Archives de juillet 2014

Communiqué de l’UFE : décès de Louis Lehir

Nous avons la tristesse de vous annoncer, suite à une longue maladie, le décès de Louis Lehir,  résidant à Agadir et membre actif à la permanence  de l’UFE pendant de nombreuses années.

Ses obsèques religieuses seront célébrées le samedi 02 août 2014 à 10h 30 en l’église Sainte Anne, suivies de l’inhumation vers 11h30 au cimetière Yachech.

 

LE BUREAU DE L’UFE

 

 

Adresse courrier de Chantal : BP 30190 Founty 80 000 Agadir

Adresse mail : lehir@menara.ma

 

Chaleureuses pensées et nos condoléances à tous les siens.

Publié 30 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir

Les fêtes de Bayonne

Très occupés de jeudi à dimanche dernier par les fêtes de Bayonne :
à gauche Nicole avec deux de nos petits-enfants (Camille et Maxence) et à droite, Monique, sa soeur avec, également deux de ses petits-enfants.

Tenue « obligatoire » ou « recommandée » pour assister aux fêtes : tout le monde est en blanc et rougeIMG_4199

Beaucoup de monde sur la place de la mairie où les enfants attendent impatiemment le Réveil du Roi Léon.

IMG_4217

 

En attendant son réveil, des démonstrations de sauts en parachute du 1er RPIMA de Bayonne

IMG_4278

IMG_4283

IMG_4287

Enfin, à midi pile, le Roi Léon apparaît, ovationné par la foule.

IMG_4297

IMG_4305

Les enfants se régalent à la fête foraine

IMG_4315

En ville, des danses folkloriques basques

IMG_4390

IMG_4399

IMG_4413

IMG_4415

Et les bandas  qui parcourent toutes les rues

IMG_4435

IMG_4442

IMG_4454

La foule est impressionnante dans toutes les rues du centre

IMG_4456

IMG_4459

IMG_4467

Et tout le monde danse le fandango dans les rues, accompagnés par l’orchestre

IMG_4471

Publié 29 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Animation, Bons moments, Tradition

Réouverture du Restaurant al ikbal le vendredi 01 août

Ikbal

Publié 29 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Gastronomie

Agadir / Solidarité : “Oum El Banine” à l’œuvre pour le soutien des mères célibataires

 

Mohamed RIAL – lopinion.ma

 
oum-el-banine-vaggmalning
Apporter un soutien psychologique et une assistance soutenue pour les femmes célibataires et pour leurs bébés est une tâche bien compliquée que mène depuis des années l’association Oum El Banine à Agadir. Avec une maîtrise de terrain, des expériences diversifiées et particulière la présidente de l’association Mahjouba et son équipe ne ménagent aucun effort pour surmonter les difficultés quotidiens liés à ce phénomène.
En plus du volet assistance aux femmes célibataires et de leurs bébés à travers une crèche dédiée, Oum El Banine brille dans la réussite de la réconciliation familiale des femmes célibataires au sein de leur familles respectives. Ce n’est pas chose facile, mais avec la persévérance, le savoir faire, le dialogue et l’écoute, cela donne de résultats bien concluants.
La reconnaissance de paternité, toujours plus difficile à obtenir n’a jamais découragé Mahjouba, au nom de l’association, pour aller rencontrer les pères et discuter avec eux, les sensibiliser à la problématique sociale, économique, familiale et religieuse que pose la situation d’une femme célibataire. Et cela donne de résultats positifs également. A cœur vaillant, rien d’impossible. Dans ce registre, comme dans les autres, Oum El Banine marque avec des lettres de noblesses ses diverses actions de solidarité qui la différencie de loin d’autres associations qui font de la solidarité de surface sans pouvoir aller au fond des problèmes et aux origines du mal. Mille bravo à tous les membres de l’association, à ses responsables de terrain et à leur présidence et très bonne continuation.
La reconnaissance de l’action de l’association se voit couronner de temps à autre à travers des dons. Le dernier en date est un chèque d’une valeur de 50 000 DH, remis à la présidence par l’ambassadeur de Belgique, donation du cercle diplomatique de bienfaisance de Rabat. La somme va servir à l’achat de lait 1er et 2ème âge et des couches ainsi que du lait entier.
Il est à savoir que le même cercle a soutenu Oum El Banine dans la réalisation d’un projet, pour deux fois trois ans avec un million de DH, concernant la plaidoyer et la capitalisation sur l’expérience de la gestion de la problématique des mères célibataires. Il faut dire que c’est là une expérience bien inédite à Agadir, car elle intègre la composante de la législation musulmane dans la gestion de ce phénomène grandissant alors que d’autres associations le traitent exclusivement du côté des Droits de l’Homme.
Il reste à rappeler qu’en effet le phénomène des mères célibataires concernent également les hommes qui sont à l’origine de l’action. Lorsque les hommes (les pères) prennent conscience de l’ampleur et de la charge sociale et humanitaire du phénomène, beaucoup d’entre eux se rattrapent et reconnaissent leur progéniture. Cela demande une sensibilisation généralisée chez les hommes et bien sûr chez les jeunes femmes, notamment dans les milieux défavorisées où se propagent le phénomène, allant jusqu’à concerner les femmes en instance de divorce. OUI des femmes officiellement en instance de divorce qui tombent enceintes à cause de rapports avec des partenaires qui ne sont pas les maris. Ce « drame » n’était pas connu avant, mais commence à se propager à tel point que pour une seule association on a enregistré 10 cas en un seul mois (5 à Agadir et 5 à Dcheira). Que dieu nous préserve de la propagation de ce terrible fléau social et familial.

Publié 24 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Société, Solidarité

Haliopôle Cluster d’Agadir : La recherche scientifique pour booster la compétitivité

Par Majda Saber – aujourdhui.ma

port

Créer une synergie entre le domaine professionnel et celui de la recherche qui lui est afférent constitue un moteur de développement et de promotion.

Les retombées de telles coopérations ne peuvent qu’être fructueuses. Et c’est dans ce sens qu’une convention-cadre a été signée, récemment, entre Mohamed Bouayad, président d’Agadir Haliopôle Cluster (AHP), et Abdelmalek Faraj, directeur de l’Institut national de  recherche halieutique (INRH).

Une convention dont l’objectif est de créer une nouvelle dynamique visant à renforcer le travail de ce cluster en se reposant sur la recherche. Ladite convention est conclue pour une durée de cinq ans. Les signataires tendent pour cette nouvelle coopération à positionner l’INRH à travers le Centre spécialisé en valorisation et technologie des produits de la pêche à Agadir en tant qu’acteur de référence en recherche et développement dans le domaine de la valorisation et la technologie des produits de la mer.

Par ailleurs, cette convention devrait permettre d’appuyer le secteur de l’industrie des produits de la mer par une veille technologique. L’apport serait également en matière d’accompagnement du développement du pôle de compétitivité d’Agadir et un moyen d’appui de ce cluster à vocation nationale et internationale en matière de promotion de l’industrie de valorisation et de transformation des produits de la mer. Selon les signataires, cette convention serait une locomotive de mobilisation des moyens nécessaires pour l’incubation de nouveaux projets industriels innovants dans le domaine.

Pour rappel, dans la même dynamique de positionnement, deux premières conventions ont été signées au cours de l’année 2014. La première lie la Chambre des pêches maritimes de l’Atlantique Centre et l’AHP, au mois d’avril. Notons dans ce cadre le renforcement de l’économie de l’énergie dans les bateaux et une étude de possibilité d’introduire une nouvelle technique de pêche (senne danoise) en vue d’améliorer la compétitivité. La deuxième convention, signée également en avril, qui regroupe l’AHP et l’INRH, a pour objectif la réalisation de trois projets.

Notons que le premier est la réalisation d’une étude technique opératoire visant le développement et la fabrication de 3 nouveaux produits de charcuterie à base de coproduits alors que le deuxième projet est lié à l’extraction de collagène à partir des écailles de sardine. Le troisième projet est pour sa part dédié à la valorisation enzymatique des huiles de poisson.

Publié 24 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Pêche, Recherche

Le Togo en vedette à Agadir

republicoftogo.com

Le-Togo-en-vedette-a-Agadir_ng_image_full

La Marine togolaise a commandé deux nouveaux patrouilleurs de type RPB33 au chantier naval français Raidco.

Une décision qui répond à la volonté des autorités de lutter contre la piraterie, le terrorisme et le trafic de drogue. Le Togo, comme ses voisins du Golfe de Guinée, est confronté à ces problèmes.

Le RPB 33 (33 mètres de long, vitesse maxi 22 à 25 nœuds) est conçu comme une vedette rapide d’un nouveau genre offrant des capacités innovantes et particulièrement adaptées aux missions de sauvegarde maritime.

La Marine française en a acheté une vingtaine, ainsi que le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

Le premier, baptisé Agou, a été livré en avril dernier. Le second, l’Oti, devrait arriver mi-août à Lomé. Le bâtiment acheminé depuis Lorient par un équipage 100% togolais sera en escale à Agadir (Maroc) du 26 au 29 juillet prochains.

Le commandant du patrouilleur et le consul honoraire du Togo au Maroc Ahmed Ringa, donneront une réception à bord le 26 juillet.

Publié 23 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir

Ouverture de la terrasse du So Lounge Agadir

Ouverture terrasse du SO

A partir de17h00, le So Nice bar vous propose sa carte de boissons soft ou cocktails Signature pour finir l’après-midi ou bien commencer sa soirée. Idéal pour des afterworks.

A partir de 19h30 jusqu’à 00h00 en semaine et jusqu’à 1h00 le vendredi et samedi : le SO Good vous propose sa carte bistronomie marocaine et française

De 1h00 jusqu’à fermeture, pour les amoureux de la nuit, une carte tapas et snacking est à disposition.

Publié 22 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Hôtellerie

Grâce à l’assainissement des eaux de baignade Agadir améliore ses finances

Samir Benmalek – lematin.ma

La pression sur les ressources en eau douce (ici dans la région d'Agadir) se fait de plus en plus ressentir. L'IPEMED, think tank euro-méditerranéen, prône une nouvelle gouvernance et une gestion innovante. Ph. DR

La pression sur les ressources en eau douce (ici dans la région d’Agadir) se fait de plus en plus ressentir. L’IPEMED, think tank euro-méditerranéen, prône une nouvelle gouvernance et une gestion innovante. Ph. DR

L’ensemble des pays du bassin méditerranéen connaissent le même stress hydrique et les chiffres sont à ce sujet fort éloquents, les 180 millions de Méditerranéens disposent de moins de 1.000 cubes par an, niveau retenu pour définir la pauvreté en eau. L’Afrique du Nord, quant à elle, ne recèle que 0,1% des ressources mondiales d’eau naturelle renouvelable. À cette situation de déficit chronique en eau, s’ajoutent les changements climatique. à ce sujet, le dernier rapport de l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen (IPEMED), publié en fin de semaine dernière, rappelle qu’à l’horizon 2050, une diminution significative des ressources en eau est prévue dans les pays du bassin méditerranéen, dont le Maroc. Cette régression est imputable à des hausses de température de 2 à 4 °C ainsi qu’à une baisse de la pluviométrie de 4 à 30% dans la région. Dans son étude intitulée «Financer l’accès à l’eau et à l’assainissement en Méditerranée : les financements innovants : solution ou illusion ?» le think tank rappelle que la consommation d’eau devrait augmenter de 170 km3 à 228 km3 d’ici 2025, compte tenu de la forte croissance démographique. Ainsi, les pays du pourtour méditerranéen vivent un double paradoxe : une raréfaction de la ressource conjuguée à une augmentation de la demande. Quid du Maroc ? L’étude de l’IPEMED, think tank euro-méditerranéen créé en 2006, estime que la demande sur les ressources hydriques devrait augmenter de 66% au Maroc, ce qui aura un impact sur les disponibilités en eau qui passeront de 1.131 m3 par habitant actuellement à 751 m3 par habitant à l’horizon 2025. Cependant, la stratégie adoptée par le Maroc en matière de gestion des ressources hydriques est «à soutenir», selon un rapport qui souligne l’investissement dans le secteur de l’eau et de l’assainissement comme facteur de croissance. Sur ce chapitre, l’exemple de la ville d’Agadir est édifiant. «à Agadir, au Maroc, les politiques d’assainissement des eaux de baignade ont permis une augmentation de 2% des ressources financières de la région, soit 13,5 millions d’euros par an en 2010 et 36 millions d’euros par an en 2015, grâce à l’augmentation de l’activité touristique qui en a découlé», est-il rapporté dans cette étude. En revanche, le rapport de l’IPEMED insiste sur la nécessité de la mise sur pied d’un annuaire hydrologique au Maroc permettant l’évaluation des prélèvements d’eau annuels et de la demande en eau par usager et le développement et la centralisation des statistiques sur les volumes d’eau facturés et payés par les usagers ainsi que sur les volumes d’eau potable produits et distribués en milieu urbain et rural.

Publié 22 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Eau, Environnement

Agadir : Un comité régional pour booster le business

Abdelfattah Aberbri – lematin.ma

La région de Souss-Massa-Drâa dispose désormais d’un Comité régional de l’environnement des affaires (CNEA). Le lancement officiel de cette structure, sous tutelle du wali, a eu lieu mercredi dernier. Elle a pour vocation de fluidifier les processus de mise en place des projets, ainsi que de booster la compétitivité afin de garantir le développement et la pérennité de l’entreprise, la croissance économique et la création d’emploi. Le CNEA traduit ainsi la volonté de donner une impulsion à l’économie régionale. Ce chantier rassemble autour de la même table toutes les composantes du tissu économique, dont l’antenne régionale de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et les acteurs publics et privés. La création du CNEA s’inscrit dans le cadre des actions entreprises au niveau de la région. Celles-ci sont porteuses de la volonté de tous les acteurs économiques et des autorités d’institutionnaliser le dialogue public-privé, afin de garantir la pérennité et la pertinence de la compétitivité de l’environnement des affaires au niveau de cette région. Intervenant à cette occasion, le wali de la région de Souss-Massa-Drâa et gouverneur de la préfecture d’Agadir Ida Outanane, Mohamed El Yazid Zellou, a salué les efforts déployés par la CGEM régionale en termes, notamment, de mise en œuvre d’initiatives locales de promotion du climat des affaires, à travers l’organisation de rencontres s’articulant autour de la médiation avec les partenaires, conformément aux orientations majeures du CNEA.

Publié 22 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Economie, Entreprises

Connect Institute

Connect Institute

Connect Institute vise à connecter individus et groupes, perspectives et potentiels, pour élargir les horizons et partager curiosité, sensibilités et passions pour le monde qui nous entoure.

*** *** *** ***
Depuis début 2014, plusieurs activités ont été organisées avec un taux de satisfaction des membres très élevé.


Apprendre | Rencontrer | Partager | Se détendre

Devenez membre de Connect Institute et bénéficiez d’une série d’événements et d’expériences. 
Des séminaires thématiques, des ateliers réguliers, des sorties de détente,… 

Venez visiter notre espace et rencontrer nos membres qui vous parleront de leur expérience !

Tel.: 05 28 22 78 82
06 61 31 60 67
contact@connectinstitute.ma

Adresse: N 11, 3ème étage, Imm Borj Agadir.
Avenue Cadi Ayad. Agadir

Facebook
Facebook
Website
Website
YouTube
YouTube
Email
Email
– du premier semestre 2014,
– de notre événement exceptionnel AGORA du 2 mai 2014
Copyright © 2014 Connect Institute, All rights reserved.
Connect InstituteOur mailing address is:

Connect Institute

N° 11, Imm. Borj Agadir Av. Cadi Ayad
Agadir – Maroc

Agadir 80000

Morocco

Email Marketing Powered by MailChimp

Publié 18 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Culture, Rencontres

Tourisme : Baisse sensible des arrivées et nuitées à Agadir

MAP – lematin.ma

Agadir clôt le mois de juin dernier de l’année 2014 avec une baisse des arrivées 6.15% soit 74.692 en 2014 par rapport à 79 586 en 2013, et des nuitées -2.69% soit 384 060 par rapport à 394 676 en 2013. Ph : DR

Agadir clôt le mois de juin dernier de l’année 2014 avec une baisse des arrivées 6.15% soit 74.692 en 2014 par rapport à 79 586 en 2013, et des nuitées -2.69% soit 384 060 par rapport à 394 676 en 2013. Ph : DR

L’activité touristique à Agadir, sensiblement influencée par le mois de Ramadan, a enregistré, durant le mois de juin dernier, une baisse en termes d’arrivées de – 6.15%, soit 74.692 en 2014 par rapport à 79 586 en 2013, et de – 2.69% au niveau des nuitées, soit 384 060 par rapport à 394 676 en 2013.

Cette baisse est due principalement au décalage du mois de Ramadan pour le marché saoudien et au départ prématuré du Tour-opérateur (TO) russe Pegase Touristique, indique un communiqué du Conseil régional du tourisme Souss-Massa-Drâa.

Ainsi, le marché saoudien a enregistré des baisses respectives en termes d’arrivées et de nuitées de -33.92 et -35.43%, suivi par le marché français (-11.68 et -7.25%) et le marché russe (-5.03 et -17.03%).

En contrepartie, le marché polonais a enregistré des hausses respectives de +40.81 et +51.02%, suivi par le marché anglais (+9.29 et +5.50%) et le marché allemand (+7.82 et +9.87%).

La durée moyenne de séjour a, quant à elle, enregistré une augmentation en s’établissant à 5.14 par rapport à 4.96 en juin 2013, alors que le taux d’occupation moyen a accusé une baisse de -6.88, soit 55,06% en juin dernier par rapport à 59.13% durant la même période de l’année dernière.

L’analyse du cumul des arrivées et des nuitées enregistrées dans les hôtels classés de la ville d’Agadir durant le 1er semestre de l’année en cours par rapport à 2013, fait ressortir une augmentation de +19870 visiteurs (+4.75%), soit 437 924 visiteurs reçus durant la même période de l’année 2014 par rapport à 418 054 visiteurs reçus en 2013.

Les nuitées également ont connu une augmentation de +115288 nuitées (+5.67%), soit 2 148 166 nuitées enregistrées pour cette période de l’année 2014 par rapport à 2 032 878 pour 2013.

La durée moyenne de séjour durant le 1er semestre de l’année 2014 est de 4.91 contre 4.86 en 2013, alors que le taux d’occupation moyen est passé de 51.28% en 2013 à 52.44% en 2014.

L’analyse des performances du tourisme dans la destination lors de ce semestre affiche une bonne santé, malgré la baisse enregistrée en ce mois de juin, relève le document, faisant état d’optimisme quant à la reprise de la destination sur les marchées traditionnels et les nouveaux marchés émergents à fort potentiel touristique, dés le mois prochain.

Et de conclure que le CRT d’Agadir Souss-Massa-Drâa accompagne l’ONMT dans sa stratégie de diversification ciblée à la faveur d’un plan d’action conjoint ambitieux pour le 2ème semestre de l’année 2014 , qui vise, entre autres, à concentrer les efforts en matière de promotion sur les principaux marchés européens, à ouvrir et à développer de nouveaux marchés.

 

Publié 16 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Tourisme

Prix international : Le Sofitel Agadir Thalassa sea & spa nominé pour le « Villegiature Awards 2014 » !

Sofitel Agadir Thalassa Sea & Spa 3_0

 

LE SOFITEL AGADIR THALASSA SEA & SPA UNE FOIS DE PLUS NOMME AU PRIX VILLEGIATURE 2014
Agadir, le 14 Juillet 2014 – Le Sofitel Agadir Thalassa sea & spa a été nommé pour la 2eme année consécutive dans la catégorie « Grand Prix du Meilleur hôtel en Afrique » par le jury des prix Villégiature Awards 2014.
Le prix Villégiature récompense depuis 12 ans, les meilleurs hôtels des cinq continents. Les 23 journalistes et correspondants de presse de grands supports européens mais aussi américains, chinois, japonais et australiens qui composent le jury ont désigné le 9 juillet dernier à bulletin secret le Sofitel Agadir Thalassa sea & spa parmi les cinq plus beaux hôtels d’Afrique pour l’année 2014. Les noms des gagnants des différentes catégories de cette 12eme édition seront révélés le lundi 13 octobre 2014 dans le Triangle d’Or à Paris. Le Resort aura peut être l’honneur de figurer dans le palmarès des grands gagnants du Prix Villégiature.

L’élégance française déclinée à l’international
Sofitel est la seule marque d’hôtellerie de luxe française implantée sur les 5 continents avec 120 adresses, dans près de 40 pays (plus de 30 000 chambres). Sofitel propose des hôtels et des resorts contemporains adaptés aux attentes des différents clients de l’hôtellerie de luxe d’aujourd’hui en quête d’esthétique, de qualité et d’excellence. Qu’il s’inscrive au cœur d’une grande métropole comme Paris, Londres, New York, Shanghai ou Pékin, ou qu’il se niche dans un paysage du Maroc, d’Egypte, de Polynésie française, ou de Thaïlande, chaque Sofitel offre une véritable expérience de l’art de vivre à la française.

Publié 16 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Hôtellerie

Agadir : Les artisans ont enfin leur Label Qualité

par Fatiha Nakhli – leconomiste.com

  • Une première au niveau national
  • 50 commerçants décrochent le fameux sésame
Le label Qualité est un moyen de lutter contre la concurrence déloyale et le marché informel.

Le label Qualité est un moyen de lutter contre la concurrence déloyale et le marché informel.

Après une longue traversée du désert, les bazaristes de la région Souss-Massa-Draâ vont enfin souffler! Désormais, le commerce des produits artisanaux a son label qualité qui garantit aux consommateurs un niveau de savoir-faire élevé des commerçants labellisés. Il est matérialisé par un logo identifiable et surtout un engagement du commerçant à respecter les exigences du cahier des charges du label. «C’est pour nous un moyen de préserver notre gagne-pain et de lutter contre la concurrence déloyale et le marché informel qui plombent le secteur», témoigne ce commerçant. Le label qualité est en effet une des mesures prises pour protéger le secteur de l’artisanat, principal pourvoyeur de devises et de postes d’emploi. L’artisanat participe en effet au développement des activités touristiques dans la région Souss-Massa-Draâ et joue un rôle essentiel du point de vue économique et social. Mais n’est pas labellisé qui veut. Sur les 200 commerçants qui ont postulé, seulement 50 ont été retenus, car ils répondent aux normes exigées. Et l’expérience est une première au niveau national. C’est la Chambre de commerce, d’industrie et de services d’Agadir (CCISA) qui a décidé de se lancer dans cette démarche qualité des produits d’artisanat de la région dans le cadre du programme Rawaj, Vision 2020. «L’objectif est de sensibiliser l’ensemble des commerçants au caractère indispensable de la qualité afin de pérenniser leur activité d’une part et d’améliorer l’attractivité de la station balnéaire d’autre part», explique Brahim El Ibrahimi, directeur général du cabinet Vecteurs qui a mené ce projet au profit de la CCISA. Il s’agit aussi d’assurer aux clients des tarifs et un service identiques quel que soit le point de vente sur lequel se porte leur choix. Cette labellisation permettra donc l’accroissement de la fréquentation, l’allongement de la durée de séjour et l’augmentation des dépenses des touristes aussi bien nationaux qu’étrangers. Pour un impact positif sur le revenu des commerçants. Il faut toutefois noter que certains bazaristes n’ont pas encore adhéré au projet. Ils sont principalement dérangés par la tarification unique à afficher et que le cahier des charges exige.
C’est au cours de la session ordinaire de la CCISA à Agadir que les certificats ont été remis aux commerçants labellisés. Sachant qu’une cérémonie officielle sera organisée prochainement. Elle permettra d’augmenter la visibilité du label auprès des médias et de susciter l’intérêt des clients et des commerçants non encore labellisés.

Publié 16 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Artisanat, Commerce

Dar Si Hmad pour le développement, l’éducation et la culture

L’innovation: une composante clé de nos projets

Dar Si Hmad pour le développement, l’éducation et la culture est une organisation indépendante, à  but non-lucratif fondée en Mars 2010. Nous opérons à Sidi Ifni, la région des ‘Aït Baamrane et Agadir au sud-ouest du Maroc.

Notre travail est dédié à la création de conditions propices pour l’émergence de situations de vie meilleures et une gestion environnementale durable pour les communautés des Ait Baamrane.

Veuillez cliquer ici pour plus amples informations sur Dar Si Hmad.

Notre vision & mission

– Vision: Assurer des moyens de subsistance durables et créer des opportunités auprès des communautés à faibles revenus afin de les aider à apprendre, à développer des compétences et à prospérer.
– Mission: Dar Si Hmad permet de promouvoir  la culture  locale  et créer des initiatives durables  à travers l’éducation,  l’intégration et l’utilisation de l’ingéniosité scientifique avec les communautés du sud-ouest du Maroc.

L’école de l’eau: une première expérience réussie  

Dar Si Hmad a achevé avec succès sa première édition de l’école de l’eau organisée en faveur de 50 enfants de la région rurale des Ait Baamrane.

50 enfants âgés de 7-13 ans ont participé à des activités éducatives et ludiques abordant la thématique de l’eau, une ressource de plus en plus rare dans la région.

Veuillez consulter notre blog et notre facebook pour de plus amples informations.
L’expérience E-learning: un projet pilote  

18 élèves de la première et de la deuxième années du baccalauréat ont participé à notre programme e-learning se basant sur les TICs, et visant à préparer ces filles aux examens finaux de l’enseignement secondaire.

Les participantes forment la première génération de filles à quitter leurs villages à la montagne pour suivre les études secondaires au Lycée Al-Maghreb Al-Arabi, le lycée où nous avons mis en place la première édition du projet de l’enseignement à distance.

Veuillez consulter notre blog pour de plus amples informations.

Projet de Brouillard: finalisation de l’infrastructure

Dar Si Hmad finalise actuellement l’infrastructure du projet de collecte de brouillard. Plus de 300 bénéficiaires issues de 5 villages pilotes auront accès à une eau potable, cette fois-ci, au cœur de leurs cours.  

Veuillez consulter notre facebook pour de plus amples informations.

Echange interculturel: accueil des étudiants de l’université de Quinnipiac  

Dar Si Hmad a accueilli un groupe d’étudiantes de l’université Quinnipiac des Etats-Unis en Mai. Les étudiantes ont pu faire l’expérience de la culture marocaine grâce à un programme riche en activités culturelles et intellectuelles, en plus d’un échange avec des jeunes de leur âge.

Veuillez consulter notre Facebook pour de plus amples informations.
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Website
Website
Email
Email
Study Website
Study Website
Copyright © 2014 Dar Si Hmad, All rights reserved.
Vous recevez cet email car vous vous êtes inscrits sur notre site web, ou vous êtes recommandés par un(e) ami(e) de Dar Si Hmad.

Our mailing address is:

Dar Si Hmad

BP 20686 Agadir Principal

Agadir 80000

Morocco

 

Publié 15 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Eau, Région

Diffusion du film documentaire sur le Moussem de Timguidcht de Fatima Bensalem Regragui

Sur ce blog, j’avais fait le 12 mars 2014, un reportage sur la Zaouia de Timguidcht.
Je vous informe qu’un film documentaire de Fatima Bensalem Regragui sur le Moussem de Timguidcht sera diffusé sur TV8 Tamazight le lundi 14 Juillet à 23h45.
A voir !

Publié 13 juillet 2014 par Michel Terrier dans Agadir

Les nuits du Ramadan par l’Institut Français du Maroc

Microsoft Word - Communique de presse NdR 2014.docx Microsoft Word - Communique de presse NdR 2014.docx Microsoft Word - Communique de presse NdR 2014.docx Microsoft Word - Communique de presse NdR 2014.docx Microsoft Word - Communique de presse NdR 2014.docx

 

 

Invitation Flavia

Invitation Sahmaoui &Gnawa

Invitation Souad Massi

 

Les invitations sont à retirer à l’IFA

T +212 (0)5 28 82 52 65

+212 (0)6 61 42 90 25

Rue Chenguit – Nouveau Talborjt BP341 – Agadir

www.if-maroc.org/agadir

Publié 13 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Musique

Les Nuits du Ramadan 2014 : Demandez le programme

Siham Jadraoui – aujourdhui.ma

Les amateurs de la musique traditionnelle et spirituelle seront bien servis durant ce Ramadan.

timthumb

Du 16 au 24 juillet 2014,  l’Institut français du Maroc organisera la 3ème édition des Nuits du Ramadan dans onze villes marocaines (Casablanca, Agadir, El Jadida, Fès, Kénitra, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Tanger et Tétouan).

Cette belle manifestation offre à ses amateurs 32 concerts gratuits et à ciel ouvert. À l’honneur cette année, des sonorités maghrébines, flamenco, fusion, blues touareg et gnaoua. Ils seront à l’honneur et apporteront un son spirituel, incitant au voyage des sens et la découverte de nouveaux horizons. Les rythmes, placés sous le signe du métissage culturel, transcendent les frontières.

«Ce festival illustre pleinement le rôle de «passeur» culturel dans lequel s’inscrit l’Institut français du Maroc, favorisant l’échange entre Orient et Occident par le biais de la musique», soulignent les organisateurs. Le public pourra apprécier de nombreux groupes marocains et des artistes étrangères réputés. À découvrir la chanteuse algérienne Souad Massi accompagnée du guitariste Eric Fernanadez. À mentionner également la chanteuse brésilienne Flavia Coelho.

Au programme également  le Poly-instrumentiste,  et aussi chanteur, Aziz Sahmaoui et university of gnaoua qui proposeront des compositions faites de tradition gnaouis, de chaabi marocain, d’Afrique, de jazz et de fusion. L’incontournable Idir sera invité à enchanter ses fans. Convié également à cette 3ème édition, le créateur de l’African Gnaoua Blues » Majid Bekkas, Nabila Maan, Emil Zrihen et Bouchaib Jdidi ainsi l’ensemble Al Reda. Une fois de plus «Les Nuits du Ramadan 2014» offrira de belles soirées  avec plus de 100.000 spectateurs attendus au cœur de ce mois de convivialité et de partage !

Publié 4 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Culture, Musique

LA FIBULE : DU 16ÈME ARRONDISSEMENT PARISIEN AUX COLLINES D’AGADIR !

Nathalie Perton – http://agadir.madeinmedina.com – Photo Fondation Pierre Bergé Yves Saint Laurent

ARTS DECORATIFS ET TRADITIONS. Ostentatoire et exquise, cette mystérieuse broche triangulaire, surmontée d’une sorte de croissant de lune et souvent sertie de pierres a suscité par le passé de nombreuses interrogations : boucle d’oreille ? Totem ? Talisman ? Anthropomorphisme ? Qu’on la nomme bzima, khellâla ou kitfiyya dans le reste du Maghreb ; la fibule est à la culture Amazighe ce que la fleur de lotus est au bouddhisme.

616

Elle est à l’honneur de la Fondation Pierre Bergé Yves Saint Laurent dans le 16ème à Paris jusqu’au 20 juillet, et au musée du patrimoine Amazigh à Agadir toute l’année.

C’est en effet depuis le 21 Mars à Paris que la fibule (cette broche-bijou de métal précieux ornementé servant à maintenir la tunique dont se parent les femmes berbères) orne les affiches de l’exposition :« Femmes berbères du Maroc. »
Cette dernière propose d’entrevoir la richesse du patrimoine amazigh et de rendre hommage à ses ambassadrices ; tisseuses de la tradition : les femmes. C’est à elles que la culture amazighe doit sa pérennité, la survivance de sa langue, la transmission de savoir-faire ancestraux tels que la poterie ou le tissage. Est-ce d’ailleurs le déterminisme féminin de la fibule contenu dans son nom (ta-zerzit en Amazighe avec le déterminant ta, féminin) ou encore la filiation sémantique à la chevelure qu’on lui suppose: azzar ; qui en font une sorte d’étendard de la culture amazigh ? Elle témoigne cependant, ainsi que l’ensemble des parures berbères, de la richesse, de l’origine et du patrimoine familial de chaque femme dans la société.

Des trésors visibles encore un mois !

Si la fibule a une place particulière dans cette culture, d’autres objets et us demeurent indissociables de la tradition berbère, par lesquels la transmission de la culture s’élabore : le tatouage au henné, le maquillage, les bijoux, la vannerie, la poterie et la tapisserie. L’exposition est articulée selon trois thématiques : portrait de la femme berbère du Maroc (s’appuyant sur des récits, photographies …) et proposant une découverte socio-historique des femmes berbères d’hier et d’aujourd’hui ; savoir-faire et artisanat : où il s’agit des prérogatives de ces femmes : le tissage, la poterie, la vannerie, la fabrication de l’huile d’argan, la danse, les fêtes et enfin les parures et costumes : les bustes de bijoux… Les costumes et les objets exposés sont accompagnés de présentations multimédia. Les écrans verticaux permettent de découvrir dans le détail les éléments constituant les costumes des femmes (capes handiras, robes haïks, ceintures) ainsi que les objets liés à l’apparat. Du Rif au Sahara, les groupes berbères, sédentaires ou nomades, manifestant un goût très affirmé pour l’apparat. Vêtements, parures et accessoires comme autant de symboles identitaires. Dans le cadre d’un système très codifié, tissages, couleurs, motifs propres à chaque groupe, les femmes berbères créent leur «habit de fête». C’est ainsi que lors de grands rassemblements – mariages, moussems – c’est une explosion de costumes colorés et hétérogènes. Ainsi vous admirerez les colliers de mariage ou de fête ; l’ambre, le corail, l’amazonite, les coquillages, et les pièces de monnaie. Tous ces somptueux objets proviennent des collections du Musée berbère du jardin Majorelle de Marrakech mais aussi des trésors du Quai Branly, du musée Bargoin de Clermont Ferrand ou de collections particulières.

L’exposition parisienne se tient sous le haut patronage de sa Majesté le Roi Mohammed VI, premier défenseur de la culture berbère au Maroc. En témoigne son discours du 9 mars 2011 au cours duquel il a évoqué  » la pluralité de l’identité marocaine unie et riche de la diversité de ses affluents, et au cœur de laquelle figure l’amazighité. » En lien fort et affirmé avec sa terre d’origine, le patrimoine berbère s’expose toute l’année à Agadir. Pour ceux qui ne pourront pas voir l’exposition parisienne d’ici le 20 Juillet, et pour les visiteurs de la ville en quête de nourriture intellectuelle ; il y a le Musée du patrimoine Amazigh d’Agadir qui, fort d’une collection de neuf cent pièces (avec une pièce exceptionnelle et magnifique ; le collier de Massa) de tapis, de poteries et bien d’autres, assure la pérennité d’un hommage à cette magnifique culture.

 

Publié 2 juillet 2014 par Michel Terrier dans Actualité, Art, Artisanat, Culture, Tradition

%d blogueurs aiment cette page :