Pêche sardinière au Sud : La grève des pêcheurs continue !

Par NAIMA CHERII – leseco.ma – 27/04/2015

Sardinier

Depuis plus de deux semaines, quelque 1.200 marins pêcheurs sardiniers, aux ports de Tan-Tan, Agadir, Sidi Ifni et Laâyoune, sont en arrêt d’activité.

Décidément la mobilisation ne faiblit toujours pas chez les représentants de la pêche sardinière dans les provinces du Sud (www.leseco.ma). Depuis plus de deux semaines, quelque 1.200 marins pêcheurs sardiniers, aux ports de Tan-Tan, Agadir, Sidi Ifni et Laâyoune, sont en arrêt d’activité et visiblement ils ne sont pas prêts à baisser les bras. En effet, dans les milieux professionnels, on ne cesse de mobiliser l’ensemble des pêcheurs, dont certains n’ont pas encore rejoint le mouvement des contestataires. Pour l’heure, ce mouvement concerne quelque 400 barques opérant dans la pêche sardinière. «Jeudi 16 avril, on devait reprendre l’activité, mais les responsables de la tutelle n’ont pas répondu favorablement à nos revendications», lance un opérateur de Tan-Tan. Mercredi dernier, ajoute la même source, une réunion a été organisée, au niveau de la région Souss-Massa-Drâa, en présence du président de la région, Brahim Hafidi, et des représentants de la pêche sardinière, en vue de convaincre les contestataires pour reprendre l’activité. Mais en vain, aucune avancée n’a été enregistrée. En fait, la colère des pêcheurs protestataires s’explique par «l’utilisation des contenants normalisés».

A en croire les pêcheurs, pour chaque barque qui pêche 55 tonnes de poisson, les marins doivent mettre 35 tonnes dans des caisses en plastique, chose qu’ils refusent. «Au final, ce sont des efforts inutiles, puisqu’ils sont obligés de vider leurs caisses et vendre le produit, en vrac, aux industriels de la farine. C’est dire le temps perdu pour les marins à mettre le poisson dans des contenants normalisés, et, arrivés au port, être obligés à les vider». Ce n’est pas tout, le prix est un autre élément de déception.  «Ils pensaient que leur produit, une fois valorisé dans des contenants normalisés, ils allaient le vendre à 4 dirhams le kilogramme, comme l’avaient, d’ailleurs, déclaré, il y a deux ans, les responsables de la tutelle. Or, le prix de vente se limite à seulement à 2,40 dirhams», a-t-on argué.

Publicités

Publié 28 avril 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Pêche

%d blogueurs aiment cette page :