Agadir City Tower : Le chantier prend forme

par Yassine Saber – leseco.ma – 28/04/2015.

Les acteurs locaux attendent actuellement la phase de démarrage des travaux qui porte essentiellement sur la démolition des bâtiments existants et les terrassements généraux par l’entreprise Sotrada.

 

Enfin le bout du tunnel pour l’hôtel Agadir City Tower, ex Salam? Après plusieurs années de déboires, le groupe Anwar Invest développement, propriétaire de l’hôtel Salam via la société « Vocation Loisirs SA », vient d’annoncer l’ouverture du chantier, porté par le cabinet d’architecture AWM. Déjà, les panneaux afférents à l’ouverture du chantier ont été posés et les acteurs locaux attendent la phase de démarrage des travaux qui porte essentiellement sur la démolition des bâtiments existants et les terrassements généraux par l’entreprise Sotrada. Ce déblocage intervient suite à l’acquisition de l’autorisation de construire n° 5815/1 du projet touristique «Agadir City Tower» qui sera construit sur les ruines de l’hôtel Salam, objet du titre foncier n°72154/09 et sis au boulevard Mohammed V.

Le complexe touristique, commercial et résidentiel porte sur la réalisation d’un hôtel 5 étoiles d’une capacité de 278 chambres et 43 suites en plus de 114 appartements sous forme de résidences immobilières de promotion touristiques (RIPT). S’ajoute à cela, un centre commercial, des restaurants et des cafés, un hammam et SPA en plus des équipements d’animation et de loisirs tels que les aires de jeux, piscines, espaces verts et bowling. La composante hôtelière sera aménagée sur la façade du boulevard Mohammed V tandis que la composante Ript serait érigée sur la rue en face de l’hôtel Transatlantique, fermé également depuis des années.Pour rappel, depuis la liquidation judiciaire de l’hôtel Salam après l’échec du plan de redressement, c’est la société « Vocation Loisirs » qui a acquis la propriété des lieux. Dès lors, «Vocations Loisirs» vendue à Anwar Invest a consacré un montant d’investissement pour construire une nouvelle unité hôtelière.

Toutefois, la société s’est trouvée face à deux obstacles majeurs. Le premier est d’ordre technique et législatif. Conformément au plan d’aménagement homologué d’Agadir, le terrain qui devrait abriter le projet se situe dans le secteur balnéaire qui est réservé uniquement à des établissements hôteliers et non pas aux RIPT. Le second est d’ordre social. Il s’agit des anciens employés de l’hôtel «Salam» qui sont au nombre de 113 employés (62 restants actuellement), délaissées après la liquidation judiciaire de l’hôtel. Le chantier est resté bloqué durant plusieurs années avant que la société «Vocations loisirs» ait finalement décidé de relancer le projet.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :