et Ihchache et une partie de la Nouvelle Ville.

Aujourd’hui, une ville moderne renait, reconstruite grâce à l’appel du Feu Mohamed V encore gravée de nos jours en face du siège de la mairie : « Si la destruction d’Agadir est l’œuvre du destin, devant lequel nous sommes impuissants, sa reconstruction sera l’œuvre volonté et notre foi », allocution de Feu Sa Majesté, Rabat le 6 mars 1960 (Le Petit Marocain N° 13292, lundi 7 mars 1960).

A la mémoire de ces milliers de victimes et des survivants, l’Association IZORANES n’Agadir, crée le 14 août 2010, œuvre grâce à ses militants, à rendre âme et préserver l’Histoire de cette ville pour qu’elle reste « l’exemple de la cohabitation fraternelle, de la confiance, de dynamisme, du travail et de l’espoir » – Feu Mohamed V, 6 mars 1960. L’association « espace de contacts, de dialogue et de coordination » favorise chaque année les anciens de la ville et d’ailleurs en deux temps : le 2 Ramadan et 28/29 février de chaque année.

Le président Mohammed BAJALAT nous rappelle les missions de l’association. Il s’agit de reconstituer et préserver la mémoire collective de la ville et de ses enfants ; c’est valorise le patrimoine culturel et matériel de la ville. De même, l’association tente par ses propres moyens de rendre hommage aux mémoires des martyrs de ce séisme, nationaux et étrangers. Concrètement l’association participe dans le projet de société de la ville en tant que partenaire, interlocuteur et /ou associé auprès des institutions élues, des administrations et des associations et autres représentations de la société civile.

Cette année, l’Association IZORANES n’Agadir trace un projet de sensibilisation sur le cas des tremblements de terre par le biais des récits vivants des survivants, des expositions de photos, des ateliers surtout auprès des jeunes.

Suite à la secousse survenue dernièrement, le jeudi 29 janvier 2015, le président de l’Association a exprimé son mécontentement auprès des médias, surtout locaux, des « scoops » qui a objet juste effrayés les citoyens dont certains survivants sont encore traumatisés par le séisme de 1960.

A mon ami Mohamed Bajalat : Le fait de relater cette secousse du 29 janvier n’avait pas pour but d’effrayer qui que ce soit mais simplement d’informer. Je ne pense pas que la relation de cette légère secousse qui n’a fait aucun blessé ni aucun dégât puisse effrayer à ce point. En tous cas, personne ne m’en a fait la remarque, ni même les anciens qui ont vécu le séisme de 1960.

Publicités

Publié 2 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Souvenir

%d blogueurs aiment cette page :