Archives de 24 février 2015

LE 8 MARS 2015 : La Journée Internationale de la Femme Amazighe

«LES FEMMES AMAZIGHES, ACTRICES DU DEVELOPPEMENT»

amazigh2Programme des Evènements et temps forts  

La journée internationale de la Femme Amazighe se déroulera au sein de la Préfecture d’Inezgane Ait Melloul dans la salle des conférences.

 

– Amazigh International Women’s Forum for Talent

  « Les femmes Amazighe, Actrices du développement »

– Réalisation d’un livre blanc « Les Talents Féminins Amazighe » 

Un livre en 4 langues retraçant le parcours de femmes Amazighes d’exception

– Les Trophées « Les Talents Féminins Amazighe de l’année »

  Hommage aux femmes d’exception

– Amazigh Fashion Day

  Célébrer la mode en révélant les richesses culturelles Amazighe

– La musique Fête Les Femmes

  Soirée musicale dédiée à la femme

 

Publicités

Publié 24 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Société

Agadir : Du 28 février au 1er mars  : 1ère édition du Mirrors Art Festival 

lopinion.ma

Mirrors Art

Un comité d’organisation en partenariat avec l’Institut Goethe et l’Association Dar Si Hmad organisent la première édition du Mirrors Art Festival  sous le thème: « la destruction, la transformation des espaces et des émotions » à travers le cinéma, la photographie et la musique à la salle Brahim Radi et à l’espace humanitaire de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines d’Agadir.
Le Mirrors Art Festival  a été initié par Fatima Matousse pour commémorer le 55ème anniversaire du séisme d’Agadir et le 26ème anniversaire de la chute du mur de Berlin à travers une panoplie d’activités artistiques telles que la projection de films, performance musicale accompagnée d’art vidéo, conférence et ateliers de formation pour les jeunes cinéastes et photographes de la région.
Le festival est soutenu par des fonds du partenariat de transformation Arabo‐Allemande financé par le bureau fédéral des affaires étrangères allemand et l’Association Dar Si Hmad.

unnamed-56

Programme du Festival 

Samedi 28 février 2015​:   

  • 10h00 : ​Conférence sous le thème « Destruction et transformation à travers le cinéma et la photographie, en commémorant le séisme d’Agadir en 1960 et la chute du mur de Berlin en 1989. »   La conférence est animée par ​Dr. Hassan Hmayz
    La première intervention: ​Brigit Kohler, directrice artistique du cinéma Arsenal ­ Institut für Film und Videokunst à Berlin
    La deuxième intervention​: Lahsen Roussafi, créateur du site Agadir 1960 et co­écrivain du livre “Mémoires d’Agadir au 20ème siècle”.
    Lieu: ​Espace des humanités à la Faculté de Lettres et Sciences Humaines, Agadir
  • 18h00: ​Cérémonie d’ouverture à la salle Brahim Radi au palais municipale d’Agadir
    Projection du film:  « Agadir 1960: un rêve en couleur, » réalisé par Brahim Amzil, Maroc  « The invisible frame, » 2005, 60 min réalisé par Cynthia Beatt.

Dimanche le 1​er​ mars 2015:  

  • 10h00​: ​Projection de 4 films des jeunes réalisateurs accompagnée d’une séance de coaching par le réalisateur de renommé internationale M. Ali Essafi.
  • 15h00​: ​Projections de 4 films allemands et marocains ainsi que le film “fragments” de Hakim Belabbes.
  • 19h00: ​Cérémonie de clôture du festival avec des projections et un concert musicale de l’artiste reconnue pour son style innovant: le musicien Ali Faiq qui sera accompagné par Rways et par l’artiste vidéaste Valerie Holmeier.

Publié 24 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Souvenir

Leïla Slimani appelle à sortir des schémas préconçus

medias24.com

LeilaSlimani-Connectinstitute

La journaliste et écrivain Leïla Slimani a livré sa vision de l’écriture et son lien avec l’identité au cours d’une rencontre organisée à Agadir le 21 février par le Connect Institute, fondé par Taha Balafrej.

La jeune auteur du roman Dans le jardin de l’ogre a en effet invité l’auditoire à « sortir des schémas préconçus ». La jeune femme interroge ainsi la question récurrente de l’identité, des  racines et l’ambivalence des perceptions : Comment sommes-nous perçus en Europe ? Comment le sommes-nous ici sous le prisme de la tradition et de la religion ?

Leila Slimani signale qu’il est désormais temps de questionner nos envies, nos ambitions propres afin d’aller de l’avant. L’auteur appelle ainsi dans cet extrait « à répondre aux injonctions que l’on s’impose » et non aux pressions des sociétés, de cesser « de creuser pour atteindre ses racines » pour regarder vers l’avenir.

 

Publié 24 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Culture, Littérature

Un label « Morocco Handmade » pour l’artisanat au Maroc

h24info.ma

Le coup d’envoi de l’opération de certification des unités de production de l’artisanat pour l’obtention du Label « Morocco Handmade » a été donné mardi.

Un label "Morocco Handmade" pour l'artisanat au Maroc

La ministre de l’Artisanat, Fatima Marouan, a lancé ce mardi à Rabat l’opération de certification des unités de production de l’artisanat pour l’obtention du droit d’usage du label national « Morocco Handmade ». La ministre a indiqué à la presse que cette opération s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre de la Vision 2015 pour le développement de l’artisanat, en particulier l’axe relatif à la promotion et à la labellisation. Elle a également précisé que ce label permettrait non seulement la reconnaissance, mais aussi la préservation du capital immatériel de l’artisanat marocain. Cette opération de certification sera réalisée à travers un appel à manifestation d’intérêt lancé à l’intention des opérateurs du secteur qui auront la possibilité, pendant un mois (du 24 février au 24 mars 2015), de présenter leurs demandes pour l’octroi du droit d’usage dudit label.

Cette opération sera achevée par la remise de certificats de conformité aux artisans et aux entreprises de l’artisanat qui auront passé avec succès l’audit prévu par le règlement d’usage du label national de l’artisanat. Les exigences du label national portent entre autres sur des éléments tangibles en relation avec l’authenticité et le savoir­faire ancestral, la bonne qualité ou l’excellence, les conditions de travail et la protection de l’enfance.

Publié 24 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Artisanat, Patrimoine

Gaz butane, sucre et blé: la fin des subventions au Maroc

h24info.ma

C’est quasiment officiel: le gouvernement s’apprête à supprimer ses subventions sur le gaz butane, le sucre et le blé.

fire

Le gouvernement d’Abdelilah Benkirane ne subventionnera plus le gaz butane, le sucre et le blé à la fin de l’année 2015. C’est ce qu’annonce une source de l’exécutif, citée par le confrère Hespress. Selon la même source, la subvention du gaz butane a accaparé à elle seule quelque 14 milliards de dirhams au budget de l’État au titre de l’année 2014. Avec la même problématique: ce sont moins les ménages que les hôtels, les restaurateurs et les grands agriculteurs qui en ont le plus bénéficié. Idem pour le blé qui a coûté quelque 2 milliards de dirhams, auxquels s’ajoutent 400 millions de dirhams d’appui à l’importation du blé tendre. Le sucre, lui, a englouti 3,5 milliards de dirhams. Notons que toute bouteille de gaz butane est subventionnée à hauteur de 83 dirhams, tandis que 2,85 dirhams pour chaque kg de sucre et 1 dirham pour chaque kg de blé est à la charge de la caisse de compensation. Pour les ménages, le gouvernement réfléchit toujours à un mécanisme d’aide directe. L’exécutif planche d’ailleurs sur l’impact réel des mesures de subventions sur les familles.

Publié 24 février 2015 par Michel Terrier dans Agadir

%d blogueurs aiment cette page :