Archives de septembre 2012

Interdiction de la récolte et de la commercialisation des coquillages bivalves issus des zones conchylicoles classées de la baie de Dakhla

par marocagriculture.com

Interdiction de la récolte et de la commercialisation des coquillages bivalves issus des zones conchylicoles classées de la baie de Dakhla ( Hoja Llamira, Puertitto, PK 25, Duna Blanca et Boutalha) suite aux analyses effectuées par l’Institut National de Recherche Halieutique (INRH) qui dénotent la présence de biotoxines marines dans les coquillages à des teneurs anormales, selon le communiqué de presse diffusé par le Département de la Pêche le 21/09/2012

Publié 30 septembre 2012 par Michel Terrier dans Agadir, Pêche, Région

Le Maroc a retrouvé ce dimanche l’heure GMT

d’après libe.ma

Le retour à l’heure légale (GMT) a été fait ce dimanche à 03h00, ainsi que l’avait annoncé le ministère de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration.
Les Marocains ont donc retardé leur montre d’une heure, en vertu du décret n°2-12-126 du 18 avril 2012 (26 Joumada 1er 1433).

Publié 30 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité

Un «galon» de plus pour la pêche

Par LesEchos.ma

Le Maroc est parmi les pays les mieux avancés en termes de système de traçabilité et de certification des captures dans le secteur de la pêche. C’est en substance les conclusions d’une mission d’experts consultants européens, opérée du 10 au 20 septembre, portant sur l’évaluation au niveau du Maroc «du régime de certification pour identifier les faiblesses/lacunes dans la certification des captures et dans le processus de contrôle, et faire des recommandations auprès des autorités afin de les aider à améliorer leur système». Cette mission entre dans le cadre du programme d’actions et d’assistance technique de la direction générale du développement et de la coopération (DG DEVCO) de l’UE au profit de pays tiers.

Publié 30 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Pêche

Centrale solaire de Ouarzazate : Le joli coup des Espagnols

Par LesEchos.ma

C’est l’euphorie dans les milieux d’affaires espagnols. La construction de la centrale solaire de Ouarzazate sera assurée par le groupe du BTP espagnol Acciona. La presse espagnole s’est félicitée de cet exploit ibérique suite à l’annonce de l’heureux adjudicataire de l’appel d’offres, pour la réalisation de la première tranche de la centrale solaire de Ouarzazate, emporté par le consortium mené par le saoudien International Company for Water and Power (ACWA). À l’instar du groupe Acciona, l’entreprise d’ingénierie solaire, Aries IS, présente dans 20 pays, participera à ce projet aux côtés de l’allemand TSK EE. À en croire l’agence de presse espagnole EFE, cette annonce allait être faite durant la tenue du sommet maroco-espagnol, le 3 octobre prochain à Rabat, pour démontrer la solidité du partenariat entre les deux pays. Rappelons que le groupe ibérique Acciona a à son actif plusieurs projets de cette envergure. Nevada Solar One, la troisième centrale solaire au monde et la centrale portugaise d’Amaraleja, au sud de Lisbonne, la plus grande au monde, sont parmi ses grands exploits dans ce domaine. L’Ibex 35, le principal indice boursier de la place madrilène, a gratifié le groupe espagnol d’une hausse de 2,07%, suite à cette annonce. L’action du groupe Acciona est montée à 52,20 Euros, contre 51,14 Euros hier à la fermeture du marché. Acciona détient une participation de 37,5% dans le consortium hispano-saoudien.

 

Publié 30 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Développement, Ecologie, Environnement, Industrie

Trois morts, deux femmes et un adolescent, dans des intempéries dans la région de Safi

aufaitmaroc.com – AFP

Deux femmes et un adolescent sont morts vendredi dans les crues des oueds Anka et Ikaken, dans la région de Safi, dues à des intempéries qui affectent depuis jeudi plusieurs régions du royaume, selon les autorités locales.

Les trois victimes ont été emportées par les eaux et sont morts par noyade, d’après l’agence MAP, qui cite également une source médicale. Il s’agit d’un adolescent de 14 ans, d’une femme âgée de 50 ans et de sa belle-fille.

Cette dernière victime était encore vivante au moment où elle a été secourue mais elle est décédée quelques heures plus tard à l’hôpital de Safi, une ville située sur la côte atlantique, à environ 250 km au sud-ouest de Casablanca.

Le Maroc est touché depuis deux jours par de fortes pluies, relativement inhabituelles pour la saison, ainsi que par des bourrasques de vent.

A Agadir, plus au sud, il est également tombé près de 50 mm de pluie en 48 heures, soit un cinquième des précipitations annuelles.

La route nationale reliant Safi à Essaouira, à une centaine de km au nord d’Agadir, a été fermée à la circulation en raison de ces intempéries.

Dans le sud de l’Espagne, huit personnes sont mortes, notamment en Andalousie, dans les inondations provoquées par des pluies diluviennes qui se sont abattues depuis vendredi, selon un nouveau bilan des autorités régionales.

Publié 30 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Environnement, Météo

L’Institut Français d’Agadir présente l’exposition « de l’estampe au multiple »

Cette exposition aura lieu à Agadir du 5 au 25 octobre au musée du patrimoine Amazighe, passage Ahl Souss.

Vous trouverez ci-dessous le dossier de presse complet concernant cette exposition.

Publié 28 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Art, Culture, Peinture

Tag(s) associé(s) : ,

Sous-Sol Art Gallery et Art Lounge Gallery Sofitel présentent l’exposition « Innocences Tribales »

Le Sous-Sol Art Gallery et Art Lounge Gallery ont le plaisir de vous convier à l’exposition « innocences tribales  » de l ‘artiste Chad Belouahed qui aura lieu à la galerie  » Art Lounge » au Sofitel Agadir Royal Bay Resort du 04 Octobre au 25 Novembre 2012

Publié 28 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Culture, Expositions, Peinture

Tag(s) associé(s) : , ,

Taroudant : Journée d’étude « Droit et Nouvelles Technologies de l’Information et des Communications : Etat des lieux et opportunités »

par soussannonces.net

La Faculté polydisciplinaire de Taroudant organise en collaboration avec l’Université Ibnou Zohr et l’Equipe de Recherche ERRJB de la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales une journée d’étude sous le thème  » Droit et Nouvelles Technologies de l’Information: état des lieux et opportunités », le 15 octobre 2012 à 9h.  

Publié 28 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Commerce, Université

Le Maroc veut séduire Varsovie

Par Nadia BENYOUREF – lesechos.ma

Le marché polonais est désormais dans la ligne de mire des professionnels marocains du tourisme. Pour preuve, une forte délégation présidée par le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, prend part dès aujourd’hui et jusqu’au 29 septembre 2012 au Salon TT Warsaw. Présenter la diversité du produit touristique marocain aux médias et opérateurs touristiques polonais sont des actions inscrites à l’agenda du ministre, avec pour objectif de consolider le partenariat maroco-polonais en matière de tourisme, la diversification et la prospection de nouveaux créneaux de partenariats. Cette participation au Salon de Varsovie a également pour objectif l’ouverture prochaine de la délégation de l’ONMT en Pologne, comme nous l’annoncions dans notre journal. Une initiative qui lève le voile sur l’importance que représente le marché polonais pour le Maroc, dans le cadre de sa stratégie de conquête de nouveaux marchés émetteurs, tels la Russie ou le Moyen-Orient, le marché polonais étant la porte de l’Europe centrale et l’un des plus importants marchés émergents à forte valeur ajoutée en Europe. Force est de noter que cette mission de promotion du Maroc en Pologne incombe, à ce jour, à la délégation de l’Office à Genève (Suisse) qui est active au niveau de l’Europe de l’Est aussi. D’ailleurs, ce marché est en perpétuel développement. Le taux de croissance annuel moyen des arrivées des touristes polonais aux postes frontières ainsi que des nuitées dans les hôtels classés est respectivement de 20% et 16%. En détail, entre 2001 et 2006, le nombre des touristes polonais a plus que doublé, passant de 8.796 touristes en 2001 à près de 20.571 en 2006. Ce nombre a poursuivi son évolution jusqu’en 2009, grâce aux efforts de promotion sur ce marché, pour atteindre 34.686 touristes avec un pic de 36.596 enregistrés en 2008 et atteindre 49.933 touristes en 2011 ainsi que 235.606 nuitées dans les établissements classés. Les arrivées des touristes polonais restent concentrées sur les périodes janvier-mars et juin-septembre. Le balnéaire étant le produit qui attire la totalité des touristes polonais (100% des Polonais qui ont visité le Maroc en 2009 affirment avoir consommé le produit balnéaire), le culturel lui, vient en seconde position avec 63% des Polonais séduits par ce produit, tandis que 39% ont pratiqué des activités liées à la montagne et au désert. Il convient de préciser à ce titre que la ville d’Agadir reste la première destination des Polonais consommateurs de produits balnéaires avec 71% des arrivées dans les établissements classés en 2009. Sur un autre registre, les agences de voyages représentent la source d’informations la plus sollicitée par les touristes polonais souhaitant visiter le royaume (40%). Quant à Internet, il arrive en deuxième position comme source d’informations pour ces touristes polonais (28%), qui dépensent en moyenne près de 1.171 DH par nuitée. D’ailleurs, les dépenses des Polonais voyageant à l’étranger ont augmenté entre 2003 et 2008, passant de 1.331 Euros par voyage en 2003 à 2.387 Euros en 2008, et ceci en raison du développement économique qu’a connu le pays ces dernières années, lequel l’a propulsé parmi les économies les plus dynamiques d’Europe. Il est à noter que la Pologne a intégré l’Union européenne en mai 2004.

Publié 28 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Développement, Tourisme

Agadir : La gestion des déchets passe au concret

Par Yassine SABER – lesechos.ma

Mieux vaut tard que jamais. La wilaya de la région du Souss-Massa-Drâa vient de prendre en main la question des déchets au Grand Agadir. L’élaboration de l’étude afférente au Plan directeur préfectoral de la gestion des déchets ménagers et assimilés des préfectures d’Agadir Ida Outanane et d’Inezgane Aït Melloul vient d’être lancée. C’est le cabinet marocain d’ingénierie «Novec» qui s’est vu confier la réalisation de l’étude précitée, suite à l’appel d’offres (n°15-2012) lancé au mois de juin 2012, mais aussi à l’issue de son offre financière ayant obtenu la meilleure note entre les soumissionnaires. «Cette étude lancée par la wilaya de la région Souss-Massa-Drâa s’inscrit dans le cadre de la loi 28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination. Elle porte sur l’ensemble du territoire des deux préfectures Agadir Ida Outanane et Inezgane Aït Melloul» précise-t-on auprès de la wilaya. Ce sont ainsi plus de 8 communes urbaines et rurales énumérées dans le cahier des prescriptions spéciales qui sont concernées par ladite étude. Elle sera réalisée dans un délai fixé à 12 mois et devra être remise en fin d’année prochaine. Comme le stipule l’article 13 de la loi 28-00, l’étude en question donnera une vision globale du secteur des déchets ménagers pour les 10 années à venir au Grand Agadir et concernera tous les points noirs, en l’occurrence les décharges sauvages et celle contrôlée de Tamlest. Trois grandes missions sont assignées au cabinet d’étude. La 1re consiste en la réalisation d’une caractérisation de la situation actuelle et par l’élaboration des objectifs de collecte, de traitement, de recyclage et de mise en décharge des déchets ménagers et assimilés. Cette étape d’une durée de 5 mois permettra aussi d’évaluer les impacts (sociaux, environnementaux, économiques et financiers) des objectifs retenus et permettra de suivre les trajets des camions de collecte par GPS, la géolocalisation des points noirs et des points de regroupement des déchets, en plus de l’élaboration du système informatique géographique (SIG). «Ce projet va intégrer pour la première fois au Maroc la mise en œuvre d’un Système d’information géographique (SIG) de la gestion des déchets solides au niveau de la zone d’étude avec des cartographies paramétrables sous le logiciel gratuit Open Source Quantum GIS, qui feront partie des livrables accompagnant le plan directeur et seront remises au maître d’ouvrage pour permettre des actualisations ultérieures» explique Ahmed Chirmata, chef du service «environnement» à la wilaya d’Agadir. Pour sa part, la 2e mission porte sur l’identification des sites potentiels d’implantation des décharges contrôlées, des déchèteries, des stations de transfert et des tris pour la valorisation ou le compostage. C’est pourquoi un inventaire des zones de faible valeur environnementale et économique sera réalisé afin de trouver le site ou les sites les plus appropriés. Le scénario retenu au terme de cette mission constituera le cœur du plan directeur provincial de la gestion des déchets ménagers et assimilés. S’agissant de la dernière étape, elle combinera les synthèses des deux missions précédentes , le corpus final devant être présenté au comité de pilotage. À l’échelon de la région Souss-Massa-Drâa, le schéma directeur des provinces de Tiznit et de Sidi Ifni est presque finalisé. Ceux de Taroudant, de Chtouka-Aït Baha, de Tinghir et d’Ouarzazate viennent d’être lancés.

Publié 28 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Ecologie, Environnement

RAM passe à l’offensive

par Nadia BENYOUREF – lesechos.ma

Abderrafia Zouitene, directeur général exécutif de la RAM

Le 27 septembre, Royal Air Maroc (RAM) lance une offensive tarifaire sur le marché de l’Europe. Ainsi, jusqu’au 7 octobre prochain, 50.000 sièges sont mis sur les différentes destinations européennes à partir du Maroc, avec des tarifs proposés pour défier toute concurrence. Ainsi, pour un aller et retour Casa-Paris ou Rabat-Paris, les prix démarrent à partir de 1.990 DH (y compris la gratuité bagages, du repas à bord, de l’enregistrement, de la réservation du siège,…). Pour les voyages vers l’Espagne et le Portugal, les prix commencent à partir de 1.790 DH contre 2.390 DH pour les vols à destination du reste de l’Europe. Concurrence oblige, la déferlante des low cost (8,5 millions de sièges offerts en 2012 sur le Maroc) et la rude concurrence des compagnies aériennes régulières incitent de plus en plus le transporteur national à adopter une politique commerciale agressive. «Cette offre attractive ne sera pas limitée à la seule rentrée, nous aurons d’autres opérations similaires durant toute l’année 2013», a tenu à préciser Abderrafia Zouitene, directeur général exécutif de la RAM, lors de la conférence de presse organisée hier à Casablanca. Il a promis aussi des offres promotionnelles, tout au long de l’année prochaine, ainsi qu’en faveur des jeunes, des étudiants, des familles, pour les MRE. Les rendez-vous des jeudis sur le site RAM.com seront également maintenus. «Sur ce site, nous enregistrons une forte croissance de notre activité. Nous clôturerons, cette année, sur un chiffre d’affaires réalisé sur le net de 1,6 milliard de dirhams», a-t-il indiqué. Quant au chiffre d’affaires global attendu en 2012, il serait de 11,67 MMDH contre 10,63 MMDH en 2011 et 11 MMDH prévus dans le cadre du contrat programme signé avec l’État (2011-2016). «Le chiffre d’affaires pour 2012 ressort en nette amélioration par rapport à son niveau d’il y a une année, avec moins d’heures de vol. Cette performance s’explique par la baisse des charges variables. Nous avons économisé plus de 900 MDH», s’est-il félicité. Rappelons à ce titre, que la compagnie est bien engagée dans un plan de rationalisation entamé en novembre 2011. Sur le plan effectif et amélioration de la productivité, 1.912 personnes ont quitté la RAM dans le cadre de l’opération départs volontaires contre 1.500 personnes visées dans le cadre du contrat-programme. Par rapport au volet distribution, RAM, qui a réduit le coût de l’irrégularité de 21 MDH, a fermé 9 agences physiques pour faire progressivement du canal web un vecteur de développement de son chiffre d’affaires.

Elle a également procédé à la fermeture de routes déficitaires sur coûts variables et focalisation du réseau autour de la plateforme de Casablanca. En plus de l’homogénéisation de sa flotte, notamment par le retrait de 10 avions. Ces actions ont permis à la compagnie nationale de commencer à redresser la barre, pour pouvoir maintenir le cap. Elle prévoit d’ailleurs de continuer à étendre ses ailes sur l’Europe et l’Afrique. Elle étudie aussi l’ouverture de dessertes en Europe (Zurich, Hambourg, Vienne, Prague, Budapest, Bucarest, Sofia), Amérique (Washington DC, Rio, Sao Paolo), en Afrique (N’Djamena, Adis Abeba, Nairobi, Khartoum) et en Asie (Pékin, Shanghai, avec l’arrivée du DreamLiner Boeing 787). Autre élément important, la RAM est engagée dans une réflexion, avec le ministère du Tourisme, l’ONMT et les professionnels du secteur pour le développement de l’activité charter. Ce projet, qui est à l’étude, concerne deux avions basés à Marrakech et un avion basé à Agadir. «À ce niveau, il ne s’agit pas d’un problème d’avions, mais de demande. Il faut maîtriser certaines variables liées notamment au programme de vols que l’on pourrait arrêter la semaine prochaine, aux destinations, aux TO et aux tarifs. Les choses avancent bien», a souligné directeur général exécutif de la RAM, dont la contribution au fonds du développement pour l’aérien se hisse à 50 MDH. Même pour le tourisme interne, le management de la RAM se montre ouvert à toute proposition, à condition que l’offre RAM soit intégrée dans un package incluant l’hébergement et la location de voiture, pour un tarif global ne dépassant pas 2.000 dirhams. «Nous sommes en pourparlers avec des agences de voyages marocaines pour des offres week-end dans des villes comme Ouarzazate ou Agadir. Nous pouvons même renforcer les transversales», a-t-il annoncé. Les prochains mois s’annoncent donc fastes pour la RAM.

Publié 28 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Tourisme, Transports

Tag(s) associé(s) :

AGADIR L’AÉRO-CLUB DÉCROCHE DE NOUVEAUX GALONS

par Malika ALAMI – leconomiste.com

  • IL REMPORTE POUR LA 2E FOIS LA COUPE DU TRÔNE AÉRONAUTIQUE
  • IL ACCUEILLERA EN DÉCEMBRE PROCHAIN LA COUPE MOHAMMED VI
  • UNE VÉRITABLE NICHE DE LOISIRS POUR LA STATION BALNÉAIRE

 

Réactivée depuis un peu moins de trois ans à peine, après quinze ans d’arrêt, la structure dispose d’une flotte de quatre avions de types Mooney et Piper

Le chef lieu du Souss peut se targuer d’être désormais la capitale de l’aviation légère dans le Royaume. L’aéroclub royal d’Agadir Al Massira vient de remporter l’édition 2012 de la coupe du Trône aéronautique organisée par la Fédération royale marocaine de l’aviation légère et sportive. Une compétition qui vient de prendre fin à l’aérodrome de Casa Tit Mellil. C’est donc pour la deuxième année consécutive, que l’établissement décroche ce trophée et en son titre quatre médailles d’or. C’était à l’issue d’un circuit combinant navigation de régularité avec chronométrage à la seconde, contrôle de passage obligatoire chronométré sur des points prédéfinis et atterrissage de précision en fin de parcours sur une bande de 2,5m. Outre ces résultats, l’aéroclub royal d’Agadir a également fini deuxième au championnat national. Aujourd’hui l’établissement se prépare à recevoir, en décembre prochain la coupe Mohammed VI organisée par la Fédération royale marocaine de l’aviation légère et sportive. La structure se positionne donc comme une véritable niche de loisirs dans la station balnéaire, grâce à l’implication de ses 30 membres. Réactivée depuis un peu moins de trois ans à peine après quinze ans d’arrêt, elle dispose d’une flotte de quatre avions de types Mooney et Piper et des installations aux normes composées de hangars et parking d’avions. Selon ses dirigeants, il est même le seul du genre en Afrique du Nord agréé pour effectuer des vols de nuit. Au Maroc, il est également le seul aujourd’hui à disposer à plein temps de cinq instructeurs en vol qualifiés et bénévoles. Dès la reprise de l’activité de l’établissement, les membres ont suivi une formation d’instructeur au niveau de l’école de la RAM, à l’issue de laquelle ils ont été agréés après examen, par la direction de l’aviation civile, indique l’un d’eux. Aujourd’hui, ils encadrent des élèves pilotes. Pour obtenir la licence de pilote privé, il faut avoir au minimum 16 ans révolus et avoir effectué 40 heures de vol au minimum. A noter qu’il faut au préalable passer une visite médicale, le port de lunettes n’empêche pas cependant de devenir pilote privé. La licence n’est délivrée qu’après réussite de l’examen théorique à au moins 70%. Il faut aussi passer un test en vol avec atterrissage et décollage de trois aéroports. Sur le plan coût, Il faut un investissement de 50.000 DH pour suivre les cours nécessaires et entre six mois et un an selon la disponibilité, avant de décrocher la licence. Quelques bourses sont cependant allouées par la Direction de l’air du ministère des Transports à certains élèves.

Publié 28 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir

«VILLES SANS BIDONVILLES» NOUVEAU DISPOSITIF FISCAL

par Hassan EL ARIF – leconomiste.com

  • RÉDUCTION DE LA TAXE SUR TERRAIN NON BÂTI
  • UN DROIT FORFAITAIRE INSTAURÉ POUR LE PERMIS DE CONSTRUIRE
  • UNE PROPOSITION DE LOI DU GROUPE PARLEMENTAIRE DE L’USFP

 

Actuellement, les bénéficiaires du programme «Villes sans bidonvilles», qui se voient attribuer un lot de terrain de 60 m2, par exemple, pour une valeur de 30.000 DH, sont astreints à des taxes pouvant atteindre 5.760 DH

Tariq Kabbage se veut le porte-parole des bidonvillois. Le maire d’Agadir a été à l’origine d’une proposition de loi portant sur la révision des taxes prévues par la fiscalité locale. En clair, le groupe parlementaire Usfpéiste propose la réduction des taxes communales et celles s’appliquant à la construction. Une mesure qui devrait toucher les habitants des bidonvilles bénéficiaires du programme «Villes sans bidonvilles». En déposant cette proposition de loi auprès de la Commission parlementaire de l’Intérieur, de la décentralisation et des infrastructures, le maire d’Agadir décoche une flèche envers les gros promoteurs immobiliers adhérant aux projets de construction de logements sociaux. Des appartements qui sont ensuite revendus à des privilégiés qui ne sont pas éligibles. «Il est immoral d’exonérer les promoteurs immobiliers réalisant des projets sociaux de tous les taxes et impôts et de leur reverser par-dessus tout 40.000 DH de TVA, alors que les habitants des bidonvilles sont obligés de payer des taxes exorbitantes», s’insurge Kabbage, président du Conseil de la ville d’Agadir. La proposition de loi déposée par le groupe Ittihadi porte sur la révision des articles 45 et 54 de la loi relative à la fiscalité des collectivités locales, promulguée le 30 novembre 2007.

L’article 45 porte sur la taxe appliquée aux terrains non bâtis (TNB) et qui varie entre 4 et 20 DH le m2 pour la zone immeuble et 2 à 12 DH le m2 pour les autres zones. Quant à l’article 54, il concerne une taxe applicable aux projets de construction. Son montant varie entre 20 et 30 DH pour les logements individuels et 10 à 20 DH pour les autres types de construction.
Selon la procédure en vigueur, un bidonvillois qui se voit attribuer un lot de terrain de 60 m2, par exemple, dans le cadre du programme «Villes sans bidonvilles», comportant 3 niveaux, doit s’acquitter d’une taxe communale appliquée à l’autorisation de construire et qui est de 20 DH le m2. Soit un total de 3.600 DH. A cela s’ajoute la TNB dont le montant démarre à 2 DH et peut atteindre 12 DH le m2 selon les communes. Soit dans le cas de l’exemple d’un terrain de 60 m2, une charge supplémentaire de 2.160 DH. Au total, un bidonvillois qui souhaite construire son propre logement doit débourser au minimum 5.760 DH de taxes. «En général, ces habitants vivent dans une situation de précarité. Par conséquent, ils ne sont pas éligibles au crédit bancaire», explique Kabbage. Concrètement, le groupe parlementaire de l’USFP propose l’application d’une TNB (article 45) standard à toutes les collectivités locales de l’ordre de 2 DH. Outre l’instauration d’une TNB plafonnée, les députés du parti de la rose proposent l’introduction d’une taxe locale forfaitaire de 500 DH pour les autorisations de construction. Il est entendu que ces taxes s’appliqueront uniquement aux terrains destinés à la construction de logements du programme «Villes sans bidonvilles».
Selon le groupe parlementaire à l’origine de la proposition de loi, les membres de la Commission parlementaire de l’Intérieur, de la décentralisation et des infrastructures, toutes tendances politiques confondues, se sont montrés réceptifs. La révision de la loi sur la fiscalité des collectivités locales pourrait donc être intégrée dans le projet de loi de Finances 2013. Une décision qui n’est pas pour faire le bonheur des présidents de communes. «Je ne veux pas entendre ce discours sur la baisse des recettes fiscales des collectivités territoriales. Les communes ne doivent pas se plaindre de cette mesure. Et pour améliorer leurs finances, elles devraient commencer d’abord par récupérer toutes les taxes communales qui ne sont pas toujours perçues», déclare le maire d’Agadir. A signaler au passage que, grâce à ses recettes fiscales, la capitale du Souss dégage une capacité d’investissement supérieure à celle de Casablanca et Rabat.

Equité fiscale
En 2004, Tariq Kabbage, maire d’Agadir, avait décidé d’exonérer les bénéficiaires des programmes de relogement de la taxe afférente au permis de construire. Une mesure qui a duré jusqu’en 2008, année où le Conseil de la ville d’Agadir s’est vu taper sur les doigts par les limiers de la Cour des comptes, qui ont estimé que cette «mesure était illégale». En 2010, le même groupe parlementaire a proposé d’instaurer un droit de 2 DH le m². Une proposition rejetée par le ministère de l’Intérieur.

 

Maroc : Charlène de Monaco à Agadir

biladi.ma

La princesse Charlène de Monaco, invitée par le Consul honoraire de Monaco, passe quelques jours de visite privée à Agadir au Maroc.

Invitée par Ahmed Benisaâd, le Consul honoraire de Monaco, la belle sud-africaine est à Agadir pour passer quelques jours de repos après une actualité estivale particulièrement remplie.

Depuis son arrivée, la Princesse s’émerveille des charmes du Maroc, de sa culture, de son climat et de ses magnifiques paysages.

En véritable Princesse du cœur, Charlène de Monaco s’investit pleinement avec sa fondation, dans le soutien et la protection des femmes, des enfants et des personnes en situation de handicap. C’est donc naturellement qu’elle s’est rendue en début de semaine à l’Hôpital Hassan II d’Agadir, et sa crèche, pour y distribuer des pâtisseries marocaines aux personnes hospitalisées.

A Agadir, ville balnéaire, Charlène de Monaco a profité d’évoquer la question de la prévention contre la noyade en souhaitant développer un programme de sensibilisation et de prévention ciblant les plus vulnérables : les enfants.

Publié 28 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir

Royal Air Maroc : Dans le top 10 des compagnies aériennes mondiales les plus ponctuelles

biladi.ma

Malgré la crise mondiale qui touche beaucoup de pays, la compagnie aérienne nationale Royal Air Maroc enregistre de bons résultats grâce à l’application de sa nouvelle stratégie axée sur la rentabilité et l’amélioration des résultats.

Royal Air Maroc

La situation conjoncturelle ne s’y prête pas vraiment mais Royal Air Maroc a néanmoins enregistrés des améliorations significatives. En effet, son activité à évolué à la hausse malgré un cours du pétrole très élevé et une forte réorganisation de ses structures et de son offre.

Avec une réduction de plus de 14 000 heures de vol inutiles ou mal remplies et une diminution du personnel d’un tiers de son effectif, la compagnie aérienne a vu son activité dépasser certaines prévisions. Mais pas seulement, la qualité de service s’est également notablement améliorée avec un taux de ponctualité atteignant 83% contre 70% l’année dernière, ce qui a engendré une économie des pénalités d’irrégularité de l’ordre de 21 millions de DH. Cette ponctualité permet aussi à Royal Air Maroc de figurer parmi le top 10 des compagnies aériennes mondiales les plus ponctuelles.

Si Royal Air Maroc se réorganise en interne, la compagnie aérienne compte également développer son offre. Lors d’une conférence de presse organisée mardi au siège du groupe à Casablanca, Abderrafia Zouiten, directeur général exécutif de Royal Air Maroc, a déclaré vouloir offrir « 50 000 sièges à destination de l’Europe à 1 790 DH, tout compris ».

Au-delà de l’offre promotionnelle, l’idée est de concurrencera les compagnies low cost, principalement séduire les clients déçus de ses offres en leur proposant les services d’une compagnie réellement moderne, expérimentée, offrant un haut niveau de services incluant la gratuité des repas à bord, la possibilité de réserver son siège à un prix attractif, etc…

Par ailleurs, la compagnie nationale, dans une réflexion commune avec l’Office national marocain du tourisme (ONMT), compte développer son activité « charter » avec des avions basés à plein temps sur les aéroports d’Agadir Al Massira et de Marrakech Ménara. Mais pas seulement.
De nouvelles liaisons sont prévues afin de promouvoir de nouveaux marchés.

Après Moscou, Berlin et Valence, Royal Air Maroc contre développer son activité sur Gatwick à Londres, Copenhague et Stockholm à raison de trois vols hebdomadaires à compter du printemps 2013, mais également vers l’Afrique comme vers la Guinée Bissau, l’Angola, la République de Centrafrique et le Cap-Vert également à raison de 3 vols par semaine.

Pour les Marocains, le transporteur va prochainement proposer des offres combinées « vol + hôtel » en partenariat avec des agences de voyages locales spécialisées.

Publié 28 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Tourisme, Transports

Hausse des frais de scolarité dans les établissements d’enseignement français Les parents entendent porter la bataille auprès des politiques

par aufaitmaroc.com

Le lycée Lyautey de Casablanca

Les parents d’élèves des établissements de l’enseignement français au Maroc ont indiqué qu’ils envisagent de mener leur bataille contre l’augmentation des frais de scolarité auprès des politiques français.

Lors d’une conférence de presse, mercredi à Rabat, l’Union des conseils de parents d’élèves (UCPE) a rejeté la dernière grille des frais scolaires, qui comprend des augmentations.

D’ores et déjà, des réunions sont prévues les mercredi 3 et 11 octobre avec la ministre française déléguée des Affaires étrangères chargée des Français à l’étranger, Hélène Conway, pour lui présenter les revendications des parents français, marocains et tiers dont les enfants sont scolarisés dans les 23 établissements de l’enseignement français au Maroc.

Des frais maquillés
Il s’agit, pour eux, d’obtenir un engagement politique sur la stabilisation des frais de scolarité et un plan d’investissement à moyen terme. En effet, rappelle le président national de l’UCPE, Abdelouahab Boukouraych, l’instauration de frais annuels d’inscription a été suspendue au prix d’une série de mouvements de protestation menés l’année dernière. Mais, ajoute-t-il, ces frais ont été maquillés et partiellement intégrés dans la nouvelle grille tarifaire.

Tout en soutenant la nécessité de mener des rénovations immobilières dans les établissements, dont certains sont centenaires, l’UCPE avance que ces investissements immobiliers coûteux sont programmés sur des périodes très courtes, ce qui conduit l’Agence de l’enseignement français à l’étranger (AEFE) -qui chapeaute 23 établissements en gestion directe comptant près de 19.000 élèves- à faire porter ce poids financier aux familles, dont certaines ont 4 ou 5 enfants scolarisés dans ces établissements.

En outre, l’UCPE soutient que l’AEFE, coupable, selon eux, d’avoir trop longtemps négligé ces édifices, dispose déjà de tous les fonds nécessaires (22 millions d’euros sur les fonds de réserve de l’agence, dont 20 millions générés par les établissements du Maroc).

4,6 millions
C’est en euro, le bénéfice net qu’ont dégagé en 2011 les établissements français au Maroc, selon l’UCPE qui précise que c’est bien plus que les bénéfices dégagés par les établissements similaires dans 14 autres pays cumulés.

Publié 28 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Scolarité

La pluie est enfin arrivée !

Depuis deux ans qu’elle était attendue, elle est enfin arrivée !
Pas quelques gouttes comme dimanche dernier, mais une vraie pluie qui va faire beaucoup de bien dans le bled, pour la végétation et les bêtes !

et demain, il fera beau, inch’allah !!!

Publié 27 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir

L’institut Français d’Agadir présente le concert Mazij le 9 octobre à 20 heures à l’Institut Français

De véritables virtuoses, ne ratez pas ce concert !

Publié 27 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Animation, Musique, Spectacle

Agadir : Carte Blanche aux danseurs du Ballet National de Marseille le 28 septembre à 21 heures à l’Institut Français

Publié 26 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Agadir, Culture, Spectacle

Heure : Retour à l’heure légale (GMT) dimanche prochain.


Le Ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’administration a annoncé que le retour à l’heure légale (GMT) se fera à partir de dimanche 30 septembre 2012 à 3h00. Les Marocains retarderont leur montre d’une heure à partir de dimanche, en vertu du décret N.2-12-126 du 18 avril 2012 (26 Joumada I-er 1433).

Publié 26 septembre 2012 par Michel Terrier dans Actualité, Communication

%d blogueurs aiment cette page :