Archives de la catégorie ‘Découverte

Ouverture de Crocoparc Agadir le 31/05/2015

Crocoparc Agadir , le premier parc aux crocodiles du Maroc
ouvre au public Dimanche 31 Mai à 10 Heures.

IMG_8342

Plus de 300 crocodiles vous y attendent !

IMG_8336

IMG_8337

IMG_8340

 

Une attraction unique !

Publicités

Publié 28 mai 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Découverte

Un magnifique travail réalisé par des élèves du Lycée Français sur la valorisation touristique d’Agadir

Le 20 mai 2015, le lycée français d’Agadir, un établissement OSUI, a présenté le travail de ses élèves dans le cadre d’un projet d’interprétation des sites et monuments d’Agadir encadré par Mme Tassain-Aboutayeb. Ledit projet avait été réalisé dans le cadre d’une collaboration avec le Conseil Régional du Tourisme d’Agadir Souss Massa Drâa (CRT) d’où son caractère innovant puisqu’il s’agit d’une démarche participative dans le développement touristique de la destination. En effet, les jeunes de la ville ont élaboré une interprétation touristique en français et en anglais pour certains sites et monuments touristiques de la ville via des outils numériques.

IMG_9715

M. Claverie, Proviseur du Lycée Français d'Agadir

M. Claverie, Proviseur du Lycée Français d’Agadir

Mme Tassain Aboutayeb

Mme Tassain-Aboutayeb qui a encadré ce travail

Les trois élèves qui ont brillamment présenté ce projet :

DSC_6616

DSC_6635

DSC_6636

DSC_6647

Plusieurs représentants des organismes et institutions publiques et privées, du CRT, de la wilaya, de la Commune urbaine, Association des agences de voyages d’Agadir,  des professionnels du tourisme étaient présents. Le Consul général de France à Agadir, M. Marc Peltot et son épouse ont également assisté à l’événement.

DSC_6598

La destination d’Agadir est certes la première destination touristique balnéaire du Royaume avec une prédominance du tourisme international (80% des nuitées en hôtels classés sont enregistrées par le tourisme international). Toutefois, la Agadir souffre notamment du manque de valorisation patrimoniale et d’animation touristique (information et interprétation touristique).

Les élèves ont donc tenté de répondre à cette problématique via l’Etourisme : l’utilisation d’outils numériques pour la valorisation touristique. Les visiteurs peuvent ainsi découvrir la ville d’Agadir autrement, avec leur smartphone d’une manière originale et ludique.

Les élèves ont présenté un travail approfondi et rigoureux sur la ville d’Agadir. Ils ont, tout d’abord, créé un site internet (www.agadirmonuments.com) afin que les internautes aient une interprétation en ligne, en français et en anglais des sites et monuments de la ville.  Ils ont également préparé des codes QR qui pourraient être affichés sur chaque monument. Les visiteurs pourraient ensuite scanner ces codes afin d’obtenir l’interprétation du site en question en français et en anglais.

Le site Agadir monuments.com

Le site agadirmonuments.com

Ils ont également utilisé une application de réalité augmentée « Aurasma » pour l’interprétation de deux monuments de la ville à savoir : Agadir Oufella et le mur du souvenir. Il suffit, pour les visiteurs, de télécharger gratuitement l’application et de suivre le compte « Agadir ». Ensuite, les visiteurs scannent le monument à l’aide de l’application et des icones s’affichent en superposition de l’écran afin de proposer une interprétation via une vidéo ou des textes. Par exemple, pour le mur du souvenir, ils ont mis une vidéo du discours de Sa Majesté le Roi Mohamed V, vidéo dont les élèves ont fait les traductions en français et en anglais.

Deux copies d’écran de l’application Aurasma (téléchargeable gratuitement sur Google Play Store pour Android et sur App Store pour Apple)

Screenshot_2015-05-21-09-25-38

Screenshot_2015-05-21-09-26-10

Ce genre d’initiative est très louable de la part de la nouvelle génération qui maîtrise parfaitement les technologies de l’information et de la communication. Le projet est à la fois créatif, innovant et ouvre sur des perspectives concrètes pour la valorisation touristique d’Agadir. Il a permis aux nouvelles générations de participer au développement local, de mettre en avant leur identité gadirie et de découvrir une nouvelle perspective de leur patrimoine et au devoir de mémoire qui y est intimement liée.

IMG_9712

Vidéo de présentation :

Il manque maintenant très peu de choses pour finaliser ce projet innovant qui serait si utile à la Ville d’Agadir et ce peu de choses ne coûterait rien : il suffit de la part des autorités de donner les autorisations d’apposer des QR-codes discrets sur ou à proximité immédiate des monuments ou sites choisis pour qu’il soit pleinement opérationnel. Il faut espérer que l’occasion sera saisie rapidement !

Un paysage merveilleux à découvrir : Ida Oulimit

C’est Guy Magotte et Sandrine Saliba qui tiennent une très agréable Maison d’hôtes tout près de Taroudant le « Riad Jardin des Orangers » qui nous ont fait découvrir ce petit paradis à environ 75 km du riad.

Pour situer les lieux, deux cartes :Carte 1

Carte 2

 

et pour y aller : depuis Taroudant, rejoindre la route qui va vers Tioute (la R109), arrivés à l’embranchement de Tioute,  ne pas prendre à droite mais continuer tout droit vers Igherm. 5 km après un douar nommé Wawfangha, prendre la route à gauche, direction Souk Tlat Nihit. passer ce village et continuer jusqu’au bout de la route goudronnée. Là, vous trouverez un chemin en béton qui vous amènera après une belle descente directement à Ida Oulimit.

Quelques photos de cette magnifique balade :

La moisson a été faite et, dans les villages, les aires de battage ont été nettoyées et préparées
IMG_9571

IMG_9572

IMG_9574

 

IMG_9589

 

Et justement, en traversant un douar, nous sommes en plein dans une scène de battage traditionnel :

IMG_9575

12 ânes participent au travail :IMG_9579

IMG_9580

IMG_9584

Il faut chaud (très chaud), les femmes sont fatiguées et Sandrine leur donne un petit coup de main :IMG_9585

 

Une belle porte en passant à Nihit :

IMG_9590

Nous entrons

IMG_9591

IMG_9593

IMG_9594

IMG_9596

 

dans un coin de la cour, la cuisine avec le tafarnout

IMG_9592

et la cuisinière à bois

IMG_9595

Nous arrivons à Ida Oulimit : quelle merveille !

IMG_9599

IMG_9601

IMG_9602

IMG_9603

IMG_9604

IMG_9605

 

Là aussi, sur la place du village, c’est le battage :

IMG_9607

IMG_9610

IMG_9611

IMG_9612

 

Zineb, une belle petite jeune-fille assiste au spectacle :

IMG_0751

 

Nous laissons là la voiture et nous descendons au fond de la vallée :

IMG_9614

IMG_9615

IMG_9616

IMG_9617

IMG_9618

IMG_9619

IMG_9621

IMG_9622

IMG_9623

 

Après le déjeuner sur l’herbe (non, sur le rocher), c’est le retour :IMG_9624

IMG_0761

IMG_9625

IMG_9626

Arrivés sur la place, le battage n’est pas terminé : il faut maintenant séparer le grain de la paille :

IMG_9630

IMG_9631

 

 

 

Merzouga – 4 – Retour

Pour le retour, nous ne prenons pas la route directe Erfoud – Tinejdad, mais nous décidons de prendre par Errachidia et Goulmima pour rejoindre ensuite Tinejdad : environ 70 km supplémentaires, mais on n’est pas à ça près (!!!) et nous pourrons ainsi découvrir la vallée du Ziz :

IMG_9283

La vallée du Ziz : une très belle vallée dans laquelle la palmeraie s’étend sur plus de 70 km !IMG_9285

IMG_9286

IMG_9287

IMG_9289

IMG_9290

IMG_9291

IMG_9293

IMG_9294

IMG_9295

IMG_9296

La neige n’est pas loin !IMG_9299

IMG_9301

Casse-croûte après Kelaat M’Gouna où le festival des roses se termine20150507_130727

Passage à Ouarzazate avec ses larges avenues et ses studios de cinéma :

IMG_9302

IMG_9303

Merzouga – 3

Il fait beau ce matin encore et nous partons avec notre voiture vers Taouz au sud, au bout de la route goudronnée :

IMG_9140

IMG_9141

IMG_9142

IMG_9143

IMG_9144

IMG_9146

IMG_9147

IMG_9148

IMG_9149

Après quelques kilomètres, on quitte les paysages de dunes pour les paysages de pierreIMG_9151

Voilà Taouz !IMG_9220

 

Dans le village, nous rencontrons Mohamed qui nous propose de nous accompagner pour nous montrer ce qu’il y a dans le coin.

Première étape, les gravures rupestres, à quelques kilomètres de Taouz :

IMG_9153

IMG_9154

Il y en a des dizaines !IMG_9155

IMG_9158

IMG_9159

IMG_9161

IMG_9162

IMG_9163

IMG_9164

IMG_9166

IMG_9167

IMG_9168

IMG_9169

Et, juste à côté, des tumulus de pierre, vestiges de « maisons » préhistoriques qui se sont écroulées. Il en reste pourtant une en assez bon état :IMG_9171

IMG_9172

IMG_9173

IMG_9174

 

Mohamed veut ensuite nous faire découvrir l’ancien village de Taouz construit en pisé et maintenant en ruines :IMG_9175

IMG_9176

IMG_9177

IMG_9179

C’était la maison de ses grands-parents :IMG_9180

IMG_9184

IMG_9185

IMG_9186

IMG_9187

IMG_9188

IMG_9189

IMG_9190

IMG_9191

IMG_9192

IMG_9193

Mohamed semble en incantation devant ces ruines :IMG_9194

IMG_9196

 

IMG_9197

Il y a des tas de choses à voir dans la région ! Mohamed nous emmène ensuite voir un artisan qui travaille sur les fossiles : Ahmed, de la famille de Saïd, cousin de notre ami Harite Gabarit :

Le voici au travail :

IMG_9198

Les pierres sont d’abord coupées en deux :IMG_9200

IMG_9202

IMG_9203

IMG_9205

 

Puis polies :IMG_9207

Voilà le travail terminé !IMG_9321

Ahmed, le Mâalem, l’artiste ! IMG_9210

Après le thé, Ahmed nous emmène voir ses réserves :IMG_9211

IMG_9212

Une vraie caverne d’Ali Baba !IMG_9213

IMG_9214

des pierres polies, des sculptures…IMG_9215

IMG_9216

IMG_9217

Si vous allez vers Taouz, allez découvrir son travail !IMG_9219

 

Nous re-déposons alors Mohamed près de chez lui à Taouz et repartons vers Merzouga.

La journée d’hier nous a laissé un peu de frustration : avec le vent de sable, nous n’avons pas pu voir les lacs dans des conditions normales :

Nous allons donc voir le lac de Merzouga et faisons les 3/4 du tour du lac :

IMG_9223

IMG_9225

IMG_9226

IMG_9228

IMG_9229

IMG_9230

IMG_9231

IMG_9232

IMG_9234

Quelques cigognes :IMG_9236

et des flamants roses très loin, au milieu du lac :IMG_9237

IMG_9239

IMG_9242

IMG_9245

 

Direction l’autre lac, celui de Yasmina :

La très belle auberge Yasmina, en bordure du lac :

IMG_9246

IMG_9247

IMG_9248

IMG_9251

IMG_9253

IMG_9254

Le lac est plus petit que celui de Merzouga, mais plus beau, avec les dunes qui plongent directement dans l’eau :IMG_9255

IMG_9256

IMG_9257

 

Au retour, nous faisons une halte près du barrage de Beida :

IMG_9259

IMG_9260

IMG_9276

IMG_9267

IMG_9275

 

Il fait chaud (46°) et les dromadaires apprécient un bon bain :IMG_9265

IMG_9270

IMG_9272

IMG_9271

IMG_9277

Il est temps de rentrer à l’hôtel où nous arrivons après un ensablement !!!IMG_9278

IMG_9279

IMG_9280

IMG_9281

IMG_9282

 

A suivre…

Photos M. Terrier

 

 

Merzouga – 2 –

Mardi matin, il fait très beau

IMG_8983

Nous insistons pour effectuer tôt la promenade en dromadaire assez longue que nous avions prévue.IMG_8984

Un 4X4 vient nous chercher pour nous emmenerIMG_8990

IMG_8991

IMG_8993

Aie ! après quelques kilomètres : panne ! heureusement le pilote connaît bien sa machine et en 2 minutes, le problème est réglé.IMG_8994

IMG_8995

IMG_8997

On se promène quelques minutes pendant la préparation de nos montures.

C’est désert ici !IMG_8999

IMG_9000

IMG_9001

IMG_9002

Non, Nicole, pas aujourd’hui, il fait trop chaud !IMG_9004

Là, c’est plus de circonstance et on ne regrettera pas d’avoir mis un chèche, la suite le prouvera !IMG_9005

IMG_9006

C’est parti !IMG_9008

IMG_9009

IMG_9012

IMG_9013

IMG_9014

Magnifique !IMG_9015

IMG_9016

IMG_9017

IMG_9018

IMG_9019

IMG_9022

IMG_9023

IMG_9025

IMG_9028

Retour en terre habitée :IMG_9031

IMG_9032

IMG_9033

IMG_9035

IMG_9036

Au bout de quelques minutes, un terrible vent de sable se lève : on n’y voit pas à 20 m !IMG_9040

IMG_9043

IMG_9045

Après avoir mangé, nous attendons un autre 4X4 pour effectuer le tour de l’erg Chebbi.

Une longue promenade pendant laquelle nous avons pu constater les difficultés qu’endurent les nomades qui vivent là-bas !IMG_9046

IMG_9048

IMG_9049

IMG_9050

IMG_9052

Arrivée à proximité de l’Auberge Yasmina,IMG_9053

Là, surprise : un grand lac en plein désert : Non, ce n’est pas un mirage ! C’est le lac Yasmina, un grand lac naturel alimenté par les eaux de pluie et des oueds qui convergent vers luiIMG_9054

IMG_9055

IMG_9056

IMG_9057

IMG_9058

IMG_9059

Arrivée à Tissadmine : c’est de là que viennent beaucoup des objets de décoration, salle de bains… dans lesquels on trouve ammonites, trilobites et belemnites.IMG_9063

IMG_9064

IMG_9065

IMG_9066

La visite continue, toujours dans la tempête de sableIMG_9068

Malgré les apparences, il y a beaucoup d’eau dans la région : il suffit de creuser 3 ou 4 m pour en trouver et de nombreux abreuvoirs sont disponibles pour le bétail :IMG_9070

IMG_9071

IMG_9072

IMG_9073

Quelques khaïmas sont dispersées ça et là :IMG_9076

et toujours prêtes à vous accueillir pour un thé.IMG_9079

Nicole s’est fait une copine :
IMG_9083Cette jeune femme nomade vit toute seule dans sa khaïma depuis que son mari est parti avec une autre. Elle assume seule tous les travaux habituels plus le gardiennage des bêtes…

IMG_9085

Direction la montagne…IMG_9089

IMG_9090

Nous arrivons à Mifis où nous découvrons des mines de barytine en exploitation (la barytine contient de la baryte, et du plomb…)IMG_9091

IMG_9092

IMG_9094

IMG_9095

IMG_9096

IMG_9097

L’ancienne ville de Mifis, aujourd’hui abandonnée, avec son souk :
IMG_9102

IMG_9103

IMG_9108

Là, sur la hauteur, il est difficile de tenir debout tant le vent souffle fort :IMG_9110

IMG_9115

Le nouveau village de Mifis est occupé par des Gnaouas, descendants d’anciens esclaves noirs d’origine subsaharienne qui ont conservé leurs coutumes, leurs chants qu’on m’a dit être plus traditionnels que chez les Gnaouas d’Essaouira.IMG_9116

Un bon petit moment avec eux pour les écouter et oublier le vent qui souffle dehors.IMG_9118

IMG_9119

IMG_9120

IMG_9121

IMG_9122

IMG_9123

IMG_9126

IMG_9127

IMG_9130

IMG_9131

et nous repartons pour trouver à quelques kilomètres de là un autre lac, encore plus grand que le lac d’Yasmina vu en début d’après-midi :IMG_9134

au moins 5 kilomètres de long ! Surprenant et inattendu ici !IMG_9135

IMG_9136

IMG_9138

 

A suivre …

Photos M. Terrier

Notre escapade à Merzouga – 1 –

Récit-photo de la première journée : Agadir – Merzouga

Départ tôt d’Agadir le 4 mai sous le brouillard jusqu’à Aoulouz. Passage par Taliouine puis TazenaghtIMG_8904

IMG_8905

Après Tazenaght, direction OuarzazateIMG_8906

puis TineghirIMG_8908

IMG_8909

IMG_8911

IMG_8912

IMG_8914

IMG_8916

IMG_8917

IMG_8918

Au moment du casse-croûte, rencontre inattendue…IMG_8920

Arrivée à Erfoud où nous découvrons les Khettaras IMG_8922

IMG_8923

Les Khettaras (Foggaras en Algérie) constituent un système d’irrigation né il y a plus de 3000 ans en Perse et elles auraient été introduites au Maroc par les arabes lors de leur conquête du Maghreb ; mais, plusieurs écrits historiques affirment que ce système est une pure création des habitants de l’Afrique du Nord « Imazighen » (Malika Hached – Les premiers Berbères)

La khettara est une galerie drainante qui amène l’eau de la nappe phréatique à la surface du sol, par gravité. La sortie de la Khettara se situe toujours au village (vu la maîtrise du nivellement). La conduite souterraine est accompagnée sur le sol par des puits d’aération qui servent aussi de points d’épuration.

La khettara est composée:

  • d’une galerie qui assure le drainage et le captage des eaux.
  • d’une partie adductrice, laquelle assure le transport des eaux drainées vers le périmètre d’irrigation.
  • d’une tête morte pour acheminer l’eau vers les parcelles via des canaux alimentant les prises appelées localement « Mesraf ».
  • La longueur d’une Khettara peut aller de quelques centaines de mètres à une vingtaine de kilomètres et même 45 km pour celle que nous avons visitée. Ceci est fonction du gradient hydraulique, de la pente du sol et du niveau piézométrique de la nappe.
  • La largeur de la galerie est dimensionnée de manière à permettre le curage et le nettoyage manuellement. Quant à la profondeur des puisards en tête, elle varie entre 10 à 50 m.
  • La distance entre deux puisards consécutifs est fonction de la stabilité des terrains traversés, elle varie entre 10 et 30 m.
  • Les débits sont certes différents selon les zones. Ils oscillent entre 2 à 20 l/s. C’est peu mais en fait dans le sud marocain, où le débit moyen des khettaras est de 6,5 litres par seconde, elles produisent plus d’eau que le barrage Hassan Addkhil.

KhettaraDans le cas de celle que nous avons vue à Erfoud, la profondeur maximum des puits du côté de la montagne est de 50 m et la longueur de la galerie souterraine de 45 km.

Khettaras

Il y a 3 réseaux parallèles : le premier pour les nomades, le second pour les berbères et le troisième pour les arabes.IMG_8928

Bachir nous a fait visiter l’intérieur, en descendant à l’intérieur de la khettaraIMG_8929

IMG_8931

IMG_8932

IMG_8934

Bachir :IMG_8935

La galerie souterraine où circulait l’eau. Malheureusement les sources à l’amont sont taries depuis 2006.IMG_8936

IMG_8938

C’est par le panier suspendu à cette corde que la terre était remontée à la surface au moment du creusement de la khettara avec pioche et pelle, au rythme de 1,50 à 2 m par jour.IMG_8942

Le thé rituel avec BachirIMG_8946

On reprend ensuite la route qui passe par Sijilmassa, Rissani, Hassilabied puis arrivée à Merzouga IMG_8947

IMG_8948

Premier contact (visuel) avec les dunes de sableIMG_8949

IMG_8952

IMG_8955

IMG_8956

IMG_8957

IMG_8973

IMG_8974

IMG_8975

IMG_8976

IMG_8978

IMG_8979

IMG_8980

IMG_8981

Arrivée au Riad Merzouga où une bonne nuit sera la bienvenue !IMG_8954

A suivre…

Photos M. Terrier

Publié 8 mai 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Bons moments, Découverte, Tourisme

Visite à l’Agadir d’Ikounka

Beaucoup de monde hier pour visiter l’agadir d’Ikounka : une cinquantaine de personnes venaient de Dyar Shemsi pour découvrir ce grenier fortifié.

Depuis qu’il n’est plus possible de visiter l’agadir d’Imchguiguilne (la situation là-bas est toujours bloquée) ceux qui veulent découvrir un grenier fortifié viennent voir celui d’Ikounka
qui est très facilement accessible, quelques kilomètres (2 ou 3) avant Imchguiguilne.

.IMG_7209

M’Bareke d’Imchguiguilne était là, venu en voisin et en assistant du guide (en bas à droite de la photo ci-dessus)

.IMG_7210

IMG_7211

.

quelques restaurations ont été faites, mais il en reste beaucoup à faire.IMG_7212

IMG_7213

.

Cette tour a été heureusement restaurée à temps pour ne pas disparaître, même s’il aurait été possible de faire un peu mieux.IMG_7215

.

Voici dans que état elle se trouvait quand nous l’avions découverte en 2011

.

vue du même côté !IMG_7216

IMG_7218

 

Tout le monde s’est ensuite retrouvé chez M’Bareke et Saadia à Imchguiguilne pour déguster tajines, couscous, pâtisseries marocaines… délicieux…!!!

Réaction justifiée de M. Brahim Boukayoud qui m’est transmise par M. Jacques Gandini concernant l’article « Musée de Tazouda ou comment les dinosaures sortent de l’anonymat un patelin perdu du Haut Atlas »

Lien vers l’article « Musée de Tazouda ou comment les dinosaures sortent de l’anonymat un patelin perdu du Haut Atlas » de Saïd Afoulous (lopinion.ma) qui a paru dans ce blog :

http://wp.me/p1oWpo-7Tp

Je remercie M. jacques Gandini pour la mise au point que vous pouvez trouver ci-dessous.

Pour rappel, les différentes éditions des guides Gandini « Pistes du Maroc » et « Pistes du Maroc à travers l’histoire » constituent une « bible » pour ceux qui veulent visiter le sud marocain en sortant des sentiers battus.

Voici le texte de son mail :

Bonjour

Dans vos pages : Musée de Tazouda ou comment les dinosaures sortent de l’anonymat un patelin perdu du Haut Atlas

L’article de Saïd Afoulous (lopinion.ma) a attiré l’attention de M. Brahim Boukayoud, tenancier d’un gîte à Imi n’Oulaoune qui reçoit des randonneurs à pied en 4×4. Il m’a demandé d’intervenir auprès de vous pour rétablir la vérité si c’est possible.

Extrait :
« Malgré ses kasbahs, ses gorges, grottes et cascades, la commune rurale d’Imi N’Oulaoune ne figure sur aucun circuit touristique », note-t-on dans le Rapport de diagnostic participatif de la commune en 2009. Les choses ne semblent pas avoir changé d’un iota depuis.

Ce journaliste n’est pas très au fait de ce qui se passe dans l’Atlas marocain. Il reprend des affirmations qui sont fausses, sans se donner la peine de les vérifier.

Mon guide 4×4 Pistes du Maroc à travers l’histoire, dont le tome 1, paru en 2006 (500 pages), fait l’inventaire des possibilités de randonnées en véhicules tout-terrain dans la région, et propose deux parcours qui passent par Imi n’Oulaoun, en citant le gîte d’étape classé de Brahim Boukayoud. 

A noter que s’il y a un gîte depuis 1993, c’est bien que des touristes passent par ce village…

Pour information, voici ci-joint le descriptif de deux de mes parcours dans le guide qui passent par Imi n’Oulaoun.

Merci pour votre attention.

Bien cordialement

Jacques Gandini

www.extrem-sud.com

Q4. Toundoute – Tazouda – Aguerd – Amezri

Feuilles Skoura & Qualat M’Gouna

Km 0. 31°16,37’N – 06°35,17’W. Toundoute. Par la route remontée de la vallée de l’oued Tabia en laissant à droite le village d’Aguerd n’Ouzrou, à ne pas confondre avec le suivant.

Km 3,2. 31°17’N – 06°34,50’W. Tazouda. Musée des dinosaures

Km 5,2. 31°17,79’N – 06°33,59’W. Oued Tabia.

Visite à la mine de sel.

Km 0. 31°17,79’N – 06°33,59’W. Oued Tabia. Prendre la piste sur la rive gauche (lauriers roses) qui contourne la vallée et ses jardins. Garder la piste par la gauche.

Km 1,1. 31°17,21’N – 06°33,47’W. Aguerd n’Ouzrou. Prendre piste qui monte à gauche.

Km 1,8. 31°16,98’N – 06°33,18’W. 1752 mètres. Ifri n’Tissant (la grotte du sel). Premier puits de mine descendant à – 10 mètres et plus. Cristallisation de sel et chauves-souris. Descente possible avec chaussures adéquates. La zone d’exploitation s’étend ensuite le long de la piste sur quelques centaines de mètres. Beaucoup de puits de mines et de salles d’excavation sont effondrés. Attention en bordure des trous. Demi-tour, retour au km 5,2.

Km 10. 31°18,66’N – 06°30,90’W. Petit col (1664 m)

Km 10,5. 31°18,68’N – 06°30,59’W. Aguerd. Départ du parcours Q6.

Continuer cap au Nord en bordure de l’assif Assaka n’Aït Affan.

Km 14,5. 31°20,13’N – 06°29,94’W. Fin de la route.

Km 16. 31°20,58’N – 06°29,53’W. Garder la piste de gauche qui va circuler en surplomb de l’oued. Passer le village d’Ifrane.

Km 20,5. 31°22,49’N – 06°30,22’W. Jonction avec l’arrivée du parcours Q6 par Imi n’Oulaoun, village sur la rive opposée avec un gîte d’étape classé, en surplomb de l’oued. La piste entame son ascension en bordure de l’assif Ghalb, affluent de l’assif Assaka n’Aït Affan, vers les villages d’altitude au pied de l’assif n’Tiferdane en face du jebel Hyiyane.

Km 25,5. 31°23,68’N – 06°31,52’W. Point-panorama.

Km 29,5. 31°24,65’N – 06°32,70’W. Tamzrit.

Km 31. 31°24,75’N – 06°33,23’W. Point-panorama sur la haute vallée et ses Azibs.

Ancien marabout de Sidi Ali en contrebas, à l’architecture particulière.

Km 32,5. 31°24,72’N – 06°33,90’W. Altitude 2320 mètres. Vue sur la piste montant au col.

Km 34,7. 31°24,75’N – 06°35,05’W. Halte bain de pieds dans petit torrent.

Km 37. 31°24,82’N – 06°35,58’W. Altitude 2620 mètres, panorama sur l’aval de la vallée.

Km 38,5. 31°24,90’N – 06°36’W. Dans le jebel Tizoula, tizi n’Oulaoun, 2810 mètres au GPS, 2787 mètres sur les cartes. Début d’une descente d’enfer…

Km 40,5. 31°25,30’N – 06°36,27’W. Panorama sur l’assif n’Idmamene et ses carrés de cultures de céréales, sur fond de terre rouge. Nombreuses sources près de la piste.

Km 41,2. 31°25,68’N – 06°36,15’W. Départ à droite d’une récente et bonne piste de 6 km pour rejoindre directement le village de Tessaout n’Oufella (Tessaout d’en haut) d’où une piste rejoint Amezri.

Km 41,7. 31°25,80’N – 06°36,30’W. Bon endroit de bivouac, gazon à terrain de golf, source.

Km 44,5. 31°26,70’N – 06°36,85’W. Bordure des falaises dominant l’assif n’Bou Ilghmane, façon Grand Canyon à petite échelle (impressionnant). Vue sur la vallée de la haute Tessaout et le village d’Amezri.

Km 45,8. 31°26,95’N – 06°37,50’W. Après avoir traversé le gué de la Tessaout, en haut de la montée, arrivée à Amezri. Jonction avec le parcours F9 (Toufghine – Amezri).

Q5. La boucle des vallées perdues

Feuilles Skoura & Qalaa’t Mgouna

Cette boucle d’une soixantaine de kilomètres, départ et arrivée à Aguerd. (parcours Q4)

Km 0. 31°18,60’N – 06°30,70’W. 1670 m. Aguerd. Prendre la route qui descend dans l’oued Aghouzi, dominé au Sud par la chaîne du jebel Tadaout (1934 m).

Km 11. 31°18,71’N – 06°24,74’W. 1870 m. Suivre par la gauche, cap Nord, pour quitter R2.

Km 13. 31°19,70’N – 06°25,10’W. Jonction avec une piste arrivant de droite, cap Nord.

Km 15,5. 31°20,86’N – 06°25,72’W. 1918 m. Croisement d’une piste Est-Ouest.

Km 18,4. 31°22’N – 06°26’W. 2160 m. Tizi Kantola.

Km 20,2. 31°22,59’N – 06°25,96’W. 2004 m. Jonction avec une piste arrivant de gauche, en descente. Gué de l’assif Imi n’Kamdon.

Km 21,3. 31°22,88’N – 06°25,70’W. 2062 m. Souk Kantola. Fin du goudron. Début d’une ascension.

Km 24,8. 31°23,46’N – 06°25,65’W. 2256 m. Après avoir dépassé Ighil, arrivée à une plate-forme pour un panorama, dominée au Nord-Est par le jebel Aklim (3432 m).

Km 25,4. 31°23,57’N – 06°25,88’W. 2300 m. Dans les jardins de Tighouzzirine. Monter dans le village pour suivre la piste par la gauche.

Km 26,4. 31°23,52’N – 06°26,35’W. Tizi à 2327 mètres.

Km 27,8. 31°23,63’N – 06°26,76’W. 2374 m. Tamsitl, suivre par la droite en montée, puis à environ 100 mètres, tourner à gauche pour contourner l’école par l’Ouest avant de poursuivre l’ascension.

Km 29. 31°23,95’N – 06°26,84’W. Tizi à 2472 mètres.

Km 30. 31°24,44’N – 06°27,44’W. Tizi à 2460 mètres. Début d’une descente DPM.

Km 31,5. 31°24,14’N – 06°28,10’W. 2300 m. Douar Tighermt, dominé au Sud par le jebel Azguigh (2617 m). La descente se poursuit dans les amandiers subissant une invasion de cochenilles.

Km 34,8. 31°24,92’N – 06°29,33’W. 1990 m. Gué dans l’assif Assaka, au pied d’Assaka n’Aït Affan. Suivre par la gauche en montée, cap WSW.

Km 35,3. 31°24,75’N – 06°29,46’W. Suivre par la droite en montée.

Km 36,4. 31°24,89’N – 06°29,68’W. 2075 m. Suivre deux fois par la gauche en montée.

Km 37,2. 31°24,80’N – 06°29,72’W. Jonction avec une piste arrivant de gauche en montée. Plusieurs belles plate-formes à bivouac dans l’ascension.

Km 38,3. 31°24,48’N – 06°30,11’W. Tizi à 2200 m. Ensuite la piste surplombe, presque à pic, un douar avec sa tighermt presque en ruine.

Km 40,1. 31°24,80’N – 06°30,65’W. 2084 m. Jonction par la droite avec une piste arrivant du village d’Amassine. Ascension puis descente à flanc du cirque de l’Astif Tiferdane.

Km 44,3. 31°23,45’N – 06°30,15’W. 2040 m. Belle prairie à bivouac.

Km 46,3. 31°22,74’N – 06°30,03’W. 1865 m. Jonction avec une piste arrivant de gauche par l’oued, cap Sud.

Km 46,9. 31°22,55’N – 06°30,08’W. 1850 m. Imi n’Oulaoun. Gîte d’étape de Brahim Boukayoud, rustique et sympa, existe depuis 1993.

Km 47,7. 31°22,44’N – 06°30,10’W. 1790 m. Arrivée dans l’oued Assaka n’Aït Affan. La piste qui monte à droite rejoint la parcours Q5 pour Amezri et la vallée de la Tessaout. Continuer la piste par le lit de l’oued vers l’aval.

Km 49,3. 31°21,72’N – 06°29,79’W. 1760 m. Sortie par la droite de l’oued Assaka n’Aït Affan.

Km 49,8. 31°21,55’N – 06°29,85’W. 1795 m. Jonction avec la piste Amezri (parcours Q5). Suivre par la gauche.

Km 53,6. 31°20,13’N – 06°29,94’W. 1700 m. Tourner à droite pour rejoindre la route.

Km 57,4. 31°18,60’N – 06°30,70’W. Aguerd, retour au point de départ. 

Publié 26 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Découverte, Région, Tourisme

Agadir, Quartier Industriel d’Anza 1930-1960

Vous pouviez déja trouver sur ce blog les publications déjà faites sur l’histoire d’Agadir :

Talborjt 1930-1960
Agadir, Ville Nouvelle 1930-1960
Agadir, Quartier Industriel 1930-1960
Kasbah d’Agadir, du début du XVIème siècle au 29 février 1960

Un nouveau volet vient d’être terminé par la même équipe : Agadir Quartier Industriel d’Anza 1930-1960

Vous pouvez le consulter en cliquant sur sa couverture ci-dessous :

Anza

Publié 7 février 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Découverte, Histoire, Patrimoine

Agadir, la ville impassible

livremoi.ma

Livremoi.ma est une librairie et un espace culturel (Librairie Livremoi) ainsi qu’une librairie sur Internet (www.livremoi.ma).

Librairie Livremoi :

6 rue Kaouakibi, Gauthier, Casablanca.
Tél: 05 22 27 17 05 et 05 22 27 17 21

couverture_1

Agadir, la ville impassible » est un regard de l’intérieur, mais aussi de l’extérieur sur la passion compliquée que suscite la ville chez ceux qui la vivent et ceux qui la découvrent.
« Agadir, la ville impassible » démystifie une destination incomprise, aborde sa complexité, sa profondeur insoupçonnée, dépeint ses coeurs multiples, ses édifices massifs et imperturbables… Impassible, est-elle qualifiée… Car elle ne se donne pas au premier regard…Sous la plume de l’Écrivain Hassan Wahbi, les mots expriment une âme troublante, un style de vie pluriel…
.
700,00 MAD
ISBN / EAN agadir_ville_ impassible
Editeur azigzao
Auteur Hassan Wahbi
Date de publication 15 janv. 2015

Publié 27 janvier 2015 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Découverte, Littérature

Agadir : Découverte d’une épave d’un navire anglais échoué en 1918

MAP – aufait.ma


Agadir : Découverte d’une épave d’un navire anglais échoué en 1918
L'épave du cargo "Baynyassa SS" découverte près d'Agadir./MAP

.

L’épave du cargo anglais « Baynyassa SS », échoué en 1918 près d’Agadir, a été découverte ce week-end par des archéologues subaquatiques. Il effectuait un voyage commercial du Brésil à Gibraltar.

Une équipe constituée de plongeurs et d’un chercheur spécialisé en archéologie subaquatique est parvenue, dimanche, à mettre au jour l’épave d’un bateau à vapeur anglais qui aurait échoué, en l’été 1918, au large de la plage de Sidi Toual, située à 15 km au sud d’Agadir, dans la commune de Sidi Bibi.

Les données préliminaires de la plongée, qui s’est poursuivie ce week-end, font ressortir l’existence de morceaux d’épaves d’un navire éparpillés sur une superficie d’environ 700 m2, a déclaré à la MAP Azeddine Karra, spécialiste au ministère de la Culture en recherches subaquatiques et directeur régional du même département à Marrakech.

Il a assuré que le constat des lieux et des vestiges, situés à près de 500 m de la terre ferme et entre 6 et 10 mètres de profondeur, a permis la localisation de nombre de composantes toutes rouillées du navire, dont des portes, différentes pièces du moteur, de grandes barres de fer et de pièces constituant la coque.

Relevant que cette mission s’inscrit dans le cadre de la stratégie du ministère de la Culture visant à établir la localisation et l’inventaire des sites du patrimoine subaquatique marocain en vue de sa sauvegarde et de sa préservation, il a signalé que le département de tutelle prévoit des missions similaires de vérification et de localisation de sites signalés par nombre de clubs de plongée à l’échelle nationale.

Il s’agit de cinq sites, déjà programmés pour l’année 2015, en l’occurrence à Al Hoceima, Nador, M’diq, Belyounech et Cap Cantin (province de Safi), a-t-il précisé.

LE CARGO « BAYNYASSA SS »

De son côté, Said Ait Bâaziz, président de l’Association marocaine pour la recherche et la conservation du patrimoine subaquatique, a indiqué que la découverte de l’épave de ce navire britannique, dont la construction remonterait à 1915, est partie d’un avis reçu par ladite association de la part de deux jeunes de la région, il y a bientôt une année.

Le cargo à vapeur « Baynyassa SS »

Le cargo à vapeur « Baynyassa SS » photo wrecksite.eu

 

M. Ait Bâaziz, plongeur professionnel, a assuré qu’il s’agit du cargo à vapeur « Baynyassa SS »  qui, en mission commerciale du Brésil à Gibraltar, aurait changé d’itinéraire de navigation vers les côtes d’Agadir à cause d’une panne mécanique.

Le même plongeur, à qui l’on doit la découverte, en juillet 2013, de l’épave d’un navire portugais datant du 16e siècle au large de Safi, a affirmé que son association a établi un rapport sur ce sujet et en a avisé les autorités locales et le ministère de la Culture pour tenir compte de cette découverte, dans la perspective de l’inscrire sur la liste du patrimoine archéologique subaquatique national.

Faisant valoir des données techniques sur ce cargo, long de 122 m sur 16 m de largeur et de 8,5 m de hauteur et doté d’une puissance de 476 chevaux et d’une capacité de 4.937 tonnes, M. Bâaziz assure qu’il s’agit bel et bien du navire britannique qui, en voyage transatlantique du port de Santos (Brésil) à Gibraltar, aurait été détruit, le 15 septembre 1918, par erreur humaine à la plage Sidi Toual, au sud d’Agadir, sans faire de pertes humaines.

Publié 29 décembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Découverte

Richard Sylar parle de son expérience de découverte du sud marocain

Une très sympathique rencontre à Aourir-Tamaouanza : celle de Richard Sylar et son épouse qui nous ont parlé de leur séjour ici et du livre que Richard a fait éditer pour faire connaitre son expérience :

Richard Sylar Richard Sylar_0001 Richard Sylar_0002

Si ce livre vous intéresse, vous pouvez contacter directement l’auteur : rnchaudron@orange.fr

Publié 10 décembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Découverte, Récit, Région

Une nouvelle espèce de mollusques découverte par des chercheurs de Cadix et d’Agadir

L’information qui vous était donnée le 18 novembre 2014 sur ce blog fait l’objet d’un nouvel article sur yabiladi.com

Des chercheurs des universités de Cadix (Espagne) et d’Agadir (Maroc) ont récemment découvert une nouvelle espèce de mollusques, rapporte Grenadaenlared.com (voir ci-dessous).
Les premières caractéristiques de cette espèce marine sont entre autres sa forte coloration, sa toxicité et le fait de ne pas disposer de coquille.

Surnomée « Piseinotecus soussi », cette espèce a été capturée après des opérations menées par les chercheurs sur la côte atlantique du Maroc et la plage de Santa Maria del Mar à Cadix.

Le « Piseinotecus soussi » a été d’abord découvert sur les côtes marocaines, bien que plus tard « en réalisant des travaux sur la plage de Cadix, nous en avons trouvé par surprise deux types », explique le chercheur de l’UCA, J. Lucas Cervera.

Après quelques recherches, l’espèce a été retrouvée « dans le sud de la péninsule ibérique, sur la côte catalane et le sud de l’Italie ». Le « Piseinotecus soussi » ressemble fortement aux mollusques Flabellina, mais il présente certaines différences, notamment au niveau de la couleur et des dents.

3fce7752d8a49ce34876adf8055a8bb4Photo Cataldo Licchelli
 

L’article de granadaenlared.com : 

Investigadores de la Universidad de Cádiz descubren una nueva especie de molusco que habita en la playa gaditana de Santa María del Mar

Investigadores del departamento de Biología de la Universidad de Cádiz, en colaboración con la Unversidad de Ibn Zohr d’Agadir (Marruecos), han descubierto una nueva especie de molusco. En esta ocasión se trata un nudibranquio, animal invertebrado marino caracterizado, entre otras cosas, por no tener concha y poseer una llamativa coloración, lo que alerta a sus depredadores de su toxicidad.

Esta nueva especie, denominada Piseinotecus soussi, ha sido descrita tras los trabajos de recolecta que se llevaron a cabo a manos de estos investigadores en las costas atlánticas de Marruecos y en la playa gaditana de Santa María del Mar. Y es que no se debe pasar por alto que se descubrió en un primer momento en las costas marroquíes, aunque más tarde “realizando trabajos de recolecta en esta playa de Cádiz nos encontramos por sorpresa dos ejemplares de esta nueva especie”, como explica el investigador de la UCA, J. Lucas Cervera. Así, si bien inicialmente se pensó “que nos encontrábamos ante una especie con una distribución aparentemente restringida, con posterioridad y poco a poco, hemos visto que tiene una distribución más amplia. Tras estudiar este caso en profundidad, hemos detectado que también se han localizado en el sur de la Península Ibérica, en las costas catalanas y en el sur de Italia”.

La Piseinotecus soussi se parece externamente a otras especies de moluscos del género Flabellina, muy comunes en nuestras costas (tales como la Flabellina affinis, laFlabellina ischitana o la Flabellina pedata) ya que también posee un color violeta muy llamativo, por lo que es posible que durante años se haya confundido con alguna de estas especies pensando que eran la misma. Sin embargo, “esta nueva especie que hemos descrito tiene diminutas manchas blancas opacas sobre las ceras que no están presentes en las especies de Flabellina mencionadas. Además, otra característica muy importante, es que un órgano interno que tienen estas especies, que se llama rádula (que es como una lengua con una serie de dientes), en la Flabellina posee filas de tres dientes, pero en la especie nueva sólo son filas de un diente”, como explica el profesor Cervera. De igual forma, “hemos secuenciado esta especie nueva y en los análisis filogenéticos realizados su posición en los árboles filogenéticos obtenidos es muy distante respecto a las especies antes mencionadas, lo que nos muestra que el parentesco real es muy lejano”, matiza el investigador de la UCA.

El descubrimiento de esta nueva especie de invertebrado es un ejemplo más que refuerza la línea de investigación en la que estos expertos de la Universidad de Cádiz llevan trabajando desde hace años: la detección de lo que se denomina especies crípticas, animales que se encuentran bajo el mismo nombre pero que en realidad son diferentes. “Existen muchas especies desconocidas aún y no sólo en el Amazonas, en Indonesia o en Australia. Aquí, en Europa, en nuestras costas, existen todavía muchas por descubrir, sobre todo en el ámbito marino y en el terreno de los invertebrados, que son los que constituyen la inmensa mayoría de la biodiversidad animal”.

Los autores de este trabajo, publicado en la revista norteamericana ‘Bulletin of Marine Science‘, son los investigadores Naoufal Tamsouri y Abdellatif Moukrim, de la Universidad de Ibn Zohr d’Agadir (Marruecos), y Leila Carmona y Juan Lucas Cervera, de la Universidad de Cádiz. Es interesante señalar que tan sólo Juan Lucas Cervera posee una trayectoria investigadora en la que figura la descripción de unas 50 especies nuevas y dos géneros de invertebrados marinos.

Publié 25 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Découverte

Des nouvelles de la ferme du Domaine Mimounia à Aït Amira

Nous continuons notre démarche « produits de la ferme »

20141007_174706_Richtone(HDR)

20141007_174853
Notre domaine cette année fait de la courgette noire.
Nous vous invitons a venir visiter le domaine et de découvrir la cueillette et l’emballage de celle ci.
Un déjeuner courgette et beignet de fleur de courgettes sera préparé et la remise d une caisse 10 kg de légumes anti-caloriques
Une participation financière de 140 dh sera demande par visiteur.
En espérant que vous serez parmi nous prochainement

Meriame et Christian
domaine Mimounia
0626840186
Ait Amira
Les dates proposées sont les suivantes :
les mardis 18 et 25 novembre
les vendredis 22 et 29 novembre
les mardis 2, 9 et 16 décembre
les vendredis 5 et 12 décembre

Publié 20 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agriculture, Découverte, Région, Sorties

La baie d’Agadir livre deux espèces nouvelles à la science

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com

  • La découverte marine validée selon les procédures internationales
  • Deux nouveaux mollusques nommés P. Amazighi et R. Soussi
Les deux nouveaux mollusques découverts porteront les noms de P. Amazighi et R. Soussi, en référence à la région du Souss Massa Draâ

Les deux nouveaux mollusques découverts porteront les noms de P. Amazighi et R. Soussi, en référence à la région du Souss Massa Draâ

Il aura fallu trois ans d’investigation marine pour que la recherche donne ses résultats. Et des résultats de taille! Deux espèces nouvelles pour la science, viennent d’être découvertes dans la baie d’Agadir. Ces deux mollusques porteront les noms de P. Amazighi et R. Soussi, noms choisis par les chercheurs en référence à la région Souss Massa Draâ. La découverte, qui a été validée selon les procédures internationales, vient d’être annoncée dans des journaux spécialisés. Il s’agit en l’occurrence de « Bulletin of Marine Science » et de « American Malacological Bulletin ». Derrière ce projet, qui contribue à l’étude de la biodiversité marine de la baie d’Agadir, une équipe de deux chercheurs et trois doctorants de la Faculté des Sciences d’Agadir, Université Ibn Zohr, et un chercheur de l’INRH. Le projet, mené sous la direction du Professeur Abdellatif Moukrim, chercheur en Sciences de la mer, est réalisé en partenariat avec des laboratoires étrangers spécialisés. Basés notamment, à Cadiz, Malaga, Séville (Espagne) et Angers (France). La zone d’étude de cette recherche, d’un grand apport scientifique en termes de biodiversité de mollusques marins, comprend Cap Ghir, Aghroud, Taghazout, Anza, Port d’Agadir et Cap Aglou. Il faut préciser qu’au Maroc, une partie des ressources marines est relativement bien connue en raison de son intérêt socio-économique. Par contre, d’autres ressources, particulièrement des fonds marins, sont plutôt méconnus malgré leur intérêt environnemental et leur place dans la chaîne alimentaire.
Ainsi, ce groupe de Mollusques qui connaît un intérêt scientifique croissant à l’échelle mondiale en termes de biodiversité, potentiel d’exploitation en industrie pharmaceutique et aussi en tant qu’ indicateur du changement climatique de la biodiversité marine, n’a pas eu, au Maroc, la place qu’il mérite en matière de recherche scientifique et de valorisation. Désormais, avec ce projet multidisciplinaire qui compte trois thèses, le nombre de la faune d’épisthobranches récencé sur les côtes marocaines est passé de 70 à 130. Sur ce chiffre, 58 espèces sont nouvelles pour le Maroc et 2 nouvelles pour la science. Comment expliquer cette présence: effet du changement climatique ou introduction accidentelle?
« Notre optique est d’exploiter les résultats de cette étude dans l’évaluation des changements climatiques sur les écosystèmes marins », explique Pr Abdellatif Moukrim. « Et aussi de former de jeunes chercheurs dans un domaine comptant peu de spécialistes marocains, tout en développant une coopération nationale et internationale sur cette thématique », a-t-il ajouté. – See more at: http://www.leconomiste.com/article/961988-la-baie-dagadir-livre-deux-especes-nouvelles-la-science#sthash.kQdIDiMF.dpuf

Publié 18 novembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Découverte, Faune

Annonce de pétrole au large d’Agadir : L’Onhym se veut prudent

yabiladi.com

607cc2215fb1b1b31018734c28ae8148

 

Si l’annonce de la découverte de pétrole par San Leon Energy dans le permis de Sidi Moussa a été largement commentée dans les médias, l’Office national des hydrocarbures et des mines joue la carte de la prudence.

L’ONHYM et ses partenaires Genel energy, San Leon Energy, et Serica annoncent que « le puits SM1 situé à 59 Km au large de la ville d’Ifni, dont les travaux de forage ont démarré le 30 juillet dernier pour atteindre la profondeur finale de 2825 m le 16 octobre, a rencontré des indices d’huile au niveau du Jurassique Supérieur à la profondeur de 2087 mètres ».

Toutefois, l’office indique que « des opérations spécifiques sont en cours de réalisation pour qualifier la nature de l’huile rencontrée et apprécier les qualités pétrophysiques des roches traversées afin de se prononcer sur le réel potentiel de la zone d’intérêt ». Donc tout reste à confirmer.

Publié 21 octobre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Découverte, Technique

Exposition photographique à DarZahia

Pour tous ceux qui sont venus voir l’exposition « BILMAWEN, CROQUE-MITAINES DE L’ATLAS », voici une vidéo mettant en scène de nouvelles photos prises lors du dernier Aïd al Adha, il y a tout juste 2 semaines.

Et pour ceux qui n’y sont pas encore allés, l’expo continue jusqu’au 31 octobre, et vous y êtes accueillis de 14h à 18h.

Marc Belli
www-darzahia-taroudant.com

Découverte d’un nouvel Agadir de falaise : Agadir Ifri

Départ hier matin, avec Chantal, en direction de Taliouine, en passant par Taroudant et Aoulouz.

En arrivant à Taliouine, arrêt à « L’Or Rouge de Taliouine » pour des emplettes de safran, puis à « L’Auberge du safran » pour un très bon déjeuner tout au safran, depuis l’entrée, jusqu’au thé : tout était excellent ! et, en plus devant un paysage somptueux :

IMG_5808

IMG_5809

IMG_5810

Départ ensuite pour Ifri : il faut traverser Tassousfi (sur la route de Ouarzazate) et prendre après 5 ou 6 km la direction Agadir Melloul sur la droite.

Le premier village qu’on voit sur la gauche est le village d’Ifri : il faut prendre la piste (bonne) pratiquement à la hauteur du village, traverser l’oued et aller jusqu’au centre du village.

Là, on tombe sur un colporteur ambulant qui s’est installé pour vendre des vêtements et des bijoux berbères. Il est content de faire quelques affaires avec nous !

IMG_5811

IMG_5849

On demande ensuite Aïcha qui a les clés du grenier et qui nous y emmène en suivant un petit chemin à travers les cultures.

IMG_5814

Rapidement on aperçoit le grenier entre les arbres.

IMG_5812

IMG_5813

Contrairement à l’agadir de Tizgui qui est construit à mi-hauteur d’une falaise, celui-ci est construit au pied de la muraille et, plutôt qu’agadir de falaise, je le qualifierai d’agadir troglodyte.

L’entrée :

IMG_5817

IMG_5842

 

L’agadir a été, en partie restauré et il est en relativement bon état. Aïcha nous en fait visiter tous les recoins et on peut voir qu’un bon nombre de cases sont encore utilisées.

Quelques photos :

IMG_5815

IMG_5816

Toutes les petites grottes ont été utilisées pour y installer des cases :

IMG_5820

IMG_5839

IMG_5836

IMG_5822

IMG_5841

IMG_5823

IMG_5824

IMG_5825

IMG_5828

IMG_5829

IMG_5830

 

IMG_5834

 

IMG_5833

IMG_5838

IMG_5840

Depuis l’agadir, on découvre un paysage merveilleux :

IMG_5832

IMG_5837

Publié 10 octobre 2014 par Michel Terrier dans Agadir, Découverte, Patrimoine, Région, Sorties, Tourisme, Tradition

Une belle escapade du côté de Guelmim

Nous sommes rentrés hier soir de cette belle promenade :

Départ vers Tiznit puis vers la côte et, juste après Aglou, montée vers les centres de parapente du « Nid d’Aigle »

IMG_5525

IMG_5532

 

Il a fallu que je les retienne !IMG_5531

Sortie de Mirleft, à côté de Dar Najmat :

IMG_5533

IMG_5534

Un petit arrêt à Sidi Ifni :

IMG_5535

IMG_5539

IMG_5542

IMG_5543

IMG_5545

IMG_5546

IMG_5547

 

Arrivée à Guelmim :

IMG_5550

Il a plu pendant presque 24 heures sans arrêt dans la région et de nombreuses routes sont inondées, mais ça passe quand même ! :

IMG_5551

IMG_5552

IMG_5553

 

 

Direction Fask, pour aller vers les (petites) cascades : la piste est un peu boueuse, mais là aussi, ça passe :

IMG_5556

IMG_5557

IMG_5559

IMG_5560

IMG_5561

IMG_5565

IMG_5566

IMG_5572

IMG_5573

IMG_5574

IMG_5576


Puis, direction Oasis de Tighmert où nous avons prévu de dormir à la « Maison d’hôtes Nomades » chez Brahim :

IMG_5579

 

IMG_5580

IMG_5581

La Maison d’hôtes Nomades est installée au coeur de la palmeraie, dans un cadre incomparable et l’accueil de Brahim ainsi que de tout le personnel est d’une gentillesse extrême,

IMG_5582

IMG_5583

IMG_5584

IMG_5585

IMG_5586

IMG_5588

IMG_5590

IMG_5591

IMG_5592

IMG_5593

IMG_5594

 

 

Ali nous emmène ensuite faire une promenade dans la palmeraie et visiter le musée de l’oasis :

IMG_5595

IMG_5596

IMG_5597

IMG_5598

IMG_5599

IMG_5600

IMG_5602

IMG_5603

IMG_5604

IMG_5605

IMG_5606

IMG_5608

IMG_5609

Détail du plafond traditionnel : motif "oeuil de perdrix"

Détail du plafond traditionnel : motif « oeuil de perdrix »

IMG_5611

IMG_5612

IMG_5613

IMG_5615

IMG_5616

IMG_5618

IMG_5621

IMG_5623

IMG_5625

IMG_5626

 

Le soir, tajine de dromadaire (délicieux !) puis on passe la nuit dans un calme complet si reposant !

IMG_5629

Le matin, délicieux petit déjeuner sur la terrasse : huile d’argane, huile d’olive, miel, beurre….

IMG_5630

IMG_5631

IMG_5632

IMG_5633

IMG_5634

 

On reprend ensuite la voiture pour aller vers les sources qui alimentent en eau la palmeraie :

IMG_5635

IMG_5636

IMG_5638

IMG_5640

IMG_5641

IMG_5643

IMG_5644

IMG_5645

IMG_5647

IMG_5648

IMG_5650

IMG_5651

IMG_5652

IMG_5653

IMG_5654

 

Retour vers Tiznit, en passant au milieu des collines où ont été plantés des millions de figuiers de Barbarie :

IMG_5657

Et pour finir, petite visite à Tiznit vers la source bleue où ont lieu de très gros travaux sous la houlette de Salima Naji qui en feront un endroit merveilleux : mais là, pas de photo, il y en aura dans 4 ou 5 mois quand les travaux seront entièrement terminés !

 

 

 

 

Publié 24 septembre 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Bons moments, Découverte, Région, Tourisme

%d blogueurs aiment cette page :