L’Association Forum IZORANE N’Agadir Commémore le 55ème anniversaire de la RENAISSANCE d’Agadir

2-1

filme

logo-01-amazigh-arabe-francaisL’Association Forum IZORANE N’Agadir Commémore le 55ème anniversaire de la RENAISSANCE d’Agadir.

 Sous le Thème de :

     ‘‘Nostalgies des Espaces, catalyseur pour la valorisation de la mémoire collective d’Agadir’’.

 

Le « mot de la commémoration »

 

Quel est l’intérêt à célébrer une commémoration lorsque celle-ci est essentiellement endeuillée et tragique ?

A priori, la tendance est à l’oubli, mais pour d’autres, c’est une manière d’affirmer son courage et sa détermination à retenir la leçon du désastre :

Celle d’assumer courageusement, d’une part, sa « mémoire collective » même dans ses aspects les plus pénibles et d’autre part, de prouver aux générations futures la capacité d’une communauté à se relever …

Oui, à Izorane, nous l’affirmons solennellement :

Agadir est plus connue aujourd’hui dans le monde entier comme une grande destination touristique balnéaire ; une métropole régionale stratégique en expansion reliant le nord et le sud du Maroc, caractérisée par sa modernité et son dynamisme dans une région, séculaire et originale par sa diversité culturelle…

Pourtant, cette cité est encore liée au terrible séisme de cette tragique nuit du 29 Février 1960 à 23h47mn où elle fut presque rayée de la carte du très jeune état récemment indépendant… Les stigmates du drame sont encore là.

Les dégâts furent énormes, non pas en bâtiments et en biens mais surtout en vies humaines, les estimations les plus plausibles atteignent 16.000 morts ou disparus, en plus de + 23.000 blessés, sans parler des rescapés qui ont été marqués à jamais dans leur chair ou leur conscience par ce traumatisme…

Certes, la solidarité nationale et internationale ont été globalement salutaires, la décision Royale de feu S.M Mohamed V de porter secours urgents aux sinistrés et essentiellement de rebâtir la ville ont changé la destin des gadiris et de leur cité…

Au fil du temps, le drame se transforma progressivement en un défi…

Toutefois, après plus de 55 ans, quel bilan peut-on dresser ?

La ville est devenue une grande métropole envahissante en englobant des localités avoisinantes (autrefois, des bourgades paisibles comme Bensergao, Dcheira, Tikiouine, Inezgane, Aourir, AitMelloul…) et un vaste tissu urbain hétérogène s’est développé, constituant l’espace de vie d’environ 1 million d’habitants, dont plus de 95 %  ignorent  ce qu’est un séisme… !!! et formant ainsi, un « patchwork culturel » synthétisant le « Maroc pluriel » dans ses facettes nobles, mais hélas, avec de plus en plus de dérives socio-économiques et identitaires, une société d’agression se forge.

Des valeurs ancestrales locales, hautement facteurs de cohésion sociale autrefois, se diluent, voire disparaissent…exposant les modes de vie à des fragilisations alarmantes pour le devenir de ce grand ensemble urbain…

A IZORANE, nous réfutons et refusons d’accepter ce processus comme inéluctable

Une ville peut croître en gardant ses « repères identitaires » qui la préservent de devenir un « monstre urbain » où on perd  la « joie d’y vivre »…

En cette commémoration, nous interpellons avec véhémence les décideurs de la ville sur cette évolution précaire de notre Grand-Agadir, en réaffirmons qu’une nouvelle approche – à ce stade de l’expansion de la cité – serait salutaire en investissant largement et rationnellement sur le Culturel et l’Environnemental adossés à une assise économique solide, pour corriger les déviations, et redonner à notre paysage urbain son « humanité ».

Ainsi nous nous interrogeons sur le devenir de la « fameuse ceinture verte » de la ville ?

Les versants surplombant Agadir ne seraient-ils pas son meilleur emplacement, au lieu des poussées de lotissements sur les zones les plus précaires en séismologie ?

Quand mettra-t-on fin aux dommages néfastes des oueds qui traversent l’aire urbaine ?

Les « HLM made in Maroc » sur la partie Est de la ville sont-ils véritablement la panacée pour l’épineuse « vraie-fausse » problématique de « l’habitat social » ?

Est-ce la suprême intelligence de nos techniciens-aménageurs et de nos politiciens, déracinés de leur vivier civilisationnel pour proposer des modèles d’urbanisme avérés nuisibles ailleurs?

Corollairement à ce dernier modèle adopté, quelle est la norme réservée aux habitants de cette grande agglomération en espace de loisirs et de sports ?

Enfin, nous l’exprimons de manière simple et limpide :

Est-ce que le séisme naturel de 1960 n’était pas suffisant  pour détruire nos références historiques, pour assister aujourd’hui à un autre «  séisme volontariste », c’est-à-dire, cette tendance de certains d’altérer ou d’effacer tout symbole de notre Passé commun ?

Pour clôturer cet appel : autant le Forum IZORANE est accroché au « Passé Collectif » de sa ville, autant il est intensément préoccupé par la nécessité de préserver le devenir paisible de cette cité.

 le  Président de forum’ IZORANE N’Agadir

 Mohammed BAJALLAT

 

Publicités

Publié 20 mars 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Souvenir

%d blogueurs aiment cette page :