20e Festival International du Théâtre Universitaire d’Agadir : La pièce espagnole «Tartufo» rafle trois prix

MAP – lematin.ma – 29/04/2015

Plus de 200 pièces ont été présentées, lors du 20e FITUA, de différents pays et de diverses écoles et tendances dramaturgiques, partant du théâtre classique jusqu'à l'improvisation en passant par le théâtre expérimental. Ph : facebook.com

Plus de 200 pièces ont été présentées, lors du 20e FITUA, de différents pays et de diverses écoles et tendances dramaturgiques, partant du théâtre classique jusqu’à l’improvisation en passant par le théâtre expérimental. Ph : facebook.com

La pièce théâtrale «Tartufo» de l’Ecole royale supérieure d’art dramatique de Madrid a raflé trois prix, dont le Grand Prix, à la clôture mardi soir, du 20e Festival international du théâtre universitaire d’Agadir (FITUA), initié par la Faculté des lettres et des sciences humaines, sous le signe «Promotion du dialogue des sensibilités théâtrales».

La comédienne Arachili Contreras de la même troupe s’est vu décerner le prix de la meilleure interprétation féminine dans cette pièce qui, sans être une version libre de Tartuffe de Molière (conçue en 1664), se veut une «version dénudée de ces fioritures finales dictées par le rapprochement étroit entre le personnage et l’auteur».

Le prix de la meilleure interprétation masculine est revenu au comédien de la même troupe espagnole Pablo Chavez ex aequo avec le comédien tchèque Pavole Seris pour son rôle dans la pièce «Ca vous a plu, monsieur ?» de la Faculté de Théâtre de Brno.

Le Prix d’espoir a été décerné à la pièce «Hibal min khazz» de l’ENCG Agadir et le prix de la scénographie à la pièce «Bastards in the mind» de l’Académie du théâtre de Roma Sofia (Italie), alors que le prix du Jury est revenu à la pièce «L’Opéra de quat’sous» de l’Institut national des arts et de la culture de Belgorod (Russie).

Le Jury de cette édition était composé de Hassan Youssefi, Fatima Boujou et de l’écrivain dramaturge Mohamed Khomis, à qui un vibrant hommage a été rendu au côté de l’artiste Bouchra Ahrich en signe de reconnaissance pour les services rendus à l’art de la scène.

Intervenant en clôture, le président de l’Université Ibn Zohr, Omar Halli a souligné qu’avec cette édition le FITUA aura présenté plus de 200 pièces théâtrales de différents pays et de diverses écoles et tendances dramaturgiques, partant du théâtre classique jusqu’à l’improvisation en passant par le théâtre expérimental.

Pour lui, c’est précisément ce cumul quantitatif et qualitatif, conjugué à l’implication active de gens épris des arts de la scène en terme d’écriture, de composition ou de mise en scène, qui redonnent force et détermination aux organisateurs pour aller de l’avant au service d’une manifestation «ayant montré la preuve, grâce à l’adhésion du public, que l’action culturelle ne manque ni de fans, ni de férus».

Le fait marquant de cette 20e édition a été le retour du FITUA à ses quartiers de départ dans la salle de la municipalité d’Agadir, d’où il est parti il y a vingt ans, avec pour objectif d’ancrer, selon ses initiateurs, l’engagement de l’Université à s’ouvrir sur son environnement immédiat pour s’ériger en composante essentielle de l’agenda culturel de la Cité.

L’autre nouveauté consiste en l’organisation, tout au long des journées du festival, de tableaux artistiques devant le siège de la commune urbaine d’Agadir et d’un concours d’improvisation encadré par des professionnels marocains et étrangers, en plus de la tenue d’une conférence-débat sur la thématique «Théâtre et médias» avec la participation d’une pléiade de chercheurs, experts et professionnels de divers horizons.

Sur un total de 26 demandes de participation, le comité d’organisation a retenu, lors de cette édition, neuf pièces théâtrales représentant des troupes de l’ENCG-Agadir, la Faculté des lettres d’Agadir, la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales-Aïn Sbâa de Casablanca, en plus d’autres pièces en provenance de la Palestine, Egypte, Tunisie, Tchéquie, Russie, Italie et d’Espagne.

Le Grand prix de la précédente édition du FITUA, organisée du 19 au 22 mars 2014, a été remporté par la pièce «Vie-rus» de l’Ecole normale supérieure de Meknès, relevant de l’Université Moulay Ismaïl.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :