Archives de la catégorie ‘Enseignement

Agadir : Quid du soutien social dans les écoles ?

lematin.ma

Quid-du-soutien-social--dans--les-ecoles.jpg

La commission de soutien social relevant de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) de Souss-Massa-Drâa a tenu, récemment, une réunion consacrée au diagnostic, à l’évaluation et à la diversification de l’offre de soutien social, compte tenu de son importance dans l’amélioration des indicateurs de scolarité et de lutte contre l’abandon scolaire.

Dans un communiqué, l’AREF fait état de l’attribution de près de 133 MDH, soit 41% du budget de fonctionnement, au domaine du soutien social, dont les cantines scolaires, précisant que les besoins de la région en la matière s’élèvent à 79 internats, à 1.065 réfectoires dans le primaire et à 62 au secondaire. La même source indique que cette réunion a été ponctuée par la présentation de deux exposés.

Le premier a porté sur l’élaboration d’une stratégie et d’un plan d’action pour la rationalisation du soutien social, le suivi de la situation des internats et la mise en place d’un dispositif informatique de suivi et de contrôle.
Le second exposé, consacré à l’état des lieux et à l’évaluation des bourses scolaires, des cantines et réfectoires au niveau de la délégation provinciale de Taroudant, a formulé une série de remarques et d’observations à ce sujet.

Publicités

Publié 27 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Enseignement, Scolarité

Actu : Carton plein pour une start-up gadirie

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com

  • Elle décroche 2,5 millions de DH auprès de Maroc Numeric Fund
  • Spécialisée dans l’e-éducation, elle offre plusieurs plateformes d’accompagnement
  • Education Media Compagny prend un nouvel élan

Pour la première fois, une start-up hors du périmètre Rabat-Casa lève un fonds d’une valeur de 2,5 millions de DH auprès de Maroc Numeric Fund (MNF) pour son 11e investissement. Education Media Compagny est en effet basée à Agadir et s’est spécialisée dans l’éducation en ligne. A son actif, 5 sites d’éducation et d’orientation destinés aux élèves et étudiants marocains. Il s’agit en l’occurrence de 9rayti.com, une plateforme globale d’orientation et d’éducation lancée en 2008; Concourat.com qui se focalise sur la préparation des concours d’accès aux  grandes écoles en fournissant des formations en ligne aux candidats; PrepaBac.ma, un site dédié à la préparation des examens du baccalauréat national et régional. En plus de iLycee.com et MaFormation.ma. Durant les douze derniers mois, le réseau d’Education Media Compagny a enregistré plus de 4,5 millions de visites et quelque 150.000 nouveaux inscrits.

Basée à Agadir, Education Media Compagny a investi un créneau porteur, l’éducation en ligne. Elle édite aujourd’hui 5 sites d’éducation et d’orientation destinés aux élèves et étudiants marocains : 9rayti.com, Concourat.com, PrepaBac.ma, iLycee.com et MaFormation.ma

 

Il faut signaler par ailleurs que cette start-up accompagne de même des établissements d’enseignement supérieur, écoles ou universités, dans l’élaboration de leurs stratégies de communication et marketing en ligne. «Cette levée de fonds permettra à l’entreprise de se doter de ressources humaines qualifiées et de développer de nouveaux services à forte valeur ajoutée pour les élèves et étudiants marocains», a déclaré Adam Bouhedma, ingénieur de formation et président-directeur général de la société. Âgé de 24 ans, ce jeune patron s’est investi dans différents projets web depuis plus de  huit ans avec, à ses côtés, une équipe dynamique rodée à une gestion de qualité. L’enveloppe budgétaire avancée par Maroc Numeric Fund arrive à point nommé pour booster l’élan de cette start-up à fort potentiel. Pour précision, en plus de l’investissement, MNF intervient en tant qu’actionnaire actif en apportant aux entreprises conseils et suivi, tout en siégeant à leurs organes sociaux.
Pour rappel, Maroc Numeric Fund a été créé dans le cadre du plan Maroc Numeric 2013. C’est une stratégie développée par le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique. L’Etat marocain (à travers MITC, société gestionnaire du Technopark), la BMCE Bank, Attijariwafa bank, la Caisse de dépôt et de gestion et la Banque centrale populaire sont les actionnaires à parts égales du premier fonds d’investissement dédié aux start-ups technologiques. Maroc Numeric Fund dispose de 100 millions de DH et investit des tickets de 1 à 8 millions de DH (pour plus d’informations : www.mnf.ma).

Publié 31 décembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Culture, Enseignement, Scolarité

Agadir : Sensibilisation à la protection de l’environnement

Abdelfattah Aberbri – lematin.ma

Sensibilisation-a-la-protection-de-lenvironnement

 

Sensibiliser et éduquer au respect de l’environnement, tel est l’objectif de l’installation par l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), du 13 au 18 octobre dernier à la place Bijaouane, d’un Village pédagogique en faveur des écoliers issus de la ville d’Agadir et de ses régions. Des activités ludiques, des ateliers thématiques, des débats animés et encadrés par des moniteurs, qui s’articulent autour de l’économie de l’eau et de l’électricité, du traitement des déchets et de l’importance que devrait revêtir la sauvegarde de l’environnement et la préservation de la faune et de la flore. Ce Village dédié aux futures générations se veut aussi une plateforme pour mettre l’accent sur l’importance de la propreté du littoral, ainsi que sur le danger que représente l’exploitation excessive des ressources halieutiques sur l’écosystème marin.

Des jeux vidéo interactifs et des supports audiovisuels ont également été mis à la disposition des enfants pour expliquer de manière ludique les enjeux portés par ce village dont les organisateurs ambitionnent, notamment, l’implication des écoliers dans l’instauration d’une culture de respect de l’environnement. Le tout moyennant des messages portant sur la protection du littoral conformément au programme «Plages propres» initié par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement.
La ville d’Agadir a constitué à ce propos la quatrième étape de la Caravane du village itinérant, après celles de Bouznika, de Casablanca et de Sidi Bennour. Rappelons en ce sens que la ville limitrophe de Tiznit accueillera le Village du 20 au 24 de ce mois. La ville de Dakhla, quant à elle, aura à son tour rendez-vous avec la Caravane du 31 octobre au 6 novembre prochain. Cette étape coïncidera avec la commémoration du 39e anniversaire de la Marche verte.

Par ailleurs, la sensibilisation et l’éducation à la protection de l’environnement ne peuvent être concrétisées sans l’implication citoyenne engagée et continue de toutes les composantes de la société. Pour se faire, il serait souhaitable que le programme «Tous pour un littoral durable» ne soit plus organisé de manière saisonnière, mais plutôt couvrir les 12 mois de l’année. À souligner que la cérémonie d’ouverture du Village pédagogique a été présidée par Mohamed Yazid Zellou, wali de la région de Souss-Massa-Drâa et gouverneur de la préfecture d’Agadir Idaoutanane, en présence de plusieurs personnalités, dont les élus.

 

Publié 21 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Ecologie, Enseignement, Environnement

Journée de l’étudiant à l’Institut Français d’Agadir le samedi 11 octobre de 9 H à 18 H

 

AFFICHE IFA JPO 2014PROGRAMME IFA JPO 2014



Campus F 1

Campus F 2

Agadir : Coup d’envoi officiel de l’année scolaire 2014-2015

Abdelfattah Aberbri – lematin.ma

Les représentants de l'autorité locale lors de l'inauguration du nouvel établissement scolaire.

Les représentants de l’autorité locale lors de l’inauguration du nouvel établissement scolaire.

Le secrétaire général de la wilaya d’Agadir, Jamal Anouar, accompagné des élus, dont Tarik Kabbaj, président du conseil municipal de la ville, et des chefs des services extérieurs, a donné le coup d’envoi officiel de l’année scolaire 2014-2015 au quartier Taddart relevant de la commune territoriale d’Anza, le 10 septembre.
Au niveau du même quartier, il a procédé à l’inauguration d’une école primaire. Ce projet est initié par le ministère de tutelle pour un investissement de 5,32 MDH. Il vise essentiellement de permettre l’accès aux prestations éducatives et pédagogiques à une large couche d’élèves issus des familles démunies. Cette école est constituée de 12 salles de cours et d’un bloc administratif et sanitaire. Rappelons dans ce contexte que le quartier Anza est doté de 5 établissements scolaires dédiés à l’enseignement primaire qui accueillent 3.501 élèves, ainsi que 2 collèges au sein desquels évoluent 1.716 élèves.
Le secrétaire général de la wilaya a présidé une cérémonie organisée à cette occasion, au terme de laquelle il a procédé à la distribution de cartables et de fournitures scolaires, dont ont bénéficié les élèves issus des couches sociales défavorisées. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’opération 1 million de cartables, lancée en 2005 par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Elle s’assigne comme objectif la généralisation de l’enseignement et, par ricochet, la lutte contre la déperdition scolaire dans les milieux défavorisés. –

Publié 19 septembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Enseignement, Scolarité

Université d’Aït Melloul : Les premiers amphis livrés en novembre

Yassine SABER – lesecos.ma

Un montant de 100 MDH a été engagé pour les trois tranches afférentes à la construction de ce nouveau campus. Au total, ce sont 7 amphis et 40 salles qui seront construits.  

33%40615_eco_09-09-2014_p18.qxp

À l’approche de la rentrée universitaire, le challenge est de taille pour l’université Ibn Zohr (UIZ) d’Agadir. Près de 19.097 nouveaux inscrits rejoindront les différents établissements universitaires à accès ouvert. Pour atténuer cette pression, la présidence de l’UIZ d’Agadir a décidé d’activer sa politique de décentralisation de l’offre en enseignement supérieur. Ainsi, le pôle universitaire d’Aït Melloul sera ianuguré au cours de cette année universitaire. Il recensera six filières en faveur des bacheliers de la préfecture d’Inzegane-Aït Melloul et la province de Chtouka-Aït Baha (Biougra) vue de réduire la pression sur les sites d’Agadir. Il y a d’abord la filière des études anglaises et celle de géographie. Pour ce qui est des sciences, le campus abritera les filières de physique et de chimie. Enfin, les filières de droit et d’économie et de gestion seront également proposées. Sur les 19.097 inscrits sur la plateforme de préinscription en ligne de l’université, 3.275 étudiants relèvent du campus d’Aït Melloul, soit 17% de l’effectif. Sur le site, les travaux avancent à un rythme soutenu dans une partie du terrain qui s’étend sur 27 ha, à proximité de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, sur la route nationale n°10, dans la localité d’Azrou. Quant à l’enveloppe budgétaire engagée, le montant est de l’ordre de 100 MDH pour les trois tranches. Des marchés publics seront lancés par la présidence de l’Université Ibn Zohr d’Agadir et le ministère de tutelle. Pour le moment, la première tranche a été déjà lancée par l’entreprise El Oillaf Sarl, une des sociétés opérant dans le secteur du BTP, suite à un appel d’offres, tandis que les deuxième et la troisième tranches seront respectivement lancées par la Compagnie générale immobilière (CGI) et l’entreprise Zerkdi. Au total, l’opération permettra de construire 7 amphis et 40 salles de sorte à absorber l’effectif en augmentant la capacité d’accueil de l’université. Les premiers amphis seront opérationnels, selon la présidence de l’Université Ibn Zohr, au mois de novembre prochain, tandis que la deuxième et la troisième tranches et la dernière prendront fin, respectivement au mois de mois d’avril et de juin.


Intervew de Omar Halli
Président de l’Université Ibn Zohr

Les ÉCO : Les travaux de construction de l’annexe d’Aït Melloul ont été lancés il y a quelques mois. Où en est ce projet ?
Omar Halli : Le pôle d’Aït Melloul est en cours de construction. Actuellement, on dispose de deux amphis et 20 salles qui seront achevés fin novembre ou mi-décembre, dans le cadre de la première tranche lancée par l’université. Pour les autres, les travaux viennent de commencer. La deuxième tranche, qui consiste en la réalisation de trois autres amphis, sera livrée en avril. La troisième, qui concerne 2 amphis, sera prête en juin prochain. À titre informatif, c’est la première fois qu’une université disposera d’un amphi de 800 places, les autres comptant, en moyenne, 500 places.

Pourquoi avoir choisi ce site ?
Nos différentes études sur la mobilité ont prouvé que le flux provenant de la préfecture d’Inzegane-Aït Melloul est égal à celui d’Agadir-Ida Outanane. C’est pourquoi nous avons acquis, avec l’aide des Eaux et forêts, cette parcelle en vue de satisfaire les besoins de ce grand bassin de recrutement. Au moins 20% des étudiants qui se dirigent vers Agadir pour s’inscrire aux facultés à accès ouvert proviennent de la préfecture Inzegane-Aït Melloul. Il y a d’autres problèmes, notamment les difficultés de déplacement liées au transport des étudiants, surtout dans les heures de pointe.

Et pour le corps professoral ?
La proximité nous permettra de faire appel aux professeurs du site d’Agadir, situé à 8 km de là, mais aussi d’encourager la vacation. Actuellement, nous avons lancé 20 postes pour recruter des enseignants-chercheurs et quelques administrateurs. Les étudiants commenceront leurs cours à l’annexe d’Agadir, près de la Faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales (FSJES), dont 45% de la capacité n’est pas encore exploitable. Après le mois de janvier, les étudiants iront au pôle d’Aït Melloul pour continuer leurs études.

Justement, comment vous-comptez développer ce site ?
Le défi pour nous est d’édifier un pôle universitaire jouxtant l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II et non pas une simple annexe. Nous comptons développer le site à travers la réalisation d’une bibliothèque, un bloc administratif en plus de la gestion optimale du site ainsi que le développement de la recherche scientifique. Aujourd’hui, on commence avec 3.250 étudiants. Ce nombre est appelé à se développer d’ici quatre ans pour arriver à 13.000 étudiants. Actuellement, nous disposons d’un acteur privé, un promoteur de la région qui compte créer une cité universitaire avec un petit mall pour les étudiants qui habitent plus ou moins loin. Il faut également animer la ville d’Aït Melloul, notamment son complexe culturel qui se situe à quelques kilomètres du campus. Nous comptons étudier ce dossier avec la commune urbaine.

Le projet est implanté dans un site couvert d’arganiers. Quelles mesures ont été prises pour minimiser l’impact sur l’environnement naturel ?
L’arganier ne sera arraché que si c’est véritablement nécessaire. Un recensement a été déjà réalisé grâce aux Eaux et forêts pour une éventuelle réimplantation. Pour la question de la distraction du régime forestier, nous nous sommes déjà déjà réunis avec les usufruitiers, avant le lancement des travaux, pour les indemniser de leurs droits d’exploitation.

Agadir : Remise des diplômes du DELF (Diplôme d’Etudes en Langue Française) scolaire (partenariat entre l’Institut Français d’Agadir et l’Institution privée Al Hanane) le 12 juin à 16h30

DELF Diploma B2 pic

La cérémonie de remise des diplômes du DELF qui se tiendra au sein de l’Institution Al Hanane Privée jeudi 12 juin à 16h30 couronne de succès un partenariat qui a débuté en novembre 2013 entre cet établissement et l’Institut français d’Agadir. Ce partenariat a permis la mise en place de la première session du Diplôme d’Études en Langue Française (DELF), diplôme officiel du Ministère français de l’éducation nationale dans sa version scolaire, au sein de l’institution Al Hanane qui est ainsi devenue centre de passation DELF. Cent-trois lycéens et collégiens étaient impliqués avec un taux de réussite exceptionnel de 100%. Cette action sera reconduite l’année prochaine et ne concernera plus seulement les élèves de l’Institution Al Hanane puisque le centre de passation sera ouvert à des élèves extérieurs d’établissements publics et privés.

La certification DELF

Le DELF Scolaire est un diplôme officiel du Ministère français de l’éducation nationale qui permet de certifier un niveau en langue française.  Ce diplôme est valable à vie et est reconnu dans le monde entier. Il s’adresse à des élèves de 12 à 18 ans scolarisés dans des établissements secondaires et apprenant le français. Il existe en quatre niveaux indépendants les uns des autres: A1, A2, B1 et B2. Le contenu des épreuves est adapté aux préoccupations et aux centres d’intérêt des adolescents et des jeunes adultes.

L’obtention d’un DELF B2 permet un accès aux universités françaises sans tests de langue préalable.

Aujourd’hui, le DELF Scolaire est proposé dans 35 pays dans le monde.

Publié 10 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Enseignement

«Parés pour l’avenir», Remise à Agadir des prix aux lauréats

MAP – lematin.ma

La cérémonie de remise des prix aux lauréats de la 8e édition du programme «Parés pour l’avenir» destiné à faciliter l’insertion dans la vie active via des ateliers de métiers, de simulation et de mise en situation professionnelle, a eu lieu mercredi soir à Agadir.

Remise des prix, à Agadir, aux lauréats du programme «Parés pour l'avenir», une initiative destinée à faciliter l’insertion des diplômés dans le marché de l’emploi. Ph : MAP

Remise des prix, à Agadir, aux lauréats du programme «Parés pour l’avenir», une initiative destinée à faciliter l’insertion des diplômés dans le marché de l’emploi. Ph : MAP

Les cinq lauréats du concours des projets innovants, originaires de plusieurs établissements d’enseignement supérieur relevant de l’Université Ibn Zohr (UIZ), ont été primés au terme d’une caravane entamée en janvier dernier sous forme d’ateliers et de formations destinés à initier les bénéficiaires aux techniques de montage de projets, leur inculquer la culture entrepreneuriale et inciter les plus qualifiés d’entre eux à s’embarquer dans l’aventure d’investissement. Lesdits lauréats ont proposé des projets allant de la production et commercialisation des figues à la création d’un site-web de Souk Al Had, en passant par le recyclage des déchets, la production du biogaz ou encore la valorisation des roses. Les porteurs de ces projets ont bénéficié de modules de formation en matière d’élaboration de business-plan avec l’encadrement d’opérateurs socioéconomiques et de partenaires de l’Université, notamment le CRI, la Banque populaire, le Centre des jeunes dirigeants, l’Association Souss-Massa-Drâa Initiative et la CGEM Souss-Massa-Drâa. Le programme «Parés pour l’avenir» a bénéficié, cette année, à une soixantaine de postulants, sachant que les 17 d’entre eux, retenus pour suivre divers ateliers de formation, viennent des différents établissements relevant de l’UIZ, notamment à Agadir, Taroudant, Guelmim et Ouarzazate. La cérémonie de clôture de ce programme a été marquée par l’organisation d’une conférence-débat sur «les marchés concurrentiels et pratiques managériales: Quelles relations ?», ainsi que par la signature d’une convention de partenariat entre l’UIZ et le Centre des jeunes dirigeants, section d’Agadir.

Publié 5 juin 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Enseignement, Université

BAC 2014 : l’examen national unifié se déroulera les 10, 11 et 12 juin

MAP – aujourdhui.ma

Le ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle a annoncé que la session ordinaire de l’examen national unifié du baccalauréat au titre de l’année scolaire 2013-2014

Bac

Le ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle a annoncé que la session ordinaire de l’examen national unifié du baccalauréat au titre de l’année scolaire 2013-2014, toutes branches confondues, se déroulera les 10, 11 et 12 juin, tandis que la session de rattrapage aura lieu les 8, 9 et 10 juillet.

Par ailleurs, la session ordinaire de l’examen régional unifié de la première année du baccalauréat et des candidats libres sera organisée les 16 et 17 juin 2014 pour toutes les branches, tandis que la session de rattrapage aura lieu les 1 et 2 juillet, indique un communiqué du ministère.

La session normale des travaux pratiques (TP) destinés aux candidats libres aura lieu les 18 et 19 juin, alors que la session de rattrapage se déroulera le 3 juillet.

L’examen régional unifié pour l’obtention du certificat du cycle collégial aura lieu à partir du 19 juin pour les candidats scolarisés et libres, tandis que les épreuves de l’examen provincial unifié pour l’obtention du certificat des études primaires se dérouleront à partir du 23 juin.

L’ensemble des candidats aux examens du Baccalauréat ont reçu, via leurs adresses-mail sur le portail messagerie http://www.taalim.ma, un guide qui comporte l’ensemble des données et nouveautés se rapportant à la session de cette année, en vue d’aider les candidats à passer les épreuves du Baccalauréat dans les meilleures conditions, a fait savoir la même source.

Le ministère s’est, par ailleurs, félicité de la mobilisation pédagogique dans les différents établissements scolaires, saluant l’adhésion des enseignants et enseignantes ainsi que de l’ensemble des intervenants et partenaires de l’école marocaine aux efforts consentis en vue d’exploiter au mieux les mois restants de l’année scolaire courante et augmenter ainsi les chances de réussite des candidats lors des différents examens.

Et de signaler que les communiqués du ministère, relayés par les médias nationaux et publiés sur le portail de ce département, constituent la seule source d’informations concernant ces épreuves.

Publié 8 mai 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Enseignement, Scolarité

Agadir / Aérien : Formation professionnelle privée pour les hôtesses de l’air et stewards, agréée IATA

Mohamed RIAL – lopinion.ma

Hôtesse

Pour accompagner le développement de l’aérien, composante intégrante du tourisme, le centre de formation LCCTC, participe d’une manière professionnelle et dynamique à la formation des hôtesses de l’air et des stewards, entre autres… Et prochainement une formation spécifique pilote de ligne.
Une quarantaine de lauréats ont été déjà formés et une quarantaine est en cours pour l’année 2013/2014. Des lauréats ont été recrutés par les compagnies aériennes : Emirates, Ryanair et à l’ASE. Les stages pratiques ont lieu dans les aéroports de Casablanca et de Marrakech, par des formateurs de métier qui ont fait des années de terrain, afin de transmettre un savoir faire théorique et pratique adéquat. En effet, le secteur de l’aérien est très pointu et exige un savoir faire bien particulier.
Mme Homadi, directrice pédagogique et instructrice du Centre Privé est l’épouse du commandant de bord Homadi, instructeur également. L’établissement de formation est le premier centre du genre et le seul centre au Maroc agréé IATA. Il est aussi homologué par la DAC (Direction de l’Aviation Civile) et également par la RAM. Des partenariats avec des pays africains, dans le cadre de la coopération Sud / Sud, sont engagés, avec la Mauritanie et le Mali… C’est pour bien suivre la voie indiquée par SM le Roi, dans le cadre du développement de partenariat avec l’Afrique, indiquent les responsables du Centre Loumed Cabin Crew Training Center. 
Poursuivant dans la dynamique de formation, le centre va lancer prochainement une formation de pilote de ligne. Le Centre possède trois avions: deux CESSNA et un DA 42 ; le simulateur de vol est déjà commandé. Un emplacement dédié est en cours de réalisation à l’aéroport Al Massira d’Agadir, dans un hangar bien aménagé pour cette cause de formation. Ceci afin de completer la panoplie de formation dans le domaine de l’aérien dispensé par le centre en matières de formations diverses : facteur humain, langue anglaise, aéronautique, formation sûreté et sauvetage, marchandises dangereuses, formation qualification de type, conversation licences au JAR.
Agadir se distingue ainsi à travers ce Centre avec ces formations sur les métiers de l’aérien reflétant la dynamique économique et touristique dans laquelle évolue la capitale du Souss et destination balnéaire première du pays. En effet, c’est à travers de bonnes compétences dans le domaine des services que l’on peut arriver à donner des prestations de qualité qui engendrent la satisfaction dans les divers domaines de la vie de tous les jours. 
C’est d’ailleurs dans cette perspective que le Centre vient de lancer une formation de licence professionnelle française en management des services aériens, dans le cadre de partenariat avec l’étranger avec l’esprit d’une formation délocalisée à Agadir. Le Centre est l’unique établissement au Maroc et en Afrique qui propose cette licence.

Publié 17 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Emploi, Enseignement, Transports

Éducation nationale : Le Bac international en espagnol arrive dans nos lycées

Laila Zerrour – aujourdhui.ma

Bonne nouvelle pour nos élèves. Le Maroc s’apprête à lancer un baccalauréat international option «espagnol».

timthumb

C’est ce qui ressort des récentes discussions tenues  entre le ministre de l’éducation nationale Rachid Benmokhtar et l’ambassadeur d’Espagne au Maroc, José De Carvajal.

Cette mesure «vient renforcer la politique du ministère visant à diversifier l’offre en matière de baccalauréat international en intégrant toutes les langues étrangères adoptées dans le curriculum marocain», indique  un communiqué du ministère. Rappelons que cette initiative intervient près de deux mois après la visite du ministre français,  Vincent Peillon au Maroc.

Une visite qui   avait abouti à la signature de trois accords de coopération  portant notamment sur  la mise en place du baccalauréat international option français (BIOF).

L’ambassadeur espagnol et le ministre de l’éducation nationale ont ainsi examiné les différents aspects pédagogiques et techniques relatifs au  renforcement de l’enseignement de la langue espagnole au niveau du cycle secondaire collégial au sein des établissements scolaires marocains.

L’autre mesure importante porte sur la promotion de l’enseignement de la langue arabe dans les établissements espagnols au Maroc. Sur ce point précis, M. Benmokhtar s’est engagé à procéder au renforcement des compétences  du personnel enseignant en charge de l’enseignement de la langue arabe au sein de ces établissements.   Le ministre de l’éducation nationale «a  rappelé la nécessité d’intégrer l’enseignement de l’histoire et de la géographie du Maroc pour les élèves marocains qui poursuivent leurs études au sein des écoles espagnoles en conformité avec les prérogatives du partenariat stratégique conclu entre les gouvernements des deux pays l’année dernière».

Au terme de cette rencontre fructueuse,  les deux parties se sont engagées à finaliser dans les plus brefs délais ces projets pour les présenter lors de la prochaine réunion de haut niveau entre les gouvernements des deux pays qui est prévue pour la fin de l’année à Madrid.

Au Maroc, 6 lycées sont déjà  concernés  par le BIOF dans les villes de Tanger, Meknès, Casablanca, El Jadida, Marrakech et Agadir. A partir de la rentrée  2014,  82 lycées   seront concernés par ce système. Il n’est pas inutile de rappeler que le BIOF est un  baccalauréat   marocain  avec pour seule différence que certaines matières, notamment les matières scientifiques, sont étudiées en langue française.

L’option internationale n’est pas obligatoire, elle dépend du choix de l’élève et ce durant  la dernière année du collège. Quant à la sélection, celle-ci se fera en fonction des notes de l’élève en français. Après le français et  l’espagnol, le Bac international en anglais devrait prochainement arriver dans nos écoles.

Publié 8 avril 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Enseignement

La première édition de La dictée P.G.L organisée à Agadir le 6 avril 2014

fondation-paul-gerin-lajoie-(1)Une grande première. La dictée initiée par la Fondation Paul Gérin-La joie (P.G.L) arrive enfin au Maroc. En effet, c’est la région d’Agadir qui a été choisie pour organiser la première édition de cette compétition. Les organisateurs tablent sur quelque 2000 inscrits. Ainsi chaque enfant inscrit à la dictée pourra bénéficier d’une formation de deux mois afin de le préparer à la compétition nationale, qui sera organisée à Agadir le 6 avril 2014. L’heureux vainqueur qui a franchi cette étape aura la responsabilité de représenter le Maroc dans la compétition internationale qui aura lieu le 11 mai 2014 à Montréal. La dictée est un exercice scolaire, utilisé souvent en classes primaires, dont l’objectif est d’examiner les performances de l’élève en orthographe et grammaire. Plus qu’un simple outil pédagogique traditionnel, la dictée P.G.L est un outil d’apprentissage qui vise à maîtriser la langue française, mais aussi à inculquer la notion du bon citoyen dès l’école primaire. Ainsi la dictée P.G.L permet de sensibiliser les jeunes à la solidarité internationale en les éveillant aux réalités des peuples et pays en développement, en les associant à leurs causes et en développant le sens du partage entre les habitants de la planète. Ce projet contribue également à sensibiliser à la protection de l’environnement et prévoit, dans un temps futur, la mise en œuvre d’activités liées à l’éducation financière. Ce projet va, en premier lieu, contribuer au rayonnement de la langue française au Maroc, ainsi qu’au développement des outils permettant de donner une meilleure éducation aux enfants, et ce, via les différents supports pédagogiques élaborés par la fondation. La Fondation P.G.L a initié pour la première fois ce projet en 1991 au Canada. C’est une plateforme d’activisme qui se positionne comme un espace de consolidation des efforts, d’opérationnalisation des idées et de concrétisation d’actions responsables et citoyennes. Son ambition première est d’aider à assurer l’éducation, l’alphabétisation et la formation des enfants et des jeunes adultes en Haïti, au Burkina Faso, au Mali, au Bénin et au Sénégal. C’est sous l’initiative de parents soucieux de l’amélioration du système éducatif de leurs enfants et en partenariat avec l’Association marocaine des enseignants du français, que la Fondation P.G.L décide de s’implanter au Maroc. Ce faisant, elle tend à poursuivre sa mission d’appui et de développement de l’éducation de base et d’alphabétisation des adultes.

Publié 17 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Culture, Enseignement

Caravane AJI : À la rencontre de l’informatique

M. C. – aufaitmaroc.com

La Caravane Accès des Jeunes à l’Informatique (AJI), initiée par Dell, a pris la route ce mardi, pour un périple de 4.000 km. L’UNICEF et le ministère de la Jeunesse et des Sports, également porteurs du projet, espèrent former plus de 20.000 jeunes marocains à l’informatique en 2014 et favoriser l’insertion professionnelle des 15-25 ans.

Ségolène Chambrier, Directrice EMEA Dell, entouré de Ayssa, Adil et Jihad, les trois formateurs de la Caravane AJI. /DR

Ségolène Chambrier, Directrice EMEA Dell, entouré de Ayssa, Adil et Jihad, les trois formateurs de la Caravane AJI. /DR

C’est aujourd’hui à Essaouira que la caravane AJI a été officiellement lancée. Pendant quatre mois, Ayssa, Jihad et Adil, les trois formateurs Dell, vont sillonner le Maroc afin d’offrir un accès à l’informatique à nos jeunes grâce à une formation.

Pour la première année cette caravane va aller vers les jeunes grâce à un bus de deux étages équipé de 11 ordinateurs, qui va parcourir 4.000 kilomètres, sur 17 étapes.

Dell et son équipe offrent ainsi aux jeunes marocains une formation de 24 heures au hardware (composants de l’ordinateur), au software (système d’exploitation puis logiciels) et enfin à l’internet. Cet accès à l’informatique est gratuit.

Aider l’intégration sociale

Qui plus est, le projet AJI ne se limite pas à réduire le fossé numérique au Maroc. Depuis 2010, et les différentes interventions de Dell dans le cadre d’AJI, plus de 30.000 Marocains ont été formés en quatre ans. Parmi eux, près de 11.000 jeunes entre 15 et 25 ans ont passé l’examen au certificat DCSE de Dell, respecté internationalement.

Ce certificat, pas encore reconnu par l’Etat marocain, aide ces jeunes à mieux s’insérer dans la vie professionnelle. “Ce certificat fera une vraie différence dans la vie de ces jeunes”, soutient Régina De Dominicis, représentante de l’UNICEF au Maroc.

Durant ce périple éducatif et social, le bus AJI fera également une donation de 6 ordinateurs à l’Association de Solidarité Marathon des Sables, durant cet événement sportif international. /DR

Durant ce périple éducatif et social, le bus AJI fera également une donation de 6 ordinateurs à l’Association de Solidarité Marathon des Sables, durant cet événement sportif international. /DR

À la différence des quatre années précédentes, les jeunes n’auront plus à venir vers Dell ou vers les associations partenaires. La Caravane AJI vient jusqu’à eux, et surtout, elle va à la rencontre du monde rural.

“Cette caravane AJI est une belle initiative de Dell. Le ministère appuie le projet et lui donne de la dynamique. Les jeunes doivent maintenant se l’approprier.”

MOHAMED OUZZINE, MINISTRE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS.

Les associations Bayti, SOS Villages d’Enfants et Alfath Meknès se sont associées à cette démarche, afin de faire profiter les enfants, qu’ils accompagnent au quotidien, de ce nouveau savoir. Dell, solidaire depuis 10 ans avec SOS Villages d’Enfants Maroc, fait régulièrement des dons de matériel informatique à l’association.

Cette formation itinérante est une avancée de plus pour Béatrice Beloubad, directrice nationale de SOS Villages d’Enfants. “Peut-être que nos enfants seront recrutés chez Dell ou au ministère, grâce à la formation et au certificat DCSE”, s’est félicité Mme Beloubad au départ de la caravane.

Les 17 étapes de la Caravane AJI

Dar Bouazza, du 4 au 9 mars ; Essaouira, du 11 au 14 mars ; Agadir, du 15 au 21 mars ; Tiznit, du 22 au 28 mars ; Zagora, du 29 mars au 4 avril ; Ouarzazate, du 5 au 11 avril ; Errachidia, du 19 au 25 avril ; Ifrane, du 26 avril au 2 mai ; Meknès, du 3 au 9 mai ; Jerrada, du 10 au 16 mai ; Berkane, du 17 au 23 mai ; Nador, du 24 au 30 mai ; El Hoceima, du 31 au 6 juin ; Chefchaouen, du 7 au 13 juin ; Kénitra, du 14 au 20 juin ; Casablanca (COC Tennis), le 21 juin ; Marrakech, du 23 au 29 juin.

Publié 12 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Culture, Enseignement

Rachid Belmokhtar agace en introduisant le bac français dans l’enseignement public

telquel-online.com

Rachid Belmokhtar

Rachid Belmokhtar, ministre de l’éducation nationale, a agacé en introduisant le bac français dans l’enseignement public. Cette section du baccalauréat international option français (BIOF) a été mise en place pour l’année académique en cours à Casablanca, El Jadida, Marrakech, Agadir et Tanger, et sera généralisée à partir de l’année prochaine au reste du royaume. Ce système permettra aux élèves sélectionnés dans les classes du BIOF d’étudier les matières scientifiques en français.

Publié 6 mars 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Enseignement, Scolarité

France : Les visas plus faciles pour les diplômés marocains

par Laila Zerrour – aujourdhui.ma

La France a décidé d’assouplir les conditions d’octroi de visas Schengen  pour les étudiants marocains titulaires d’un diplôme obtenu en France.

timthumb

Ces derniers  se verront octroyé, presque de facto, un visa de circulation Schengen quand ils le souhaiteront. A noter que ces visas seront d’une durée minimum d’un an et concerneront tous les étudiants marocains récemment titulaires d’un diplôme obtenu en France et équivalent au minimum au niveau master.

L’annonce a été faite samedi par l’ambassadeur de France au Maroc, Charles Fries,  lors de l’ouverture du Salon des études en France  qui s’est tenu les 15 et 16 février à Rabat. Cette nouvelle mesure entrera en vigueur à partir du 1 er mars au niveau de tous les consulats généraux français.

«Cette mesure de facilitation (…) reflète un nouvel état d’esprit, celui de répondre aux attentes exprimées par les diplômés marocains qui veulent être rassurés sur le fait que s’ils reviennent au Maroc pour s’y installer, ils pourront aussi très facilement retourner en France»,  a indiqué M. Fries. Avec 32.000 étudiants, le Maroc arrive en tête des contingents d’étudiants étrangers  les plus représentés  en France.

Ce contingent    représente 11% des étudiants étrangers en France devant la Chine (10%) et l’Algérie (8%). Un étudiant étranger sur dix en France est Marocain. Des chiffres  qui ne sont pas prêts de régresser. En témoigne le nombre de dossiers déposés à l’espace Campus France Maroc qui a dépassé les 16.000 en 2013, soit une hausse de plus de 8% par rapport à 2012. Quelque 9.000 jeunes Marocains sont partis en 2013, tous visas confondus, pour passer un concours, faire un stage, intégrer les universités françaises et les plus prestigieuses écoles d’ingénieur et de commerce, a fait savoir l’ambassadeur de France au Maroc.

Rappelons que les étudiants marocains sont surreprésentés dans les filières d’excellence (49% au niveau Master contre 44% sur l’ensemble des étudiants étrangers présents en France), et privilégient les filières scientifiques 36% et sciences économiques 34% et à accès régulé.
Cette rencontre  a été également l’occasion pour M. Fries de mettre en exergue   l’importance de la «colocalisation académique» à travers l’installation au Maroc d’antennes de grandes écoles et universités françaises. «L’objectif est de permettre à des étudiants marocains qui ne peuvent ou ne souhaitent pas effectuer leurs études en France d’obtenir un diplôme français tout en étudiant sur le territoire marocain», a-t-il souligné.

Quant aux bourses du gouvernement français à destination des étudiants et chercheurs, celles-ci représentent   un budget annuel de plus de deux millions d’euros. Ce sont plus de 400 étudiants qui ont bénéficié en 2013 d’une bourse d’études, tandis que plus de 120 doctorants ont bénéficié d’une bourse de recherche de 3 à 6 mois dans le cadre de la préparation de leur doctorat en cotutelle.

Publié 17 février 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Coopération, Enseignement

L’enseignement privé contribue à moins de 7 % dans la région de Souss-Massa-Drâa

libe.ma

.

.

La région Souss-Massa-Drâa (SMD) compte actuellement 203 institutions d’enseignement privé, avec un taux d’encadrement des élèves ne dépassant guère les 7%, soit un « taux en deçà des aspirations », a affirmé, récemment à Agadir, le directeur de l’Académie régionale éducation-formation Ali Berrad.

M. Berrad a souligné, à l’ouverture d’un colloque international sur « L’enseignement privé : défis et contraintes », que le Maroc compte actuellement 3800 institutions d’enseignement privé qui regroupent un effectif de 880 mille élèves, avec un taux de croissance annuel de près de 8%.
Il a assuré que le ministère de l’Education nationale ambitionne, conformément à son plan à moyen terme (2016), d’élargir l’offre pédagogique des institutions privées pour créer davantage de postes d’emploi et d’atteindre l’objectif de 20% d’élèves scolarisés.
Il a prévenu que cet objectif serait hors de portée sans un encadrement et un contrôle pédagogique et administratif conséquents, tant au niveau des programmes et manuels, des outils didactiques et des livres, que du contrôle des documents administratifs concernant les institutions, leurs employés pédagogiques, leurs dépendances sanitaires ou leurs moyens de transport.
« Parmi les défis auxquels nous sommes confrontés de nos jours, en tant que ministère, académies, délégations et parents d’élèves, il y a lieu de citer le problème des coûts obéissant à la logique de l’offre et de la demande et à la qualité des prestations exigées par les parents des élèves », a-t-il noté.
A ce propos, le même responsable a rappelé que le ministère de tutelle a publié, dès septembre 2011, une missive enjoignant aux institutions d’enseignement privé d’afficher les montants de scolarité et intimant aux directions régionales de tenir des réunions avec les associations du secteur en vue de les sensibiliser à l’impératif d’obtenir auprès des établissements concernés l’affichage des prix des différents services fournis. De son côté, Hicham Aâyich, du bureau régional SMD de l’Union de l’enseignement et de la formation libre au Maroc, la partie organisatrice de ce colloque de deux jours, a fait observer que 12% des élèves marocains poursuivent leurs études actuellement dans le secteur de l’enseignement-formation privé, notant que « ce taux peut atteindre jusqu’à 31% dans les grandes villes du pays ».
Il a également signalé que l’extension de l’offre éducation-formation privée, qui emploie plus de 15,9 mille cadres administratifs, plus de 30,5 mille agents et assistants et pas moins de 63,7 mille enseignants, est confrontée, aujourd’hui, à nombre de contraintes « requérant des mesures pratiques et audacieuses », en vue d’atteindre le taux des 20% préconisé par le Pacte éducation-formation de la dernière décennie.
Ce colloque vise, selon ses initiateurs, à jeter la lumière sur la place de l’enseignement privé, son rôle et sa position juridique au Maroc, contribuer à améliorer l’enseignement et la formation à travers l’ouverture sur des expériences internationales et l’échange des expertises et à encourager les partenariats privé-public en matière d’enseignement aux niveaux national et international.
Trois axes de réflexion sont prévus dans le cadre de cette rencontre, en l’occurrence « le curriculum de l’enseignement privé entre la libre initiative et les contraintes institutionnelles et juridiques », « l’investissement et le financement dans l’enseignement privé sur les plans national et international » et « le partenariat entre les établissements privés, l’Etat et les instances élues ».
Animés par une pléiade d’experts venus du Maroc, des Etats-Unis, de France, de Hollande, du Chili, d’Espagne, du Qatar, de Jordanie et d’Algérie, les travaux de ce colloque devraient être sanctionnés par une série de recommandations et de résolutions.

Publié 28 janvier 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Enseignement

Ouverture des Journées de l’orientation

LNT – MAP

tetouan

La 18ème Caravane des Journées de l’orientation scolaire, universitaire et de l’entrepreneuriat a été lancée jeudi à Tétouan, avec au programme plusieurs activités placées sous le thème “l’orientation : un pas, un projet”.

Cet événement, organisé par le groupe Orientation Carrefour sous l’égide du ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle, sillonnera par la suite plusieurs villes du Maroc avec pour objectif de mettre l’accent sur le rôle prépondérant de l’orientation scolaire pour la réussite de l’élève et de l’étudiant.

Selon les organisateurs, cette initiative traduit aussi la volonté des responsables du secteur de traiter les questions de l’orientation scolaire et en particulier de la formation professionnelle selon une approche moderne, en phase avec les Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI en faveur de l’accompagnement des jeunes dans la mise en place de leurs projets professionnels, tout en prenant en considération les besoins du marché de l’emploi et des grands chantiers que connait le Maroc.

Dans une déclaration à la MAP, le directeur d’Orientation Carrefour, Mustapha Faiq, a indiqué que cette édition connait la participation de 30 exposants, représentant des établissements publics et privés, des universités, des écoles supérieures et des établissements de la formation professionnelle, ajoutant que ces journées offrent l’occasion aux étudiants de collecter les informations et données nécessaires à une bonne orientation scolaire et universitaire, pierre angulaire du système de l’enseignement et condition primordiale pour sa réussite.

Quelque 11 mille personnes sont attendues pour cette première escale des Journées de l’orientation scolaire, universitaire et de l’entrepreneuriat, qui prévoit, tout au long de trois jours, des conférences et tables-rondes animées par des experts et spécialistes de l’orientation scolaire, de l’enseignement et de la formation professionnelle.

Après Tétouan, la caravane de ces journées doit se rendre à Kénitra, Errachidia, Nador, Fès, Oujda, Rabat, Casablanca, Tanger, Mohammedia, Essaouira, Khémisset, Meknès, Larache et Agadir.

Publié 12 janvier 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Enseignement, Scolarité, Université

La dictée P.G.L arrive enfin au Maroc, à Agadir – Une innovation pédagogique et cognitive

libe.ma

6119028-9137127

Une grande première. La dictée initiée par la Fondation Paul Gérin – La joie (P.G.L) arrive enfin au Maroc. En effet, c’est la région d’Agadir qui a été choisie pour organiser la première édition  de cette compétition. Les inscriptions sont en cours et prendront fin le 1er janvier prochain. Les organisateurs tablent sur quelque 2000 inscrits. 
Ainsi chaque enfant inscrit à la dictée pourra bénéficier d’une formation de deux mois afin de le préparer à la compétition nationale, qui sera organisée à Agadir le 6 avril 2014. L’heureux vainqueur qui a franchi cette étape  aura la responsabilité de représenter le Maroc dans la compétition internationale qui aura lieu le 11 mai 2014 à Montréal. 
La dictée est un exercice scolaire, utilisé souvent en classes primaires, dont l’objectif est  d’examiner les performances de l’élève en orthographe et grammaire. Plus qu’un simple outil pédagogique traditionnel, la dictée P.G.L est un outil d’apprentissage qui vise à maîtriser la langue française, mais aussi à inculquer la notion du bon citoyen dès l’école primaire. 
Ainsi la dictée P.G.L permet de sensibiliser les jeunes à la solidarité internationale en les éveillant aux réalités des peuples et pays en développement, en les associant à leurs causes et en développant le sens du partage entre les habitants de la planète. Ce projet contribue également à sensibiliser à la protection de l’environnement et prévoit, dans un temps futur, la mise en œuvre d’activités liées à l’éducation financière. Ce projet va, en premier lieu, contribuer au rayonnement de la langue française au Maroc, ainsi qu’au développement des outils permettant de donner une meilleure éducation aux enfants, et ce, via les différents supports pédagogiques élaborés par la fondation.
La Fondation P.G.L a initié pour la première fois ce projet en 1991 au Canada. C’est une plateforme d’activisme qui se positionne comme un espace de consolidation des efforts, d’opérationnalisation des idées et de concrétisation d’actions responsables et citoyennes. Son ambition première est d’aider à assurer l’éducation, l’alphabétisation et la formation des enfants et des jeunes adultes en Haïti, au Burkina Faso, au Mali, au Bénin et au Sénégal. C’est sous l’initiative de parents soucieux de l’amélioration du système éducatif de leurs enfants et en partenariat avec l’Association marocaine des enseignants du français, que la Fondation P.G.L décide de s’implanter au Maroc. Ce faisant, elle tend à poursuivre sa mission d’appui et de développement de l’éducation de base et d’alphabétisation des adultes. 

Publié 9 décembre 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Culture, Enseignement

Agadir : Création d’un institut d’aviation civile

M.A. – leconomiste.com

  • C’est le fruit d’un partenariat entre Universiapolis et la société d’ingénierie marocaine Core
  • Un investissement de 10 millions de DH
Le groupe Universiapolis, première université privée à Agadir, continue à multiplier ses formations et ses partenariats. La création de cette nouvelle structure est une première en Afrique

Le groupe Universiapolis, première université privée à Agadir, continue à multiplier ses formations et ses partenariats. La création de cette nouvelle structure est une première en Afrique

Le groupe Universiapolis, première université privée à Agadir, continue à multiplier ses formations et ses partenariats. Il s’apprête à doter le Souss d’un institut d’aviation civile et de l’espace. Le projet est le fruit d’un partenariat entre l’établissement et la société d’ingénierie marocaine Core, est-il indiqué. L’inauguration de cet institut dédié à la formation initiale et continue des contrôleurs et gestionnaires de la navigation aérienne est prévue très prochainement, est-il indiqué. Première expérience du genre en Afrique, la structure nécessitera un investissement de 10 millions de DH pour sa première année  d’exercice 2014. Il devrait démarrer avec 32 étudiants au 1er semestre pour passer à 64 au 2e semestre, assure une source proche du dossier.
Les effectifs devraient atteindre dès la troisième année 192 au niveau de la formation initiale et 150 à 200 inscrits dans les programmes de formation continue. En effet, les initiateurs du projet ambitionnent de mettre en place un pôle d’excellence avec de nombreux partenaires africains et européens dans le cadre de partenariats publics-privés en vue ‘’d’assurer un haut niveau de compétences à jour et en conformité avec les standards internationaux de l’aviation civile’’, est-il indiqué. Pour eux, l’investissement et la démarche se justifient pleinement. 
Le secteur aéronautique et spatial mondial connaît une grande évolution. En effet, en 2032, la flotte mondiale devrait passer de 17.740 appareils à près de 36.560, avec des carnets de commandes portant sur des transactions autour de près de 29.220 avions d’une valeur de plus de 4.400 milliards USD. En Afrique, le besoin en formation en la matière est grand par ailleurs. Le continent qui connaît une croissance à deux chiffres, abrite plus d’une vingtaine de compagnies ‘’blacklistées’’. De plus, le besoin en formation se fait d’autant plus sentir car la demande en personnel qualifié passera, d’ici à 2032, à quelque 16.500 pilotes et 15.900 techniciens, soulignent les maîtres d’ouvrage du projet. Pour répondre à la demande dès son démarrage, annoncée officiellement le 7 décembre,  le nouvel institut d’aviation civile et de l’espace devrait signer
un accord de partenariat avec l’Institut SCL relevant de Georgia Institute of Technolgy, numéro un mondial en logistique

Publié 6 décembre 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Enseignement, Université

Plus de dix millions de Marocains sont francophones

bladi.net

arton38180-4b95aPlus de dix millions de Marocains parlent et écrivent le français, soit le tiers de la population du Maroc, d’après un rapport du sénat français, selon lequel le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, seraient parmi les dix pays les plus francophones au monde.

La langue française doit encore sa présence au Maroc au fait que les universités du Royaume disposent de plus de 600 filières francophones, suivies par plus de 8000 étudiants marocains.

En plus des universités, un important réseau de grandes écoles et d’instituts français sont implantés au Maroc. Ces établissements accueillent environ 30.000 étudiants, dont une grande majorité de Marocains.

La forte présence des étudiants marocains dans les universités de l’Hexagone, serait aussi parmi les facteurs qui font que la langue française se perpétue au Maroc. Plus de 32.000 Marocains poursuivent leurs études dans des universités françaises, soit 11% du nombre total des étudiants étrangers en France.

Publié 25 novembre 2013 par Michel Terrier dans Actualité, Culture, Enseignement, Société

%d blogueurs aiment cette page :