Institut français d’Agadir : les 7èmes rencontres du Cirque et des Arts de la rue

 

 

Les spectacles :

FLOUKA

Voyage spectaculaire

Trois musiciens et trois acrobates

La Flouka est une petite embarcation, une barque de pêche marocaine que certains mauvais courants égarent parfois au milieu de la Méditerranée. Flouka est un voyage pour expérimenter la virée en mer toutes voiles dehors, sans cartes ni frontières, sans cap ni boussole. Cette création est à géométrie variable ; au gré des escales, le spectacle reprend vie et forme. Les acrobates chantent et les musiciens font du cirque. La musique est en mouvement. Sur le cycle rythmique de la roue ovale, la musique ici se fait témoin de l’obsolescence de nos vieilles frontières. Flouka nous raconte l’équilibre, l’apesanteur, et la joie du désordre !

Saxophone, acrobatie, guitare, mât chinois, batterie, bascule coréenne, Chaâbi marocain, portés acrobatiques, gnawa, fil de fer, jazz, danse, Hip hop.

.

Éclats de Lune

SPIRALES

« Déambulation chaleureuse et bondissante »
Éclats de Lune

Roues géantes et tricycles, virgules visuelles et spirales fascinantes. Profusion de rouge. Des acrobates jouent sur des bidons, percussionnistes et musiciens entonnent des rythmes populaires. Ainsi la parade circule, déambule, en spirales et circonvolutions.

.

LES TÊTES D’AFFICHE

Ils sont trois, ils sont beaux et ils sont célibataires

Les Têtes d’Affiche sont un trio clownesque qui se situe à la croisée du théâtre, du cirque et de la rue. Sans nez ni maquillage, ils empruntent aux clowns traditionnels les techniques et codes burlesques tout en cherchant à dévoiler la fragilité des personnages par un jeu minimaliste et sincère. Musique, jonglerie, acrobaties et solex pétaradants sont les ingrédients de ce spectacle truculent. Les Têtes d’Affiche ont concocté un joli mélange… à trois temps. Ce spectacle sent bon l’essence et la transpiration. Un monde d’hommes comme vous ne l’avez jamais vu !

.

LES SÉLĒNE

Les heures séculaires 7e Rencontres du Cirque et des Arts de la Rue

Une décennie après l’aube de ce nouveau siècle naissant, une personne est là, toujours présente, abolissant le temps et ses frontières. Un auteur, compositeur, musicien, figure nécessaire et exigeante, intègre, fantasque et fantasmatique, témoin et acteur des années d’or, années de lumière et de misère qui ont vu naître l’espoir d’une société nouvelle. Voyager en compagnie de ce monsieur né à l’aube du futurisme, Alfred Erik Leslie Satie.

Un voyage dans cet espace intemporel, une traversée dans ce champ de
musique et d’écriture qui puise sa source aux confins de l’orient et qui se verse dans la mer mouvante de l’occident, reliant ces deux terres.

Les Sélène réunissent Laura de Lagillardaie et Olivier Brandicourt dans un
travail qui puise sa force de l’air, dans cet espace baigné de lumière et de
silence, qui laisse à entendre et voir cet endroit invisible et indicible…

Les interprètes
Laura de Lagillardaie entre dans le monde de la danse à l’âge de sept ans. Elle entre dans celui du théâtre à l’âge de treize ans et commence son métier d’actrice. Elle joue au théâtre et rejoint le Groupe T’chan’G à l’invitation de Didier-Georges Gabily. Elle continue son parcours d’actrice par des travaux de laboratoire avec Anatoli Vassiliev.
Elle entre dans le monde du cirque pour un projet théâtral initié par Pierre Philippe pour lequel elle franchit la porte du vieux gymnase de la rue Montorgueil pour suivre les cours de trapèze de Pierre Bergam.

Olivier Brandicourt entre dans le monde de la mer à l’âge de six ans. Il navigue auprès des côtes de Belle-Ile, au large, et entame la traversée de l’Atlantique. Parallèlement, il assiste en auditeur libre au cours de l’école Jacques Lecoq. Il entre dans le monde de la scène en faisant de la lumière pour des chorégraphes, des musiciens, des metteurs en scène. Il s’occupe aussi de la régie générale de festivals de musique classique dont le Festival d’Art Sacré de la Ville de Paris.
Il entre sur la piste du cirque pour y créer avec Laura de Lagillardaie le Duo aérien Les Sélène.

.

ACCROCHE-TOI !!

Tarft l’khobz

Fondé par Adil Chadli avec Yahya Bezzat en 2004 à Casablanca, c’est le premier groupe de Parkour au Maroc

Le groupe “Accroche-toi !!” a pour but de promouvoir le Parkour, sport à dominante urbaine, qui allie la course, l’escalade et la gymnastique en milieu extérieur (naturel ou urbain). “Tarft l’khobz” est une expression marocaine qui signifie “ morceau de pain ”. Elle est employée pour parler de la relation entre le travail et l’argent. Le spectateur passe d’un personnage à un autre plus drôle que le premier dans un mouvement acrobatique : cascade, acrobatie, slackline, roue Cyr et mât chinois. “ Tarft l’khobz ” est un spectacle de Parkour narratif où le corps parle avec plus d’éloquence que les mots. Les artistes participeront aux 7e Rencontres en réalisant des démonstrations et en animant des ateliers pour créer un spectacle associant les artistes confirmés aux stagiaires.

.

LE GRIOT DE MARRAKECH « Conte acrobatique »

Collectif Eclats de Lune et Compagnie Graines de Soleil

“ Le Griot de Marrakech ” est un poème hommage à la place Jemâa El Fna, soufflé par l’un des derniers conteurs de ce berceau de la Halqa. Devant les remparts de Marrakech, le conteur nous livre un récit, tel un voyage depuis le levé du jour jusqu’à la nuit tombée. Accompagnés de deux musiciens, cinq enfants de la place, cinq acrobates sculptent les mots du conteur. Euphoriques et insouciants leurs corps libèrent et racontent : artistes qui y pratiquent leur art, charmeurs de serpents, passants, marchands. Leur vie et leurs rêvent se confondent et se confrontent aux mythes et à l’histoire de la place Jemâa El Fna.

.

ZANZIBAR

Orange et noir

Il parle tout le temps, même pendant son sommeil ! Sur les routes depuis plus de 10 ans, cet énergumène vaut le détour. Toujours le mot pour rire, il enchaîne ses numéros sans se prendre au sérieux… Au programme : humour, danger et figures de malade ! Des prouesses acrobatiques, bien sûr, mais surtout une excellente justesse dans l’animation : ni trop peu, ni pas assez ! Un petit bonhomme avec une inspiration étonnante et une grande chaleur. Oui, il sait jouer avec le feu : celui de ses torches. Mais aussi avec les nerfs : ceux des spectateurs qui en redemandent !

Publicités

Publié 1 mai 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Spectacle

%d blogueurs aiment cette page :